vendredi 31 mai 2013

Gratitude pour la nature...Vidéos d'animation et "Le sourire" de Patrick Giani



 
Le Canigou
Je remercie le ciel, la terre, mes guides et les anges de pouvoir cultiver un jardin. C’est vraiment une activité complète qui nous relie directement à la terre mère et qui a le pouvoir de guérir notre enfant intérieur. Les animaux, les jeunes enfants ont aussi cette capacité, par leur authenticité qui nous renvoie à notre propre innocence.
Je disais à mon cher enfant intérieur, tout à l’heure alors que la tristesse liée à l’enfance revenait, qu’aujourd’hui, nous revivons cette période de la vie. Je fais exactement ce que j’aime, ce qu’il aime. Ce dont je rêvais enfant, avec la liberté et l’expérience qui donne la sagesse de l’adulte en plus.
J’ai retrouvé les « qualités » de l’enfance. La spontanéité, la sincérité, l’enthousiasme, l’envie de faire plein de choses, d’oser rêver et vivre ces rêves. Les « soucis » perdent leur ampleur puisqu’ils ne sont que des idées issues de la peur. Quand je les regarde de près, je me rends compte que ça n’a aucun poids, que c’est juste mon mental qui a essayé de se faire un film. Mais comme j’ai décidé de ne plus être actrice ni même spectatrice de ce genre de scénario, ça passe tout seul. La tristesse de ce matin a été balayée par le vent, alors que j’étais au jardin à planter des bulbes de Dahlias. 

Un nouveau jour à vivre pleinement




Je dois dire que de voir que la pluie est encore au rendez-vous ce matin, me plonge dans un genre de mélancolie née de la saturation. Pas très fluide cette phrase ! J’ai hâte que ce mois de mai se termine et que le soleil prédomine enfin. Un peu comme si on être tout entier aspirait à sentir le soleil christique s’installer en moi et rayonner sur tous mes corps. C’est tout de même étrange d’être un humain. On espère quelque chose et quand ça arrive, on ne sait pas l’apprécier à sa juste valeur. Combien de fois j’ai râlé contre la force écrasante du soleil ! Il faut dire que le sud de la France en été, est réputé pour sa chaleur et attire beaucoup de touristes. Je suis venue ici pour le soleil, la luminosité et le rythme quotidien qui est beaucoup plus facile qu’au nord mais c’est l’Aude qui m’attire le plus. Il y a moins de touristes, la nature est encore plus sauvage et le climat plus tempéré. On trouve des maisons à des prix dérisoires quoique l’engouement pour la fin du monde qui aurait dû arriver l’année dernière, à fait considérablement monter les prix. Mais je suppose que maintenant, c’est redevenu ce que c’était avant cette flambée. Mon rêve, celui que je visualise régulièrement, c’est une maison dans cette région, à retaper à la force de mes mains selon ma personnalité. Pouvoir sorti de chez soi et marcher nu pied dans la rosée du matin, se balader nue dans le jardin, avoir de l’espace, aménager un atelier créatif, une pièce dédiée à la musique, une bibliothèque « spéciale » remplie de livre d’éveil, un grand jardin potager, des écuries pour des ânes et des doubles poneys, des poules, des chèvres bref, le paradis tel que je le conçois. Mais, il manque un personnage à ce décor, un compagnon, un homme. Je me vois mal toute seule, en pleine nature à faire tout ça sans quelqu'un avec qui je pourrais vivre en totalité ce que je suis et mettre en pratique l'amour inconditionnel partagé. C'est si perché comme rêve que je me contente de vivre dans la confiance en l'auto-guérison amènera la réalisation de mes visions.

jeudi 30 mai 2013

"L'acceptation" message d'Adamu reçu par Zingdad.




Après plus de deux heures passées au jardin, je me sens toute légère. J’ai pu semer encore des fleurs, bêcher par ci par là, repiquer des Lobelias d’un magnifique bleu indigo et refixer les tuteurs des tomates. Quelques gouttes de pluie m’ont poussées à rentrer ainsi que les gargouillis de faim dans le ventre. J’ai tendance à facilement les ignorer et je dois souvent me raisonner pour me décider à manger. Le fait de prendre conscience de ce qu’est réellement mon corps physique me permet d’envisager cette relation d’un point de vue tout à fait neuf et s’aimer sans conditions n’est plus narcissique mais c’est carrément devenu une responsabilité. Sans tomber non plus dans le « devoir », le fait de savoir que mes cellules m’entendent, qu’elles sont autonomes et que la bonne marche de l’ensemble dépend de moi, change complètement ma façon de faire et d’être.
Je pensais à une amie ce matin et en réfléchissant à trouver des outils qui pourraient l’aider, le message qui suit m’est venu en tête. Il est question d’acceptation et même si je crois l’avoir déjà publié, un rappel est utile et même nécessaire dans les circonstances actuelles. C’est une explication et une méthode pour apprendre à accepter tout ce qui nous empêche d’être libres et heureux. Je l’applique régulièrement mais relire ce texte me sera aussi utile. C’est un des êtres de lumière que j’apprécie particulièrement pour sa conscience très éclairée et sa capacité d’aimer sans conditions.Je continue tout de même les séances d'EFT qui ont le même objectif, celui de m'accepter en totalité. La traduction n'a pas été réécrite afin de respecter le contenu du message audio.

ADAMU - L'ACCEPTATION

"La nuit porte conseil"...vidéos "Porte de l'Agartha"




Ce matin, je suis encore tombée du lit à 4h. C’est la chatte qui m’a réveillée par ses miaulements. Cette fois-ci, je me suis bien rappelée de mon « rêve ». J’étais encore dans une classe où j’apprenais à gagner de l’argent avec un blog. Depuis près d'un mois, je reçois des mails pour suivre une formation mais comme ça me soule, je ne visionne que quelques vidéos, me contentant de noter l’essentiel. J’ai été un peu étonnée de constater que les "maitres" enseignaient, enfin disons plutôt que dans cette "classe", ils éclairaient de leur sagesse les quelques élèves que nous étions. Ce n’est pas la première fois que je vais dans des cours spirituels durant la nuit mais il n’a que très rarement été question de l’aspect matériel de la vie, enfin plutôt financier. J’ai encore bien du mal à "faire ma place". Je préfère me laisser guider par mon cœur et continuer de trouver l’équilibre intérieur pour que ça se fasse naturellement, sans forcer, sans agir à la façon du monde. Je me suis sentie portée quand j’ai proposée mon aide, comme si je trouvais ma voie mais le 1% de critiques a suffit à me faire tout arrêter. Je sens comme un vide depuis et tant que je n’arrive pas à déterminer si c’est lié au manque affectif puisque se sentir "approuvé" peut créer une dépendance, je continue de guérir ce qui m’empêche d’oser aller dans ce sens. Il est clair que mon cœur sait que c’est la voie choisie par mon âme. Je le sais par la facilité et la fluidité avec laquelle tout s’est mis en place mais ma difficulté à mettre des limites, liée à la méconnaissance de l’énergie masculine, a été un frein. Le manque de confiance en soi qui en résulte a suffit à me faire reculer. Le manque d’harmonie intérieure aussi. Même si l’intention du cœur est noble et pure, il est nécessaire d’associer l’ego dans toute entreprise. Comme j’y "travaille", je sais que je saurais surmonter tout ces petits handicaps. J’y ai vu aussi la peur de tomber dans le piège de l’interdépendance, de se croire sauveur et de baser l’amour de soi uniquement sur la reconnaissance extérieure. Là encore, je peux voir que certaines "peurs" sont des outils qui permettent de trouver la "bonne direction", la voie du juste milieu. D’ailleurs, j’ai eu une image claire hier, d’une situation de peur qui représentait une sonnette d’alarme m’évitant de "tomber". Même si celle-ci était motivée par l’instinct de survie, elle a été tout à fait légitime et salvatrice. Je ne sais plus ce que c’était précisément mais l’image symbolique était très claire. Heureusement que notre corps nous envoie certains signaux !

mercredi 29 mai 2013

"L’année de toutes les transformations" les êtres de lumière canalisés par Monique Mathieu


Kinuko Craft


J’ai pu aller en course et au jardin avant que la pluie ne retombe. Je suis de plus en plus à l’aise à l’extérieur et plutôt que d’appréhender, en me focalisant dans l’instant présent, sans que ce soit non plus un effort, tout s’écoule naturellement. J’ai remarqué que le simple fait de mettre mes chaussettes « antidérapantes » m’ancrait facilement et me rendait plus attentive. Le contact direct des pieds au sol est un bon moyen d’habiter son corps, comme si la connexion à la terre m’aidait à être présente. J’ai tellement fuit le quotidien que je suis toute étonnée d’y trouver de la joie et de l’émerveillement. Les choses simples nous ramènent à l’essentiel. La nourriture la plus authentique possible, semble être une fête pour les cellules. 
Hier, j’ai eu la vision de milliers de cellules qui manifestaient leur joie en étincelant et en poussant des petits cris en cœur. Comme des milliers de petits enfants joyeux. Depuis que je m’adresse à mon corps physique comme à une entité autonome et intelligente, j’ai de plus en plus la sensation d’être en relation avec un Microcosmos* qui se réjouit de l’attention que je lui porte. Non pas que je m’en désidentifie mais au contraire, je me vois comme le régent d’un monde extraordinaire que j’apprends à connaître intimement de l’intérieur. Je ne sens pas de jugement de sa part mais de la joie pour la reconnaissance que je lui porte. 
Comme s’il me disait : "enfin, tu as conscience de ce que je suis et des trésors qui sont en moi, enfin, nous pouvons vivre dans la paix, l’amour et le respect mutuel". 
La science commence à reconnaître le pouvoir du cœur et les neurones dont il est pourvu. L’intelligence du cœur et son caractère autonome ne sont plus des considérations de quelques illuminés, du monde spirituel mais prouvés scientifiquement. La puissance du cœur est beaucoup plus grande que celle du cerveau et confirme les enseignements de Jésus-Christ et de tous ceux qui ont « prêché » le pouvoir de l’amour.
Bon, c’est l’heure de la sieste, je mangerais plus tard.

Le pouvoir de choisir



Tomasz  Alen Kopera


S’abandonner à ce qui est, amène une paix et une joie proches de celle que j’aie connue à l’adolescence. Certainement que le fait de ne pas être figée dans des croyances et des rituels doit y faire. La foi en l’humain divin suffit à changer mon regard sur tout. Quand on accepte ce qui est, en l’occurrence le temps spécial cette année et qu’on s’y adapte, on peut non seulement y voir les signes du soutien de la source dans le nettoyage intérieur que chacun est appelé à faire mais en plus, le fait de ne pas opposer de résistance, libère de toute pression et sentiment négatif. 
En toute circonstance, nous avons le pouvoir de choisir comment nous allons interpréter ce qui arrive.
Nous pouvons adopter la philosophie populaire qui se plait dans le fatalisme, le rôle de la victime permanente, en critiquant le temps, en regrettant le passé qui était mieux, en accusant les avions faiseurs de trainées douteuses dans le ciel, en faisant la liste de toutes les choses qu’on pourrait faire si...il y avait du soleil, si les gouvernements étaient plus justes, si l’autre avait un comportement plus respectable, si l’amour gouvernait la planète, si Dieu intervenait punissant les méchants, si le diable n'existait pas... 

Puis nous pouvons nous fier à notre intuition, notre cœur, notre ressenti et optimiser chaque situation en se disant que c’est un cadeau du ciel, une occasion d’apprendre, sur nous-mêmes, sur notre capacité à lâcher prise, l’opportunité de vivre quelque chose de nouveau. Nous pouvons nourrir la certitude en l’univers qui conspire à notre élévation vers, plus d’amour de soi et de toute vie, de talents à développer, de dons à explorer...
Nous pouvons voir dans la pluie, le nettoyage de toutes les souffrances de la terre mère, de celles de ses enfants qui peinent tant à se laisser aller à pleurer et à s’accorder de la tendresse que celle-ci nous invite à nous intérioriser et nous aide à libérer les peines dans cette eau purificatrice, tombée du ciel.

mardi 28 mai 2013

Être vivant...vidéos à propos du "passage"




Levée depuis 4h30 du mat, j’ai sauté du lit avec enthousiasme. La nuit entrecoupée de réveil pour aller évacuer m’a indiquée que l’épuration continuait. C’est le même processus que cet hiver. Comme le mental est au repos, les ajustements se font plus facilement et je finis par me dire que celui qui n’a aucune connaissance de l’ascension mais vit selon son cœur, n’a pas besoin de savoir pour s’élever. Si je n’avais pas cette manie de vouloir comprendre, le processus se ferait simplement, par le lâcher prise. D’un autre côté, avec l’enfance que j’aie eue, s’abandonner au flux intérieur sans aucune résistance serait difficile sans la connaissance de l’humain divin. Je remets encore en question le choix de mon âme ! C’est plutôt ma difficulté à taire le mental qui suscite ce genre de réflexion mais comme en toute chose il y a son contraire, il me suffit de maintenir la foi en cette phrase magique : « Tout est bien ».
La période étant au nettoyage, je me suis mise à faire le tri dans les messages sur le bureau. Le fait de ne plus avoir besoin de lire ce que disent les autres à propos du divin, me montre ma progression vers l’autonomie. Même au niveau matériel, ça commence à être mieux. J’arrive à négocier mes fraises et même si ça n’est pas grand-chose, c’est plus le fait d’apprendre enfin à se valoriser, à oser recevoir qui est intéressant. L’amour inconditionnel de soi libère tant de peurs, que la vie devient toute autre. Le simple fait d’avoir écouté mon envie de repos toute la journée d’hier, a guéri des blessures de rejet tout en rendant la relation à mon enfant intérieur beaucoup plus intime. Je dois dire que je suis heureuse qu’il s’exprime avec confiance. Plus je voulais ignorer son existence et plus il se manifestait en force et me rendait la vie impossible.

lundi 27 mai 2013

Suite du message de Jeshua reçu par Paméla Kribbe « Abandon et contrôle ».




Trouver et suivre sa passion

Chacun naît avec une passion. Imaginez cette passion sous la forme d'une belle rose rouge. Imaginez que, juste avant de naître, vous êtes au bord du ciel, tenant dans votre main cette exquise rose rouge. Bien que vous hésitiez à faire le saut dans le royaume terrestre, et  vous vous demandez même avec mélancolie si vous y êtes prêt(e), vous ressentez un feu  à l'intérieur de vous, une passion, qui se présente à vous sous la forme de cette rose rouge. Imaginez à présent que vous faites ce saut, vous vous incarnez, vous portez maintenant cette rose en vous, dans votre ventre et votre cœur. Laissez venir à vous l'énergie de la rose. Permettez à votre passion originelle, à votre inspiration, de se présenter à vous, à cet instant. Regardez-la, à quoi ressemble-t-elle maintenant ? Saisissez la première image qui vous vient à l'esprit. La rose a-t-elle l'air un peu triste et fanée ? Ou bien est-elle rayonnante de vie ? Voyez-vous un bouton de rose ou une fleur épanouie ? A-t-elle besoin que vous lui donniez quelque chose à cet instant ? Peut-être plus d'eau ou de soleil, ou plus d'amour et d'attention, ou bien veut-elle changer de lieu, pour un environnement plus nourrissant ?  Imaginez que vous lui donniez exactement ce dont elle a besoin, et voyez comment cela vous affecte au niveau intérieur.

La Terre est de couleur rouge, ainsi que le chakra-racine. C'est la couleur de la passion. Vous avez souvent peur de votre propre passion. Vous avez peur de laisser ce flot originel s'exprimer ouvertement dans votre vie, car cela va à l'encontre de ce que la société ou la tradition considère comme étant correct, bon et sensé. Toutefois, en chacun de vous il y a une passion originelle et une inspiration qui est la source-même de votre existence ici et maintenant. Vous ne pouvez pas réellement être comblés et inspirés tant que vous ne permettez pas à cette énergie de traverser votre vie et de la guider. 
L'essence de l'abandon en tant que style de vie est que vous vous abandonniez à vous-même, à la passion de votre âme, l'inspiration qui a bercé votre vie actuelle.

Voici quelques pistes pour reconnaître si vous êtes connecté à la passion de votre âme :

La purification continue...Vidéo Lise Bourbeau «Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même»





Ce matin, le réveil est laborieux comme à chaque fois que je dors plus de 7h. 
Je me suis réveillée à plusieurs reprises avec des douleurs physiques intenses mais comme je sais que la nuit, beaucoup d’ajustements et de guérisons sont opérées, je me suis endormie sereine et confiante en ce processus. 
Il faut dire que la journée d’hier a été chargée. Ma sœur est venue avec une amie et j’avais anticipé cette visite trois jours plus tôt sentant mon enfant intérieur se manifester à travers la colère, la tristesse et le sentiment d’injustice.

Les montées de colère que j’ai laissées sortir, sont légitimes vis-à-vis de cette part de moi qui voit le monde à partir des émotions, de la mémoire traumatique. Il est vrai que des insultes répétées dans les oreilles d’un enfant et le déversement de haine qui aurait dû être adressé à mon père, ne peuvent que laisser mon enfant intérieur, accablé par des émotions négatives. 
L’adulte que je suis doit prendre compte du ressenti de cette part blessée de moi-même en identifiant son origine au niveau de l’âme. Même si celle-ci a choisi ce parcours, il est clair que c’était pour guérir ses propres blessures dues au sentiment de rejet ressenti au moment de la naissance cosmique. Pour cette raison, instinctivement, depuis l’enfance, je n’ai jamais répondu à ma sœur par de l’agressivité mais d’un autre côté, l’enfant intérieur ne pouvait accepter que j’ignore ses revendications et apprendre à l'écouter tout en étant capable de poser des limites est devenu essentiel.

dimanche 26 mai 2013

« Ta vie, tes corps et ton cœur sont tes plus grands maîtres enseignants » extrait du message de Jeshua par Paméla Kribbe "Abandon et contrôle"




Certains trouvent mon style d’écriture lourd, banal et presque indécent de parler de mon intimité, de mon quotidien. C’est volontaire puisque c’est justement dans les choses simples, que l’on accède à nos aspects les plus complexes. « Je te loue père seigneur du ciel et de la terre de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les a révélé aux enfants » Matthieu 11, 25
L’enfant qui sommeille en tout adulte, est celui-là même qui nous révèle toute chose et qui connaît l’amour divin, inconditionnel de la source.
Apprendre à lire les signes de l’univers dans son quotidien au travers de l’écoute de son monde intérieur, s’avère être l’école la plus formatrice. Bien sûr, nous pouvons en apprendre beaucoup sur nous-mêmes dans les interactions avec le monde mais l’écoute de soi délivre de toute dépendance et permet de développer l’amour divin, l’amour sans conditions pour soi-même, qui guérit de tout. Certaines âmes choisissent d’apprendre à aimer dans les relations amoureuses et parfois, ça peut être enrichissant mais bien souvent, comme des blessures profondes restent à guérir, de part et d’autre, la belle histoire d’amour se termine en conflit qui est la conséquence de la négligence de chacun à prendre en charge son enfant intérieur. Dès lors qu’une relation est basée sur un besoin ou un manque, il est question d’interdépendance et non d’amour. 

samedi 25 mai 2013

L'amour? et vidéos d'animations (courts métrages)






Pour finir la journée dans le calme et la détente mental, voici quelques films d’animation que j’ai regardé hier soir. L’ambiance est si électrique dehors qu’il fait bon rester chez soi. Les rafales de vent, les messages de peur, la violence dans les médias sont autant de raison de se tourner vers l’intérieur en se disant que l’appel de nos aspects invisibles se fait entendre de plus en plus fortement. Et là, je parle autant de l'âme que de l’inconscient ou de l'enfant intérieur. Il y a tant de résistance à se tourner vers son cœur que les énergies féminines envoyées avec force en cette période de pleine lune affectent beaucoup de monde.
On a cru que l’amour était un sentiment, qu’il était présent quand le cœur battait fort mais il semble que ce soit tout à fait autre chose. Quand on a peur, le cœur aussi s’emballe. Le véritable amour doit élever, se ressentir au niveau de l’âme, dans tous les corps, il doit permettre de laisser la liberté d’être à celui qui est aimé. 
Au fil du temps, l’homme a aimé avec son corps physique, répondant aux pulsions de vie, pour se reproduire, et ainsi minimiser la peur de la mort. L’énergie de l’amour se limitait aux chakras racine, répondant à l’instinct de survie. Puis la notion de plaisir s’est ajoutée. L’énergie est donc montée un peu, jusqu’au mental qui a considéré, jugé ce qui était aimable ou pas. Peu à peu, on a accepté l’idée que l’amour devait naitre de sentiments, du cœur. Mais le cœur a aussi ses propres blessures qui créent des peurs, des besoins. 

Ménage intérieur et extérieur! citations d'Abraham






Ce matin, j’ai remercié pour la pluie qui est tombée hier soir et cette nuit, laissant le soleil briller au lever du jour. Rien de tel qu’un bon arrosage naturel après avoir semé des graines. Là encore, la terre nous montre les lois universelles de création ; l’intention maintenue, arrosée par le fait de revenir à elle régulièrement et surtout quand il semble que le résultat est à côté de la plaque. J’ai fait ma connexion matinale quotidienne à la terre et ressenti la réalité de l’expérience par des frissons en tous mon corps. L'âme s'exprime en douceur, par des sentiments de bien-être. Les émotions sont plus violentes et quand elles sont issues de la peur elles peuvent devenir monstrueuses dès lors qu’on y associe la puissance du mental en amplifiant celles-ci par des pensées de même ordre.
 Je le répète souvent mais la culpabilité est bien le pire des poisons que nous puissions déverser en nous. C’est l’amplificateur énergétique de toute pensée dite négative. Je garde précieusement inscrite en moi l’intention de vivre dans l’unité.
J’évite de tomber dans le piège du jugement considérant que l’expression de la colère, de la tristesse, de tout ce qui est "désagréable", a sa vraie raison d’être. C’est un instrument de mesure permettant de revenir à l’essentiel, s’aimer sans conditions. Le fait que je ne remette plus en question la validité de mes émotions amène une paix intérieure née de la cohérence qui aplani tout.

vendredi 24 mai 2013

Mouvement, action et détente, vidéos d'animation et musicale.





J’ai passé la soirée d’hier à me laisser voyager au cœur de l’aventure de l’alchimiste, créant le décor selon mon imagination et imprimant en arrière plan, quelques idées qui résonnaient en mon cœur. Je pensais écouter les deux dernières parties mais j’ai arrêté avant tant elles sont riches d’enseignements. J’ai lu ce livre il y a près de 15 ans et je suis épatée déjà d’avoir mémorisé l’histoire et les points marquants sont les mêmes qui m’avaient alors interpelés. J’ai replongé dans mon passé où mon rêve d’adolescente était de parcourir les routes de France à la recherche du sens de la vie, la vraie. Pas celle enseignée à l'école ni celle des églises bien qu’il m’arrivait souvent de parler avec des « croyants ». Non, celle que la rencontre avec l'autre permet de comprendre et surtout de se connaitre. J’ai vécu des moments inoubliables à cette période de ma vie et même si je ne suis plus à bourlinguer, la quête de sens reste d’actualité. Je me rends compte que je savais écouter mon cœur et me fier à ses appels, très tôt dans ma vie. Un matin, je me trouvais sur une route de Normandie, le soleil se levait et un immense sentiment de liberté m’envahissait.

jeudi 23 mai 2013

Journée équilibrée, enfin ! "L'alchimiste" de Paulo Coelho, livre audio




Réveillée relativement tôt, j’ai commencé par me connecter à la terre en appelant ses énergies à me soutenir dans ma volonté d’ancrage. J’ai appelé ma force à se manifester afin d’être dans la voie du  juste milieu en toute choses. Demandé fermement aux énergies complémentaires qui circulent en moi, de s’unir pour créer une dynamique d’élan joyeux et puissant dans la capacité de m’aimer sans conditions et d’accepter tout ce que je suis, ainsi que tout ce qui est. La lutte intérieure qui se crée par le fait de vouloir, n’amène que le désordre et l’intention d’unité reste à mes yeux le juste équilibre entre désir et acceptation. N’étant sûr de rien à part de ce qui se vit en moi, n’en faisant pas une vérité immuable mais celle de l’instant présent qui est en perpétuel mouvement, j’appelle mon cœur, mon moi christique à maintenir ma personnalité humaine dans ce lieu sécurisé du point zéro. 
Entre force et douceur, ombre et lumière, dans la neutralité face à mon environnement, revenant en mon centre quand le mouvement se déchaîne. Je veux connaître les secrets de mon cœur, de mon âme, réunir tout ce que je suis à chaque instant, retrouver la mémoire de mon être essentiel, libérant les faux mois sans aucune nostalgie, laissant à la lumière purificatrice, le travail de nettoyage intérieur. Libérant ce qui est obsolète ce qui reste coincé dans la dualité, ne doutant plus d’être et d’affirmer ce que je suis. Accueillant les énergies unificatrices et les laissant œuvrer à la reconstruction de l’unité perdue, Je suis UN, je suis ce que je suis. 

mercredi 22 mai 2013

"La Famille" par Michael Brown



 
Carl Brenders
Voici le texte dont je parlais dans le message précédent, qui parle de la famille et de ce qu’elle représente, la « fonction miroir » de chacun. Il est vrai que celle-ci constitue le terrain où nous forgeons notre personnalité et notre futur. Comprendre ses rouages et arriver à se libérer du passé, de son enfance, est très utile, et même nécessaire, pour toute personne qui veut changer sa vie, en modifiant son regard sur elle-même et sur le monde. Notre âme peut nous aider dans cette libération mais c’est à notre part humaine d’agir. Connaître ses origines divines permet de se détacher du monde mais c’est ici qu’est notre expérience. Le sens de cette vie n’est pas d’élever notre esprit vers le monde divin mais d’amener celui-ci jusque dans notre chair, notre quotidien. Je le dis une fois de plus afin de m’en souvenir. Lâcher le monde du mental, celui des rêves et réussir à se sentir bien dans son corps, au quotidien, est un parcours initiatique. Un réapprentissage qui passe par l’écoute de ses émotions, des messages des corps, reliés aux chakras du bas. Cela demande de la patience mais au final, quand on se donne le temps, ça vaut la peine.

La Famille
Par Michael Brown

« S’accepter entièrement pour se réaliser pleinement ». Vidéo interview de Geneviève Young par Lilou






Ce matin, je me suis recouchée après un premier réveil à 5h. Couchée à minuit, ça faisait un peu juste. Mon corps physique est en plein bouleversement. Entre le sevrage des médicamentes, les règles et les énergies déployées par les éruptions solaires, ça déménage à l’intérieur. Le coup de fil de ma sœur, hier soir, a été amical et pour une fois, il n’y a pas eu de friction. La relation avec elle n’est pas toujours facile à cause de notre enfance commune et le fait qu’elle ait reporté sur moi, à l’époque, toute sa colère, son incompréhension face au comportement de mon père, fausse souvent nos rapports actuels. Sa culpabilité et ma difficulté à me faire respecter compliquent sérieusement notre vie d’adulte. La façon dont je suis grandement affectée par la critique, vient de cette période de ma vie, dans la relation avec ma sœur. Enfant, je lui pardonnais, du moins je n’avais pas d’agressivité par ce que je sentais qu’elle se vengeait, qu’elle libérait sa charge émotionnelle de cette façon. Tout comme je "pardonnais" aussi le comportement de mon père que je sentais venir aussi d’un besoin de vengeance. Ce n’est que bien plus tard que j’ai su qu’il avait lui-même été abusé et ce que mon ressenti d'enfant, était bien réel. 
Là, le côté positif de cette expérience, m’apparaît évident. Non seulement ce trauma et la façon de ma famille de se comporter à mon égard, m’ont poussés à chercher un sens à cette vie et donc à le trouver, à reconnaître mes propres origines divines mais en plus, tout ce que je ressentais enfant, me montre que j’ai la capacité innée, à "lire" en l’autre, à me mettre à sa place et ainsi à pouvoir pardonner facilement. Le problème c’est que j’ai encore du mal à me pardonner à moi-même.  

mardi 21 mai 2013

Le pouvoir du rire




On dit que le rire est le propre de l’homme. On dirait bien que les animaux soient aussi de la fête! Pour moi, c’est essentiel et j’ai besoin de rire quotidiennement. C’est un mouvement du cœur, une expression de l’enfant intérieur qui a le pouvoir de guérir et de dédramatiser comme aucune autre technique ne peut le faire. Voici un film qui a été réalisé avec des comédiens dont un déclencheur de rires, contrairement à la vidéo que j’avais publié il y a quelques temps, où le fou rire avait été déclenché naturellement par une personne, dans le métro. C’est transmis par le site Epanews. Ce qui est remarquable, c’est qu’il suffit d’une seule personne pour déclencher automatiquement un fou rire général. 
Dès qu’on ose se lâcher, ça provoque un genre de relaxation dans tous le corps et notamment au niveau de l’œsophage. Je recommande cette thérapie à tous ceux qui ont des problèmes de déprime, évidemment mais aussi avec la nourriture. 
Dans une situation telle que dans ce film où les gens sont pris par les soucis de leur travail, par la pression, on imagine que chacun envoie balader tout ce qui lui donnait une allure grave laissant son enfant intérieur s’exprimer et il est quasiment impossible de ne pas se laisser contaminer !

"Restaurer les énergies masculines et féminines dans le corps", Paméla Kribbe transmet la terre.



 
Arvind Kolapkar
Voici un des deux derniers messages reçu par Paméla Kribbe. J’ l’ai lu dès qu’il a été mis sur le site mais je dois dire qu’il m’a semblé trop abstrait. La relecture de ce message m'a fait du bien et un sentiment de paix a remplacé l’irritation excessive qui ne m’a pas quittée depuis ce midi. J'ai fait l'exercice proposé à la fin du texte. J'ai senti des larmes monter mais elles ne sont pas sorties. J’ai bien vu la carapace de l’énergie masculine en moi se désagréger mais tout l’abdomen est resté enfermé. La femme que j’ai visualisée n’avait pas de bassin. Il y avait un genre de brume à la place ! Je sens que je vais devoir faire plusieurs fois cet exercice avant d’arriver à voir deux êtres entiers, intègres.

Parle-moi de l’unité.




 L'unité se crée naturellement avec l'extérieur quand elle se manifeste premièrement en toi. C’est quand tous tes corps sont alignés sur un même objectif, quand ils sont "d’accord". Quand il y a cohérence entre tes pensées, tes sentiments, tes émotions et tes actes. Tu es un être énergétique avant toute chose. La santé en tous tes corps résulte de la libre circulation de l’énergie d’amour lumière, l’énergie de vie, entre eux et avec l’extérieur. La lumière, c’est une énergie, de l’information. Tu as besoin de faire circuler librement ces deux énergies afin que ton essence véritable puisse s’exprimer à travers tout ce que tu es. Tu peux appeler l’unité par la "prière", l’intention, sans forcer, sans chercher à tout prix à obtenir cet accord. 
Plus tu accueilles tes émotions sans les juger et plus celles-ci peuvent t’éclairer. En laissant faire ou en laissant dire ton mental, tu peux entendre les messages de ta personnalité humaine tout comme ceux de ton âme ou de ta présence divine, de ton enfant intérieur et de ton inconscient.
Dans un premier temps, il s’agit donc de laisser s’exprimer tout ce qui est en toi, en te rappelant que ce sont des messages et non ton identité et que le jugement est une forme de rejet, de contrôle. 
Quand tu juges, tu peux savoir que c’est ton mental qui interprète les choses au travers de sa vision dualiste, en termes de bien ou de mal. Ce positionnement créé la division intérieure, coupant ton mental de la lumière de ton être.

lundi 20 mai 2013

Lâcher prise, pas si facile..."Cessez d'être gentil, soyez vrai", Thomas d'Ansembourg (livre audio)




J’ai bien du mal à m’aligner, ce matin. Levée à 4h30, en colère d’avoir été réveillée par les miaulements de mon chat, j’ai ouvert l’ordi et à la lecture du mail de Daniel Miron, mon cœur s’est ouvert et la gratitude a commencé à s’écouler, s’amplifiant à mesure que je lisais. J’ai tout de suite mis le message en ligne. Mon cœur n’a cessé de s’ouvrir tandis que je remerciais, laissant les mots exprimer tout l’amour de mon être. Je suis allée prendre des photos des roses dont je surveille l’éclosion. La rosée du matin leur faisant un écrin de lumière magnifique, j’ai mis deux des plus belles avec le message des êtres de lumière.
J’ai pris l’habitude de voir des émotions lourdes sortir quand j’accueille l’amour divin sans restriction, appelant l’unité à se réaliser. Il est logique et même "normal" que l’ombre surgisse quand on souhaite unifier tout ce que nous sommes, tout ce qui est enfoui et bien caché depuis des années, pour ne pas dire des siècles. L’erreur serait de croire que le divin rejette notre demande de fusion. On peut se dire que le fait d’appeler l’amour divin à s’écouler en soi, créé un déversement bienfaisant, réchauffant l’intérieur. Cette attente semble légitime mais comme l’objectif est de trouver l’équilibre, l’harmonie, tout ce qui est en nous doit s’exprimer afin d’être neutralisé. Pour que l’amour nous remplisse, il faut que ce qui ne l’est pas, se dissipe. Pour ce faire, il faut qu’il soit vu afin d’être entouré d’amour. Cet acte, le fait de laisser s’exprimer, la colère, la tristesse, sans jugement, sans peur et sans culpabilité, est celui-là même qui permet la guérison. L’alchimie qui se crée par l’acceptation, ne peut se réaliser si nous bloquons le processus en nous coupant de ce qui est désagréable. Je ne dis pas non plus qu’il faille souffrir pour guérir. C’est notre difficulté à accepter sans limite, ce qui s’en vient qui crée une résistance, un conflit intérieur qui s’exprime alors par la douleur.

Je sais que ça n’est pas facile mais je constate aussi que lorsque je m’abandonne à ces émotions en les laissant être, il s’ensuit un bien-être et une paix qui ne sont pas le fruit du mental, le résultat d’une victoire acquise par la lutte mais par l’acceptation.
La joie qui découle du sentiment d’avoir raison, d’avoir gagné, nous place en position fragile puisque celle-ci n’étant pas du pur amour, contient sont opposé. Au jeu de gagnant, perdant, il ne peut y avoir de joie durable. L’abandon libère la joie naturellement. C’est difficile à concevoir pour le mental habitué à mériter.

Message extraordinaire des entités de lumière reçu par Daniel Miron.




Un immense merci à Daniel Miron pour avoir mis en ligne ce texte magnifique qui résume TOUT en quelques mots simples. Merci à mon chat de m’avoir réveillée à 4h30. J’avoue que j’ai râlé qu’il me sorte du lit si tôt mais quand je lis ce mail, je suis remplie de gratitude pour une telle révélation. Evidemment, c’est exactement ce que je croie depuis que j’ai ressenti cette fontaine d’amour intérieure. Mais non seulement, les entités de lumière dont il reçoit les messages, expliquent la cause de toutes les souffrances sur terre et chacun mais ils apportent la solution avec tant de clarté et de simplicité que je m’empresse de vous transmettre cette canalisation remplie de lumière et d’amour.

Pourquoi vais-je chercher l'amour à l'extérieur de moi?

Chers amis, l'éducation qui est prônée chez les êtres humains ne va pas dans le sens du mot éducation. Il a été écrit que les êtres humains s'abreuveraient de leur propre fontaine et certes, ceci est le reflet du vrai sens du mot éducation qui signifie : connaissances qui jaillissent de l'intérieur.

dimanche 19 mai 2013

Hommage à l’enfant intérieur, vidéos chansons animées.




Le ciel, les énergies, la terre, tout m’amène à rentrer à la maison, à l’intérieur de mon être, à retourner à la source, à l'essentiel. J’ai la sensation que tout est vain, que la seule chose à faire, c’est de s’abandonner à ce qui vient. Je ne sais pas quoi exactement mais je ressens très fortement un vide immense. Comme si plus aucune attache n’existait. Tout me semble futile. Plus rien ne ressemble à rien même les mots ne peuvent décrire ce ressenti profond. Je n’ai croisé que deux personnes dans toute la matinée.    
Je suis allée voir mon copain le chêne que j’ai embrassé comme quand j’étais enfant, avec la certitude de retrouver un ami intime. Je suis toujours impressionnée par sa stature, la force de son tronc rugueux et en même temps la fragilité de ses feuilles. J’ai coupé des roseaux pour tenir les pieds de tomates et marché jusqu’à la rivière qui coule avec une force incroyable. La violence du courant m’a donné l’impression d’être une toute petite chose fragile. C’est dans ce genre de situation que je me remercie d’avoir libéré des peurs, affirmé ma foi et engrangé suffisamment de confiance en la bienveillance de mes aspects divin pour pouvoir être sereine. J’ai pris l’habitude de consoler l’enfant intérieur, de ne plus m’affoler et de revenir à ma vérité, mon désir d’unité qui procure une paix inconnue jusqu’à maintenant. Plus j’appelle la facilité et moins j’oppose de résistance à ce qui est. Je me contente de prendre les choses comme elles viennent sans plus chercher à trop comprendre. Des réponses ou plutôt des moments de clarté m'amènent à voir facilement certaines choses sur lesquelles je bloquais. Je continue de nourrir ma foi par la simplicité.
Les images et les sons, permettent une intégration facile et légère des vérités essentielles. Voici quelques vidéos de chansons illustrées par le dessin animé. Celles des Beatles sont confectionnées avec le jeu vidéo Dreamscape.
Comme la lettre de diffusion ne publie pas les liens des vidéos, cliquez ci-dessous pour les voir sur le blog:


 
Ceux de ma génération se souviendront certainement de ce qui suit:

« Love is all »
Roger Glover

Clefs de sagesse piochées sur le site «du ciel à la terre »



Le jaune de la sagesse, la transparence des gouttelettes d'eau, sur un fond de vert de la guérison


Ce matin, j’ai carrément la flemme d’écrire. Mais comme je ne veux pas laisser ce blog complètement muet, je partage avec vous les clefs de sagesse que je viens de piocher au hasard sur le site de Monique Mathieu, du ciel à la terre. Vous allez peut-être me dire que ça vous permettrait d’aller chercher en vous, d’oser faire confiance à votre propre lumière.Je fais au "pif", au feeling, comme d’habitude.

Clef 24
Si vous générez en permanence des pensées de limitation, de peur, de doute et de lassitude, elles prendront la place de toutes les merveilleuses pensées de joie, de sérénité, d’Amour, de paix qui sont au plus profond de vous ! Vous êtes cela avant toute chose mais vous l’oubliez trop souvent.
Vous êtes des Êtres de Lumière et d’Amour qui manifestez cette Lumière et cet Amour en permanence sans vous en rendre compte ! Aussi nous vous demandons à présent de bien vous rendre compte de ce qui émane de vous, vous donnerez ainsi encore beaucoup plus de force à ces qualités précieuses qui demeurent en vous et qui ne demandent qu’à s’épanouir, à rayonner !

Bon, j’appelle l’enthousiasme, la joie, le dynamisme et l’amour, à remplir le Caliméro intérieur afin qu’il  retrouve son innocence et que je trouve le point d'équilibre.

samedi 18 mai 2013

Vidéos « L’unité comment ça marche » de Kishori et « Passeur d’âmes » de Patrick Le Berre, interviewés par Lilou Macé.




Le vent qui souffle avec violence m’a retenue à la maison mais je n’ai pas été frustrée puisque j’ai aussi de quoi m’occuper sans être focalisée sur l’ordi. Je continue de chercher l’équilibre en toute chose en variant les activités et surtout en faisant tout avec enthousiasme, selon mes désirs et sans culpabilité.
Ce matin, la pluie tombait alors que le soleil était présent mais je n’ai pas trouvé l’arc en ciel. Il faut dire que je n’ai pas insisté comme le vent a commencé à souffler. En une semaine, la nature nous a joué les quatre saisons ! La folie du temps semble être à l’image du conflit intérieur en chacun qui se reflète dans les infos dont j’ai eu un aperçu en ouvrant la boîte mail. 
Plutôt que de penser que l’ombre gagne sur la planète, je me fie à la paix que je ressens intérieurement, confiante que la lumière révèle l’ombre afin que celle-ci soit libérée et que ce processus normal, selon ce que je crois et au contraire le signe que nous allons vers la paix collective qui découle de l’acceptation de ce qui est. 
Ce qui est malheureux c’est d’attendre une crise pour lâcher prise. En même temps, personne n’est à blâmer puisque c’est le jeu de la dualité. 
Comme Kishori, j’en suis arrivée à me dire que ce jeu ne présente plus d’intérêt et que l’appel à l’unité par la descente de l’énergie de l’amour inconditionnel jusque dans le chakra racine, est la seule intention, le seul désir que j’ai maintenant! 
C’est une âmie qui m’a envoyé un mail avec le lien d’une vidéo de l’interview de Kishori par Lilou Macé,  qui parle de l’unité. J’ai trouvé beaucoup de résonance dans ce qu’elle dit et la publie ici. C’est tellement d’actualité que ce serait dommage de s’en priver même si elle dure presque une heure. Le temps d’un film...

On verra demain...




J’ai écris hier, une partie de ce qui suit, mais je n’ai pas eu le temps ni l’envie de venir sur le blog. La phrase « Il est important de s’écouter en toute chose et de penser à soi, premièrement », revient fortement, ce matin. Bien que je me sente naturellement portée à "aider", à témoigner de ce que je ressens comme vrai, ça comporte tant de pièges que je suis heureuse de m’en détacher. Je ne doute pas de ce que je reçois mais de l’interprétation que j’en ai. En effet, la drôle d’expérience d’avant-hier n’était peut-être pas tout à fait ce que j’en ai pensé. Il s’agissait peut-être du personnage du "sauveur intérieur", qui s’est manifesté et que j’ai libéré. 
Remarque la théorie selon laquelle nous attirons des énergies correspondantes à nos propres "personnages intérieurs", n’est pas totalement fausse non plus. Selon la loi d’attraction, ça semble logique. Ce n’est pas par hasard si les points de douleur étaient situées aux endroits où les clous ont été plantés. 
C’est certainement la force du symbole qui est à retenir ici. Je ne me prends pas pour le Christ mais quelque part, la tendance à vouloir "sauver" est illustrée dans cette expérience.  C’est un des "pièges" dans lequel tombent beaucoup de personnes dont le cœur est ouvert. 
D’un autre côté, ce penchant à vouloir tendre la main, à tout le monde, peu importe son origine, sa forme, sa couleur, sa fréquence, ses actes et ses pensées, n’est pas non plus complètement "négatif". Il y a là, un élargissement de cœur par l’intégration de l’amour inconditionnel. Je vois en tout ça, la nécessité d’équilibrer et de clarifier les choses. Chacun est habité par les énergies christiques mais celles-ci ont pour "but", de nous amener à nous élever nous-mêmes, au-delà de la dualité. Même si je le comprenais en théorie, il me fallait aller encore plus loin dans la libération des fausses croyances à ce sujet. 

vendredi 17 mai 2013

Influences de l'astral.



Trouvé sur Shaman tube**

Plus que jamais décidée à être intègre et vraie, je reviens à mon objectif premier, témoigner du parcours de soi sans démagogie ni crainte du qu’en dira-t-on. L’affirmation de soi est essentielle et demande un certain courage et de l’assurance. La première étape consiste à acquérir la certitude de la foi en l’humain divin par l’interprétation du quotidien au travers de cette vision.
Comme je l’ai déjà dit de nombreuses fois, tous nos corps sont des outils de compréhension de ce que nous sommes. L’âme, la présence divine ou le divin intérieur, s’expriment au travers des situations de la vie quotidienne puisque le but de cette incarnation en cette période spéciale d’élévation planétaire, est d’unifier tout ce que nous sommes, nos différents corps, les énergies complémentaires qui nous constituent et circulent en nous, tout comme les vies passées, présentes et futures. 
Cette étape est assez difficile puisqu’elle demande de lâcher nos acquis, nos certitudes, les croyances sur lesquelles nous avons bâti notre personnalité, afin de les calquer sur nos aspects éclairés et d’habiter notre cœur, d’amener l’ego à se laisser guider par notre intuition.  
Nos incarnations passées nous ont permis de connaître des aspects de notre densité dans la vision dualitaire. Maintenant, nous sommes rendus à l’étape qui consiste à reconnaître nos origines divines et terrestres à partir de la matière. Le but n’est pas de fuir la réalité de cette terre mais d’amener le ciel, nos aspects divins, à descendre dans la chair afin de subtiliser tout ce qui en nous, n’est pas de l’amour et de la lumière. 
Là encore, ça ne se fait pas d’un coup de baguette magique bien que la grâce puisse être déversée sur nous quand nous lâchons prise, quand nous faisons totalement confiance à notre ressenti, notre intuition et les messages de nos différents corps. 
Il est donc essentiel d’être présent à nos corps denses qui parlent à travers les émotions, les pensées négatives, les douleurs, la maladie, le bien-être et le mal être.

jeudi 16 mai 2013

Unir les énergies masculines et féminines...tout un programme ;)

Eva Ruiz


J’ai retrouvé le dynamisme et l’enthousiasme du bélier que je suis. Chaque signe astrologique comporte ses points forts et ses points faibles. Je ne suis pas pour ranger les gens dans des catégories puisque je crois que chacun est unique. Néanmoins, il y a des traits de caractère commun, indéniables.
Vous aurez peut-être constaté que j’ai publié les derniers commentaires reçus, sans trier et en répondant à chacun de vous, à partir de mon cœur. Cette expérience m’aura aidé à reprendre confiance en moi, à poser des limites et c’est une bonne chose. Je n’en garde que le meilleur et considère les larmes versées comme le signe d’une profonde libération intérieure. Mon âme me connaît si bien qu’elle savait ce qu’elle faisait en me poussant à proposer mon aide et à devoir gérer les réactions diverses et variées. Rien de tel que de se trouver plongé dans une situation pour entrer dans l’action. L'intention est toujours plus puissante quand les émotions sont associées aux pensées. Cependant, n’étant pas maso et connaissant les effets de la loi d’attraction, j’apprends à être plus dans l’amour, dans la tendresse et la douceur vis-à-vis de moi-même, afin de ne plus susciter ce genre de retour. Car même si on apprend dans "l’épreuve", on peut tout aussi bien le faire dans l’amour. C'est tout de même dommage de croire que l'on doive souffrir, pour libérer des émotions et acquérir de la force en étant obligé de se défendre. La persévérance est nécessaire puisqu’il s’agit de libérer des comportements devenus instinctifs parce qu’issus de l’inconscient. Ce chemin de connaissance de soi tant au niveau humain que divin, n’est pas de tout repos mais avec de l’honnêteté et la capacité de se centrer, on peut y arriver. Je ne change pas mon style d’écriture parce que je considère que la transparence, la simplicité et l’authenticité sont nécessaires sur ce parcours d’élévation. C’est aussi ma personnalité et même si des "défauts" sont encore à aimer, c’est une occasion de trouver l’équilibre, la voie du juste milieu.

mercredi 15 mai 2013

La force du soutien, vidéo de danseurs exceptionnels




Depuis ce matin, j’expérimente en temps réel et en continu, la douceur et la tendresse. C’est une attitude naturelle qui demande de libérer des peurs et surtout celle d’aimer et d’être aimée. Enfin, c’est un de mes plus gros blocages. Mais quand on s’y abandonne, on y trouve une grande force, comme je l’ai dit dans le message précédent.
J’ai trouvé cette vidéo dans ma boîte mail, diffusée par Epanews, qui illustre tant de choses que les mots sont bien légers face à ce spectacle magnifique.
Pour ceux qui lisent ce message depuis leur boîte mail, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous afin de voir les vidéos directement sur le blog:


Ma Li and Zhai Xiaowei -

L’attention et la douceur sont un baume pour le cœur et une force




Enfin, je retrouve la force d’agir, de m’occuper du quotidien, de sortir de mon nid douillet ! Je retrouve une certaine assurance. J’ai écouté les envies de mon enfant intérieur me limitant à faire ce qui me venait en tête. J’ai gribouillé des symboles, utilisant des couleurs associées à l’amour, le rose, le vert ; aux énergies masculines et féminines. J’ai eu l’impression de régresser mais je me suis dit que c’était temporaire et qu’en plus ça correspondait au souhait de mon enfant intérieur. Tout comme le petit déjeuner pour enfant, avec des choses sucrées qui a remplacé l'habituel fromage de chèvre. Je me apie ce luxe comme je vis seule, je n'incommode personne :)
 J’ai dû aller m’allonger deux fois afin de relaxer mon corps et de libérer les tensions de ces derniers jours. L’hypersensibilité ne doit pas être refoulée mais acceptée ainsi, toutes les émotions contenues se libèrent et le calme remplace la confusion. Je ne me suis obligée à rien. Le ménage attendra demain. Un coup de balai, la vaisselle, c’est bien assez pour aujourd’hui. De toute façon avec la pluie et la chienne qui, rentre et sort, le sol serait resté propre une heure...
Ce qui peut être pris pour du laisser aller, je le vois comme un lâcher prise des habitudes nées de la peur, du besoin de contrôle. Il est des moments où revoir ses priorités est important. J’avais besoin d’élever mon taux vibratoire. De retrouver l’équilibre intérieur.
Le voisin a fait sa répétition musicale habituelle et au bout d’une heure trente, j’ai mis de la musique pour ne pas entendre la sienne.

Retour à la source




Comme il est essentiel de reconnaître ses erreurs, qui sont en fait un moyen de revenir à l’essentiel, je partage avec vous ce qui m’est venu en tête et au cœur, ce matin. Mais comme les mots, bien qu’ils soient puissants ne sauraient remplacer l’expérience vécue et l’application de la foi, dans l’instant présent, je passe à l’action.

mardi 14 mai 2013

Pause




Je suis en plein ménage intérieur et extérieur. J’ai fermé le blog dédié à l’accompagnement qui s’adressait à des personnes ayant connu le même type de parcours que le mien, à celles qui m’écrivent en me posant des questions et sont dans une détresse personnelle que j’ai bien connue et dont je suis sortie au niveau de la relation à soi-même. Enfin suffisamment pour partager mon expérience, les techniques qui m’ont été utiles et avoir un dialogue sincère.
Devant la quantité reçue et n’étant pas capable de mettre des limites, j’ai été vite débordée au détriment de mon propre chemin d’évolution et de l’attention qu’il est nécessaire de consacrer à son propre bien-être. C’est pour cette raison que j’ai tenté de trouver un équilibre dans le donner/recevoir en proposant des entretiens privés, rémunérés selon le degré de satisfaction des personnes qui me contactent. J’ai certainement mal formulé les choses étant donné le genre de réaction que ça a provoqué. J’aurais dû le faire au cas par cas. Mais bon, personne n’est parfait et dans cette histoire, une fois de plus, c’est moi qui ait morflé sans retomber heureusement, dans le rôle de la victime même si quelque fois c’était à la limite.
Il est clair que je ne suis pas préparée à recevoir toute la haine des « initiés » ou de ceux qui se disent évolués, très forts sur leur chemins de progression, très sûrs d’eux-mêmes mais qui cherchent encore des guides et espèrent trouver quelqu’un qui les délivrera de leur sécheresse de cœur, les valorisera ou les encensera. Sinon quel intérêt de venir sur un blog qui parle de spiritualité.
La loi d’attraction et de résonance marche dans les deux sens.

Paix et amour à tous



"Earth and sky" Lisete Alcade


Un grand merci à ces âmes qui ont choisi la tâche ingrate de m’aider à équilibrer les énergies masculines intérieures, par leurs commentaires injurieux, critiques et violents. Ils m’ont poussée à chercher au plus profond de mon être ce qui avait besoin d’être vu, aimé et libéré. Afin de préserver ce blog de ce genre d’énergies de basse vibration, j’ai fermé les commentaires sur le blog « reflet de l’humain divin » et activé la modération sur celui-ci. Même si ce que j’ai lu m’a fait très mal, j’ai pu transmuter la douleur en amour et en lumière, en appelant l’harmonisation des énergies masculines et féminines. Ce fût l’occasion de libérer les croyances inscrites en mon âme en utilisant les techniques que je partage avec vous. 
Pour sortir totalement du rôle de la victime, il est nécessaire d’apprendre à poser des limites et bien que cette expérience m’ait permis de m’élever au-delà de mes peurs, je n’ai plus besoin de me faire battre pour trouver ma puissance. Se défendre, c’est se croire coupable or ma conscience est sereine. La peur de la critique remonte à bien longtemps et l’exercice de libération karmique avec le soutien de mes anges, guérit les blessures et libère le sentiment d’illégitimité et d’indignité qui était bien imprimé. L’appel à l’aide de mes guides a trouvé une réponse, dans pleins de petits signes et surtout par le contact établi ouvertement et spontanément. Entre le soutien d’humains aimants et les messages éclairés de l’extérieur tout comme de l’intérieur, arrivant à propos, ma foi a redoublé et je sens que l’énergie masculine trouve enfin sa vraie place. 

Contacter l'invisible à partir de son coeur




Nettoyer avec le rayon violet

L’assurance en soi, la foi sont revenus de façon magnifique et encore plus fortement qu’avant. J’ai dû rencontrer mes guides pendant la nuit parce que ce matin au réveil, je me suis adressée à Saint Germain pour qu’il me purifie la gorge, transmute la peur de l'abus, de la domination et de ma puissance divine, en confiance en soi, afin d’équilibrer l’énergie masculine. Les frissons que j’ai ressentis des pieds à la tête et un sourire large et spontané qui s’est dessiné sur mon visage, m’ont confirmé sa présence tout comme le "dialogue"qui s’en est suivi. Je lui ai demandé si je pouvais parler de cette conversation et il m’a répondu ce qui suit :
« Tu n’as pas besoin de t’appuyer sur ma présence pour oser dire ce que t’inspire ta propre lumière. Il faut que tu apprennes la confiance en soi, en ce contact intérieur et la vérité et la sagesse qui en émane. Il y a beaucoup trop de gens qui se cachent derrière les maîtres, mais l’humain doit apprendre l’autonomie, en se reliant à sa présence christique, à son soi plus grand. Vous avez suffisamment de sagesse pour vous entre-aider. 
Travaille la confiance en soi, la flamme violette peut t-y aider. Tu sais que les nombreuses vies antérieures ont forgé ta personnalité d’aujourd’hui, avec ses talents mais aussi ses "leçons" à compléter. Fais confiance à ton âme, à ces aspects éclairés de qui tu es. 
Ne prêtes pas attention à ceux qui te critiquent aujourd’hui, qui furent des compagnons dans d’autres vies et qui finalement t'amènent à grandir. 

lundi 13 mai 2013

Nouveau message de Saint Germain par Monique Mathieu



Nine Tomatoes


Décidément, je suis "bénie" ce soir! J’ai fait un tour sur le site de Monique Mathieu, "du ciel à la terre" et je suis tombée, avec joie, sur un message de Saint Germain que j’apprécie particulièrement pour son style direct et son humour. C’est un des maîtres dont je me sens le plus proche.
 J’ai demandé à mon âme de me donner une "preuve" de son soutien, de la pertinence de son inspiration et la voici, surtout la deuxième partie qui me confirme tout ce que je ressens et pense.
 C’est marrant cette synchronicité. J’ai ouvert le deuxième tome des « 7 rayons sacrés » de Joéliah, dans l’après midi et j’ai mis le troisième tome sur ma table de nuit, hier soir. C’est par ces livres, que j’ai connu cet être, vraiment spécial à mes yeux, qui dirige le rayon de la liberté. Enfin, au moment de la parution du bouquin. Tout comme la terre et l’humanité évoluent en permanence, il en est de même dans les dimensions "supérieures".



Nouveau message de Saint Germain

" Je suis celui que vous appelez Saint Germain.
Je viens pour vous dire qu’en ce moment beaucoup de ceux que vous appelez des "avatars" ou " Maîtres Ascensionnés" descendent sur la Terre, parce que de très grands changements approchent, essentiellement et pour l’instant des changements vibratoires.
Les plus réceptifs d’entre vous ressentiront profondément ces changements vibratoires. N’oubliez pas que vous allez vers des dimensions supérieures, celles que vous appelez quatrième et cinquième dimension, mais ce que vous devez savoir et que vous savez, c’est que ces changements vibratoires profonds commencent à s’accomplir à l’intérieur de vous.

Surtout, n'abandonnez pas! Vidéo de David Cloutier et "Playing for change"



"Nine tomatoes"


Les critiques qui continuent régulièrement m’ont amenées à "travailler" la confiance en soi et peu à peu, elles n’ont plus autant d’impact qu’au début. J’ai piqué une colère contre mon âme, mon ressenti. Vidant mon sac par l’écriture. Dans ces cas là, je tape n’importe comment mais je me lâche complètement. Les larmes accompagnent les mots et je fini par me calmer. Une fois que les émotions et les pensées sont sorties, la détente est là et je peux voir plus clairement la situation.En relisant, je fait le tri entre ce qui est "juste" et ce qui est issu de la peur et des sentiments de manque d'estime personnelle.
La vidéo que j’ai mise plus bas, est arrivée au bon moment et m’a refait pleurer mais cette fois-ci, de reconnaissance. Les commentaires de Lætitia se sont ajoutés et ça m’a permis de constater l’équilibre dans les réactions suscitées par le fait de me mettre à nu sur ce blog. 

Il n'est pas question d'avoir raison mais d'être vrai




Réveillé à 5h30, je me suis levée puisque le jour en faisait de même. Assez déçue de constater que la sincérité est encore mal perçue et qu’elle décrédibilise, j’ai eu envie d’arrêter de confier mes états d’âmes sur ce blog. Je suis consciente que la majorité des gens a besoin de voir la force d’un thérapeute pour croire en ces capacités, que beaucoup veulent trouver en lui un « superman » aux super pouvoirs, infaillible, parfait, bref, un sauveur. Or c’est précisément ce genre de façon de penser qui amène le conflit intérieur et limite la vision de soi et des autres.
Premièrement, la perfection n’est pas de ce monde. Il ne s’agit pas d’être parfait mais d’être cohérent, en harmonie, en alignement, de pouvoir se centrer en son cœur afin d’être unifié. De réaliser la complétude en mariant les énergies complémentaires que sont le masculin et le féminin, l’ombre et la lumière, le cœur et l’ego, d’être au point zéro, dans la neutralité, l’équilibre intérieur...
Nous sommes parfaits dans les dimensions de conscience unitaire et le but du jeu, c’est d’amener la présence christique intérieure à embrasser la personnalité humaine. C’est en apprenant à vivre à partir du cœur, que celle-ci se manifeste guérissant l’humain divin par la libre circulation énergétique de l’amour inconditionnel. 
La vie étant un mouvement perpétuel, s’accorder à son rythme, se laisser porter par la pulsion intérieure permet d’être en évolution permanente. Il est "normal" d’avoir des moments de "stagnation", de doute puisque les voiles de l’oubli ne sauraient être enlevés d’un coup et notre personnalité humaine tout comme notre âme, sont en position d’expérimentation. 

dimanche 12 mai 2013

« Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle » 2ème accord Toltèque





Toute chose ayant son utilité, la critique est aussi un moyen de s’élever, de grandir, d’affirmer sa foi, d’amplifier la confiance en soi, son unicité tout en reconnaissant l’unité. Il est clair que je ne suis pas totalement guérie. Le manque de confiance en soi, la difficulté de s’affirmer restent encore des pierres d’achoppement sur mon chemin. Ces petits cailloux qui rendent la marche douloureuse.

Un dialogue intérieur monte en moi.
- J’aimerais ne pas être autant déstabilisée par la critique, que ça me glisse dessus.

 -Chacun participe à sa façon à l’élévation de l’ensemble. La façon dont tu es affectée t’indique le manque d’amour inconditionnel pour toi-même, le fait que les blessures de ton âme ne soient pas tout à fait guéries.
Ces émotions t’invitent à ouvrir ton cœur, a amplifier la confiance en ton ressenti, ta guidance, en la bienveillance et le soutien de ton âme. Tu sais que ceux qui semblent être des ennemis, sont au niveau de l’âme, des frères et sœurs qui ont accepté de t’aider à grandir. Remercie-les premièrement de se manifester et de tendre un miroir. Tu sais combien l’humain a de difficulté à oser dire ce qu’il a sur le cœur, reconnais en ces êtres qui te critiquent, cette qualité. La critique nait de la différence, chacun s’affirme à travers elle.

Les énergies du nouveau monde



Lisete Alcade


Depuis que j’ai pris la décision de proposer mon aide individuellement, les choses s’accélèrent et le soutien de personnes que je pourrais appeler ma famille d’âmes, va grandissant. Chacun se manifeste de loin mais avec le cœur et c’est une aide précieuse.
Les temps ont changé, l’heure n’est plus à vivre à partir du mental et ses théories fumeuses basées sur la survie, la peur de la mort et même de la vie. Mais elle est à honorer son cœur, son ressenti son intuition, sa voix intérieure...
A ne pas tant s’attacher à la forme mais au fond, à écouter ses corps et à voir qu’ils sont tous "intelligents", dotés d'une conscience, qu’ils ont leur moyen spécifique d’expression. Apprendre à les écouter et à interpréter leurs messages à travers l’intelligence du cœur, permet l'épanouissement.  
Le plus "difficile", c’est de passer du doute à la certitude puis d’affirmer sa vérité.
Il est clair que ça demande d’avoir suffisamment épuré l’intérieur en osant se regarder en face et en prenant en charge tous les mouvements, les vagues, les tornades de notre univers intime.

Nous sommes crées à l’image de la source. Notre corps physique et nos corps subtils constituent des "planètes" qui gravitent autour de notre cœur-ego, notre lumière intérieure qui rayonne dès lors qu’on la reconnait. C’est notre conscience qui donne vie et sens à ce que nous sommes et voir qui on est devient possible dès lors qu’on choisi de guérir les blessures de l’âme, que l’on porte un regard neutre sur soi. Que l’on sort de la roue infernal de la vision dualiste.
Dans ce nouveau monde, il y a des nouvelles formes de soin qui correspondent à l’ouverture de conscience individuelle et collective. Les statues de Dieu le père ont été détruites afin que la source soit honorée au cœur de l’être. 
L’humain dont le cœur s’ouvre élargit sa conscience et comprend qu’il est la source, qu’il n’en a jamais été coupé. Il n’y a aucune prétention dans tout cela, c’est le résultat de la somme de nombreuses incarnations où nous avons goûté l’ombre en profondeur afin d’être capable de voir notre propre lumière et de choisir l’amour inconditionnel pour guide. C’est aussi ce que disent les écritures saintes même si les puissants de ce monde en ont perverti le sens, en les lisant avec un cœur d’enfant, on trouve la nature de qui nous sommes, nos origines et notre essence.Mais la lecture de soi reste la plus judicieuse.

samedi 11 mai 2013

La fraternité, la sororité, chemin d'ascension



"Just channelling, facebook"


Ce matin, bien que je me sois levée tôt, je ne me sens pas très inspirée à écrire. Je libère beaucoup d’émotions douloureuses relatives aux relations que j’ai avec mes frères et sœurs humains. Un sentiment d’être en décalage avec mon temps. Je pensais que celui-ci était le résultat de mes traumas de l’enfance mais plus ça va et plus je me dis que d’être sincère et intègre, n’est pas toujours bien compris.
Je ne me positionne pas en victime, je ne fais que constater un fait bien réel. L’humain aime à être flatté et considère souvent l’autre comme un objet qui lui permettra de "gagner" quelque chose. De l’estime de soi, de la grandeur, du bien-être, nés de la comparaison. C’est un vol énergétique permanent maquillé par des formules de politesse. « Parlez moi de moi, y’a qu’ça qui m’intéresse », chantait je ne sais plus qui.
Dans un dialogue, il n’est pas question d’échange ni d’écoute mais chacun cherche à entendre ce qui lui fera du bien et prépare les phrases qui vont le valoriser plutôt que d’écouter simplement ce que dit l’autre. Vouloir avoir raison est ce qui motive chacun dans les conversations.
La sincérité, la simplicité et l’honnêteté sont rarement au rendez-vous.
C’est dans les situations de crise collective, les catastrophes écologiques, les périodes d’après guerre, les accidents nucléaire, les licenciements de masse, que l’humain retrouve sa véritable nature et laisse parler son cœur. Il en est de même au niveau individuel. C'est quand un humain se retrouve à la rue, qu'il trouve le trésor caché en son coeur.
Comme s’il fallait attendre d’être malheureux, dépouillé de tout pour être dans l’empathie, l’échange vrai, l'honnêteté vis à vis de soi et de l'autre.