vendredi 31 octobre 2014

« L’importance du chemin intérieur » les êtres de lumière via Monique Mathieu





Habituellement, dès que je tombe sur un message reçu par Monique Mathieu, je le publie mais celui-ci m’a dérangé à cause de certains mots employés qui font référence à des concepts qui m’apparaissent totalement obsolètes tels que le nom de Dieu, la notion d'élévation qui peut suggérer une fuite de la réalité, une forme de rejet de parts de soi... 

Mais en fait chaque fois qu’on veut exprimer le divin, le subtil, l'énergie par des mots, on s’enferme dans un cadre limité où en plus chacun a une définition subjective des choses. Chaque terme bien qu’il ait une définition commune n’est pas vécu de la même façon pour tout le monde ; pour certains le mot Dieu sera rassurant et pour d’autres, il évoquera l’autorité, la justice et même la vengeance. J’imagine le casse-tête pour les êtres de lumière ! 
Vivement le temps où on pourra se comprendre d’un seul regard ! Où le fait d’être soi-même suffira et où on n’aura plus besoin de comprendre pour aimer et communier.

« Quand l'amour véritable de soi devient la priorité »






Je n’aurais pas cru, il y a un an en arrière, que j’aurais été capable de me dire « je t’aime » avec autant de sincérité, de joie et de facilité. En effet, la première fois où j’ai essayé de le formuler, une larme est venue exprimer ma résistance. 
Je trouvais tellement narcissique le fait d’oser affirmer cela que j’avais bien du mal à être sincère. 
Pourtant, c’est d’une logique implacable ! Puisque tout ce que je vis, ressens, vois et expérimente passe par moi, tout ce dont je suis consciente, selon ma propre perception sera interprété en  fonction de mon vécu, de mes sens, de ma compréhension, il est donc indispensable que je connaisse ce qui me constitue et que je puisse gérer mon monde intérieur avant de me tourner vers l’extérieur. Du moins si je veux interagir en pleine conscience et en toute quiétude.
Je sais que mon interprétation des faits dépend de ma façon de considérer la vie, de mon état d’esprit du moment et que lorsque je me sens bien en dedans, rien ne vient affecter mon humeur. 
La clef, c’est donc de se sentir bien à l’intérieur puisque tout ce que je vais vivre, voir et entendre sera perçu selon la fréquence sur laquelle je me trouve. 
Le bien être intérieur vient de la paix, de l’unité, de l’harmonisation des corps, de ma capacité à laisser l’énergie d’amour imprégner tout mon être.

jeudi 30 octobre 2014

« La compréhension de l’amour » un message du groupe Arcturien via Marylin Raffaelle






« Salutations chers amis.
En ces temps actuels de confusion pour tant de personnes, nous voyons rayonner une grande lumière. Il se passe beaucoup de choses dont vous n’avez pas connaissance car le chaos agit afin de produire un changement de conscience pour ceux qui ne pourraient pas s’ouvrir au changement autrement. Les peurs de la condition humaine changent en trouvant un sentiment de sécurité dans l’uniformité, même si celle-ci est inconfortable, douloureuse ou dépassée.

Ceux qui font l’expérience de situations chaotiques ont tous – pour la plupart – donné leur permission avant de s’incarner afin de faire partie de toute expérience pouvant être nécessaire au changement de la conscience du monde. Ce faisant, ils en finissent avec un karma personnel en aidant à éveiller et à changer cette conscience. Chaque expérience chaotique n’est pas planifiée d’avance. Il y a des moments où une âme devient tellement submergée par la vie sur terre qu’elle oublie son contrat d’avant la naissance et qu’elle s’en prend aux autres et à elle-même de manière nuisible.

« Le Grand Équilibre Cosmique se met en Place » par Emmanuel Dagher





Nous sommes à présent arrivés collectivement à un point d'équilibrage cosmique extraordinaire qui est en train de modifier pour toujours la perspective de la façon dont nous co-créons et vivons en tant que société. 
C'est grâce à notre volonté constante, nos efforts et notre dévouement à accomplir notre travail intérieur que cette transformation se manifeste aussi rapidement.
Les avancées personnelles et mondiales que nous co-créons actuellement sont des occasions de célébration !
Beaucoup d'entre nous sont parvenus à la compréhension que si nous désirons qu'un changement se produise à l'extérieur, il nous faut d'abord commencer par nous-mêmes. 

Des millions de personnes ont maintenant conscience que chacun de nous EST en fait cette Source Universelle d’Énergie Créatrice exprimant sa Divinité à travers la forme physique, ce qui signifie littéralement que nous sommes 'le micro de la macro'.
Est-ce vraiment possible? Serait-il possible que tout ce que nous avons recherché depuis toujours n'était que nous-mêmes ?

« Question d’identification, de sur-identification »





C’est vraiment agréable de se laisser porter par la vie ! C’est sûr qu’il n’a pas été facile de lâcher prise mais en ayant de l’amour pour soi, pour le mental légitimement paniqué, pour le corps émotionnel qui travaille à plein tube et le corps physique dont les ajustements à répétition le fragilise, on en vient à comprendre la valeur de l’unité, de l’amour et surtout à accepter de cesser de juger, de critiquer. 
Comme on sait que toute question est l’expression d’une peur, d’une incompréhension, on développe la patience et l’amour pour le mental, ce qui a pour effet de le calmer, de le rassurer et de stopper les interrogations inutiles. Comme la surcharge énergétique est libérée par l’accueil des émotions, les corps s’alignent dans ce processus et s’allègent ensemble.
Cette nouvelle façon d’appréhender et de résoudre ce qui se vit en soi ; tout ce qui vient perturber la paix, devient une occasion de se center avec intensité et comme le mental, le cœur et l’émotionnel sont associés dans le processus d’acceptation, aucun d’eux n’est méprisé ou privilégié, l’état d’unité se vit de plus en plus souvent jusqu’à devenir stable. 
La vie est drôlement simplifiée quand on cesse de réagir par la critique ou le jugement, qui par nature amplifient la sensation de séparation, de mal être.

mercredi 29 octobre 2014

« Comprendre les forces obscures » Tobias via Geoffrey Hoppe.






J’ai voulu couper le texte puisqu’il est très long et que la traduction rend parfois la lecture pénible tout comme certains commentaires plutôt superflus mais j’ai choisi de le laisser dans son intégralité puisque je me sens poussée à le publier, même si je ne sais pas vraiment pourquoi ou pour qui, je m'exécute. Il faut se souvenir de la date de réception de ce message (2001) et faire preuve de discernement pour garder seulement ce qui nous correspond. Personnellement, c'est l'histoire des 4 éveillés en chemin vers "l'ascension" qui a retenu mon attention. L'extérieur est un miroir révélateur et ce texte, l'occasion de faire le point.



"Et il en est ainsi, chers amis, que nous nous réunissons aujourd’hui avec vous en cercle sacré. En effet, comme votre chanson le dit, nous sommes de vieux amis. (Tobias se réfère à la chanson de Simon et Garfunkle, « Old Friends » qui a été jouée immédiatement avant la transmission.) Nous tous ainsi que vous tous retournons très loin en arrière.
Notre voyage ensemble a commencé au Mur de feu. Notre voyage nous a amené en beaucoup, beaucoup d’endroits, dans des dimensions que nous ne pourrions pas probablement décrire en ce jour. Notre voyage ensemble comme amis, comme anges, comme dieux nous a amené dans la création même de cet univers.
Nos voyages ensemble comme amis nous ont apporté au point de la création de l’Ordre de l’Arc. Vous, et Moi Tobias, étions là ensemble quand cette structure, cette organisation, a été créée.
Nous avons observé les énergies qui étaient dans la dualité, qui étaient à une impasse, et parfois qui se battaient ensemble… nous avons aussi observé pendant que ces énergies étaient rassemblées ensemble pour le bien de tous, et ceci a créé l’Ordre de l’Arc, les Archanges.

« Vouloir changer ou laisser l’amour divin révéler notre vraie nature »





Ce matin, je ne suis pas motivée ou inspirée à écrire. Peut-être parce que j’ai assez extériorisé ce que je pense et certainement parce que ce que j’ai entrepris de faire créé un peu de remous émotionnel. J’ai décidé en accord avec l’enfant intérieur de recommencer à diminuer les doses. Oui je sais ça n’est pas la première fois mais l’envie de faire éclater la bulle de protection l’emporte sur la peur de se trouver nue, fragilisée, vulnérable…
Puisque mon mal-être vient très souvent du fait que je réprime des émotions, que je me suis fixé un idéal à atteindre et que je continue plus ou moins de me censurer, comme j’ai expérimenté l’accueil des émotions avec succès, je suis naturellement poussée à libérer la dépendance aux médicaments. 
Quelques peurs liées à des croyances d’impuissance demeurent mais elles sont gérables. De la même façon, comme je ne focalise pas mon attention sur les rares symptômes de manque, ça passe relativement rapidement.
Si je me sens capable de gérer ce qui se manifestera, c’est parce que j’ai confiance dans le processus d’accueil des émotions et parce que je me suis entrainée à lâcher prise, à cesser de juger. 
C’est toujours le mental qui ajoute la souffrance à la douleur, qui insiste sur ce qui est déséquilibré non pas pour nous faire chier mais pour qu’on puisse revenir au cœur.

mardi 28 octobre 2014

« Au fil de mes lectures… » Ulysse de banlieue, Joéliah et Christiane Singer (conférence)






J’ai envie de partager ces points de vue avec vous. J’ai trouvé ces textes en me promenant sur la toile et je les ai copié-collé pour les lire tellement ça résonne. C’est tellement intéressant de partager des infos avec les « amis » Facebook, puisqu’on a la même foi en l’amour divin en soi, que je pouvais y passer des heures ! 
Heureusement, pour mon équilibre, enfin pour le maintenir, je me plonge avec enthousiasme dans le monde réel, celui de la nature. Le jardin refait partie de mon emploi du temps amenant une forme de dynamisme qui me correspond bien. 

L’activité physique permet de décrocher naturellement du mental et c’est très reposant en ce sens ! Il est vrai que la respiration consciente et calme favorise les libérations et donc amène un mieux être mais ça reste avant tout un moyen rapide de calmer la personnalité afin de se centrer, de venir en son cœur où l’interprétation des faits sera beaucoup plus réaliste, juste, sage puisque le cœur voit à travers l’amour. 
C’est une technique qui prépare à passer à l’action, à interagir avec d’autres humains en virtuel mais surtout en réel. 
C’est sur le terrain qu’on peut vérifier l’état de notre maitrise émotionnelle et mentale. 
Il va de soi que le travail intérieur se vit seul, mais c’est une préparation à la vie sociale tout autant qu’un moyen de trouver l’équilibre et l’harmonie.

« Passer du paraitre à l’Etre » vidéo d'éveil à la citoyenneté





On dirait que l’ajustement intérieur continue. J’ai eu chaud cette nuit, au point de me réveiller en nage. Comme je ne cogite plus et que je me contente de vivre selon l’élan du moment, non seulement le corps mental se repose mais la paix et la joie sont au rendez-vous. Quand je parle de joie, il s’agit plutôt de la sérénité qui vient quand on ne s’accroche plus au mental. 
C’est un peu comme si je me trouvais avec des cancanières et que je ne les écoutais pas. Du moins comme si je les entendais parler sans intervenir et sans les croire. Exactement la même réaction que dans la vie. Les rares fois où j’entends des gens parler d’autres personnes en les critiquant, soit je m’en vais soit je dis ce que je pense, si je sens que ça sera entendu. 
Je relativise en inversant les rôles ou en disant que personne n’est parfait, à l’abri de ses propres peurs et que tant qu’on ne sait pas gérer ses émotions, on aura des réactions imprévisibles, décalées ou exagérées. 
En général, pour ne pas créer de conflit, enfin pour être dans l’affirmation sans donner l’impression d’être au-dessus, je me prends en exemple. Je n’hésite pas à relater des situations où je suis sortie de mes gonds, où j’ai réagi de façon démesurée mais où j'ai su demander pardon.

lundi 27 octobre 2014

« Web conférence, ce soir, 20h, avec Caroline Blanco »






« Une nouvelle technique pour diminuer la suractivité du mental ! »


.
Depuis quelques jours, je n’arrête pas de recevoir des mails qui portent sur la suractivité du mental et dans lesquels on me demande comment on peut arrêter ce flux de pensées et d’émotions négatives. Quand je dis « négatives » j’entends juste par là le fait que cela soit nuisible à notre état.

Étonnamment, j’ai justement reçu pour moi-même un enseignement dernièrement portant bien entendu sur ce sujet. Je comptais le tester sur une plus longue période avant de le partager, mais je comprends à travers ces mails que nous en avons tous besoin maintenant et que je dois juste avoir confiance dans ce qu’on me demande de partager et dans le processus qui se mettra en place à travers cette technique (qui je crois est bien plus puissante encore que ce que je peux déjà voir comme résultats).

« A propos des scénarios catastrophe… »





Voilà qui me rassure ! Non pas cette annonce « Fausse information » (publiée ici) mais le fait que je ne sois pas tombée sur l’info catastrophe apparemment diffusée en masse! Le monde me renvoyant mes propres émanations, voilà qui me confirme l'efficacité du nettoyage en profondeur. L’humain se fait toujours des films et ses croyances ne font que refléter son déni, sa difficulté à regarder en face ses propres ombres ! Alors il projette sa peur, ses fantasmes (fantômes) sur le monde et bien évidemment, l’outil favori pour ce faire, c’est le Net ! Cette toile où chacun tisse des fils, essayant d’attraper des personnes, de rallier un maximum de monde à sa cause, à sa version de la vérité.

Personnellement, ça me renvoie le fait que je fais bien de glisser petit à petit du monde virtuel au monde réel, de suivre l’élan qui me guide toujours vers ce qui est VRAI pour moi : la nature, le jardin, les arbres, les fleurs, les animaux, tout ce qui est Vivant et reflète l’harmonie, la beauté, la joie et aussi l’insouciance !

L’intimité développée avec les personnages intérieurs, pacifiés par l’acceptation de ce qui est, me rend libre de toute intrusion, de tout excès, m’évite de focaliser mon attention sur des sujets polémiques où l’on tente d’argumenter, de défendre son bifteck. Comme si l’intégrité de la personne en dépendait, comme si la vérité attendait d’être défendue !

« Fausse information » les êtres de lumière via Monique Mathieu







25/10/2014

Nous ne cautionnons absolument pas l'information sensée émaner de la NASA et diffusée sur le net concernant trois jours "sans soleil" qui devraient avoir lieu fin décembre.
Ceci est un vaste canular et nous n'avons aucun lien avec la personne qui a lancé cette information ainsi qu'avec les sites qui l'ont diffusée.

dimanche 26 octobre 2014

« Faciliter l’intégration des énergies de la source »





Et bien, l’intégration continue et même si je n’en ai pas vraiment conscience, je dirais que ce sont les signes extérieurs qui me le confirment. Les symptômes physiques sont les mêmes à chaque éruption solaire ou mouvements spécifiques des planètes. Je n’ai aucune preuve de ce que j’avance mais je me contente d’observer les faits et de remarquer la récurrence de certaines situations.
Une vague de lumière révèle l’ombre et si le mental oppose trop de résistance par le doute ou les émotions et pensées non gérées, le « travail » s’effectue pendant les phases de sommeil. On aura soudain envie de dormir mais il n’est pas nécessaire cependant d’entrer dans un profond sommeil pour que ça se réalise, une simple médiation, j’entends par là, un moment de respiration calme et profondeur en focalisant l’attention sur le souffle, le corps physique, suffit à laisser l’énergie s’ajuster.
L’ajustement aux nouvelles fréquences créé des symptômes physiques tels que la fièvre, les bouffées de chaleur, des vertiges, la sensation de flotter dans l’espace, de perdre pied, des douleurs au crâne, au plexus solaire, des montées émotionnelles subites, sans raisons apparentes mais aussi des moments d’euphorie, de joie sans raison spéciale.

samedi 25 octobre 2014

« La bulle de protection » les êtres de lumière via Monique Mathieu





« Dès qu'un enfant commence à penser, à percevoir la vie de l'extérieur, il crée inconsciemment une bulle de protection autour de lui. Il s'enferme dans cette bulle d'Amour et de Lumière parce qu'il ne veut pas souffrir par rapport à l'extérieur. Il la garde en grandissant, à l'adolescence puis à l'âge adulte, car il l'a créée pour se protéger de l'extérieur et des autres, pour ne pas avoir à souffrir de l'Amour qu'il attend et qui ne lui est pas forcément donné. Elle lui permet aussi de ne pas avoir à souffrir de la dualité ou d'une vie affective et émotionnelle plus ou moins difficile.

Le but de l'évolution est de s'extraire de cette bulle, il faut que la conscience puisse aller au-delà d'elle afin de ne pas en rester prisonnière. Il faut dissoudre cette bulle afin de pouvoir être réellement en contact avec la vie, avec la réalité, et avec tout l'Amour qui se trouve tout autour de vous, et il faut aussi donner la possibilité à tout l'Amour qui est en vous de s'exprimer sans limites et sans peurs, et de laisser couler son énergie vers l'extérieur.
Ne soyez plus prisonniers de la bulle que vous avez créée, comme chaque être humain l'a créée dès qu'il a pris conscience que le monde pouvait le faire souffrir.

« L’intelligence du cœur associée à celle de l'ego permet de s'harmoniser et de s'adapter à ce qui est » & « Chasseurs de dragon »




Comme c’est agréable de se laisser aller à être soi-même ! De ne plus se prendre la tête avec les jugements, les critiques envers soi. De se dire que l’âme, le divin sont toujours là, agissant en coulisse, pour notre plus grand bien. 
C’est la certitude qu’il est bon de gagner, de nourrir et de maintenir vivante, par l'amour vrai de soi, l’observation neutre des faits et les synchronicités qui balisent le chemin. 
Ne rien attendre, ne rien espérer mais avoir totalement confiance en la vie, en la source, sachant que seul l’ego pourrait venir troubler la paix intérieure. 
Ne pas le croire quand il commence à douter, à se poser des questions, à avoir peur de l’avenir et sans le rejeter ou l’accuser de faiblesse, le consoler, le rassurer, le remercier de veiller à sa façon, au bien-être de la personnalité. D'autant que ses peurs, une fois accueillies, deviennent de précieux conseils, invitent à la prudence, par exemple.

Nourrir le rêve d’autonomie en choisissant de focaliser son attention sur tout ce qui est en résonance avec le profond désir de paix et d’harmonie. Choisir la vie, l’amour, suivre le cœur, l’élan du moment, accueillir tout ce qui arrive en ne bloquant pas dessus. 
Par exemple, en démarrant la voiture ce matin, un gros bruit de pot d’échappement, m’a ramenée sur terre mais je n’ai pas paniqué ni hurlé. Je m’en fous ! Il y a toujours une solution aux problèmes et il suffit d’être aligné sur la fréquence de la joie, de la confiance en soi et de la légèreté pour que les choses s’arrangent.

vendredi 24 octobre 2014

« Les variations émotionnelles » les ÊdL* via Monique Mathieu






« Nous aimerions vous dire qu'en ce moment vous vivez entre trois dimensions. 
Au niveau de votre corps physique - et encore pas tout le temps - vous êtes dans la troisième, parce que vous nourrissez encore votre corps qui en a besoin.

Cependant la fréquence vibratoire de votre corps s'élève de plus en plus. 
Vous naviguez dans une dimension parallèle de quatrième dimension qui n'est pas la dimension pour aller vers la cinquième dimension dans laquelle beaucoup d'entre vous ont déjà été épisodiquement.

Nous allons parler maintenant des problèmes émotionnels qui vous affligent. 
Vous n'arrivez pas à gérer votre centre émotionnel convenablement. Certains, bien sûr, le gèrent bien sûr mieux que d'autres. Il est très souhaitable que vous arriviez à comprendre ce qui motive ces variations émotionnelles pour pouvoir comprendre et travailler sur elles.

Comme vous êtes humains, vos variations émotionnelles peuvent venir de relations affectives, de relations relationnelles au niveau de votre travail, d'émotions de peur ou tout à fait autre chose. Alors, si cela provient d'un problème humain, il faut que vous essayiez de voir et de travailler sur lui.

De quelle façon ? A partir du moment où vous avez trouvé d'où viennent vos émotions, essayez simplement de vous concentrer sur votre centre de force émotionnel, de lui envoyer de l'Amour et de vous relaxer. Vous pouvez demander de l'aide à vos Frères de Lumière, mais essayez surtout de vous relaxer, de lâcher prise le plus possible sur ces états.

« Du jugement à l'amour sans conditions »





Huit heures trente de sommeil ! Habituellement, il me suffit de six heures pour reposer le corps physique mais il semble qu’en cette période spéciale, relativement aux éclipses, des enseignements soient reçus pendant les voyages nocturnes. Ce serait mentir de dire que j’en garde le souvenir et ce constat vient surtout de l’expérience et de l’observation. 
Le temps des preuves est terminé pour moi, je ne remets plus trop en question ma foi, je l'applique au quotidien. Puisque le fondement de celle-ci est le suivant; je suis un être d'amour et de lumière, je le manifeste par mon comportement, en vivant à partir du cœur. Et comme je ne me juge plus, tout passe beaucoup mieux, avec plus de légèreté. 
Je m’attache moins à mes croyances et suis plus présente au ressenti physique. Je me libère peu à peu du mental, du moins de son entêtement à vouloir comprendre, enfin disons plutôt à vouloir interpréter les faits. 
J’ai la sensation de passer du monde virtuel, illusoire et aléatoire, celui de la pensée, à celui de l’être, au monde réel, celui qui est perçu depuis l'espace du cœur. 
Et comme ma foi l’emporte sur les croyances du monde, comme je n’entre plus en résonance avec les rôles de victime, bourreau et sauveur, même le jugement vis-à-vis de l’extérieur n’est plus systématique. 
J’applique la loi de permissivité dans tous les domaines de ma vie, à l’intérieur et à l’extérieur. Je m’autorise à faire tout ce qui me passe par la tête, tout ce qui me fait vibrer, tout ce qui me fait envie, en ayant conscience que plus je vais résister à l’élan et plus ma vie sera compliquée. 

jeudi 23 octobre 2014

« Accepter de se pardonner et ainsi, tourner la page »





J’ai carrément eu la flemme d’écrire hier. Il faut dire que je devais partir tôt de la maison pour aller à Perpignan et en revenant de ce périple, j’étais vidée ! Mais ça m’a fait du bien de casser la routine même si j’ai regretté d’avoir conduit comme une dingue et risqué de manger une voiture en pleine face, en doublant. Je n’ai pas eu d’autre choix que de me glisser entre deux voitures puisque sinon, je me serais rabattue sur le véhicule que je doublais. J’ai préféré suivre l’élan plutôt que de freiner et semer la panique autour. J’ai eu vite fait de calculer que j’avais la place de passer. 
Ce n'est qu'une fois rentrée à la maison, que j’ai accueilli la peur de la punition, la culpabilité, la honte aussi d’avoir été si inconséquente. Si j’avais été seule, je n’y penserais même plus mais comme j’avais une passagère, j’ai pas mal ruminé avant de lâcher prise. J’ai dû m’y reprendre à deux fois tant les idées négatives venaient. J’ai aussi cherché à comprendre ce qui avait motivé ce comportement mais j’ai vite abandonné parce que ça augmentait le malaise et m'embrouillait encore plus. 
De toute façon, il n’y a pas eu de conséquences graves sauf peut être la peur suscitée chez mon amie et les autres conducteurs. En plus, je venais de lui préciser que je ne prenais pas de risques non calculés ! Il est vrai que les autres conducteurs n’ont pas eu d’autres choix que de se ranger et c’est certainement pour cette raison que je n’ai ressenti aucune peur, j’ai gardé mon sang froid.

mardi 21 octobre 2014

« Le corps physique, une intelligence hors du commun ! » & Vidéos doc « Le ventre notre deuxième cerveau »





Aujourd’hui, j’ai décidé d’être plus dans le monde réel que virtuel. En simple actrice/observatrice, en regardant ma vie comme si je la voyais sur l'écran de mon ordi. J’ai arrosé copieusement le jardin et j’ai pu voir que de nouvelles fleurs allaient sortir. Tout ce qui est au jardin s’est semé naturellement, je n’ai fais que désherber et c’est joli, fourni et varié. La nature n’a vraiment pas besoin de l’homme ! J’ai pioché ces quelques clefs de sagesse sur le site « du ciel à la terre», de Monique Mathieu.
Clef 462
La vie est beaucoup plus simple que vous l’imaginez, mais les êtres humains aiment tout ce qui est compliqué. Ils ont l’impression que plus c’est compliqué plus ils sont intelligents, et ce n’est vraiment pas comme cela que çà se passe !

C’est ce que je constate aussi et pour cette raison, agir selon l’élan sans juger, sans culpabiliser, sans se critiquer, rend tellement plus libre et léger ! Simplifier sa vie, revient à ne plus suivre le mental. Agir selon ses désirs permet de vivre l’expérience et de focaliser le mental dans une action guidée par le cœur. Le mental agit toujours selon des calculs foireux de prévision, de projection et derrière tout ça, il y a la peur. Mais cette peur accueillie est neutralisée et elle apparait alors comme une qualité, de l’audace, du discernement, la confiance en soi. Tout ce qui est perçu comme négatif contient aussi du positif et en libérant les émotions refoulées, bloquées, elles s’équilibrent, l’émotion tempérée montre alors son autre côté.  

lundi 20 octobre 2014

« L’alchimie émotionnelle révèle l’être essentiel, l’association humain/divin »





Voilà une clef (un peu plus bas) qui tombe à propos, une fois de plus ! J’ai visité le site de Monique Mathieu pour voir s’il y avait un nouveau message et je suis tombée sur celui que je viens de publier ici.
Ce n’est pas facile de se taire, de ne pas réagir devant le contenu de certains messages qui sont manipulateurs. Premièrement parce qu’en avançant sur le chemin de la non-dualité, il apparait clairement qu’aucun humain n’est totalement lumineux, dans la vérité absolue. Et qu’il y a en plus autant de vérités que d’humains. Ceux qui canalisent des messages venus d’autres sphères, ne sont jamais totalement neutres et ne peuvent pas vraiment savoir qui les enseigne. Nos désirs et aspirations peuvent être portés par la peur, le besoin de reconnaissance, le manque d’amour véritable de soi.
Quand on cherche des réponses à l’extérieur de soi, le risque d’être la proie d’entités incarnées ou non, en mal de reconnaissance, est immense puisqu’on attire à soi ce qui nous ressemble, ce qui fait écho à nos propres pensées, comme en plus la plupart d’entre-elles sont inconscientes et que nous sommes constitués d'ombre Et de lumière…

« Mise en garde contre les encodages et les programmations » les EdL* via Monique Mathieu





"Nous comprenons que les êtres humains cherchent beaucoup, parce qu'ils sont poussés, stimulés, afin de pouvoir comprendre et avancer. Cependant beaucoup d'entre eux ont un désir de merveilleux, mais un moindre désir de comprendre certaines choses par eux-mêmes et de travailler à cette connaissance.

Nous ne jugeons personne, parce que, d'une certaine manière, tout a une utilité. Nous aimerions cependant vous mettre en garde, car de plus en plus deux énergies se confronteront au travers des hommes.

Il y a quelques années, avant 2012, les énergies de pure Lumière et de lumière non éclairée se confrontaient bien au-dessus de vos têtes (nous préférons parler de lumière non éclairée). Vous, humains, étiez bien sûr dans la dualité, mais quand même un tout petit peu protégés de ces énergies déstabilisantes pour beaucoup d'humains.

dimanche 19 octobre 2014

« La sensation de l’amour nait du mouvement de l’énergie »





J’ai eu un réveil agressif ce matin. Le chat est venu me réveiller en insistant lourdement ce qui a provoqué de la colère. J’en perçois l’origine mais comme je ne veux plus juger quoi que ce soit en moi, j’ai exprimé ce que je ressentais dans l’instant, sans culpabiliser, sans me laisser influencer par le mental.  
Je me suis tapée le deuxième orteil contre un meuble, rien de tel pour augmenter la colère mais là encore, je me suis contentée de me recoucher en râlant mais sans m’attacher à cette réaction. Je craignais tout de même de revivre quelque chose de douloureux puisque ça m’est déjà arrivé et qu’il a fallu plus de trois mois pour que je guérisse de ce coup.

Avant de m’endormir, j’ai massé mon pied en libérant la peur que le coup trahisse une mauvaise circulation sanguine. J’ai été opérée des artères après des séances de piqures quotidiennes pour éviter la septicémie qui menaçait à cause du sang qui peinait à circuler. J’ai souffert le martyr à cette période de ma vie où j’ai passé un mois allongée, avant de passer sur le billard. La douleur était intense et même si je connaissais plus ou moins l’origine de cette situation, j’avais bien du mal à lâcher prise. 
A cette époque, je cultivais ma consommation d’herbe et ça m‘avait aidé à passer le cap. Enfin disons que je n’avais pas d’autre solution. 
Je savais que la relation que je vivais à l’époque me permettait de voir où j’en étais au niveau affectif et qu’elle m’amenait à pouvoir libérer les blessures mais je ne savais pas comment faire concrètement. Ce n’est qu’au bout de quelques mois de souffrance que j’ai décidé de rompre la relation. C’est précisément ce qui m’a permis de me détacher progressivement du rôle récurent de la victime.

samedi 18 octobre 2014

« Non-dualité et paradoxes » & « Au-delà du mental » vidéos Darpan





Ce matin, le ciel est bien gris mais je ne cherche plus à savoir si c’est la conséquence des épandages ou si c’est « naturel ». D’ailleurs le terme naturel, dans le sens d’originel, n’a pas vraiment de sens puisque tout se modifie en permanence. 
C’est le principe même de la vie en mouvement. 
Puis c’est la raison d’être du mental que de croire que tout évolue. 
C’est effectivement le cas en surface, la personnalité passe par des stades d’évolution qui s’inscrivent dans l’espace/temps mais l’être véritable, celui qui anime chacun, n’est pas régit par les lois de ce monde, il ne dépend de rien et n’existe pas par comparaison bien qu’il puisse se révéler par contraste. 

Même si on peut dire qu’il est l’extrême opposé de la personnalité, elle fait aussi partie de lui en tant qu’extension, manifestation dans la chair, la matière, la densité. 

La dualité met en évidence les opposés par contraste mais la présence, la conscience englobe tout ce qui est, sans exception.
Pour cette raison, la personnalité et la présence semblent séparées, si on tente d’appréhender ce que nous sommes éternellement, selon la vision mentale, selon sa façon de considérer la vie. 

vendredi 17 octobre 2014

« La peur de lâcher prise »





Ce matin, je me laisse guider par le hasard pour écrire. Je n’avais aucune idée du thème que j’aborderais alors j’ai suivi l’élan qui m’a amené sur le site de Monique Mathieu où un nouveau message a été publié. Il parle du pardon tout comme la première clef de sagesse que j’ai piochée sur ce même site « du ciel à la terre ».

Clef 459
« Essayez de travailler le plus possible les colères intérieures, le lâcher prise, et surtout le pardon, les peurs et l’Amour.
Une immense énergie est à votre disposition. Plus vous l’appellerez, plus elle viendra de l’extérieur, et plus elle s’ouvrira de l’intérieur. Il y aura fusion entre les énergies d’Amour appartenant à votre âme et toutes les énergies d’Amour que vous attirerez à vous venant de l’Univers et aussi des Hiérarchies de Lumière qui sont des êtres extraordinaires, des constructeurs de mondes, des dieux créateurs. » 

Je peux effectivement témoigner des effets très positifs qui résultent du fait de pardonner sincèrement et surtout de se pardonner à soi-même. Car c’est une phase du processus de guérison qu’on a tendance à minimiser voire à ignorer ou encore à refuser. 

« Le pardon est essentiel pour l'évolution » les êtres de lumière via Monique Mathieu





Pourriez-vous nous parler un petit peu du pardon  ?
« Le pardon est nécessaire à l'évolution. Comme tu le dis, le pardon, tout comme l'Amour d'ailleurs, a plusieurs facettes, mais le pardon le plus important est celui que vous donnez à vous-mêmes car il annihile toute culpabilité.
Parfois, les êtres humains vivent des expériences plus ou moins faciles qui les culpabilisent. 
Avant de pardonner aux autres, pardonnez-vous à vous-mêmes, car quoi que vous fassiez cela fait partie de votre plan de vie, cela fait partie de ce que vous avez choisi avant de venir sur ce monde !
Vous ne pourrez jamais évoluer spirituellement si vous n'appliquez pas le pardon ! Le pardon est essentiel ! Vous ne pourrez jamais connaître certaines facettes de l'Amour si vous n'appliquez pas le pardon, d'abord le pardon à vous-mêmes, ensuite le pardon aux autres.

jeudi 16 octobre 2014

« La pleine conscience » selon Yasmine Lienard psychiatre





Aujourd’hui de nombreuses études scientifiques démontrent les bienfaits de la pleine conscience pour prévenir les rechutes dépressives. 
Des études ont montré des effets de la pratique de la méditation chez les moines bouddhistes sur le fonctionnement cérébral en augmentant l’activité des zones des émotions positives, et peuvent en partie expliquer pourquoi cette thérapie peut aider les personnes qui souffrent de dépression.

Dr Yasmine Lienard, psychiatre à Paris
Interview du Docteur Yasmine Lienard (photo ci-dessous), psychiatre à Paris, spécialiste, entre autre, de la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (MBCT-Mindfulness Based Cognitive Thérapy-). 

Comment peut-on définir la pleine conscience ?
Le terme vient de l’anglais « mindfulness ». Il s’agit d’un état d’esprit où l’on est véritablement présent, où l’on observe tout ce qui est dans l’instant, sans jugement de valeur et en acceptant tout ce qui se passe. Ainsi faisant, on se met en rapport aux choses. Cela se travaille avec la méditation : la pleine conscience peut durer une minute, mais bien plus longtemps si l’on s’aide de la méditation

« Le jugement limite notre vision et nous maintient dans l'impuissance »






Je me suis réveillée en étant sur la défensive ce matin. Féliz, le chat qui a passé la nuit allongé sur mon cœur a dû poser sa patte sur un de mes seins pour que je sorte de mon sommeil. Le réflex a été automatique, il a valsé ! Mon geste a été tout de même contenu et je peux voir que j’ai aussi progressé à ce niveau. J’ai longtemps trouvé insupportable qu’on me réveille et peu à peu, ça m’agresse moins. 

Les gestes automatiques surtout quand il s’agit de se défendre, sont inconscients, et la mesure dans le geste me montre mon degré de confiance en la vie.
Je retrouve peu à peu la foi en la capacité de la nature à se défendre et il semble que ce soit la conséquence de mon contact avec la terre mère, de la reliance intime qui favorise la confiance en soi et en la vie. 
Je suis allée voir mon copain le chêne hier et j’ai senti de la chaleur au bout de mes doigts à son contact. Pour la première fois de sa vie, Bilou, la chatte européenne mère de Féliz, très sauvage, est venue en balade avec la chienne et moi. 
Elle reflète l’état de mon corps émotionnel et le fait qu’elle soit de plus en plus à l’aise dans le quartier me conforte dans l’efficacité du processus d’accueil des émotions. 

Le ciel n’était pas zébré comme d’habitude, on aurait dit que les épandages avaient été absorbés. Comme si quelque chose avait dispersé les nuages qui se forment habituellement. L’air été plus respirable et ce constat m’a redonné espoir. 

Déjà, comme j’ai constaté l’impact des vidéos qui traitent le sujet, j’évite de les regarder pour préserver la paix en moi. Être lucide vis à vis de ce qui se passe dans le monde est une bonne chose puisque ça permet de devenir conscient mais si la maitrise des pensées n'est pas encore acquise, il vaut mieux se préserver. 
Trouver l'équilibre entre s'intérioriser et voir au dehors, entre silence et expression, devient essentiel pour celui qui cherche la paix.

mercredi 15 octobre 2014

« La plasticité cérébrale » par Philippe Lambert






Longtemps, les scientifiques ont cru que le cerveau, une fois mature, se caractérisait par la stabilité de ses connexions, jugées immuables. 
Depuis une trentaine d'années, cette vision de la structure et du fonctionnement cérébral a volé en éclats. 
Grâce à la plasticité cérébrale, le cerveau modifie l'organisation de ses réseaux de neurones en fonction des expériences vécues par l'organisme.

Le cerveau est « informable » et déformable. Ainsi, s'il était le réceptacle de souvenirs figés qui remonteraient à la surface après avoir été extraits de la « boîte » où ils dormaient, comment, par exemple, reconnaîtrions-nous une personne que nous n'avons plus côtoyée depuis des années ? Sans un cerveau « plastique », à même de remodeler ses connexions en fonction de facteurs environnementaux et contextuels, de « remettre le passé au goût du jour », ce serait impossible.

« Se reconstruire après une séparation » par le Dr Véronique Baudoux


Amano Amano


Une conférence sur internet, le Dimanche 19 Octobre, à 16H00

Découvrez la « trousse de secours » pour cœurs blessés, apprenez comment soigner vos blessures, et préparez-vous pour construire un nouvel amour.

Sur l’échelle mesurant le stress, le divorce et la séparation se situent parmi les facteurs les plus importants, juste après le décès du conjoint.
Lorsque nous vivons cette épreuve, nous essayons de surnager et de garder la tête hors de l’eau et il ne nous est donc pas toujours possible de prendre les choses avec recul et sérénité.
Nous ruminons sur les défauts et les torts de l’autre, nous léchons nos plaies, nous construisons de nouvelles armes et brandissons un nouveau bouclier pour nous protéger…

« Soyez attentifs à ce que vous devenez ! » les êtres de lumière via Monique Mathieu






"Enfants de la Terre, vous avez beaucoup progressé. Vous ne pouvez pas le constater par vous-mêmes, vous pouvez simplement le constater par rapport aux réactions et aux comportements qui peuvent être les vôtres par rapport à telle ou telle expérience, tel ou tel comportement vis-à-vis de vos frères, comportement qui devient de plus en plus différent de ce qu'il était il y a quelques mois ou quelques années.
Vous ressentirez de plus en plus l'appel du beau et de l'harmonie, l'appel du rayonnement intérieur, de l'Amour et de la Lumière. 

Plus vous ressentirez ces appels, plus vous vous direz : " Je m'allège, je monte vers ma nouvelle demeure vibratoire "( c'est-à-dire vers la quatrième ou la cinquième dimension).
Vous pouvez remarquer que certains êtres arrivent à se maintenir dans la quatrième dimension par leur rayonnement, par leur aspect agréable, et vous avez envie de les côtoyer. Vous pouvez aussi constater chez eux beaucoup plus de gentillesse et de délicatesse.
Soyez attentifs à ce que vous devenez ! Si vous sentez l'Amour grandir en vous, si vous avez envie de l'exprimer, de l'offrir, c'est que vous n'êtes plus en troisième dimension, c'est que vous montez progressivement sur une dimension de transit qui vous mène vers votre vraie maison, vers l'endroit que vous souhaitez tant et qui est, avant tout, en vous-mêmes avant de se situer à l'extérieur.

« Manifester l’unité, l’intégrité »





Ce matin, je retrouve les frissons, les sensations corporelles qui accompagnent ma connexion à la Terre, à mon âme et ma présence divine. Bien que ce soit un peu illusoire de diviser l’être en plusieurs « parts », c’est un moyen de contacter les forces complémentaires, d’appeler l’équilibre intérieur à se manifester. Là aussi, c’est juste rassurant pour le mental parce que rien en soi n’est divisé et la complétude, l’unité, est une vérité éternelle. 
Cependant, ça permet de prendre conscience des différentes dimensions de l’être, de reconnaitre tous les aspects parfois perçus comme contradictoires et de choisir de les unifier.
Il m’apparait que la perception du mental sera toujours la même et que sa façon de nommer, d’étiqueter peut s’avérer utile pour peu qu’on ait le désir de réunifier tout ce qui compose l’humain divin. Reconnaitre les différents aspects, c’est aussi distinguer les forces, les énergies qui forment l’individu. 
Nommer sans juger, permet d’instaurer un dialogue, de se rapprocher, de rendre la relation plus intime, personnelle. C’est aussi une façon de prendre du recul, de ne plus s’identifier à un seul aspect de soi. C’est faire preuve de lucidité tout en acceptant les règles du jeu de la dualité. Reconnaitre que tout se joue ne nous, se manifeste, permet d’honorer tant le masculin que le féminin, d’honorer nos différences et ainsi de s’extraire du formatage, du conditionnement.