jeudi 29 décembre 2016

« Honorer l’innocence de l’enfant en soi »





28 12 Une affirmation dans une des méditations de Deepak Chopra retient mon attention ce matin et cette perspective vient nourrir ma vision, ma compréhension. 
Il dit : « Je nourris l’univers et l’univers me nourrit » mais en fait, si on s’en réfère au souffle et donc à la relation au divin, à l’univers, c’est plutôt l’inverse, on se nourrit d’abord de l’univers par l’inspiration puis on le nourrit par l’expiration. 
Bien que ça puisse sembler insignifiant, ça révèle bien des choses. 

Quand on considère les choses de ce point de vue, on comprend aisément qu’on ne serait rien sans la source, qu’on ne peut prétendre donner depuis notre vouloir et donc s’en attribuer les mérites. 
On comprend qu’il n’y a rien à faire pour exister ni pour manifester le divin en soi, qu'il n'y a aucun sacrifice à consentir sinon celui d'être vrai. 

Notre qualité de vie dépend de notre nourriture et si on est conscient d’être l’amour, que l’univers est cette vibration d’harmonie, si on inspire l’amour en conscience, on se nourrit de hautes vibrations. 
Ou plutôt, je devrais dire si on est conscient de respirer l’amour et la lumière, c’est qu’on a déjà bien nettoyé les filtres des croyances, compris l’importance, la valeur de l’amour, de la paix et de l’unité, ou qu’on a eu accès à cela.   
Et on est conscient de la même manière qu’on restitue cet amour lumière dans le monde en les portant, en le vibrant. 
Selon notre degré de conscience, selon notre focalisation, notre intention sincère, nous puisons dans des sphères plus ou moins élevés, unifiées,  nous nous nourrissons de ce sur quoi nous nous focalisons ou portons notre attention. C’est en cela qu’on choisit les fréquences sur lesquelles on veut voyager, les êtres avec lesquels on est en interaction.

29/12 Je suis passée encore par des vagues de libération émotionnelle, d’ennui, de lassitude, de jugements et la différence avec le passé, c’est que je ne bloque plus rien.

mardi 27 décembre 2016

« Patience…Écoute…Ouverture » & conférences au sujet de l’improvisation





25 12 Un sentiment de gratitude m’envahit quand je considère ma vie avec du recul et quand je vois objectivement où j’en suis rendue. La journée d’hier s’est passée dans la joie, la transparence, l’écoute des aspects internes et plus particulièrement de l’enfant intérieur qui montrait des signes de tristesse sachant que ma mère et ma sœur sont ensemble pour les fêtes. J’ai accueillies ces pensées et les émotions associées que j’ai confié à la source intérieure et cet épanchement du cœur a maintenu la paix, la joie, le sentiment d’unité, de communion. 
Alors que je voulais écouter les contes des mille et une nuits, l’idée que je pourrais plutôt créer ma vie selon mes propres rêves, désirs, est venue non pas comme une critique, une frustration mais comme un potentiel à ma portée. 
Quand je confectionnais de la mousse au chocolat hier j’ai invité les êtres créateurs dans la matière, les cuisiniers, les sorcières, les fées, à y participer, à contribuer par leur expérience, leur savoir faire et l’amour pour la création.

Les besoins existentiels de l’humain, c’est l’amour, l’échange, le partage, le fait de prendre soin, de contribuer, de créer selon ses aspirations et talents. Cela peut se vivre à l’intérieur et comme c’est le principe créateur qui nourrit la joie, les besoins de l’humain, ils sont satisfaits dans cet élan à créer, à cocréer. 
Puis cet élan à appeler des êtres ou des consciences puisque je considère que la vie ne se limite pas à cette incarnation, cet espace temps, c’est aussi l’expression de mon ouverture aux autres, le signe que la confiance grandit. 
Il n’est pas nécessaire d’être physiquement prêts des êtres pour sentir leur présence, pour communier, la technologie en est l’illustration.

lundi 26 décembre 2016

« Je Me glisserai dans le cœur de chacun ! » Christ (ou la vibration d'amour inconditionnel...) via Monique Mathieu





Présence du Maître Christ à Monique Mathieu :
Je ressens la Présence très puissante d’un Être et un Amour très fort. Peut-être cet Etre ne désire-t-il pas me dire qui il est mais mon cœur bat très fort !
Il me dit :
«  Avant de dire qui Je suis, j’aimerais que vous ressentiez Ma vibration, que vous ressentiez l’Amour que J’ai pour vous et qui demeurera jusqu’à l’avènement, jusqu’à ce que vous nous retrouviez.
Pour vous donner une petite indication, Je vous rappelle ce que Je vous ai déjà dit : "Je reviendrai, je Me glisserai dans le cœur de chacun afin qu’il puisse Me reconnaître".

Maintenant, Je vous dis que ce moment sera bientôt venu et que Je commence à Me glisser dans le cœur de ceux qui sont prêts à Me recevoir, à M’accepter. Je Me glisse dans le cœur de ceux qui ont suffisamment ouvert leur cœur à l’Amour.

Beaucoup de Travailleurs de Lumière sont très grandement ouverts à l’Amour et n’ont pour objectif que de le faire grandir afin de l’offrir à la vie et à leurs frères.

Moi qui ai vécu sur ce monde, Moi qui ai aimé et qui ai aussi appris à ceux qui Me suivaient ce qu’est réellement l’Amour, Je voudrais dire : gardez toujours Ma Présence dans votre cœur ! Laissez toujours grandes ouvertes les portes de votre cœur, et vous serez rassasiés de Mon Amour !

« Passer à travers le temps des fêtes et de votre vie avec Amour » les guides de l‘unité via Daniel Desjardins






Très chers amis humains,
Aujourd'hui, nous désirons vous parler avec Amour et sans jugement à propos des énergies récurrentes en ces temps de l'année. Tous les humains, sans exception, ressentent un mélange de pression, d'excitation et certains transforment cela en une grande énergie créatrice alors que d'autres l'utilisent pour se détruire. 

Nous voulons vous aider à mieux comprendre et mieux gérer ces énergies, car il y a un grand mélange, un grand tourbillon et certaines parties proviennent du collectif humain et d'autres viennent de l'Univers qui vous entoure.

Les énergies de l'Univers, à ce temps-ci de l'année, sont en pleine transition. 
Vous vivez le passage d'une année à une autre, et cela depuis quelques jours et pour encore quelque temps. 
La transition d'une année à une autre ne se fait pas en une journée, elle se fait au fur et à mesure d'une transformation des énergies qui vous entoure et déclenche en tous, et même dans l'univers et la création qui vous entoure, des transformations. 

Vous ressentez cette transformation de l'intérieur vers l'extérieur et tout cela crée une certaine incertitude et c'est en grande partie cela que vous ressentez et qui sous-tend tout le reste. 
Le collectif humain grouille de dualités, de peurs, de peur de manque, de peur d'être seul, mais en même temps de jugements et c'est sur cet aspect que nous désirons nous attarder aujourd'hui pour vous aider. 

dimanche 25 décembre 2016

« La puissance de la vibration infinie d’amour inconditionnel ! »





24/12 J’ai encore envie d’écrire ce matin, enfin cette après midi et je ne m’en prive pas. Plus ça va et plus je me dis qu’écouter son corps physique et suivre chacune de ses envies est essentiel. 
C’est une guidance permanente qui utilise chaque corps subtil, chaque cellule, chaque atome, chaque connexion  neuronale et réaction chimique pour nous conduire par la main avec pour seul guide, la vibration de la joie.

La joie, c’est la raison d’être de l’âme et du Soi qui en décidant de venir s’incarner dans un corps de chair, s’unissent, associent leurs vibrations, leur mélodie respective pour chanter la gloire du vivant. Je n’ai pas le bonheur d’être parent mais la connaissance de ce que je suis, absorbe ce qui pourrait être une souffrance en me montrant que tout est création, que l’acte de créer n’a pas de limites ni dans la forme ni dans l’espace. 
Et à mesure que je prends conscience de toutes ces intelligences qui forment l’être que je suis, à mesure que le dialogue intérieure est plus aimant, plus tendre, la sensation d’expansion s’installe, le désir d'habiter cet univers intérieur augmente, la sensation d'être privilégiée de pouvoir vivre cette communion avec tous les règnes, éléments, aspects de l'être qui me constitue.

Puis la sensation d’unité intérieure se reflète aussi vers l’extérieur parce qu’en fait il n’y a pas de séparation ni dans l’espace, ni dans le temps. Quel plus bel hommage peut-on rendre à la vie que de la chérir en soi, en manifestant la joie d’être.

samedi 24 décembre 2016

« Il était une foi…à l’infini » & conte de Magali





Aujourd’hui, tout est calme, ouvert et souriant à l'intérieur faisant écho au beau ciel bleu ensoleillé et au temps clément qui m'a permis de ne pas allumer le poêle depuis hier. 
Non seulement il ne fait pas froid mais en plus, comme l'énergie vitale, l'énergie du désir, de la joie, circule de façon de plus en plus fluide, c'est vivifiant et calorifère. 

L’écoute et l’accueil des émotions refoulées a produit son effet libérateur et les contes ont ouvert l’imaginaire. C’est très instructifs de se laisser bercer par la narration de ces expériences de vie si extraordinaires parce qu’elles portent des enseignements que l’âme peut capter et transformer en leçon de sagesse. 

Plus ça va et plus je suis consciente et convaincue que Tout est en soi. 
Tout ce qu’on cherche à l’extérieur et même les signes, les visions, les contacts extra-terrestres, avec les entités de l'espace, des mondes invisibles. 
On n’est pas assez attentif à nos mondes intérieurs et tellement effrayé par l’inconnu qu’on ne voit pas tout ce potentiel à notre disposition.

L’amour qui est reliance, communication, échange équitable, est notre essence primordiale, l’énergie et la vibration qui nous anime et nous donne l’élan d’agir, qui a poussé notre âme à venir s’incarner, est à portée de main, c'est tout ce que nous sommes, perçu dans l'unité et l'harmonie. 
On le cherche au dehors parce qu’on ne comprend pas sa nature. Mais nous avons progressé dans nos recherches, notre compréhension, en venant dans ce monde d'illusion, de séparation...

vendredi 23 décembre 2016

« Accueillir ce qui émerge des profondeurs » & « Contes des mille et une nuits »





Aller au cœur de soi-même, chercher l’être authentique, la vérité de l’être, c’est nécessairement passer par les épaisses couches de tristesse, de colère, de peurs, de culpabilité, de honte, c’est oser enfin regarder en soi tout ce qui nous empêche de sentir l’amour que nous sommes. 
Nous avons toujours inconsciemment ou parce que nous nourrissons de fausses croyances au sujet de l'amour, repoussé ce moment parce que nous pensions que pour manifester notre essence, l’amour et la lumière que nous sommes, nous devions être bon et donc nier toutes ces pensées émotions douloureuses. 

Nous avons pensé en tant qu’enfant que pour être aimé, il nous fallait agir de façon à mériter l’amour de nos parents, et donc faire tout ce qu’ils attendaient de nous. Quand leurs attentes étaient injustes ou indues, nous n’avions pas le pouvoir de nous y opposer et ce fait a induit en nous toutes sortes de croyances quand à notre valeur. 
Nous avons éprouvé de la honte, de la culpabilité, un sentiment d’injustice, de trahison et cela a crée en notre cœur autant de cicatrices qu’il a fallu anesthésier en nous coupant de ce dernier. Toutes ces croyances trouvent leur origine dans la perception que nous avons de dieu, dans l'idée de séparation nourrie depuis des siècles par l'humanité, par nos ancêtres. Pour l'enfant, dieu, c'est son père, sa mère, ce sont ces seules références. 
On peut aisément comprendre la confusion qui vient de cette association malheureuse.

Quand on décide d’emprunter le chemin qui va de la tête au cœur, nous sommes face à ces blessures, ces pensées d’injustice éprouvées alors, tout revient à la surface mais nous continuons par réflexe de les rejeter, de les nier, de juger ces émotions et de nous faire le reproche de porter encore de tels sentiments alors que nous sommes adultes et prétendument sages.

mercredi 21 décembre 2016

« Transparence, authenticité, dans la relation à l’âme » & « 7ème reconnexion âmique » guidée par Magali and cie






Ce matin et depuis hier soir, la connexion Internet se coupe et comme un voyant bleu s’allume, l’idée que des mises à jour s’effectuent m’a évité de paniquer. Puis cette intuition m'a été confirmée en allant sur le site du serveur.
Je parle de panique parce que c’est clair que je suis dépendante de cette connexion qui constitue mon ouverture au monde, aux âmes sœurs, et qui me permet de m’affirmer en tant qu’individu en partageant ma vision et mon expérience. 
J’en suis dépendante mais comme j’accepte ce fait, déjà, ça m’évite de nourrir la culpabilité, l’idée de perfection qui colle la pression et maintient dans les jeux de rôles, dans l’illusion. 
Puis comme l’extérieur reflète ce que je vis à l’intérieur, je peux aussi affirmer que je suis dépendante de la connexion à l’âme, au divin, à la source. Plus qu'une dépendance, il s'agit d'une reconnaissance de l'essence vitale qui m'anime, de mes origines...

Ce thème de la dépendance est important dans ma vie et j’ai longtemps considéré que c’était une tare, une faiblesse, que de dépendre de l'amour des autres alors je luttais contre cette idée qui m’insupportai parce que dépendre des autres, de leur amour, amène nécessairement à souffrir. 
Puis la foi m’a ouvert un nouveau chemin, une compréhension plus vaste de ce que je suis, de la vie et du divin en soi. Maintenant, je reconnais complètement cette dépendance à la source qui me préserve de la souffrance et de l’attachement aux humains. 

Placer sa confiance en l’âme, en la présence, en la famille intérieure, en ses corps, rend autonome affectivement et c’est quelque chose d’essentiel parce que lorsque le contact est établit, lorsque la communication intérieure peut se faire librement, on entre dans un nouveau monde, celui de l’amour pur.

mardi 20 décembre 2016

« Pouvoir être en paix avec ce qui est, ramène à l’humilité, à la gratitude, à la confiance... »





Ce matin, je suis en mode réceptif, attentif, détendu. Le fait d’avoir pris l’habitude de laisser les pensées émotions défiler sans les retenir, semble libérer de l’espace à l’intérieur. Une nouvelle façon de voir, d’être et de créer s’est installée nourrissant la joie, la capacité d’émerveillement qui vient de la confiance en la vie, du fait que la réalité se situe au-delà des apparences. 
Se laisser guider par l’âme, par l’élan spontané, par la joie, libère l’enfant intérieur du poids du passé, des habitudes et des conditionnements douloureux. 

C’est vrai que tant qu’on doute de cette capacité de changer et du fait qu’il suffit de tout confier à son cœur, on peut passer par des moments difficiles puisque les pensées émotions qui ont été prises dans la glace de notre inconscient ont besoin d’être libérées. Et pour cela, il faut orienter l’amour lumière en leur direction afin que la chaleur fasse fondre la glace et que l’énergie puisse circuler à nouveau. 
Dit autrement, il faut laisser ces pensées émotions difficiles, celles qui nourrissent le manque d’amour de soi, remonter à la surface et les observer sans jugement, les ramener à la conscience et les inonder d’amour. 
Les inonder d’amour revient à ne pas les juger, ne pas les rejeter, ne pas les qualifier mais juste les laisser passer, les laisser s’exprimer sans s’y attacher.

C’est fascinant comme processus parce qu’on peut sentir notre taux vibratoire qui change et la joie finit toujours pas se manifester. Parce que la joie est notre nature véritable, c’est l’élan de notre âme, son moteur d’incarnation, c’est ce désir d’être, d’expérimenter, de cocréer, qui la pousse à plonger dans l’incarnation. 

lundi 19 décembre 2016

« L’intention qui porte les choix, les actes, est déterminante, essencielle » & conférences Magali et Isabelle Padovani





18 12 Je continue d’être bien dans ma peau, dans l’accueil, la douceur et la paix. 
L’énergie de la lune est une invitation à sonder ses mondes intérieurs et une activation du féminin sacré, de ce pouvoir d’accueil, de cette capacité à prendre soin de la vie, de la chair, de l’élan à contribuer, à nourrir, à étendre sa compassion sur les aspects de l’être, à ouvrir son cœur à la tendresse…
Quand on considère les choses d’un point de vue énergétique, vibratoire, on abandonne les images et les représentations ( saints, maitres ascensionnés, modèles) pour entrer dans le monde des sensations. Les émotions deviennent des guides et leur vibration nous relie à des fréquences, des êtres, des dimensions, en résonance.
On a moins besoin des images, des modèles, des interprétations, parce que la sensation parle d’elle-même et l’ouverture de cœur, la capacité d’accueillir c’est aussi celle de recevoir l’intuition, l’inspiration, d’être à l’écoute, d’observer de façon neutre et ainsi de pouvoir percevoir ce qui est au-delà de l’image, de l’apparence. 

Cela n’enlève rien à l’image ou à la représentation mais de ce point de vue, depuis la paix et l'unité intérieures, on voit avec clarté, en profondeur, et plus seulement de façon superficielle selon des croyances limitantes et les conditionnements humains. 
La vision est élargie et approfondie parce que le ressenti s’y ajoute et comme dans un esprit d’unité, les corps sont alignés, ils perçoivent ensemble et simultanément, la situation, la personne, les aspects internes ou l’environnement.

samedi 17 décembre 2016

« Entrez en partenariat avec la Terre » les guides de l’unité via Daniel Desjardins






Très chers amis humains,
Aujourd'hui, nous désirons vous parler de votre planète, la Terre. La Terre est un être conscient, un peu comme vous l'êtes, un peu comme certains animaux à la fréquence très élevée. 
Elle est consciente d'elle-même, elle est consciente de son rôle dans l'évolution de la conscience vers l'Unité et elle vous interpelle, tous et toutes, chacun à votre façon. 

La prochaine année qui arrive à grands pas pour vous amène avec elle des énergies d'une bien plus grande conscience, bien plus élevée. Et une partie de cette ouverture passe par votre acceptation que vous, en tant qu'être incarné, vivez en symbiose avec votre planète la Terre. 

Nous vous invitons à prendre un moment, régulièrement pour être à l'écoute de la Terre. Elle a bien des choses à vous dire, elle a bien des énergies à vous transmettre et apprécie lorsque vous prenez un moment pour entrer en relation avec elle. 

Cette relation est bénéfique pour vous deux, car vous les humains êtes sur le même cheminement que la Terre; vous contribuez l’un à l'autre dans cette évolution.

vendredi 16 décembre 2016

« Quel est Votre Objectif ? » Kara Schallock





Lorsque vous voyez la vie de l’intérieur, vous n’êtes pas séduit par quoi que ce soit en dehors de vous-même. Vous la voyez sans passion (sans attachement) en tant qu’observateur et vous trouvez un message à tout cela. 

Cela commence par la pratique de la méditation, car la méditation ramène la totalité de votre conscience en vous. Et pour finir, vous voyez tout comme une méditation … de l’intérieur. 
Chaque livre que vous lisez, chaque spectacle que vous regardez, chaque chanson ou conversation que vous entendez ou auxquelles vous participez … tout est spécialement conçu pour vous afin que vous puissiez évoluer(1).

Cela ne veut pas dire que les boutons ne sont plus poussés et donc ces boutons vous montrent quelle croyance / schéma est toujours en train de créer votre vie. 
Lorsque cela m’arrive, je remercie sincèrement car autrement je pourrais me tromper en pensant que je suis tout à fait débarrassée de l’ancien. (Je n’utilise pas le mot ‘déclencheur’ car cela me semble trop fort et je fais toujours attention aux mots que j’utilise). 
Lorsqu’un bouton particulier est poussé, j’écris et je crée une Rose sacrée au-dessus de moi pour rassembler les anciennes croyances / schémas et pour qu’ils puissent se transformer en Amour.

jeudi 15 décembre 2016

« 2017 l’année de la Créativité » le groupe Miriadan via Magali





Décembre 2016 est un mois à la fois déstabilisant pour ceux qui prennent conscience que leurs repères si fiables auparavant ne répondent plus aux demandes de l'Instant Présent, et si enthousiasmant par les promesses qu'il sort de notre cœur afin qu'elles puissent prendre une réalité dans notre vie. Car 2017 va être l'année de tous les possibles, où toutes les potentialités vont se manifester dans notre société.
 
Nous verrons à la fois des déconstructions, des désillusions, des pertes et des rejets, et en même temps, nous observerons des créations, des idées originales, des actes bienveillants là où il n'y en avait pas avant. 
Partout où cela paraissait stable, le Mouvement assouplira les esprits et les corps. 
Et là où l'Inconnu régnait en maître, nous y poserons nos valises pour rebâtir sur le Bien Commun. Non pas pour les autres, pour les aider, mais bien pour nous-mêmes, pour que nous puissions nous abandonner à la Confiance.
 
2017 ne sera pas une année de Paix. Elle sera le brouillon de notre Nouvelle Terre, avec ses traits malhabiles et ses coups de gomme. Nous pourrons à loisir essayer, tester, tâtonner, en bref, nous pourrons Jouer. Et ce Jeu prendra sa source dans la Bienveillance. Ceux qui résonneront sur leur cœur tendront la main à ceux qui perdent pied. 
Parce qu'accompagner l'autre, son prochain, ramène simplement à s'aimer soi, encore et encore. Ce sera un élan naturel, évident

La Compassion christique apposera sa douceur et son écoute à chaque être en demande.

mercredi 14 décembre 2016

« Être hors d’atteinte » les êtres de lumière via Monique Mathieu





"Vous avez beaucoup changé et beaucoup évolué depuis que nous vous guidons, que nous vous prenons par la main pour vous ouvrir la route. Bien sûr, certaines personnes ont choisi un autre chemin car elles sont totalement libres de leurs choix ; elles ont choisi un chemin plus facile, et c'est pour cela qu'elles s'écartent de l'école de Sagesse qui est la vôtre.
Le vrai chemin spirituel demande un investissement personnel très important, et certaines personnes ne sont pas encore prêtes pour le suivre ; elles préfèrent des chemins un peu sinueux plutôt que de prendre la ligne droite qui les mènera beaucoup plus vite au but ; ce chemin sinueux comportera peut-être beaucoup plus d'expériences (pas des difficultés mais bien des expériences).

Vous avez tous globalement beaucoup évolué, beaucoup compris, vous avez également élevé votre fréquence vibratoire de plusieurs" crans", même si cela ne signifie rien pour les humains.
Le fait d'élever votre fréquence vibratoire est très important parce que cela vous met à l'abri de toutes les manipulations et de beaucoup de poisons que vous respirez et ingérez sans vous en rendre compte.

« La volonté est à placer dans le désir de paix, d’unité, d'harmonie et dans l’abandon du jugement »






13/12 La confiance en la source nourrit la véritable confiance en soi. C’est quelque chose qui s’acquiert par l’expérience et dans la relation intime avec l’âme considérée comme l'aspect le plus sage de soi-même, ça demande d’observer attentivement ce qui se vit en soi. Observer sans juger c’est toujours la clef.
Je ne doute plus du tout d’être guidée en tous temps, en toutes choses, aimée sans conditions parce que tout ce que je vis présentement en témoigne.
Cette guidance a toujours été là seulement je regardais ailleurs, j’interprétais les faits selon les croyances et les attentes.
La première erreur si on peut dire, c’est de croire que les autres, les circonstances, sont responsables de notre état d’être. 
C’est une erreur dans le sens où on interprète les choses à l’envers. On a une vision inversée de ce que nous sommes et de ce qui est.
L’autre nous renvoie toujours ce qui en nous a besoin d’être considéré, vu et accepté. 
C’est une réalité incontestable et c’est en le reconnaissant, en l’acceptant qu’on peut alors retrouver la paix, l’ordre et l’équilibre. 
Notre mental, notre personnalité ne se satisfait jamais de ce qu’on a, de ce qu’on est, elle en veut toujours plus. C’est un fait qui peut nous handicaper grandement parce que ça créé des frustrations, des attentes et une forte pression ainsi que du rejet de soi mais c’est aussi un excellent moteur de recherche, d’évolution

C’est l’expression de l’énergie en perpétuel mouvement qui nous invite sans cesse à créer, à nous adapter, à innover, à bouger, à remettre en question nos croyances, à ouvrir sans cesse notre cœur et notre esprit afin d’élargir notre champ de possibilités.

mardi 13 décembre 2016

« La souffrance » le groupe Miriadan via Magali






Dans l'Absolu, il n'y a pas de souffrance. Dans l'Absolu, nous sommes tous conscients d'être étincelles de l'Un et de répondre à Sa Volonté.
Nous ne sommes pas dans l'Absolu ici-bas. Et nous connaissons la souffrance.
 
La souffrance n'est pas obligatoire, ni nécessaire. 
Les religions la prônent afin que nous nous écartions de la Voie du Milieu, celle qui nous guide sereinement vers nous-mêmes.
Nous sommes dans un ensemble d'énergies qui répondent à la Loi d'Attraction, puis à la Loi de la Grâce (voir
ici). Nous sommes le résultat de vies simultanées, hologramme de tout ce que contient notre âme, et expression d'un Être.
 
Lorsque nous ne comprenons pas les signes transmis par notre corps, nous pouvons alors plonger dans une souffrance : physique, psychique, spirituelle. Et nous nous fermons aux potentialités adoucies de compréhension.
Pourquoi ? Pourquoi avons-nous choisi de connaître à nouveau la souffrance ? 
Cela a-t-il de l'importance lorsque nous y sommes ? 
Certains parlent de prédestination, d'autres de fermeture inconsciente au plaisir et à la joie.
Quoi qu'il en soit, lorsque la souffrance est là, elle ne disparaîtra pas tant que nous ne l'aurons pas regardée. 

« La danse des cellules » Les EnSeigneurs du Ciel via Joéliah





Belles âmes de lumière, soyez bénies.
Souvenez-vous de qui vous êtes, souvenez-vous de la joie que vous aviez lorsque vous avez appris que vous alliez vivre la danse des cellules sur la Terre, au sein de la matière.
Il n'est pas donné à toutes les âmes de pouvoir s'incarner aussi, soyez en gratitude totale avec ce moment où vous avez reçu l'autorisation, vous vous êtes donné l'autorisation de venir sur cette Terre.
 
Vous* avez choisi vos parents, votre lignée familiale, le lieu où vous êtes né et ce n'est pas par hasard. Vous avez aussi choisi une heure spéciale parce qu'à cet instant précis vous avez eu des aides de la part de puissances cosmiques. Vous recevez l'appui de forces planétaires et d'anges, de vos anges gardiens.
Vous recevez aussi des qualités spécifiques tout comme dans un conte où ce sont des fées, oui des anges viennent vous apporter des qualités que vous pouvez développer dans votre vie, pour que vous puissiez jouir pleinement de votre vie, pour que vous puissiez apporter et vivre votre meilleur.
 
Ceci fait que vous avez toutes et tous des talents spécifiques qui, mis ensemble forme votre originalité, votre spécificité et, ce que vous pouvez  et savez faire, il n'y a que vous qui puissiez le faire.
Que ce soit au sein de votre famille, avec vos amis, dans votre travail, dans le sport, dans toute activité physique, matérielle, vous pouvez mettre vos talents au service de la vie et c'est toujours en demandant et en obtenant ce meilleur que vous pouvez réussir pleinement et vous sentir parfait sur cette vie.

lundi 12 décembre 2016

« La Phase Finale – Vers de Nouveaux Horizons » Emmanuel Dagher





Mes amis,
Comme je l’ai écrit dans les Prévisions Énergétiques de Novembre 2016, « Un temps d’achèvement – la fin d’un cycle de 9 ans », nous sommes à un moment charnière du voyage d’éveil de l’humanité, celui qui va changer à jamais le paysage de notre réalité personnelle et globale.
Donc il nous reste seulement quelques semaines en 2016, et wouah… les choses ont changé depuis le mois dernier!

La Phase Finale
Ces prochaines semaines qui mènent à un tout nouveau Cycle de 9 ans à compter du 1er janvier 2017, vont nous donner l’opportunité d’en finir avec les derniers détails que nous choisissons encore d’expérimenter.
C’est un excellent moment pour faire un inventaire et pour décider quelles leçons de vie / personnes / lieux / expériences / pratiques vous aimeriez emporter avec vous alors que vous avancez dans votre voyage.
C’est aussi le moment de laisser partir ce que vous savez ne plus être aligné à votre Soi le plus authentique et le plus vrai.

Certains des schémas qui peuvent nous éloigner de notre Soi le plus authentique et le plus vrai sont l’inquiétude, la culpabilité, la peur, la honte, le jugement, le manque et le doute. La façon la plus simple pour savoir ce que vous devez libérer, c’est de prendre un moment, de regarder chacun de ces schémas et de vous demander ce que vous ressentez avec chacun d’eux.

Est-ce que l’un d’entre eux fait que vous vous sentez en expansion et positif ? Ou bien que vous vous sentez lourd et pas si bien que ça ?

« Le mécanisme de la création » les guides de l’unité via Daniel Desjardins






Très chers humains,
Aujourd'hui, nous souhaitons vous parler du mécanisme de la création. 
Vous, les êtres vivants, mais aussi tout ce qui existe autour de vous, toute cette création est en fait simplement le reflet de ce que l'on pourrait appeler l'imagination de la Source, votre imagination. 
Non pas que ce n'est pas réel, car vous l'avez bel et bien créé, mais tout ceci est: des pensées, des idées, des désirs matérialisés, actualisés.

Aujourd'hui, nous voulons vous amener à vous ouvrir à l'idée que votre vie, votre réalité, ce qui vous entoure est donc aussi le fruit de l'actualisation de vos idées, de votre création. 

Nous voulons vous amener à concevoir et percevoir que vous avez donc la capacité et le pouvoir de créer autre chose pour votre réalité et votre vie.

Tout ceci n'est que "permanent", selon votre perception, tout simplement parce que vous y croyez. 
Vous vous attendez à ce que les choses soient comme elles sont d'un jour à l'autre et donc elles le sont. 
Lorsque vous arrivez à changer votre esprit pour vous ouvrir à de nouvelles idées qui émanent de votre divinité, votre réalité change peu à peu pour refléter ces nouvelles idées qui émanent de votre source.

dimanche 11 décembre 2016

« Vers la stabilité émotionnelle » & film « Le comte de Monte Cristo »





10 12 Ce matin, je suis encore dans la joie, la légèreté, la fluidité. La visite de mon âmie hier soir, m’a fait du bien et maintenant que je sais mieux comment fonctionnent l’humain, l’énergie, ce qu’est l’amour, j’ai encore appris. Savoir que l’autre éveille quelque chose qui est en soi, que cela soit agréable ou pas, nous aide à mieux nous connaitre et à apprendre à maitriser la vibration qu’on émane.
Une remarque de mon âmie à propos du blog et du caractère répétitif de ce que j’écris, est restée en mémoire et comme j’ai pu en parler de suite au lieu de me braquer, je peux approfondir le truc. 

C’est clair que la forme de ce site, le fait que ce soit un journal intime, qu’il retrace ce que je pense et vit au quotidien, peut lasser puisque la progression vers plus de clarté, d’autonomie est graduelle. Mais ceux qui vivent ce chemin de découverte de soi, de libération, savent à quel point ça demande de la patience, de la persévérance, parce que le fait de ramener son attention à l'intérieur lorsqu'on se sent troublé, n'est pas un "geste" habituel, il est même contraire à notre mode de fonctionnement courant. 
Puis pour se déconditionner, ne plus s'identifier à ces mécanismes de projection vers l'extérieur de ce qui nous trouble à l'intérieur, ça demande de former le mental selon ses propres outils d'intégration qui agissent au niveau de la mémoire. En ce sens la répétition constitue une gymnastique mentale qui aide à rester conscient de ce qui se vit en soi, de ce que nous sommes et de ce que nous ne sommes pas. 

Nous sommes tellement conditionnés, identifiés aux personnages, aux pensées, aux émotions, attachés aux définitions communes et par nature instables, que ce nettoyage des filtres mental/émotionnel, de la mémoire, est un « travail » constant. 
J’emploie le mot travail qui n’est pas tout à fait approprié puisqu’il s’agit surtout d’être conscient de ce que nous émanons, lorsque la paix intérieure est troublée. Je devrais dire que c'est l'amour à l'action, la conscience en mouvement.

vendredi 9 décembre 2016

« Croitre en conscience et en confiance » & vidéos, « 5ème séance de reconnexion âmique » animée par Magali






Il semble qu’apprendre à se nourrir correctement, à ingérer, assimiler, intégrer, digérer et restituer, soit le but de notre existence, ce que nous faisons tout au long de notre vie. 
Dès l’état de fœtus, nous passons notre temps à porter à notre bouche les objets que nous rencontrons, nous goûtons la vie et tentons de nous remplir, sans cesse. 
On commence à mieux connaitre l’impact des vibrations tout comme la valeur énergétique des aliments. On comprend comment chaque être se nourrit dans l’échange, comment l’interaction est permanente, qu’elle soit visible ou invisible.

Le goût d’aller vers l’autre, d’échanger, de partager est naturel, vital même, mais très souvent par ignorance et par la sensation de manque, nous nous goinfrons, nous vampirisons les autres, notre environnement, avec une avidité croissante.

J’apprends en ce moment, à admettre le besoin vital de l’échange sans y voir une interdépendance forcément douloureuse. 
C’est clair que lorsqu’on va vers l’autre en étant rempli d’attentes, en espérant combler la sensation de vide et de solitude, on va nécessairement être frustré parce que tant qu’on ne réalise pas que tout commence en soi, tout dépend de la relation à soi, de sa qualité, on se sentira incomplet et en manque. 
C’est en même temps le désir de communion motivé par l’âme, le fait que nous soyons des êtres énergétiques, vibratoires, que nous soyons nés de la source Une, qui nous pousse à vouloir fusionner, échanger, contribuer. Et c’est aussi notre nature pulsionnelle, animale, le prédateur intérieur, cette soif inextinguible qui nous donne cet élan d’aller vers l’extérieur, à la rencontre de l’autre. 

jeudi 8 décembre 2016

« 6 manières de transformer les émotions en alliées » selon Jean Jacques Crèvecoeur





7 12 Je m’interroge ce matin à propos des égrégores, du monde astral et la question qui revient toujours c’est de savoir si ces mondes sont ‘réels’, si ce sont des ‘objets’ issus de la conscience source ou si ce sont des projections mentales des humains. 

Comme d’habitude, je pose la question en l’air et quelques pistes de réflexion surgissent tandis que je m’active dans les choses du quotidien. 
Déjà, au fond, que ce soient des projections mentales ou des objets issus de la conscience Une, de la source, l’origine est commune et il y a une réalité énergétique. 
Ce qui me pousse à faire la différence c’est que je connais l’ambivalence de l’humain qui lorsqu’il souhaite la justice, a tendance à vouloir éliminer ceux qu’il juge responsables des injustices. 
Déjà là, ce qui est produit, est tout à fait contradictoire tout comme le fait de souhaiter la paix en luttant contre ceux qui font la guerre. La vibration dominante n'est pas celle de la paix mais celle de la violence. 
Ce qui vient de la conscience humaine est duel ou polarisé, divisé en bien et en mal et à mon sens, l’évolution vers la sagesse, c’est de comprendre la force de l’unité, la puissance de l’amour, d’aller vers la conscience Une, l’être unifié, complet, et donc autonome à tout point de vue.
Puis l’idée que ce sont les rêves qui nourrissent ces mondes est venue.Tout comme au niveau individuel, le fait de rêver donne de l'espoir, une direction, sur le plan de l'énergie cela créé des égrégores équivalents.

mardi 6 décembre 2016

« Embrasser Tout ce que je suis et sentir la paix, l’unité, la tendresse »





"La vérité est ailleurs", oui, elle est au-delà de l’image, des apparences, elle est en soi, dans la relation intime et bienveillante à son univers intérieur. 
Dire qu’elle est ailleurs dans le sens d’extérieure n’est pas faux non plus puisque tout est conscience mais cela peut nourrir l’idée de séparation, le sentiment d’indignité, le déni, la quête d’un ailleurs, l’attente et les frustrations et très souvent, c’est dans le sens d’éloigné qu’on conçoit le divin. Et là encore il y a du vrai puisque la source est en toute chose, jusque dans les confins de l’univers.

Tout comme l’humanité dépense des sommes faramineuses, des ressources intellectuelles et beaucoup d’énergie pour aller visiter le cosmos, nous avons tendance à l’échelle individuelle à chercher les visions, le contact avec le monde astral, au lieu de se tourner vers l’intérieur. Au lieu d'apprendre à percevoir toutes les dimensions de l'être et ainsi à constater que les anges, les guides, l'âme, sont des aspects de nous-même.

On fuit l’inconfort, la réalité cruelle et routinière du quotidien, on souffre de nos incompréhensions, on rejette les aspects intérieures en souffrance ou malaimés, l’enfant qu’on a été lorsque celui-ci a souffert de manque, on cherche l’amour auprès d’un conjoint, afin de combler le vide intérieur, l’insécurité.

On pressent que nous sommes plus que ce que nos yeux nous révèlent et pourtant c’est à l’extérieur qu’on place le divin, on croit qu’il nous faut mériter son amour, le prouver par des postures, des prières, des sacrifices, par un comportement sensé nous rapprocher de dieu. 
Ce qui nous empêche de sentir la source, l’amour et la lumière que nous sommes, ce sont toutes les croyances, les conditionnements et les stratégies de survie et avant toute chose cette croyance en la séparation.

lundi 5 décembre 2016

« Nouvelle Vague »





Je pensais que je pourrais me reposer après la vague de remontées émotionnelles de la semaine passée mais les téléchargements et les mises à jour continuent. 
Cette récurrence dans la réception de vagues de lumière qui font remonter les schémas sclérosants à la surface, donne la sensation de ne pas avoir de répit mais en fait, ça m’aide à ne pas m’encroûter, à rester vigilante et à prendre les choses avec toujours plus de légèreté. 
D’ailleurs, j’ai commencé la journée en écoutant et en jouant de la musique, sans aucune retenue juste en suivant l’élan de l’instant, le désir de vivre pleinement et de me placer sur les fréquences qui rendent la vie belle. La pluie depuis hier et le ciel gris cachent la lumière mais c’est une occasion de laisser briller le soleil intérieur, de laisser la source harmoniser le mental émotionnel.

Comme je ne bloque rien, comme je ne m’arrête sur aucune pensée émotion, tout est fluidifié, facilité et le seul objectif de la journée, c’est de nourrir la joie de vivre.

Les règles me donnent la sensation d’avoir subi une purge intérieure pendant 24h, un renouvellement, une régénérescence et j’ai pu constater à nouveau l’efficacité du lâcher prise face à la douleur. Je ne me souvenais plus de ces douleurs spécifiques et comme je n’ai pas cherché à comprendre pourquoi ça venait subitement ni comment c’était possible que j’aie en même temps des bouffées de chaleur, je n’ai pas souffert du tout.

samedi 3 décembre 2016

« Tout est possible » & Entretien avec Marc Auburn





Ce matin, je suis étonnée de constater que j’ai mes règles. Depuis 3 ou 4 ans, je suis entrée dans la phase de ménopause et je goûte "les joies" des bouffées de chaleur qui à mon sens, sont des manifestations de l’énergie de vie qui se déploie dans le corps physique au lieu d’être cantonnée dans les ovaires. 
D’ailleurs le fait que l’énergie de vie, du désir soit consacrée à la fabrication de l’œuf puis que cet œuf ne soit pas fécondé, peut expliquer que dans ces périodes on se sente affaiblies, vulnérables et parfois déprimées. C’est tout le cycle du vivant qui se manifeste en nous, de la création à la mort, du désir à sa manifestation ou non. 
Cela peut éveiller toutes sortes de mémoires, de peurs, de questions existentielles. 

L’idée de ne pas avoir d’enfant est venue mais en l'offrant à la source, en lui confiant toutes les pensées de frustration ou en considérant cela de façon neutre, une autre vision plus positive, objective, est apparue. 
Celle du potentiel de renaissance offert dans cette incarnation et la certitude que ce choix de l’âme correspond tout à fait à celle du vrai moi. 
Cet alignement intérieur, cette unité des corps, cette communion avec l’âme vaut bien la relation parent/enfant. Elle en est l’origine, la quête et le potentiel de réalisation de l’être unifié. N’est-ce pas là un choix merveilleux ? En tous cas, il me réjouit autant qu’il me motive à être et à connaitre tout ce que je suis, à persévérer en cette voie de reconnaissance, de retour à la maison, à l’unité et l’harmonie.

Plus je suis dans l’accueil des pensées, émotions, dans la neutralité et moins ces bouffées de chaleur, que j’associe aux montées d’énergies, de l’énergie de vie, du désir, sont violentes. Ces derniers temps, cela s’était stabilisé et les symptômes des menstruations sont apparus mais j’ai pensé que c’était un problème rénal qui générait des douleurs à cet endroit.
Je ne m'attache plus aux croyances, anciennes ou nouvelles, je reste ouverte parce que les réponses viennent lorsqu'on est dans cet état de réceptivité, sans attentes mais juste dans la certitude d'être entendue, comprise et de pouvoir recevoir des réponses.

vendredi 2 décembre 2016

« Les miracles » Magali/Miriadan & « la fraternité atomique » Nicole Ferroni





Nous avons été conditionnés par bien des croyances. 
Le terme "croyance" est déjà en lui-même un symbole de limitations, car une croyance est déterminée par des cadres, qu'ils soient culturels, religieux, politiques, scientifiques ou amoureux. 
Une dimension est elle-même un cadre de croyances. 
Elle nous offre des repères grâce auxquels nous apprenons et évoluons. 

Une croyance est un espace d'expérimentations dans lequel nous mettons la théorie en pratique.
Notre vie est une croyance. 
Nous sommes nous-mêmes une forme définie par une géométrie et un son précis, respectant les lois inhérentes de l'univers qui nous accueille. 

Où que nous regardions, quoi que nous fassions, qui que nous soyons, nous demeurons dans des limites. L'évolution nous fait changer de repères, élargit notre champ de vision, expanse notre perception, mais conserve des bordures dans un objectif : nous sécuriser, préserver une Cohérence.

« La pensée, l’émotion, c’est de l’énergie qui a besoin de circuler librement » & « 45 sec. d’Éternité » Nicole Dron








1 12 Depuis que la voiture est en panne, je suis obligée de sortir de ma routine et de trouver des solutions pour assumer le quotidien. Mais je ne tente pas de résoudre les choses mentalement, selon mes vieilles stratégies. J’ai focalisée mon attention sur le "travail émotionnel" puisque tout dépend de l’énergie, de sa fluidité et je constate combien le lâcher prise est formidable, comment le seul fait d’apprendre à se détendre, à se détacher des pensées et des émotions, facilite la vie.

Je savais que la visite de ma sœur aurait des répercussions à tous les niveaux de l’être, puisque sa présence éveille la mémoire traumatique et ses stratégies de fuite, mais je me suis contentée d’observer, de répondre à l’élan de l’instant sans m’attacher aux pensées, aux émotions. J’ai parlé de temps en temps à l’enfant en moi mais j’ai plus été dans le ressenti et surtout le lâcher prise, la respiration abdominale, calme, profonde. Abdominale parce que j’ai la sensation que le ventre est le siège des émotions et qu’en le gonflant à l’inspiration, l’énergie est comme brassée.  

Déjà, quand on ne tient pas trop compte des pensées qui émergent continuellement, quand on peut calmer le mental en ne croyant simplement pas tout ce qu’il exprime, l’énergie n’est pas enfermée dans ce corps, la circulation est plus fluide.

L’erreur qu’on fait souvent, c’est d’essayer de s’accrocher à des croyances et de vouloir convaincre le mental qu’il a tort de nourrir des pensées négatives ou encore d'essayer de comprendre quelque chose qui est de l'ordre du ressenti.

lundi 28 novembre 2016

« Connaitre et utiliser ses émotions plutôt que de les subir »





Comme à chaque fois que je vois ma sœur, je suis chamboulée à l’intérieur. De vieilles émotions remontent à la surface, les mécanismes de survie, les comportements impulsifs se manifestent mais cette fois-ci, j’ai pu calmer le mental, accueillir l'émotion et m’adresser à l’enfant intérieur, communiquer, communier avec cet aspect de moi-même qui réagit au contact de ma famille. 
Tant que je ne savais pas comment fonctionne le mental, tant que je ne connaissais pas le système de survie, les jeux de rôle…, je réagissais de façon automatique et souvent je projetais les émotions vers ma sœur, ma mère, vers tous ceux qui éveillaient les blessures internes. Puis quand j’ai compris comment l’enfant refoule l’émotion dans l’inconscient, j’ai dû apprendre à lâcher les étiquettes, à me défaire de la notion de bien et de mal, en revenant au centre, à la neutralité mentale pour que ces émotions refoulées puisse s’exprimer sans que je m’y identifie. Et comprendre surtout que la compréhension mentale des mécanismes de survie ne libère pas en profondeur, ne libère pas la mémoire émotionnelle, seule la libre expression de l’émotion, dans le détachement, permet cela graduellement.
Selon chaque membre de la famille, des scénarii spécifiques se rejouent continuellement et cela correspond au rôle de victime la plupart du temps. 
Alors le meilleur moyen de libérer ces comportements instinctifs, c’est déjà de rassurer l’enfant en moi, de lui parler, de lui témoigner du soutien sans conditions de l’adulte que je suis aujourd’hui. 
Un soutien qui se manifeste concrètement par le fait de ne pas s'identifier aux pensées ni aux émotions qui émergent automatiquement. J'ai dû la rassurer mentalement, lui dire qu’elle ne court aucun danger en posant les circonstances actuelles, de façon objective.

dimanche 27 novembre 2016

« Nous sommes Lumière et Amour » Kara Schallock





Nous avons de plus en plus de Lumière. Lorsque cela se produit, les anciens problèmes / schémas / croyances refont surface pour partir afin que plus de Lumière et d’Amour puissent prendre la place. 
Chaque entrave intérieure à votre Véritable Soi et à votre Pouvoir – comme la peur, l’anxiété et tout ce qui n’appartient pas à ce que vous êtes – est mise en Lumière. 

Les relations qui font partie de l’ancien et qui n’ont pas encore été libérées vous montrent comment ces relations sont nocives. Cela s’est produit au sein de la relation que j’ai avec ma mère en particulier (bien que cela se soit produit avec d’autres relations à un degré moindre). 
La relation la plus forte que vous avez est celle où vous êtes le plus attaché à ce qu’elle reste la même. Ma mère disait que tout devait avoir des règles. Cela a touché une corde sensible en moi car je sais que le Nouveau n’a pas de place pour les règles. 

Les règles sont basées sur les anciens modèles de contrôle. Ce qui a été un autre grand moment de surprise pour moi alors que toutes les relations avec ma famille de naissance sont en train de changer peu à peu.

Nous évoluons par petites vagues et cela peut sembler lent. 
J’avais remarqué qu’aucune personne de ma famille n’entrait en résonance avec moi. L’avaient-elles jamais fait ?

« Votre lumière s’intensifie » les guides de l’unité via Daniel Desjardins





« Très chers amis humains,
C'est avec grand Amour et grande Joie que nous nous adressons à vous aujourd'hui. Depuis notre dernier message, ce nuage, cette noirceur dont nous vous parlions s'est déjà grandement dissipée. Le choc initial a amené de plus en plus d'êtres humains à s'enflammer, à s'allumer et, même si, pour une majorité ce n'est encore qu'un balbutiement, c'est déjà tellement merveilleux à observer; toutes ces lumières qui s'allument, tous ces cœurs qui s'ouvrent, cela amène beaucoup, beaucoup de lumière dans votre collectif humain. 

De notre perspective, nous observons ce qui était une grande noirceur devenir de plus en plus spectaculaire avec tous ces jeux d'ombre et de lumière. Nous ne vous disons pas que la lumière va faire fuir tous les ténèbres instantanément, mais ce que nous pouvons vous confirmer c'est que cette lumière est en chemin et cela est une grande source de Joie pour tous les êtres non incarnés, mais aussi tous les êtres incarnés, car lorsque vous sombrez dans le sommeil, vous aussi avez la même perspective que nous. Certains en ont un bref souvenir à leur éveil. 

Notre message aujourd'hui est donc un message encourageant et rassurant, car vous êtes sur le chemin d'éveil, vous êtes sur votre chemin, car cet éveil vous mène, tout un chacun individuellement, à l'expression de votre brillance.

samedi 26 novembre 2016

« Les mondes subtils de la pensée, de l’émotion, de la vibration » & « 4ème reconnexion âmique » avec Magali Magdara






25 11 Ce matin, j’ai la pêche et avec le recul je constate une fois de plus que les turbulences mènent toujours à plus de stabilité intérieure, une plus grande clarté ou une conscience plus ouverte, attentive, une foi amplifiée et plus ancrée dans la réalité. 

C’est clair que toutes les infos auxquelles nous avons désormais accès, toutes les fréquences lumineuses que nous recevons tant de la source que des mondes subtils, viennent balayer les anciennes croyances et bien évidemment cela créé des turbulences en tous nos corps. La lumière éclaire ce qui est caché en profondeur, elle révèle nos blessures et les stratégies habituelles qui ne marchent plus lorsqu’on commence à comprendre les mécanismes de survie.
Tant qu’on reste identifié à la surface de l’être, on ne peut pas avoir suffisamment de recul pour voir que tout est parfait. Et cette perfection n’est pas un concept humain, elle ne concerne pas l’individu mais l’être véritable, la source, la conscience Une et l’âme qui animent toute vie. Cette clef de sagesse, un peu plus bas, piochée à l’instant, me confirme la puissance de la vibration, de l’intention, lorsqu’elle s’aligne au mouvement spontané porté par la joie. Je comprends de mieux en mieux comment nous sommes constitués et comment nous fonctionnons à mesure que j’intègre ces nouvelles données qui sont à l’opposé de ce qu’on nous enseigne ordinairement. 
Et c’est cela qui rend difficile le chemin parce que ça demande de se dépouiller de toutes ces fausses croyances qui ont été inculquées depuis des millénaires par ceux qui prétendaient détenir la vérité, l’autorité. 

jeudi 24 novembre 2016

« Le mental ne sait pas gérer l’émotion de façon appropriée, seule l’âme en a le pouvoir »





23 11 Il y a bien longtemps que je n’avais pas eu cette sensation de régresser, de tourner en rond. Mais en regardant en arrière et en constatant que c’est à chaque fois la même chose, le même processus, puis en me positionnant dans le cœur, la neutralité, malgré l’apparente confusion, je trouve la paix et une confiance aveugle en l’avenir.

Quand on s’autorise à vivre les émotions sans les bloquer ni les retenir, on se trouve dans une phase déroutante parce qu’on ne peut plus s’accrocher aux croyances passées, on entre dans un monde inconnu, on perd nos repères habituels. On ne peut plus s’identifier au personnage de surface et à ces certitudes, aux croyances qu’ils l’ont formé et qui le nourrissent alors on a la sensation d’être perdu, seul, impuissant.
On ne sait plus comment être ni quoi faire et plus on essaie de contrôler les choses plus elles nous échappent. 

On est tellement habitué à agir de façon automatique que le fait de suivre l’élan du moment, de vivre au jour le jour, en accueillant ce qui émerge dans l’instant, peut effrayer.
Et plus on résiste à ce qui arrive plus on se sent perdu. La panne de voiture et le mécano qui promet de venir la réparer, c’est un scénario déjà vécu et la seule différence avec le passé, c’est ma façon de réagir à cela.

Je vois que l’énergie de la victime s’active, que les pensées de dévalorisation s’enchaînent et que les émotions sont bloquées dès qu’elles se manifestent. Je ne change rien à ma façon d’agir mais je ne me laisse pas berner par les pensées automatiques.