mardi 13 décembre 2016

« La souffrance » le groupe Miriadan via Magali






Dans l'Absolu, il n'y a pas de souffrance. Dans l'Absolu, nous sommes tous conscients d'être étincelles de l'Un et de répondre à Sa Volonté.
Nous ne sommes pas dans l'Absolu ici-bas. Et nous connaissons la souffrance.
 
La souffrance n'est pas obligatoire, ni nécessaire. 
Les religions la prônent afin que nous nous écartions de la Voie du Milieu, celle qui nous guide sereinement vers nous-mêmes.
Nous sommes dans un ensemble d'énergies qui répondent à la Loi d'Attraction, puis à la Loi de la Grâce (voir
ici). Nous sommes le résultat de vies simultanées, hologramme de tout ce que contient notre âme, et expression d'un Être.
 
Lorsque nous ne comprenons pas les signes transmis par notre corps, nous pouvons alors plonger dans une souffrance : physique, psychique, spirituelle. Et nous nous fermons aux potentialités adoucies de compréhension.
Pourquoi ? Pourquoi avons-nous choisi de connaître à nouveau la souffrance ? 
Cela a-t-il de l'importance lorsque nous y sommes ? 
Certains parlent de prédestination, d'autres de fermeture inconsciente au plaisir et à la joie.
Quoi qu'il en soit, lorsque la souffrance est là, elle ne disparaîtra pas tant que nous ne l'aurons pas regardée. 


Et que verrons-nous ? Un manque d'Amour pour nous.
La souffrance est-elle " mal " ? Non. 
La souffrance n'est que l'outil utilisé afin que nous ayons la force d'aller au-delà de nos croyances, de nos limitations, de nos peurs. 

La souffrance en elle-même est neutre. Oui une maladie peut faire mal, très mal. 
Tant que vous la considérez comme une ennemie, un " autre " à abattre et à combattre, elle se renforce. Oui nous ne disposons pas au moment de cette " épreuve " des clés de compréhension qui libèrent. Du moins, consciemment.
 
Car tout ce qui nous arrive l'est uniquement si nous sommes en position d'équilibre. 
Si nous disposons en nous de l'antidote. Sinon, la Vie serait injuste.
 
Et quand nous parvenons enfin à regarder la souffrance comme un enfant malheureux ou révolté, alors notre relation se transforme. 

Et ce qui nous positionnait en " martyr ", " victime ", nous apporte une liberté intérieure, un guide qui nous montre les pierres ou ronces qui entravent notre chemin vers nous-mêmes.
 
Car nous sommes le chemin qu'emprunte notre Être vers la réalisation de la Volonté de l'Un. Et plus nous " nettoyons " notre voie, plus nous permettons à notre Être de cheminer dans la Joie et la Sérénité que nous diffusons sur son passage. La mélodie des anges.
La souffrance n'est pas obligatoire. C'est vrai. 
La caresse d'une aile d'oiseau sur son visage non plus. 
Mais nous choisissons quelquefois selon des critères, des échelles de valeurs que nous ne maîtrisons pas consciemment.
 
Si la souffrance pose ses jalons dans votre vie, posez-vous et prenez le temps de parler avec elle. 
Vous découvrirez une mine de compréhension et d'assistance qui ne s'est manifestée que parce que vous l'avez autorisée à s'inscrire en vos champs énergétiques. 
Et qui n'est là que pour vous aider.
 
La souffrance n'est pas obligatoire. Ne vous jugez pas. Vous ne choisissez pas en tant qu'être libre, même si l'on vous parle de libre-arbitre. Vous portez en vous des bagages qui appellent le " nettoyage ". 

Et seule la compassion envers Vous, vous offrira la Paix et l’Équilibre que vous déterminez en tant que bannière de vie.
Votre chemin de vie comporte bien des potentialités, selon qui vous êtes et ce que vous désirez à chaque instant. 

Si vous laissez la souffrance vous montrer un schéma, elle ne fait que répondre à un ensemble d'éléments qui vous composent. 
Vous avez posé votre regard sur sa voie, et elle vous apportera le fondement de sa présence ici-bas : l'allègement et la libération de vos schémas sclérosants.
 
Tout est Juste. Ce que vous vivez est ce que vous vous autorisez à vivre. 
Lorsque vous serez prêts à recevoir et vous accueillir dans la douceur et l'Amour, vous serez portés par l'Harmonie. 
Et la souffrance ne sera plus. Car elle ne répondra plus à votre fréquence.
Vous êtes riches de vos émotions, de vos valeurs, de vos croyances, de vos limitations. 

Vous êtes l'étape du Grand Changement : la Liberté ressentie avec intensité et sagesse, compréhension et compassion. Parce que vous avez accepté de descendre dans l'Oubli.
Merci




On peut être choqué en lisant ces propos mais au fond de soi, on sait que c’est vrai. C'est sûrement pour ça que je n'ai pas publié ce message au moment où il a été posté sur le site. Tant que je ne suis pas certaine de ce que je poste ici, tant que je ne l'ai pas vérifié dans la chair, je préfère m'abstenir et d'ailleurs, c'est out le sens de cette vie, intégrer Qui nous sommes par l'expérience.
La souffrance est bien réelle lorsqu’on est sur cette vibration mais en fait c’est tout ce qu’on ajoute à la douleur qui bloque l’énergie de vie, nous maintient dans les vibrations de la peur, du doute. Toutes les pensées, les émotions qu’on génère face à l’incompréhension et surtout du fait de résister à ce qui est.

Si on considère les choses du point de vue énergétique, sachant que la santé, la vitalité, résultent de la libre circulation de l’énergie, on peut comprendre que ce sont nos pensées, la façon dont nous interprétons les faits, qui agit sur notre taux vibratoire et qui l’abaisse, la vision duelle qui créé la disharmonie, le déséquilibre. 

Le fait de retenir une émotion, de focaliser sur les pensées négatives, les interprétations douteuses, de spéculer en voyant le verre à moitié vide, bloque l’énergie, l’enferme dans les corps mental, émotionnel, et donne corps à nos croyances invalidantes. 
Les systèmes internes s’enclenchent automatiquement, l’énergie étant bloquée, focalisée sur la peur, elle nourrit cette peur et amplifie le mal-être, la peur s’auto-alimente simplement parce qu’elle ne trouve pas d’issue, parce que la pensée est focalisée sur les scénarii les plus sombres. 

Pourtant en respirant profondément, avec le ventre afin de débloquer l’énergie, de façon à ce que les émotions puissent émerger librement, sans qu’on s'y attache, en les considérant comme l’énergie de vie qui par nature a besoin de circuler, la souffrance disparait. 
Déjà mentalement et les émotions s'apaisent parce qu'en accueillant dans l'amour lumière tout ce que la situation fait émerger, on est dans l'ouverture, le changement de fréquence, de vibration. La régénération peut s'opérer à tous les niveaux. 
On va comprendre quelque chose d'essentiel, à quel point on se fait souffrir mentalement, par l''auto-jugement, la critique, la dévalorisation et tout ce que ces pensées entrainent. Comment on est son propre bourreau et de la même façon comment on peut devenir son meilleur ami. On va connaitre la force de l'intention, le poids de nos pensées, de nos émotions, et constater que nous alimentons la souffrance par nos croyances...

Et il est vrai qu'en lâchant les croyances collectives basées sur l'ignorance, la vision duelle, l'idée de séparation, en prenant l'habitude de revenir à la neutralité, on apprend à se laisser guider par le cœur, par l'amour et la joie qui émerge de la paix intérieure. 
On abandonne l'idée qu'il faille souffrir pour se réaliser puisqu'on reconnait que c'est une croyance, un conditionnement et la paix du cœur, la façon dont la vie se modèle depuis cet espace dans la fluidité, la facilité, en témoigne. 
On comprend que la souffrance nait de l'attachement et on peut faire l'expérience de la guérison, de la liberté, de la paix profonde, de miracles même, simplement en lâchant prise. 
On constate aussi que la joie est la vibration de l'âme, une de ces fréquences intrinsèques, celle qui manifeste l'unité intérieure, l'alignement à la source, à notre âme, et qu'elle est notre meilleur guide.


Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.