samedi 17 octobre 2015

« Il n’y a pas de problèmes, d’ennemis, mais des révélateurs et des cocréateurs.






16 octobre ; Et bien aujourd’hui, la journée commence avec un problème à résoudre; la machine à laver a rendu l’âme ! Je peux demander à une voisine de me prêter la sienne mais ça ne me tente pas trop. Il y a aussi la possibilité de laver à la main et puis, il y a des laveries automatiques. Ou encore acheter une machine neuve à crédit mais ça, je n'ai jamais voulu le faire parce qu'on paie cher et s'engager pour quelque chose de matériel...

Pour le moment, je ne me prends pas la tête avec ça, je laisse venir les idées. 
Il y a toujours une solution aux problèmes matériels et le fait que je ne sois pas attachée à la matière est une chance dans ce genre de situation.
Mon ‘problème’ n’est pas le manque d’intérêt pour la spiritualité, l’ignorance de ma vraie nature, il est plutôt dans le fait d’avoir toujours voulu fuir la réalité du monde. 

Nous avons tous à surmonter des difficultés relatives à notre parcours, notre enfance et notre personnalité mais quand on sait que la source de toute vie est en soi, qu’on n’en a jamais été séparé, ça permet de prendre du recul sur ce que l’on vit. 

Nous devons tous trouver le juste milieu, l’équilibre et l’harmonie afin d’être en paix et de pouvoir manifester une réalité quotidienne qui corresponde à nos aspirations véritables. 

Pour beaucoup, la difficulté majeure, c’est de sortir des jeux de rôle, de l’identification à la personnalité, aux rôles de parents, d’enfant, d’employé...


Et je ne m'exclue pas de cela puisque ma vie a été gérée par l'ego et ses stratégies, comme tout le monde. La différence, c'est que je sais qu'on peut vivre en paix, que l'amour est en soi et que pour être heureux, créer en conscience, il "suffit" de vibrer sur cette fréquence. Je ne doute pas de la puissance de l'amour et je sais que c'est en soi qu'il est nécessaire de projeter l'amour lumière de la source pour être épanoui. Après, c'est une question de pratique, de penser à se centrer quoi qu'il arrive et d'être présent à soi-même afin de libérer les croyances restrictives basées sur la peur et le manque. 

Le mouvement New-âge a valorisé ceux qui avaient la foi et amplifié l’estime de soi mais c’est allé beaucoup trop loin. L’humain recherche toujours les privilèges auprès de ceux qu’il estime supérieurs, ceux qui représentent l’autorité, la connaissance. Il s'imagine qu'en étant validé par ses pairs, ses supérieurs, ses parents, il sera comblé mais c'est un leurre, une stratégie de l'ego qui ne mène pas au bonheur. 
La dépendance affective, toute forme de dépendance est un piège qui nous éloigne de l'être véritable et nous maintient dans l'ignorance de ce qu'est le vrai pouvoir. 
Et au niveau spirituel, c’est la même chose. On se tourne vers la source, vers dieu pour obtenir des bénédictions, des faveurs, la reconnaissance. 
On associe le pouvoir à la domination et on pense être aimé de la source si on lui obéit. Selon ma foi et mon expérience, il n'y a pas de hiérarchisation ou de manipulation ni même de domination. 
Il s'agit plutôt d'une coopération, d'une association entre l'humain et le divin. 
La vie nous pousse à devenir plus conscient de qui nous sommes en réalité, plus ouverts de cœur et d'esprit, plus autonomes dans tous les domaines de l'existence

Elle nous montre que l'amour divin est une vibration, un état d'être, notre nature essentielle véritable et pas un objet à conquérir. 

Je reçois toujours les pensées du jour de Neale Donald Walsh :
« La vie commence à la limite de votre zone de confort »
« En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que la vie commence à la limite de votre zone de confort.
Vous ne trouverez pas la gloire au cœur de la prudence,
mais sur ses bords. Vous ne trouverez pas l’amour
dans un endroit protégé, mais là où vous serez mis à nu.
Vous devez prendre des risques. Vous ne devez pas seulement
ramasser les dés, vous devez également les lancer. Alors allez-y,
faites le pari. Vous n’avez rien à perdre à part la possibilité
de gagner.
La vie n’est pas assez longue pour la passer sur la touche.
Et vous n’aurez pas besoin de plus d’une seconde pour savoir
exactement pourquoi vous recevez ce message aujourd’hui.
Avec tout mon amour, votre ami … »
Neale

La notion de challenge, de jeu qui est évoquée ici, participe à l’épanouissement, à la réalisation de soi. Elle demande d'être conscient et de manifester notre nature dans la matière, au travers de nos pensées mais aussi de nos actes. 
Il est vrai qu’on n’apprend pas grand-chose en étant dans un confort routinier mais il faut trouver l’équilibre entre hyperactivité et farniente. 
Et pour ça, la meilleure façon, c’est encore de prendre la vie comme un jeu, et se laisser guider par elle, par les évènements qu’on abordera en conscience, en sachant que tout est fait pour que nous puissions grandir en agissant dans l'harmonie, selon l’intuition et la raison. 
En se laissant guider par l’amour lumière en nous, depuis le cœur, la sensation de paix intérieure.

Pour la machine à laver, c’était à prévoir parce qu’elle a fait son temps et montrait des signes de fatigue. J’en ai d’ailleurs parlé avec ma sœur dimanche dernier parce qu’elle fuyait (la machine, lol !) depuis quelques mois. 
Voilà une motivation supplémentaire pour la candidature à la recyclerie.
Je ne me fais pas trop de soucis pour la machine parce qu’il y a toujours des solutions et déjà, en offrant à la source les pensées émotions qui surgissent, c’est une occasion de faire le ménage en soi.

Il y a quelques temps, j’y aurais vu une forme d’acharnement de la vie contre moi, j’aurai râlé auprès de mon âme de me laisser me dépatouiller, de ne pas me faciliter la vie…je me serais identifiée au rôle de la victime, victime de la vie et du divin.

Là, je m’en fous complètement, je me dis que ce sera l’occasion d’aller vers les autres, de faire des rencontres, d’écouter la guidance intérieure, de peaufiner la relation  à l’âme, d’affiner mes perceptions, d’augmenter ma capacité à lâcher prise, la confiance en soi, en l’âme et en la vie.

Je n’ai jamais été trop matérialiste mais j’aime tout de même le confort et me faciliter la vie. Une de mes voisines qui a 82 ans et des problèmes cardiaques, refuse de laver son linge à la machine ! Elle est témoin de Jéhovah et leurs croyances se basent sur le sacrifice, l’abnégation, le service, la femme qui doit obéir à son mari…Tout ce que j’exècre !  
C'est une vision  du divin et de la foi qui date du moyen âge.
Malgré tout, on s’entend bien, on partage la foi au christ, aux valeurs humaines, on se respecte mutuellement dans nos différences et c’est tout ce qui compte. 
Je partage aussi l’affection et la présence du chat Féliz avec cette femme espagnole. 
Là aussi le fait d’avoir des origines communes y est pour quelque chose. 
Au début, j’étais un peu irritée qu’elle attire le chat avec de la bouffe, sur sa fenêtre. Puis comme elle vit seule et comme j’ai profité de la situation pour offrir à la source toutes les pensées injustes à propos de l’amour possessif, maintenant, je me dis que c’est bien ainsi. 

De toute façon, on ne peut pas obliger un chat à faire quoi que ce soit. 
Puis il ne m’appartient pas, il a le droit d’aimer qui il veut et quand il le veut. 
Quand elle a commencé à le séduire, je me disais qu’elle abusait parce qu’elle est entourée, (un de ses fils vient la voir tous les jours et l’autre elle le voit aussi régulièrement, aux réunions de l’église) mais moi, je vis seule et ma famille est loin. 
Tant que j’avais ce genre de pensées, je nourrissais la victime, souffrait de comparer ce qui n’est pas comparable et oubliais que mon célibat est un choix. 

Même s’il révèle des peurs relatives aux blessures d’enfance, ça reste pertinent puisque je peux ainsi profiter de la solitude pour guérir, libérer, me centrer et vivre totalement libre, au quotidien. Mais ce choix entraine aussi des frustrations parce que l’humain n’est pas fait pour vivre dans l'isolement.
D’un autre côté, il n’est pas nécessaire de se coller à quelqu’un pour ne pas être seul. D'ailleurs la sensation de solitude alors qu'on est en couple, peut être encore plus forte que lorsqu'on est seul parce que si on attend que l'autre comble notre besoin d'amour, on est coupé de notre essence, de l'amour lumière en soi et en grand manque affectif.
Toute forme de relation est nourrissante mais quand on veut tomber les masques, il est beaucoup plus facile d’être seul. Enfin ça n'est que mon point de vue, mon choix. 
Puis j'ai toujours suivi mon cœur, mon intuition, en matière de relation de couple et je me contente d'être ouverte du moins de ne pas être dans une posture du style "plus jamais  ça". 
Le seul truc à faire maintenant, c'est de ne pas se précipiter aveuglément et de "réfléchir à la question"; d'interroger mon cœur, mon mental, mon corps physique, de voir ce que la situation révèle, de faire la lumière et d'utiliser l'effet miroir avant de décider quoi que ce soit.   





La vie amène toujours à rencontrer des gens, et l’effet miroir permet de savoir où on en est dans notre progression, notre capacité d’aimer et d’être aimé. Et il n'est pas nécessaire de le vivre dans la réalité, dans la chair pour sonder ses profondeurs. 
J'ai eu l'occasion d'y réfléchir quelques fois ces derniers temps et je constate que ça évolue, je découvre des aspects internes que j'ignorais sans même m'engager dans une relation.
La dernière « histoire d’amour » a révélé le manque d’amour vrai de soi et la difficulté à faire totalement confiance. Évidemment c'est en moi que je n'avais pas assez confiance.
J’ai vu que je reproduisais des schémas inconscients mais aussi à quel point j’avais progressé dans la capacité à être transparente, sincère, à oser dire mes peurs et mes faiblesses. 
J'ai vu aussi, avec du recul, que la transparence c'est plutôt de pouvoir dire ce que l'on ressent dans l'instant. 
Dire ses peurs peut amener l'autre à changer son comportement à ne pas être lui-même. C'est une façon d'essayer de le changer qui amènera tôt ou tard des frustrations. Puis les peurs sont à gérer en soi-même...
Je n’ai pas encore tout compris à ce sujet mais je laisse venir les images, les pensées que j’offre à la source parce que j’ai encore la sensation d’avoir été abusée.

Bon, je vais m’activer et profiter du soleil matinal avant que le ciel ne s’assombrisse comme hier. En fin de journée, je m’en suis un peu voulu de ne pas être sortie, je sentais que je manquais d’air et de lumière extérieure. J’ai offert les critiques à la source et me suis dit que je ne me ferais pas avoir aujourd’hui.
Mais il ne s’agit pas d’agir dans la révolte, d’aller contre moi-même, de me forcer à faire les choses ou encore de raisonner, de calculer.

La première chose à faire, c’est de reconnaitre et d’accepter de cafouiller encore, de manquer d’équilibre, de privilégier les besoins du mental et d’offrir ces constatations à la source. 
Je sais par expérience que lorsque je me centre, lorsque je me regarde en toute transparence et avec compassion, l’élan à agir vient naturellement et le geste est efficace, précis, opportun.

Je suis d’un naturel plutôt actif et je ne doute plus de mes capacités à rebondir mais foncer dans le tas, n’est pas la meilleure solution. En cherchant l’équilibre et l’harmonie intérieure, les énergies masculine et féminine, œuvrent ensemble pour le meilleur.

Ce n’est pas évident de changer de façon de faire mais en changeant son état d'esprit, d’être, en suivant l’élan de l’instant on amplifie la confiance en soi et de nouvelles connexions neuronales se forment. 
Quand on comprend que les opposés ; le bien et le mal, l’ombre et la lumière, sont des énergies complémentaires, on favorise la reconnexion du cerveau gauche et droit, de l’intuition et du raisonnement.
C’est de cette façon que j’envisage maintenant ce que je suis et c’est en changeant le regard sur les faits, sur ce que je suis et porte, que les comportements addictifs sont lâchés.

Je me félicite de voir que le sevrage se passe avec facilité. Je ne force pas mais fait en sorte d’être consciente de ce qui me motive à agir de cette façon. Je sais que c’est une stratégie de protection des blessures et comme j’ai lâché pas mal de croyances adoptées dans l’enfance, lorsque l’envie se manifeste le soir alors que les cachets ne font plus effet, j’applique le processus d’accueil des pensées émotions et laisse l’amour lumière en moi agir.
Comme je suis convaincue de l’intelligence du corps physique, des cellules et de la bienveillance de la vie, je parle à mes corps, les félicite de se soutenir mutuellement. 
Ce dialogue vise à pacifier les pensées émotions énergies, à changer le regard que je porte sur moi-même, à élever ma fréquence vibratoire, à aligner ma volonté à celle du cœur, de l’âme, du divin.
Tant qu’on croit que quelque chose est un problème, on ne trouve pas de solution, on reste enfermé dans le mental et on ne peut pas voir autrement que par le biais du jugement. 
Mais si on offre à la source, à l’amour lumière en soi, ce qui bloque, ce que nous n’arrivons pas à accepter, le problème n’apparait plus comme tel.
C’est un premier pas vers la guérison qui augmente la confiance en la source. Et c’est suffisant pour avancer parce qu’alors, en s’abandonnant à la grâce, tout se met en place pour que nous puissions changer.

Un des signes qui m’indique que je ne vois plus l’addiction comme un problème, c’est le fait que je ne me reproche plus d’en parler ici. Ça me montre aussi que je  lâche peu à peu la peur d’être critiquée et que tout est lié, que la loi de résonance, l’effet miroir sont à l’œuvre.
En changeant la pensée, on lâche la croyance qui la nourrit, la vision est plus neutre et au passage, on peut offrir à la source, tout ce qui validait la croyance injuste ; la honte, la culpabilité, la critique, le rejet, le déni, la notion de bien et de mal. 
Ces énergies absorbées dans l’amour en soi, viennent nourrir la foi en la puissance de l’amour, par l’expérience. 
En s’harmonisant, elles viennent servir le bien commun, elles sont orientées vers la croissance, l’évolution, la guérison, l’équilibre énergétique et la capacité d’agir depuis le cœur, dans la paix.

Bon, je retourne au jardin et je vais offrir à la rivière les pensées émotions non alignées à l’amour, me nourrir de ses énergies de fluidité, de souplesse, de libre circulation des énergies. Puis embrasser l’arbre pour amplifier la confiance en soi par l’ancrage, le centrage, la connexion au ciel et à la terre. 
Je ne prends pas seulement leur énergie, j’offre les miennes ; la gratitude, la conscience qu’ils sont vivants, intelligents, que nous sommes interconnectés, reliés au niveau de l’âme et de la conscience.
La nature offre les plus beaux enseignements en silence, par effet miroir et en même temps ses énergies harmonisées, complémentaires. Voyons quelles clefs de sagesse je vais piocher "au hasard" sur le site de Monique Mathieu
Clef 916
« Si vous faites fleurir l’Amour dans votre cœur, si vous nourrissez toutes vos cellules de la Vibration Amour-Lumière, le vieillissement ne vous touchera pas ou que très peu. Ce sont la tristesse, la souffrance, le ressentiment et les peurs qui font vieillir les êtres prématurément. Donc choisissez tout ce qui est positif, vous resterez toujours en meilleure forme et le temps aura de moins en moins d’impact sur ce que vous êtes au niveau physique et également sur ce que vous êtes au niveau psychologique. » 

Je peux le confirmer et d'ailleurs la sagesse populaire parle de la jeunesse qui est plus liée à l'état d'esprit qu'à l'apparence. Je n'ai pas l'impression de vieillir mais de grandir. Je suis épatée de constater que mon corps reste jeune et en santé malgré tout ce que je lui ai fait endurer! Là encore, je vérifie la force des croyances, des pensées et de la vibration d'amour inconditionnel qui fait des miracles!

Clef 868
«  Qu’offrez-vous à la vie ? Souvent, vous offrez la tristesse, le ressentiment et la souffrance. Que pouvez-vous recevoir en échange ? En échange, vous recevez ce que vous offrez ! 
Soyez absolument certain que si vous apprenez à offrir en permanence la joie et l’Amour, vous recevrez la joie et l’Amour. 
Formulez simplement cette phrase :" j’aime et je suis aimé de tous, je rayonne la joie et la joie m’envahit". Les mots les plus simples sont les plus porteurs et vous aident réellement à intégrer, à rayonner ce que vous êtes. » 
Quand je lisais cela il y a quelques années, je me disais mais comment je peux offrir l'amour et la joie si je suis déprimée ? Je ne savais pas encore la force d'alchimisation qui vient de l'acceptation de ce qui est puis de l'offrande à la source de tout ce qui pèse, alourdit. 
C'est une telle délivrance, une joie immense de constater qu'on n'est pas soumis à ses propres pensées émotions ou à celles de l'extérieur, qu'il suffit de faire vibrer, circuler l'amour lumière en soi pour que la paix, la joie et la liberté se ressente avec intensité!

Clef 896
« Enfant de la Terre, n’oubliez pas que la Lumière absorbera toujours l’ombre ! 
Il en est de même pour vos pensées ! 
Les pensées de générosité, d’Amour, de bonté et de joie pourront petit à petit absorber toutes les pensées émises par les êtres en souffrance. Il faut que vous le sachiez afin que vous-même ne créiez pas des pensées de souffrance et que vous créiez toujours des pensées qui vous élèvent et élèvent toute l’humanité. » 

J'ai souligné "petit à petit" parce que c'est essentiel. Nous portons des énergies lourdes, des croyances tellement ancrées qu'il faut de la patience et de la persévérance pour libérer tout ce qui ne nourrit pas l'être véritable. 
Et c'est dans ce parcours qu'on apprend à devenir conscient, bienveillant, à ancrer et à rayonner l'amour lumière de la source en soi. 


Une dernière, piochée à l'instant, qui vient amplifier ma foi et qui me révèle une fois de plus la véracité de la loi de résonance, de l'effet miroir et à travers cela de la reliance entre toute vie. 
Quand on comprend que l’autre nous renvoie ce que nous portons intérieurement, ce qui est parfois caché depuis des années, on change totalement sa vision de ce que l’on appelait avant des épreuves, des punitions ou des bénédictions. 
La vie nous enseigne et les autres nous révèlent ce qui en nous a besoin d’être aimé, pacifié. Il n’y a donc pas d’ennemi mais des révélateurs, des cocréateurs.

Clef 449
« Nous vous le demandons vraiment avec insistance : essayez le plus possible de travailler sur toute pensée inférieure. Essayez de créer autour de vous des pensées de Lumière, des pensées positives, des pensées qui vous grandiront et qui attireront vers vous toutes les pensées similaires.
La pensée est une énergie créatrice, ne l’oubliez jamais ! La pensée est également une vibration ! »


Clefs de sagesse trouvées sur le site de Monique Mathieu : http://ducielalaterre.org

Si vous trouvez un intérêt à partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteur et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.