jeudi 31 mars 2016

« Apprivoiser son univers, reconnaitre la valeur des corps, leur langage et leurs rôles »





Comme c’est bon de retrouver la santé ! Même si je suis encore dans la phase de toux grasse et comme c’est la dernière étape, je me réjouis d’avoir passé ce gros rhum en adulte responsable plutôt qu’en victime qui subit. 
Et ça change tout quand on considère son corps physique comme un allié, quand on lui fait confiance, quand on reconnait l’intelligence des cellules, leur capacité de régénération, quand on s’observe avec neutralité. 

Si j’enlève tous les jugements, les peurs, les critiques lorsque je regarde ma vie, je me dis qu’il doit m’aimer très fort ce corps physique pour être encore en vie aujourd’hui malgré toute la violence que je lui ai infligée, qu’il a une conscience paternelle et maternelle, et que cet associé, ce partenaire de vie est d’une fidélité, d’une loyauté incomparable.

Maintenant que je sais qu’il n’est pas seulement constitué de chair et de sang, et même cela est sacré, puissant, divin, qu’il est un ensemble complexe très sophistiqué dont la perfection se situe dans sa composition divine et l’harmonisation qui le régit, je porte un regard émerveillé sur ce que j’ai rejeté auparavant. Le seul fait d’écrire cela remplit mon ventre d’une douce chaleur et comme je sais qu’il est intelligent, comme je sais qu’il communique sans cesse avec mon esprit, mon mental et mon âme, je suis heureuse de l’habiter et de favoriser le nettoyage interne en libérant les énergies cristallisées par les croyances invalidantes basées sur la peur et la division.

mercredi 30 mars 2016

« Les 5 bienfaits insoupçonnés du jardinage sur la santé » Louise Col





Le bonheur est dans le pré, ou plutôt dans le jardin. Car on le sait peut mais lorsqu'on rempote, on fait du sport en plein air, et donc, on fait du bien à son corps. La preuve par 5 bienfaits réellement insoupçonnés du jardinage sur la santé. Et maintenant, plantez !

1– On brûle des calories
Lorsqu'on jardine, on s'entoure de superbes fleurs, on cultive ses propres légumes, et sans forcément s'en rendre compte, on pratique une activité physique. A tel point que les experts se sont amusés à faire quelques rapprochements entre ce loisir et certains sports. Ainsi, s'occuper de son jardin durant 45 minutes correspond à 30 minutes d'aérobic ou de course à pied, tandis que lorsqu'on tond son gazon avec une tondeuse à main, on dépense la même énergie qu'en faisant de la natation ou des exercices d'aérobic. 
Comparé à un sport doux, le jardinage permet tout de même de brûler 1 000 calories sur une période de 3h30. 
Une étude menée par un hôpital toulousain sur un échantillon de 1 200 personnes a ainsi montré que le jardinage favorisait la forme physique et l'entretien de la masse musculaire tout en réduisant les risques d'obésité. De quoi nous donner l'envie de remplacer nos exercices de cardio par un arrosoir et un chapeau de paille.

« La voie de l’autoguérison » : « Accueillir nos limites » vidéos d’Isabelle Padovani






Aujourd'hui 29 mars, est un jour particulier pour moi puisque je venais au monde. Cinquante et un an après ce jour important, je renais littéralement. Même si les contractions ont été douloureuses, étalées sur un demi siècle, ça valait vraiment la peine.
La chienne m’a offert un étron dans le salon et j’ai pu mesurer ma capacité à lâcher prise, à ne pas entrer en réaction face à une situation que j’aurais pu considérer comme l’expression de la vision de l’ado intérieure qui voyait la vie comme une épreuve et pour le dire carrément comme de la merde! 
Je sais que l’ajustement intérieur, l’unification des corps et les libérations énergétiques se manifestent dans la matière au travers de symptômes physiques, et contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’est pour aller vers le meilleur. 

La manifestation dans la matière est le résultat final, la suite logique du travail interne et la période de pâques, le printemps propice à la renaissance sont des processus de mort qui mène à la résurrection.
Le christ a symbolisé ce processus au moment de la crucifixion qui représente à mon sens, l’abandon à l’amour lumière, le centrage, l’ancrage et la connexion (la conscience d’être une étincelle de la source, reliée à elle et en même temps, cette source elle-même), simultanés, au ciel, à la terre, au cœur. 
Le fait de se positionner au centre de l’être, dans la communion, l’unification corps-âme-esprit, au carrefour de la verticalité et de l’horizontalité, c’est choisir d’agir selon l’intelligence du cœur.

mardi 29 mars 2016

« Un Événement Miraculeux » Emmanuel Dagher





Mes amis magnifiques,
Je voulais que vous soyez les premiers à savoir que quelque chose de miraculeux était arrivé récemment.
On m’a demandé de parler et d‘animer une session de guérison globale aux Nations Unies à New York le 15 Avril 2016.
Je vous donnerai un peu plus de détails de sorte que – si vous êtes près de New York – vous puissiez me rejoindre ou bien joindre votre énergie / vos prières aux miennes lorsque nous élèverons la conscience de la planète ce jour-là.

Pouvez-vous le croire? Nous allons être littéralement au cœur de l’endroit où se fait la diplomatie mondiale et nous allons guérir les restes de densité qui peuvent encore y persister.

J’ai grandi pendant la première partie de ma vie au Liban qui était (à cette époque) un pays ravagé par la guerre et des choses comme cela ne semblaient même pas envisageables. 

Être passé d’une vie – où il n’y avait pas assez de nourriture à manger car mon enfance s’est déroulée dans un environnement de guerre, où il n’y a pas eu d‘électricité pendant des mois, pas d‘eau courante, pas de lit chaud pour dormir, pas d’amis pour jouer et aucune tranquillité d’esprit en ne sachant pas si je passerai un autre jour en sécurité – à une vie où le 15 Avril je vais être debout devant les Nations Unies et où je vais animer une session de guérison globale afin de soutenir la conscience collective grâce à la compassion et à l’amour … Wouah! Rien que d’y penser, j’en ai les larmes aux yeux.

« Renaitre entièrement unifié, comblé, conscient et bienveillant »





28 mars 
Bien que je sois encore affaiblie par le rhum, ma vision s’éclaircit et j’en arrive à me dire que la quête spirituelle qui attire de plus en plus de monde est une forme de fuite, de déni, qui peut éloigner de l'être Véritable, divin en soi ou potentiellement souverain. 

Les fêtes pascales ont mis en évidence le besoin général et ancestral de trouver un sauveur et bien que les églises aient moins d’influence qu’avant, ce besoin se reporte maintenant sur les êtres de lumière, les extra-terrestres, on continue d’espérer qu’une intelligence supérieure viendra nous sauver du chaos.

On a élaboré toutes sortes de stratégies pour éviter le mal-être intérieur, répondre aux angoisses existentielles, masquer les blessures d’enfance, au point qu’on ne sait plus qui on est vraiment et quel est le sens de notre vie. 
On se sent perdu, divisé, simplement parce qu’on ne se connait pas intimement. 

Ce qui était sensé nous protéger nous a finalement éloigné de l’être véritable, de l’être authentique, spontané et les relations humaines fondées sur le mensonge, la manipulation ont toujours été vécues dans la méfiance instinctive et réciproque.

lundi 28 mars 2016

« Accueillir sa vulnérabilité » & vidéos: Sylvain Didelot et Diane Baran





27 mars Ces deux jours consécutifs de fièvre, de toux, de douleurs physiques parfois intenses, me donnent la sensation d’être dans un monde parallèle, celui de l’adolescence, des rêves désillusionnés, cette période où on prend conscience de l’état du monde, de sa folie, des injustices, celle où on se sent perdu entre le monde de l’enfance et celui des adultes. 
La période pascale où on sacrifie un agneau est très symbolique et elle maintient en place l’idée qu’il faille trahir l’innocence, sacrifier l’enfant en soi pour devenir adulte. 
Même si l’idée du sauveur est évoquée dans ce rituel, les églises ont personnifiés ce "sauveur" à l'extérieur de soi et la notion de sacrifice a perverti le monde, créé toutes sortes d’injustices, de devoirs, d'obligations qui ne peuvent être perçus de façon juste sans la notion de responsabilité. 

Tant qu'on s'imagine qu'on a besoin de trouver en l'autre un sauveur, on ne se prendra pas en charge et on ne pourra donc pas se connaitre, reconnaitre son potentiel, savoir que nous sommes notre propre sauveur dans le sens où nous pouvons agir sur nos mondes intérieurs, cocréer notre état d'être. 

Plus le monde évolue dans le chaos et moins je trouve de sens à tout ça. J’ai l’impression d’être en pleine crise d’adolescence à écouter de la musique à fond pour ne pas penser à cette folie meurtrière. Même si ça peut sembler être une fuite, j'ai besoin de ne plus penser et de me laisser porter par l'élan qui nourrit la joie. Puis j’appelle la source père mère à consoler l’ado intérieure, à donner du sens à tout ce cirque. Il est clair que nous sommes face aux pires manifestations de l’humain et sans la foi en l’amour, il y aurait de quoi vouloir passer le portail de l’autre monde.

dimanche 27 mars 2016

« La carapace qui nous rend lents comme une tortue » les guides de l’unité via Daniel Desjardins





Très chers humains,
Aujourd'hui nous voulons vous parler de votre carapace. Cette carapace que vous portez trop souvent, car vos avez peur, vous croyez que vous devez vous défendre des autres, de la vie elle-même. Nous voulons aujourd’hui vous ouvrir les yeux et le cœur pour percevoir la réalité qui est toute autre. Vous n'avez besoin de ces carapaces que parce que vous croyez en avoir besoin. 
Nous voulons vous rappeler que vous créez votre réalité, TOUTE votre réalité. 
Tous les aspects de votre vie et votre réalité sont créés en co-création avec le reste de l’humanité et de la Vie, mais toujours selon vos croyances profondes. 

Si vous n’aviez réellement plus de croyances qui vous gardent dans une position de victime, mais qu'au contraire vous étiez conscient de votre divinité, alors vous sauriez que tout ce qui vous arrive, vous pouvez le changer. 
Tout ce qui se retrouve dans votre vie est tout d'abord en vous. 
Et lorsque vous le choisirez, les choses que vous n'aimez pas réellement, vous les changerez en changeant leur réflexion, ou plutôt leur source, en vous.

samedi 26 mars 2016

« Le corps physique, outil de connexion, de libération, de guérison, par l’acceptation de ce qui est » & vidéo Grégory Mutombo





Il y a bien longtemps que je n’avais pas été aussi chamboulée physiquement. La fièvre, les éternuements, la sensation de flotter, une nuit réveillée toutes les deux heures et malgré tout, je le vis comme une délivrance. J’ai l’intime conviction que tout ceci est la conséquence d’un changement de vibration, un nettoyage très profond, un ajustement à des fréquences élevées. 
Ça reste de l’ordre de l’impression mais comme je ne suis ni angoissée, ni triste, comme je ne me sens pas malade, comme je ne vois pas cela comme un genre d’échec puisque nos vibrations créent, ça m’apparait comme une chose bénéfique. 
Déjà rien que le fait de ne pas reculer devant des états d’être qu’avant je qualifiais de désagréables ou négatifs, c’est une immense progression qui témoigne que je sors des conditionnements humains. 
L’humain qui associe la santé à la performance, la valeur, qui ne supporte pas de se sentir inférieur, de ne pas contrôler sa vie, ses émotions, ses pensées, surtout s’il se dit spirituel. Tout ça est en train de se dissoudre et c’est très bien. 

Nous sommes l’amour et la lumière, la perfection divine, la création de la source, de l’intelligence vivante, la vie éternelle et ça n’est pas une quête à chercher dans le ciel, encore moins dans les églises mais en nous même. 
Une sensation/évidence à retrouver à l’intérieur, au-delà justement de tous les conditionnements, par la reconnaissance des blessures qui voilent cet amour lumière intérieur, qui nous font croire que nous sommes une victime impuissante.

« Le tourisme spirituel » Simon Leclerc





Bonjour à tous,
Je suis actuellement en transition entre deux projets de coopération internationale et pendant cette « pause », j’ai eu envie de vous partager un magnifique enseignement reçu de la vie au cours des derniers mois. 
Je reviens donc vers vous avec ce partage intime, dans l’intention de stimuler votre propre chemin vers votre maîtrise.
Mon aventure en Asie m’a apporté beaucoup du côté humain et spirituel, mais le plus grand enseignement reçu demeure au niveau de la compréhension du rôle que j’ai à jouer en tant que cocréateur de ma propre vie. Je connaissais ce rôle d’un point de vue intellectuel, mais jamais je ne l’avais expérimenté aussi concrètement et avec autant de puissance.
Quand je suis arrivé au Vietnam, on m’a d’abord installé dans un hôtel, tout en m’indiquant que j’avais deux semaines pour me trouver un lieu de vie. Je vivais dans une grande ville de 9 millions d’habitants (Ho Chi Minh City) et si je voulais conserver mon équilibre dans ce tumulte important, je savais qu’il me fallait trouver un lieu « juste » pour moi. Le chao urbain est très présent dans les grandes villes d’Asie et il faut être attentif si l’on ne veut pas être envahi par toute cette agitation autour de nous. Uniquement traverser une rue à Ho Chi Minh City est une aventure en soi, alors imaginez ce que c’est que d’y vivre pendant 7 mois.

vendredi 25 mars 2016

« Aujourd’hui, je choisis…de m’aimer » Mirena & vidéos « comment faire concrètement ?* ».





Comment puis-je être aimé et aimer à mon tour, si je ne m’aime pas ?
Je prends conscience de cela et je m’ouvre à l’amour de mon être, à l’amour de mon corps, à l’amour de qui je suis.
Aujourd’hui je m’aime et je m’entoure de mon amour. 
Je porte un regard apaisant sur ma personne. 
Je le reçois avec plaisir, avec gratitude. Je le ressens et il me fait du bien. 
L’amour est un baume qui guérit mes blessures. 
Il comble en moi le vide intérieur, il guérit ma tristesse. 
Je reçois enfin l’amour qui me manque et je suis en joie. 
Je suis enfin en paix avec moi-même ainsi qu’avec les autres.

Aujourd’hui j’accepte de m’aimer. 
J’enveloppe mon être de la vibration de l’amour et de sa douceur. 
J’accepte de le recevoir et je m’accorde ses bienfaits apaisants et nourrissants.

jeudi 24 mars 2016

« En quelques respirations profondes l’ordre divin est rétablit »






On peut dire que ça décape en ce moment. L’effet de la lumière montre tout ce que nous portons intérieurement, par transparence et par effet miroir, par les évènements qui catalysent la somme des pensées émotions énergies liées à l’instinct de survie. 

Notre mental, notre inconscient et notre âme travaillent de concert afin que nous puissions détecter les mécanismes réflexes intérieurs pour pouvoir y porter un regard neutre et rempli de compassion vis à vis de ces aspects instinctifs, réflexes. Et ça se réalise de jour comme de nuit dans les rêves.

La puissance de l’amour est immense et on en a tous fait l’expérience, on voit à quel point la vie peut nous paraitre belle, remplie de promesse quand on est amoureux. 
La constitution de l’humain est formidable et notre potentiel est immense mais pour qu’on puisse l’utiliser pour notre accomplissement, il faut le connaitre. 

Les rêves sont des créations de l’association, des corps subtils, inconscient, subconscient qui permettent de vider le corps émotionnel lorsqu’avec le mental ils reçoivent des infos choquantes ou traumatisantes. Ils gèrent la charge émotionnelle de nos peurs, de nos fantasmes, en projetant sur l’écran du mental, des scènes qui en permettent l’évacuation au niveau énergétique afin d’éviter une explosion due à la surcharge. 

Le mental est un récepteur et un projecteur d’information capable d’analyser, de projeter, de visualiser, d’anticiper, à partir des sensations, des émotions qu’il va décoder selon  les croyances, les préférences et les conditionnements de l’individu.

mercredi 23 mars 2016

« Revenir à la paix quoi qu’il arrive » & vidéos





C’est le printemps et comme la nature, je suis en pleine ébullition !
Les inspirations de l’âme à me tourner vers des messages qui parlent de la réunification des différents aspects de l’être ont entrainé des situations où je suis face à mes mondes intérieurs et le fait de savoir enfin être l’observatrice neutre et bienveillante de ce qui se vit en moi, m’ouvre sur ces mondes subtils internes d’une façon très excitante parce que lorsque le mental l’émotionnel sont épurés, la créativité se déploie. 

Heureusement la pratique du retour au cœur, à la paix, me permet de calmer les ardeurs, de trouver l’équilibre et donc de pouvoir contempler ce qui se manifeste à l’intérieur avec recul et détachement.  

Tout commence toujours par une intention qu’on pose ; un désir émerge, en l’occurrence celui de vivre dans l’harmonie et l’unité intérieure et cela entraine des réactions en chaine. On est guidé vers des êtres qui vont éveiller les blessures d’enfance, celles de l’adolescence, celle d’expérience amoureuse, qui pour la plupart ont été vécu dans la dualité, l’illusion de la séparation, le manque et le besoin.

Les synchronicités sont devenues naturelles, évidentes et c’est grâce au fait de revenir au cœur, à la paix, à l’écoute bienveillante de l’enfant intérieur, que les perceptions s’affinent parce qu’on n’est plus emporté par les mécanismes internes qui s’enclenchent automatiquement et on peut sentir la présence de l’âme, la vibration de la source qu’on reconnait avec plus de clarté.

« Le symbole de l’Unité » Isis Blue Nebadonia





Chapitre 1
Avant de comprendre ce que je suis sur le plan vibratoire et par conséquent qui vous êtes, vous devez comprendre ce que signifie un être « unifié ». 
Je suis sensée vous ouvrir à une connaissance qui vous permettra de comprendre mon rôle sur Terre, en tant qu’Émissaire de vie. Vous réaliserez que, au-delà même de votre divinité retrouvée, se dissimule une énergie cosmique particulière, ayant trait aux forces primordiales de la Création.

Vous devez à présent dépasser le concept de l’incarnation. 
Toute votre vie baigne dans la division de votre être. Les systèmes de croyance vous apprennent à distinguer le bien du mal, le haut du bas, le positif du négatif, le petit du grand, le dieu qui est aux cieux….la liste est longue. 
On vous a inculqué la vie en deux parties et par ce principe, on vous a divisé les uns des autres, c’est la logique linéaire.

Vous devez percevoir à présent la vie au sens large, car toutes vos actions et comportements ont une signification « large ». La réalité de la vie c’est l’Unité. 

Le Yin et le Yang, par exemple sont complémentaires et non opposés. 
Cette énergie est représentée sur la couverture de ce livre.

"Le mariage intérieur, la voie de l'amour véritable conscient" par Nathalie Corre-Sadok & vidéo réunification...






Une quête d’Amour omniprésente
La quête de l’Amour est présente partout.
Beaucoup de personnes cherchent et attendent de la vie un bonheur en provenance de l’extérieur, l’Amour extérieur à leur être,
On attend l'amour, on attend l'autre,
On attend que l'autre nous révèle, on attend d’être aimé,
On attend un sauveur, une sauveuse aux multiples visages.

Que cache donc cette quête? 
Un manque, un vide que l'autre pourrait combler ?
Des qualités absentes en soi mais présentes chez l'autre?
Un amour extérieur à soi, le seul qui pourrait apporter le bonheur, restaurer l’amour de soi, guérir ses blessures et combler ses manques ?
Admirer et idéaliser l'autre en se coupant de son propre accomplissement ?
Une vie par procuration à travers celle de l’autre ?
La peur d'oser vivre et de suivre son propre chemin ?
La peur de la vraie rencontre en la rêvant, au lieu d'oser la vivre ?

mardi 22 mars 2016

« Se confronter à ses émotions » Fabrice Midal





Dans son nouveau livre "Frappe le ciel, écoute le bruit", Fabrice Midal nous explique le but de la méditation. 
Il ne s’agit pas de faire le vide dans sa tête ni de se détacher de tout, mais d’observer nos pensées et nos émotions afin d’entrer en rapport avec la réalité de ce qui surgit en nous.

« Après quelques mois de pratique quotidienne, j’ai eu l’envie d’aller plus loin. Je suis parti, au mois de mars 1990, dans un petit village de la Suisse italienne où était organisée une retraite d’un mois. Nous devions être une trentaine de personnes venues de toute l’Europe. Le matin, nous nous levions à 6h30, la pratique commençait à 7 heures. Nous prenions ensuite le petit déjeuner de manière méditative, en suivant un très beau rituel venu du zen où l’on mange selon des gestes précis qui nous aident à être plus attentifs. Nous avions ensuite une petite pause avant de reprendre la méditation jusqu’à l’heure du déjeuner.
Une interruption s’ensuivait, puis la pratique occupait toute l’après-midi. Entre deux méditations assises, nous effectuions une méditation en marchant, où au lieu de porter l’attention sur le souffle, nous étions attentifs au mouvement du corps et à la sensation des pieds qui se posent sur le sol.
Après le dîner, nous pratiquions encore jusqu’à ce qu’il soit l’heure d’aller nous coucher.
Tous les trois ou quatre jours, je rencontrais, pour un entretien individuel, un enseignant avec lequel j’abordais les difficultés de ma pratique.

« Réunification intérieure » & message audio






La journée d’hier a commencé dans la grisaille, le réveil a été difficile, j’avais du mal à m’ancrer, à me connecter mais peu à peu, en offrant à la source tout ce qui me dérangeait, ou tout ce qui n’est pas la joie, l’enthousiasme à agir est venu. 
Je me suis un peu bousculée pour aller au jardin au lieu de rester scotchée sur l’écran parce que je peux y passer des heures puis m’en vouloir à la fin de la journée de n’avoir pas fait grand-chose, d’être restée enfermée dans le mental au lieu d’agir. 

Je suis donc allée au jardin pour essayer de faire quelque chose malgré la terre encore imbibée des six jours de pluie consécutifs. D’ailleurs c’est souvent lorsque je me retrouve enfermée à cause du temps, lorsque je constate les effets des situations extrêmes que je prends conscience du manque d’équilibre dans ma vie. 
Il faut que j’arrive à saturation pour voir les inconvénients d’une situation et les avantages du centrage, de l’équilibre, pour changer ma façon d’organiser mon temps. 

Je m’ouvre vers l’extérieur et comme je suis convaincue de l’effet miroir, de la résonance et de ma capacité de choisir, de rectifier, enfin de me centrer, de confier à la source le soin d’équilibrer les énergies intérieures et de m’inspirer, j’ai passé quelques jours dans l’observation de mes stratégies internes.  

lundi 21 mars 2016

« L'énergie rouge rubis » Magali Magdara & propos personnels au sujet des Rayons Sacrés






L'énergie rouge rubis est celle de l'action compatissante, du cœur christique. 
Il s'agit de l'offrande de l'Amour pour soi, de la reconnaissance que nous sommes parfaits dans le sens où nous exprimons la justesse de notre âme dans l'instant présent, quelle que soit notre expression.
 
Nous sommes passés par l'énergie cristal, qui nous a apporté la conscience de notre divinité au sein même de notre dimension dissociée. 
Elle nous a ouvert l'esprit à notre multidimensionnalité en nous offrant des outils d'éveil comme le Son, les chakras, les couleurs, les soutiens extérieurs sous diverses formes (pierres, cristaux, pendules, instrument de musique, techniques de souffle ou postures physiques, transmission énergétiques).
 
Puis nous sommes entrés dans l'énergie diamant, qui a transmuté nos mémoires et nettoyé nos liens. Tout ce qui filtrait nos perceptions selon un mode duel a été mis en lumière pour être pacifié et transcendé. Pour cela, il a fallu accepter que nous n'étions qu'un projecteur et que le scénario provenait de nous-même. Nous avons retrouvé le goût de jouer.

dimanche 20 mars 2016

« Rester centré, connecté et ancré afin de développer le discernement »






C’est chaud en ce moment, la dynamique de la dualité est poussée à son comble et mon rêve de cette nuit a été troublant au point de m’obliger à me connecter, centrer, ancrer, dès le réveil, dès que le mental s'est remémoré les dernières images du rêve.

J’ai commencé la lecture du livre de Joéliah; "13 rayons sacrés" et je sens que ça me travaille en profondeur. J’ai la même impression que lorsque j’ai découvert le premier tome en 2006 je crois, la sensation de pouvoir enfin apprendre quelque chose de nouveau. J’ai donc apprécié de lire les 3 premiers tomes mais comme j’ai reçu le dernier il y a peu, j’ai laissé le 4ème pour commencer ce dernier qui parle des "13 rayons sacrés"

C’est beaucoup plus en résonance avec ce que je suis fondamentalement et je retrouve la sensation d’apprendre quelque chose de nouveau, de pouvoir aller plus loin dans ma compréhension. 
Au niveau divin, nous savons toutes choses mais notre intellect est tellement pollué par toutes sortes de croyances et de conditionnements, de peurs et de jugements, qu’il est souvent difficile de faire la part des choses, de s’y retrouver et de reconnaitre notre propre sagesse interne dans tous le fatras d’infos qui sont de plus en plus nombreuses.

Cependant, nous sommes "divins" et donc nous pouvons recevoir la guidance intérieure afin de ne pas tomber dans les nombreux pièges qui sont perçus comme tels lorsqu'on est convaincu que la dualité est la réalité et non un principe, un outil de connaissance.

samedi 19 mars 2016

« Les rêves nous parlent… »





Ce matin c’est une nouvelle journée qui commence après une nuit longue mais encore agitée. Je me suis réveillée à cinq heures du matin avec de la fièvre et le souvenir d’un rêve qui pourrait être une ligne temporelle qui se déroule en parallèle, exprimant des choix différents que ceux que j’ai fait dans ma réalité d'aujourd'hui où je suis consciente de qui je suis en vérité. 
J’ai du mal à l’expliquer mais c’est comme si j’avais vu une partie de ce qu’aurait été ma vie si j’avais ignoré qui je suis originellement, sans la foi. 
J’avais la même apparence qu’aujourd’hui, la même famille et ce rêve se déroulait au moment où je vivais ma plus grande peur, celle de perdre ma mère. Je la cherchais et n'arrivais pas à la trouver alors qu'elle venait d'être hospitalisée.
C’est une idée à laquelle j’avais toujours refusé de penser et d’ailleurs dès qu’elle émergeait, je l’écartais pour ne pas m’évanouir tant la peur était grande. 
Ça peut sembler exagéré mais c'est de cette façon dont je le vivais quand je n'avais pas encore recontacté l'enfant en moi et fait tout ce "travail" de libération des croyances relatives à l'identification à la victime.

Et si ce rêve semble tomber comme un cheveu sur la soupe, (comme tous les rêves d'ailleurs) en fait, comme je revisite tout ce qui en moi est encore soumis aux croyances passées, celles qui naissent des blessures d'enfance et qui nourrissent l'idée de manque, c’est assez logique.

« La symphonie de la vie » les guides de l’Unité via Daniel Desjardins





"Très chers humains,
Aujourd’hui nous voulons vous parler de la vie, sous toutes ses formes, mais surtout de sa grandeur, sous toutes ses tailles. Vous passez en général trop peu de temps près d'autres formes de vie équilibrées, en cohérence avec le rythme de la vie. 
Certains qui habitent près de grandes forêts, ou qui ont des animaux domestiques avec qui ils ont une relation intime ont un accès plus facile à un rappel de leur véritable rythme et de leur véritable nature. 
Toute la vie à un rythme. Elle naît, se développe, se déploie et retourne à la Terre. 
Même si vous tirez ou poussez sur la fleur, elle ne fleurira pas plus vite, elle risque même de se détruire.

Il en va de même pour vous. 
Certains cherchent à atteindre déjà un niveau d'illumination et de société interplanétaire en pleine cohérence avec la Source dès aujourd'hui. 
Votre objectif est très bien, mais il doit s'agir pour vous d'un objectif à long terme que vous ne verrez possiblement pas pendant cette vie. 

Nous voyons trop d'humains qui se font souffrir et qui vivent dans la dualité face à ce qui est présentement (une grande période de nettoyage, d'ouverture de plaies pour les purifier au sein de vos sociétés) et en dualité face au fait que vous n'avez pas encore atteint "l'illumination" déjà.  Nous voulons vous rappeler que tout ce face à quoi vous êtes en dualité persiste et ne peut changer réellement. 

vendredi 18 mars 2016

« Regarder, c'est créer ! » Dominique Lacroix






Avec tout ce qui a été dit jusqu’à maintenant sur la nature véritable de l’être humain et son fonctionnement, il devient de plus en plus clair que nous créons notre réalité individuelle et par extension que la réalité planétaire actuelle est la création de la conscience collective de l’humanité. La signification de cette constatation est très importante. 
Car si nous avons créé une réalité que nous n’aimons pas, cela veut dire que nous avons la possibilité de tout transformer. 

Toutefois, si vous ne vous sentez pas encore prêt à accepter votre responsabilité en tant qu’être créateur, peut-être pourriez-vous commencer par considérer que le simple fait de regarder quelque chose est un acte de création.

Ce qui est important dans les expériences que vous vivez est le regard que vous portez sur ce qui est présent autour de vous. Dès que vous regardez quelque chose, votre programmation subconsciente se met en action afin d’interpréter l’information qui se présente sous vos yeux. Cette information est alors comparée aux systèmes de référence et aux filtres de perception que vous avez adoptés et finalement la perception que vous aurez de cette information sera entièrement le résultat de votre interprétation, c’est-à-dire votre création.
Le monde matériel est notre champ d’expérience et la réalité qui se présente à nous est entièrement malléable, puisqu’elle résulte de notre interaction avec elle.

« Reconnaitre et harmoniser la jalousie dans la paix du cœur » & vidéo





Ce matin, je me suis levée à 4 heures après avoir dormi d’une traite pendant cinq heures dans un profond sommeil régénérateur, ça fait du bien. J'ai expliqué au chat mon point de vue au sujet du respect mutuel, affirmé mon désir de dormir en paix, de ne pas être dérangée et il est resté à sa place. J'ai failli rire quand je lui parlais parce qu'il avait des mimiques de mécontentement mais je n'ai pas craqué. 
J’ai la sensation d’avoir passé un cap, d’être plus déterminée, sure de mon chemin, certaine d’emprunter la voie qui me correspond, celle que mon âme m’inspire à suivre. 

Sur ce chemin, il y a des pièges qui sont autant d’occasions de libérer les vielles croyances qui nous maintiennent dans des structures de victime qui, si on les observe dans la neutralité, révèlent leur caractère initiatique. 

Et ce sont ces étapes essentielles qui ramènent au centre de l’être d’où la renaissance est possible. Il me semble que pour renaitre effectivement, il faille passer par l’utérus, cet espace dans lequel l’alchimie s’opère, dans lequel les émotions sont transmutées, équilibrées et ça se réalise simultanément avec la conscience et le cœur alignés.

On a tendance à s’arrêter sur ce que l’on considère comme une épreuve comme si c’était une fin, exactement comme on voit la mort alors qu’il s’agit à chaque fois d’un passage initiatique, une invitation de la source intérieure à élever notre conscience au-delà des apparences, au-delà de la sensation douloureuse pour reconstruire une nouvelle structure intérieure qui soutiendra la naissance du christ en soi.

« L’amour de votre vie, c’est vous-même »






Sachez que toutes vos relations sont d’abord fondées sur l’amour de soi et qu’elles en sont le reflet. 
Nous considérons l’absence d’amour de soi comme le problème numéro Un sur la planète actuellement, suivi de près par le sentiment de persécution.
Soyons bien précis : il ne s’agit pas des relations avec les autres, mais d’abord et avant tout, de la relation avec soi-même. 
C’est un point extrêmement important que nous aimerions travailler avec vous. 

La conscience collective comporte plusieurs programmes qui vous enferment dans des systèmes de croyances. 
Le premier système est très problématique car il vous prépare à l’échec et à la séparation. C’est celui des âmes sœurs ou âmes jumelles. 

Nous ne disons pas qu’elles n’existent pas, mais nous affirmons que le phénomène est très rare dans cette existence particulière que vous avez choisie. 

Même si ce n’était pas le cas, cela n’a pas vraiment d’importance car la relation avec une âme sœur ou jumelle ne diffère en rien de toute autre relation que vous pouvez entretenir avec votre entourage. 

jeudi 17 mars 2016

« Oser croire la voix qui murmure en soi: « je t’aime telle tu es »






Et bien la nuit a été encore mouvementée et même si je comprends un peu mieux la raison de cela, et là, je parle d’un point de vue purement humain puisque c’est ce que je suis ici et maintenant, ce qui interagit avec l’environnement qu’il m’appartient de gérer, il reste quelques doutes.
Je suis convaincue que ma réaction dans la relation aux autres révèle un aspect interne souffrant et la stratégie de défense qui est censée me protéger de celui qui est face à moi. Et que celui-ci me montre une part de moi que je ne veux pas voir, que je n'accepte pas. C'est pour cette raison que j'entre en réaction parce que son attitude résonne avec cet aspect interne que j'ai refoulé et qui par le fait est exacerbé ou douloureux.

La loi de résonance, l’effet miroir, sont ainsi à l’œuvre mais il n’est pas toujours facile de savoir comment utiliser ce principe de réflexion. En fait comme son nom l’indique, il est censé m’amener à réfléchir mais si je le fais depuis mes blessures, les réactions, le personnage interne qui souffre, le raisonnement sera faussé par le filtre mental émotionnel conditionné à réagir soit par la fuite, l’agression ou la paralysie. 
Il me faut donc trouver la paix sans faire taire la voix de la souffrance puisque c’est elle qui va me dire le besoin qui n’est pas nourri. 
Être à la fois la voix de la réaction et l’oreille qui écoute sans jugement, de façon neutre, qui peut prendre le recul nécessaire afin de détecter la blessure qui a été activée.

mercredi 16 mars 2016

« Le cœur a ses raisons » & vidéo





15 mars 2016 
C’est en réalisant par effet miroir que je manquais de clarté que j’ai décidé de changer ma façon d’écrire, disons plutôt que j’ai décidé de mettre en évidence les idées majeures qui sont enfouies très souvent dans les textes quotidiens de ce qui je le rappelle est un journal intime (partagé). 
Ce qui veut dire que l’écriture spontanée est le ‘style’, la forme et donc aussi la thérapie. 
En ce sens je ne change rien mais je vais prendre le temps de publier afin d’intégrer les ‘enseignements’ et faire le tri pour en sortir l’essence, le résumé. 

L’écriture spontanée est un exutoire que je recommande à tous ceux qui veulent se connaitre en profondeur et reconnaitre aussi la voix de la sagesse innée, l’inspiration des guides, de l’âme… 
C’est une façon de mettre les idées à plat et d’en ressortir autant les peurs du moment, les troubles, que la lumière, les idées inspirées. 

Le fait d’écrire spontanément laisse la parole à la vérité en soi, l’enfant intérieur exprime ce que porte l’inconscient, ça se manifeste par des pensées émotions de toute sortes et l’âme ou l’aspect « divin » manifeste aussi sa présence puisque les tous les deux parlent le même langage, celui du cœur.

mardi 15 mars 2016

« Miroir, mon beau miroir… » & Vidéo au sujet de "l'effet miroir"








« Tu veux te connaitre en profondeur, savoir quelles sont les croyances qui manifestent ta réalité ? Et bien observe tout simplement. Les autres te renvoient qui tu es, tant les qualités que tu portes que ce que tu appelles "défaut" et dans l’instant, dans la rencontre, celui qui se trouve face à toi, t’indique précisément cela selon ton état d’être du moment, selon les réactions ou pensées qui émergent en toi ».Voila ce qui m'est venu en tête alors que je parlais à mon âme.


L’effet miroir est relativement simple finalement, tout ce que nous disons est la projection de ce que nous pensons, ça, c’est une évidence en théorie mais très souvent, nous ne disons pas précisément les choses et parfois nous exprimons l’inverse. 
Et lorsqu’on prend conscience de cela lorsqu’on s’écoute penser, parler, il suffit de se dire que nous projetons les critiques, les croyances et les compliments que nous adressons aux autres, depuis nos propres croyances, que nous disons ce que nous pensons de nous-même.
Quand je pense que telle personne est agressive, ça veut dire que je me cache ma propre agressivité, que j’essaie d’être gentille, que je ne suis pas moi-même, que je joue un rôle. 
Ce rôle détermine le système de défense que j’aie adopté pour être acceptée par mon entourage et au-delà il révèle les blessures que je porte. 
L’agressivité est une forme de défense, un réflexe automatique et lorsqu’on reconnait/accepte cette énergie, lorsqu’on l’accueille en son cœur sans la juger, sans se juger, elle va servir notre potentiel créatif, nous donner du courage, de l’audace, de la détermination.

« La loi du moindre effort » Bianca Gaïa/Diane Leblanc & vidéo sur le sujet (3ème édition, lol)






Connaissez-vous la « Loi du moindre effort » ? 
Étant enfant, j’ai souvent entendu cette expression dans la bouche de ma mère lorsqu’elle nous reprochait à mon frère, ma sœur et moi, de nous contenter de faire le minimum dans notre vie, alors qu’elle attendait de nous le meilleur. 
Or, c’est en lisant dernièrement « La Divine Matrice » de Gregg Braden, que j’ai pleinement pris conscience du sens profond de cette expression communément utilisée dans le langage courant.

Plus encore, auparavant je n’avais jamais réellement compris qu’il s’agissait bel et bien d’une Loi universelle
Pourtant, l’énoncé est clair, la Loi du moindre effort évidente : ce qui nous demande le moins d’effort est ce qui nous apportera le plus grand résultat

Dans mon esprit, j’ai toujours cru le contraire, c’est-à-dire que nos résultats ne pouvaient être que proportionnels aux efforts que nous maintenions pour les obtenir.
Dans la bouche de ma mère, je n’entendais que le reproche et la menace voilée d’un échec : « Ma fille, si tu ne consacres pas toute ton énergie à accomplir cette tâche qui t’est imposée, tu en subiras les conséquences » ou encore « Si tu ne prends pas assez à cœur cette responsabilité qui t’est confiée, tu ne mérites pas non plus le succès qui pourrait en découler ! »…

lundi 14 mars 2016

« La femme et l’homme terrestres » message canalisé par Marie Josée Andichou





Nous vous saluons, chers frères et sœurs de la Terre. 
En ce jour, nous allons vous parler d’un problème récurrent depuis des éons sur la Terre. Ce problème touche la femme terrestre, la féminité terrestre.
Comme vous le savez et le constatez, depuis déjà bien des temps, la femme terrestre a été dominée et est toujours dominée dans certains pays par le masculin terrestre. 

Cependant, dans bien des pays, une émergence de compréhension que la femme n’est pas inférieure à l’homme s’est faite jour. Pour cela, bien des lois ont apporté une meilleure vie à la femme. Mais, vous le savez, dans certains pays, autres que les pays européens, des malfaisances sont faites envers la femme : femme voilée, femme interdite de vie sociale, interdite de travail etc….

Nous allons vous dire ceci : cela va aller en s’atténuant et en disparaissant. Cela, bien sûr, ne va pas se faire demain ou après-demain, mais l’émergence d’une autre conscience se faisant dans l’esprit masculin de ces pays, au niveau religieux, va permettre une libération de la femme.
Il y a, dans certains groupes de fanatiques religieux, des hommes qui commencent à se poser des questions. Cela ne paraît pas encore mais, pourtant, certains d’entre eux se posent la question, parfois inconsciente, de savoir ce qu’ils font et pourquoi ils le font.

dimanche 13 mars 2016

« L’amour Vrai de soi positionne de façon juste vis-à-vis des autres »






Intégrer l’énergie de la paix et de l’harmonie en conscience, n’est pas de tout repos parce qu’automatiquement tout ce qui est encore divisé en nous, tout ce qui est encore couvert d’un voile d’illusion va être mis en évidence. On sera confus mais d’une certaine façon, si on a foi dans la bienveillance de notre âme qui cherche à nous affranchir, à nous permettre d’élargir notre cœur conscience, on viendra confier tout ce qui nous perturbe, dans l’intimité du cœur.
C’est face à la récurrence de la situation déjà vécue avec Bilou, la chatte qui a passé le voile, que je peux prendre conscience des blocages, des illusions et offrir à la source des pensées émotions de peur, de culpabilité, les croyances que je doive sauver ceux que j’aime, le trouble face au manque de clarté, au fait que je ne sache pas quoi faire pour aider Féliz dont l’oreille droite suppure. Je l’ai nettoyé à plusieurs reprises avec de la bétadine jusqu’à en avoir la nausée tant à cause de l’odeur que par mon dégoût de la chair en général. 
Je me demande comment font les médecins, les infirmières pour soigner les gens ! 
J’ai beau aimer Féliz très fort, ça me retourne littéralement l’estomac et il a fallu que je trouve la paix pour pouvoir nettoyer sa plaie sans tomber dans les pommes ! 
Puis l’amener chez le véto me fait encore plus peur que de le soigner moi-même, bref, je tourne en rond. En plus un dimanche, je ne suis pas sure qu’il soit en service. 
D’ailleurs je suis tellement perturbée par cette situation que je suis paumée dans les dates. Je me suis rendue compte hier à 15h, qu’on était samedi et pas vendredi !

« Le souffle » Magali & Miriadan






Votre corps respire, vos cellules respirent. 
Tout en vous émet une Intention et une Volonté, qu'une Direction vous "souffle". 
Et ce souffle est une des manifestations divines de l'Un, de votre Essence, de votre Joie de jouer sur cette planète merveilleuse.
 
L'inspiration et l'expiration sont toutes deux un pont, le ciment de Qui Vous Êtes ici et maintenant. 
A chaque fois, vous matérialisez en vous les champs dimensionnels de la Terre et la créativité de votre âme. Vous maintenez votre Cohérence.
 
Par l'inspiration, vous offrez à votre corps et vos cellules l'ancrage nécessaire pour conserver votre forme corporelle. 
Vous inspirez non pas de l'air, mais toute la Conscience planétaire. 
Vous réagencez vos champs dimensionnels selon l'ici et maintenant, en vous imprégnant de l'âme de Gaïa. 
L'inspiration est votre lien permanent avec votre matrice terrestre.

samedi 12 mars 2016

« Votre capacité à choisir une autre réalité » les guides de l’unité via Daniel Desjardins





Très chers humains,
Aujourd'hui nous voulons vous parler plus longuement de ces chaînes que vous traînez dans vos vies et qui vous limitent dans votre capacité à choisir. 
Parce que c'est là la base de toute votre liberté: votre capacité à choisir. 
Si vous ne vous permettez pas de choisir ce que vous désirez expérimenter dans votre vie, vous êtes prisonniers d'une réalité que vous n'avez pas choisie, mais que vous créez continuellement, jusqu'à ce que vous preniez en charge votre création en faisant des choix différents.  
Nous insistons sur ceci parce que même si cela peut vous sembler évident, la majorité des humains ne le font pas. En preuve, combien d'entre vous êtes réellement satisfaits de votre vie et de votre réalité, sincèrement, sans vous raconter de  mensonges....bien peu. 

Cela nous attriste de voir tout ce potentiel couler sous les ponts sans être utilisé pour créer une vie et une réalité grandiose, merveilleuse, joyeuse et surtout, aisée!

« Paix, équilibre, harmonie » & vidéos d'éveil







Il semble que je ne sois pas la seule à devoir réfléchir à la question de l’amour inconditionnel puisque cette pensée de Neale Donald Walsch (plus bas) vient faire écho à mes interrogations du moment. Et même cette nuit, j’ai encore été face à mes comportements injustes. 
Trouver l’équilibre, le juste milieu, entre don et réception, savoir se faire passer en premier, poser des limites, tout ceci demande à être observé de près. 
J’ai été réveillée à 3h du matin par des douleurs au ventre dues à un coup de froid. 
Le chat pour lequel j’ai un amour intense, me met à l’épreuve une fois de plus et me pousse à trouve la justesse. Je n’ai pas osé le pousser alors qu’il s’est couché en plein milieu du lit hier soir. Ce n’est pas la première fois que ça arrive mais comme en plus il est affaiblit par son infection, j’ai pensé que je devais le laisser se reposer au détriment de mon propre confort. J’ai donc passé la moitié de la nuit tordue avec une bouillotte et la chaleur m’a fait instinctivement me découvrir. Et bien évidemment comme il fait à peine 12° dans la chambre, j’ai été réveillée par le froid et des crampes à l’estomac. 
J’ai dû aller aux toilettes et là, le message était clair. Déjà parce que j’étais mal dans ma peau et le front glacé indiquait un peu de fièvre et parce que littéralement ça voulait dire que la situation me faisait c… j’ai donc soulevé le chat pour le mettre au pied du lit et j’ai gardé les genoux pliés, allongée sur le dos, pour l’empêcher de revenir au milieu. 
Il a insisté comme pour me tester, comme pour voir jusqu’où allait ma soumission.

vendredi 11 mars 2016

« Passage intense et initiatique… » & entretiens avec Olivier Magnan, traducteur des livres de Zecharia Sitchin...






Ce matin, je me suis réveillée encore dégoûtée de la vie mais mes premières pensées reflétaient un tout autre sujet que celui de la perte et semblaient prolonger une conversation vécue durant la nuit. 
Ce que je redoutais le plus est arrivé, être face à la peur de perdre un être cher, et surtout, celui que j'appelle "le plus bel amour de ma vie". 
Ça peut sembler insensé d'être si attaché à un chat mais le type de relation que j'entretiens avec cet être est si proche de "mon idéal" de la façon dont je conçois l'amour, dans la transparence, la liberté réciproque, l'acceptation des différences, la communication au-delà des mots, par la vibration, un amour qui n'est pas lié au mental, aux critères de beauté, à l'apparence mais trouve son origine dans le cœur, l'âme. 
Je sais que ce sont mes peurs et croyances qui font que je projette ce type d'amour sur un animal parce que je n'imagine pas que ce soit possible de le vivre avec un humain et je constate qu'il y a encore beaucoup d'attachement malgré les progrès effectués depuis qu'il m'accompagne. 
J’ai carrément voulu en finir hier soir, quitter ce monde qui me semblait si absurde sans ce genre de relation, sans cette possibilité de partager cet amour qui est proche de l'amour inconditionnel. Mais malgré tout, ce matin, je suis encore là, vivante et debout. 

« Elever sa vibration, son regard, afin de surmonter les épreuves de la vie »





Je n’ai pas pour habitude de lire et de publier des prévisions parce que je pense que tout est en nous et qu’il est beaucoup plus important et intéressant de s’ouvrir à sa propre guidance pour apprendre à s’aligner, à aligner sa volonté à celle de l’âme, de la source en soi. Tout est déjà réalisé et manifesté dans d’autres lignes temporelles et en même temps, tout est dans l’instant. Ce n’est pas évident à concevoir pour le mental humain qui se situe dans l’espace et le temps de façon linéaire, passé, présent, futur mais pour moi, la notion d’éternité est associée à celle de simultanéité. 
Mon cœur me le souffle et la guidance m’amène à intégrer cela de façon intellectuelle. Tout se créé dans l’instant et existe déjà ce qui veut dire aussi que nous pouvons nous détendre et lâcher les peurs concernant l’avenir, les projections mentales. 
J'ai pourtant été poussée à lire et à partager les prévisions énergétiques de Selacia comme une sorte de soutien, de repère, une bouée à laquelle me raccrocher.

Selon mon expérience et ma compréhension qui rejoint celle de plusieurs personnes et en particulier, celle de Jérôme Matanael dont j’ai publié le le premier article diffusé sur la presse galactique, nous sommes dans un processus de cocréation. 
Si on considère que chacun de nos corps est autonome et intelligent, la seule chose que nous puissions faire, c’est d’ouvrir notre cœur et notre conscience, d’élever notre fréquence vibratoire afin d’accéder à une vision plus juste et proche de celle de l’âme. 

Pour ce faire, il nous faut décider de vivre en paix à l’intérieur, ce qui implique d’accepter tout ce que nous sommes et tout ce que la vie nous présente en sachant que notre mental a une vision inversée et limitée des choses et en même temps que nous sommes la source, omnisciente, omnipotente et omniprésente.