vendredi 5 juillet 2013

Yourtes et tipis reconnus par la loi comme habitats permanents (27 juin 2013)



http://mongolyurt.fr

Voici une bonne nouvelle pour tous ceux qui vivent dans des habitations hors du commun et pour la liberté, en  général. Les Pyrénées Orientales abritent beaucoup de marginaux qui se contentent de cabanes, de tipis..., par choix parce que le temps s'y prête. J’ai eu l’occasion de vivre de cette façon pendant une très courte période de ma vie et j’en garde de bons souvenirs. D’ailleurs, Maya se régalait dans la cabane, en compagnie de Willy, le Doberman. La forêt nous offrait des ceps poussés dans la nuit et le fait d'être en pleine nature m'avait reconnecté au désir, à l'amour. J'ai été submergée par les émotions et suis replongée dans ma cachette d'opiacés tant j'étais incapable de gérer ce qui m'arrivait!

J’ai ajouté des photos ainsi que le lien du site d’une amie qui vend des Yourtes Mongoles, non loin de l’endroit où je suis née. Nous avons beaucoup d'affinités et des liens quasiment familiaux. Il n'y a pas de hasard...

Montée et redescente, montée et redescente........




Aujourd’hui, j’ai la sensation d’être redescendue dans la 3ème, voir la seconde dimension tant j’ai le moral dans les chaussettes. J’étais réveillée à 4h30 et je ne sais pas pourquoi, je me suis levée. Je retombe dans des vieux schémas de peur, d’auto-critique. Ce qui me « rassure », c’est que ça semble normal vu que nous sommes dans une période de transition, mais c’est pénible. Alors je tapote, je formule des phrases basiques qui évoluent au fur et à mesure vers le cœur du ressenti. Un petit exemple pour le fun !
« Même si j’en ai ras le bol de régresser, de retomber dans les vieux clichés 3D, je m’aime sans conditions et je me pardonne »
« Même si j’en ai marre de répéter les mêmes choses et de tourner en rond, je m’aime infiniment, je m’accepte comme je suis et je me pardonne. »
« Même si je me critique de ne pas arriver à accepter ceux que je qualifie de bourreaux, je m’aime sans conditions, je m’accepte et je me pardonne. »
« Même si je fatigue d’être encore dans le conflit intérieur, je m’aime infiniment et je me pardonne »
« Même si j’ai l’impression de ne plus rien capter, j’aime le divin en moi et je me pardonne »
« Même si je me languis de ressentir à nouveau l’amour en moi, j’ai confiance en la bienveillance de ma présence divine »
« Même si je suis dégoûtée de l’attitude de certains humains, je m’aime inconditionnellement et je me pardonne. »