lundi 29 février 2016

« Estime de soi, confiance en soi, en la vie… » & vidéos...Inspirantes





L’estime de soi, l’amour véritable de soi et la confiance, sont essentielles à notre bien-être, elles déterminent la qualité des relations que nous avons avec nous-même et par conséquent avec les autres. J’ai suivi l’élan qui m’a amené sur ces quelques vidéos et cette définition de l’estime de soi donnée par Christophe André dans son livre : « Imparfaits, Libres et heureux ». 
Le titre lui-même résume l’essentiel et la liste qui suis en développe le sens.
« Imparfaits » ; tant que nous ne sommes pas capables d’accepter nos faiblesses, de nous accepter tels que nous sommes, nous ne pourrons pas nous épanouir, nous connaitre en vérité, en profondeur, en totalité donc aussi dans notre lumière, et développer des qualités qui permettent d’être libre et heureux.

Plus nous sommes durs envers nous même et plus nous serons exigeants envers les autres. Si nous sommes capables de reconnaitre nos qualités sans nous haïr pour nos faiblesses, nous irons vers les autres avec moins d’attentes et plus de flexibilité. 

Être libre c’est s’autoriser à être soi-même, compatissant et lucide à la fois, à s’exprimer tel que nous sommes, sans contraintes, sans complexes et sans se croire au dessus des autres. C'est un état d'être à cultiver à l'intérieur plus que de vouloir élargir son territoire. 
Parce que lorsqu’on fait preuve de compassion de tendresse envers soi, face à ses faiblesses, ses difficultés, non seulement nous sommes plus confiants en nous même mais nous le sommes aussi vis-à-vis des autres.

« Sortir des conditionnements, de l’inconscience et de la souffrance »






Après la pluie continue, c’est le vent qui m’empêche d’aller au jardin. Mais ça me va bien. En ce moment, je n’ai pas envie d’agir. Je suis plus focalisé au centre que jamais parce que je sais que toutes les solutions sont là. Quand je dis "solutions" je devrais dire "potentiels" parce que la solution suppose qu’il y ait un problème et je n’ai pas du tout l’impression d’avoir un problème. 
C’est l’énorme avantage de l’acceptation totale de soi parce qu’on ne se définit plus comme un objet fini, condamné à revivre éternellement les mêmes schémas, on se voit comme un terrain d’expérience où "l’échec" est une occasion de comprendre, d’être enseigné,  de s’ajuster aux fréquences de la paix, de l’amour.  
Où les traumas du passé deviennent révélateurs de l'être tout entier, de son essence, de sa passion, de la conscience Une...C’est à mon sens de cette façon qu’on intègre sa lumière et qu’on fait l’expérience directe de l’amour en soi.

Dès lors qu’on change sa perspective, l’horizon s’élargit et comme on sort du rôle de victime, on s’ouvre de plus en plus à la sagesse innée, intérieure, on perçoit l’âme, sa voix, ses clins d’œil dans les synchronicités. 
Le fait de juger une situation, de l’interpréter d’une façon catégorique, de la considérer comme bonne ou mauvaise, nous limite considérablement, on ne peut absolument pas changer et on perpétue les mêmes comportements en se plaignant que notre vie est lourde, pénible, en ayant l’impression de devoir la subir.

dimanche 28 février 2016

« L’intelligence du corps humain, la danse de la vie, des cellules »






Je parle beaucoup d’amour et de lumière parce que ça constitue l’essentiel, de ce que nous sommes et on peut le constater dans toutes les dimensions de l’être, de la fonction cardiaque, aux pensées, jusque dans le monde des cellules, la conscience et la reliance supportent et gèrent le vivant. C’est ce que nous sommes et la mémoire nous pousse à le chercher jusqu'à le constater en nous-même.

Les cellules sont vivantes, intelligentes et autonomes tout en étant interdépendantes. Chacune d’elle a une fonction précise et les interactions, les connexions sont l’expression même de l’amour cette énergie qui relie les êtres, les mondes, les univers et donc les cellules. L’altruisme, l’empathie sont essentielles au bien-être et à l’épanouissement, l’accomplissement des individus. Parce que nous sommes par nature, des êtres de reliance.

Lorsque l’estime de soi est brisée par une enfance difficile, des parents distants ou critiques, les systèmes internes de survie et la biologie des cellules s’adaptent en conséquence et vont influencer le comportement, inspirer l’humain a chercher des solutions permettant la survie de l’individu.

samedi 27 février 2016

« L’Espace ~ Les Nouvelles Frontières : Permettez à l’Espace de Nourrir Votre Cœur » Shanta Gabriel





Chers Amis,
L’Éclairage de votre conscience et l’illumination de votre chemin sont la présence nourricière de la Lumière Divine, l‘éclatante bénédiction de cette nouvelle année.

La vie vous appelle. Ressentez-vous la diffusion de l’Énergie Divine alors qu’elle circule à travers votre Être. Ressentez-vous comme un frémissement dans votre cœur ? 
Est-ce que votre agitation intérieure est due à une passion cachée attendant de parvenir à votre conscience ? 
Il y a en vous un centre d’Amour – un espace sacré où réside le Divin dans l’Harmonie et la Bienveillance. 
Lorsque vous êtes dans cet espace, vous pouvez vivre avec intégrité à partir de votre Soi le plus Divin.
C‘est le signe avant-coureur de votre futur qui vous incite à vivre en ayant une plus grande connexion à la Lumière et une prise de conscience expansive de l’Amour qui est en vous et qui ne meurt jamais. 
En 2016, vous allez éclairer votre vie grâce à l’inspiration que l’Amour Divin peut vous apporter.

« Finalement tout est rentré "dans l'ordre", enfin pour cette fois-ci ».






J’ai écris ce qui suit hier mais comme un sentiment de tristesse a émergé peu à peu, je l’ai accueilli et me suis consacrée à mes besoins de l’instant qui étaient plutôt d’être dans l’action. Notamment les activités au jardin et en cuisine, la pâtisserie. 

C'est une façon de connecter à la Terre Mère en touchant la terre, les éléments et donc à être présente, dans une relation bienveillante à soi, aux aspects les plus sauvages, primaires, instinctifs qui sont étroitement liés à l'intuition. 

Un moyen d'apprivoiser la nature animale, impulsive de l'être de laisser la source aligner les corps, harmoniser les éléments, les forces qui régissent la vie. Puis la pâtisserie me met en contact avec l'enfant intérieur, le désir, la créativité, le plaisir, et le geste là aussi aligné, l'attention focalisée sur l'action, l'instant présent, me ramène naturellement au centre et à la conscience de ce que je suis en vérité.

J’aurais pu zapper cette expérience puisque tout va beaucoup mieux mais c’est justement ce qui est intéressant à partager puisque nous sommes tous confrontés à des mouvements internes chaotiques qui souvent nous laissent dans l’incapacité de savoir comment les appréhender, les vivre. 

« La diversité des formes de vie » les guides de l’unité via Daniel Desjardins





Très chers humains,
Aujourd'hui nous volons vous parler de la diversité sur votre planète. 
Vous avez une grande quantité d'êtres vivants différents qui cohabitent sur la même planète.
Il y en a déjà eu une plus grande diversité, mais observez comme la vie est une suite d'évolutions. 
Il y a un ménage qui se fait actuellement depuis des décennies pour réduire la diversité pour repartir presque à neuf dans un nouveau cycle d'évolution. 
Vous-même, les humains, êtes en train d'évoluer profondément, votre ouverture de conscience affecte votre corps à des niveaux que vous ne soupçonnez pas encore, mais qui se révèleront dans les années à venir et encore plus avec les prochaines générations! 

Mais dans chaque être vivant, il y a la même Source, le même Amour, les mêmes rayons de vie. 
Nous vous invitons à voir cette divinité qui se trouve derrière et à l'intérieur de chacune de ces formes de vie qui vous entoure, que cela soit dans les humains de l'autre côté de la Terre ou dans les animaux que vous croisez et même dans les plantes qui vous entourent.

jeudi 25 février 2016

« L'eau » Magali et Miriadan





L'eau est un des éléments créateurs de notre univers. Il détient en lui toutes les potentialités de vie que les formations électro-magnétiques encapsulent dans la 1ère dimension (voir "Les 3 premières dimensions de notre univers") car l'eau est issue du Plasma (voir le lien).
 
L'eau est une matrice qui a la particularité de prendre de multiples formes : liquide, gazeuse, solide, éthérique. Elle protège, transporte, fluidifie, hydrate. 
Ses vertus sont innombrables. 
En tant que puissant générateur de vie, l'eau dispose de toutes les codifications chimiques et énergétiques produisant l'apparition de la vie. 
Il suffit d'une Intention commuée en Volonté pour que l'eau émette les codes génétiques complexes propres à la forme manifestée. 
Nul besoin de lumière, car l'eau génère son propre rayonnement et l'adapte à l'environnement.

« Prendre conscience de Qui nous sommes en tant qu’individu au sein de l’unité » & Nicky Hamid, Lee Harris, Lulumineuse





J'ai choisi de commencer cet article par un petit texte de Nicky Hamid avec lequel je suis en parfaite résonance:

« Il est temps de vous détendre et de jouer. Oui de jouer.

Arrêtez de penser que la vie est sérieuse ........ mais plutôt que c'est une aventure à découvrir et à apprécier.
Et même les moments 'difficiles' sont une opportunité de choisir différemment. 
De choisir de tout voir à travers les yeux de l'Amour peu importe comment les autres l'interprètent.
Vous êtes un Être Créateur. 
La Réalité se transforme à partir de votre vision des choses.
Changez tout de l'intérieur
J'ai Tellement d'Amour Pour Vous » 
Transmis par TransLight https://www.facebook.com/TransLight


Cette introduction vient parfaitement bien puisqu’elle est une des réponses au stress que nous ressentons par ces vagues énergétiques d’amour et de lumière de plus en plus puissantes. 
Une de propriétés de la lumière, c’est de montrer les choses telles qu’elles sont, sans tricherie, sans illusions et c’est assez douloureux quand on est complètement identifié à ses pensées émotions, quand on utilise la comparaison, la dualité, pour se situer d’un côté ou de l’autre de l’énergie Une.

mercredi 24 février 2016

« Vos Guides Spirituels Sont Là Pour Vous » Kari Samuels






Il y a comme une énergie épique dans les éthers
Vous vous débarrassez de nombreuses couches et vous évoluez plus vite que vos yeux ne peuvent le percevoir. Lorsque vous traversez des changements aussi rapides, vous pouvez avoir super-peur! Vous avez peut être l’impression qu’il n’y a personne à qui vous pouvez parler de ce qui se passe en vous (bien sûr, vous voulez donner l’impression que tout va bien!), ou peut-être sentez-vous que vous avez à faire les choses vous-même et que vous êtes le seul qui puisse vous aider.
La bonne nouvelle est que vous avez plus d’aide que vous le pensez!
Vous avez des Guides Spirituels qui sont avec vous tous les jours afin de vous soutenir, de vous aimer et de vous encourager. Bien sûr, ils vous orientent sur votre chemin – c’est pourquoi ils sont appelés GUIDES!

Les Guides Spirituels ne sont pas sérieux comme vous pourriez le penser. 
Ils sont légers et amusants (et si célestes, vraiment!). 
Lorsque vous vous sentez déprimé dans votre vie, il est bon de connaître la perspective de vos Guides Spirituels sur la façon dont ils vous voient. Si seulement vous pouviez vous voir sous cet angle!
Voici un aperçu de la façon dont vos Guides Spirituels vous voient :

mardi 23 février 2016

« Goûter le bien-être de l’unité intérieure, de l’inter-reliance » & vidéos d’éveil, de participation, de communion






La journée d’hier a été mouvementée et l’idée de voir de près la notion d’unité autant en soi qu’avec les autres, m’a amenée déjà à accueillir sans tricher, les pensées émotions qui émergeaient puis à développer ce thème par les synchronicités qui m’amenaient sur des vidéos, conférences…
Et le bilan est finalement très positif parce que la paix ne m’a pas quittée et comme je me suis contentée de faire ce que j’aime, la joie était là malgré le temps pourri par les chemtrails, l’ambiance morose des médias, des posts de mes « amis » sur les réseaux et les mouvements internes parfois violents.

En fait, ça m’a renforcée à pas mal de niveaux, la détermination à focaliser l’attention sur l’aspect positif, lumineux de la vie, de l’humanité, de la terre qui elle, est toujours « parfaite », dans l’harmonie malgré les nombreuses attaques de l’humain. 

Je n’oublie pas non plus l’effet de résonance, celui du miroir et en accueillant dans la paix du cœur, la rebelle, la toxicomane, l’autodestruction, le cynisme, la fatigue de voir la connerie humaine envahir la planète et ma propre stupidité à être contradictoire, multiple et complexe, j’ai pu être dans la paix, l’équilibre et l’harmonie. 

lundi 22 février 2016

« Le pouvoir secret de l’eau & méditation guidée/soin de Corine Lebrat »







En ce moment, je suis de plus en plus focalisée sur la notion d’unité. Évidemment ça concerne l’intérieur pour le moment même si je peux voir comment ça influence ma relation aux autres. 
Avec du recul, je constate qu’à chaque fois que j’émets une intention, que ce soit la paix, le désir d’harmonie, c’est comme si je m‘ouvrais sur une ligne temporelle « future », une expérience nouvelle que l’hypothèse amène à vivre.
Le mental tire des conclusions des expériences passées, prend conscience de nouvelles réalités ou probabilités, met à jour ses données et initie un mouvement, une expérience nouvelle. Comme l’âme est l’inspiratrice, une part importante de l’intuition participe à l’élaboration de ces hypothèses et l’expérience guidée par l’élan de l’instant sera crée par l’attention qu’on y porte et perçue à travers ce filtre précis.

Puis quand l’expérience est validée, quand les blocages énergétiques créés par les croyances qui s’opposent à l’intention émise, en l’occurrence la paix, se décristallisent, la paix s’installe de plus en plus jusqu’à devenir constante.

Il semble que ce soit à chaque fois le même processus, pour intégrer et maintenir une vibration spécifique en soi; il faut l’intégrer en lâchant les pensées émotions qui soutiennent les croyances limitantes, duelles, celles qui sont relatives au passé, aux blessures, à une vision conditionnée de l’individu. 
Et en toute logique, le thème de réflexion au sujet de l’unité révèle les parts internes qui sont encore cachées, qui ont été jugées et rejetées, tout ce qui en moi est éloigné du cœur, de la conscience. 
Si je n’étais pas convaincue de l’efficacité du processus qui amène toujours plus de paix, de confiance en la source, en soi, envers tous les aspects de la personnalité, j’aurais des raisons de m’inquiéter voire même de m’angoisser.

dimanche 21 février 2016

« Tu n’es pas ici pour t’enfermer dans ta bulle mais pour faire l’expérience de l’amour sans conditions, impersonnel, de l’unité, en conscience »






En général pour ne pas dire toujours, j’écris spontanément, comme ça me vient et c’est la première chose que je fais en buvant mon café. Et j’allais encore commencer la première phrase par « ce matin » ! Un peu agacée au début par le fait d'utiliser le même vocabulaire mais ensuite, c'est venu comme une douce et belle évidence.

Et oui, chaque jour, nous avons le loisir, la chance même de créer, d’utiliser notre imagination, notre énergie pour agir en toute liberté, de choisir comment nous voulons vivre ; comment nous voulons être et ce que nous voulons faire. 

Mais pour envisager les choses de cette façon il faut être conscient que nous co-créons tout ce qui arrive dans notre vie. 
Cette co-création est permanente et ça se passe à l’intérieur dans la relation à soi, nous co-créons notre état d’être à chaque instant selon notre focalisation, notre mémoire, ce que porte notre inconscient, notre âme et la raison qui l’a poussée à venir s’incarner ou sa passion, ce qui l’anime profondément. 

Selon notre degré de conscience, notre capacité à maitriser nos mondes intérieurs, notre création sera plus ou moins joyeuse, harmonieuse. Si nous pensons être un pauvre humain parachuté dans un monde hostile qui subit sa vie, c’est notre inconscient porteur de blessures et de croyances limitantes, qui sous la guidance de l’âme, créera notre quotidien de façon à ce que nous réalisions que nous sommes cocréateurs. 
On apprendra dans la douleur mais on apprendra quand même, par la force des contrastes.

samedi 20 février 2016

« S’ancrer à la Terre, accueillir l’animal en son cœur et développer la joie, la créativité » vidéos cours psycho-anthropologie






Ça caille ce matin, dehors, tout est givré ! C’est assez représentatif de ce que je vis à l’intérieur ; voir les cristallisations internes, les blocages, peut déstabiliser mais comme je ne fais pas de la tombée des masques, une obligation de réussite, tout va bien.

Accepter ce qui est, relativiser, prendre du recul sur soi-même et sur la vie permet de la vivre avec plus de légèreté, de détente et de cette façon on lâche progressivement les attentes, les illusions et la pression que ça entraine.

Je n’ai aucune idée de ce que je vais faire tout à l’heure, dans une heure ou même dans 5 minutes et ça me procure un sentiment de liberté, de paix tout en m’ouvrant à toutes sortes d’expériences.
Se libérer des croyances et conditionnement ne se réalise pas en un jour parce que nous sommes très formatés et c’est inscrit en profondeur et lorsqu'on parle de la mémoire cellulaire, ça n'est pas une image. L'odorat est directement relié au cerveau limbique qui régit les fonctions vitales, le rythme cardiaque, la mémoire et pour cette raison les odeurs qui accompagnent un choc traumatique, créent une alarme neuronale automatique. 
La même odeur va réveiller la blessure et on ne comprendra pas ce qui a pu la déclencher parce que ça ne passe pas par la pensée. 

J’ai écouté les vidéos qui suivent hier avec grand intérêt. Déjà parce que je ne prends que ce qui résonne et que je ne m’attache pas à la personne qui délivre l’info, à son image, son style, ses paroles.

vendredi 19 février 2016

«Ramener les extrêmes au point du juste milieu»





Message de l'Ami (Jésus) reçu par Agnès Bos-Masseron le 5-2-16

J'aime cheminer sur les routes des hommes, le compagnon, le frère, l'ami, pour rappeler le chant de la vie, rappeler la simplicité, rappeler la puissance.
Au creux même de ces méandres créés par les maîtres magiciens pour donner l'illusion de drame, ramener l'évidence de l'au-delà de toute illusion, la simplicité du bonheur, la simplicité de cette confiance inébranlable dans sa propre puissance. 

Il est vrai, le pendule oscille entre le positif et le négatif. 
Au milieu est le point neutre, le point de transparence, le point de la conscience pure qui reconnaît qu'elle est le tout à travers le jeu de l'incarnation.

Ramener cette infinie confiance dans sa propre puissance par le simple fait que le tout, la vie, la conscience, est l'éternelle source et l'éternelle référence, et que l'être peut, retrouvant l'art de l'incarnation, retrouver la transparence et retrouver cette référence avec sa propre clarté, sa propre puissance. 

Ne plus dépendre du regard ou des actes de ceux que l'on nomme autrui. 
Être le maître sage qui sait que, de sa propre verticalité, de son propre repos dans le point neutre, point du milieu, naît le jaillissement de la joie infinie et que de ce point neutre, naissent tous les balancements.

jeudi 18 février 2016

« Reprendre son pouvoir en pacifiant les voix intérieures » & vidéos Eleanor Longden et Das Koncept





"Reprendre son pouvoir", voilà une phrase qui suscite beaucoup de joie en moi et autant de lucidité quand au fait que ça demande du courage, de l’attention, de la persévérance et surtout beaucoup de foi en Qui on est originellement, véritablement. 
Cela demande d’écouter les voix internes et d’accueillir les personnages que représentent ses énergies, ses croyances afin de sortir de toute forme de conditionnement.

La personnalité humaine se construit sur des idées, des à priori, des croyances communes inculquées par la famille, l’entourage et quand celles-ci sont excessives ou faussées par un comportement qui n’est pas en adéquation, ça laisse l’individu dans une sorte de dichotomie interne entre ce qu’il sait être juste intuitivement et ce qu’il voit et vit avec les autres.
D’un certain côté, c’est une chance parce que dès le départ, on apprend à douter de l’extérieur et à se fier à son propre cœur.

Dans un monde qui s’établit sur des valeurs et systèmes où l’on se base sur l’idée que l’homme est un prédateur pour l’homme, où la hiérarchie se base sur l’idée qu’il y ait une élite, des individus plus forts, intelligents que la masse et que leur rôle, c’est de diriger les gens, les classes moyennes et inférieures, celui qui entend la voix de son cœur, de son âme, va se retrouver très souvent seul et aura du mal à se sentir appartenir à ce monde.

« Le Corps intérieur » Eckhart Tolle & vidéo d'éveil « Je ne suis pas mes peurs - Le Cadeau des Crises d'Angoisse » Das Koncept






Vous avez dit que l’identification à notre forme physique fait partie de l’illusion, alors comment le corps, la forme physique, peuvent-ils nous amener à la reconnaissance de l’Être?

Le corps que vous pouvez voir et toucher ne peut vous mener à l’Être. 
Mais ce corps visible et tangible n’est qu’une coquille extérieure, ou plutôt une perception limitée et déformée d’une réalité plus profonde. 
Dans votre état naturel de connexion avec l’Être, cette réalité plus profonde se fait sentir à tout moment comme le corps intérieur invisible, cette présence en vous, qui vous donne vie. 
Donc, « habiter le corps », c’est ressentir le corps de l’intérieur, ressentir la vie à l’intérieur du corps, et par là même parvenir à la certitude que vous vous situez au-delà de cette forme externe.
Mais ce n’est là que le début d’un voyage intérieur qui vous mènera toujours plus loin dans les profondeurs d’un royaume de calme et de paix, mais animé aussi d’une vie pleine d’énergie et d’une grande puissance. 

Au premier abord, vous n’en aurez peut-être que des aperçus fugaces, mais grâce à eux vous commencerez à vous rendre compte que vous n’êtes pas qu’un insignifiant fragment d’un univers qui vous est étranger, suspendu un court moment entre la naissance et la mort, à qui on permet quelques plaisirs de courte durée suivis de souffrance et d’un ultime anéantissement.

mercredi 17 février 2016

« Les 16 degrés de l'Être dans notre dimension » Magali et Miriadan






Préambule de Magali : "ceci n'est en aucun cas La Vérité, mais exprime simplement un regard. Les mots appliqués ici sont ceux qui me paraissent justes d'après la vibration reçue et mes expériences. Aussi voyez-y un support de départ pour votre propre expression. Apportez vos propres définitions."

Voir également "La géométrie sacrée et Vous".

Le 1er degré se rapporte à la prise de conscience d'Être, un socle à partir duquel les degrés d'expression se déploieront. Il détermine le cadrage d'une individualité en autonomie, en distinguo de la communauté. Je Suis différent des autres, et néanmoins si complémentaire et précieux à l'ensemble. Je Suis à travers une personnalité unique, résultat d'une Volonté divine dans un large Plan d'Ensemble. JE m'exprime d'après mes expériences en liant mes émotions à mon environnement.

Les 12 prochains degrés sont doubles. Ils s'appuient sur deux pôles exprimés, miroir l'un de l'autre dans lequel chacun se regarde amoureusement, compléments indissociables qui ramènent au Centre où se niche la Sagesse. Je les présente sans ordre déterminé, ni hiérarchie. La numérotation n'est que facilité d'énumération. Chaque degré est une leçon inter-reliée aux autres se jouant au rythme de notre compréhension. Aucun n'est prédominant, et chacun s'apprécie sur une palette d'émotions ou de sentiments en relation avec notre chemin.

mardi 16 février 2016

« Bienvenue dans le monde de l’harmonie, de l'amour divin, de la paix…la "5ème dimension" »





Bien que la loi d’attraction soit connue depuis quelques années, peu de gens en comprenne le sens et la portée. Ceci dit, je ne blâme personne parce que tout est fait dans ce monde pour nous maintenir dans la peur, l’ignorance, la culpabilité, les fréquences qui font qu’on se sent impuissant et qui nous font croire qu’on n’a pas d’autre choix que de subir ou de dominer les autres pour ne pas être soi-même écrasé.

Ce monde marche selon des principes de manipulations, de dominations, où règne la loi du plus fort, en fait du plus rusé, du plus tricheur, menteur, manipulateur.
On parle de matrice par rapport au contexte spécial de ce monde qui nourrit la division, les guerres, la spéculation, où la science est au service de l’argent, de l’armée. 
Pour donner du boulot à la population, on fabrique des armes et on les vend, voilà sur quoi se base le pouvoir d’achat des gens. Puis les spéculations en bourse où tout le monde essaye de gratter quelques bénéfices nourrissant l’injustice sociale, où l’argent, le profit passe avant l’humain, la planète et la santé de la population tout comme celle de la terre.
Une fois qu’on sait cela, tant la façon dont tourne le monde que les lois d’attraction, de résonance qui impliquent l’effet miroir, on a le choix.
Soit on nourrit le système, soit on change son propre monde intérieur, sa façon de gérer les voix internes, soit par la domination, le contrôle, soit pas l’amour divin, inconditionnel.

« Exercice de libération de la colère » Inelia Benz





Plusieurs d’entre nous sommes réticents à traiter ou à libérer la colère. 
C’est parce qu’elle est d’une telle puissance que nous pensons que, si nous la perdons, nous ne serons plus en mesure de nous défendre ou de défendre les autres. 
Bien qu’elle ait pu aider des gens à se sortir de la dépression ou de relations abusives, la colère n’est pas la seule alternative.

En réalité, la colère est un degré au-dessus de la peur. Elle a la couleur de l’énergie de la peur, mais d’un ton plus prononcé et c’est de là que l’ombre prend naissance. 
Elle est en fait, très destructive, tant pour nous que pour les autres autour de nous.

Donc, il y a deux croyances dont il faut se libérer. 
La première est de croire que si nous libérons la colère, nous deviendrons plus vulnérables; et la seconde est que la colère est nécessaire pour appuyer nos convictions.
Maintes fois, c’est notre colère qui nous propulse à faire quelque chose, pour cesser une guerre, par exemple.
Et souvent, il n’y a que la colère pour nous faire entendre et nous faire comprendre par ceux qui nous mènent par le bout du nez ou qui nous marchent sur les pieds; ils cessent alors d’agir ainsi. Et c’est une bonne chose.

Mais une fois que nous aurons contacté notre pouvoir, nous n’aurons plus besoin de la colère pour nous exprimer, puisque nous aurons alors de meilleurs outils pour le faire.

lundi 15 février 2016

« Exercice de traitement de la peur » Inelia Benz





Cet exercice est celui que j'utilise personnellement dans mon travail d'ascension, de même qu'avec mes clients.  Il est très efficace et des plus essentiels et assidus; une étape à prendre pour un parcours rapide d'ascension. Il est certes le fondement de l'ascension ainsi qu'une composante clé de la manifestation de nos rêves dans cette réalité de 3D.
L'exercice soulage aussi le stress et l'anxiété.

Vous pouvez faire cet exercice chaque fois que vous ressentez de la peur.
Pour de meilleurs résultats, il est préférable de le pratiquer dans un espace tranquille et privé et de préparer une liste des peurs que vous aurez écrites au préalable.

Asseyez-vous confortablement avec votre dos droit; fermez les yeux.
Inspirez profondément et lentement dans votre abdomen, puis expirez aussi rapidement que vous le pouvez.
Répétez: inspirez lentement, puis expirez aussi vite que vous pouvez.
Et... une fois encore: inspirez de plus en plus lentement, puis expirez rapidement.
Maintenant continuez la respiration à votre propre rythme.

dimanche 14 février 2016

« Un dimanche de février sous l’orage… »...chante Rossignol, chante...





C'est vraiment magique de se libérer de ses peurs, de ses conditionnements et de Se retrouver. De retrouver son âme et la passion qui l’a poussée à faire le saut dans l’incarnation. De retrouver une connexion évidente et naturelle avec les fréquences de l'amour, de la source, le goût de vivre, de découvrir, de se découvrir et se connaitre de l’intérieur. 
Sur ce parcours, beaucoup d’illusions sont aussi épurées pour ne garder que ce qui résonne, ce qui sert la liberté d’être, l’autonomie, et mène à la souveraineté. 
Un déshabillage qui simplifie la vie tout en révélant son caractère extraordinaire, miraculeux même. 
Tout en soi se replace selon l’ordre divin, prend tout son sens, et je me sens libre et toute puissante !
Cette puissance et bien évidemment celle de l’amour inconditionnel, divin, qui affranchit la personnalité, remplit de cette confiance en soi, indispensable à la réalisation de l’être. 

Les mots bien qu'ils soient de l'énergie, donc "vivants", sont peu de choses pour décrire cela et même les adjectifs, les superlatifs, n’en dépeignent qu’une infime part tout en enfermant cette sensation qui touche tous les corps.

Quand on est hypersensible, réceptif aux énergies et quand on fait confiance à la vie en sachant que tout est amour, message de l’âme, du divin, que nous sommes multidimensionnels et toujours guidés vers le meilleur, on perçoit ce qui est de façon plus lucide et légère à la fois.

samedi 13 février 2016

« Des outils de libération, de gestion des pensées-émotions-énergies, d'intégration de l'amour » Méditations et protocoles de divers auteurs






L'amour est si vaste, et notre compréhension de ce qu’il est réellement et si limitée qu’il est bon de revenir à une définition plus éclairée et globale de cette énergie qu’il a fallu des millénaires pour en saisir le sens, l'essence, apprendre à le manifester sous différentes formes pour finalement se rendre compte que c'est l'énergie du vivant, de la création, de la reliance entre tout ce qui est; l'essence et son mouvement.

Même s’il peut-être sublimé dans une relation de couple où chacun est conscient d’être cette essence primordiale, son caractère universel nous échappe encore.
On aime dans l’appropriation, le besoin d’exclusivité, on le projette par besoin pour obtenir quelque chose; l’attention, la reconnaissance, alors que dans sa vibration originelle, il est une offrande pure qui ne se limite pas par nature, ni à un être, ni à un objet, ni à un sentiment…mais nous commençons à saisir cela et les connaissances scientifiques et spirituelles le démontrent de plus en plus.

Chacun l’exprime selon sa vision, son ressenti, son expérience, son vécu, sa personnalité et tout ce qui vit semble répondre à cet élan.
Il se magnifie dans le don, l’offrande et lorsqu’il rencontre un être, par le seul fait d’être en mouvement et de trouver un cœur qui résonne sur la même fréquence, il amplifie et revient décuplé.
Certaines personnes ont compris cela et ces méditations offertes, à l’occasion de la Saint Valentin, par Deepak Choppra, en sont l’exemple.

vendredi 12 février 2016

« L’amour une force surnaturelle » par Virginie Gomez





L’amour est-il sécrété par notre cerveau, comme la bile est sécrétée par le foie ? 
Bien qu’il continue de nourrir notre imaginaire, c’est l’image qui lui est souvent associée. Mais une toute autre réalité est possible.
Qui aime quand je t’aime ? Quand j’aime mon mari, ma femme, mon fils, mon compagnon, ma mère, mon père, mon frère, ma sœur…
Est-ce le marteau en moi ? Le névrosé qui a besoin d’être rassuré sur lui-même, de savoir qu’il n’est pas seul, ou ce besoin d’admirer et d’être admiré ?
Nous voulons aimer. Nous voulons donner de l’amour.
Nous voulons aussi tout contrôler. Et nous voulons des résultats.
Nous voulons être heureux. Nous sommes un jour euphoriques, le lendemain déçus. 

Dans son livre Et si de l’amour on ne savait rien, le philosophe et méditant Fabrice Midal décrit ce dessin de Voutch, montrant une femme qui dit à l’homme en face d’elle : « Sache que je suis prête à t’accepter tel que tu es, Julian. Mais d’abord, il faut que tu deviennes quelqu’un de complètement différent. »
 
À moins que ce ne soit l’excitation, le besoin d’aimer qui nous poussent dans l’étreinte. Amabam amare, « j’aimais aimer » dit saint Augustin évoquant un état précédant la marche vers Dieu. 
Marc Marronnier alias Frédéric Beigbeder s’interroge dans « L’Amour dure trois ans » : « Je l’ai lu dans un magazine féminin : l’amour est une poussée éphémère de dopamine, de noradrénaline, de lulibérine, et d’ocytocine [...]. La société vous trompe : elle vous vend le grand amour alors qu’il est scientifiquement prouvé que ces hormones cessent d’agir après trois ans. »
Entre vision matérialiste du monde et société de consommation, nous avons développé une vision à la fois naïve et désespérée de l’amour : nous lui demandons tout et n’en espérons finalement plus rien.

« Nous avons Tout en nous, une réalité perceptible dans la neutralité du coeur »






Beaucoup de gens se demandent quelle est leur mission de vie, quels sont leur talents, qui ils sont même. C’est tout à fait légitime dans une société qui nie l’humain, les valeurs humanistes et a fondé son équilibre sur le mode hiérarchique et comparatif qui consiste à uniformiser les populations, à les ranger soigneusement dans des cases. 
Et c’est d’autant plus facile de les manipuler puisque les gens ne se connaissent pas, ils se laissent définir par l’extérieur, l’entourage, la famille, les collègues, les gens qu’ils estiment leur être supérieur et par la télévision les médias qui sont devenus les maitres à penser et à être, de la majorité. Les médias dictent tout dans les moindres détails, ce qu'il faut manger, boire, croire, faire, penser, comment s'habiller, se comporter, quoi et qui aimer...
Des références que personne ou presque n’ose contredire de peur d’être taxé de complotiste, d’illuminé, de se voir exclu, montré du doigt…

Dans un sens c’est un peu logique parce que lorsqu’on se sent différent et qu’on le vit mal, on va vouloir convaincre les autres de notre valeur et c’est le besoin de reconnaissance qui sera à l’origine de ce désir. 
On tente de faire accepter par l’extérieur, par les autres, ce qu’on a du mal à comprendre, à accueillir en soi, et on montre l’image que l’on veut afficher en mettant en avant notre aspect lumineux, saints, gentils. Par exemple, si on sait intuitivement que nous sommes divins ou au moins issus de la source, on va se focaliser sur tout ce qui nous renverra ce reflet.

jeudi 11 février 2016

« Comment réagir quand on sent baisser sa fréquence vibratoire, son énergie à plat ? »





J’avais une telle pêche ce matin que j’ai dû aller m’allonger au bout de six heures pour récupérer. Je piquais du nez et ne pouvais pas lutter contre le sommeil. 
Je n’ai d’ailleurs pas essayé et je suis allée m’allonger pour retrouver l’équilibre énergétique. 
Lorsqu’on se sent sur-excité, sans raison apparente, puisque c’est dès le réveil que la passion de vivre m’animait, on se laisse porter par l’élan et on en profite. 
En général, comme on aime éprouver de la joie, on va amplifier cette fréquence mais si elle est alimentée sans être équilibrée, on va sentir un contre balancement, une grosse fatigue, un effet polarisé. 
C’est un processus qui semble naturel et qui si on ne s’en effraie pas, se stabilise tout seul. Le mieux, c’est d’accepter de répondre au besoin du corps physique tel que le sommeil mais si on ne peut pas aller s’allonger, en revenant au calme par quelques respirations, ça se stabilise. 
Il faut le faire régulièrement dès qu’on sent une tension ou simplement si on y pense afin de ne pas péter un câble. 
Nous vivions une période d’ajustement, de nettoyage où nos mémoires cellulaires sont très sollicitées.
Personnellement, par le fait d’avoir entamé la diminution des cachets, il est naturel d’éprouver toutes sortes de sensations. On passe par tous les états, du rire aux larmes, de la pêche à la fatigue et il semble que ce soit juste une question de recherche d’équilibre.
Les émotions liées à l'enfance sortent afin d'être lâchées et quand elles s'expriment librement sans qu'on s y' attache, elles passent, s'en vont naturellement.

« Reprendre son pouvoir de créer, d’Être ; un chemin de vie extraordinaire !





On est tellement conditionné, habitué à marcher à l’envers, que même quand on croit être divin, créateur de son monde, on se laisse abuser par nos peurs, croyances et illusions. Mais si on décide d’apprendre à se connaitre, à se voir avec les yeux de l’amour, à s’écouter, se comprendre et surtout s’aimer sans conditions, on va alors marcher sur le chemin étroit dont parlait Jésus. 
Étroit non pas parce qu’il est difficile bien qu’il demande du courage mais parce que c’est le nôtre, un chemin Unique qui constitue tant la redécouverte de soi que l’initiation à la souveraineté, la réalisation de l’être entier, intègre, créateur, libre et heureux. 
On le qualifie d’étroit en comparaison aux autoroutes toutes tracées qu’emprunte la masse qui suit aveuglément "le bon berger". Et ce qui est énorme, c’est que chacun suit le sien, celui dont il est sûr qu’il est le meilleur. 
En fait c’est la vérité parce que chacun suit son propre chemin qui consiste en un premier temps à suivre aveuglément puis à se prendre naturellement un mur, une claque pour réaliser que tout ce qui se manifeste à l’extérieur est la réponse à la vibration intérieure. 

Un évènement va permettre de prendre conscience de la réalité, du fait d’être dans l’illusion, de vivre selon des conditionnements, des manipulations de masse et on peut dire que ça balance en ce moment. 
Mais ceci n’est qu’une étape censée ramener vers soi.
Voir l’état du monde et tous les mensonges, toutes les magouilles participe à notre ouverture de conscience mais si le cœur n’est pas l’observateur et l’acteur principal de ces prises de conscience, on va faire encore plus le jeu de la dualité qui est une forme de simulation.

mercredi 10 février 2016

« Le pouvoir de l’Unité ; la quintessence de l’Etre, l’union des corps, des éléments »






Il m’a fallu un certain temps pour admettre qu’en cessant de juger, d’étiqueter, de soupeser, bref en acceptant les choses telles qu’elles sont dans l’instant, je réalise ce que j’ai toujours voulu vivre. Et comme ça se passe à l’intérieur, vis à vis de moi-même, ça me prépare à vivre avec les autres dans les mêmes conditions, la même vibration.

Reconnaitre et lâcher, ou accepter ce qui est, permet de voir plus largement les situations et en prenant du recul, de constater que tout en soi est utile, nécessaire à l’équilibre.
Exactement comme les bactéries dans l’intestin qui permettent l’équilibre, la santé. 
Celle-ci se manifeste quand il y a une biodiversité bactérienne, en gros plus c’est diversifié et mieux c’est. Si on mange toujours les mêmes aliments, certaines bactéries disparaissent et celles qui restent vont proliférer amenant les problèmes. 

La santé résulte de l’harmonie, et c’est valable à tous les niveaux de l’être. Jusque dans la façon de gérer son temps. Plus on aura d'activités variées et moins on sera dans l'ennui, le manque d'énergie. On sort peu à peu du mode automatique reprenant la gestion de son temps de façon créative en suivant les élans du cœur, du désir, de la joie.

La source divine étant Une, un composé de tout ce qui est, de façon équilibrée, harmonieuse, c’est quand nous vibrons sur ces fréquences que nous sommes connectés au divin et que nous exprimons le meilleur de nous-même. 
Pas le meilleur selon le modèle de société préétablis, non le meilleur de ce que nous sommes dans le sens où nous manifestons notre divinité unifié à notre aspect humain.

mardi 9 février 2016

« La relation de couple divin » Fabrice Palmer…commence en soi-même…





Ce matin, je me suis levée tôt parce que malgré que j’aie apprécié de dormir longtemps la nuit dernière, j’ai été frustrée de ne pas avoir assez de temps pour faire tout ce que j’avais envie de réaliser. 
J’ai tellement d’idées, d’envie de créer, de répondre à cette passion d’être qui m’habite avec plus d’intensité chaque jour, que je courre après le temps. 
D’un autre côté, ça m’oblige à me centrer régulièrement et je sais pertinemment que c’est une façon pour le mental de participer activement à la libération de la dépendance. 
Une réaction à la peur du manque qui le pousse à vouloir agir, être à fond dans le faire pour ne pas faire face à la peur du vide. 
Une dynamique logique dans la dualité, où le vide appelle au remplissage. 
Même si je conçois ce "néant" comme un réservoir de potentiel, l’instinct de survie pousse à agir et le mental s'active, cherche, imagine, projette... 

Et en cela je vois encore une dynamique du contexte de la dualité. 
Les forces qui se mobilisent pour répondre à la peur permettent de cultiver l’imagination, de focaliser son attention sur ses objectifs, d’affirmer ses choix, d’utiliser son pouvoir créateur, d’apprendre à connaitre les énergies et à les utiliser pour créer dans la matière par la volonté et la détermination. 
En soi, c’est quelque chose de positif mais d’un autre côté, je sens que ça créé des tensions, que c’est excessif et déséquilibré. C'est aussi ce qui me donne la sensation d'être vivante, d'habiter l'espace, de reprendre ma place, au moins dans la pensée et la gestion de mon temps, de reprendre mon pouvoir de créer.
Alors de temps en temps, je reviens au centre pour que le cœur harmonise et équilibre ses forces internes. Le feu de la passion de vivre, l'énergie créatrice bouillonne et elle a juste besoin d'être canalisée, orientée. 
Une fois le calme revenu, je revois les priorités et j’appréhende les choses avec plus de sérénité.

« Le discernement, une qualité de l'Esprit » Sophie Riehl





Ce matin la lettre d’info, de Sophie Riehl, résonne fortement et comme elle a suscité quelques réflexions, j’ai envie de la partager ici. 
Le juste milieu est toujours le positionnement idéal et c’est en venant au cœur de soi-même qu’on le trouve. 
Le cœur, la vision neutre, permettent de discerner ce qui est juste pour soi, dans un instant T. Lorsqu’on chemine vers la source, vers notre essence divine, ce qui est valable aujourd’hui ne le sera plus demain puisque nous évoluons en conscience et en capacité d’aimer. 
Cette essence étant notre nature originelle, c’est en lâchant les masques de la peur, de la culpabilité que cette vibration émerge et grandit en nous. 
Nous apprenons à reconnaitre sa "consistance" en portant attention à notre monde intérieur, en guérissant l’enfant que nous sommes, en unifiant les aspects de l’être et en vibrant les qualités de la source. C’est ce parcours qui nous rend libre, responsable et autonome….

Lettre d’info de Sophie Riehl :
« Le cheminement spirituel est une expérience intérieure basée sur les sensations. 
Ce n'est pas avoir de grandes connaissances intellectuelles, c'est se sentir relié à la Vie, aimé et protégé. 

lundi 8 février 2016

« Quand la dualité mène à l’unité, on commence à mieux comprendre Qui on est »





Quand on aligne la volonté de l’ego à celle de l’amour lumière en soi, à la source, on prend de la hauteur, de l’ampleur et la vie s’épanouit merveilleusement.
Pouvoir créer son état d’être simplement en s’alignant à l’amour et la lumière en soi, rend libre, créatif et la joie devient le moteur de l’action, la paix du cœur; le sanctuaire où on vient se recharger, se centrer, être enseigné.

La façon d’en arriver là est déconcertante parce que l’ego est programmé pour agir selon la loi d’attraction/répulsion, alors que c’est dans l’accueil inconditionnel qu’on élargit sa vision, qu’on ouvre son cœur et sa conscience. 
Ce système d’apprentissage par le contraste, est élaboré pour que nous apprenions à nous positionner, à faire des choix, à connaitre les conséquences de ceux-ci. 
Et si nous choisissons l’amour, la paix, nous allons voir qu’au-delà de cette polarité, il y a le bien-être et la connaissance, il y a l’unité, si nous abandonnons le jugement, si nous osons faire confiance à la source intérieure, à sa guidance.  

La loi d’attraction dans un monde où la dualité est une dynamique de révélation, d’action, de réalisation est un chemin potentiel vers l’unité, le retour aux sources, aux origines de la création. L’idée de séparation créé ce monde où les êtres peuvent vivre une expérience individuelle, sur cette planète.