jeudi 28 février 2013

Accepter tout de soi. Aimer tout ce que l’on est.




Depuis hier, j’assiste à ma propre révolution. J’ai toujours tendance à utiliser des mots forts pour des choses qui sont extraordinaires quand on les vit de l’intérieur mais qui ne sont pas visibles pour l’extérieur. Rien ne remplacera jamais l’expérience intime d’un concept énoncé. Bien que les mots portent en eux une essence particulière, à moins de vivre soi-même ce qui est décrit, on ne pourra pas en sentir la vérité. Mais comme ça peut donner l’envie de tenter l’expérience, je ne me lasse pas de répéter les mêmes choses.
L’amour inconditionnel de soi est la clef qui ouvre toutes les portes en soi. 
Chacun est un temple constitué de mil pièces qui contiennent chacune des trésors inestimables. Si on pouvait savoir le nombre de fois que nous sommes venus tenter l’expérience d’être humain, on resterait ébahis par la quantité. 
C’est devenu pour moi une réalité quotidienne. Sans aller dans le détail puisque la forme n'est pas l’essentiel, tout ce que je retrouve, toutes les parties de moi jusqu’alors séparées par le mur de ma résistance à aimer tout ce que je suis et tout ce que m’offre la vie, viennent compléter ce que je suis aujourd’hui. 

Le corps physique lien directe avec le divin




 
Il semble que beaucoup de messages qui circulent sur Internet invitent chacun à aimer son corps physique, à porter un nouveau regard sur cette partie animale et aussi divine de l’être humain.
J’ai moi-même ressenti cet appel auquel je réponds, qui m’a inspiré les textes de ces derniers jours qui valorisent cet aspect de tout ce que nous sommes. Chaque attention portée sur notre enveloppe charnelle est un geste d’amour que nos cellules reçoivent comme tel et y répondent invariablement. Voici donc un extrait du texte traduit par Marinette Lépine, à l’adresse suivante : http://facebook.com/TransLight
J’y ai aussi trouvé une petite vidéo très instructive qui montre à quel point ce qui se vit à l’intérieur de nous est immense et possède sa propre conscience.

"L'envie de plaire et de s’adapter" Par le Collectif Ashtar



Pour continuer avec des messages sur le thème de l’amour inconditionnel de soi, voici un message reçu par Simon Leclerc. Il est vrai que le langage du collectif Ashtar peut sembler ardu mais il ne faut pas oublier que nous avons une étincelle en nous, qui capte tout et peut nous permettre de comprendre avec le cœur. 
Les mots portent des énergies vibratoires élevées et elles ne sont pas parasitées par un manque d’amour qui pourrait abaisser leur fréquence. En tant qu’humain divins, notre manque de confiance en soi, notre façon quasi systématique de nous dévaloriser par la comparaison, le jugement...diminue la qualité vibratoire de nos fréquences. Dans le texte qui suit, vous retrouverez des "concepts" énoncés dans le message audio. La plupart des êtres de lumière qui s’adressent aux humains insistent lourdement sur la nécessité de s’aimer sans conditions parce que c’est La Solution à tous les problèmes. 

L’amour véritable de soi ou comment devenir son propre guide, Audio de Simon Leclerc / collectif Ashtar


Voici un message audio de Simon Leclerc quoi m’a permis d’amplifier ma foi et l’amour de soi, en comprenant mieux qui je suis. Pour ceux qui sont habitués à entendre l’accent québécois, il n’y aura pas de surprise. J’avoue qu’à la première écoute, j’ai éclaté de rire tant l’accent me semblait ne pas coller avec le sujet. Comme si quelqu’un de spirituel devait avoir une voix enchanteresse ! 
 Encore une facette de moi que j’aurais voulu effacer ou taire mais c’est avec humour et sans honte que j’ose avouer avoir réagi comme une enfant. Ce qui est important, c’est le fond et non la forme. Mon attitude m’a montré que même si je me croyais à l’abri de l’orgueil, il était malgré tout présent.
 Vous pouvez vous inscrire à la liste d'envoi sur le site http://psychologiedelame.com pour recevoir les messages du collectif Ashtar dès leur parution et parfois des cadeaux comme celui-ci. 
Après avoir été testée par une amie, il semble que ce fichier audio ne soit pas accessible. 
Comme mon niveau en informatique est "moyen", je n'ai d'autre solution que de vous le faire parvenir par mail.
Si vous voulez l'écouter, écrivez-moi à cette adresse ; po.beju@wanadoo.fr et je pourrais vous l'envoyer.





Photo trouvée sur Facebook TransLight

 

mercredi 27 février 2013

Faire du quotidien un acte sacré et joyeux par son potentiel créateur


Hibou grand duc
On fantasme beaucoup au sujet du pouvoir divin. Il est vrai que tous mettent l’accent sur la loi d’attraction qui est une vérité qu’on constate bien souvent à ses dépends. Comme l’inconscient individuel et collectif sont remplis de fausses croyances, on attire généralement quelque chose de désagréable qui correspond aux vieux schémas qu’on ne veut pas lâcher. Même avec la meilleure volonté et en priant pendant des jours, si on n’arrive pas à s’aimer inconditionnellement, tel que l’on est, à accepter d’être imparfait, d’avoir des parts d’ombre et de les aimer, la manifestation de nos demandes sera aussi sombre que notre résistance. Tant qu’on ne comprend pas que les notions de bien et de mal n’ont aucune raison d’être en dehors de la troisième dimension, on pourra toujours rêver de s’élever, d’ascensionner. 

Femmes, je vous accueille




La relecture des messages de Jeshua et ma persévérance à vouloir unir tout ce que je suis, ont porté leurs fruits et même si mes conditions de vie restent difficiles, ma façon de les voir a changé. Je n’ai toujours pas de chauffage mais "grâce" à ça, j’ai développé mon imagination en trouvant des moyens simples mais efficaces pour me réchauffer. Il suffisait d’y penser, j’ai retrouvé le mouvement ! Je passais beaucoup de temps sur l’ordinateur et devenais accroc au blog. Je regardais régulièrement le nombre de visites et publiais un maximum de messages pour ne pas perdre de lecteurs ! 

mardi 26 février 2013

Besoin de guérison masculin/féminin, "La bataille des sexes a causé de très profondes blessures" Marie Madeleine/Paméla Kribbe

Les circonstances deviennent de plus en plus pénibles. Chaque fois que j’affirme ou demande le mariage intérieur des "contraires", que j’appelle la paix, c’est l’inverse qui se manifeste ! Comme si tout venait se contredire. Ce n’est pas la première fois que je fais ce constat je dirais même pire, il me semble que ça fait une éternité que je tourne en rond avec ce problème récurrent. Je retombe dans la colère, la dévalorisation ce qui a pour effet d’attirer des problèmes et d’amplifier la confusion...J’ai pu encore vérifier l’efficacité de la loi d’attraction, dans la manifestation extérieur du conflit intérieur. 
La voiture a refusé de démarrer...
 Bref, le passage dans le tunnel qui nait du désir de bouleverser sa façon de voir et de penser est la conséquence d’avoir ouvert le dossier le plus épineux de l’histoire. 

Appel à la paix intérieure! "L'énergie masculine et féminine" message de Jeshua reçu par Paméla Kribbe

Ce matin, la gelée blanche recouvre tout et le thermomètre affiche 0°. J’essaierais peut-être de rallumer le poêle cet après midi. Je me sens dans une impasse au niveau de ma progression et l’écriture d’un mail à une âmie, ce matin, a fait ressurgir un gros dossier que je peine à traiter. 
Celui du féminin, du féminin sacré, de ma vision de la femme en général. Bien que j’aie effleuré le sujet hier, je suis vite allée à la conclusion, le désir sincère d’harmonie des énergies mâles et femelles. Pourtant il semble utile et même nécessaire que je libère à ce sujet, des croyances inconscientes que les énergies de la lune amènent à la surface. 
Depuis que je réfléchi aux ombres et me rends compte qu’elles ont une part lumineuse puisqu’elles en sont issues, il semble qu'inconsciemment, j’ai vite fait d’associer la femme au "malin". 
Là, je me demande si c’est l’inconscient collectif qui se met en avant ou bien une inspiration de mon âme. Il semble clair que le monde a longtemps considéré la femme comme une pécheresse, responsable de la chute pour avoir osé croquer la pomme et coupable d’avoir entraîné l’homme, dans cet acte rebelle. 

Bi polaire ? Vidéos humour





Google images
Ce matin, comme j’avais la pêche et que je me sentais inspirée, j’ai commencé à écrire à propos de la créativité et la joie qui rendent le quotidien intéressant mais comme je m’étais proposé d’honorer mon corps physique, je me suis activée. J’ai changé le détendeur de la bouteille de gaz que j’ai dû remettre parce que celui qu’on m’avait passé fuyait ! Heureusement qu’un gars qui vient refaire à neuf l’appartement du voisin décédé, est passé par là, au moment opportun sinon je me serais fait péter la maison ! 
Je ne comprends pas que le c... de voisin m’ait donné un truc foutu ! C’est carrément criminel ! Je vais lui rendre ou le laisser devant sa porte. Pas la peine de parler à ce genre de personnes. Je suppose que mon âme veut me faire comprendre quelque chose dans cette histoire mais pour le moment je ne pige pas.

lundi 25 février 2013

Bienvenue dans la 4ème dimension, vidéo des amis d'Eckhart Tolle.




Humains, google images
Ceux de ma génération se souviennent certainement de cette série télévisée qui était comme une préparation psychologique à ce que nous vivons depuis le 21 décembre dernier. Beaucoup de gens qui croyaient et croient toujours au processus de l’ascension, ont été fortement déçus de ne pas voir apparaître un monde idyllique sous leur yeux. 
Un monde merveilleux aux rues pavées d'or qui ressemble plus au fantasme d'un mental en manque perpétuel qu'à la réalité d'un monde pacifique, rempli d'humain divin conscient et responsables de ce qu'ils sont. 
Comme si le divin nous prenait pour des marionnettes venues sur terre pour être tirées par des ficelles invisibles et être le jouet de la source. 

dimanche 24 février 2013

Le corps physique, les mains..."Soyez attentifs à vos mains" message reçu par Monique Mathieu




Je suis toute calme et presque molle par rapport au rythme effréné de mes journées passées. Je me suis promenée sur des sites, à lire ce qui me parlait. Je me suis arrêtée sur le message reçu par Monique Mathieu, qui parle des mains, du corps physique en particulier. 
C’est assez marrant parce que toute la journée, j’ai senti que mon attention devait se porter sur lui. Que c’était ce qui importait le plus, aujourd'hui. Déjà le texte de ce matin était en partie un hommage à notre chair et ses fonctions. J’ai même pensé que malgré que ce soit le jour relié au chakra de la couronne, j’avais envie de porter mon regard sur ce véhicule terrestre trop souvent méprisé, considéré comme profane, voire vulgaire. 
Le repos que je me suis accordé en fin de matinée était aussi une façon de l'honorer. 

Affirmation de soi et un texte de Laurent Dureau : "Aimer sans avoir besoin d’être aimé : L’ultime liberté"


Loir

Deux heures de détente, de douceur, dans mon petit lit douillet et chaud, bercée par les ronrons du chat. J’ai essayé de m’endormir mais mon mental a fonctionné à fond, sans que je ne réagisse, me contentant de constater son monologue incohérent, passant du coq à l’âne à une vitesse qui m'a fait penser que le troisième café, était de trop. Je m’épate à ne pas m’énerver contre moi-même, d’arriver enfin à ne rien faire sans me critiquer ni culpabiliser ! Remarque c'est peut-être parce que c'est dimanche! Hier encore, je me serais qualifiée de fainéante. Là, que nenni, je me dis que c’est curieux comme les schémas de pensées peuvent changer à ce point et j’y vois la restitution de mon pouvoir divin. Celui d’être dans l’acceptation de ce qui est, sans jugement, à peine un léger contentement.  

Création et récréation, "Source des lumières" vidéo




Ce matin, tombée du lit à 5h30, je me suis levée contrariée. Déjà mon amoureux n’a pas accompagné ma nuit et je me sentais électrique. Peut-être que la lune qui sera bientôt pleine, agit sur mon humeur car il y a longtemps que je ne me suis par réveillée bougon. J’ai tout de même commencé la journée par mes rituels quotidiens. 
Le contact à la terre mère et l’offrande sur le trône, hommage à sa générosité, en toute intimité. Cet acte commun  à tous est cependant classé dans les choses taboues dont on ne peut parler sans se sentir gêné. Pourtant c’est le signe que le corps a été bien nourri, que l’estomac une fois de plus, a rempli sa mission à la perfection. 
Je le considère comme un acte sacré qui libère l’hier, afin de commencer une nouvelle journée. 

samedi 23 février 2013

Vidéo documentaire, « l’Ayahuasca, le serpent et moi » Chamanisme au Pérou d’ Armand Bernardi




Je dois dire que je m’étonne d’avoir pu regarder jusqu’au bout vu la longueur de la vidéo. Il a fallu que je raccommode des chaussettes en laine que j'ai tricoté l'hiver dernier. Je suis incapable de rester assise à ne rien faire! Il va aussi falloir que je "travaille" là-dessus. Dehors, il fait 5° mais je n'ai pas froid malgré le poêle éteint. La lune est presque ronde et le vent glacial a soufflé toute la journée.
En écoutant la vidéo j'ai revécu mentalement un genre de retour en arrière d’où j’ai pu retracer mon parcours et comprendre que le processus de guérison que je vis est très similaire à celui du jeune homme que l’on suit au fil de ses expériences. 
Le processus de guérison est assez commun à tous,  dans le sens où on visite son inconscient, ses peurs profondes, les aspects refoulés de nous-mêmes et on lâche prise peu à peu par l’acceptation de ce qui est, de tout ce que nous sommes. 

S’exprimer, dire ce que l’on pense, exister en somme



Tout semble être une question de confiance en soi. Mais on peut aussi, comme je l’ai souvent fait, ouvrir sa bouche, s’affirmer, parce qu’on ne supporte pas l’injustice et qu’on veut défendre quelque chose. Là, on n'exprime pas notre être mais c'est le rôle de la victime qu'on porte en soi, qui parle. 
Notre difficulté à nous aimer, notre incapacité  ou notre ignorance à savoir que nous créons ce que nous vivons, que nous sommes 100% responsables de ce qui nous arrive, fait que c'est le corps de souffrance ou l'enfant intérieur maltraité, qui s'exprime.
Et une fois que nous sommes convaincus d'être un humain divin qui créé à chaque instant, il devient nécessaire de procéder à un grand nettoyage de notre inconscient afin de laisser la parole à l'être lumineux que nous sommes de toute éternité.
Cette étape est délicate mais je confirme qu'elle offre une libération qui permet de créer de façon consciente, un présent agréable que seule notre difficulté à oser être dans notre toute puissance, limite. 
Pour cette étape, il est important de savoir réellement ce que l'on veut...

« Fin de la victimisation » du collectif d’Orion, par Michèle Erena




Voici, un message du collectif d’Orion qui me touche particulièrement puisque je suis à libérer le rôle de la victime. Je l’ai lu dès de sa parution, le 12 février de cette année parce que j’aime les messages que Michèle Erena reçoit. C’est une des femmes dont les textes sont publiés dans la presse galactique. Je ne sais pas pourquoi mais je n’arrive pas à oser entrer en contact avec elle. Pourtant il y a une forte résonance dans le contenu de ses messages. C’est peut-être le fait que le jour où j’ai demandé à ma présence divine de me dire quel était mon nom d’âme, j’ai entendu "Orion". J’ai cru que ce nom était donné par mon âme parce qu’il est tombé comme un cheveu sur la soupe ! Je suis restée con parce que je connaissais la constellation mais rien de plus. J’ai cherché sur Internet et suis tombée sur le récit mythologique d’Orion qui a été trahi par amour. Je n’ai évidemment rien compris ni pu faire de rapprochement avec moi. Bien que moi aussi j’ai vécu une histoire d’amour dramatique. C’était l’année dernière ou celle d’avant, je ne me souviens plus, mais à ce moment là, je ne connaissais pas le site "La presse galactique" que j’ai découvert seulement l’année dernière, fin octobre.  

L'amour et la lumière sont en toutes choses



Sculpture de Marie Thérèse Klein

 Ce matin et depuis deux jours, je constate qu’il me suffit de me dire le soir que je veux dormir au minimum 6 heures, pour qu’effectivement, ce soit le cas. On dirait que je commence à trouver ma puissance intérieure par le verbe, en conscience. C’est un petit détail qui a son importance et me pousse à continuer le nettoyage de l’inconscient par l’amour inconditionnel. 
L’acceptation de tout ce que je suis et la reconnaissance de l’ombre pour ce qu’elle est en réalité, une forme de lumière que la peur et l’ignorance poussent à qualifier de "mauvaise".
L’humain en général rejette ce qu’il ne peut ou ne veut comprendre mais le désir de connaissance exige de bousculer notre petit confort intérieur bien précaire que de nouvelles idées balayent d’un seul coup. L'inconnu fait peur! Et on a vite fait de nier ou de diaboliser ce qu'on ne peut concevoir, comprendre. Des exemples fourmillent et la liste est bien trop longue pour l'écrire ici. La peur de l'étranger, de la différence, des extra-terrestres...

vendredi 22 février 2013

L’ego protecteur – un cadeau ou un ennemi? de Carmelle Amara


Steve Robinson*

 Voici un texte que j'ai lu récemment, écrit par une personne que j’apprécie particulièrement pour sa sincérité dans le propos et sa vision amoureuse de tout ce que nous sommes. Elle aborde la question du féminin sacré, qui est un peu un mystère pour moi, mais que j’étudie à vrai dire, avec peu d’enthousiasme. Ceci est certainement le résultat de ma difficulté à accepter mes côtés "faibles" ou trop sensibles.

Avant le texte, voici quelques mots intéressants d’Emmanuel Dagher, que je viens de lire sur Facebook TransLight :

« Certaines des personnes les plus fortes sont également celles qui sont les plus sensibles. Être sensible, ce n'est pas être faible mais c'est plutôt avoir une conscience claire de ce que l'on est, de l'environnement & du but de la vie.
♥ Emmanuel -

Traduction http://www.facebook.com/TransLight
Par Marinette Lépine

Accepter TOUT ce que je suis et TOUT ce qui est



Voilà mon nouvel objectif. Enfin nouveau, si on peut dire :)
J’ai adopté ce principe depuis la fin de l’année dernière puisqu’il me semble logique, qu’aimer inconditionnellement (la longueur du mot semble porter toute la difficulté à le vivre !) c'est le genre d’amour que j'ai toujours cherché, l’amour total, ce lui qui englobe et reconnait en toute chose, la main de Dieu, de la source divine, de la vie.
Ce qui revient à dire « accepter tout ce que j’aime en moi et tout ce que je déteste aussi ». Voilà qui semble impossible à vivre spontanément, sincèrement et pourtant peu à peu je l’intègre et j’en ressens une paix géniale. Quelque chose d’inconnu jusqu’alors. Ce n’est pas permanent puisque pour aimer tout ce que je suis, il faut que je le vois premièrement, que je reconnaisse ce que j’ai rejeté, mis de côté, caché sous le tapis volant qui m’amenait toujours plus haut dans le pays du rêve, de l’illusion.
Et comme je l'ai caché c'est que j'ai jugé que c'était laid, que sa ne correspondait pas à mon idée du divin, de la perfection. Le voir me fait froid dans le dos, me déplait.
S’aimer sans conditions, c’est tout accepter de soi et arrêter de vouloir se changer. 

Elle a fini par se dire qu’on ne l’y reprendrait plus


Google images
En cherchant le moment où j’ai bifurqué, dans ma vie, où j’ai pris une direction opposée au mouvement de la vie, je constate que ça remonte au jour où j’ai vécu une déception amoureuse. Qui était en fait la matérialisation de mes croyances inconscientes.
Une trahison qui a définitivement changé ma vision idéale de l’amour. Devant cette grande douleur, j’ai cherché à mourir et c’est à ce moment, que j’ai commencé à nourrir l’énergie de la division et de la destruction. C’est pour cette raison que quand je suis tombée sur les opiacés qui ont su taire toute émotion en moi, que j’ai choisi de vivre de cette façon là. Coupée de tout ressenti pour être capable de survivre dans ce monde.

jeudi 21 février 2013

La qualité d’amour appelée dignité, Archange Gabriel par Marlène Swetlishoff


Chêne de Tronjoly, France, âgé de 1700 ans!!!

J’allais éteindre l’ordinateur et puis j’ai ouvert ce document qui était sur mon bureau, « par hasard ». J’ai bien fait, je ne regrette pas et je le copie-colle même ici pour Evelyne, entre autres et pour tout ceux qui comme moi, arrivent encore à douter ! Je l’ai trouvé sur la presse galactique, il y a peu.

Heureusement que je peux lire ce genre de message qui est un soutien inestimable dans les moments de doute de soi.

J’aimerais vous entretenir de la qualité d’amour appelée dignité…

Laisser passer le conflit intérieur, normal et lâcher les "pourquoi, comment" Vidéo "L'amour est énergie"



google images

De retour de chez le toubib, j’ai eu l’agréable surprise de trouver un mail d’une âmie qui m’a réconforté et m’a même fait rire et dédramatiser.
J’ai trouvé le moyen d’être limite à l’heure pour le rendez vous avec le toubib. J'ai pu voir que j’étais loin d’avoir réglé le problème de la culpabilité. Il va falloir en faire des séances d’EFT avant que ce foutu saboteur intérieur continue de saper mon envie sincère de m’aimer. Je vis un conflit interne dû à ce désir d’accepter tout ce qui en moi me déplait.  et la sale manie de m’insulter qui refait surface depuis ces quelques jours où la culpabilité s’est montrée dans toute sa splendeur. 

Nos erreurs sont la voix et le chemin, d’un simple apprenti-sage


Arielle et Gilbert, blog passion photo78.com

Encore une fois, l’épisode malheureux de ces derniers jours, revient sur le tapis mais sous un autre aspect, une nouvelle perspective. Voir « ah ! Le choc, le choc, le choc ». (Ce titre est une phrase extraite d’un sketch de Garnier et Santou, deux jeunes humoristes qui parodiaient deux copines pas très fines en train de discuter. Dont vous pourrez voir la vidéo en bas de cette page.)
  J’ai avancé dans ma recherche de compréhension à ce sujet. Et j’en, suis venue à me dire plusieurs choses. Comme je ne crois pas au hasard, et que j’ai été littéralement accusée de "viol", dans cette histoire, il est aisé de comprendre à quel point ça a pu m’affecter...
 Cependant comme j’étais à travailler sur la culpabilité, notamment celle d’avoir pu faire moi-même subir ce que j’ai vécu enfant, et bien que cette idée je l’avais refoulée très loin dans l’inconscient, l’accusation ciblée était voulue par mon âme pour que je puisse libérer précisément ce sentiment. 

mercredi 20 février 2013

Gratitude pour la terre mère, pardon à soi-même, et "comment arrêter de râler" Vidéo



 
Fleur dont je ne connais pas le nom
 Je bénis la terre mère pour les quelques moments passés au jardin. Pour le privilège d’avoir ce petit coin de terre où je peux m’éclater, jouer avec la matière, créer avec les éléments. Où chaque fois que j’y suis, je m’exprime telle que je suis, où je suis moi-même, fidèle à ma nature. Connectée à la mère, la conscience de la terre qui m’offre ce corps physique pour jouir de tous mes sens, sentir le sang qui coule dans mes artères sans plus aucun blocage, où l’énergie de vie s’écoule librement. 

Le printemps s'approche doucement mais sûrement!



 Comme on le dit si bien, la nuit porte conseil d’autant que je lis en ce moment les messages du collectif Ashtar où il est proposé de faire appel  à eux pour conscientiser, enfin prendre conscience de la véracité de ce qu’ils enseignent...J'ai dû les rencontrer cette nuit parce que mon réveil a été joyeux malgré les larmes versées hier.

Finalement, je me dis que si je veux réellement sortir définitivement du rôle de la victime, il faut que j’adapte totalement le regard que je porte sur moi, à ma foi en l’humain divin. Je peux considérer l’épisode d’hier, autrement. Me dire que certes j’ai libéré des restes de culpabilité, mais l’âme de l’autre personne a aussi appelé cette situation pour que sa personnalité puisse être éclairée et cet aspect là ne me regarde pas.
Mais le fait de le savoir, m'aide à ne pas me sentir seule concernée dans l'histoire et donc à minimiser le sentiment de culpabilité. Je fais trop souvent la connerie de prendre les agressions comme des attaques personnelles alors qu'il s'agit pour chacun d'avancer, de voir à travers l'autre ce qui reste caché, refoulé dans inconscient. Ce qui compte, c’est que j’en tire la conclusion que je doive continuer à accepter mes émotions, à ne pas les rejeter mais au contraire à aimer encore plus tout ce que je suis. 

mardi 19 février 2013

Encore des sketchs


Aymeric Lompret
"Mon poisson est garanti sans OGM"


Ah le choc, le choc, le choc!




J’ai vécu quelque chose ce matin, dont j’ai encore du mal à me remettre. 
J’ai été accusée d’avoir diffusé sur ce blog, des photos que j’ai trouvées sur un site et dont j’ai spécifié le nom ainsi que celui de la personne qui les avaient publiées, en ajoutant un lien pour y accéder directement. 
J’ai donc vécu l’accusation comme une injustice et en échangeant des mails, nous avons pu calmer le jeu en prenant conscience, chacune de notre côté de ce que l’expérience avait permis de sortir de l’inconscient. J'ai viré toutes les photos et les notes qui les accompagnaient.
Malgré tout, je restais très mal à l’aise bien que j’aie libéré le sentiment de culpabilité qui avait certainement attiré tout ça. 

lundi 18 février 2013

La spontanéité et "la peur de se tromper" par le collectif Ashtar via Simon Leclerc


La spontanéité est une bonne chose pourvu qu’on y associe la sagesse !
Je commence à me situer un peu mieux, vis-à-vis de moi-même, dans l’intégration des énergies polaires en moi et la volonté de les équilibrer. 
Je me rends compte que je ne sais pas vraiment dialoguer sereinement et que je suis plus souvent dans la "réaction" et "l’interprétation". 
Il faut dire que j’en suis dans les tous débuts de l’expression de soi vis à vis du monde et que je maîtrise très peu la communication.
J'ai passé ma vie à rejeter les autres par peur d'être blessée et rejetée moi-même. 
Enfin ça, c'est seulement maintenant que je m'en aperçois.

D'où vient se besoin de me justifier en toutes choses?

Ce qui suit m'a été inspiré alors que je lisais des articles sur le site Epanews.
Comme je ne fais pas les choses à moitié, maintenant que j'ai décidé de me tourner vers l'extérieur, il n'est pas question que je sois uniquement spectatrice et je ne retiens pas l'élan de désir d'échange, de communication qui est enfin né en moi.
 
"Héritage culturel, mémoires cellulaires, tradition familiale, inconscient collectif? Ou encore conséquence de la loi d'attraction, de résonance.
Toujours ce sentiment de devoir m'excuser d'être ce que je suis.

Aimer, c'est être, c'est notre vraie nature




Cette photo, illustre bien  le fait que la nature nous enseigne l’essentiel. L'importance d'être uni,. D'être ensembles.
 Je suis inscrite sur le site Epanews qui est tourné vers le bien-être et l'échange.
Le fait que j’ai enfin le désir de me tourner vers « l’autre » est le résultat du "travail" quotidien d’acceptation de soi. Qui n'est autre que le fait d'être attentif à ces pensées afin de déceler ce qui n'est pas en accord avec le verbe aimer.
L’EFT est un moyen qui amplifie ce souhait par l’inscription dans la chair. 
Cette ronde de tapotements qui peut sembler bizarre et peu crédible, je la vois et la vis comme un moyen d’imprimer sur le plan physique, par le toucher, le désir du cœur et de l’esprit. Naturellement, il faut le faire avec ses tripes, pour que le corps émotionnel soit aussi de la fête. 
En tout cas, je me félicite d’avoir enfin répondu aux appels de mon âme au travers de beaucoup de personnes qui me montraient cette voie.
Malgré que le ciel soit gris, mon soleil intérieur rayonne sur tout ce que je suis et le bien-être s’installe un peu plus, de jour en jour, par la douce magie de l'amour.

dimanche 17 février 2013

Masculin / Féminin, regarde les fleurs




Toute la matinée, j’ai cherché des infos au sujet du masculin et du féminin, me disant que pour que ces énergies s’unissent en moi, il fallait que je les connaisse, que je les reconnaisse. Je suis allée sur le forum du site Epanews où j’ai trouvé une discussion qui traitait le sujet. J’ai passé plus de deux heures devant l’écran à lire, à copier coller des textes qui me semblaient intéressant. 
J’ai fini par trouver tout ça bien compliqué, trop intellectuel et se référant trop au passé. Puis, en voyant mon chat qui faisait sa toilette avec grâce, je me suis finalement dit que l’observation de la nature tout comme le contact avec mon âme, pouvait m’enseigner les choses d’une façon plus vivante et plus ludique. 

samedi 16 février 2013

Libérer puis lâcher, amène une douce paix




Je suis toujours à réfléchir à la notion de liberté et je me dis que c’est un concept impalpable, absolu. Le seul moyen de le savoir ce qu'elle est, c’est de le ressentir par contraste. Comme tout concept abstrait. 
L’amour n’y échappe pas. Si on veut savoir ce que c’est, il faut le ressentir et encore on ne sait jamais très bien si c'est de l'émotion ou un sentiment profond. 
On a vite fait de faire l'amalgame. 
L'amour divin, il me semble, qu'il naît dans le cœur mais qu'il se diffuse aussi en chaque corps. 
Il nous a fallu vivre des situations diverses et variées pour pouvoir le définir, par contraste, comparaison. 
Ce qui m’amène au sens même de l’incarnation et à l'intérêt de l'expérience de la dualité.

Qu'est-ce que la liberté? Y-a-t-il seulement une réponse? Vidéo "L'après vie existe" du Dr Charbonier




Cette question revient régulièrement et avec force.
Quand j’ai décidé de consommer des produits dérivés d’opium, c’était pour répondre à la sensation d’être prisonnière de mon corps physique. 
Esclave de cette enveloppe qu’il fallait entretenir, nourrir. Et puis pour nourrir ce corps, il fallait travailler, ne plus être libre, en chier pour mériter le droit d’exister. Tout ça pour faire vivre cette chair où je me sentais étrangère, qui ne représentait pas du tout ce qui vivait, en moi.
Pour se tenir debout, il fallait être à genou, plier devant des règles établies par les peurs, celle de mourir, de disparaître qui pousse à tout faire pour être reconnu. 
Alors la grande faucheuse, je l’ai appelée mais elle m’a refusé la délivrance suprême.

vendredi 15 février 2013

Humour, joie et paix intérieure

La journée a été calme, tranquille, sans pensées négatives ou du moins sans que je m’y accroche. Le désir de fusion intérieure m'a amené à envoyer de l’amour sur la femme universelle et sur l'homme universel au nomment opportun et ça se sent.
J’ai enfin pu faire une méditation après mangé et j’ai été émerveillée par les couleurs que j’aie vues.
Ce soir pour continuer dans la bonne humeur, j’ai regardé ces vidéos que j’ai sélectionnées pour leur façon de traiter des thèmes de société avec humour.

La saint Valentin et la liberté




Hier, les mots étaient bloqués, comme si mon inconscient prenait tout le devant de la scène, me montrant combien je devais dépoussiérer ma vision du masculin tout comme celle du féminin.  Elle reste trop terrestre, empreinte de blessures mais la lumière de mon être, toujours présente bien que par moments, j’en doute, sait toujours me montrer, à coup de projecteur, ce qui doit être illuminé, aimé et transmuté.
Alors une fois de plus, ce matin, je me suis adressée à ces deux parts en moi et plutôt que de les nommer homme et femme, je les ai appelées, masculin, féminin.
Puisque ce que je suis aujourd’hui, est un mélange de ces deux énergies, un composé dynamique de la force de vie, inutile de me situer d’un côté ou de l’autre, me limitant et m’enfermant dans une catégorie fortement imprégnée au niveau inconscient.
Usant de mon pouvoir de manifestation par le verbe, je décrète l’union amoureuse de ces deux énergies pour que je devienne androgyne, retrouve la complétude de tout ce que je suis et marche avec entrain sur la voie du juste milieu.
Pas question d’y courir mais de s’y promener, prenant le temps de voir, de sentir, de toucher et même de s’arrêter pour inonder mes ombres, qu’une barrière en travers aura su révéler.

La terre mère, le rêve et l'inconscient, message reçu par Simon Leclerc




Ce matin, réveil à une heure normale, 6h20. Je retrouve peu à peu, grâce au poêle éteint, des nuits de six heures, ininterrompues. Comme si mon corps physique se préparait à s’immerger dans le printemps, enfin dans le mouvement, l’action. Le temps passé au jardin est une source de paix, de joie. Un moyen d’ancrage à la terre, à ma vraie nature puisque je suis en plein dans l’incarnation, dans le moment présent. Même si mon cors mental voyage, le contact avec l’élément "terre, vivifie mes cellules". Pour désherber, hier, je me suis mise à genou et j'ai senti, par les chakras, le lien intime à la terre mère me baigner dans le bien-être, la douceur et la joie de la co-création. 
Je suis venue ici, maintenant, pour agir dans cette matière, apporter ma conscience et ma lumière, sur tout ce qui vit et bien évidemment, sur cette partie de moi, qui est reliée à l’inconscient collectif.

jeudi 14 février 2013

Je veux aimer tout ce que je suis




Ce matin, en voyant la date du jour, je me suis dit que c’était l’occasion de marquer ma volonté d’unir ce qui s’oppose, en moi. Célébrer le mariage du féminin avec le masculin. Même si je n’ai pas cerné ce qu’était l’un et l’autre, mon désir de fusion est plus que jamais d’actualité.
Mais je bloque, les mots ne s’écoulent pas. J’en ai oublié l’heure et j’ai failli louper le contrôle technique.

Comme je m’y attendais, il y a des réparations à faire. Je me suis étonnée de me dire que j’avais deux mois pour changer les amortisseurs et que c’était une chance qu’il n’y ait que ça à faire ! Avant, ça m’aurait angoissé, je me serais posé mil questions pour trouver des réponses, histoire de calmer le mental ou cette part de moi qui vit dans la peur...

L’idée de cette union que j’avais tant de mal à exprimer naturellement, a trotté dans ma tête jusqu’à maintenant. Je peux voir que ça n’est pas encore clair et que même si le désir est là, il y a de la résistance qui se manifeste à l’intérieur.

Je me suis adressée à ces deux entités qui cohabitent en moi, dans une lutte perpétuelle. Masculin féminin, pourtant indissociables. Considérés à tort comme opposés puisqu’ils sont de la même source, de la même essence.

mercredi 13 février 2013

Le pouvoir de la gratitude, vidéo, humour




Comme nous vivons ce que nous pensons, il est clair qu’il vaut mieux nourrir des pensées positives. Mais notre inconscient étant très actif dans le processus de manifestation ainsi que nos émotions, ce qui est créé premièrement reflètera ce qui est le plus vrai en nous.
Si nous affirmons être « amour » et qu’à l’intérieur, des pensées de rejet de soi, de dévalorisation, sont fortement imprimées, on aura beau le répéter, ça ne marchera pas et en plus ça créera un malaise dû au conflit intérieur.
La vie nous renverra en premier, des situations qui nous ferons sentir encore plus mal à l’aise vis-à-vis de nous-mêmes jusqu’à ce que nous acceptions enfin de nous aimer totalement.
Cependant, comme l’inconscient est relativement « docile », dans le sens où il imprime sans chercher à comprendre, il est de ce fait, malléable.

Dans la série, ils se cherchent et se trouvent, Aurélia



Comme j'ai ajouté des sites à découvrir, en page d'accueil, je tiens à "présenter" sommairement ces personnes rencontrées sur le Net.

Aurélia est une personne, de 27 ans que j'ai eu le plaisir de rencontrer sur ce blog et qui est un peu mon reflet ou l'inverse, ce qui revient au même, dans sa façon de s'exprimer. Un ton simple, sincère, un témoignage du quotidien d'un être qui s'éveille à lui-même.
Bien que la différence soit une richesse, la ressemblance aide à regagner sa propre estime tout en aimant l'autre. Celui qui nous reflète, nous amène sur un terrain de confiance, aide à guérir la peur de l'autre qui est en fait la peur de soi-même, de nos parts inconnues, refoulées.

mardi 12 février 2013

EFT, puis du "Rire", l'absurde est une forme de lucidité





Depuis le temps qu’on me parlait de l’EFT, j’ai fini par m’y mettre. En regardant la vidéo, « très chères femmes », je suis tombée « par hasard », sur des vidéos qui expliquent le principe et montrent l’application pour différents problèmes. 
La base est toujours la même, on est dans l’acceptation de soi, de ce qui est, et dans le pardon à soi-même. 
J’ai donc prononcé ma petite phrase pour le problème de dépendance aux cachets et tapoté où il fallait. J’essaierais de le faire régulièrement. 
Evidemment, le mental qui aime ce qui est sophistiqué, tique un peu mais comme l’idée va dans le sens de ce que j’ai accepté intellectuellement et émotionnellement à travers le pardon profondément ressenti tout à l’heure, je me dis que ça peut le faire. De toute façon, je n’ai rien à perdre à essayer.Je vous raconterais... 
Quelques vidéos sur l’EFT qui ont le mérite d'être courtes et facile d'accès:

Le miracle du pardon, vidéo "chères femmes"et "chers hommes" à faire circuler




Toujours frais le matin, comme dehors il pleut ! Ce temps pluvieux illustre mon état d’esprit depuis hier soir. Mon chaton préféré m’a mordu le nez sans le faire exprès et ça a déclenché des larmes que je n’ai pu contenir. Il fait ce geste comme un bisou et là, comme il faisait nuit, j’ai tourné la tête au même moment et bing, ça m’a fait mal mais pas au point de pleurer comme une madeleine ! J’ai laissé coulé, lui ai fais la gueule et n’ai pas réussi à rire du côté mélodramatique de la situation. C’était démesuré, comme souvent. De toute façon, n’importe quelle réaction est issue de l’ego. Je ne m’affole pas plus que ça, me dis que c’est le processus normal d’évacuation des fausses croyances, des libérations qui ne sont pas, forcément conscientes.

lundi 11 février 2013

Question de perspectives, "Le karma et les mémoires cellulaires" par Simon Leclerc




Voici maintenant, un message de Simon Leclerc, qui ose enfin exprimer sa propre lumière. 
L’heure est à l’affirmation de soi. 
Le temps d’être enseigné par les entités de lumière, par ceux qui sont de l’autre côté du voile est révolu, même si le contact n’est pas perdu, puisqu’on trouve encore des enseignements de ce genre. 
Mais, et c’est à mon sens, bon signe, comme c’est à l’humain divin de bâtir de ces mains le monde d’amour et de paix, il semble évident qu’il faille pour ce faire, des gens souverains, conscients de ceux qu’ils sont en réalité.
 Qui osent dire ce qu’ils pensent. 
Confiants en tout ce qu’ils sont, conscients de l’unité, désireux de s’élever au-delà de la dualité que seule la lumière intérieure et l’ouverture du cœur amènent à considérer justement. 
Peur importe l’apparence, l’âge, la couleur, ce qui compte c’est la conscience de la vérité dévoilée, trop longtemps réservée à quelques initiés qui basaient leur pouvoir sur le secret.

Adamu, "ceux de l'ombre", Amélie Poulain BO



"La Valse des monstres" 
Tirée du film "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain"
Musique de Yann Tiersen 
(Cette vidéo montage d'une personne inconnue, illustre le propos des différents points de vue.)


Depuis que j’ai lu le message d’Adamu, sur l’acceptation, puis celui qui parle de "ceux de l’ombre", j’en suis venue à me dire que c’est cette voie là qui amènera le monde dans la paix et l’unité. Tout ce que j’ai vécu prends tout son sens et c’est comme si les pièces du puzzle se rassemblaient.

Pour continuer sur le thème des générations nouvelles qui font avancer la conscience collective,




voici une jeune rappeuse dont une lectrice m’a parlé. Bien que ce ne soit pas du tout le style de musique que j’apprécie, tout comme le reggae dont j’ai aimé quelques titres de Bob Marley et Burning Spear, je tiens à mettre sur ce blog, ce titre dont les paroles montrent bien la sagesse de cette nouvelle génération fortement et directement inspirée.

S’éveiller à soi-même, au monde n’est pas tout rose..."Et pourtant je vous dis que le bonheur existe"... Starmania, Jean Ferrat




S’éveiller, c’est sortir du rêve, de l’illusion. 
Quand on sait que tout ce qu’on pense, se concrétise, se matérialise, il devient nécessaire et même urgent de savoir dans quel jeu on joue, de voir ce qui est, de connaître qui on est.
 Voici une vidéo tirée de Starmania qui illustre mon état d’esprit, avant que je ne connaisse « Dieu », la source père mère. Avant que mon cœur ne s'ouvre à l'amour.

Quand on considère les choses comme un composé nécessaire au mouvement, on tombe l’illusion de la princesse et du prince charmant. Vidéos.

Depuis que j'ai pris la ferme résolution d'aimer, d'accepter tout ce que je suis, ma vision des choses, peu à peu, change totalement

 Mon rêve d’adolescente, prends peu à peu forme ; Androgyne, entière, complète, intègre...
Ma vie, jusqu’à ce jour est un hymne à la liberté.
Quand j’ai connu les rayons, lu les livres de Joéliah, je me suis sentie très proche des rayons roses et violet, comme si j'étais passée par là, avant de m'incarner. 

dimanche 10 février 2013

Personocratia, "Le grand portrait", Diane qui ose


Il semble de plus en plus évident que l'énergie féminine, l'énergie de la déesse, soit envoyée en masse sur terre, ces derniers temps. De plus en plus de femmes et d'hommes, prennent conscience de ce qu'ils sont en vérité et le disent.Les femmes s'expriment et les hommes s'autorisent à accepter leurs aspects féminins, leur sensibilité naturelle trop longtemps refoulée.
A ce propos, j'avais vu une vidéo où des hommes "demandaient pardon aux femmes en général"
Si quelqu'un connaît le lien, merci de me le communiquer.

Pour que la paix se manifeste sur terre, il faut vraiment changer la vision que nous avons de l'autre et de nous-mêmes. Bien souvent, quand on juge quelqu'un ou qu'on le critique, c'est qu'il nous renvoie quelque chose de nous-mêmes que l'on a refoulé, rejeté. Quand on est en paix avec soi, qu'on est en confiance, les relations avec l'extérieur ne nous affectent pas.

Je viens de visiter un site très intéressant où j'avais déjà vu des vidéos qui expliquent le triangle infernal victime/bourreau/sauveur."Personocratia". L'heure est à la reconnaissance de ce que nous sommes en totalité.
                                                       «Le Grand Portrait»
De Ghislaine lancetôt

Ce matin, j’ai les doigts gelés mais le cœur chaud ! + Vidéos



La nuit a été longue et le repos profitable. Mon chaton préféré, mon "amoureux", a passé la nuit collé contre ma tête, à ronronner. 
J’ai ouvert le blog ce matin et un commentaire court mais plein d’amour m’a réchauffé le cœur et l’âme. Je ne regrette pas d’avoir décidé d’arrêter de chauffer la maison.
J’ai passé une journée active, hier, variée, dans le mouvement, bref, j’ai été dans mon corps et moins dans ma tête. 

"Le pouvoir du moment présent"...Eckhart Tolle

Je suis heureuse de pouvoir mettre en ligne la vidéo où le livre si précieux d'Eckhart Tolle, est lu par un homme à la voix très agréable, neutre. Moi qui n'osait pas même recopier quelques passages à cause du copyright et aussi par flemme, voilà qui facilite les choses. Je remercie au passage Evelyne qui m'a communiqué le lien de cette vidéo que je vous recommande vivement d'écouter même si elle est longue. Vous pouvez le faire en plusieurs fois. Il est vrai que j'ai déjà lu le livre au moins trois fois mais que je n'arrive pas à lâcher prise facilement. Mais comme pour tout apprentissage, la persévérance, l'attention est la patience sont de mise. Bonne écoute.


Personnellement, je préfère lire le livre. Mais il est bon d'avoir ce genre d'enseignement à portée de main
Pour être honnête, en  écoutant cette vidéo, par moments j'ai trouvé ça un peu lourd, indigeste. En effet quand on lit soi-même, on adapte la lecture selon notre capacité de concentration, on revient sur certains passages...
En plus, comme je veux que ce site touche tout le monde puisque tout être humain possède en lui l'étincelle divine, je me demande si c'est judicieux de coller une telle tartine qui peut être indigeste pour beaucoup.
D'un autre côté, c'est un des outils que j'utilise et il me semble utile qu'une telle références soit ici.
Et puis, ceux qui trouveront ça trop intello, peuvent aller sur d'autres pages plus "vivantes".

samedi 9 février 2013

Du rire !



Après quelques moments passés au jardin à bêcher et une grosse assiette de pois chiches histoire de me réchauffer en regardant ce qui suit, je me suis endormie comme une masse jusqu’à 18h !
Voici donc quelques sketchs de jeunes humoristes qui ont un regard assez réaliste sur la société. Pas de jugement ni de critique, du constat. Les sujets qu’ils doivent traiter sont toujours en lien avec l’actualité ! Pour le sketch du pape, les appréciations du jury sont assez honnêtes et éclairent bien le sens que ce jeune humoriste a voulu donner à cette farce. Bonne rigolade !

Qu'est-ce qu'un Égrégore ?



Comme ce blog s’adresse à tous, croyants, non-croyants, je pense utile d’apporter des précisons au sujet de ce dont je parle. Certains, de plus en plus nombreux, en leur propre nom, le font très bien et il est bon de reconnaître les talents de tous.
Voici donc un exposé précis concernant les égrégores, écrit par, Jean-Paul Thouny, du blog: Koyeba

Qu'est-ce qu'un Égrégore ?

Samedi 9 février, l'amour toujours et encore




Je suis gelée ! Comme j’ai décidé d’arrêter de me prendre le chou avec le poêle qui se prend pour un dragon, crachant flammes et fumées, dégoulinant de bistre...
Je positive à fond, listant les avantages de cette décision.
Déjà, j’ai un toit, d’autres à cette heure, se réveillent dans le froid glacial des rues, comptant sur le bon cœur de l’humain pour subvenir à leur besoins de base.
A ce propos, je suis toujours choquée d’entendre des gens dire que s’ils donnent à ces « pauvres miséreux », ça n’est certainement pas pour qu’ils s’achètent à boire ! Un don est un cadeau que l’on fait pour l’autre, pour son confort, son plaisir, pas pour soulager sa conscience !