jeudi 23 mai 2013

Journée équilibrée, enfin ! "L'alchimiste" de Paulo Coelho, livre audio




Réveillée relativement tôt, j’ai commencé par me connecter à la terre en appelant ses énergies à me soutenir dans ma volonté d’ancrage. J’ai appelé ma force à se manifester afin d’être dans la voie du  juste milieu en toute choses. Demandé fermement aux énergies complémentaires qui circulent en moi, de s’unir pour créer une dynamique d’élan joyeux et puissant dans la capacité de m’aimer sans conditions et d’accepter tout ce que je suis, ainsi que tout ce qui est. La lutte intérieure qui se crée par le fait de vouloir, n’amène que le désordre et l’intention d’unité reste à mes yeux le juste équilibre entre désir et acceptation. N’étant sûr de rien à part de ce qui se vit en moi, n’en faisant pas une vérité immuable mais celle de l’instant présent qui est en perpétuel mouvement, j’appelle mon cœur, mon moi christique à maintenir ma personnalité humaine dans ce lieu sécurisé du point zéro. 
Entre force et douceur, ombre et lumière, dans la neutralité face à mon environnement, revenant en mon centre quand le mouvement se déchaîne. Je veux connaître les secrets de mon cœur, de mon âme, réunir tout ce que je suis à chaque instant, retrouver la mémoire de mon être essentiel, libérant les faux mois sans aucune nostalgie, laissant à la lumière purificatrice, le travail de nettoyage intérieur. Libérant ce qui est obsolète ce qui reste coincé dans la dualité, ne doutant plus d’être et d’affirmer ce que je suis. Accueillant les énergies unificatrices et les laissant œuvrer à la reconstruction de l’unité perdue, Je suis UN, je suis ce que je suis. 

J’appelle ce Je Suis à descendre en ma chair, à guider tous les corps dans l’amour de la source, à les régénérer par sa puissance aimante, à décréter la paix, la cohérence. Accordant tout mon être à la fréquence de l’amour divin. L’énergie de la peur épousant l’énergie du désir, ce mariage des forces complémentaires crée le mouvement puissant de l’amour sans conditions. Que mon cœur ne se trouble pas et que la confiance en tout ce que je suis, m’accompagne en tout temps sur le chemin, selon la loi du moindre effort. J’accueille la grâce qui se déverse en tout cœur désireux d’unir tout ce qui le constitue, sans jugement, dans la confiance de la puissance d’amour inconditionnelle du Je suis.
Je coupe tout lien karmique, toute corde m’enfermant dans cette roue, tout lien éthérique me reliant à ma famille, de génération en génération.

Voici l’illustration de ce que peux créer la peur. Celle d’aller en Espagne. Ce n’est qu’à 25km mais ce « voyage » réveille des mémoires ancestrales, karmiques et familiales. Plutôt que d’être victime de mon appréhension, je l’utilise comme une force motrice. Il ne s’agit pas de la refouler ou de l’ignorer, de feindre la confiance en soi mais d’appeler l’unité avec force et conviction. C’est selon ce que je crois la force tranquille par la connaissance de mes origines, des énergies de la dualité qui par le désir d’unité, la reconnaissance de ces deux forces en moi, se rejoignent en un point de neutralité. Vues et reconnues toutes les deux, acceptant qu’elles soient en moi, l’une comme l’autre, je me situe là où rien ne peut m’affecter, dans le sanctuaire de mon cœur.

Je viens de visualiser les racines de mes pieds s’ancrant jusqu’au cœur de la terre mère, mes chakras alignés sur l’intention d’unité, mon chakra couronne ouvert afin d’accueillir les énergies cosmiques et de les mêler dans une danse amoureuse avec l’énergie de la terre. Faisant descendre l’énergie christique jusqu’au bout de mes ongles, inondant mes corps de sa puissance unificatrice et jaillissant du cœur de mon être, vers le ciel et vers la terre en un mouvement perpétuel, créant un torve (je ne suis pas sûre que ce mot soit employé au masculin) de lumière. J'ai agrémenté la douche de lumière blanche de purification et de joie, violette de transmutation et dorée de l'énergie christique.

Cher corps mental, toi dont la puissance imaginative est si prompte à inventer des scénarios issus de la peur, je sollicite ta créativité afin de produire un film dont les acteurs expriment le désir d’unir tout ce qui est, dans la joie, où l’énergie d’amour inconditionnel guide chacun vers l’acceptation des différences et la reconnaissance de la richesse que crée la diversité.
Bon, neuf heures, j’y vais.



Au démarrage, je me suis trouvée derrière un camion pendant plus de 10km ! J’ai râlé, j’ai même crié ma colère. Mais une fois celle-ci expulsée, j’ai appelé à nouveau l’unité. Je me suis épatée de ne pas sentir de peur mais juste cette colère de voir que malgré mon désir d’unité, il y avait des blocages. Puis, j’ai fini par me dire. Eh ! C’est « normal » qu’il y ait de la circulation, rien ici ne montre que quelque chose cloche à l’intérieur de toi ! C’est dingue comme le fait de savoir que l’on créé par l’intention, on voudrait que tout se passe selon son désir, comme si on était seul sur terre ! Comme si le fait de savoir allait donner des privilèges, une vie sans obstacles ! Mais s’il n’y avait pas ces obstacles, comment pourrions nous apprendre à lâcher prise. 
Le but n’est pas que le monde se conforme à ma propre vision mais que je puisse l’accepter tel qu’il est sans que ça affecte mon estime personnelle ! Je ne sais plus où j’ai lu que l’humanité était dans une crise d’adolescence mais c’est loin d’être faux en tout cas pour moi! Une crise d’identité !
J’ai fait plus de trois cent photos en revenant d’Espagne. Des fleurs de tous les styles, les cerisiers que j’avais photographiés quand ils étaient en fleur sont maintenant remplis de fruits. C’est assez rassurant de voir que la nature continue son cycle naturel malgré le temps capricieux et le chaos que ça amène. 
On est obligé de changer ses habitudes, d’apprendre la confiance en soi, en sa vraie nature, d’aller puiser en soi la chaleur, de se donner du réconfort, de regarder à l’intérieur. Le printemps habituellement amène tout le monde à aller s’exhiber, à jouer la séduction, la compétition. Une bonne grosse pluie inattendue aplati les brushings et oblige à l’humilité, à en rire, à cesser de se la jouer.

J’ai fait un petit break avec l’ordi histoire d’être dans la réalité. Celle de la vie quotidienne qui peut être une création de chaque instant, une occasion de s’adapter à ses envies. Le fait d’avoir le jardin m’oblige à suivre le temps et à caler mes activités sur ses humeurs. C’est une occasion de casser la routine qui me plait bien. J’ai passé l’après midi au jardin à bêcher, à faire les sillons pour les haricots secs dont j’ai déjà semé un paquet. J’ai pris du retard avec la pluie et le blog. Exprimer sa foi est une façon de l’amplifier et en témoigner peut aider ceux qui lisent à trouver des similitudes dans le parcours mais l’application des connaissances est ce qui peut réellement permettre de changer de vie.

Hier, j’ai osé demander au boucher s’il voulait échanger des fraises contre de la confiture d’abricots. C’est sa mère qui la fait et il en vend. Je n’ai pas osé les troquer contre de la viande. J’ai vendu aussi plus de quatre kilos à deux voisines. Je ne connaissais pas le prix et elles m’ont donné une somme honnête. J’étais incapable de valoriser ce que je fais et ça commence à changer, enfin ! J’ai pensé aussi à vendre mes photos sur Internet mais le problème est toujours le même, le mode de paiement. Le système est vraiment mal foutu, on nous pousse à la fraude. Je ne peux pas dire que je suis photographe ni espérer pouvoir vivre de la vente de photos. On est toujours coincé entre se débrouiller ou tricher carrément pour gagner dignement sa vie. Quand j’avais décidé de vendre mes sacs en cuir sur le marché, je payais l’URSSAF et la place au mètre carré. Il aurait fallu que je fabrique des objets en série pour pouvoir en vivre. J’ai laissé tomber au bout de six mois préférant retourner jouer de l’accordéon dans la rue. Ils m’ont remboursé les cotisations versées, au bout de deux ans !...
Hier soir, j’ai écouté la lecture de l’alchimiste de Paulo Coelho. C’est Beni Nsemi du site Koyeba qui l’a mis sur You Tube et je dois dire que j’ai vraiment apprécié de retrouver le personnage du berger et sa sagesse simple et naturelle, acquise par l’observation, l’écoute et l’attention. C’est en quatre parties et je vais écouter les deux dernières, tout à l’heure. C’est reposant et les images que l’on se créé sont un régal pour le mental.
Comme la lettre de diffusion ne publie pas les liens des vidéos, cliquez sur le lien pour lire ce message directement sur le blog:


 
L’alchimiste
Paulo Coelho
Partie I (1h19)


Partie II (1h19)


Partie III (1h12)

Partie IV (1h19)


Photos prises aujourd'hui. Si vous les utilisez, merci d'en mentionner la source 
Extrait de mon "Journal de bord d'un humain divin comme tout le monde":
http://lydiouze.blogspot.fr 

2 commentaires:

  1. Merci Lydia.
    J'Aime Vous lire...c'est tellement clair, cela glisse tout seul comme la rivière suit naturellement le cours de son lit.

    De Tout COEUR,
    MA

    RépondreSupprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.