mercredi 17 juillet 2013

Le coeur et l'ego, belle association!






Accepter ce qui est n’est pas se rendre, s’aplatir, c’est juste réaliser que quelque chose de plus lumineux que notre faculté de penser, dirige notre vie avec amour et patience. Tout ce que nous rejetons va se manifester à raison puisque notre nature est l’amour, celui qui englobe tout. Il n’y a donc pas à incriminer le mental, l’ego qui ne fait que ce pour quoi il a été conçu, créer du contraste, apporter des réponses à la peur.
Quand on se place en mode « acceptation et réception », les choses prennent leur véritable sens. Comme toujours, l’expansion de cœur ouvre la conscience. 

Depuis que j’accepte le rôle de l’ego et que je prends conscience de sa fidélité, mon regard amoureux l’aide à suivre le cœur en douceur, sans forcer. Tant qu’on rejette une part de soi, on amplifie le conflit intérieur qui se traduira par des relations interpersonnelles conflictuelles. Les discours qui parlent d’anéantir l’ego, de le briser, de le rabaisser, sont encore des manifestations du non amour, du rejet. Celui-ci peut être déprogrammé, élevé dans la conscience de l’amour.

Je suis heureuse de pouvoir dire, "je nous aime mes corps". Le dire sincèrement, amène la rivière d’amour inconditionnel à s’écouler librement guérissant tout sur son passage. La lumière éclaire tout d’une façon nouvelle et beaucoup plus lucide. Croire que l’ego est un ennemi, c’est encore se prendre pour une victime.

LE CHAKRA DU COEUR, Marie Lise Labonté






J’ai trouvé ce texte magnifique tiré du livre de Marie Lise Labonté, «Maître de ses chakras, maître de sa vie»  dont vous trouverez le lien qui amène sur Amazon, si vous souhaitez l'acheter, en bas de message. Impossible de me souvenir où j’ai trouvé cet extrait ! Je le publierai en plusieurs parties puisqu’il fait près de 20 pages. Voici donc la première de cette série.


Abigail Wainwright

« Touche pas à ma Mère, la Terre ! » article de Sophie Chapelle sur "bastamag.net"



Semis de laitue

Je ne m’intéresse pas trop à la politique puisque je n’y vois aucune solution pour la société, du moins dans la façon dont elle est organisée, et en plus comme j’estime qu’il est essentiel de reprendre son pouvoir personnel par l’auto-guérison, de façon à créer en conscience quelque chose qui participe à l’élévation planétaire, au niveau de l’inconscient collectif, je regarde ça de loin. Cependant, je me sens de plus en plus motivée à voir les solutions alternatives, à m’informer sur l’évolution des mentalités et éventuellement à participer aux actions non-violentes. Déjà relayer les infos qui vont vers le progrès, la libération, l’ouverture de conscience pour un monde plus libre, me paraît être utile. Cet article lu sur, La presse galactique m’a poussée à marquer la page de ce site dont le nom et le discours me plaisent ! http://www.bastamag.net 

Peut-être que le fait d’avoir arrêté de manger de la viande, de changer mon mode d’alimentation, participe à cet amplification de mon intérêt et de mon désir de diffuser tout ce qui peut rendre plus autonome, plus lucide et plus libre. Internet est un formidable outil et l’utiliser dans ce sens me semble être une façon de lui donner toute sa raison d’être. Puis maintenant que je sais comment mieux gérer ce qui se vit à l'intérieur, je me sens appelée à me tourner vers l'extérieur, à participer plus concrètement à l'évolution de la société. On peut voir l’importance de l’énergie féminine et la nécessité que des femmes soient à des postes de pouvoir. Plus à l'aise avec notre instinct, à l'écoute du cœur, nous pouvons amener des nouvelles solutions puisque notre vision est moins dans le mental et donc lus humaine. Je ne critique plus les hommes pour autant puisque chacun est composé d'énergie masculine et féminine et que celles-ci demandent à être équilibrées en chaque individu. Heureusement, l'éducation des enfants change et il y a de moins en moins de conditionnement lié au genre. Ces rubriques seront trouvées sous le libellés : « Touche pas à ma Mère, la Terre ! » Le fait de vouloir contrôler l'agriculture date de l'après guerre et c'est seulement maintenant que l'humanité prend conscience du danger que ça représente. Il n'est jamais trop tard pour bien faire et toute tentative, pour protéger les paysans et donc tous ceux qui cultivent la terre pour être plus autonomes, est la bienvenue!