mardi 1 avril 2014

« Sa majesté l’Arbre… » par Caroline Leroux et photo du "Président" 3200 ans!



"Les bourgeons" Lydia Féliz


Un article de la lettre d’info de Caroline Leroux qui arrive juste après ma balade et mon embrassade avec mon copain le chêne, Nicolas. Encore un joli clin d’œil ! Cette fois-ci, Féliz le chat et la chienne m’ont accompagnée du coup je ne suis pas allée bien loin mais cette petite réunion amicale m’a fait du bien. J’ai entendu ma pression sanguine en collant mon oreille sur son tronc, j’ai eu l’impression que ça faisait écho au flux de sa sève. Je ne m’attarde pas pendant des heures parce que le coin est assez fréquenté mais j’ai toujours le temps de lui transmettre mon amour et ma reconnaissance pour sa présence. J’en ai profité pour lui demander de passer le message à tous ses congénères.  
Ses bourgeons commencent à peine à éclore! Le contraste entre la force de son tronc et la fragilité des bourgeons est très symbolique! Un bel exemple de la manifestation des contraires, de l'harmonie...
Dans mon désir de trouver l’autonomie affective, il a été d’un grand soutien lorsque la relation à l’autre était difficile, que je vivais encore des situations où je me sentais incomprise. Il ne me parlait pas et je ne lui demande pas mais sa seule présence, le fait de pouvoir l’enlacer, était vraiment très réconfortant. Finalement, lorsqu’on se confie à quelqu’un on n’a pas besoin qu’il nous parle ni même qu’il nous comprenne ou compatisse, seule la présence compte…

"Comment bien vivre sa colère ?" par Lise Bourbeau



Klaus Wiese


Êtes-vous une personne colérique ? Ne répondez pas trop vite à cette question ! La plupart des gens ne se croient pas colériques mais en réalité, tous les humains vivent de la colère à des degrés différents, de façon différente et pour des raisons différentes.
Comment vivez-vous les situations suivantes ?
  • Quelqu'un vous fait une promesse, s'engage à faire quelque chose et ne le fait pas.
  • Vous prêtez un objet ou de l'argent et l'autre ne vous le remet pas, ou vous remet l'objet endommagé.
  • Quelqu'un vous ridiculise ou vous humilie devant d'autres personnes.
  • Votre conjoint(e) oublie votre anniversaire.
  • Vous êtes sûr(e) d'avoir raison alors qu'une autre personne vous obstine.
Les situations précédentes impliquent au moins une autre personne. Que se passe-t-il en vous lorsque vous vivez une des situations suivantes ?
  • Vous oubliez quelque chose d'important.
  • Vous avez dit oui à quelqu'un alors que vous auriez voulu dire non.
  • Vous avez trop mangé de chocolat ou abusé de tout autre aliment ou substance.
  • Quelque chose que vous n'auriez pas dû dire revient contre vous.
  • Vous voulez exprimer quelque chose à quelqu'un et vous n'y arrivez pas.
  • Vous avez laissé quelqu'un profiter de vous.

"Nager avec son dauphin intérieur" par Hugo Verlomme



Leina Sato


Nager avec un dauphin… Aujourd’hui tout le monde en rêve, alors qu’hier ce genre d’exploit était réservé à quelques plongeurs, nageurs, navigateurs, hommes de l’eau. Désormais, nager en compagnie des cétacés est devenu possible pour tout un chacun, pourvu qu’on y mette le prix. Qui aurait imaginé, il y a une génération à peine, qu’on en viendrait à publier des annuaires de rencontres avec les dauphins, les orques, les baleines, des règles de bonne conduite pour les groupes, les bateaux, les plongeurs ? Et voilà les dauphins devenus stars (malgré eux) de l’éco-tourisme, du développement intérieur ou de la guérison ?
Certes, nager avec un dauphin est un rêve que beaucoup d’entre nous voudraient à tout prix accomplir. Au départ, une telle envie procède de bons sentiments : les dauphins sont libres, intelligents, et l’on espère, en les approchant, capter un peu de leur sagesse. Certains traversent la planète, bravent les eaux froides, dépensent des fortunes pour quelques instants en leur compagnie. D’autres choisissent de fermer les yeux sur les grilles qui retiennent les cétacés captifs pour assouvir leur pressant désir : approcher, caresser un dauphin. Mais faut-il vraiment rendre les dauphins « accessibles » au plus grand nombre ? N’y a-t-il pas quelque chose d’orgueilleux et de violent à s’imposer ainsi par la force à ces pacifiques habitants des mers ?

"Tout se reflète en tout, est interconnecté", c'est l'UN et l'éternité sous nos yeux...






...Et un formidable film-documentaire qui illustre bien le titre de cet article.


 On dirait que je me détends de plus en plus et le fait d’avoir relativement bien passé les "tests" de ce week-end, a favorisé cette sensation de mieux-être, d’équilibre intérieur. Ce qui me le confirme, c’est la nuit de 6h30 d’affilée que je viens de m’offrir. En associant mon ressenti et quelques lectures qui me touchent, résonnent en mon cœur, il semble que le sommeil soit une forme de régulation à bien des niveaux. Entre les enseignements, les mises à jour de l’âme, du corps physique, de l’inconscient, les projections, les retours en arrière et les visions du futur..., l’activité nocturne est très intense. On se ballade selon les besoins du jour, de cours en entretien avec nos guides, et parfois même on participe à des réunions entre âmes qui ont les mêmes affinités ou "missions", pour "travailler" ensembles. 
Je n’aime pas bien ce terme "mission"qui est largement galvaudé, mais je ne vois pas comment appeler autrement cet élan qui motive les cœurs. Récemment, j’ai eu la très forte impression d’avoir fait un travail de lumière avec d’autres personnes et en lisant un message de Sandra Walter, j’ai eu la confirmation de ceci. Il est difficile d’expliquer comment je le sais mais cette fois, en plus du ressenti et de la résonance en lisant le texte, j’ai carrément entendu quelqu’un qui m’appelait par mon prénom. 
Avec mon amabilité habituelle, ma première réaction a été un peu brusque puis j’ai tout arrêté pour me centrer et interroger cette voix dont je suis certaine qu’elle ne m’appartenait pas.