samedi 30 août 2014

« Oui mais » film et « paroles de sagesse » de Caroline Gauthier


Je pense donc je suis...


Pour une fois, j’ai regardé un film, il y a quelques jours et j’ai apprécié de pouvoir me détendre malgré le sujet : le développement personnel, les prises de conscience, la libération des rôles et même la démarche peu orthodoxe mais cependant efficace du thérapeute  incarné par Gérard Jugnot. Une façon agréable et reposante pour le mental, d’intégrer de grands principes concernant les comportements humains…J’espère que vous apprécierez ce film, en fin d’article.
J’ai découvert la page Facebook d’une auteure, Caroline Gauthier, dont les textes résonnent fortement. Encore un clin d’œil de la vie ! Je publierais quelques unes de ses citations remplies d’une sagesse simple. Le style est mélodieux ce qui équilibre avec le côté « cru », vrai de certains sujets. Voici donc par Caroline Gauthier:

« Au cœur de sa chair, il y avait sa propre musique, mais aussi la force cosmique.. 
Elle savait que cette force était dans son corps, qu'elle n'est pas en dehors ! 
Elle savait que dans les profondeurs de son corps, il y avait un trésor. 
Pourtant, comme beaucoup, elle en avait perdu la clé, et il lui appartenait de la retrouver. 


Elle observait alors ce corps plus concentrée, et elle voyait qu'il n'avait pas besoin de sa pensée rationnelle pour qu'il puisse fonctionner. 
Elle pressentait que si elle était plus consciente de cette fabuleuse intelligence à l'œuvre dans son propre territoire et dans sa propre maison, elle serait moins égarée par le discours de sa raison. 
Elle sentait que si elle se reliait à cette intelligence corporelle, elle trouverait sa place à elle... 
Comme le têtard de spermatozoïde savait où il devait aller sans la raison pour le guider, comme la fleur savait comment elle devait pousser sans un cerveau pour la tirer, comme l'oiseau sent où il doit voler en harmonie avec sa race ; elle sentirait grâce à ce biais où est son endroit, sa véritable place. 

Avant, elle ne le savait plus, car elle ne ressentait plus et elle était perdue. 
La tête avait pris le contrôle de la situation et l'empêchait de jouer sa propre partition. 

Mais, elle décida enfin de suivre son corps et sa vibration. Et sa tête ne fit alors que suivre, ce que son corps avait envie de vivre. Mais elle avait peur des ouï-dire : " oh ! Cette femme est bien instinctuelle ! Voir même charnelle ! Cela n'a rien de spirituel ! Et elle va foutre le bordel ! ". 
Mais sûre d'elle, elle pouvait maintenant rétorquer : "Non non vous vous trompez. 
Le corps est une parcelle de l'univers en mouvement. 
Et cet univers est lui-même guidé par des forces qui nous dépassent. 
Si nous nous relions à nos corps, nous nous relions à cette force qui fait tout fonctionner." 
Elle sentait que l'essence du corps suivait une dynamique intelligente qui était reliée au grand tout. 
Elle se mettait donc chaque jour en lien avec ce corps et l'énergie qui y crépite pour être en lien avec la force qui l'anime et l'habite. 
Par ce biais elle était en lien avec l'esprit, dieu, la conscience et le grand manitou, ou n'importe quel nom que l'on voulait donner à cette force puissante qu'elle sentait vibrer en elle, et qui faisait tout fonctionner sans qu'il y ait besoin d'une quelconque volonté... 

Elle a donc décidé de tout lâcher et de se laisser guider. 
Elle sentit alors que la conscience est une perception bien plus vaste que son corps, et en même temps elle savait qu'elle ne pouvait naître sans une présence constante à lui. 

Chaque jour depuis, elle n’oubliait jamais de se mettre en lien avec son corps. 
Chaque jour, elle rentrait donc dans sa terre, et elle recevait en échange le cadeau de recevoir par ce biais l'énergie du père...»


Caroline Gauthier

"Oui, Mais..." (2001) Film Complet en Français, avec Émilie Dequenne et Gérard Jugnot.





Puis pour finir un groupe que j’écoutais dans ma jeunesse et dont j’ai repris ce morceau à l’accordéon diatonique :
Les naufragés « Le Merle Moqueur »  de l’album « A Contre Courant »







Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.