dimanche 25 décembre 2016

« La puissance de la vibration infinie d’amour inconditionnel ! »





24/12 J’ai encore envie d’écrire ce matin, enfin cette après midi et je ne m’en prive pas. Plus ça va et plus je me dis qu’écouter son corps physique et suivre chacune de ses envies est essentiel. 
C’est une guidance permanente qui utilise chaque corps subtil, chaque cellule, chaque atome, chaque connexion  neuronale et réaction chimique pour nous conduire par la main avec pour seul guide, la vibration de la joie.

La joie, c’est la raison d’être de l’âme et du Soi qui en décidant de venir s’incarner dans un corps de chair, s’unissent, associent leurs vibrations, leur mélodie respective pour chanter la gloire du vivant. Je n’ai pas le bonheur d’être parent mais la connaissance de ce que je suis, absorbe ce qui pourrait être une souffrance en me montrant que tout est création, que l’acte de créer n’a pas de limites ni dans la forme ni dans l’espace. 
Et à mesure que je prends conscience de toutes ces intelligences qui forment l’être que je suis, à mesure que le dialogue intérieure est plus aimant, plus tendre, la sensation d’expansion s’installe, le désir d'habiter cet univers intérieur augmente, la sensation d'être privilégiée de pouvoir vivre cette communion avec tous les règnes, éléments, aspects de l'être qui me constitue.

Puis la sensation d’unité intérieure se reflète aussi vers l’extérieur parce qu’en fait il n’y a pas de séparation ni dans l’espace, ni dans le temps. Quel plus bel hommage peut-on rendre à la vie que de la chérir en soi, en manifestant la joie d’être.


Je sens que beaucoup de barrières intérieures tombent et que cette connaissance du corps physique, de ses corps subtils, de ses nombreuses dimensions, et du fait que tout à l’intérieur soit intelligent, dans l’échange permanent, la communication, se répand jusque dans mon mental avec une grande joie. 
Les méditations guidées de Magali participent activement à ces prises de conscience et à la dissolution des croyances nées de l’ignorance et de la peur ou du simple conditionnement du fait d’être un humain placé dans cet environnement spécifique.

Quand elle m’a parlé de cette série de méditation de reconnexion âmique, j’imaginais que j’allais rencontrer des guides tels que décrits par les chanels ou encore des anges, des êtres de lumière, des entités d’autres dimensions extérieures et lointaines. Des extra-terrestres, des êtres si éloignés de cette terre qu’ils auraient une vision plus claire et élargie de ce qu’est le divin en soi. 
Bien que je sache que ces dimensions sont en nous, je m’attendais à rencontrer des entités étrangères et sublimes mais cette plongée à l’intérieur rétablit l’équilibre, la clarté, la vérité, la reliance entre tout ce qui est puis la conscience que la source, l’amour et la lumière sont en toutes choses. 
Aussi bien dans les mondes subtils éthérés que dans notre corps physique, dans ces mondes infiniment petit des atomes, des cellules, des éléments, des règnes, qui apportent leur contribution, de l'ensemble qui est au service de la vie en soi. 

Un conte intitulé « les 3 âmes » m’a encore rappelé les divers règnes qui composent l’humain et bien que l’histoire soit assez sombre, j’ai pu en voir la lumière, les leçons ou enseignement en étant dans la neutralité, l’accueil des réactions internes. 
« Les Trois Âmes » Conte d’Erckmann Chatrian




C’est l’illustration de la quête existentielle excessive abordée d’un point de vue scientifique, sans aucun sentiment, sans émotions et c’est vrai que cela offre un point de vue plus élargit mais ça ne permet pas de toucher l’essence de l’être. 
Elle se révèle uniquement par l’expérience intérieure, la neutralité émotionnelle qui vient de l’abandon à la source en soi. Une vision remplie de compassion émerge alors. 

La vision dépourvue de sensibilité n’est qu’une vision froide et extérieure qui ne peut pas capter le subtil. Cette sensibilité, ça n’est pas la sensiblerie, c’est la capacité à ressentir en profondeur, au-delà de l’image, c’est plus une sorte d’acuité qui se développe justement par l’écoute intérieure ou l’observation neutre, dépourvue de jugement où tout est perçu dans le détail. 
C’est cela qui permet de développer les sens, l’intuition, l’ouverture, l’harmonie et la réceptivité. C’est cela qui permet de voir en détail tout ce qui nous compose et de constater que tout est intelligence et communication.

Cette vie qui est intelligente en chaque cellule capable de communiquer et de servir le vivant. Cette intelligence du corps physique capable d’harmoniser l’ensemble, cette multitude de systèmes et de les rendre cohérents, à chaque instant, démontre combien il est sûr de s’y fier, de l’écouter.

Je crois que je vais refaire les méditations dans un nouvel état d’esprit, avec plus d’ouverture, de lâcher prise, d’écoute et de réceptivité. 
Bien que j’avais confiance et que je me laissais guider, j’avais trop d’attentes et cela fausse toujours les choses parce qu’on n’est pas vraiment présent ni disponible. Les pensées sont trop nombreuses et prennent toute la place. On ne peut donc pas recevoir puisque c’est trop bruyant, trop plein. 




Je ne sais pas si c’est le fait de m’être autorisée à continuer d’écrire qui m’a permis d’être dans l’action, comme si l'énergie avait été débloquée de sorte que l'élan du cœur a pu émerger. Je voulais aller chercher quelques courses mais en y réfléchissant, comme je suis constipée et comme ce que je voulais acheter n’aurait pas aidé à évacuer, l’envie de rester ici a pris le dessus. L'envie de prendre soi de moi en écoutant le cœur, le corps physique afin de répondre à ses besoins réels. Du coup, j'ai fait de la soupe avec les poireaux et carottes du jardin. Un menu spécial Noël, lol! 
Cette année, cet évènement ne signifie rien d'autre qu'un des nombreux conditionnements de l'humain. Je laisse le cœur rayonner l'énergie christique et c'est chaque jour qu'on peut célébrer, manifester l'amour inconditionnel, lâcher le jugement, les à priori, déjà dans la relation à soi.

Je peux voir encore que lorsqu’on agit selon des envies qui sont mentales elles sont souvent générées par la peur, elles ne sont pas suffisamment motivantes parce que trop superficielles, et cela est une indication à se tourner vers l’intérieur ou au moins à se poser et à réfléchir.
Si le désir n’est pas suffisant pour donner l’élan, soit il y a conflit à l’intérieur, soit c’est généré par la peur ou l’idée de manque. C’est alors plus une stratégie qui vise à combler un manque qu’un désir réel ou complet. 
La stratégie vient du mental et de l’inconscient, elle procède depuis la peur, la mémoire difficile ou traumatique, elle active l’instinct de survie alors que le désir du cœur vient des corps unifiés et émerge spontanément. 

Pour la nourriture, pour savoir ce dont notre corps a besoin, nos corps ensembles ont besoin  pour maintenir l’harmonie, il a mis au point un système qui nous permet de le connaitre, ça s’appelle la salivation.  

Je viens de recevoir une nouvelle qui m’enchante et m’encourage à prendre soin de l’enfant en moi. En effet, le parlement vient de voter une loi qui protège les enfants de la maltraitance. Je copie colle quelques extraits du mail :





« C’est un véritable cadeau de Noël pour tous les enfants de France, passés, présents et à venir » Geneviève Galgos  

« Avec le vote définitif du projet de Loi « Egalité et Citoyenneté » par le Parlement lors de l’Assemblée Nationale de ce jeudi 22 décembre 2016, l’exercice de l’autorité parentale exclut désormais « tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles ».
L’article 371-1 relatif à l’autorité parentale sera désormais ainsi complété :
« L'autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l'intérêt de l'enfant.
Elle appartient aux parents jusqu'à la majorité ou l'émancipation de l'enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne et à l’exclusion de tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles.
Les parents associent l'enfant aux décisions qui le concernent, selon son âge et son degré de maturité. »

Oui, pour les enfants du passés aussi !
Lorsqu’un enfant s’est senti rejeté, a été maltraité physiquement ou psychologiquement, il en a retenu qu’il n’était pas quelqu’un d’aimable, acceptable, respectable. Chaque instant de sa vie devient difficile. Il avance comme il le peut,  avec la peur des représailles et a de grandes difficultés à s’épanouir. Il a du mal  à s’autoriser à exister.

En EFT comme dans tout accompagnement qui vise à guérir un passé douloureux, nous remarquons que lorsque la personne découvre et intègre que l’enfant qu’elle était, n’était pas la cause de cette maltraitance mais qu'il s'agissait d'un dysfonctionnement du ou des parents, elle fait alors un grand pas vers sa réconciliation avec elle-même. Ainsi écouté, entendu, réhabilité, elle peut se réaliser.

En précisant cette phrase dans l’article 371-1, le Parlement officialise son innocence. Il va plus loin même en lui reconnaissant enfin, le même droit que les adultes, au respect de son intégrité.

Bien sûr, ce ne sont encore que des mots pour nous en France, mais comme le souligne l’Observatoire de la Violence Éducative Ordinaire (OVEO),  les taux de violences, délinquance, suicides et comportements addictifs ont considérablement baissé dans les pays qui ont adopté ce type de loi et informé la population. 
En Suède qui est la première à avoir voté un tel texte, le taux de maltraitance est aujourd'hui pratiquement nul. Deux générations après, 87% des suédois affirment ne jamais avoir été frappés.  
 
Pour nous, il reste maintenant à rééduquer les parents qui sont ces enfants d’hier qui ont bien souvent eux-mêmes subi ces châtiments et reproduisent ce qu’ils ont appris. 

Vous pouvez vous aussi y participer en diffusant tout autour de vous ce message afin que cette mesure soit rapidement connue de tous et commence dès à présent à s’inscrire dans la nouvelle génération.
Voici de quoi bien finir cette année et démarrer 2017 dans la joie ».
Geneviève Galgos
 



En lisant cela je me dis que c’est la conséquence de l’ouverture des consciences, de la compréhension de l’importance de l’enfant qui représente le monde à venir, de la façon dont il est traité et comment cela détermine sa vie d’adulte mais aussi de tous les individus qui se tournent avec compassion vers l’enfant intérieur. 

C’est le reflet de la façon dont nous traitons de plus en plus nombreux, l’enfant qui demeure en nous. Cela est très encourageant parce que beaucoup peinent à croire que des actes individuels puissent impacter l’ensemble et quand on entreprend de guérir l’enfant en soi, on passe par des phases de découragement à se demander si cela vaut la peine…si l’amour peut vraiment guérir le passé et donc le présent.
J’en témoigne depuis un certain temps et j’en suis convaincue puisque je vois comment ça change ma vision, mon état d’être, mon quotidien. Mais c’est aussi vrai que ça demande de la patience, de la persévérance, du courage et une foi inébranlable en la puissance de l’amour.
Cette nouvelle loi illustre la puissance de l'amour et le fait que ça n'est pas en combattant qu'on obtient des résultats mais en étant dans la concertation, l'écoute respectueuse, la compréhension, et en l'occurrence, le débat parlementaire. 
Nous avons la possibilité de parlementer avec les aspects intérieurs en employant le langage du cœur et cela produit des résultats stupéfiants.

Je peux voir aussi comment ça impacte mon entourage notamment une voisine qui se libère peu à peu de ses croyances et obligations de mère. Elle a plus de 60 ans et apprend à s’aimer, à se faire passer en premier. Elle a beaucoup changé en 6 ans ! 
Elle vient de m’offrir une plante aux fleurs roses. Je lui ai prêté les livres sur les rayons plusieurs fois et je crois qu’elle en a encore un. Elle connait donc la valeur de couleurs, des rayons et cela me touche beaucoup parce que je sens que nous sommes proches au niveau de l’âme. 
Elle sait aussi l’importance de guérir l’enfant en soi même si elle peine à savoir comment s’y prendre. Elle m’a beaucoup appris concernant la façon d’aider l’autre et la valeur de l’exemple ou de la vibration qu’on émane qui touche plus que tous les discours aussi savants soient-ils.

Cette proximité par l’intérêt que nous portons à l’amour, à la recherche de la vérité et au fait d’être authentique et spontané, vient nourrir la relation d’âme à âme et la communication de cœur à cœur qui favorise celle entre les personnalités. 

Là encore, c’est un message de l’âme, une façon de manifester son soutien et l’amour à travers les autres.   
J’ai reçu aussi la photo d’un petit neveu qui habite en Norvège et sa bouille craquante fait écho à l’enfant intérieur tout en donnant du poids à la nouvelle de cette loi. Il a le regard malicieux de l’espagnol comme sa grand mère, lol ! Et le vert flashant me parle de guérison de l'enfant, de l'émergence de la nature véritable...




Toutes ces synchronicités me réjouissent le cœur, ce sont de beaux cadeaux de Noël !
J’ai la sensation que les liens d’âme se renforcent à mesure que j’accueille les émotions de l’enfant en moi. 
Même si dans l’absolu, il n’y a pas de séparation, sur terre, nous apprenons à retrouver cette notion d’unité et à le manifester dans la chair, dans la qualité des relations à soi et aux autres. 

Là encore, je constate que l’amour de soi favorise de bonnes relations avec les autres. 
C’est d’ailleurs le thème de la médiation guidée par Deepak Chopra, « le voyage miraculeux ». En voici quelques extraits et le lien de la méditation intitulée : « le soi miraculeux », cliquez ici. Je ne sais pas combien de temps elles sera en ligne...




« Chaque relation se construit autour du mouvement dynamique du donner et du recevoir. Nous inspirons l’oxygène nécessaire à notre survie et fournissons du gaz carbonique aux arbres et aux plantes en expirant. Nous partageons avec les autres notre amour, notre créativité et notre bonheur et profitons du développement de ces vertus dans notre vie. 

A un niveau plus profond, donner et recevoir sont deux aspects différents de l’énergie qui gouverne l’univers. Cependant, on a souvent tendance à croire qu’il est plus important (nombreux d’entre nous ont grandi avec cette croyance) de donner que de recevoir, qu’il est louable que les besoins des autres passent avant les nôtres. Mais il faut tout de même faire attention à ne pas nous épuiser car nous risquons de nous appauvrir aussi bien financièrement qu’émotionnellement. A ce stade, nous nous retrouvons sans avoir plus rien à offrir. 

En réalité, les relations d’amour authentique sont fondées sur l’amour de soi, sur la capacité de s’occuper et de prendre soin de soi. Vous ne pouvez donner que ce que vous avez et les relations interpersonnelles sont un miroir qui reflètent la relation que nous avons avec nous-même. 
Vous traitez vous comme l’âme unique et précieuse que vous êtes, qui mérite toute votre estime ? 
Dans les paroles de Bouddha, il nous dit que « vous aurez beau chercher, vous ne trouverez pas un être plus digne d’amour que vous-même dans tous l’univers ». 

Si jusque là votre bien-être et le soin de vous-même n’ont pas été une priorité dans votre vie, s’il vous plait, évitez de vous critiquer et de vous juger. 
Nous faisons toujours du mieux que nous pouvons selon notre degré de conscience actuel. 
Au fur et à mesure que notre conscience évolue, nous nous ouvrons à de nouvelles possibilités d’existence.

Maintenant, en cet instant précis, vous avez l’opportunité de commencer à vous donner davantage de considération, d’amour et d’estime, il n’est jamais trop tard. 
Votre soi authentique est pur amour et pur esprit. 
Plus vous allez passer du temps à méditer, plus vous vous connecterez à votre être profond et plus vous ferez des choix nourrissants pour votre corps, votre mental et votre âme.
En nous préparant à la méditation en centrant notre pensée sur : « quand je m’aime et m’honore, mes relations fleurissent ». Deepak Chopra




Nous prenons de plus en plus conscience qu’il n’y a pas de séparation et les connexions d’âme à âme, les synchronicités, les contacts, révèlent peu à peu les qualités de l’être spirituel que nous sommes. La télépathie en fait partie mais on a encore une vision égotique de cela. 
Ce n’est pas le mental qui agit ou qui est conscient de la reliance entre les âmes mais quand on écoute et quand on suit son cœur, les signes et synchronicités témoignent de cette communication de cœur à cœur, d’âme à âme. 

Les impulsions électriques entre les neurones existent aussi dans le cœur et il a été démontré que le cœur perçoit l’info bien avant le cerveau. 
Cette faculté de communiquer avec le cœur, en se positionnant en cet espace en conscience, nous ouvre sur tous les mondes, sur toutes les intelligences qui nous constituent et toutes celles qui existent à l’extérieur, révélant par la même, qu’il n’y a aucune séparation.

La persistance à vouloir écrire et à ne pas sortir est un message de l’âme qui voulait attirer mon attention sur la boite mail où de belles surprises m’attendaient comme cette loi et d’autres choses plus intimes. La télépathie ou la communication par le cœur est encore confirmée ici. 
C’est quelque chose de naturel d'involontaire, dont on prend conscience par l’observation et qui à mon avis ne peut pas être forcée puisque cela concerne l’âme et fait intervenir un tiers, une personne qui dispose de sa souveraineté. 
Puis vouloir communiquer avec l’autre via la télépathie est une forme d’intrusion motivée par le besoin de dominance, de pouvoir. 

En ce sens, apprendre à communiquer avec les aspects internes et à écouter avec le cœur, à voir avec le cœur, permet de constater et de développer les facultés de l’esprit. 
C’est quelque chose qui se découvre avec d’autant plus d’émerveillement que la volonté n’y est pour rien à part ce désir d’aimer et d’embrasser toute vie. 

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.