jeudi 4 juillet 2013

Vous espérez ce que vous ne connaissez pas ! message reçu par Monique Mathieu



Voici un message reçu par Monique Mathieu, il y a quelques jours. Je suis dans une période où les moments de silence prédominent. 

La vigilance




Bien que je sois absolument convaincue de trouver la paix par l’acceptation, je vois que j’ai vite fait de retomber dans le jugement. Heureusement qu’une âmie sur le même parcours, veille à m’éclairer. Il est vrai que le recul d’une personne extérieure à soi, quelqu’un qui ne vit pas les mêmes émotions au même moment, peut aider par son regard détaché mais néanmoins bienveillant, à élargir la vision. Ma tendance à culpabiliser reste bien ancré et je dois être vigilante à ne pas m’identifier à cette part de moi qui veut aimer ou pardonner par « devoir » ou même avoir peur de le faire. Tout ce qui créé une tension intérieure est à embrasser. Ce réflex n’est pas encore imprimé mais les séances d’EFT sont justement ce qui permet d’intégrer dans la chair, par les points spécifiques, par la fluidité énergétique. Le geste appuyé par l’intention ; la vibration d’amour, aligne les corps physique et énergétiques sur la fréquence d’amour inconditionnel, du cœur, de l’âme.
Je n’ai plus de tristesse concernant Maya puisqu’elle est encore très présente dans ma vie. Le fait de la voir par moments, m’aide à intégrer la réalité que la mort n’est qu’un passage vers une autre dimension. Mes autres compagnons, la chienne et les chats m’ont enseigné l’illusion de la mort par leur calme, leur facilité à accepter ce qui est. Les relations avec mon entourage sont devenues beaucoup plus tendres. J’ai la chance de côtoyer des gens dont la simplicité permet d’accueillir les énergies d’amour et tout le monde ici, change au fil du temps. La solidarité devient naturelle, elle n’est plus motivée par le besoin de se sentir accepté ou de montrer qu’on a le sens du partage. Nous sommes tous passés par des problèmes physiques qui s’effacent comme ils sont venus. Il faut dire que j’ai fait circuler le livre de Lise Bourbeau ; « ton corps dit aime-toi », qui a eu un grand succès et que chacun a pris au sérieux. J’ai aussi parlé régulièrement de ma foi en l’humain divin. Au début, ils me regardaient un peu comme une extra-terrestre mais peu à peu, en me voyant parler aux animaux, aux plantes, à la terre, aimer cultiver le jardin, être cash sans être blessante, réussir à vivre bien malgré mon petit budget, sans rien demander à personne, les a amené à me prendre plus au sérieux et à porter un regard différent sur eux-mêmes.

L’harmonie intérieure ouvre le cœur et la conscience




Ce matin, la joie de vivre est revenue. J’ai évalué la situation de façon objective et quelques scénettes de ces derniers jours m’ont permis de voir que Maya était au bout du rouleau et qu'elle m'avait préparée à son départ. C’est une chatte que j’avais récupérée dans un refuge où je faisais du bénévolat et on l’y avait amené après qu’elle eut été jetée de huit étages. Comme elle gardait quelques séquelles de cet accident, je l’ai prise avec moi, dans un minuscule deux pièces que je partageais avec un doberman nommé Willy, en souvenir du dessin animé Maya l’abeille. C’est donc logiquement que j’avais décidé de l’appeler ainsi. A cet époque, j’étais avec les Mormons et je n’avais aucune idée de la tendance New Age ni des prédictions des Mayas ni même du fait que le mot signifiait illusion. En repensant à ce qu’il s’est passé il y a quelques jours ; une voiture a du freiner pour éviter d’écraser Maya qui passait beaucoup de temps sur la route et devenait de plus en plus sourde, je me dis que la nature s’est chargée de la soulager. Outre les crises où elle se crispait et se contorsionnait, le fait qu’elle se faisait pipi dessus, ne contrôlant plus son arrière train, pour des raisons  que même le véto n’arrivait pas à déterminer, elle montrait des signes de fatigue que seuls, son appétit et ses ronronnements m’empêchaient de prendre la décision de la faire piquer. Le fait qu’elle ait été victime de l’inconscience du voisin, ne m’appartient pas. Je ne me plaindrais pas auprès du propriétaire ni même de sa mère pour ne pas inverser les rôles.