mardi 16 décembre 2014

« A propos du témoignage de Matilda O'Donnel MacElroy »*






Je suppose que la lecture de ce témoignage sèmera le trouble puisque beaucoup de thèmes abordés demandent à être développés tellement ça révolutionne nos croyances. Personnellement, je suis au courant des infos qui circulent à propos des aliens, de la mise en quarantaine de la terre, des guerres galactiques…mais jusqu’à maintenant, je ne voulais pas en entendre parler parce que je manquais de foi en ma vraie nature et la peur avait encore trop d’impact sur moi pour que j’ose m’aventurer sur ce terrain.

Non seulement la peur mais comme j’avais besoin de m’accrocher à mes croyances, je ne pouvais pas prendre le risque de tout balayer d’un coup. 
Puis envisager les guerres galactiques comme une réalité me maintenait dans le défaitisme, l’impuissance et le désespoir. Si même en dehors de notre planète, le « ciel » est encore un champ de bataille, où est l’issue de secours ? Où peut se trouver la paix ! 

Il a fallu que je sois certaine de la trouver en mon cœur, que je le vive concrètement et quotidiennement, que j’apprenne à gérer les émotions pour vérifier cette vérité. Dès lors, les autres, l’extérieur, les pensées dérangeantes, les peurs, les besoins et les manques sont relativisés.


C’est en abandonnant le jugement systématique, en revenant au cœur que j’ai cessé de croire en la validité de la notion de bien et de mal et ça, c’est un magnifique cadeau que je me suis fait parce que l’ombre n’a plus trop d’impact sur moi. Je ne dis pas que je peux regarder des vidéos qui dénoncent les réseaux pédophiles, sans être dégoûtée, je ne suis pas devenue complètement insensible mais comme je ne m’identifie plus au rôle de la victime, je suis moins perturbée.

Il est clair que l’histoire est falsifiée mais jusqu’à quel point ? Une chose est sûre, c’est que ça me motive encore plus à laisser tomber les croyances, les rôles, à revenir au cœur de ce que je suis, à continuer d’apprendre à gérer ce qui se manifeste en moi et à suivre l’élan du moment. 
Plus il y aura de révélations et plus ça risque d’être confus. 
Connaitre le passé et en l’occurrence, les successions de guerres, d’abus de pouvoir…de tout ce dont l’humain est capable, donne encore plus envie de changer de monde. Non pas de passer de l’autre côté du voile ou encore de changer de planète, mais de faire un nettoyage en profondeur, par le pardon à soi, ou l’acceptation totale de ce qui se manifeste à l’intérieur, afin de tourner définitivement la page. 
S’il fallait retrouver toute la mémoire des vies passées, tenter de comprendre l’histoire telle qu’elle a été réellement vécue, en ayant une vision duelle, il faudrait des milliers d’années à gérer la culpabilité, la peur, la colère, la tristesse…! 

C’est ce que nous faisons maintenant puisqu’en toute logique, nous portons aujourd’hui la mémoire de ce lointain passé. Pas étonnant que le travail soit laborieux et le pardon à soi et aux autres, essentiel !
En revenant au centre de soi, au cœur, à l’essentiel, en libérant le passé, en étant dans le présent, les croyances n’ont plus trop d’importance. Ce qui m’apparait essentiel, c’est d’être soi-même, de tomber les masques qui maintiennent dans l’inconscience et de connaitre ses corps, de l’intérieur. 
Par le ressenti, la paix qui se manifeste dans l’alchimie émotionnelle, l’écoute de son corps et la réunification de tout ce qui me constitue, la communion avec l’âme, le divin intérieur se révèle en douceur. 
Cette reconnaissance intime préserve de toute annonce choc. 

La seule connaissance utile et salvatrice, c’est celle-ci, la reconnaissance de la source de vie en soi. Puis si ma famille galactique existe bel et bien, je l’invite à se manifester. Remarque, il faut peut-être que je libère suffisamment la peur de l’inconnu pour oser se « face à face ». Bien que je ne juge pas consciemment les gens selon leur apparence, les mécanismes inconscients, les croyances basées sur la peur, sur l’humain idéal, s’enclenchent automatiquement. C’est une chose dont on se rend compte lorsqu’on veut être transparent dans l’introspection et que celle-ci se réalise depuis le cœur, sans jugement.
Je ne sais pas si les sensations familières à la lecture des messages de Jeshua via Pamela Kribbe sont dues au fait que « j’appartienne » à cette conscience christique, à sa présence énergétique ou à mes fantasmes concernant la religion, le besoin de sauveur…

Je ne vais pas essayer de comprendre ni même de chercher à comprendre, je vais faire comme pour le reste, confiance, confiance en l’amour, en ma vraie nature ou plutôt en tout ce que je suis. 
Continuer de me focaliser sur le ressenti, de gérer ce qui se manifeste à l’intérieur, au fur et à mesure, en maintenant la paix, l’unité en dedans, c’est déjà beaucoup et suffisant. 
En suivant l‘inspiration, sans forcer les choses, en me laissant guider comme ce matin, et en utilisant les infos comme « révélateur de ma propre ombre », le nettoyage se fera en douceur et l’éveil sans extravagance. 
Je parle d’éveil dans le sens de découverte de soi, de tous les aspects de soi et là, il risque d’y avoir des surprises !

*Voici les liens pour lire ce témoignage, traduit par hélios du site BistroBarBlog :


Si vous trouvez un intérêt à partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteur et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.