mercredi 23 mars 2016

"Le mariage intérieur, la voie de l'amour véritable conscient" par Nathalie Corre-Sadok & vidéo réunification...






Une quête d’Amour omniprésente
La quête de l’Amour est présente partout.
Beaucoup de personnes cherchent et attendent de la vie un bonheur en provenance de l’extérieur, l’Amour extérieur à leur être,
On attend l'amour, on attend l'autre,
On attend que l'autre nous révèle, on attend d’être aimé,
On attend un sauveur, une sauveuse aux multiples visages.

Que cache donc cette quête? 
Un manque, un vide que l'autre pourrait combler ?
Des qualités absentes en soi mais présentes chez l'autre?
Un amour extérieur à soi, le seul qui pourrait apporter le bonheur, restaurer l’amour de soi, guérir ses blessures et combler ses manques ?
Admirer et idéaliser l'autre en se coupant de son propre accomplissement ?
Une vie par procuration à travers celle de l’autre ?
La peur d'oser vivre et de suivre son propre chemin ?
La peur de la vraie rencontre en la rêvant, au lieu d'oser la vivre ?



La séparation et la dualité originelles
A l'origine une séparation intérieure a pris place : d'un côté l’homme Adam le masculin, de l'autre la femme Eve le féminin.  Ils ont partagé et vécu l’Amour, à la fois deux et Un. Ils étaient deux soleils complémentaires, un Amour splendide et parfait.
Puis le 1er Adam et la 1ère Eve voulurent connaitre la dualité : Bien/Mal. Dès lors, la femme oublia qu’elle était un soleil et devint lune. L’homme resta l’unique soleil, confina la femme dans son rôle de « mère humaine » pour régner sur le monde, détournant ainsi le feu créateur de la femme.

Si on s'en réfère au mythe de Lilith, la 1ère femme d'Adam, ce mythe révèle toutes les peurs d’Adam qui les ont conduits aux conflits puis au départ de Lilith.
Leurs conflits portaient sur ce qu’Adam avait du mal à accueillir et à accepter : sa revendication d’égalité, sa domination sexuelle, son choix de la contraception, sa puissance féminine et sa liberté.

C’est ainsi qu’il a choisi en 2ème femme, Eve, plus passive, plus docile et soumise.
La sexualité de Lilith et d' Adam était tournée vers l’intérieur alors que celle d’Eve et d’Adam était tournée vers l’extérieur (la procréation).
Lilith et sa force solaire ont été diabolisées ôtant à la femme sa polarité masculine, empêchant la femme de pouvoir unir en elle « Eve et Lilith » mais aussi d’intégrer et d’incarner sa puissance créatrice.

Et le souvenir si fort laissé de l’amour « originel » partagé a conduit l’homme et la femme à vouloir le revivre. Il les a toujours poussés l’un vers l’autre dans cette quête éternelle « des retrouvailles » tant attendues.
La femme s’est sentie davantage « incomplète », elle a cherché en l'homme et attendu de l’homme ce qu’elle ignorait avoir ou pouvoir développer en elle-même.
Des femmes ont ainsi cherché à combler leurs manques et sont entrées dans une quête de perfection extérieure : l’homme idéalisé.
D’autres femmes sont entrées dans la revendication de leur égalité et/ou en guerre contre le masculin, en se coupant de leur féminin profond et sacré. Elles se sont ainsi éloignées des valeurs universelles d’Amour et de Sagesse qu’elles portent en elle.

Les relations fusionnelles ou basées sur un rapport de pouvoir (dominant/dominé) ont alors pris place entre hommes et femmes.
Le patriarcat a honoré et célébré la femme lunaire, ne laissant aucune place à la femme solaire.
La puissance de la femme a fait peur à l'homme. L'homme a ainsi gardé et maintenu au pouvoir ses forces solaires qui ont dominé le monde.

L'homme et la femme sont désormais invités à réconcilier en eux leur masculin et  leur féminin (leurs forces solaires et leurs forces lunaires) pour cheminer vers leur unité intérieure.
Ce mariage intérieur les ouvre à l'amour profond de leur être. L’amour véritable conscient entre 2 êtres ayant cheminé vers leur complétude est alors invité à prendre place.
Cet amour développé pour leur être leur permet également d’accéder à une sexualité nouvelle.




Le Couple Intérieur de l’homme nouveau et de la femme nouvelle

Le chemin de l'homme d'aujourd'hui se traduit par le désir de conjuguer force et sensibilité, force et douceur, force et instinct, senti et action.
Il est invité à s'ouvrir à ses qualités féminines, à honorer ce féminin en lui, et avant toute chose à l'accueillir et à l'accepter.

Le chemin de la femme consiste à unir en elle tendresse et force, douceur et action, réceptivité et créativité, Eve et Lilith (l’indomptable sauvage), l’aimante et la désirante, la sage et la fille de joie vivante, l’accueillante et l’initiatrice, la jeune fille vierge et la femme féconde, la tendre et la sauvage.  
La femme peut vivre et être toutes les facettes de « La Déesse ».

Femmes et hommes sont invités à guérir de leurs blessures intérieures. Il s’agit là d’une guérison intérieure, « la guérison du cœur » grâce à l’amour profond et véritable de leur être.
En accédant à un juste équilibre entre leur féminin et leur masculin et en unissant en eux ces forces complémentaires ils cheminent vers cette Union d’Amour en leur être.

Tout un héritage d'années de patriarcat  dont chaque homme chaque femme doit se délester :
L’homme guerrier qui tient « l’actif » et « le pénétrant » de « l’épée »
Et la femme qui représente « la douceur et la réceptivité » de « la coupe ».
Il ne s'agit pas là d'une quête revendicative, il est question au contraire de quitter tout enjeu, de quitter toute relation fusionnelle ou basée sur un rapport de pouvoir « dominant/dominé ».

Chaque homme est invité à s'appuyer et à intégrer ses forces lunaires (féminines) sans renier son masculin. 
Chaque femme est invitée à s'appuyer et à intégrer ses forces solaires (masculines) sans renier son féminin profond et sacré.

Aux femmes donc de prendre à présent l'épée et aux hommes de tenir la coupe !

Il y a bien sûr des pièges à éviter :
La femme : ne pas aller vers un masculin trop coupant, tranchant, revendicateur voir castrateur qui la couperait de sa nature féminine profonde et sacrée,
L'homme : ne pas glisser vers une sensibilité et une vulnérabilité qui le feraient se couper de ses forces masculines.

L'amour auquel laisse place des hommes et des femmes qui ont cheminé vers ce mariage intérieur est un amour plus libre, plus ouvert, moins dépendant.
En effet, « la femme lunaire » qui va développer et ancrer ses qualités solaires, s’ouvre au véritable amour de son être, à sa complétude, quitte la dépendance à l'homme pour accéder à son autonomie.

Elle honore et célèbre son masculin tout autant que son féminin. Sa féminité s’en trouve davantage révélée.

Elle quitte la séductrice et le culte des apparences. Elle ne voit plus l’homme comme une proie à manipuler pour s'en faire aimer, elle cesse de l’attendre et/ou de l’idéaliser. La femme ose alors la vraie rencontre avec l'homme.

Son magnétisme intérieur jaillissant de l'amour qu'elle se porte opère de lui-même sans avoir à entrer dans un jeu de séduction. Elle devient « naturellement séduisante » par cet amour d’elle-même qu’elle rayonne à l’extérieur.

Forte et remplie de cet amour profond, elle ouvre son cœur et aime l'homme sans peurs.
Cette femme nouvelle s'appuie sur ses forces masculines pour créer et offrir au monde sa créativité reflet de son féminin profond et sacré. Elle assume et vit sa nature instinctive et sauvage.

« L'homme solaire » qui va lui développer ses qualités lunaires, honore le féminin en accueillant la femme à la fois dans son féminin sacré et dans toute sa puissance.

C’est un nouveau guerrier qui arrive soutenu par ses forces féminines : un guerrier pacifique, conscient, ouvert, souple et juste. Il cesse de livrer aveuglément d’inutiles combats dictés par ses peurs ou par sa quête de pouvoir.

Cet homme nouveau se déleste de ses armures et entre dans la légèreté d’être.

Il fait place à une virilité nouvelle, révèle son masculin en s'appuyant sur sa douceur, sur sa sensibilité, sur sa flexibilité et sa fluidité.

L'homme qui intègre ses qualités féminines et qui honore son féminin, accède à l’amour profond de son être, ouvre son cœur, accueille et exprime sa sensibilité et sa vulnérabilité.

Il ose la vraie rencontre avec la femme. Il a quitté ses peurs de la femme et du féminin profond et sacré : sa peur de la mort et de la castration, la peur de ne pas être à la hauteur. C’est ainsi que dans la sexualité, il abandonne la quête de performance.

En ayant contacté et intégré ses forces féminines, il est à l'écoute de son senti et de son instinct. Sa réceptivité et son intuition se développent. Une créativité nouvelle prend place, soutenue et nourrie par ses forces féminines.

L'homme ose la rencontre avec la femme sauvage et s'autorise ainsi à vivre son homme sauvage.

Le mariage intérieur qui s'opère chez les femmes et chez les hommes ouvre à une harmonie des plus grandes dans la relation amoureuse et dans leur sexualité.
Cet amour que les hommes et les femmes développent pour leur couple intérieur leur permet d’accéder à une toute autre dimension de l'amour. Ils quittent les jeux de pouvoir, les relations conflictuelles et font place à « l'amour véritable conscient ».
C’est un nouvel équilibre qui prend place, une relation vivante et harmonieuse.
L'homme et la femme se rencontrent et s’aiment sans enjeux et sans peurs, et s'ouvrent ainsi à l'amour véritable conscient. Le couple formé réunit non plus deux dépendances mais deux autonomies !

 Vers une sexualité nouvelle, l’Union d’Amour Sacrée
Ces hommes nouveaux et femmes nouvelles vivent toutes les facettes de leur intériorité dans leur sexualité, dans cette Union d'Amour Sacrée, en entrant dans « la Danse de l’Amour ».
Le réceptif et l’actif en chacun s’entremêlent et jouent dans une grande fluidité. L’homme et la femme sont tour à tour : aimant(e), accueillant(e), sauvage, créatif/créative, inventif/inventive, désiré(e), désirant(e), doux/douce, tendre, ardent(e), initiateur/initiatrice, actif/réceptif, réceptif/actif, instinctif/instinctive, audacieux/audacieuse, entreprenant/entreprenante.

L’homme désire la femme avant de l’aimer et la femme aime l’homme avant de le désirer. L’homme révèle la femme dans sa sexualité et  la femme emmène l’homme dans la dimension du cœur.

Mais finalement dans la rencontre de l’homme nouveau et de la femme nouvelle, tout se transforme, un mouvement s’opère, un regard nouveau peut être posé…

En effet, la femme sauvage peut s’avérer une véritable initiatrice pour l’homme. En assumant son feu intérieur, en se mettant à l'écoute de ses instincts et en vivant la vraie rencontre avec l'homme, elle invite l’homme à vivre « sa propre nature sauvage ». La femme sauvage peut ainsi révéler l’homme sauvage mais également l’amener dans la dimension du cœur.  

La fin de la guerre des sexes
Les hommes et les femmes sont invités aujourd’hui à quitter le jeu de pouvoir entre sexes, quitter les rivalités et les revendications pour véritablement avancer ensemble main dans la main, le cœur ouvert, autonomes et alliés à la fois.
La société peut se trouver transformée ainsi par ces pas que font et feront ces hommes et ces femmes pour quitter l'illusion de "séparation" et intégrer leur Couple Intérieur et l’amour de leur être.

Que ce soit sur le plan relationnel, social, amoureux ou professionnel, de telles unions ou collaborations sont véritablement fécondes.

La complétude de ces hommes nouveaux et de ces femmes nouvelles n’enlève en rien à leur complémentarité. Ensemble ils peuvent offrir au monde de nouvelles idées, de nouveaux projets et de nouvelles créations !

Nathalie Le Corre-Sadok 





J’ai envie de dire ; « voilà qui fait rêver ! » 
Même si l’idée de prince et de princesse charmante a plongé les femmes et les hommes dans des jeux de rôle souffrants, déchirants et bien que ça ait nourrit la littérature, l’art en général, je parle ici d’un rêve lucide, d’un choix volontaire, conscient et déterminant pour le devenir de l’humanité.

Publié en mai 2014, ce texte est toujours d’actualité puisqu’il parle du lourd passé et de ce que nous sommes en train de réaliser. Les relations passées, basées sur l’interdépendance, la passion dévorante, le déséquilibre, la domination, la séduction, tout ces scénarii douloureux qui font qu’en France par exemple il y a 14 millions de célibataires. 
Pour bon nombre d'entre eux, c'est souvent une situation douloureuse, un choix par dépit malgré tout dans ce lot, un petit pourcentage, dont je fais partie, a fait ce choix délibéré, en connaissance de cause, afin de libérer justement tous les vieux schémas de la dualité conflictuelle.

Nous en sommes à la phase où nous avons compris que tout est en nous-même, que nous devons guérir nos blessures d’enfance afin d’intégrer le masculin et le féminin intérieur sacrés en les associant dans ce « travail » de libération. 
Et c’est précisément dans l’alchimie des pensées/émotions/énergies qui nourrissent les blessures ancestrales de rejet, d’abandon, d’injustice, de honte et de trahison, que l’être complet peut renaitre, que l’enfant christ guérit par l’amour lumière de la source, l’association de l’âme et de la conscience. 

Le masculin s’exprime à travers la volonté de faire ce retour au cœur, d’offrir à la source, les pensées émotions douloureuses injustes, qui ne servent pas l’amour/lumière et c’est dans l’accueil bienveillant que le féminin va agir, utiliser ses capacités maternelles pour embrasser l’enfant en soi. 
Puis dans l’élan qui suit la paix du cœur, le féminin et le masculin s’associent à l’enfant dans le geste léger, précis, tendre qui suit nécessairement l’union des énergies en soi, sacralisées par la vibration d’amour lumière divine. 

L’idée inspirée qui suscite l’élan c’est la trinité manifestée, l’enthousiasme de l’enfant guérit qui offre ses qualités intrinsèques à la sagesse et la connaissance intime de soi.  L'association de l'intuition et de la raison, la connaissance des mécanismes internes de l'humain, le choix de suivre le cœur par la connaissance du divin en soi, tout ceci restaure le masculin et le féminin intérieur, le sacralise.
On sait ce qu’on veut, ce qu’on fait, on est pleinement présent et on agit dans la joie de vivre, par amour pour tout ce que nous sommes, dans le respect de soi et de toute vie. Ce qu'on veut, c'est avant tout la paix, l'unité et l'harmonie intérieure alors on agit en ce sens et le geste est porté, inspiré, guidé vers la réalisation, l'accomplissement de soi, de ses rêves d'enfant. Et c'est par la guérison de l'enfant en soi qu'on retrouve la capacité de rêver et par la confiance en soi, en la source et en la vie, qu'on est sûr qu'ils sont réalisables.

Le lien ne mène plus au site mais nous savons maintenant comment procéder, il reste à continuer d’être un père et une mère bienveillants pour le précieux enfant intérieur qui renait, retrouve ses qualités originelles parce qu’il se sent profondément aimé, honoré, accueilli et soutenu par la source tout autant que par la personnalité humaine. 

C’est une réunification intérieure qui révèle et intègre l’énergie christique tout autant que celle de Marie Madeleine en ce qu’elle représente la femme, l’amante et la mère. 
Et non la prostituée décrite dans les églises chrétiennes. 
Je me réfère plutôt au ressenti déjà et à ce que j’ai lu, « « Le manuscrit de Marie Madeleine » » de Tom Kenyon et Judith Sion ; les canalisations de Pamela Kribbe et plus récemment le message audio publié hier mais qui est si puissant vibratoirement que je ne peux m’empêcher de l’insérer à nouveau dans cet article. Je remercie au passage Marie Scala qui m'a donné cette info...

« La réunification des Flammes » La voie de l’UN



Je l’ai écouté deux fois déjà et l’effet est puissant parfois même troublant. 
Comme d’habitude, quand j’écoute ce genre de message, le mental est un peu largué et c’est pour cette raison que plusieurs écoutes sont nécessaires mais le cœur lui, est ravi, ça résonne profondément et il semble que des codes internes soient activés...et comme à chaque fois qu'on suit l'inspiration, l'élan porté par la joie, qu'on pose une intention en l’occurrence celle de la paix, de l'unité e de l'harmonie intérieure des situations vont révélé ce qui est conflictuel, caché, douloureux, les stratégies qui tentent de dissimuler les blessures...autant d'occasion de se reconnaitre, de reconnaitre le divin, l'humain, de guérir l'enfant en soi...Pour cette raison, il est bon de laisser infuser après avoir écouté et ne pas ,chercher à comprendre ce genre de message de façon intellectuelle. C'est donc aussi l'occasion de cultiver l'écoute, la réceptivité, la capacité à se connecter et à reconnaitre la voix de l'âme.


Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacune.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.