dimanche 31 août 2014

« Vidéos de Michael Brown », auteur du « Processus de la présence »



Peter Kellberg



En me laissant porter par l’élan du moment, je suis tombée sur des vidéos de Michael Brown que j’aime bien. Enfin, le bonhomme, je ne le connais pas mais ce qu’il dit me parle tout à fait. Sa façon de chercher et ce qu’il a trouvé ressemble beaucoup à la mienne. Je constate qu’il vit seul et c’est vrai que le fait de vouloir suivre ses élans n’est pas très facile si on vit à deux, j’en ai fait l’expérience ! Pour cette raison, j’apprécie de retrouver mon célibat ! Pourtant, ça doit bien être possible de vivre à deux, tout en respectant son enfant intérieur, enfin ses élans. 
La limite, c’est simplement quand ça dérange l’autre. Et encore là, il ne s’agit pas de se frustrer pour faire plaisir à l’autre mais de se poser, d’accueillir les émotions et ensuite de dialoguer avec la personne pour trouver une solution qui satisfasse les deux parties. 
Il y a aussi le problème du dialogue. En général, on ne sait pas parler, du moins on ne dit pas les choses telles qu’on les pense, on réagit plus qu’on réfléchit avant de parler ! On ne peut pas réfléchir si la colère, la tristesse ou tout autre sentiment négatif vis-à-vis de soi ou de l’autre, interfère. Tant que les émotions ne sont pas apaisées, on n’aura pas un discours objectif et le dialogue ne sera pas possible. Si je parle à quelqu’un sur un ton agressif, il va se barricader dans son mur et réagira au lieu d’entendre. C’est très souvent ce qui détruit une relation. Puis on ne sait pas écouter, être là quand l'autre nous parle, on se réfère au passé, on anticipe en pensant à ce qu'on va répondre...Y'a du boulot!

"Nourrir l'amour en soi"


Amy Hutman Bates


Je continue mon voyage intérieur tout en prenant soin de ce véhicule terrestre, mon corps physique qui est en pleine mutation. Je le ressens de l’intérieur et ça se voit à l’extérieur. La patience et la tendresse pour soi, sont des ingrédients essentiels pour être bien dans son corps et dans sa tête. 
On parle beaucoup de l’importance de l’alimentation mais je crois que ce qui modèle le corps physique, c’est plutôt les émotions, les énergies que l’on porte et nourrit. Le fait de se traiter avec respect, c'est-à-dire d’agir selon ses envies, sans se juger mais en vérifiant si c’est vraiment  bon pour nous, participe au mieux être, à l’épanouissement. Si je regarde les vies que j’aie eues avant, je constate que beaucoup ont été consacrées au service aux autres. Même si cette « vocation » est noble, si l’élan qui pousse à aider vient d’une forme de peur de se voir en face, de devenir responsable de soi, ou un besoin de reconnaissance, c’est totalement voué à l’échec. Ce n’est qu’une façon de reculer pour mieux sauter. Plusieurs fois lors de conversations avec ma mère, je disais que la vie ne m’intéressait pas pour moi-même. Je ne trouvais pas le sens de celle-ci puisque je n’avais que moi à m’occuper.

samedi 30 août 2014

« Oui mais » film et « paroles de sagesse » de Caroline Gauthier


Je pense donc je suis...


Pour une fois, j’ai regardé un film, il y a quelques jours et j’ai apprécié de pouvoir me détendre malgré le sujet : le développement personnel, les prises de conscience, la libération des rôles et même la démarche peu orthodoxe mais cependant efficace du thérapeute  incarné par Gérard Jugnot. Une façon agréable et reposante pour le mental, d’intégrer de grands principes concernant les comportements humains…J’espère que vous apprécierez ce film, en fin d’article.
J’ai découvert la page Facebook d’une auteure, Caroline Gauthier, dont les textes résonnent fortement. Encore un clin d’œil de la vie ! Je publierais quelques unes de ses citations remplies d’une sagesse simple. Le style est mélodieux ce qui équilibre avec le côté « cru », vrai de certains sujets. Voici donc par Caroline Gauthier:

« Au cœur de sa chair, il y avait sa propre musique, mais aussi la force cosmique.. 
Elle savait que cette force était dans son corps, qu'elle n'est pas en dehors ! 
Elle savait que dans les profondeurs de son corps, il y avait un trésor. 
Pourtant, comme beaucoup, elle en avait perdu la clé, et il lui appartenait de la retrouver. 

"Au sujet du refus de notre Part d’Ombre" Saint Germain via Alexandra et Dan



Damien Douxchamps



Publié le 30 août 2014
Cette canalisation transmise par Alexandra et Dan fait partie d’une lecture du but de l’Âme avec Saint-Germain. Elle est reproduite ici avec la permission de leur client.

Question : « Je sais ce que je devrais faire et ne pas faire. Mais ma part d’ombre me rend peureux et coupable, comme si tout était de ma faute. Qu’est-ce que cela signifie ? »

Saint-Germain : En effet, cher ami. Vous avez raison sur le fait que cette part d’ombre n'est pas qui vous êtes. Il n'y a en vous rien de sombre qui vous poursuivrait, ou qui essaierait de vous maintenir dans la peur et la culpabilité.
En Essence, vous n'êtes même pas « lumière », comme beaucoup d'entre vous le perçoivent. Lorsque vous vous attendez à ce que la lumière à l'intérieur de vous s’oppose aux pensées et sentiments plus sombres, vous ne faites que légitimer le « sombre » — lui donner une apparence de réalité et de pouvoir, alors que ça n'est pas le cas.

Votre identité réelle — votre Divinité — est au-delà de la dualité. 
Elle est au-delà de la lumière et de l’obscurité, du noir et du blanc. 
Elle est sans attributs positifs ou négatifs, au sens où les êtres humains les perçoivent.

Souvent, alors que les humains voyagent vers le souvenir de leur Divinité, ils sont amenés à croire qu'ils doivent se dissocier de tout ce qui est sombre ou désagréable à leur sujet, au sujet du monde, ou de leurs expériences dans ce monde — pour ne vivre que dans la « lumière ».

"13 choses dont vous devez absolument vous souvenir quand tout va mal..." par démotivateur.fr


S'autoriser à être heureux!


Nous sommes tous passés par des moments difficiles, au moins une fois dans notre vie. Et nous arrivons tous, tôt ou tard, à surmonter ces difficultés. Cependant, certaines personnes arrivent mieux que d'autres à franchir les obstacles de la vie. Alors, quel est leur secret ? Rien de bien sorcier, pourtant. La réponse se trouve dans leur attitude, dans leur manière de voir les choses. Voici 13 choses à garder à l'esprit quand la vie vous joue des tours:

1. Ce qui est, est.  
"C'est notre résistance à ce qui est -- et à ce que nous ne pouvons pas changer, qui cause la souffrance" disait Bouddha. Je vous invite à y réfléchir un instant : ça signifie que nous ne souffrons que lorsque nous cherchons à résister aux choses immuables. Si vous pouvez changer quelque chose, alors agissez ! Mais si vous ne pouvez rien faire, alors il vous reste deux choix: (1) accepter la situation et vous débarrasser des sentiments négatifs ou (2), souffrir en vous enfermant dans les lamentations et dans une obsession destructrice. À vous de choisir.

2. C'est seulement un problème si vous pensez que c'est un problème.
Très souvent, nous sommes nous-mêmes notre propre pire ennemi. Le bonheur est entièrement dépendant de la perspective et de la manière d'envisager la réalité. Si vous vous dites que quelque chose est un problème, alors vos pensées seront fatalement négatives. Mais si vous vous dites que c'est une expérience dont vous pouvez tirer un enseignement, une leçon, alors soudain le problème se transforme en un élément positif et acceptable.

"Le féminin de l'être" : pour en finir avec la côte d'Adam par Annick de Souzenelle



Katerina Plotnikova




LE LIVRE / Après le temps du féminisme, mouvement social dont Annick de Souzenelle note à la fois la nécessité historique et les limites, et après le temps d'une féminité artificielle exploitée par la publicité, l'heure est venue d'explorer le sens du féminin. A partir d'une lecture du texte biblique en hébreu, l'auteur du Symbolisme du corps humain nous introduit dans cette dimension essentielle. Scrutant la Genèse, elle s'inscrit en faux contre l'image d'une Eve « sortie de la côte d'Adam », pour mettre en évidence Isha, « l'autre côté d'Adam », la réalité féminine présente en chacune de nous. Elle réinterprète ensuite d'autres grandes figures de la Bible - Marie, Marie-Madeleine, Lot ou Lazare - pour les replacer dans une perspective mystique dans laquelle l'âme de l'homme est une « fiancée » promise aux noces divines. -4ème de couverture- (date de publication : 15 octobre 2006)

Extrait d’un entretien d’Annick de Souzenelle – auteur du livre Le Féminin de l’être – avec la comédienne Juliette Binoche. Entretien paru dans Libération.

"La femme solaire" de Paule Salomon



Merci à Françoise pour ce texte qui répond à mes questions du jour...



"La femme d’aujourd’hui est en pleine émergence. Une femme qui n’a pas encore existé, une femme consciente qui hérite des blessures et des richesses du passé, une femme décidée à se libérer des vieilles chaînes de servitude extérieures et intérieures, une femme qui a la force de la révolte et le pouvoir de l’amour, une femme créative et solaire.
Pendant des millénaires les femmes se sont englouties sous les eaux de l’inconscient, elles ont perdu la parole fécondante de la tradition initiatique des Déesses-mères, elles ont accepté de croire qu’elles étaient des êtres inférieurs et coupables, que leur corps était synonyme de tentation pour l’homme, que le sexe et le plaisir entraînaient la perdition. Elles se sont soumises à l’autorité masculine, au plaisir masculin, elles se sont aliénées et ont cherché leur rédemption en se mettant au service d’un homme et de sa descendance. C’est ainsi que l’humanité s’est trouvée privée d’une partie d’elle-même : la valeur féminine de l’existence reliée à la jouissance, au réceptif en alliance avec l’actif. Depuis des millénaires la civilisation manque cruellement de dimension féminine, se dessèche et se durcit, s’enkyste dans la guerre sous l’influence du masculin. Les hommes et les femmes souffrent également de ce déséquilibre. Même aujourd’hui les femmes ne sont encore que des caricatures d’elles-mêmes et les hommes sont privés de l’accès à leur féminin intérieur positif.

"Être femme"...?...extrait du livre "Femmes-réponses essentielles" d'Apple Guéry


Christina Mac Allister



Ce matin, ça n’est pas la super forme ! Depuis hier, je pose mes mains sur le bas de mon ventre pour calmer le feu. L’arrêt de la pilule a permis la reprise du cycle menstruel et ça n’est pas sans douleur. Je ne m’y attache pas en m’inquiétant, au contraire, je considère cette purge naturelle comme quelque chose d’important à accompagner avec beaucoup de tendresse. 
Guérir les blessures du passé, surtout celles qui affectent le corps émotionnel, demande de la douceur, de la patience. Là aussi, le fait de savoir que c’est « normal », naturel et tout à fait approprié, aide à relativiser. C’est une occasion de guérir les blessures liées à l’inconscient collectif, à la femme universelle tout autant que de restaurer l’énergie féminine qui circule en moi et balayer les clichés à ce sujet. 
Accepter d’être une femme n’est toujours pas évident parce que les croyances liées au genre féminin, sont encore très tenaces ! Je ne suis pas encore totalement claire à ce sujet. Je vois encore le fait d’être une femme comme un fardeau, une « injustice » même si je perçois le "pouvoir" du féminin. 
Il me faut libérer la féminité de tous les clichés de soumission, d’infériorité, de fragilité, de naïveté, mais aussi ceux de la séduction, de la manipulation en bref tout ce qui dégrade l’image de la femme et la place soit dans un rôle de mère soit dans celui de « fille de joie » ! A propos de la puissance de la femme, j’ai trouvé ce texte sur Facebook (je ne me souviens plus qui l’a publié) :

vendredi 29 août 2014

"Tout est comme il doit être… n’est-ce pas?" par Pamela Kribbe





 « Cela devait arriver »…. « Il doit y avoir un but plus profond derrière cela »…. « Tout est exactement comme il doit être »… Ce sont des remarques fréquemment entendues chez ceux qui s’intéressent au spirituel. Souvent, de telles affirmations sont dites face à des situations ou des événements qui peuvent sembler insensés, tragiques, ou cruels. Il est vrai que les accidents, les maladies et les gros coups durs mettent à l’épreuve notre sens de la justice. Pourquoi cela m’arrive à moi ? Pourquoi cela devait-il arriver ? Il est rassurant de se dire que derrière tout ce qui arrive il y a un ordre divin, une main divine bienveillante. Mais cela est-il vrai ?
L’idée que tout se déroule comme cela est sensé se dérouler est une croyance déterministe : cela implique qu’il existe un pouvoir supérieur qui prédétermine les événements qui vont se dérouler dans nos vies terrestres. Ce pouvoir supérieur peut être Dieu, ou notre âme, ou notre soi profond. Quel qu’il soit, ce pouvoir créateur appartient non pas à nous mais à cette source supérieure. Cette croyance met en question l’idée que l’être humain a un libre arbitre et la possibilité de faire des choix indépendants.
Ainsi, il existe un paradoxe : depuis une vision spirituelle du monde, la plupart des gens estiment que le pouvoir de faire des choix et de prendre la responsabilité de leurs vies fait partie intégrante de leur essence. Sans ce pouvoir-là, la notion même de croissance personnelle ou de transformation serait obsolète. D’un autre côté, il y a cette affirmation, telle une invocation, que « tout est comme il doit être », ou comme diraient d’autres, que « le Plan est parfait ».

"EFT : libération des émotions par la stimulation des points d’acuponcture"…


Atsushi Hayakawa


Le « hasard » m’amène sur l’EFT, technique de gestion des émotions qui peut être très utile…Comme il ne s’agit pas de penser à tout va mais de diriger son attention sur le cœur d’un problème afin d’en extraire la charge émotionnelle, ça peut faciliter la gestion émotionnelle par le fait de lâcher les questions superflues et de faire confiance à la capacité du corps physique de trouver l’équilibre, en l’aidant au niveau énergétique. Puis la phrase qu’on utilise permet d’ancrer l’acceptation de soi, à des niveaux subtils mais bien réels. J’ai étoffé l’article avec un documentaire que je n’ai pas encore regardé, passé sur Arte, « la puissance de l’esprit pour guérir le corps ». Voici donc quelques explications concernant l'EFT

"La permission d’être vous-même" par John Bradshaw


Aldo Rey


Votre enfant intérieur a besoin que vous lui donniez la permission inconditionnelle d’être lui-même et, dans cet ordre d’idées, la discipline éducative que je viens d’exposer lui fera faire de grands pas vers le rétablissement de son moi. Cependant, vous pouvez l’aider encore davantage en lui donnant la permission d’abandonner le(s) rôle(s) rigide(s) qu’il a endossé(s) afin d’équilibrer son système familial et de sentir qu’il était important aux yeux des autres. J’ai déjà suffisamment parlé des rôles et de la façon dont ils se mettent en place dans un système familial dysfonctionnel. Vous avez commencé à permettre à votre enfant intérieur d’abandonner ces rôles figés quand vous avez retrouvé votre moi de bambin puis votre moi d’enfant d’âge préscolaire, et vous allez maintenant pouvoir aller plus loin. Dans cette démarche, les rubriques suivantes pourront vous servir de modèle général pour travailler tous les rôles que joue votre faux moi. Laissez tomber les rôles de votre faux moi

Première étape
Tout d’abord, vous avez besoin de vous faire une image plus claire de vos divers rôles au sein de votre système familial. Comment avez-vous appris à vous sentir important lorsque vous étiez enfant? Que faisiez-vous pour maintenir les liens de la famille et combler ses besoins ? Voici quelques-uns des rôles les plus couramment adoptés: le Héros, la Vedette, le Perfectionniste, le Petit Homme de maman, l’Époux Substitut de maman ou l’Épouse Substitut de papa, la Petite princesse de papa, le Copain de papa, la Complice de collège ou la Sœur de sang de maman, le Soutien ou le Protecteur de maman ou papa, la Mère de maman, le Père de papa, le Pacificateur, le Médiateur, l’Enfant Sacrifié, le Bouc Émissaire ou le Rebelle de la famille, l’Incapable, l’Enfant Problème, l’Enfant Perdu, la Victime. Les rôles sont inépuisables, mais chacun remplit la même fonction: garder le système familial en équilibre, immobile et à l’abri du changement.

"L énergie du cœur suite… et surement pas fin!" par Christine Angelard

Abigail



Voici la traduction d’un article qui traite de la puissance de l’énergie du cœur. La science commence enfin à reconnaitre l’importance du cœur, son rôle, sa fonction de leader dans l’organisme, sa façon d’être en relation avec le cerveau, son « intelligence », sa puissance énergétique, les bénéfices de la cohérence cardiaque…Merci à Christine Angelard pour cet article et la traduction, qui font suite au précédent; "le cœur lieu de tous les possibles".

"Le Cœur : lieu de tous les possibles…"par Christine Angelard


image trouvée sur Facebooktranslight


La médecine classique nous a assurés pendant des lustres que le cerveau dirigeait tout et qu’après notre mort, il n y avait plus rien…
Les courants spirituels nous assurent tous le contraire: le message spirituel de tous  est bien qu’il existe autre chose après la mort.
Les expériences de NDE( near death experience) ou EMI( experience de mort imminente) nous affirment également qu’il y a bien quelque chose après la mort.
Nous sommes à un temps où la prévalence du cœur interpelle tout un chacun, scientifiques compris.
Les travaux en neurosciences viennent confirmer ce que la médecine traditionnelle chinoise  dit depuis plus de 5000ans: Le Cœur, et ses "climats" prévaut sur TOUT, y compris sur ce mental qui s’agite; les expériences en neuro cardio étudient notamment les liens entre Cœur et Cerveau.
Rappelons que selon la MTC (médecine traditionnelle chinoise): Tout homme est porteur de 2 cœurs: le cœur "ministre" autrement dit celui  des cardiologues: la pompe qui envoie le sang aux organes et tissus, qui lorsqu’il s’arrête, signe la mort du corps  physique; et un cœur Empereur, qui est le reflet de "l’énergie céleste qui est en nous" .
En quelque sorte une trace du monde incréé dans notre matière, et qui serait l’initiateur de la vie. Rappelons que le ciel, en MTC signifie le monde incréé d’où émane toute chose du monde crée….

Faire avec, aller avec...musique et vidéo Darpan; "l'ouverture à soi"!




Lisa J. Holloway


Je suis toute molle ce matin ! C’est ce qui arrive quand je dors plus de six heures, au lieu de me revigorer, ça me plombe ! Le piège, c’est de commencer la journée en buvant café sur café pour se réveiller ! Je commence à sentir doucement mais sûrement, comme un vide qui heureusement, n’est pas effrayant. Certainement mon propre vide intérieur, comme si quelque chose manquait, comme si je n’étais pas complète ! 
Plutôt que de ressasser, je me rempli de musique, de sons qui éveillent la joie. Je coordonne mes mains sur les flutes et la darbouka avec ces vibrations, pour accompagner les artistes de ma bibliothèque en me laissant porter par les mélodies. C’est sûr que ça ne remplace pas un bœuf en « live » mais ça élève mon taux vibratoire même si ma façon de jouer est très libre. 
Peut-être que le moment de la nostalgie est arrivé, après l’euphorie liée à ma capacité de dire mes besoins. Je ne vais pas pleurnicher mais je constate tout de même que les sentiments de perte, d’échec sont présent. La sensation d’avoir une fois de plus marché selon mes peurs. Celle de dépendre d’un homme est la plus récurrente. Bien qu’elle soit légitime, il me semble que je sois un peu trop influencée par ma mère, par cette peur qu’elle porte de génération en génération. La seule façon de casser le cycle, c’est de trouver le juste milieu. En libérant la charge émotionnelle reliée à cette peur, en coupant les liens éthériques tant avec ma famille, mon amoureux, qu’avec l’inconscient collectif, mon point de vue devrait s’équilibrer. Autre chose, mon sentiment de perte vient-il du regard triste de mon compagnon quand on s'est quitté ou est-ce issu de mon cœur, de mes sentiments ?

jeudi 28 août 2014

« L'Intensité de l'Amour Divin » par Sandra Walter






Depuis Dimanche dernier, le 17, nous sommes en présence d'une accélération et d'une amplification de Lumière Divine. Les rayons cosmiques entrants et le niveau supérieur d'assistance ont intensifié les révélations personnelles pour beaucoup d'entre nous. C'est véritablement une année de découverte de profonds changements de vie.
Alors que le collectif en ascension a la responsabilité de s'engager, de recevoir et d'ancrer ces nouvelles fréquences de lumière, les sensations physiques peuvent devenir intenses et parfois dérangeantes. Lorsque mon Équipe Supérieure a décrit cet influx d'énergie comme étant une aide, je pense que beaucoup l'ont interprétée comme une sorte de soulagement énergétique. Si vous suivez ce voyage depuis un certain temps, vous savez que le message constant est que les énergies ne vont pas ralentir. Au contraire, elles vont s'amplifier en permanence afin d'élever la vibration de notre réalité collective actuelle et d'aider à l'installation de l'ascension d'une manière importante. Les Travailleurs de Grille peuvent avoir la sensation de faire un voyage mouvementé en avion alors que nous aidons à l'équilibre magnétique. Les Gardiens de Portail peuvent avoir l'impression d'être dans un ascenseur montant et redescendant à toute vitesse alors que nous fusionnons avec nos Équipes Supérieures lors du travail de conduit. Maîtres, nous progressons plus rapidement que jamais. Essayez de ne pas sur-analyser les nouvelles intuitions. Tout semble différent alors que nos perceptions s'alignent au Nouveau Soi.

"Déployez vos ailes et volez" – Guides Angéliques via Taryn Crimi






Aujourd’hui nous aimerions porter votre attention sur l’énergie du moment. Il y a un grand nombre d’entre vous qui êtes encouragés à vraiment contempler ce que vous voulez créer à partir de maintenant; d’identifier clairement ce que vous VOULEZ et ne voulez PAS créer. Et ce faisant, vous rencontrez le sentiment heureux de faire confiance en votre capacité à créer la vie de vos rêves, pour ensuite rencontrer les peurs et les doutes qui ont tourmenté votre esprit pendant des années et qui disent que vous ne pouvez pas. “Pourquoi est-ce ainsi vous demandez ? Qu’est-ce que je fais de mal ?” À cela nous sourions, puisque vous n’avez rien fait de mal, vous êtes simplement en train de vous rappeler comment voler. Vous voyez, vous intégrez de nouvelles croyances qui disent que vous êtes capables de créer et de manifester n’importe quel désir, tout en essayant de libérer les peurs et les doutes qui disent que vous ne pouvez pas et vous vous assoyez en équilibre précaire, prêts à prendre votre envol jusqu’à ce que la peur de tomber se présente.

« Les rencontres sont toutes programmées » par Joéliah, avec une très large intro perso...


auteur non cité


J’ai dû être enseignée cette nuit parce que je me sens bizarre ! J’ai juste envie de me laisser porter par la grâce. L’expérience amoureuse de ces derniers mois, m’a révélée beaucoup de choses à propos de mes croyances et aussi de l’amour vrai de soi, de la force que ça procure. J’ai bien quelques douleurs au niveau du cœur parce que je ressens toujours de l’amour pour cette personne mais comme l’amour de soi est primordial et que j’arrive enfin à le vive, à le vibrer de l’intérieur vers l’extérieur, de mon cœur, mes mains, à mes corps subtil et physique, ça relativise beaucoup la situation. D’autant plus que je fais totalement confiance à la vie et que rien n’est jamais définitif. Je ne veux plus exercer de contrôle, ou du moins essayer de le faire, sur les événements de ma vie. Ce qui est relatif au cœur ne peut pas s’expliquer ou se comprendre par le mental. Je sens bien que depuis le début, tout est orchestré d’en haut mais je ne cherche plus à savoir si c’était une relation karmique de guérison, une flamme jumelle…
Tout cela n’a plus de raison d’être, ce qui compte, c’est le présent, la façon dont je vis cette séparation. Comment je me sens ici et maintenant. Et bien le bilan est positif ! Non seulement j’ai « gagné » en amour de soi et en confiance en soi et en la vie mais en plus, j’ai guéri beaucoup de blessures du passé. Et le plus important, c’est que j’ai suivi mon cœur et me suis enfin autorisée à aimer, à sortir de ma zone de confort en faisant confiance à mon ressenti, pour vivre pleinement cette expérience. J’aurais aimé mieux faire mais comme on ne peut pas changer ce qui est, et que je fais toujours au mieux selon les circonstances. Oui, je sais, je répète souvent cette phrase mais c’est volontaire, c’est pour que ça rentre !

"LE SENS CACHE DES DÉPENDANCES" par Olivier Soulier


Maria Lucia Art



Avant d’être vécue comme une difficulté, la dépendance constitue en premier lieu une phase physiologique normale du développement de l’être humain. L’œuf nouvellement fécondé, l’embryon, puis le petit enfant ne pourraient survivre si l’extérieur ne lui prêtait des moyens matériels, alimentaires et affectifs. Nous utilisons ces aides pour nous constituer.
La dépendance est donc au départ une nécessité et une bonne chose. L’extérieur pallie notre absence de moyens. Nous sommes donc au départ, dépendants, par la force des choses !
Le chemin de notre vie sera longtemps un chemin d’autonomie. C’est-à-dire un chemin pour apprendre à trouver en nous ce qui au départ nous venait de l’extérieur. Passer d’une dépendance nécessaire à une autonomie voulue et gagnée sur la vie : l’histoire fait fondamentalement partie de notre chemin d’apprentissage.
Tout au long de ce chemin vont se présenter de nombreux écueils parmi lesquels nous trouvons les drogues. Elles sont le plus souvent des substituts ou des déplacements à des dépendances non résolues.
En explorant le chemin de nos dépendances, nous visiterons les phases mal ou incomplètement vécues de notre existence. Quitter nos dépendances, c’est se libérer pour trouver pleinement le sens et les moyens de notre vie.
Commençons par revisiter notre histoire afin d’y découvrir de nombreux mécanismes intimes des dépendances. 

"Nouveau message de Marie" via Monique Mathieu


Emmanuel Dagher


15/08/2014
Je perçois une forme magnifique. Elle me dit :
« Beaucoup d'êtres humains m'ont priée aujourd'hui, et mon énergie, ma vibration qui se diffuse et qui peut aller très rapidement d'un lieu à un autre, est essentiellement tournée vers tous les hommes, même ceux qui ne me prient pas, parce que j'ai un immense Amour pour le peuple de la Terre dont j'ai fait partie, notamment dans une de mes nombreuses incarnations.
Vous avez bien sûr deviné qui je suis. Je suis celle que vous avez appelée Marie.
A vous que j'aime infiniment, j'aimerais dire que je ne suis d'aucune religion. Ne me mettez pas d'étiquette ! J'ai vécu sur Terre, j'ai accompli ma merveilleuse mission, et maintenant je suis ailleurs. Je peux être sur les vaisseaux, je peux être sur d'autres mondes, mais je continue de temps en temps sur la Terre et de temps en temps ailleurs le travail que j'ai commencé et déjà continué sur ce monde.
Il y a deux mille ans, j'ai laissé mon empreinte vibratoire sur la Terre car il devait en être ainsi ; il fallait que je sois un être de ralliement. Moi, comme mon Fils, avons été missionnés pour cela. Dans l’Énergie, l'Amour et la Connaissance qui furent les miennes, j'ai fédéré beaucoup d'êtres qui se sont ouverts.
Il y a eu beaucoup de sacrifices au nom d'une religion ! On ne tue pas, on ne détruit pas au nom d'une religion !

mercredi 27 août 2014

"Rediffusion de la vibra-conférence avec Conrad"


auteur inconnu



La vidéo de la rediffusion de la Vibra-conférence avec "Conrad"que j'ai découvert au fil de mes balades sur le Net et qui m'a stupéfaite par le discours tout à fait en accord avec ce que je pense! Il s'adresse à tout le monde et pas seulement à quelques initiés, il a une façon simple et logique de dire les choses. C'est utile parfois d’entendre un rappel de sa foi dans la bouche d'un autre. Non pas que j'aie besoin d 'être convaincue puisque je ne doute absolument pas du fait d'être un humain divin mais pour amplifier la foi par l'écho, l'échange énergétique, le fait d'être sur la même longueur d'ondes. Internet est idéal pour ça. Mon ami me reprochait de ne pas aller vers les gens mais je n'ai aucun intérêt à les voir se prendre à leurs jeux. Très peu de gens sont authentiques, dans le vrai sens du terme, comme le dit Marianne Woodman, l'origine du mot étant "auteur", cela sous-entend d'être créateur de sa vie. D'être conscient de qui on est en réalité, côté obscur comme lumineux. Ici, je peux être moi-même et rencontrer des gens même si c'est virtuel, qui sont sur la même fréquence, avec les mêmes valeurs, le même objectif; être soi et heureux. L'anonymat de la toile favorise la sincérité, on peut se "dévoiler" sans trop prendre de risque. On se "protège" derrière un pseudonyme et le tour est joué. Certains en abusent mais dans le lot, il y en a qui profite de cette opportunité d'être vrai, soi-même. 
Finalement les quelques personnes avec je suis en affinité et que j'ai rencontrées sur la toile, restent des amis de cœur, des âmis. Malgré la distance qui nous sépare et le fait de ne pas se voir, se toucher, on va très loin dans les confidences et ça fait un bien fou. On "s'entraine" à être soi, sans craindre d'être critiqué, jugé, on ose parler de notre foi sans complexe, comme quelque chose de naturel, évident. Mon compagnon a apprécié aussi son discours et sa façon d'exprimer les choses. Bon je me réécoute la vidéo...

"Le pouvoir du féminin", selon Marion Woodman


Spirithorse


Nous avons inventé la roue, déchiffré le code de l’ADN… 
Quelle sera la prochaine étape pour l’humanité ? Marion Woodman, analyste jungienne, pionnière et auteure de dix livres, pense que les individus et les sociétés sont destinés à évoluer. Et le meilleur moyen pour évoluer serait d’amener le féminin dans notre culture. Le texte qui suit est tiré d’une interview réalisée avec Marion Woodman.

« Quand je parle du « féminin », je ne parle pas de genre. Je parle du principe féminin qui est vivant et actif — ou réprimé — à la fois chez l’homme et la femme. Le principe féminin essaie de se relier. Au lieu de diviser les choses, il dit : en quoi nous ressemblons-nous ? Comment pouvons-nous établir des liens ? Où est l’amour ? Peux-tu m’écouter ? Écoutes-tu vraiment ce que je dis ? Me vois-tu ? Te soucies-tu de me voir ou pas ?
C’est une question d’une grande importance, et il est difficile de parler du féminin parce que très peu de gens en ont fait l’expérience. Le féminin est présence, et relation, c’est une ouverture du cœur qui fait que lorsque vous rencontrez une autre personne vous voyez réellement sa véritable essence. Quel est le sens de la vie si personne ne vous a jamais vu ?
Je ne peux pas vous dire le nombre de personnes — hommes et femmes — qui ont pleuré dans mon bureau en disant : "Personne ne m’a jamais vu(e). Personne n’a jamais pris le temps de m’écouter. Je ne suis pas digne d’être aimé(e)", une des expressions les plus tristes de la langue. Parfois, un flot de sentiments m’envahit, je tends la main et ils disent : "Ne me touchez pas. Je suis indigne d’amour." Et ils le pensent. Dans l’enfance, cette personne a été élevée dans un lieu où le féminin n’était pas présent. Pour comprendre, il vous faut avoir expérimenté le féminin.

"La pédagogie Montessori c’est quoi ?" par Anne-Laure Vaineau


Sculpture de Jurga



Favoriser la confiance en soi, l’autonomie, tout en permettant à l’enfant d’évoluer à son propre rythme et en toute liberté. Telles sont les promesses de la pédagogie Montessori, que certains jugent trop débonnaire et permissive. En quoi consiste ce mode d’éducation qui se veut placer l’enfant au centre de la pédagogie ? Éléments de réponses avec Charlotte Poussin, éducatrice et directrice d’une école Montessori.
Sommaire
  • Les principes de la pédagogie Montessori
  • Montessori : des écoles hors-normes
  • 3 questions à…
« L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir. » Telle est la philosophie de l’éducation de Maria Montessori, première femme médecin d’Italie, dévouée à la cause des enfants. « Éduquer, ce n’est pas dresser » prône celle qui, en janvier 1907 ouvre la première Maison des enfants (Casa dei Bambini en italien). 
Sa révolution ? Mettre à la disposition des écoliers un matériel adapté, mais surtout, les laisser libres de choisir eux-mêmes les activités qu’ils souhaitent faire, pendant le temps qu’ils le désirent. Elle constate alors, avec surprise, que les tout-petits (dès trois ans), sont capables de faire preuve d’une concentration et d’une autodiscipline inattendues. C’est ainsi que nait la pédagogie Montessori : dès lors que l’enfant se trouve dans un environnement propice, accompagné par un éducateur qui s’adapte à lui et le stimule, l’enfant apprend par lui-même, à son rythme. Un siècle plus tard, cette méthode a fait de nombreux adeptes à travers le monde et plus de 20 000 écoles ont ouvert leurs portes. Mais pour les montessoriens, la France et ses quelques cent écoles, reste à la traîne. À ce jour, l’Education nationale refuse de valider une telle pédagogie, contraignant les établissements à se développer en marge du système public.

"LINTELLIGENCE INTUITIVE: LA LIBERTE AU COEUR DE NOS SYSTEMES" par Virginie Gomez



Symbole de réharmonisation offert par Laurent, http://reiki-ascension.fr


Nous aimerions tous savoir utiliser notre intuition. Mais l’enjeu va bien au-delà. La mise en œuvre de l’intuition appelle une révision de nos systèmes. Ce n’est pas une utopie. Certaines entreprises expérimentent déjà cette voie.


Le contrôle plutôt que le « lâcher prise », la hiérarchie plutôt que la libre expression, l’angle plutôt que la courbe, l’effort plutôt que le jeu, le stress plutôt que la détente, la domination de la nature plutôt que la symbiose avec elle, en résumé : la logique rationnelle plutôt que l’intuition. Le premier terme de l’alternative décrit une réalité connue, à l’école, à l’université, puis dans le monde professionnel. C’est un mode de vie et de comportement dont nous mesurons chaque jour les limites en ces temps de crise généralisée. Il est issu d’une conception fondée sur le règne de la raison toute puissante, sur l’idée que le monde est un gigantesque Tetris d’atomes et de molécules imbriqués que nous pouvons manipuler à loisir, sur l’absence supposée de liens invisibles entre les choses.

Les découvertes scientifiques ont invalidé cette vision. Y a-t-il une autre voie ? Albert Einstein, père de la théorie de la relativité, écrivait : « L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est son fidèle serviteur. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. »

"Périple initiatique"




(Écrit hier après midi)
Je suis de retour de mon voyage dans l’Aveyron, avec  les deux chats qui me suivent de lieu en lieu, depuis 7 et 9 ans ! Tout s’est relativement bien passé durant le voyage sauf à l’aller où je me suis retrouvée en rade au niveau de Lodève. Cornus plus précisément. Petit bled au bord de la grande route, avec une avenue qui mène au village et un garage juste à l’entrée ! Je m’étais arrêtée au bord de l’autoroute pour faire refroidir la voiture avant de prendre la grande montée et en redémarrant, un gros bruit de pot cassé m’a obligé à sortir de l’axe principal pour trouver du secours. J’étais confiante quand je suis arrivée devant le garage. Là, un homme a réparé, enfin il a attaché le pot avec du fil de fer après avoir terminé le travail qu’il était en train de faire, quand je suis arrivée. Je n’avais pas de liquide sur moi mais il ne m’a rien demandé. Je lui ai tout de même donnée les trois euros qui me restaient et ont semblé l’enchanter ! Je ne sais pas s’il pourra se payer un apéro mais il a été un de ces anges humains qu’on rencontre au moment opportun. Comme la jeune femme qui était venue avec une carte alors que j’avais perdu ma route, quand je suis partie de l’Aveyron la première fois ! 
C’est pour cette raison que je relate les faits, chaque fois que j’en ai eu besoin, l’invisible agissait. Ce peut être mes propres émotions du moment, tout comme les anges. Le monde invisible est immense et comme les pensées créent des égrégores, ces "entités" ont le pouvoir d’attirer ce qui leur ressemble. D'où l'intérêt de gérer ses émotions! Puis d’un autre côté les anges sont autant sans corps physique, qu’humains. Les mondes s’interpénètrent éternellement.

mardi 26 août 2014

"Monter en vibration et rencontrer son guide" avec Christophe Guilbert (vidéo/méditation guidée)


Sandra Walter


Après les 30 façons d'élever son taux vibratoire, dans les pensées et gestes du quotidien, voici une « technique » qui consiste à aligner les chakras afin de communiquer avec son guide. La vidéo est en deux parties, l’alignement puis la rencontre. C’est une méditation guidée de 15 minutes.

"Mes 30 passe-partout pour augmenter mon taux d’énergie vibratoire" (echovivant)



Mario Mendel


Nous savons tous que plus notre taux d’énergie vibratoire est haut, plus nous nous dirigeons vers le bonheur, la joie, la réalisation de toutes nos aspirations et de tous nos désirs. Nous ouvrons également l’accès à d’autres niveaux de réalité et participons au développement de nos capacités spirituelles.
Dès lors, en pratiquant certaines astuces de manière quotidienne, nous influençons notre état de quiétude et de paix et nous devenons alors de plus en plus en harmonie avec un grand tout. Cela nous conduit dans un état de béatitude constant peu importe les situations.
Donc après vous avoir présenté mes 30 passe-partout du bonheur voici donc une petite liste totalement personnelle sur ce qui m’aide à élever ma fréquence vibratoire :

1 : Je ne cesse de le répéter partout mais avoir une alimentation saine avec le plus d’aliments crus, donc vivants, est une porte incontournable pour toute personne qui souhaite augmenter son énergie vibratoire. Chaque aliment a sa propre énergie vibratoire et nous recevons celle-ci en l’ingurgitant alors, voulez-vous ingérer un taux vibratoire mort ou rempli de vie ?

2 : La vie est merveilleuse quand on rit alors pour quoi se priver d’un tel plaisir. Prenons les choses avec légèreté et rions, adoptons l’autodérision, ne nous prenons pas trop au sérieux…

"CINQ LEÇONS DE SAGESSE MASSAI" par Flavia Mazelin-Salvi



Davin Lewis


Chercher et trouver sa cohérence intérieure, rester relié aux autres et à l’univers, c’est ce à quoi nous invite le peuple massaï. L’anthropologue Xavier Péron nous fait découvrir ce mode de vie dans son dernier livre, également manuel de développement personnel.

Flavia Mazelin-Salvi
Sommaire

    Ilmao : accepter la dualité
    Encipaï : être dans la joie
    Osina kishon : accueillir la « souffrance-don »
    Eunoto : devenir un planteur
    Aingoru enkitoo : rechercher le bon ordre

D’eux, on ne connaît que leur longue silhouette au port altier drapée de rouge. Les Massaïs, un peuple d’éleveurs et de guerriers, figurants photogéniques dans Out of Africa (film de Sidney Pollack, 1986) ou des documentaires sur le Kenya. Ce que l’on ignorait, jusqu’au travail de l’anthropologue Xavier Péron, c’est qu’ils se transmettent de génération en génération une spiritualité riche, vécue au quotidien, d’une portée universelle et qui conçoit l’homme comme le cocréateur de l’univers.

lundi 25 août 2014

"Je ne suis jamais seule avec moi-même"


auteur inconnu*


J’ai écrit ce qui suit pendant que j’étais chez mon compagnon, à un moment où je remettais en question le fait d’être à deux. Je me rafraichis la mémoire avant de retourner chercher les chats. J’espère pouvoir y aller ce soir. La voiture est opérationnelle et je n’ai plus qu’à accueillir la peur de tomber en panne dans la montée interminable autour de Lodève ! Je ne me colle pas de pression, d’obligation, je vais faire selon le ressenti comme d’habitude. Si je sens que ça coince vis-à-vis de mon ex compagnon, je peux reporter mon voyage à plus tard. Même si les chats me manquent, je ne suis plus à une journée près. J’ai pu me calmer, me reposer pendant cette semaine et normalement, rien ne peut entraver le bon déroulement des opérations. Je vais voir si un des voisins peut me prêter une boîte à chat et roule ma poule ! Un des voisins me gardera la chienne et je prévois ce qu’il me faut au cas où je doive rester un peu plus de 24h. Niveau préparation, je ne peux pas faire mieux ! 

"Dix manières scientifiquement prouvées d'être heureux" par le Vif


© iStock


Des études scientifiques montrent que l’on peut être heureux grâce à des astuces toutes simples. En voici 10.

Méditer
Dans les cultures occidentales, la méditation est encore anecdotique. Et pourtant elle offre de nombreux avantages. La méditation peut être une aide précieuse pour lutter contre les migraines, le diabète ou chasser les pensées négatives. La médiation rend les gens plus contents et améliore leur système immunitaire. S’il n’y a pas de résultat immédiat, sa pratique révèle tous ses bienfaits sur le long terme.

Et s’il suffisait d’essayer ?
Le simple fait de simplement tenter d’être plus heureux permettrait déjà de faire un pas vers le bonheur. Des chercheurs d’une université du Missouri ont demandé à des volontaires d’écouter de la musique. Dans un premier groupe, on a demandé aux « cobayes » d’associer des sentiments heureux à la musique qu’ils écoutaient alors que l’autre groupe ne devait rien faire d’autre que d’écouter la musique. Il en est ressorti que ceux qui avaient dû essayer d’être plus heureux ont tiré plus de bénéfices de l’expérience que les autres. Une deuxième expérience du même type et qui s’étalait elle sur deux semaines est arrivée aux mêmes conclusions. Les chercheurs ont là aussi conclu que lorsqu’on fait seulement mine d’être heureux, on était effectivement plus joyeux.