vendredi 31 mai 2013

Un nouveau jour à vivre pleinement




Je dois dire que de voir que la pluie est encore au rendez-vous ce matin, me plonge dans un genre de mélancolie née de la saturation. Pas très fluide cette phrase ! J’ai hâte que ce mois de mai se termine et que le soleil prédomine enfin. Un peu comme si on être tout entier aspirait à sentir le soleil christique s’installer en moi et rayonner sur tous mes corps. C’est tout de même étrange d’être un humain. On espère quelque chose et quand ça arrive, on ne sait pas l’apprécier à sa juste valeur. Combien de fois j’ai râlé contre la force écrasante du soleil ! Il faut dire que le sud de la France en été, est réputé pour sa chaleur et attire beaucoup de touristes. Je suis venue ici pour le soleil, la luminosité et le rythme quotidien qui est beaucoup plus facile qu’au nord mais c’est l’Aude qui m’attire le plus. Il y a moins de touristes, la nature est encore plus sauvage et le climat plus tempéré. On trouve des maisons à des prix dérisoires quoique l’engouement pour la fin du monde qui aurait dû arriver l’année dernière, à fait considérablement monter les prix. Mais je suppose que maintenant, c’est redevenu ce que c’était avant cette flambée. Mon rêve, celui que je visualise régulièrement, c’est une maison dans cette région, à retaper à la force de mes mains selon ma personnalité. Pouvoir sorti de chez soi et marcher nu pied dans la rosée du matin, se balader nue dans le jardin, avoir de l’espace, aménager un atelier créatif, une pièce dédiée à la musique, une bibliothèque « spéciale » remplie de livre d’éveil, un grand jardin potager, des écuries pour des ânes et des doubles poneys, des poules, des chèvres bref, le paradis tel que je le conçois. Mais, il manque un personnage à ce décor, un compagnon, un homme. Je me vois mal toute seule, en pleine nature à faire tout ça sans quelqu'un avec qui je pourrais vivre en totalité ce que je suis et mettre en pratique l'amour inconditionnel partagé. C'est si perché comme rêve que je me contente de vivre dans la confiance en l'auto-guérison amènera la réalisation de mes visions.


Je ne cherche plus trop à focaliser mon attention sur ce rêve puisque c’est encore s’éloigner de la réalité présente qui demande une attention permanente pour réaliser la révolution intérieure, cesser de penser comme je l’ai fait pendant près de 45 ans.


Ce retournement du cerveau, cette mise à jour du comportement est un travail à plein temps que je commence à vouloir faire avec facilité et joie. En appelant l’unité et l’autonomie à tous les niveaux et en guérissant le passé encore actif, incarné par mon enfant intérieur, j’ai opté pour l’acceptation de ce qui est.
Mes défauts, mes faiblesses qui étaient des portes fermées, deviennent des passages qui laissent pénétrer plus de lumière et invitent le christ intérieur à se loger en tout ce que je suis, à épouser mon humanité. Le simple fait de ne plus rejeter ces aspects fragiles de ma personnalité, suffit à ce que le travail d’ascension se réalise sans que j’ai besoin de poser d’autres intentions. 
Nous avons beaucoup de pouvoir par le fait du libre arbitre mais il consiste surtout à choisir de se laisser transmuter par nos parts invisibles sans chercher à contrôler le processus, à s’y opposer. Vouloir trop comprendre peut nuire à ce processus puisque nous sommes limités par notre mental mais le fait d’accepter ce qui est amène la lumière à s’infiltrer facilement et élargit notre cœur et notre vision. Vouloir est une forme d’opposition, un manque de confiance au divin en nous qui de sa large perspective voit tout ce qui est et sait quelles sont les situations qui nous amèneront à ouvrir notre cœur. 

Notre plus grand potentiel réside dans le fait d’aimer. De nous aimer avant tout, afin de ne pas chercher à être aimé mais de maintenir cette énergie vibrante en nous qui attire encore plus d’amour de l’extérieur. Mais quand ce n’est plus un besoin, une quête, la libre circulation de cette énergie en nous, guérit et pourvoie aux besoins de tous nos corps. Perso, la plus grande difficulté que j’aie, c’est de m’abandonner mais quand j’y arrive, il s’en suit un regain de force, d’amour de soi et de bien-être évidents. Je ne me critique plus pour cette faiblesse qui est aussi une force puisqu’elle me permettait de constituer des limites préservant mon espace intérieur. Cependant maintenant que je sais que l’amour est en moi et qu’il est naturellement un bouclier qui permet à tout ce qui est contraire de ne pas me heurter et de se transmuter au contact de l’énergie de transmutation qu’elle représente, je fais en sorte qu’elle circule en permanence et rayonne sur tout ce que je suis. 


Petit à petit, j’intègre un comportement ou plutôt un état d’être de cinquième dimension régit par l’amour inconditionnel, la loi du moindre effort qui n’est autre que la fluidité énergétique qui résulte de l’acceptation, la loi du donner et recevoir qui est la manifestation de l’amour de soi sans jugement et celle de l’abondance qui vient de la reconnaissance de tout ce que je suis et me place dans un état de gratitude qui amène naturellement la grâce. Le désir d’unité libère l’énergie christique qui réalise l’alchimie intérieure et élève tout ce que je suis au niveau du cœur me permettant d’être centrée et de vivre dans le moment présent.

Alors une fois de plus et ce jusqu’à ce que ça devienne une évidence, un état d'être permanent, j’appelle l’unité intérieure à se réaliser par la grâce de ce que je suis.

Cette « demande » amènera au grand jour, les ultimes résistances issues de ma difficulté à aimer et à être aimée. Je m’autorise donc à accueillir cet amour inconditionnel pour moi-même et pour toute vie et à le laisser circuler en tous mes corps.

Les émotions de tristesse, de mélancolie qui remontent à la surface, je les laisse être et les vois pour ce qu’elles sont en réalité, une libération, un allégement. J’ai choppé le réflex dans ce genre de circonstances, de cajoler l’enfant intérieur et de lui parler.
J’accepte comme légitime, cette extériorisation qui vient autant de mon enfance que des nombreuses vies passées, imprimées dans mon âme.
Toutes les blessures de rejet, d’abandon, de trahison, de sentiment d’injustice et de honte, trouvent leur origine dans la naissance cosmique et ce sont répétées à chaque incarnation afin d’être reconnues et libérées.
Alors oui, ce déchirement, cette séparation d’avec la source a été une immense épreuve mais c’est simplement mon âme qui a cru qu’il y avait effectivement une coupure. C’était une illusion puisque l’essence vitale éternelle coule toujours en moi et n’a jamais cessé de le faire.



Tu peux le savoir ma chère âme puisque tu n’as jamais cessé d’exister. Puisque tu restes le témoin de toutes ces vies à la recherche de la source père mère.
Embrassons notre essence christique, laissons l’amour inconditionnel circuler librement en nous, laissons la restaurer, équilibrer, harmoniser tout ce que nous sommes et soyons.
Bon, je vais sortir la chienne qui commence à s’impatienter. Je sens que le « programme du jour » sera une fois de plus, lâche, va où le vent te mène, laisse toi être, fais ce que tu sens, comme tu le sens.
Je rigole en pensant que cet état d’esprit mélancolique a produit les plus beaux poèmes, les plus belles chansons et la plus belle littérature mais quelle erreur de s’attacher, de nourrir et d’amplifier quelque chose qui ne demande qu’à être libéré. Là encore, l’erreur a eu son intérêt mais maintenant que je sais d’où viennent ces sentiments et que j’ai retrouvé ma vraie nature, je me contente de laisser aller tout ce qui a fait sens en troisième dimension. Elle a eu sa raison d’être, celle de trouver qui je suis et de pouvoir choisir l’amour inconditionnel comme loi fondamentale.
Maintenant, c’est dans l’unité que je veux vivre, c’est cette nouvelle expérience que je veux connaître, explorer et manifester.
Cher enfant intérieur, pure expression de mon âme, je t’autorise à être ce que tu es et t’offre mon soutien dans cette libération, gage de ta renaissance dans la joie de vivre et d’être, tout simplement.

Photos de ma collec' que vous pouvez prendre en citant la source.

2 commentaires:

  1. Un autre lien ou se balader
    http://archilibre.org/

    "Le premier pas est le dernier pas."
    Jiddu Krishnamurti

    SLT
    Salvia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Salvia,
      Rien que la page d'accueil me plait, merci.
      Bizzzzzz, Lydia

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.