jeudi 11 février 2016

« Reprendre son pouvoir de créer, d’Être ; un chemin de vie extraordinaire !





On est tellement conditionné, habitué à marcher à l’envers, que même quand on croit être divin, créateur de son monde, on se laisse abuser par nos peurs, croyances et illusions. Mais si on décide d’apprendre à se connaitre, à se voir avec les yeux de l’amour, à s’écouter, se comprendre et surtout s’aimer sans conditions, on va alors marcher sur le chemin étroit dont parlait Jésus. 
Étroit non pas parce qu’il est difficile bien qu’il demande du courage mais parce que c’est le nôtre, un chemin Unique qui constitue tant la redécouverte de soi que l’initiation à la souveraineté, la réalisation de l’être entier, intègre, créateur, libre et heureux. 
On le qualifie d’étroit en comparaison aux autoroutes toutes tracées qu’emprunte la masse qui suit aveuglément "le bon berger". Et ce qui est énorme, c’est que chacun suit le sien, celui dont il est sûr qu’il est le meilleur. 
En fait c’est la vérité parce que chacun suit son propre chemin qui consiste en un premier temps à suivre aveuglément puis à se prendre naturellement un mur, une claque pour réaliser que tout ce qui se manifeste à l’extérieur est la réponse à la vibration intérieure. 

Un évènement va permettre de prendre conscience de la réalité, du fait d’être dans l’illusion, de vivre selon des conditionnements, des manipulations de masse et on peut dire que ça balance en ce moment. 
Mais ceci n’est qu’une étape censée ramener vers soi.
Voir l’état du monde et tous les mensonges, toutes les magouilles participe à notre ouverture de conscience mais si le cœur n’est pas l’observateur et l’acteur principal de ces prises de conscience, on va faire encore plus le jeu de la dualité qui est une forme de simulation.


Le sentier est qualifié d’étroit parce qu’il est intérieur, il est en notre corps et nous mène de la tête au cœur. Cet organe majeur est la porte du divin en nous, de la sagesse innée, des connaissances universelles, celles-là même qui nous affranchissent de tout conditionnements, systèmes et croyances. 
Il nous ouvre les portes de notre conscience dite "supérieure" parce qu’elle est élevée, par ce sa vision est large, parce qu’elle est omniscient, omnipotente et omniprésente. 
Ces connaissances que nous portons tous, ont été délivrés par des humains qui avaient rétabli la connexion intérieure et réalisé l’unité.

La dualité est un contexte, d’apprentissage, une dynamique, un moyen et non une fin. Tous les maitres spirituels ont aboutit à la même conclusion, la voie du juste milieu, de la paix et de l’unité, mène à la source.

Voir que le monde est construit sur des valeurs erronées, un système injuste, pyramidale et patriarcal n’est pas censé nous pousser à la révolte mais à révolutionner notre façon de voir et d'être, à faire ce retour au cœur, au centre de l'être. 
Là encore l'état du monde est montré afin d’être transcendé, afin de venir en notre cœur pour voir clairement ce qui en nous manifeste cette apparente réalité.
Et c’est en constatant dans notre quotidien que les situations que nous vivons correspondent à nos pensées, croyances et blessures qu’on va vérifier en toute humilité, les principes de la loi d’attraction, de résonance et à travers ça, notre pouvoir créateur.

Le monde est le parfait reflet de nos conditionnements, de la façon dont nous gérons notre monde intérieur. Tous les personnages que nous montrons du doigt à l’extérieur sont les mêmes que ceux que nous rejetons en nous-même et pourtant ce sont eux qui régissent notre vie de façon inconsciente.

Tant qu’on ne se connait pas de l’intérieur, on va accuser les autres de créer notre malheur et ce faisant on leur donne tous pouvoirs de nous manipuler, de disposer de notre libre arbitre, de nous juger, de nous accorder de l’importance ou pas, de la valeur ou non, du mérite ou pas, en bref, de nous définir.
Tant qu’on attend quoi que ce soit de l’extérieur on se prive de connaitre notre pouvoir, notre valeur, notre être. 
Si on pense que pour toucher dieu, il nous faut appartenir à une église, une secte, un groupe spirituel, voir et dialoguer avec les anges, les guides, les maitres ascensionnés…on nie l’être divin, multidimensionnel et souverain que nous sommes en vérité. 
Et comme on se limite par ses croyances on vivra exactement cela. 

On sera manipulé, obligé de se tourner vers l’extérieur pour être convaincu d’être issu de la source, dépendant de la lumière, des connaissances des autres pour avoir foi en nous-mêmes. Là encore, ça peut être une étape mais ça peut aussi nous maintenir dans l’impuissance, le déni et le rejet de soi.

Il n’y a qu’un chemin qui mène à la source d’amour lumière en soi, il va de la tête au cœur mais pour intégrer et manifester cette vibration, il nous faut parcourir le chemin particulier, qui est le nôtre et va nous permettre de comprendre en vérité, ce que sont ces énergies qui constituent la source Une. 

On ne peut incarner ce qu’on ne connait pas, ce qu’on ne reconnait pas et le monde, ses institutions, ses systèmes, les interactions, vont nous permettre de connaitre et reconnaitre ce qu’est l’amour, comment le vivre, quelles sont les conséquences de nos actes, l’impact de nos choix. On va surtout apprendre ce que l’amour n’est pas pour mieux définir ce qu’il est parce que notre cœur sait la vérité et il peut nous montrer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Mais ça se fait graduellement et la "vérité" des croyances est changeante.
Le chemin de connaissance de soi va nous permettre de vivre l’amour inconditionnel et c‘est en l’appliquant à soi-même, en lui permettant de rayonner sur tout ce que nous sommes que nous allons le connaitre en vérité. 

En même temps qu’on va l’appliquer, lui confier tous nos conditionnements, le sentir vibrer en nous, notre conscience va s’éclairer, s’élargir tout comme notre capacité d’aimer et de manifester une réalité individuelle en conséquence. 
Elle affectera notre propre monde intérieur et plus on va activer cet amour, plus son rayonnement impactera notre environnement. 
Peu à peu on retrouvera une vision juste de ce qui est en sortant de la réalité conflictuelle qui gère le monde. L’illusion de la séparation se révèlera dans la connexion au divin en soi. 
La notion de division s’étiolera à mesure qu’on recontactera tous les aspects refoulés dans notre inconscient. On va constater que plus on s’aime sans condition et plus notre vie, les autres, nous renvoient ce même amour, que la paix s’installe à mesure qu’on accepte de ressentir ce qui se manifeste en soi dans l’instant, on va goûter le pouvoir de l’amour, de l’acceptation, de l’accueil, du lâcher prise. 
La vision de soi va changer en même temps que celle qu’on portait sur le monde et en cela on va vérifier que nous sommes Un, d’abord que nous sommes tous issus de la source puis que nous sommes interconnectés. 





Nous constaterons que nous ne sommes plus seulement reliés par nos blessures, par l’inconscient et la conscience collective de masse mais avant tout par le cœur. 
Puisqu’on va voir que chacun aspire à l’amour, à aimer et à être aimé, à vivre en paix et dans l’harmonie seulement, dans cette simulation inversée de la vérité, ceux qui s’identifient à leur souffrances, vont agir dans la violence, l’auto-destruction, manipulés par leurs propres peurs et fausses croyances qu’ils perçoivent comme des certitudes.

Lorsqu’on accueille les personnages rebelles, violents, ignorants qui vivent en nous, on commence à sentir et à savoir ce qu’est l’amour véritable et où se place notre pouvoir, comment l’utiliser. 
On voit que si nous pouvons trouver la paix en toutes circonstances, la peur n’aura plus d’impact sur nous, pas plus que ce qui se passe dans le monde.

Tant qu'on croit qu'il y a un ennemi en soi, on se prive de tout l'amour qu'on peut ressentir en reconnaissant et en acceptant que nous sommes parfaits. 
Parfait dans notre entièreté, notre constitution, notre divinité. 
Et nos imperfections nous relient à l'humain la vie, nous donnent l'humilité et la légèreté de l'enfant qui peut alors aller en toute sécurité à la découverte du nouveau Monde, celui quoi est à l’intérieur.

On retrouve son pouvoir dans cette reconnaissance et acceptation des aspects intérieurs qu’on refoulait parce qu’on sent à quel point l’amour modifie notre état d’être et notre vision. Et quand on a validé les lois universelles d’attraction et de résonance par cet accueil inconditionnel des personnages et énergies jugées négatives, on porte notre attention d'abord sur nos pensées, nos émotions en se contentant de maintenir la paix en soi, l’équilibre et l’harmonie. 
Ces énergies vont modifier notre état d’être, notre vision et on n’aura plus besoin de reconnaissance extérieure, de voir le monde changer pour enfin se sentir en paix, en sécurité et aimé.

Sentir l’amour en soi lorsqu’on s’accepte tel qu’on est, c’est aussi savoir que nous sommes cet amour, qu’il est en nous, juste là en notre cœur et que nous n’avons pas besoin de l’extérieur pour nous le refléter, pour le ressentir. Qu’il suffit que nous nous donnions l’autorisation de le vivre pour qu’il croisse et nous remplisse tout en nous affranchissant du besoin d’être aimé par les autres. 

C’est immense parce qu’on ne craint plus le regard extérieur, ça n'est plus notre référence, notre vérité définitive. 
On a compris que l’autre nous envoie un reflet de nous-même. 
Soit une image « négative » auquel cas, nous pourrons venir accueillir en notre cœur le personnage interne révélé par cet effet miroir et ainsi annuler son effet perturbateur, son côté saboteur. 
Soit l’autre nous renverra un aspect lumineux, puissant, intelligent, sage et là, cette fréquence étant révélée aussi en soi, on l’ajoutera à la liste de nos qualités. 
On aura confiance que nous portons aussi ce potentiel qu’il est disponible et on osera le reconnaitre et le développer.

Lorsqu’on découvre le principe de l’effet miroir, on va mettre un certain temps déjà à l’admettre puis à l’utiliser correctement. Mais tant qu'on ne saisit pas son impact et qu’on ne sait pas l’utiliser à son avantage, on va continuer de nourrir l’illusion d’être manipulé, la sensation d’impuissance. 
D’un autre côté ce sera l’occasion d’intégrer encore plus l’amour en soi qui nourrit la confiance en soi en ne jugeant pas notre difficulté à utiliser l’effet miroir pour notre progression, notre libération des conditionnements. 
Parce que c’est son but, c’est la raison d’être de cette simulation gigantesque qu’est le monde et sa façon de tourner. 
Chacun joue le jeu de miroir afin qu’on puisse se dépouiller de tout ce qui n’est pas le vrai soi, de tomber tous les masques qui cachent notre véritable nature, notre être tout entier.

Et c’est en le faisant qu’on va pouvoir s’exprimer librement, de façon authentique sans plus avoir à s’opposer pour exister, s’affirmer. 
On va agir en soi pour ramener la paix en toute circonstance, utiliser les scandales du monde pour intégrer notre pouvoir en revenant au centre, à la vision éclairée du cœur. 
En réintégrant peu à peu toutes les énergies polarisées en notre cœur, on va amplifier l’amour, la puissance, la foi, retrouver notre potentiel en latence et par la réunification de tous les aspects de l’être, vibrer sur la fréquence de la source, de l’unité.    

On comprend que notre pouvoir s’exerce concrètement par la focalisation sur ce que nous voulons vivre en nous et à l’extérieur donc, on arrête de donner de l'énergie à ce que nous ne voulons pas cautionner, ce que nous pensons être injuste et scandaleux. On n'y prête tout simplement plus attention parce que c'est de cette façon qu'on perpétue l'injustice.

On va être épaté de voir que le monde se conforme précisément à ce que nous portons, rayonnons, émanons, sans même que nous cherchions à le changer, à convaincre les gens. Ceux que nous connaissions avant restent eux-même mais nous entrons alors en résonance avec leur aspect divinement humain, leur côté lumineux.





Je viens d’ailleurs d’en faire immédiatement l’expérience avec le voisin qui m’a interpellée alors que je sortais la chienne. Nous partageons le système d’irrigation au jardin et il m’a souvent aidée à réaliser des choses que je ne sais ou ne peux pas faire comme le ramonage, l’installation du conduit jusqu’au toit, celle du système d’irrigation de mon côté…bref, des travaux plus faciles à réaliser quand on est un homme ou simplement quand on sait le faire.
Quand j’ai aménagé dans le quartier en 2010, il était très dominateur, séducteur, sûr de lui enfin en apparence parce que ça trahit un manque d’amour vrai et de confiance en soi et il était convaincu que je ne resterais pas célibataire, qu'il pourrait me changer. 
J’ai affirmé mon point de vue, respecté mes choix dont celui de devenir autonome d’emblée lorsqu’il tentait de me persuader qu’il arriverait à me faire changer d’opinion.

Bref peu à peu nous avons appris à nous connaitre, à nous respecter, à lâcher des à priori vis-à-vis du masculin, du féminin, de l’autorité, de la liberté d’être…chacun a aidé l’autre à mieux se comprendre, s’aimer, et s’affirmer dans le respect des différences. 

Il m’a dit qu’il avait commandé du fumier, une pleine benne et de fil en aiguille, m’a proposé de l’épandre sur mon bout de terrain et de retourner la terre au motoculteur. 
Ce n’est pas la première fois qu’il me le propose mais j’ai toujours refusé. 
Je préférais le faire à la bêche, prendre mon temps et surtout je ne voulais pas avoir l’impression d’être redevable, de le laisser me dominer, me diriger puisqu’il avait tendance à vouloir contrôler les autres. 
En continuant d’agir seule, librement de façon intègre quant à mon comportement en cohérence avec mes opinions, peu à peu la relation a changé parce que nous avons gagné en confiance intérieurement, chacun de notre côté. 

En cela, je reconnais que tout le monde est bousculé, éclairé, poussé à changer ses croyances, son comportement. Très souvent quand on réalise, quand on comprend que nous sommes des êtres d'amour et de lumière ou divin, on a tendance à se croire supérieur aux autres parce qu'on n'est pas encore dans l'amour véritable. L'estime de soi qui s'est toujours construite sur la comparaison fausse notre vision de nous même et des autres. Et c'est en nourrissant le désir de transparence, d'harmonie, que tout va s'ajuster, s'équilibrer.

Il a appris à me respecter tout comme j’ai appris à le respecter. 
Nous avons été des miroirs, lui sans le savoir mais comme c’est la vibration qui agit et l’exemple qui enseigne, il a changé ses à priori à propos des femmes et moi à propos des hommes, dans ces échanges ponctuels. 
J’ai tout de même dû instaurer des bases saines en choisissant de ne pas jouer le jeu de la séduction, en étant honnête, spontanée et sincère. 
Ce qui ne veut pas dire que j’aie plus de mérite que lui mais que si nous voulons avoir des relations enrichissantes avec les autres, ça demande de la clarté, de l’honnêteté, de l'intégrité. Il faut savoir ce que l'on veut et s'y tenir. 

Bref, je lui ai dit qu’il devait lire dans mes pensées pour me proposer spontanément son aide puisque dans mes questionnements à propos de la façon de gérer au mieux mon temps pour pouvoir assumer le jardin, le quotidien, les blogs et la mise en forme de mon projet d’accompagnement, je restais en attente. 
Je me suis juste contentée de reconnaitre que je me collais de la pression, que je cafouillais et que j’avais de la difficulté à établir les priorités favorisant encore les besoins du mental au détriment de ceux du corps physique. 
Je n’ai pas essayé de projeter, de visualiser ou de calculer comment gérer au mieux, au lieu de ça, j’ai accueilli en mon cœur les questions précitées et surtout l’aspect interne critique, la voix qui dit que je devrais assumer mieux que ça, que je néglige les besoins du corps physique, que je manque d’amour, que je ne suis pas sur la bonne fréquence…bref, tout ce qui nie l’amour lumière que je suis, qui est soumis à la peur, peur de ne pas être à la hauteur, qui nourrit des croyances de devoir, d’obligation, de mérite, de sacrifice, d’illégitimité, de nécessité de travailler dur pour espérer obtenir un résultat… 

Toutes ces pensées sont faussées mais elles sont aussi justes d’une certaine manière. 
Elles sont simplement polarisées, excessives et mal positionnées. 
Au niveau énergétique, elles portent un potentiel, elles ont une valeur mais demande juste à être équilibrée, perçus avec les yeux du cœur. 

Par exemple, la notion d’effort se situe dans l’attention portée à son monde interne et ses mouvements afin de lâcher les peurs et les conditionnements
Il s’agit d’être attentif à soi, centré, afin de détecter les déséquilibres, tout ce qui s’oppose à l’amour vrai et à lâcher prise quand c’est nécessaire. 
C’est un effort qui demande d’être plus conscient de soi et quand on l’est, on va pouvoir mieux se connaitre, apprendre la maitrise de ses pensées et de ses émotions. 

C’est cela à mon sens manifester l’amour et la lumière de la source intérieure.   
Devenir plus lucide sur soi-même pour agir en conscience et apprendre à utiliser son pouvoir créateur de façon délibérée et bienveillante. Ce pouvoir s'exerce vis à vis de son état d'être qui laisse place à la guidance intérieur, permet d'entendre et de suivre l'élan du cœur. 
Pour en revenir à l’histoire avec le voisin de jardin, Jacques, quand je l’ai vu avant-hier, travailler la terre, l’envie d’aller aussi au jardin est montée. 
Mais j’ai senti que la motivation était déséquilibrée, qu’elle venait plus d’un esprit de compétition que d’un désir du cœur alors plutôt que de suivre cet élan, je me suis posée et j’ai demandée à être guidée, soutenue. 
Puis j’ai continué de faire ce qui sur le moment me motivait réellement, à savoir écrire et cuisiner, sans plus me poser de question au sujet du jardin. 
J’étais juste confiante puisque la paix retrouvée dans l’accueil des pensées émotions critiques mais aussi celle de l’excitation suscitée par l’esprit de compétition, je savais que les solutions et réponses viendraient. 

Pour gagner en confiance en soi, il est important d’apprendre à faire confiance à la vie, à la source intérieure et à sa propre guidance, celle du cœur qui s’exprime par un désir. 
Un désir qui émane spontanément dans cette paix retrouvée, cet alignement à la source en soi qui accorde les corps subtils permettant que l’énergie de vie, de la terre s’associe à celle du ciel et que l’harmonie rayonne en soi. 
Cette vibration aligne systématiquement les corps à la volonté de l’âme, de l’amour lumière intérieurs. 





Cette volonté c’est juste d’être soi, de manifester l’unité, de se réjouir de parcourir le chemin unique de l’être unifié, conscient et bienveillant. De s’aligner sur les fréquences de l’harmonie, celles là-même qui régissent la vie, la nature, les univers.   
Dans mon introspection-demande d’aide à la source, j’en ai conclu que je devais apporter des nutriments à la terre et j’avais prévu d’aller chercher du fumier et de retourner la terre pour l’insérer. Ça représentait des heures de travail mais je n’ai pas rechigné parce qu’il faut savoir ce que l’on veut et pourquoi on fait les choses. 
Bien sûr, seule, j’aurais dû y passer des heures et le fait de ne pas avoir demandé quoi que ce soit à Jacques mais au lieu de ça, de s’ouvrir à recevoir de l’aide sans se demander comment elle viendrait, à suffit à recevoir.

On ne peut pas faire les choses à moitié, pour gagner en confiance en soi afin de matérialiser ses rêves ou ses désirs, il faut faire confiance à la vie en tous points. 
Ne pas chercher à savoir comment les choses vont se faire mais être juste attentif à saisir les opportunités qui vont se présenter. 
Là encore, la connaissance de soi, de son monde intérieur et l’écoute sont indispensables et c'est aussi la matière, la substance qui nourrit la confiance. 
Cette connaissance du fonctionnement interne, des systèmes, des lois universelles et des énergies se révèle dans l’accueil sans conditions de ses mouvements énergétiques internes.

C’est trop cool parce que cette petite conversation avec Jacques vient aussi nourrir le sentiment de liberté, la force de l’unité intérieure qui se reflète à l’extérieur, le fait qu’en restant focalisé sur ce que l‘on veut vivre en soi, suffit à le manifester !

Chaque fois que je vérifie ces lois universelles de résonance, je suis ébahie par tant de puissance ! Du coup comme la confiance en la guidance interne qui se manifeste par un désir pur, pur dans le sens où il n‘est pas motivé par la peur même si elle peut en être le déclencheur, l’élément qui poussera à venir au centre afin d’ajuster, d’harmoniser les énergies et impulser un élan équilibré, ça m’aide à prendre confiance en moi.

Je lâche prise quant aux projections, la planification du temps parce que je vois que plus je me laisse guider en me contentant de maintenir la paix et l’harmonie intérieures et plus mes journées sont créatives, riches, épanouissantes et surtout joyeuses dans l’instant, c’est carrément magique !

Il suffit de définir ce qu’on veut ressentir, quelques priorités quant à la forme et puis de se laisser guider, d’être à l’écoute et ouvert aux opportunités. C’est ça la vraie liberté, le pouvoir de l'être !  
Magnifique, du coup il est 11h30 et je n’ai pris que la moitié de dose de médocs !

Là aussi je constate que plus je m’accorde de liberté, plus je suis créative et moins l’envie de prendre un cachet se manifeste. 
Il est clair que c’est en nourrissant l’amour lumière en soi, en cultivant son pouvoir d’aimer que la sensation de manque et d’impuissance se dissolvent. 

Finalement le manque dont je souffrais, c’était le manque d’intégrité parce que je me coupais de l’amour, je me refusais d’activer cette énergie tant pour moi que vis-à-vis des autres. 
En laissant cet amour lumière circuler librement à l’intérieur tout se remet en place et je retrouve le pouvoir d’être ce que je suis véritablement tant au niveau humain que divin. 
La gratitude qui nait de cette reconnaissance de l’être tout entier, amplifie l’amour la confiance en soi, en la puissance de l’amour, c’est une spirale ascendante qui maintenant me maintient sur les fréquences de la joie de vivre ! 
Et cette combinaison d’énergies, de paix, d’amour inconditionnel, d’harmonie, d’unité, modèle ma vie et garantit un avenir toujours meilleur et ce indépendamment de ce qui se passe dans le monde. 


Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.