lundi 31 mars 2014

"L’Énergie Féminine" Yosuel via Martine


Linda Brunker



Ce que Vous appelez « Énergie Féminine » et « Énergie Masculine » ne sont autres que vos attributs Vous permettant d’être bien en relation avec vos 2 polarités.
Lorsque l’une de ces polarités est en déséquilibre, Vous basculez dans le pouvoir en fonction de ce que Vous voulez dominer sur l’Autre. 
Maintenant, il y a aussi les aspects liés à ces 2 polarités pour Vous amener à ressentir ce que Vous ne voulez pas admettre de votre propre Conscience en voulant transgresser toutes les données requises pour faire l’expérience de la 3D sans déséquilibre.

Il y a une chose que Vous n’avez pas compris, et surtout admis, c’est que ces 2 polarités sont l’équivalent de vos 2 pôles médians Vous permettant de vivre ici sur cette Terre pour en comprendre l’exacte finalité de ce que Vous Vous êtes donnés le droit pour vivre toutes les expériences de tous les aspects directement liés à l’Humain dans sa recherche à vouloir être ce qu’Il est dans la conformité de ce monde tel qu’il a été requis pour que Vous puissiez être à la fois dans « la force » et dans « la créativité ».

"Transformer les oui à tout, en non constructifs" rédigé par Anne-Laure Gannac






Non : un mot difficile à prononcer pour beaucoup d’entre nous. Pourtant, à toujours tout accepter, le risque est grand de se laisser envahir par les autres. Au point d’en oublier ses propres désirs. 
Comment briser le cercle du « oui à tout » ? Le point en six questions.
Sollicité par un patron, un ami, un conjoint, qui n’a jamais dit oui ou peut-être, quand il pensait non ? Radicale, irréversible, signifiant l’opposition et le rejet, la syllabe est passée sous silence. Décryptage d’une censure qui, au-delà du souci de politesse, révèle un manque réel d’affirmation de soi.

Pourquoi faut-il savoir dire non ?
Parce que cela permet de trouver sa place parmi les autres et de faire en sorte qu’elle soit respectée. Nous avons tous en tête une idée de ce qui est acceptable pour nous, de ce qui ne l’est pas, mais il nous appartient de bien signifier ces frontières aux autres. Sinon, le risque est de se laisser envahir par le désir des autres, de se laisser détourner de ses propres objectifs au point de ne plus savoir qui l’on est ni ce que l’on veut.

Selon mon entendement, « être dans la lumière » signifie être transparent, se voir en totalité avec neutralité.






Ce matin, je me lève sereine mais le week-end au contact de ma famille a été révélateur. Comme c’était mon anniversaire, ils m’ont contactés chacun leur tour. C’est la première fois que mon père pense à m’appeler ce jour particulier ! J’ai été surprise mais pas spécialement touchée. J’ai l’impression que je me détache de plus en plus de mes proches, à mesure que je libère les masques. C’est comme si le fait de ne plus m’identifier à certains personnages intérieurs et de ne plus les rejeter, m’amenait en toute logique à lâcher les attachements affectifs. Comme si je devenais plus lucide par rapport à ce qu’ils sont en tant qu’individus. C’est étrange comme sensation comme une forme de désensibilisation qui pourrait ressembler à un manque d’amour ou à de la froideur mais qui est plutôt un sentiment dépourvu d’émotions. Comme si les liens karmiques, les attaches qui se créent par les jeux de rôles et les souffrances, se déliaient peu à peu. Je suis passée de la phase qui consiste à voir les jeux de rôle dans les relations, les personnages que j'ai incarné en tant que "fille de" et "sœur de", à celle où je tentais de m'en extraire, par la volonté et maintenant, par l'acceptation de ce qui se manifeste en moi, les masques tombent d'eux-mêmes.

dimanche 30 mars 2014

Changement d'heure...


Friedrich Hechelmann



C’est un peu dans la brume intérieure et extérieure que j’écris ce matin. Il a plu vers 6 heures et ça m’a bercé pendant ma deuxième phase de sommeil de5h30 à 8h. A mon premier réveil, vers trois heures, j’étais assez énergique mais je n’ai pas eu envie d’écrire. Comme j’essaie d’agir uniquement par désir en suivant l’élan, un mélange d’action qui est mue par l’âme mais aussi par la personnalité humaine, par ce qui me caractérise en tant qu’individu tant humain que divin, je retrouve la fraicheur et la joie de vivre. Lâcher les devoirs, les obligations, les motivations nées de la peur, amène à vivre libre. A y regarder de plus près, la notion de devoir nait très souvent de la peur, de l’ignorance de ce que nous sommes en vrai et répond à un code moral institué par ceux qui veulent dominer. Que ce soit en dehors de soi-même ou au dehors. Je préfère me référer aux lois universelles, à la nature et surtout à ce que la vie me montre, au travers des expériences, pour faire des choix. Mais comme pour le moment, mon objectif est la guérison complète et définitive, il est nécessaire de passer par une phase de remise à zéro des compteurs, un reset, une mise à jour des programmes, croyances et comportements. Agir par contrainte amène obligatoirement un conflit intérieur, un des aspects de la personnalité se trouve frustré et c’est souvent l’enfant en nous qui fait les frais de nos comportements violents, basés sur la peur.

samedi 29 mars 2014

Renouveau, nouvelle lune, créativité…vidéo astrologie par Sofia






Levée à 3h du matin, une fois de plus, j’ai passé deux heures à effectuer des mises à jour sur mon ancien ordi ! C’est très symbolique, je ne l’avais pas ouvert depuis deux mois et l’élan de le faire aujourd’hui, jour spécial, marque mon désir de renouveau. Nous avons accompli un grand bond en avant ces derniers temps ! Les sentiments qui nous maintenaient éloignés de l’amour vrai de soi et en soi, tels que la jalousie, l’envie, la tendance à se comparer, se dissolvent dans la compréhension et l’intégration des énergies de la source. 
Chacun réalise ce passage selon son tempérament mais le résultat est là. Il y a réellement une grande progression dans les « mentalités », dans la compréhension de l’amour divin, l’obsolescence de la dualité qui n’apparait plus comme conflictuelle mais plutôt comme une occasion de retrouver son intégrité, une forme de plénitude. Ce qui amène inévitablement à retrouver son pouvoir de création et se traduit par de nouvelles idées, une envie de changement qui n’est plus polluée par la peur de l’inconnu, de l’échec mais au contraire, portée par un enthousiasme certainement exacerbé par les énergies de la nouvelle lune, cette fin de semaine. Je suis tombée sur des vidéos, diffusées par Lune Soleil, d’une femme qui semble connaitre son sujet sur le bout des doigts ; l’astrologie. Je n’ai jamais été très attirée par cette science mais là, ses prévisions de la semaine sont vérifiées et amplifient cette sensation intérieure de renouveau. Tout ce qu’elle dit, émotions exacerbées, puis calmées, et enfin l’élan du renouveau, je l’ai vérifié concrètement et c’est pour cette raison que je publie deux de ses vidéos.

vendredi 28 mars 2014

"A ma prêtresse d’Isis" Eleanah via Aurélie Pech






28 mars 2014 


Ta féminité est d’abord pour toi. Tu ne la dois pas aux autres.
Ce n’est pas parce que tu aides les autres grâce à l’énergie de ton féminin sacré que tu leur dois quelque chose.

Ta présence féminine et aimante est un don du ciel qui ne doit pas être gaspillé.
Ce don a un usage multiple. Il peut réconcilier les âmes avec leur corps, il peut ressusciter les mourants et il peut changer le monde d’une certaine manière, surtout à la période actuelle.

"Simple Vérité" Dialogues avec le Cœur, par Christelle Schoettel






  "... Je ne savais pas qu’il était possible d’avoir un accès direct à une guidance intérieure. J’ai longtemps cru qu’il fallait suivre l’enseignement d’un Maître, pour un jour peut-être, recevoir la grâce et “s’éveiller”. 
C’est donc ce que j’ai vécu, puisque telle était ma croyance. 
Un jour, quelque chose s’est produit, une sorte de déclic, comme si tout à coup, la réalité basculait. À la place, une paix immense. L’envers du décor, de ce que je croyais être ma réalité de mère de famille. Swamiji a posé sa main sur ma tête et m’a dit : “This is your liberation stage.” J’étais complètement sonnée… la vie a repris son cours… Ce n’est que plusieurs années après, en retrouvant ce que j’avais écrit que j’ai commencé à comprendre !“Stage” signifie “phase” , “étape”, et non pas “état”. Un processus est en cours, qui nécessite une intégration pour être complet, effectif.

En 97, autre basculement : séparation. Et c’est là qu’un jour, me vient cette idée saugrenue de poser mes questions directement à ce qui en moi sait, au vivant, à mon cœur. Je suis la première surprise d’entendre clairement une réponse ! 

"La vie en technicolor"...lien d'accès à la vidéo "résumé des 4" de Jean Jacques Crèvecoeur


deviantart.com



Je me suis réveillée à 4 heures,  avec l’impression de m’être battue dans la nuit ! L’édredon était par terre et le froid m’a sortie du lit, complètement glacée ! Le printemps est long à prendre sa place et je continue de chauffer alors que l’année dernière, j’avais éteint le poêle dès le début mars ! Je ne sais pas vous mais j’ai l’impression que l’effet des chemtrails se fait de plus en plus sentir ! Les légumes ont parfois une drôle de texture malgré que je n’utilise aucun produit chimique, l’eau du robinet est aussi suspecte, les éponges noircissent en une semaine et les dépôts de l’eau ne sont plus blancs (calcaire) mais gris/noir !  De l’eau qui salit, ça semble fou !
Bon je ne vais pas amplifier le malaise ! De toute façon, je bénis tout ce que je mange et purifie l’eau avec le rayon violet, blanc ou doré selon ce qui me vient en tête. Régulièrement, chaque fois que je commence à me laisser gagner par la peur ou le défaitisme, je créé un dôme de lumière dorée en accueillant l’émotion en parallèle. Je me demande si je vais tenir le sevrage ! La journée d’hier à été difficile et j’ai demandé à Laurent, qui fait les soins énergétiques, tout à l’heure, par mail, d’ajouter un baume énergétique aux soins.

jeudi 27 mars 2014

"Mettre les mains dans la terre rend plus heureux et intelligent…" par Hortiman





Merci France d’avoir partagé cet article sur face de bouc (ruse pour éviter les mots clefs repérables)! Je comprends mieux pourquoi je suis facilement grognon depuis hier après midi, mis à part les énergies sans dessus-dessous, le sevrage, les soins énergétiques, les mouvements planétaires…ça fait plus de six jours que je n’ai pas pu aller au jardin ! 
Entre la pluie, le vent et le printemps qui peine à s’installer, je n’ai encore rien semé, à part l’ail.
Se tourner vers le ciel oui, mais bien ancré sur terre, pour constater tous les cadeaux de notre précieuse Mère ! 

Encore une belle synchronicité qui balaie mes reproches de tout à l’heure et une raison supplémentaire de suivre mon intuition… L'aspect thérapeutique, la guérison du manque affectif maternel par le contact à la Terre Mère est maintenant avéré scientifiquement! 

J’ai encore râlé devant les besoins du corps physiques et le manque de soutien pour les assumer ! Et oui, je sais aussi être de mauvaise foi mais comme je n’en fais plus un drame, je tombe sur des textes de ce genre qui me font prendre conscience avec humour, de mon erreur ! Je suis remplie de gratitude d’un seul coup ! 

C’est encore le yoyo en dedans, au niveau énergétique mais les fluctuations sont moins violentes et je me dis que ça va bien finir par se stabiliser ! J’ai dormi une bonne partie de l’après midi et j’ai encore fait un rêve bien délirant ! Ce qui me rassure c’est de me dire « j’intègre, mon corps s’ajuste, c’est normal ! »

"Soins énergétiques" de Laurent





Ce matin, des douleurs aux reins me perturbent physiquement bien que psychologiquement, je sois assez sereine! Ce qui amplifie la douleur, en général, c’est le fait de chercher et de ne pas pouvoir en comprendre le sens, on ajoute donc une charge de souffrance supplémentaire par des questions non résolues. Lorsqu’on comprend que tout est l’expression de l’équilibre énergétique, que la douleur, les symptômes physique, les maladies, traduisent une disharmonie intérieure, on peut déjà se détendre même si on ne sait pas ce qui se passe. Le seul fait de cesser les questions, calme le mental et la foi en la bienveillance du divin permet de lâcher prise plus facilement. 
Concernant les douleurs spécifiquement féminines, on pourrait les attribuer à une difficulté à accepter cet aspect de soi, à des traumatismes vécus dans cette zone, résultant d’abus et de violences exercés par des hommes. Sans aller dans le détail, il semble que ce soit l’expression d’un déséquilibre des polarités. Le savoir peut entrainer un sentiment de culpabilité surtout quand on cherche à être dans le juste milieu. C’est une première réaction qui nécessite d’être regardée avec compassion afin d’en minimiser l’impact et de revenir au cœur, à l’amour de soi. Entourer d’amour et de lumière, les zones affectées, permet déjà de guérir la vision, d’avoir un point de vue neutre qui se traduira par un retour à l’équilibre énergétique. Utiliser ce genre de situation pour se centrer, intégrer l’amour en soi, rétablit l’harmonie intérieure, aligne les corps sur la même fréquence et la douleur s’efface naturellement.

"J'ai choisi la rencontre avec le Vivant qui m’apprend à être…dans la joie" !



Suivi d'extraits d'un channeling au sujet des extra-terrestres
David Chambon


Comme je ne critique plus trop ce que je fais, je deviens spectatrice émerveillée du quotidien, des situations, du vivant, des êtres qui m’entourent quelle que soit leur forme, des rencontres dans le virtuel par le biais des lectures, dans le réel et avec l’invisible. Tout me reflète mon monde intérieur et les synchronicités se succèdent rendant la vie extraordinaire. Je ne parle pas de quelque chose de spectaculaire mais plutôt de la vie qui prend tout son sens lorsqu’on s’extraie du cadre de références du mental. Les actes les plus banals revêtent un caractère sacré et la simplicité de la vie en révèle la majesté. Ma boulimie de lecture est devenue une amplification énergétique, de ma foi, de l’amour en soi et de la compréhension de l‘unité, de l’harmonie et de l’équilibre des polarités.

Bien que ça soit parfois étourdissant, tout ceci me motive encore plus à laisser tomber les masques, à libérer les gestes motivés par la peur, le manque et le besoin. Je me sens enfin de plus en plus souvent entière, sur la fréquence qui me correspond, qui est celle que ma personnalité, mon âme ont toujours cherchée ; l’Amour avec un grand « A ». Qui n’a rien à voir avec l’amour romantique, possessif, limitant et angoissant, mais celui qui anime toute vie, tout être, toute chose finalement.

mercredi 26 mars 2014

"Que faut-il faire ?" Une chronique de Daniel Meurois






La nécessité de maintenir l’équilibre et l’harmonie  intérieurs, se fait de plus en plus sentir et comme je ne doute plus du tout de l’efficacité du recentrage, du fait de revenir en son cœur, d’appeler tous mes corps, mes incarnations passées, mes aspects divers et variés exprimant toutes sortes de dimensions, à la réunification, je me prête au jeu , avec d’autant plus d’enthousiasme. Ce qui me révèle ce manque d’harmonie intérieure, ce sont les bugs informatiques, mes réactions face au masculin dans ces aspects « négatifs » ou plutôt je devrais dire, dans l’extrême, le manque de finesse…
Certainement que mon vécu me permet de voir avec facilité lorsque quelqu’un est dans l’excès ou que je le suis moi-même. Quand je n’arrive pas à lire certains messages, la plupart du temps, c’est parce qu’ils expriment le déséquilibre masculin-féminin, ombre-lumière. Je réagis de la même façon aux messages qui parlent d’amour, celui que je qualifie de « mou », ou encore qui prônent la lumière, le « positif », dans un extrême tout aussi dangereux que ceux qui nourrissent l’ombre. Tout ce qui affirme trop d’assurance, joue sur les peurs, l’ignorance, accuse l’ombre alors que nous avons choisi volontairement d’expérimenter la dualité, dénigre l’aspect féminin en privilégiant le mental, même celui qualifié de supérieur, tout ce qui classifie, juge, ordonne, selon des critères de sélection totalement arbitraires, ne passe plus du tout. 

"Mettre sa part d'ombre en lumière" article vu sur inrees.com




Des côtés sombres, nous en avons tous. Par quelle alchimie peut-on parvenir à les mettre en lumière et les métaboliser en une énergie constructive, plutôt que destructrice ?

Accueillir

Egoïsme, jalousie, timidité, agressivité, trop ceci, pas assez cela… Ce qui mijote en nous n’est pas toujours de notre goût. Parfois au contraire, nos forces sombres semblent nous satisfaire, nous aimons nous y complaire. Faut-il les réprimer, de peur de ne plus être aimé, ou bien leur céder, en les laissant nous définir ? Pour la thérapeute psychocorporelle Caroline Jeannet, la clé est d’abord
« d’accueillir ce qui est là », sans jugement, mais sans se laisser emporter.
Vous êtes en colère ?
« Ah ! Je suis en colère. » 
Vous détestez telle personne ? « O.K., j’éprouve de la haine. » 
Une remarque vous blesse ? Notez la tension qui se crée dans votre corps. 
Est-elle nécessaire, maintenant ? Que pouvez-vous faire pour y remédier ? 
Respirer, vous masser le ventre ou les mains, relativiser... 
Traquez vos réactions avec curiosité, arrêtez de les estampiller « négatives », comprenez qu’elles sont simplement le fruit de circonstances, qu’il n’y a pas la vilaine ombre d’un côté et la belle lumière de l’autre : chacune a le pouvoir de faire de vous un être complet.  
« Si nous nions notre peur, nous minimisons notre courage. Si nous nions notre cupidité, nous réduisons d’autant notre générosité », note Debbie Ford. 

"Les Êtres de Lumière nous parlent du sommeil" via Monique Mathieu


Jerry Kirk


 
- Vous avez différentes phases de sommeil.
Vous pouvez avoir des phases de sommeil très courtes pendant lesquelles il se passe des choses très importantes, pendant lesquelles vous êtes enseignés. Dans une même nuit, vous pouvez donc faire énormément de travail tout en ayant l'impression que vous n'avez pas dormi. Si vous n'êtes pas fatigués le matin au réveil après ce genre de nuit sans sommeil, c'est le signe que vous avez été enseignés et que pendant vos courts laps de temps de perte de conscience vous avez vécu des choses extraordinaires.

Le temps sur la terre et le lieu où vous allez durant votre sommeil, n'ont pas la même réalité. Une heure sur la terre peut équivaloir à plusieurs années d'expériences sur d'autres plans de vie hors de la matière avec votre corps astral ou votre corps spirituel.

Vous pourrez avoir des périodes où vous aurez besoin de beaucoup de sommeil. A ce moment-là ce sera votre corps de matière qui le réclame. Il faut que votre corps de matière soit dans l'endormissement le plus profond pour faire un travail différent.

"Vivre selon la loi de l'UN"



Shahar Keren



Pour la troisième fois, j’ai passé une courte nuit mais j’ai lu un message des êtres de lumière, reçu par Monique Mathieu, hier, qui m’a confortée dans mes impressions, donc tout est bien. Je n’ai même pas parlé de mon rendez vous avec l’assistante sociale ! C’est plutôt significatif et très bon signe ! Je n’ai pas eu de stress trois jours avant comme l’année dernière, ni trop de colère comme il y a quelques mots, j’étais plutôt neutre. J’ai bien fait une petite crise de rébellion hier matin mais ça n’a pas duré. Je lui ai fait part de mon intention de me soigner avant d’envisager quoi que ce soit et le rendez-vous a pris un ton confidentiel. J’ai vraiment de la « chance » d’être tombée sur quelqu’un d’humain, compréhensive, très lucide qui en plus n’est pas du tout fermée à la foi et qui a même tenté la méditation za-zen. Je lui ai parlé de respiration consciente sans oublier de lui dire un détail très important, c’est le fait d’expirer par la bouche, afin de bien détendre le corps. Elle m’a parlé de sa vie avec une sincérité qui m’a beaucoup touchée. Rien de plaintif mais ça nous a sorties de la relation d’assistanat.

mardi 25 mars 2014

"Laisser renaître l’enfant intérieur" par Lise Bourbeau





De plus en plus d'individus ont oublié leur enfant intérieur.
Dès notre naissance, les adultes dans notre vie nous forcent à être "normal" comme eux. Avec le temps, nous adoptons une personnalité pour répondre aux demandes des adultes. Devenus adultes, nous oublions donc (ou presque) notre individualité première, notre "Je suis". En observant le comportement des adultes vis-à-vis les enfants qui insistent à être eux-mêmes, il est facile de constater comment l'enfant intérieur de ces adultes a lui aussi été profondément refoulé. Ce refoulement de l'enfant intérieur écrase la spontanéité, la joie de vivre, la créativité, l'authenticité, la capacité de s'exprimer, la confiance en l'Univers, la capacité d'être naturel ainsi que le respect de soi.

En effet, dès le très jeune âge, les adultes font la morale en ce qui a trait au bien, au mal, au correct, au pas correct, au supposé, au pas supposé, au normal, au pas normal, etc...

L'enfant pur qui n'est pas encore affecté ou influencé par le monde des adultes, ne s'inquiète pas devant ces critères arbitraires, élaborés par le mental. Il "est" ce qu'il est. 
Il n'analyse pas ce qu'il est pour faire, dire ou ressentir quoi que ce soit; il est spontané, il ne se juge pas ou ne se critique pas même s'il se trompe; il admet son erreur sans se juger.

"Créer des ponts entre les mondes".






« Pendant l’été 71* après une boucherie sans nom, un vieux militant communard, écrivit cette chanson. Ça nous semble aujourd’hui bien ringard de chanter encore ces idées. C’est dans le sang qu’ils traçaient leurs mots et de leur mort naissait l’espoir…c’est la lutte finale, Groupons nous et demain, l’internationale sera le genre humain, c’est la lutte finale groupons nous et demain, l’internationale sera le genre humain… »
Effectivement, ça nous semble encore aujourd’hui bien ringard mais cette chanson dont l’introduction est de François Béranger n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd pour certains qui l’ont récupéré et on fait de ces « concepts », leur force et leur objectif.  Tandis que les gens de pouvoir ont assis leur dominance, en se serrant les coudes, en se nourrissant mutuellement, le chacun pour soi est devenu la loi du monde dit moderne et si c’est une bonne chose d’avoir perdu l’esprit de clan, d'avoir fait sauter les frontières et cassé les murs, « l’humanité Une » reste encore une belle utopie, même dans les rangs de ceux qui parlent de la loi de l’Un. 

C’est la nouvelle mode dans les milieux spirituels, le nouvel étendard qui reste une idée très lointaine, qui s’applique à la reconnaissance de sa filialité avec les êtres d’intelligence supérieure, les maitres et les extra-terrestres qui surpassent l’humain par leur technologie, leur capacité psychiques...Pourquoi sont-ils si intéressés par l’humain ? Parce que nous sommes des êtres qui possédons un cœur, un corps émotionnel, un corps physique, une âme remplie d’expériences uniques, parce que nous portons en nous plusieurs dimensions et que nous avons la possibilité de les fusionner.

Je ne blâme personne puisque je suis la première à focaliser sur mon nombril, à chercher le centre et du coup, à ne plus trop me tourner vers le monde. Chacun tente de s’affirmer, de faire sa place et l’esprit de compétition règne encore en maître. Trouver le juste milieu entre spiritualité et matérialité, reste encore à définir et surtout à vivre.

lundi 24 mars 2014

« Tout en vous est digne d’être aimé » par Hilaïhi


Cathy Mc Clelland



Je viens vers vous depuis la dimension centrale, pour vous expliquer que rien en vous n’est inférieur à moi, que tout en vous est digne d’être aimé. Bien entendu, vous vous jugez parfois comme non méritant, à cause d’hier, d’une erreur que vous avez commise et de la culpabilité qu’elle entraîne. 
Sachez que, même cela, ce que vous vous reprochez, je l’aime, car cet aspect fait partie intégrant de Qui vous êtes. 
C’est aussi une énergie qui à l’origine vient du Père-Mère que, par l’incarnation, par votre chemin de vie, par vos expériences, vous avez habillée de ce que vous croyez ombre. 
En vérité, c’est de la lumière qui attend d’être révélée par votre acceptation, par le lâcher prise de ce que vous n’êtes pas. 
Est-ce donc si difficile de lâcher tout cela? Dans le principe, c’est pourtant très simple.
Vous pouvez consciemment vous dire que vous acceptez votre passé, que dorénavant vos demandez à vivre pleinement et dans les valeurs de Qui vous êtes. C’est effectivement un premier pas, mais surtout une démarche essentielle et indispensable qui vous conduira nécessairement vers vous-mêmes.
Cependant, n’oubliez pas que vous êtes un être multidimensionnel et que pour qu’une décision soit totalement applicable dans votre existence, elle demande que tous vos plans soient dans l’acceptation de cette décision. 

15 Conseils qui vous permettront d’améliorer votre vie par Luminita D. Saviuc et un 16ème essentiel!


Epic animal



Au cours de notre existence, nous adoptons des habitudes et des comportements qui nous causent de la douleur et du stress. Nos vies ne commencent à s'améliorer que lorsque nous nous rendons compte de l'absurdité de ces attitudes, et que nous prenons des mesures pour les abandonner. Voici une liste de quinze conseils qui vous permettront d’améliorer votre vie et de vous rendre plus heureux:

1/ Abandonnez votre besoin d’avoir toujours raison
Certains d’entre nous ne peuvent supporter l’idée d’avoir tort, et parfois, ils mettent en péril des relations avec des personnes importantes pour eux. Pourtant, cela n’en vaut jamais la peine. Au moment où vous sentez que vous voulez prouver que vous avez raison, demandez-vous: « Est-il plus important que j’aie raison, ou que je sois sympa ? »

2/ Abandonnez votre besoin de contrôle
Laissez tomber votre désir de contrôler toutes les situations, les choses et les personnes autour de vous. Laissez-leur la possibilité d’être tels qu’ils sont réellement et vous vous sentirez bien mieux.

"Tout est mouvement"...vidéos chansons...






Debout depuis 3h du matin, j’ai passé 5 heures à écouter de la musique, principalement des chanteurs français de ma jeunesse, ceux qu’on désigne comme les chanteurs  à « voix » et à texte. J’ai commencé par Serge Lama, « je suis malade » puis écouté la version de Dalida. Ce ne sont pas les artistes qui me plaisent le plus d’ailleurs, à l’adolescence, je les trouvais ringards, mais il faut reconnaitre qu’ils étaient de bons interprètes. J’ai pu distinguer le genre de frissons et l’endroit où ils se situent quand j’écoute des chansons qui suscitent des émotions et quand je me connecte à la Terre Mère. Je n’avais jamais trop fait attention à cela parce qu’en général, quand je réagissais émotionnellement, j’étais vite embarquée par les vagues. Mes propres souffrances s’ajoutaient au ressenti et ça pouvait carrément influencer ma journée. C’est dans ce genre de situation que je mesure maintenant, combien le nettoyage du corps émotionnel est utile et efficace.
Quand je me connecte à la Terre Mère, je ressens quelque chose au niveau de la colonne vertébrale, tout le long de cet axe, qui a tendance à me faire tressaillir. Là, en écoutant ces chansons poignantes, mes poils se sont dressés sur les membres et rien au niveau du ventre. C’est assez significatif parce que lorsque j’étais prise émotionnellement, je sentais comme un étourdissement dans le ventre, un tourbillon qui pouvait m’amener dans les profondeurs.  J’ai même l’impression que j’étais accrochée à cette sensation, comme si elle me donnait l’impression d’être vivante. Idem quand j’ai écouté la chanson « je suis malade », j’ai pensé que j’avais nourri cet état pendant toute ma vie. Que j’étais attachée à mes douleurs, que ça donnait du relief à ma vie, une personnalité « colorée », une vie teintée de drame.

dimanche 23 mars 2014

"La vulnérabilité : Une force plutôt qu’une faiblesse" par Brené Brown



Albitar


Aujourd’hui, nous avons tendance à penser que vulnérabilité équivaut à faiblesse. Mais d’après le professeur Brené Brown, auteur du bestseller « Le pouvoir de la vulnérabilité », cette notion serait plutôt le berceau de l’amour, de l’empathie, et du courage.

L’idée que la vulnérabilité est une preuve de faiblesse est le mythe le plus répandu et le plus dangereux. Quand on passe sa vie à se protéger de la vulnérabilité et à éviter d’être perçu comme trop émotif, on ressent du mépris vis-à-vis de ceux qui sont moins capables ou moins désireux de masquer leurs sentiments, de se faire une raison et de persévérer envers et contre tout. On en est arrivé au point où, plutôt que de respecter et d’apprécier le courage et l’audace inhérents à la vulnérabilité, on laisse la peur et la gène se transformer en jugement et en critique.

"Rester Calme pendant ce Tournant Spirituel d’Équinoxe" par Selacia





Compréhension des Blocages au niveau de l'ADN qui empêchent d'Aimer

Cette année, quelque chose de différent s'est produit au cours du portail d'équinoxe qui a commencé officiellement le 20 Mars. Ce portail d'énergie qui s'est ouvert pendant le week-end – ses effets se faisant ressentir longtemps après – est une sorte de carrefour spirituel.
Ce tournant spirituel actuel – ayant un impact sur vous et sur toute l'humanité – est l'opportunité d'initier un changement significatif de direction.
Comme vous le savez, le monde a en effet besoin de changer de cap – de façon spectaculaire – afin que l'humanité puisse continuer à évoluer et à survivre pendant les générations à venir. Nous sommes actuellement à ce point de choix. 
Nous décidons personnellement, et avec les énergies en cours, quel genre de monde nous désirons avoir.
Le monde pour lequel vous êtes ici afin qu'il puisse se manifester est un monde d'amour – un endroit où les gens se sont souvenus qu'ils sont divins et que la chose la plus importante est l'amour.

"Permettre à l'ego de goûter l'amour divin"...puis, vidéo Darpan






Il est 4h et je suis debout depuis 3 heure du matin ! Je me suis levée reposée malgré la journée chargée d’hier mais comme je n’ai rein retenu émotionnellement, la fatigue n’était que physique. Je me suis laissée guider sans réfléchir et suis tombée sur une vidéo qui m’a parlé et permis de faire un exercice de tendresse vis-à-vis de mon ego protecteur, un retour éclairé et amoureux sur le passé, comme pour y apporter une énergie nouvelle, de guérison, de purification. Il est vrai que revenir sur des événements douloureux peut être perçu comme une forme de régression et même replonger dans la douleur et maintenir dans l’état de victime, enfermer dans des énergies lourdes, mais quand on sait accueillir ses émotions et qu’on a connaissance du pouvoir de l’amour, ça peut être une grande libération. Je ne l’ai pas fait dans l’idée de décortiquer les choses mentalement parce que ce « travail » est déjà fait et qu’il ne résout pas grand-chose au contraire, être conscient de ses souffrances et de leur origine peut ajouter au mal être, donner l’impression d’être coincé dans le temps. Prendre conscience de ce qui est caché en soi est important mais c'est une première étape. Chaque fois que je vois l’amour de mon ego pour ma personnalité, même si sa façon de me protéger a créé de lourds handicaps relationnels, je suis remplie d’une douce énergie par le constat que cette part de moi, contre laquelle je me bats encore parfois, a plus besoin de reconnaissance que de critiques.

samedi 22 mars 2014

"Se confronter à ses émotions" Fabrice Midal






Dans son nouveau livre « Frappe le ciel, écoute le bruit », Fabrice Midal nous explique le but de la méditation. Il ne s’agit pas de faire le vide dans sa tête ni de se détacher de tout, mais d’observer nos pensées et nos émotions afin d’entrer en rapport avec la réalité de ce qui surgit en nous.
« Après quelques mois de pratique quotidienne, j’ai eu l’envie d’aller plus loin. Je suis parti, au mois de mars 1990, dans un petit village de la Suisse italienne où était organisée une retraite d’un mois. Nous devions être une trentaine de personnes venues de toute l’Europe. Le matin, nous nous levions à 6h30, la pratique commençait à 7 heures. Nous prenions ensuite le petit déjeuner de manière méditative, en suivant un très beau rituel venu du zen où l’on mange selon des gestes précis qui nous aident à être plus attentifs. Nous avions ensuite une petite pause avant de reprendre la méditation jusqu’à l’heure du déjeuner.
Une interruption s’ensuivait, puis la pratique occupait toute l’après-midi. Entre deux méditations assises, nous effectuions une méditation en marchant, où au lieu de porter l’attention sur le souffle, nous étions attentifs au mouvement du corps et à la sensation des pieds qui se posent sur le sol.
Après le dîner, nous pratiquions encore jusqu’à ce qu’il soit l’heure d’aller nous coucher.
Tous les trois ou quatre jours, je rencontrais, pour un entretien individuel, un enseignant avec lequel j’abordais les difficultés de ma pratique.
Quand, aujourd’hui, je décris ce programme, je suis frappé par son exigence et par la façon dont j’ai alors sauté à pieds joints dans la pratique. Mais à l’époque, cela ne m’est pas du tout apparu ainsi. J’ai simplement répondu à un appel profond. Puisque la pratique de la méditation me semblait une réponse réelle, autant m’y engager pour de bon.

"Drôle de journée!"





J’ai la patate ce matin, malgré le temps gris ! Peu importe, je n’ai pas à me laisser influencer par l’extérieur. Je suis créatrice de ma vie alors je me lance dans cette œuvre avec enthousiasme ! En commençant la journée dans des énergies élevées par la connexion à la terre et au ciel, une façon de renouveler mon intention de servir la vie, l’amour, la lumière, la Terre Mère, le Ciel Père, d’être Tout ce que je suis, dans l’équilibre, l’harmonie. J’ai allumé un beau feu pour que l’humidité ne gagne pas l’appart mais la température est vraiment printanière. Musique, danse, chant, créativité à fond. J’adore accompagner les morceaux que j’écoute, c’est comme si je jouais avec eux. La magie de la technologie, une de ses magnifiques applications. Comme pour toute chose, l’important, c’est de trouver l’équilibre. Libérer la notion de bien et de mal  est essentiel, parce que tant qu’on diabolise quelque chose, on ne peut en voir l’aspect « positif ». On est comme borgne si on considère les choses comme séparées, uniformes.  Je suis de plus en plus convaincue que Tout contient les deux polarités, qu’en chaque chose, il y a un aspect positif et négatif dans le sens énergétique, en dehors de toute morale, de tout jugement.

"L'attachement et la peur du pouvoir" le Collectif Ashtar via Simon Leclerc





Reçu le 29 octobre 2009 par Simon Leclerc

Salutations à vous chers enfants de la Terre,
Recevez notre amour maintenant. Ressentez cette présence amoureuse familière autour de vous. Chères Âmes, il est intéressant qu’à cette étape de votre parcours terrestre, vous soyez conscients des guidances autour de vous qui vous accompagnent.
Cette impression de marcher seul ne vous sert plus aussi bien qu’avant. Très souvent, plus vous réalisez qu’il y a cet accompagnement, et plus un aspect de vous se juge de ne pas être à la hauteur, comme si vous aviez peur en quelque sorte d’être pris en défaut avec vos comportements parfois plus ombrageux. Un aspect de vous a l’impression que plus vous êtes accompagnés, plus vous risquez de recevoir des reproches.

Il est intéressant d’observer ceci d’un point de vue humain, mais pour nous, cela n’a aucune résonance réelle. Vous êtes des Êtres de lumière qui ont choisi d’aller vivre une expérience impliquant l’ajout de quelques voiles vous cachant la vérité sur qui vous êtes en réalité. Il est donc tout à fait naturel que vos choix, vos attirances, vos mouvements sur Terre correspondent à une réalité différente de celle des Êtres qui vivent dans un monde où la sensation d’union est continuellement au rendez-vous. Dans ce contexte, cela ne fait aucun sens de comparer les réalités et d’utiliser les différences pour ensuite vous juger. Vous faites des choix différents qui appartiennent à votre réalité et dans notre monde, d’autres choix sont faits qui appartiennent à la nôtre.

vendredi 21 mars 2014

"Mener ta voie par Amour" par Michèle ERENA




        
    Ami/e bien-aimé/e, comment mener ta voie avec Amour, par amour de l’Amour, et dans l’Amour ?… Comment te situes-tu face à l’Amour ?… Où est-il ?… Comment le ressentir ?… C’est un dilemme, qui se joue sur de nombreux tableaux, en de nombreuses facettes de ta personnalité, de ton espace intérieur, en ce qui vibre au fond de toi… 
Ce dilemme, actuel et sans appel, te démontre que tu es une force à part entière, une énergie, que celle-ci joue le jeu de la Vie, qu’elle te pousse à transcender les a priori et croyances en la négation, en la peur, en le manque…
Tu es mené/e, guidé/e, conduit/e vers ce qui devient de plus en plus transparent en toi, la vraie Vie en Dieu…
Cette « Vie en Dieu » ne soudoie pas, n’oblige pas, elle ne demande ni agenouillement, ni prière, ni incantation, ni soumission à une quelconque autorité, elle ne te prive d’aucune joie, elle est ce que l’ÊTRE ESSENTIEL est en toi, elle est la Puissance de l’Amour… 
Or, qui dit Amour dit-il Besoin ?… 
Certainement pas, car l’Amour est un état de paix, de bien-être, n’attend rien, ne quémande rien, n’a besoin de rien… Il EST, il DEMEURE la Puissance de la Vie au service du beau, du bon, à ton service, à celui de l’ensemble des énergies utilisables ici-bas et ailleurs…

"Patience, persévérance et assurance"



Karol Bak



S’éveiller à soi-même, c’est prendre conscience de ces blocages tout autant que de l’aspect divin, éternel. C’est se voir vraiment dans toutes ses peurs, ses faiblesses, en n’ayant pas de culpabilité face à ce constat, que l’amour en soi peut grandir, que le cœur peut libérer cette énergie. Les protections, les barrières créées par l’ego sont des stratégies qui se manifestent par l’agressivité, la révolte, la colère, des sentiments qui montrent notre degré de fermeture à l’amour en soi. Ce qui nous permet de nous "protéger" de l’extérieur nous empêche aussi d’accueillir l’amour que nous sommes. 
Notre cœur se ferme et ainsi on ne peut pas être blessé mais on ne peut pas non plus être touché par l’amour divin intérieur. A moins de vivre une situation qui nous oblige à lâcher totalement prise, on n’arrivera pas à s’ouvrir complètement et ainsi à pouvoir bénéficier de la guérison que créé la libre circulation de l’énergie de la source. C’est là où la patience envers soi, l’acceptation de notre état, la compréhension que cette fermeture de cœur est une protection/barrière dans les deux sens, mais que c’est la seule façon que nous ayons trouvé pour continuer d’exister sans trop souffrir, laisse passer un peu de l’énergie guérissante. Cet acte de reconnaissance et le fait de ne pas s’en vouloir, de ne pas s’accuser d’avoir des résistances, constitue en soi, un acte d’amour.

jeudi 20 mars 2014

"La peur ou l'amour" et "Accepter? oui mais" de Lise Bourbeau






Je me suis encore fait avoir par mes propres peurs, mon critique intérieur ! Petit à petit, la rancœur a gagné du terrain et ce n’est qu’en me rappelant que c’est un jour de diminution de la dose de médicaments, (je réduis de 0,01mg tous les trois à cinq jours), que j’ai pu "revenir au centre". 
J’ai l’impression plus que jamais, que cette expression veut aussi dire de cesser de croire que l’extérieur est responsable de son mal être. 
Chaque fois que je suis indignée, je perds mon équilibre en me tournant vers l’extérieur au lieu de revenir à moi. Aux raisons qui me perturbent en dedans plutôt que de m’égarer en dehors. J’ai beau le savoir, y croire, ça n’est pas encore un réflexe. Il a fallu que l’ordinateur se mette à délirer alors que je venais de lire un texte à propos de la dépendance, du fait d’accepter ce qui est, ses limites, pour que je me rende compte que le jugement intérieur qui s’est exprimé ce matin, vis-à-vis de l’extérieur, créait une disharmonie intérieure. 
J’ai encore beaucoup de mal à accepter cette dépendance et en lisant l’article de Lise Bourbeau à ce sujet, j’ai ressenti de la culpabilité que j’ai vite accueillie. 

"Revenir à la raison du coeur, à la maison"..."Faire retour" vidéo Isabelle Padovani





Ce matin, je suis émue par une vidéo que j’ai trouvée dans ma boîte. Elle aborde le thème de l’amour évidemment. J'aime sentir la tendresse qui m'envahit, commencer la journée en ouvrant mon cœur à l'amour qui est en lui. 
Une part de moi continue d’être agacée, quand je tombe sur des articles à sensation, qui parlent de divulgation, d’une arrivée massive d’extra-terrestres. Difficile de passer à côté tellement ça pullule ! On est en pleine manipulation de masse et j’avoue que mon ressenti tout comme mon intellect sont navrés par ce constat. Je ne doute pas de l’existence d’êtres dont l’origine n’est pas terrestre, par définition, Jésus Christ, les archanges, les anges, l’âme…sont extra-terrestres. Croire que nous sommes la seule manifestation de la vie "intelligente", dans l’univers est quelque chose de très égocentrique. 
Mais plusieurs chosent m’amènent à croire que ça pue l’arnaque ! Premièrement, le fait que la peur gagne de plus en plus d’humains, à cause de l’incertitude du lendemain qui amplifie à mesure qu’on découvre comment les gens de pouvoir n’ont rien des héros servant la patrie, comme la majorité se l’imaginait.

mercredi 19 mars 2014

"L’intelligence du ventre" article trouvé sur "Inrees.com"



Helen Nelson Reed


"Digérer une émotion qui nous est restée sur l’estomac", "écouter son instinct viscéral" et "faire confiance à ses tripes"… tant d’expressions populaires qui pourraient s’avérer ne pas être que des métaphores. 

Enquête au cœur de notre ventre où un deuxième cerveau serait doté de capacités véritablement surprenantes.
Tout le monde le sait, nous avons un cerveau dans la tête - bien que parfois c’est à se demander s’il est bien là. Logé à l’abri de la boîte crânienne, il est souvent considéré comme étant l’organe le plus précieux que nous ayons. Son rôle serait alors de centraliser, par le biais d’un large réseau neuronal, les informations majeures de l’organisme pour en gérer toutes les fonctions vitales. Mais ce système nerveux central est-il réellement tout-puissant ? 
 La science a récemment découvert que nous avons d’autres cerveaux dans le corps. Voilà qui est plutôt inattendu. Déjà, une nébuleuse neuronale incroyablement performante, composée de plus de 40 000 neurones, est localisée au niveau de notre cœur, comme nous le décrit l’article « Le cœur, notre maître émotionnel » (Inexploré n°21). Mais de surcroît, un autre complexe, riche au grand minimum de 100 millions de neurones, fait office au creux de nos intestins. Nous avons donc aussi un cerveau dans le ventre, et pas des moindres. C’est étonnant. A quoi sert-il ? Cela veut-il dire que nous avons d’autres sortes d’intelligences ? L’heure semble être en tout cas à la délocalisation car il ne serait même pas évident, dans certains cas, de savoir quel cerveau possède un ascendant sur quel autre.

Liens vidéos gratuites de formation de Jean Jacques Crèvecoeur







Je copie colle quelques extraits de mails de Jean Jacques Crèvecœur, qui rappelle la mise en ligne des vidéos gratuites de formation dont j’ai publié la première au début du mois.
J’ajoute quelques commentaires, en italique, qui justifient la publication de ces vidéos sur ce blog, qui se veut un outil d’autonomie avant tout, par le témoignage du parcours d'auto-guérison et le partage de techniques, outils, méthodes adaptés.

Extrait « … Juste vous rappeler que j'ai mis en ligne depuis quelques semaines
une série de vidéos de formation. C'est gratuit. Mais c'est limité dans le temps.
Si vous avez eu la curiosité d'aller voir, vous avez certainement
constaté que
ces vidéos ne sont pas des vidéos de marketing,
contrairement à ce qui se pratique de plus en plus souvent
à l'heure actuelle.
Effectivement, c’est pour cette raison que je n’ai pas encore pris le temps de regarder la suite, je fais une over dose de vidéo consacrées au développement personnel... Pourtant celles-ci sont remplies de vérités applicables dans son quotidien et expliquées de façon très simple.