jeudi 5 mars 2015

« L'illusion de l'image, de la forme » & vidéo d'éveil





Je me sens toute légère ce matin malgré les cinq heures de sommeil mais sans interruptions ! La première pensée qui est venu c’est la phrase d’un gamin de la série d’animation « Les têtes à claques ». C’est tout bête mais ça signifie que l’inconscient s’est effectivement vidé du poids du passé, du rôle de la victime, de la souffrance, que mon enfant intérieur est joyeux puisqu’il chante et même si les paroles de cette chanson sont débiles, le message qui est derrière, révèle qu’il me faut encore lâcher l’accusation et la colère face aux horreurs commises par les gens de pouvoir. 
Puis en laissant monter les pensés à la lecture d’articles diffusés par mes « amis » sur Google+, ceci m’a été confirmé. 
Une autre chose significative, c’est que mon  corps physique me parle d’une façon nouvelle qui me va tout à fait, à travers le goût. Je n’ai pas pu boire mon café du matin parce que je l’ai trouvé dégueulasse. J’ai tenté le coup une deuxième foi mais même constat. Pourtant, c’est le même paquet qu’hier, la même eau…
J'avais diminué les doses parce que je sentais que ça n'était pas bon pour moi puisque c'est un excitant et mon but, c'est d'être en paix. Mais je n'ai pas critiqué ça, j'en ai juste fait le constat et j'ai fait confiance. Une nouvelle piste de réflexion vis à vis de la dépendance...


Ceci semble anodin mais en fait c’est une confirmation de ma foi en la capacité du corps physique de nous inspirer ses besoins simplement par le concept ; « j’aime », « je n’aime pas », « ça me va », « ça ne me va pas ». Là encore, il suffit de suivre l'élan et d'être en confiance. 
C'est le jeu des contraires, la dualité dans son aspect « positif » qui permet de choisir, et par la même de nous affirmer en tant qu’individu. La dualité n'est plus perçue comme un conflit...
Évidemment, il a fallu libérer le doute, le mépris pour ce qui concerne la chair et l’arrogance de croire que seule la pensée est intelligente et consciente. 

Notre corps nous « parle » sans arrêt et tout comme la nature, il est tout à fait autonome, vivant, conscient, capable de se débrouiller sans notre mental, sans notre « secours ». 
Le vent a soufflé violemment tout la journée d’hier, et encore ce matin. 
Il faut être bien enraciné pour ne pas se laisser emporter. 
Et ça encore, c’est un message de la nature !

Tout ce que nous sommes et tout ce qui nous entoure nous enseigne continuellement ! 
En apprenant à écouter, (ce qui n’est pas évident quand on passe sa vie à penser, parler mais comme toute chose, ça s’apprend), on commence à comprendre le langage du corps, de la nature et du monde. 
Il est indispensable de faire silence ou au moins de ne pas dialoguer avec le mental, le temps de se calmer afin d’être réceptif à sa propre guidance, son âme, son intuition. 
Le ressenti permet de décoder le langage du corps et du divin en soi mais par la pratique, l'écoute et l'observation, on affine ses perceptions, sa compréhension. 
Calmer les corps mental et émotionnel par la respiration, l’attention au corps physique, prépare le terrain. Mais notre corps nous parle aussi par la fatigue, les désirs, les bobos et maladies.
L’amour de soi consiste à cesser de juger afin d’amplifier l’énergie qui est partout mais pour notre individualité, rayonne depuis le cœur qui agit comme un émetteur/récepteur. Et amplificateur selon l’objet de notre attention. 
En ce sens, les images sont des stimulatrices et révélatrices de notre inconscient. 
Celles qui entrent en nous ont un fort impact et vont se loger dans l’inconscient lorsqu’elles suscitent et éveillent des émotions refoulées. 
Il est important de faire attention à ce que nous regardons parce que c’est puissant et ça s’imprime, nourrissant soit la peur soit l’amour. Pour désactiver l'inconscient, les programmes involutifs, c'est indispensable. 

De même pour recevoir des messages de notre âme en image, il est bon d’apprendre à sélectionner ce qui entre en nous au même titre que la nourriture pour le corps physique. Un être qui ignore sa vraie nature va se gaver d’images pour se sentir vivant et son mental sera avide de sensations fortes. La sensation de vide amènera à vouloir se remplir et ça devient une accoutumance, une dépendance.
Je ne regarde pas de films violents afin de ne pas nourrir la violence en moi, ni de films de science fiction qui remplissent la tête d’images et nous conditionnent. 
Par exemple, pour connaitre ma famille galactique, le fait de ne pas avoir imprimé de forme particulière même si j’ai eu l’occasion de voir certains articles qui les décrivent, me donne l’assurance que ce qui vient n’est pas suscité par l’extérieur, ou l’inconscient. 
Puisqu’il imprime tout, avoir un écran "vierge" permet de ne pas douter de ce que l’on reçoit. On ne peut évidemment vivre en aveugle (quoiqu'en suivant son cœur, c'est tout comme), mais on peut sélectionner ce qui nourrit notre mental. Des images de paysage, de fleurs, d’animaux…de joie, de paix de liberté…Tout ceci nourrit l‘espoir et libère bon nombre de peurs. Et même si ça peut parfois être une fuite, une forme d'évasion, si on en est conscient , c'est déjà un pas de fait vers la délivrance, si on ne s'en fait pas le reproche. 

Puis au niveau de la puissance des gens de pouvoir, un article m’a fait réfléchir. Il est question des bunkers souterrains qu’ils ont fabriqués aux quatre coins du globe. 
Ma première réaction a été l’indignation mais comme je le supposais, la peur a suivie face à leur ruse et leur capacité de planifier tout avec autant de précision, "d’intelligence", puis ensuite est venue la tristesse, la colère, le désespoir et enfin, une idée évidente, c’est que malgré leurs connaissances occultes, leur fortunes, leur pouvoir est très limité
Ils ont peur de la mort !
Il ressort plusieurs choses de ce constat ; le fait que choisir de servir le pouvoir, l’orgueil, le contrôle, enfin tout ce qu’ils qualifient de forces sombres, ne mène pas à la liberté mais oblige à augmenter sans cesse la pression, le contrôle. Quelle horrible façon de vivre à l’intérieur de soi, ça ne peut qu’engendrer la souffrance ! Ils craignent la mort puisqu’ils s’en protègent. Et même s’ils ont du pouvoir sur la masse, ils n’ont aucun pouvoir sur la Vie, sur eux-mêmes, sur leur monde intérieur ; le contrôle n’est pas le pouvoir, c’est un pur produit de la peur.

Puis, malgré leurs tentatives de destruction, la planète tourne toujours et nous sommes encore vivants et de plus en plus conscients. Malgré leurs magouilles pour amasser des fortunes ils sont pauvres…Pauvres en dedans puisque seul l’amour peut combler, épanouir vraiment.
Par contraste celui qui suit son cœur, cultive l’amour en lui-même et le rayonne, ne craint plus la mort. Et comme cette peur conditionne tout notre comportement, c'est une extrême délivrance à tous les niveaux! 

Celui qui va au fond de lui-même et libère ses ombres n’en est plus affecté, il devient libre quand bien même il serait emprisonné, Mandela en est un exemple vivant. Puis évidement le Christ nous a montré que nous sommes éternels et bien plus « grand » que ce que nous croyons être. Ces connaissances sont en nous, elles attendent juste d’être reconnues mais comme il l‘a dit, les icônes sont des pièges, les apparences sont trompeuses, elles nous éloignent de la vérité, de la notre et de celle du divin, celle de notre propre cœur. 
Les révélations des scandales nous le montrent parce qu'elles nous font sortir de notre centre. 
Puis, sachant que le pouvoir réside dans la capacité à gérer son monde intérieur, par l’amour, on peut facilement constater que ceux qui nous gouvernent, malgré qu’ils soient "initiés", ne gèrent absolument pas leur pulsions, leurs émotions, leurs énergies, même s’ils sont capables de jouer la comédie.  
Il y a une énorme différence entre se contrôler et s’assumer 
Je ne sais pas si mon message est clair mais pour résumer l’essentiel, il n’y a pas à craindre le pouvoir des manipulateurs, leur pouvoir est aussi limité que celui du « diable ». Le dessin animé* que j’ai regardé il y a peu, exprime ce concept. 

« Ce n’est que du vent, ça vient de ton imagination ». Et en traçant un cercle autour du serpent (qui est la projection de ses propres peurs), qui tente de l’avaler, il s’en libère. 
Il utilise le pouvoir de l’imagination pour se libérer de ses propres peurs.

Le fait que mon inconscient se soit vidé, me ramène à l’idée que l’astral est en tain de se dissoudre. C’est une chose que je ressens fortement depuis quelques jours. C’est logique puisque mon inconscient se vide des programmes basés sur l’illusion, la peur, l’idée de division, de séparation.
Ce monde issu de notre imagination, est en train de disparaitre et c’est une excellente chose. Mais ça veut aussi dire que nos « projections lumineuses », les anges, les guides, les maitres…ne seront plus "visibles". 
Puis c’est aussi un message qui nous affranchit puisque ce sont des projections de l‘inconscient, ça confirme le fait que nous avons ces énergies en nous ! 
Bien que ça ait constitué un soutien le piège est aussi énorme. Celui de s’attacher à l’image, l’illusion, de perdre son propre pouvoir, qui réside dans le fait de venir en son cœur, d’être centré et non éparpillé, de se fier à sa propre guidance, de se laisser berner par la peur. Pour cette raison aller au fond de soi et laisser partir toute pensée/émotion relative à la peur nous affranchit, nous libère et nous rend notre pouvoir de créer en conscience le monde dans lequel nous voulons vivre.

Les gens de pouvoir paniquent naturellement puisque leurs idoles s’effritent, leur soutien n’existant plus, ils déploient en vain leurs dernières cartes. Ce qui se traduit par des déclarations de guerre avortées, des attentats, des vaccination de masse, bref, ils brandissent leurs épouvantails dans un dernier sursaut, d’une extrême violence. 
Ils savent que leur jeu est terminé. 
D’une certaine façon, j’ai presque de la compassion pour eux. S’ils savaient qui ils sont vraiment ils n’en seraient pas là. Mais il suffit d’être blessé une fois dans sa vie pour renier l’amour et se tourner vers l’ombre…Ou dit autrement vers la colère et le besoin de pouvoir, de contrôle, de dominance. Parce que s’ils connaissaient le réel pouvoir de l’amour, s’ils avaient développé la force de leur cœur, ils seraient auto-suffisants et libres. 

La recherche du pouvoir vient quand on ignore qui on est réellement, quand on s'identifie à son mental et qu’on ne connait pas la force d’aimer. Nous sommes tous passés par là. Mais, quand on se focalise sur son propre cœur, sa propre lumière, son soleil intérieur, on ne craint rien et en plus nos illusions démasquées n’ont plus de raison d’être.
Puis du côté de certains travailleurs de lumière, c’est aussi la panique parce qu’il n’y a plus personne à l’écouteur. Je parle de ceux qui connectent l’astral, de ceux qui utilisent la magie noire ou blanche d’ailleurs. 
La magie, l’illusion, ne peuvent pas cohabiter avec la conscience. La conscience l’absorbe tout comme elle le fait avec la peur qui permet de libérer l’amour en soi. Lorsqu’on devient conscient de sa vraie nature, évidemment on va en parler dans des termes communs, connus, mais ceux-ci sont des projections, des interprétations faussées de la réalité. Les gens qui ont vécu des EMI parlent de l’amour et de la lumière, il est rare qu’ils voient des êtres qui correspondent à notre imaginaire collectif. Ils contactent éventuellement les membres décédé de leur famille mais là encore, réalité ou projection du manque, de la peur?
La pure conscience n’a pas "besoin" de représentant, d’image, de forme, puisqu’elle est en chacun de nous, elle adopte toute les formes qu’elle veut. Oui c'est contradictoire mais il ne s'agit pas de savoir si c'est vrai ou faux mais de connaitre le piège de l'attachement.
Il me semble beaucoup plus sûr de se fier à son cœur, sa vibration, plutôt que de s’attacher à des images, des icônes. J’ai toujours lu les messages des guides sans les associer à des formes particulières parce que je connais l’effet pervers de ceci. 
S’attacher à la forme c’est nourrir l’illusion, c’est se leurrer soi-même.

Les rêves ne sont pas censées nous pousser à focaliser notre attention sur l’image, elle est une projection de ce que nous portons en nous, de ce qui est caché à notre conscience et pour cette raison son seul but et de nous révéler l’énergie qui est bloquée à l’intérieur, les cristallisations, les raideurs. Les peurs et les fausses croyances sont ainsi révélées mais c’est pour les laisser partir. 
S’y accrocher revient à croire que notre inconscient est notre dieu, notre maitre. 
L’image flatte l’orgueil mais ne sert pas du tout l’amour vrai en nous. Tout comme la distraction dont se servent les médias quotidiennement pour nous hypnotiser afin de nous vendre leurs produits et nourrir leur avidité. Et ça marche…Enfin plus pour longtemps…Cette petite vidéo est très claire et résume bien ce processus.


« J’ai un doute sur la télé  » Merci à Chris Orgone pour cette info

*Dessin animé: "Brendan et le secret de Kells"
http://www.streamingzer.com/film-brendan-et-le-secret-de-kells-streaming.html

Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.