lundi 31 octobre 2016

« Les rôles du triangle dramatique ou triangle de Karpman » & vidéos





30 10 La nature pour s’épanouir, a tout autant besoin de la fraicheur de la nuit que de la chaleur du jour. Cela illustre les besoins essentiels de l’humain, ce besoin d’équilibre, de complétude qui se nourrit dans le centrage, la communion avec l’âme. Puis c'est aussi le reflet de la nécessité d'honorer le besoin de sommeil, de détente, de régénération. Savoir répondre au besoin fondamental de sommeil et de repos semble évident cependant, on se laisse facilement distraire et très souvent, c'est le mental qui est stressé et qui mène la danse selon ses stratégies. Rien d'autre que la paix du cœur ne peut le calmer vraiment et en ce sens, la médiation, la relaxation, sont des outils concrets très utiles. Utiles si on se contente de respirer calmement, de se détendre physiquement sans rien chercher d'autre que cela.

On a tellement ajouté d’étiquettes, de concepts à la vie, au divin en nous, que lorsqu’on se rend compte que ce sont des interprétations illusoires de la réalité, on peut se sentir perdu. La première illusion c'est de s'identifier au rôle, au personnage, à la souffrance, aux pensées et aux émotions troublées. On le fait sans arrêt, sans même s'en rendre compte et tout naturellement, on a l'impression de subir.
Et ce qui peut sembler déroutant finalement nous libère des attachements, du besoin même de s’attacher à ces rôles, ces croyances, qui nourrissent la souffrance. 
Plus on tente de définir et de saisir le sens de la vie et plus il nous échappe. Et c’est tout naturel parce qu’il ne s’agit pas de se figer, de s’accrocher à la vie mais de se positionner dans le cœur afin de se laisser porter par son flux, son mouvement. 

Rien de tel que d’être face à la peur pour la démystifier. La peur de la peur, de la mort, la peur de la perte, du manque, apparaissent peu de choses finalement quand on voit que c’est éphémère, que tout passe et se transforme continuellement. 
Le temps devient un allié quand on s’abandonne en confiance à la paix du cœur, en ce lieu où tout s’équilibre et s’harmonise. 
On perçoit difficilement la paix lorsque les pensées émotions sont confuses pourtant, elle est toujours là. 
Si déjà on sait cela par expérience, on s’accrochera moins aux pensées troublées ou critiques.

dimanche 30 octobre 2016

« Quoi faire dans les moments de doute » les guides de l’unité via Daniel Desjardins





Très chers humains,
C'est toujours avec Amour que nous nous adressons à vous. Tout particulièrement aujourd'hui. La tempête fait rage dans vos cœurs, dans votre monde. 
Il y a de plus en plus de dualité qui s'affronte, et pour les porteurs de lumière comme vous il y a des moments de doute, de désespoir. 
Certains d'entre vous ont parfois même l'impression d'être comme mort, impuissant, comme si tous les efforts que vous aviez mis jusqu'à présent ne semblaient pas porter fruit, alors que certains perçoivent le soleil à l'extérieur et gambadent joyeusement avec nous. 

Aujourd'hui, nous nous adressons à vous tous, autant ceux qui voient la lumière que ceux qui semblent l'avoir perdu de vue. 

Nous voulons vous rappeler que le plus important pour vous, êtres humains incarnés, est de retrouver toujours ce lien à votre Source, à votre Divinité, afin de retrouver et percevoir cette lumière qui filtre de votre Divinité jusqu'à vous, à travers vous sur Terre. 

Et malgré que les choses semblent être en désarroi à l'extérieur de vous, et peut-être même dans votre vie en ce moment, tout cela n'est que temporaire, tout cela n'est que le reflet de cet ancien monde, ces anciennes énergies qui s'écroulent, mais qui se battent encore pour exister, mais qui n'ont plus rien sur quoi s'accrocher.

samedi 29 octobre 2016

« L’amour divin ne rayonne pas dans la contrainte, il ne se mérite pas, n’exige aucun acte de notre part ».



 

Ces dernières 24h m’ont encore amenée à comprendre quelques notions essentielles et à constater que j’agissais selon des croyances erronées. C’est toujours le même procédé, quelque chose me contrarie, un symptôme physique se manifeste m’amenant à vraiment lâcher prise et à pouvoir ainsi comprendre le message de l’âme, a le comprendre de tout mon être et pas seulement par l’intellect.
Celui qu’elle nous adresse en toutes circonstances, c’est de nous aimer véritablement, entièrement, tels que nous sommes ici et maintenant.
C’est la plus grande "mission" que nous ayons ici-bas puisque l’amour inconditionnel est un des attributs de la conscience, du divin en soi. C’est en même temps l’essence de l’être et le révélateur ou la manifestation de notre nature véritable.

J’ai eu une douleur continue au cœur jusqu’à ce matin et par réflexe, j’ai cherché la cause physique, la raison ou le mauvais comportement qui en était à l’origine.
J’ai offert à la source, la peur de mourir, la culpabilité et tous les sentiments qui viennent lorsqu’on est face à la douleur, l’incompréhension.
Puis ce matin, j’ai ouvert le dictionnaire des causes métaphysiques des malaises et maladies de Lise Bourbeau et en lisant ce qui concerne la douleur à la poitrine, quelques larmes ont coulé. J’ai vu que je tentais encore de contrôler et de mériter l’amour en changeant mon comportement plutôt que de lâcher l’auto jugement en étant juste dans l’acceptation de ce que je suis en totalité. Addiction comprise.

jeudi 27 octobre 2016

« Observer sa propre transformation de l’intérieur, de l’Un terre rieur, l'Un sur terre de jeu/je »






26 10 Quand on se tourne vers la spiritualité, on tombe sur toutes sortes d’infos qui parlent de l’âme, de chemin de vie, de mission d’âme, de mondes subtils, de dimensions supérieures, de sorties de corps, de hiérarchies célestes, d'anges, d'archanges, d'âmes et de flammes jumelles…toutes sortes de visions s’offrent à nous et dans cette profusion d’infos, il est difficile de savoir qui dit vrai.
Et si c’était l’occasion de s’interroger, de se tourner vers l’intérieur plutôt que de chercher au dehors ? Et si tout cela avait pour but de nous amener à chercher et à reconnaitre notre propre vérité ?

La vérité de la personnalité est par nature subjective et dans le contexte de la dualité, on peut extraire notre nature véritable de tous les jeux de rôle, trouver notre singularité, en apprenant à reconnaitre les masques adoptés par les humains. Ces rôles sont universels, tout comme les archétypes qui portent chacun une combinaison d'énergies spécifiques, de potentiel de réalisation.
Trouver notre vrai moi en apprenant à discerner le vrai du faux, l’être véritable des masques, en apprenant à ressentir les différentes fréquences vibratoires, les énergies qui portent chaque rôle, chaque pensée, chaque émotion et distinguer celles du cœur, de l'âme, de l'esprit. Voilà à mon sens, la première raison d'être de l'âme, de son désir d'incarnation.

Les trois rôles principaux ou forme d’état d’esprit, dans ce théâtre grandeur nature, sont ceux du triangle de Karpman : la victime, le bourreau et le sauveur.

mercredi 26 octobre 2016

« Quand la personnalité s’aligne à la géométrie sacrée de l’âme »





25 10 Apprendre à se connaitre, à se reconnaitre et à trouver un sens à sa vie, voilà un programme intéressant et infini. Le but est ce qui met en mouvement mais il n’est pas une fin en soi ni ce qui mène au bonheur. L’objectif permet de trouver l’enthousiasme qui va faire du parcours un chemin épanouissant. En ce chemin, on va apprendre à aimer, à s’aimer et à se respecter. 
Se respecter, à mon sens, c’est d’abord s’écouter, se fier à son intuition sans négliger les besoins de tous les corps. C’est apprendre à se connaitre de l’intérieur, à savoir comment nous fonctionnons et à porter un  regard bienveillant sur soi-même malgré nos attentes insatisfaites.
Savoir qui nous sommes au niveau physique, subtil, personnel et essentiel, révèle le sens de notre vie, notre raison d’être. Savoir au niveau sensoriel, intellectuel et surtout spirituel nous permet d’avancer avec confiance et enthousiasme. Mais au début, cette confiance est fluctuante, au gré des pensées émotions, elle peut basculer vers le doute en quelques minutes. 
On peut néanmoins se détendre en se disant que la psyché humaine est si complexe, la constitution de l’humain divin si complète que vouloir se connaitre en totalité et miser sur cette connaissance pleine et entière pour être heureux revient à espérer gagner au loto.

lundi 24 octobre 2016

« La responsabilité de l’humain face aux circonstances de la vie »





Je suis de plus en plus déterminée à passer à l’action, à utiliser les outils que mon âme m’a donnés, maintenant que je comprends mieux comment fonctionnent les systèmes internes, les rayons, la guidance, et surtout ce que je suis en essence et en totalité. 
Depuis l’enfance, une des croyances fausses, élaborée à partir du drame, c’est que le joie devait venir de l’extérieur. Je portais tellement de tristesse, de colère, de regrets, que je ne pouvais pas sentir la joie naturelle. Les drogues puis les médicaments venaient nourrir à la fois la croyance et en même temps me coupaient de la joie véritable, celle qui vient de la connaissance de soi, de la connexion à la source. 

J’ai donc décidé hier de diminuer la dose mais cette fois-ci, en utilisant les rayons comme des initiateurs et amplificateur de ce choix. Je sais qu’à chaque fois que je diminue de quelques milligrammes, ces émotions et pensées troublées, celles qui entretiennent les croyances relatives à la victime impuissante, se manifestent. Mais à chaque fois, l’idée d'impuissance et la croyance en un parcours de délivrance difficile, m’empêchaient de passer à l’acte ou du moins d’aller au bout du processus de sevrage. 

Maintenant que j’ai vérifié maintes fois le pouvoir de la reconnaissance et de la confidence à la source, maintenant que j’ai admis qu’il n’est pas nécessaire de souffrir pour lâcher une addiction, pour laisser émerger l’être véritable, maintenant que j’ai confiance en mon âme, en son amour et son désir de voir la personnalité heureuse, épanouie, je me sens capable de surmonter ce que j’appelais l’obstacle ultime.

« Découvrez votre Puissance Divine » les guides de l’unité via Daniel Desjardins





Très chers amis humains,
Aujourd'hui, nous désirons vous parler de la Puissance Divine qui vous habite. 
Cette Puissance, vous ne la tirez pas de votre intellect, ni même de votre corps. 
Elle provient de votre Source, elle émane de votre Source, et lorsqu'elle transparait dans votre monde physique, c'est toujours votre Source, votre Divinité qui coule à flots à travers votre cœur. 
Nous vous invitons à ne plus en avoir peur, à ne plus trembler devant son intensité, sa force. 
Aujourd'hui, nous vous invitons à la contempler, l'amadouer, vous en approcher, y toucher et tout simplement être en sa présence, sans jugement, sans projection et de l'observer. 

Certains d'entre vous ont l'impression de caresser une bête sauvage tel un tigre, ou même l'image que vous avez d'un dinosaure. 
Nous vous invitons à l'observer avec les yeux de votre cœur et d'observer qu'au cœur de cette Puissance il y a en fait l'Amour: l'Amour inconditionnel, l'Amour Divin, pur, l'Amour sans attente, gratuit, toujours présent, qui n'attend que votre ouverture pour créer quelque chose de nouveau: une nouvelle évolution à travers vous.

dimanche 23 octobre 2016

« Le corps physique, véhicule de l’âme »





21 10 Aujourd'hui, le ciel est bleu, sans aucun nuage et à l’intérieur, c’est la même chose. Mais ce qui est extraordinaire, c’est que la joie est présente depuis le réveil à six heures du matin alors qu’il fait encore nuit. 
Quand la joie vient de l’intérieur, les circonstances extérieures n’importent plus et quand on sait qu’elles nous ramènent à la source, à notre essence et à l’équilibre interne, on ne perçoit plus de choses désagréables. 

Le fait de ne pas ressasser mentalement, dès le réveil est le signe que la connexion à la source est établie et parfois c’est nécessaire de prendre le temps de se relier pour retrouver la paix et l’enthousiasme. 
Il est important de revenir à la paix, à la sensation de confiance lorsque le mental est perdu dans des pensées difficiles relatives à l’incarnation parce que sinon, on passera la journée soumis à la peur, identifié aux pensées sombres, au personnage.

La première réaction face à quelque chose de douloureux est naturellement de se braquer, de vouloir se battre ou fuir, rejeter ce qui est, mais si on se pose au centre de l’être, tout change. On parle d’ascension, d’élévation de fréquence, de maitrise, d’éveil mais ça consiste juste à retrouver ce que nous sommes en vérité, à tous les niveaux. 
A lâcher les attachements, l’excès, l’illusion pour juste être vrai, entier, intègre, ancré, centré, complet et comblé. 
Les méditations de Deepak Chopra aident à retrouver la conscience et la sensation de Qui nous sommes. Elles parlent au mental, le rassure, l’ouvre à recevoir et percevoir ce que nous sommes au niveau vibratoire, essentiel. 

vendredi 21 octobre 2016

« L’appel de votre enfance » Miriadan via Magali






Vous ressentez la vie comme dure et violente, voire cruelle. 
Vos émotions les plus douloureuses vous sont présentées en ces temps d'illumination, et vous pouvez avoir l'impression que cela n'en finira jamais. Pourtant, un être sur cette planète a besoin de vous, au point de mettre sa vie en vos mains.
 
Faites un retour en arrière, et prenez contact avec vos souvenirs d'enfance, puis d'adolescence. Et ressentez. Cet enfant triste ou abandonné, écarté de l'amitié ou de l'amour, vous appelle. 
Il n'a que vous pour le réconforter, l'embrasser, le pousser et insuffler de la force dans son avancée. Il est ce que vous avez de plus cher, et n'attend de vous que votre attention aimante, bienveillante.
 
Replacez-vous selon la perspective émotionnelle de cet enfant. Et voyez comme votre cœur résonne sur la chaleur maternelle, la compassion et la bonté. Car vous l'avez toujours soutenu, accompagné, chéri. Votre Présence le soutenait jour après jour, instant après instant, pour que l'être que vous êtes aujourd'hui puisse émettre son rayonnement pour éclairer ses pas sur le chemin de votre évolution personnelle.

Votre enfant, l'enfant que vous êtes et que vous avez toujours été, est le cadeau le plus précieux que vous puissiez recevoir
Car il détient en lui les graines de la souveraineté et de la liberté.

« Manifester ou ne pas manifester l’abondance » transmis par Joeliah





Mâ Satya : 
Plusieurs d’entre vous actuellement se sentent extrêmement déçus, anxieux ou frustrés parce qu’ils n’arrivent pas à manifester l’abondance dans leur vie selon la loi de l’attraction qu’on enseigne un peu partout depuis ces dernières décennies, ni à réaliser leurs rêves, désirs espoirs etc.
Plusieurs d’entre vous se demandent « Mais qu’est-ce que je n’ai pas compris encore? » « Pourquoi cela ne marche pas pour moi alors que cela fonctionne si bien pour d’autres? » « Quel est mon problème? » « Je fais vraiment pourtant tout ce qu’il faut…»

Le problème c’est que l’éveil n’a rien à voir avec le fait de manifester des dons, talents ou capacités extraordinaires ni avec le succès ou la réussite de votre vie familiale, amoureuse, relationnelle, professionnelle, matérielle ni même spirituelle. 
L’éveil n’est pas une promesse que vous pourrez enfin manifester ceci ou cela selon votre bon vouloir.
L’éveil est plutôt la promesse que vous serez pleinement en accord avec la manifestation, quelle qu’elle soit
L’accomplissement de vos désirs, cela ce n’est pas l’éveil, tout au plus un chemin parmi d’autres chemins conduisant à l’éveil, puis au plein Éveil, jusqu’à la Source première de votre existence, la Lumière authentique du Soi.

jeudi 20 octobre 2016

« Le retour de votre miroir » Miriadan via Magali





Nous vous l'avons déjà expliqué, car cela fait partie de votre éveil. 
Nous allons ici détailler cette ligne d'horizon que souvent vous regardez sans en saisir la saveur. 
Cette étape dans votre éveil vous propulse à l'intérieur de vous tout en élargissant votre perspective. Elle vous propose un bond en avant si vous acceptez toute son amplitude en vous.
 
Une des Lois de l'Un est que vous êtes tous et chacun pleinement souverains de vos choix et de votre monade. Cela signifie que nul ne peut vous imposer quoi que ce soit, ni pénétrer dans votre espace intime sans votre permission. Et comme vous êtes faits d'Amour, tout se passe au niveau de votre âme, là où la Conscience étend ses perceptions sur toute la Création et ce qui lui est Juste de recevoir. 
Cela ramène au libre-arbitre comme au lâcher-prise, avoir confiance en Vous.
 
Votre Responsabilité est d'accueillir Qui Vous Êtes. 
Telle est votre Rectitude : reconnaître que tout ce qui existe autour de vous n'est que la projection de votre intériorité, vos désirs, votre Volonté
Et un des éléments clés de votre cheminement se déploie dans le Respect. 
Respect de vous-mêmes, et ainsi de l'autre. 

Ce Respect chemine sur votre honnêteté, votre sincérité avec vous-mêmes. 
En voici la matière première, le matériau de lumière : tout ce que vous ressentez provient de vous, et uniquement de vous.

« Offre-toi cet amour que tu cherches en vain à l’extérieur » ou la loi de résonance, l'effet miroir & vidéos: Yacouba Sawadogo, Joéliah





J’ai une belle énergie ce matin, une énergie qui vient de la paix et de l’unité intérieures et des dernières mises à jour effectuées dans le face à face avec soi-même. Et pourtant, le ciel est plombé d’un gris sombre à l’ouest mais j’ai pris soin de me connecter à la source afin qu’elle illumine le plexus solaire, que le soleil intérieur brille. 
Ce soleil, c’est l’énergie de la joie qui vient de cet alignement à l’amour lumière intérieur. La sensation de paix, que tout est bien, qu’un nouveau jour commence, me donne envie de danser, de jouer de la musique.
Le fait que je sois plus active, moins scotchée sur l’ordi, favorise ce sentiment de bien-être qui même s’il vient de l’intérieur, -du fait que je me laisse moins impressionner par les émotions comme la peur puisque la paix demeure-, se nourrit de l’action juste, équilibrée. L’action juste qui n’est pas réfléchie mais qui émerge spontanément de cet état de paix intérieure. Pouvoir s’y ancrer en toutes circonstances est essentiel, c’est le début de la maitrise et de la liberté d’être.  

Quand on s’interroge à propos du divin, on s’imagine beaucoup de choses complexes, on conceptualise alors que c’est dans le ressenti, l’ouverture et l’écoute intérieure que tout se trouve. 
On ne trouve pas le bonheur en obtenant le succès, la gloire ou la richesse. 
Même si cela découle d’un état d’être intérieur puisque lorsqu’on est en paix, en confiance et dans la conscience de ce que nous sommes en vérité, nous attirons tout ce qui est en résonance avec la vibration de l’être véritable. Puis lorsque l'être véritable émerge, l'abondance, la richesse, sont naturellement présents, on le reconnait. 
La paix, la joie, l’amour, la liberté d’être, la plénitude, sont les fréquences associées de notre nature véritable et par conséquent lorsqu’on s’éveille à soi, lorsqu’on s’ouvre à cette vibration divine, on est déjà comblé à l'intérieur et on attire le meilleur, ou ce qui nous correspond le mieux.

mercredi 19 octobre 2016

« Cultiver la Paix en soi »






Depuis quelques jours, j’ai repris la lecture du dernier volume des Rayons Sacrés, des enseignements reçus en syntonisation (en résonance vibratoire) et édités par Joéliah. 
A chaque fois je suis épatée de voir que je comprends les choses sous un angle nouveau, plus large. Chaque page lue éveille l’énergie du rayon en question et sa vibration s’active intérieurement. 
Le rayon bleu va m’amener à être plus active, plus volontaire, à amplifier la foi. 
C’est une sensation subtile et le résultat aussi d’un constat que le recul permet de voir. 
Le désir d’utiliser ces outils augmente à chaque fois que je relis ces livres parce que ça me correspond tout à fait. Je ne fais pas attention aux noms des anges, des maitres ou des archanges puisque je sens que ces énergies sont autant humaines que divines, intérieures qu’extérieures. 
Elles sont en chacun et s’expriment tant au niveau de l’âme que de la personnalité. 
Ce sont les fréquences qui nous constituent et que nous pouvons cultiver. 
Elles émanent de notre âme, de notre soi et sont la base de notre individualité, tant par leur fréquence que par leur dispositions spécifiques et leur potentiel. 
Elles se traduisent dans la matière de façon brutale, polarisée, par des émotions, des fréquences en lien avec nos blessures et les masques qu’elles ont engendré. 
Elles définissent nos dons latents, nos aptitudes et compétences selon nos préférences. 

Mais pour les découvrir, pour voir au-delà des masques, les talents, les dons et les cultiver, cela demande de nettoyer les filtres du mental, de l’émotionnel parce que c’est en approfondissant la relation à l’âme, la confiance et le retour au cœur que vient la connaissance, la maitrise des pensées, des émotions et donc des énergies.

lundi 17 octobre 2016

« Le véritable don de soi » & lien série de méditations guidées par Deepak Chopra





En ce moment, les situations et l’effet pleine lune font émerger les pensées émotions qui maintiennent en place les croyances invalidantes qui continuent de me maintenir dans l'illusion du rôle de la victime.
L’amour lumière, le retour au cœur est l’acte qui permet de guérir ces blessures ou de se libérer des archétypes mais ça demande une confiance totale en ce processus. 
Parce qu’il est clair que lorsque les stratégies s’enclenchent automatiquement puisqu’elles sont inconscientes, il faudra de la patience afin de trouver la clarté, de comprendre ce qui se joue en soi.

La transparence et le désir de vérité, de savoir reconnaitre ce que nous portons et de vouloir tomber les masques, sont indispensables au processus de guérison ou de désidentification des rôles.

Le réflexe conditionné consiste à projeter vers l’extérieur nos peurs, nos croyances, nos frustrations, nos attentes et tant qu’on n’en prend pas conscience, on sera soumis aux mouvements douloureux internes, à la peur et la culpabilité, aux croyances basées sur la notion de séparation et de manque. 
Le désir de savoir, de s’éveiller, est souvent une projection de notre mal-être qui se manifeste par la recherche de sens. C'est une dynamique intéressante mais elle nous éloigne de notre centre, de notre propre vérité si on se tourne vers les autres, vers ceux qu’on pense être éveillés alors que la connaissance est intérieure.  
Elle n'est pas intellectuelle mais vibratoire. 

samedi 15 octobre 2016

« Revenir au centre en toutes circonstances »






13 10 "Relax, tu es seulement de passage sur cette terre alors fais de ce voyage un parcours joyeux plutôt qu’une lutte permanente !" Combien de fois est-ce qu’on se juge, on se condamne, on se crée des exigences, des obligations, en croyant que la performance ou la lutte nous mèneront au bonheur. 
On cherche sans arrêt à se prouver et à prouver au monde qu’on a de la valeur, on attend la reconnaissance extérieure, l’approbation, alors qu’on n’est même pas capable de se reconnaitre soi-même, de s’aimer véritablement. 
Pour se convaincre qu’on est intelligent on passe son enfance, son adolescence, au moins 16 années de sa vie, dans des classes, entassés, à écouter un prof qui ne sait pas vraiment ce que c’est que Vivre.
Pour répondre aux attentes des parents, des adultes, de la société, on se trahi sans arrêt et devenu adulte, on continue de croire qu’il nous faut prouver notre valeur, en se faisant une place de choix dans la société. 
Cette place de choix, c’est celle du dominant qui assois son pouvoir en manipulant les autres, en se sentant supérieur parce qu’une autorité extérieure a validé des compétences qui ne sont autres que la capacité à apprendre par cœur toutes sortes d’infos totalement inutiles. Des infos qui ne sont d’aucun secours si on se trouve seul en pleine nature, si notre vie est en danger ou si on doit survivre dans un milieu inconnu. 

L'école valorise ceux qui sont capables d'être compétitifs, manipulateurs, de se conformer à l'autorité, de plaire aux professeurs ou d'être populaire auprès des élèves. Dans la société à l'âge adulte, on retrouve les mêmes schémas de soumission à l'élite, l'autorité et de manipulation/vengeance auprès des plus faibles ou de ceux qu'on veut séduire. 
On passe sa vie à lutter, à vouloir convaincre les autres qu’on a le droit d’exister sur cette terre, qu’on est quelqu’un de bien mais au fond c’est en nous que le doute nous ronge. 
On ne sait pas s’aimer, alors on se dit que si les autres nous aiment ce sera la preuve qu’on a de la valeur, qu’on a le droit d’exister.

mercredi 12 octobre 2016

« Aujourd’hui » & conférences Desda Zuckerman, Dr Lissa Rankin





10 10 Ce matin, je me suis réveillée après sept heures de sommeil ininterrompu avec la simple joie d’être juste en vie. Je me suis fait une belle trouille hier soir en constatant que je crachais du sang. J’ai été étonnée de ne pas être envahie par la peur bien qu’elle ce soit tout de même manifestée. J’ai tout confié à la source comme j’en ai pris l’habitude et je crois que c’est la stupéfaction qui l’emportait sur la peur. 
Déjà, je ne suis pas restée coincée dans les pensées de condamnation, d’accusation et l’idée de mourir ne m’a pas angoissé plus que ça. Par moments des pensées me ramenaient vers des personnages de l’histoire qui ont été tuberculeux. Des personnages dont la vie a été racontée dans des romans et qui représentaient une part de leurs contemporains. J’ai toujours considéré les romans comme des miroirs de la société et ces pensées démontraient une forme de détachement vis-à-vis de ma propre histoire. 

Bien que j’aie un peu dramatisé, mais ça, je m’en rends compte avec le recul qu'il fallait le vivre intensément pour choisir de sonder mon cœur et mes profondeurs, finalement le bilan est plutôt positif. Et le potentiel de la dramatisation dans son aspect énergétique "positif", c'est la passion. Reste à équilibrer les choses, à laisser le cœur harmoniser l'ensemble pour qu'émerge la joie pure et simple.
Ce qui ressortait surtout, c’était la tristesse de penser que peut-être mon corps physique n’en pouvait plus, même qu’il ne m’aimait plus. La souffrance venait plus de la peur du rejet ou que cette histoire d’amour toute récente s’arrête là alors que je commence seulement à vouloir habiter pleinement mon corps physique et maintenant que je me sente de plus en plus à l'aise « chez moi ».

Ça peut sembler insensé de percevoir son corps physique comme un ensemble d’éléments, de cellules conscientes et autonomes mais cette sensation est bien réelle. Et depuis que j’apprends à comprendre les messages de l’âme, qu’elle m’adresse entre autres, au travers de symptômes, ou en d’autres termes depuis que j’écoute mon corps et lui parle ou lui répond selon l’élan du cœur, l’idée qu’il soit conscient et autonome devient une évidence.

lundi 10 octobre 2016

« Votre cœur, le pont vers votre divinité » les guides de l’unité via Daniel Desjardins






Très chers amis humains,
C'est avec grande joie et un Amour incommensurable que nous nous adressons à vous aujourd'hui. Nous voulons vous parler tout particulièrement de votre cœur. 
Tout comme votre cerveau est une antenne qui vous permet de capter des idées, des informations, des pensées, votre cœur est aussi en un sens un récepteur.

C'est à travers cette antenne incroyablement évoluée que votre propre divinité vous parle, à vous, l'Être qui vivez cette vie. 
Parfois, ses messages se rendent jusqu'à votre esprit et vous en prenez alors conscience et tout cela ne dépend que de votre ouverture. Vous pouvez vivre très longtemps en ignorant complètement ces messages; et c'est pourquoi beaucoup de vos poètes en ont parlé comme étant la petite voix à l'intérieur de vous. 

Cette petite voix qui ne s'impose jamais, cette petite voix qui vous murmure tout ce qui est bon pour vous, tout ce qui est en alignement avec qui vous êtes réellement, mais jamais votre divinité ne s'imposera, car elle est douceur, Amour, compassion et patience.

dimanche 9 octobre 2016

« La magie de la guidance interne qui fait de l’impermanence une source de Joie » & Idriss Aberkane "Libérez votre cerveau"






8 10 J'ai relu ce que j’ai écrit entre hier et aujourd’hui en me disant que mon discours peut sembler radical ou que je donne l’impression de rejeter le mental, les visions, les projections, tout ce qui concerne les mondes éthériques ou astral mais en fait, chaque jour m’amène à chercher l’équilibre. Puis à apprivoiser le caractère mouvementé, impermanent de la vie. 
Si je dis que je ne me tourne plus vers les messages spirituels, ça ne signifie pas qu’ils sont faux, ça veut juste dire que je n’en ai plus besoin comme avant. 
Tout ce qui nous vient de l’extérieur vise à nous amener vers l’intérieur afin de nous connaitre intimement, de nourrir l’amour vrai de soi en changeant son regard, d’être donc plus confiant envers soi et la vie.

La complexité de l’être humain demande de connaitre ce qui nous compose sur tous les plans et cette connaissance s’acquiert autant par les infos extérieures, comme l’anatomie, la psychologie, les sciences en général que de l'intérieur par le ressenti, la connexion à la source. Et c'est en intégrant les connaissance extérieures, en les appliquant, en les reformulant et en les utilisant qu'on se les approprient. 
L’effet résonance, tout comme l’effet miroir, nous invitent à reconnaitre ce qui fait écho en nous, ce qui nous semble vrai et dans cet aller retour entre l’extérieur et l’intérieur  on apprend à caler notre vision à celle du cœur. A pouvoir sentir simultanément ce qu’on vit à l’intérieur tout en étant en relation avec l’environnement. 
C’est en affinant les perceptions sensorielles, l’écoute et l’attention qu’on découvre que nous sommes guidés, soutenus, connectés, en permanence, avec toute vie et avant tout avec la source dont émane tout ce qui est. 

Il est clair que l’immense écart entre la perception qu’on se fait de la source, de la réalité de sa grandeur, de son infinitude et la personnalité humaine est déconcertante.

samedi 8 octobre 2016

« Passer du mental, du monde de la projection, de l’illusion, à celui de l’action consciente »





7 10 La journée d’hier sous un ciel plombé et pluvieux a fait ressortir les manques et la façon de gérer mon temps en étant trop dans ma tête, focalisée sur le mental. 
Plus le temps passe et plus je me rends compte qu’être de plus en plus présente, consciente à mon corps physique, dans l’action, devient nécessaire. 

Je suis encore trop dans le mental, les projections, les réflexions et par le fait je complique les choses alors que la vie est simple. Plus je suis dans mes pensées et plus je risque de m’y identifier, de me laisser embarquer par ces énergies qui même si elles ont un sens d’un point de vue humain, ne font que nourrir la dualité, le conflit, la lutte et la résistance. 

Il est clair que l’ordinateur maintient à la surface de l’être et qu’il est bon que je dose.
J’ai demandé hier à la source de m’aider en ce sens et dès ce matin, la connexion Internet déconne. J’ai demandé qu’elle m’aide à être ancrée et je suis servie puisque c’est l’action spontanée, la connexion à la nature, l’activité à l’extérieur qui facilite la circulation de l’énergie, de la Vie. 
Malgré que j’en sois consciente, je n’arrivais pas à lâcher cet appareil. 
Je lui ai confié que je n’en pouvais plus de passer des heures sur l’ordinateur comme s’il m’hypnotisait. Et c’est ce qu’il fait puisque je suis plus focalisée vers l’extérieur que vers l’intérieur. J’ai établi un emploi du temps qui me limite. La routine, les habitudes qui certes rassurent le mental c'est un enfermement qui en plus rend la vie chiante.

jeudi 6 octobre 2016

« Dans le contraste de la dualité ; apprendre à aimer sans condition » & films "miroirs"






La journée d’hier a révélé que la culpabilité et le jugement demeuraient en moi, enfin que ces énergies continuaient de bloquer le flux naturel de la Vie, de l'amour, de la joie..., alors j’ai offert à la source, ces pensées. 
Je suis allée à la réunion de présentation de l’association « agir ensemble » et comme je suis hypersensible, dès la veille au soir, des remontées émotionnelles se manifestaient sans que je puisse les accueillir pleinement. Je les entendais ces pensées et les offraient à la source mais le bagage émotionnel demeurait "au fond". Enfin je ne m’en suis pas rendue compte de suite puisque j’étais relativement en paix mais cette paix bien souvent, est mentale, elle résulte de la compréhension de l’intérêt de vivre sur cette fréquence. 

Il s’agit là d’une stratégie d’évitement du mental mais c’est déjà mieux que de vibrer sur la fréquence du rejet conscient, du déni et de la peur. La façon dont je me suis réveillée en colère la nuit a révélé ce refoulement émotionnel et là encore plutôt que de cogiter, j’ai confié à la source la charge de ce matériel énergétique. Cela m’a permis de me rendormir et de pouvoir me lever suffisamment tôt pour me préparer à aller sereinement à ce rendez-vous. 
Savoir se raisonner est déjà énorme parce que ça évite de ressasser mais tant que l’émotion n’est pas vécue dans la neutralité, c'est-à-dire en se positionnant en observateur neutre, les comportements d’évitement, de refoulement perdureront. 
Mais déjà en agissant au niveau de la pensée, on élève sa fréquence et l’amour circule mieux en soi. On sera prêt à regarder en face les émotions sans les craindre ou les juger.

« La vertu et le chemin de croix » Simon Leclerc





Bonjour à tous,
En transit entre deux projets de coopération internationale, je reviens vers vous pour vous partager une expérience spirituelle parmi les plus stimulantes qu’il m’ait été donné de vivre jusqu’à présent dans cette incarnation. Je vous la partage dans le but de stimuler votre propre parcours d’éveil.

Quand j’ai débuté mon cheminement spirituel, l’une des premières choses que j’ai apprises est que nous avons tous expérimenté, à divers degrés, des états de conscience expansifs, et d’autres beaucoup plus lourds, qui ont été vécus alors que nous étions, en apparence, déconnectés de notre lumière. Je dis « en apparence », car en réalité, il est impossible de vraiment se séparer de l’être de lumière que nous sommes. Mais durant l’incarnation, l’illusion de cette sensation de séparation nous paraît bien réelle.

J’ai appris que nous avons vécu des vies d’amour et de partage, mais aussi que nous avons eu d’autres expériences plus lourdes qui nous ont traumatisés. Peu importe les rôles joués, que nous ayons été victimes ou bourreaux, certaines expériences passées continuent d’être ressenties intérieurement comme des éléments à oublier de nous-mêmes. Dans ce contexte, il peut être difficile de reconnaître que nous ayons été voleur-volé, abuseur-abusé, tueur-tué, violeur-violé, traitre-trahi, etc. Cette vérité peut faire peur à priori, mais paradoxalement, lorsqu’acceptée, elle libère d’un poids important. Elle permet de revisiter une croyance populaire qui suggère que pour « revenir à la maison de Dieu », il faille redevenir pur et parfait.

mercredi 5 octobre 2016

« Être la Lumière que Nous Sommes » Kara Schallock






Nombreux sont ceux qui jugent le chaos comme étant une chose à éviter, y compris moi par le passé. Cependant, lorsque nous pouvons aller au-delà du jugement de quelque chose comme étant bon ou mauvais, nous entrons dans l’espace sacré de la Neutralité qui n’est pas celui de la dualité. 

Lorsque nous pouvons être neutre, nous transcendons la dualité dont le jugement fait partie. Du chaos vient l’Équilibre. C’est comme un mobile. Lorsqu’une partie d’un mobile est enlevée, le chaos en découle. Le mobile rebondit jusqu’à ce qu’il retrouve son nouvel Équilibre, et il en est de même pour nous. 
Si nous pouvons rester neutres et observer, nous ne nous attachons pas à un côté ou à un autre. Nous observons avec patience et nous attendons qu’un nouvel équilibre soit créé. 

Dans le nouvel Équilibre né du chaos, les anciens schémas se dissolvent et tout se réarrange de lui-même dans les nouvelles façons d’être. 

Alors que nous permettons à toutes les choses de changer, nous nous équilibrons. Alors que nous nous détachons du fait de juger quelque chose comme étant bon ou mauvais, nous permettons à l’Ordre Divin de créer le Nouveau.

mardi 4 octobre 2016

« Reconnaitre la guidance intérieure et danser avec la Vie »



 


3 10 Les trois jours passés à observer les mouvements intérieurs, avec le recul qu’offre le positionnement dans le cœur ou la neutralité, ont eut pour effet d’élever mon taux vibratoire. La confiance en « sois » est inébranlable, la souplesse et la capacité à suivre la guidance interne a augmenté au point où tout est maintenant fluide, facile. 
Moins je cogite, moins je m’identifie aux pensées quelles qu’elles soient et plus je fais confiance à l’amour lumière intérieurs.

Son mode de fonctionnement est l’inverse de celui du mental et ses stratégies. 
Bien qu’il utilise la pensée, elle n’est qu’un aspect infime dans le tout que nous sommes.
Plus j’ai confiance en l’élan qui surgit et surtout maintenant que je ne me laisse plus impressionner par les émotions, puisque je les reconnais aussi comme l’expression de la vie, comme des signaux, des mouvements qui m’incitent à revenir au centre, et plus je peux planifier mon temps selon cette guidance interne.

Je ne décide pas ce que je vais faire par l’intellect mais je laisse venir l’inspiration. 
J’ai posé les intentions majeures et avant tout celle de vivre dans la paix, l’harmonie et l’unité intérieures afin de devenir autonome à tous les niveaux.
J’ai appris à la reconnaitre, à distinguer l’élan du cœur de celui de l’ego apeuré et à constater que c’est par de petites choses insignifiantes que la guidance interne se manifeste ou se révèle.

lundi 3 octobre 2016

« La valeur d’un être ne dépend pas de son mérite mais de la reconnaissance de l’essence qui l’anime »






2 10 Depuis trois jours, le ciel est rayé de nuages parallèles voilant le soleil dès le matin. Alors plutôt que de nourrir la colère, la tristesse, la révolte ou l’esprit de vengeance, j’offre à la source toutes ces pensées émotions émanant de la peur et de l’ignorance. 

Elles sont légitimes si on s’identifie à la personnalité humaine seulement mais quand on sait que l’essence originelle de l’être est éternelle, quand on connait un tant soit peu comment fonctionnent les énergies, et surtout si on a constaté le pouvoir de l’amour, ce sera l’occasion de trouver la paix, l’harmonie et l’équilibre. 

Ça peut sembler insensé de croire qu’une simple phrase puisse tout changer mais c’est un fait, quelque chose que je constate chaque jour.
Là encore il faut prendre du recul et en même temps de la profondeur pour comprendre l’impact des pensées et des émotions. L’énergie des pensées, des émotions associées, se propage dans l’air, l’éther et va rencontrer des énergies de même fréquence puis revenir à son expéditeur amplifiée par le mouvement.

On peut tous en faire l’expérience concrètement lorsqu’on se réveille le matin avec des pensées négatives qui vont amener d’autres pensées similaires et nous rendre dépressif. 
La journée va être pourrie et on ne verra que l’aspect négatif des choses. La mémoire va intervenir et ressortir tous les évènements douloureux de notre vie.

dimanche 2 octobre 2016

« Une pluie d'énergie purificatrice pour vous » les guides de l’unité via Daniel Desjardins






Très chers amis humains,
C'est toujours une grande joie que de nous adresser à vous. Nous venons à vous aujourd'hui avec de nouvelles énergies; et si vous fermez les yeux et que vous vous laissez porter par ce message, vous percevrez alors potentiellement comme une grande pluie de lumière qui descend sur vous. Nous vous invitons à vous laisser baigner par ces nouvelles énergies douces, pétillantes, réconfortantes que nous vous transmettons aujourd'hui. 

À travers ces énergies, nous souhaitons vous apporter une plus grande légèreté dans votre être, car pour plusieurs d'entre vous, en ce moment de transformation intense, vous avez souvent l'impression que votre être, votre vie, votre réalité est lourd, plus difficile à porter qu'à certains autres moments de votre vie. 
Et, nous vous disons tout cela avec Amour, cette lourdeur est bien créée par vous, car toutes ces résistances, toutes ces croyances auxquelles vous vous accrochez, causent cette lourdeur, causent cette fatigue.

Certains d'entre vous baignent déjà dans la joie nouvelle de cette ouverture à votre être authentique, à votre ouverture à être ce que vous pouvez être pleinement sur cette Terre, dans cette vie. Nous vous invitons à lâcher-prise, et en ce moment béni, à tout simplement recevoir cette pluie d'énergie régénératrice que nous vous transmettons avec tout notre Amour.

samedi 1 octobre 2016

« La Nouvelle Terre est la Liberté » Les Andromédiens via Vera Ingeborg





Avant tout, je tiens à préciser une nouvelle fois, la raison de publications de ce genre, de ces canalisations, de ces infos que captent des humains et dont l’origine est extra-terrestre. Dans le sens littéral du terme, qui n’est pas de ce monde. 
Qu’il s’agisse d’entités de l’astral, des mondes unifiés, d’autres galaxies, ça m’est égal, ce qui compte, c’est le sens, le contenu, la sensation ressentie à la lecture du message. 

Le point de vue humain est limité aux connaissances accumulées au fil des siècles et la majorité des découvertes conséquentes sont souvent cachées au grand public.
Connaitre la vision d’êtres qui ont un point de vue extérieur à la terre, qui ont un niveau de conscience plus large, est toujours instructif et avec le recul on peut en vérifier l’exactitude, la sagesse. 
C’est lorsqu’on s’ouvre aux autres, qu’on enrichit ses connaissances, sa vision, son point de vue même si La connaissance primordiale est intérieure, intime
L’amour et la lumière ou la Conscience s’enrichit, se déploie dans le mouvement, elle amplifie dans chaque cœur qui l’accueille, se reconnait en elle.

Internet permet la diffusion de toutes sortes d’infos et même lorsqu’elles sont d’origine humaine, on ne peut jamais en vérifier l’exactitude, la source, ni connaitre l’intention de ceux qui les partagent.
Ce contexte permet de cultiver l’écoute intérieure, de se fier au ressenti et d’utiliser le discernement selon la façon dont l’info résonne en soi.

Si cela apparait comme une évidence, cela veut dire que l’info est pertinente, pour soi-même, à cet instant précis. Je grasse toujours ce qui fait écho en moi, c’est une façon de marquer l’unité, la similitude du point de vue. Mais je vous laisse lire... avec les yeux du cœur…

« Il n’est pas nécessaire de lutter contre ce qui est pour que ça change, au contraire ! » & documentaire : « En Conscience »





Quel bonheur de se réveiller chaque matin avec un enthousiasme croissant alors même que l’on est dans une période de sa vie que la société qualifie de décadente !
La simple joie de vivre en sachant qui je suis, qui Nous sommes, en étant consciente que chaque parcelle, chaque cellule, chaque corps, tout ce qui me constitue est intelligent, en perpétuelle communication, en harmonie. 
Lorsqu’on a fait la paix avec soi-même, avec son passé, avec son aspect physique, les circonstances de sa vie, lorsque cette paix n’est plus troublée par les mouvements naturels des cycles, de l’évolution, on apprend vraiment à ce connaître.

Cette connaissance intime, intérieure et de plus en plus pointue, globale, élargie, est l’expression même de l’amour véritable de soi. 
Quand je dis « soi », je pourrais dire de ‘tout ce que je suis’. 
C’est impressionnant de comprendre de quoi nous sommes faits et de pouvoir participer activement à son propre bien-être. 
Savoir que nous sommes une multitude, de gènes, de cellules, de corps, d’énergies, que nous existons sur différents plans de conscience, de dimensions, et nourrir le désir de paix, d’unité, d’harmonie, change totalement la perception de soi.

Plus que de l’amour narcissique, le fait d’être le témoin de ses mondes intérieurs, de l’alchimie qui s’opère en soi, restaure l’ordre et l’amour véritable. 
Penser qu’on est un corps qui nait pour mourir est loin d’être la réalité et c’est pourtant ce qui est admis par la majorité des individus. Non seulement la vie est éternelle mais nous sommes bien plus vaste que ce que l’on croit. Évidemment c'est depuis le cœur que tout s'équilibre, que la mort du corps physique n'est plus perçue comme une perte mais juste comme une phase de l'évolution.