samedi 31 août 2013

"L'envie d'être parfait" par le Collectif Ashtar via Simon Leclerc





Je reste sur mon idée de partager ce message que j'ai déjà publié le 1er mars de cette année, qui me semble tout à fait approprié en ce moment. On reste sur le thème de la nécessité de plus en plus pressante de s'accepter en totalité afin d'intégrer l'amour inconditionnel de façon réelle, permanente et durable. La première fois que j'ai lu ce texte, j'ai tout de suite senti sa vérité, sa lumière et l'amour qui en émane. Beaucoup restent dubitatifs quant à l'origine de ce genre de message, la réalité de son mode de réception...Pour ma part, le ressenti et surtout le contenu sont des preuves irréfutables de sa véracité. Mon cœur tout comme mon mental ont approuvé ensemble ce qui est développé ici. Plus d'un an et demi après, je peux en attester la pertinence et la réalité, au travers de mes expériences vécues. Le parcours n'a pas toujours été facile mais ces vérités sont maintenant intégrées dans ma chair, ma conscience, mes corps denses et subtils. Même si dans un premier temps il est nécessaire d'accueillir des connaissances en "aveugle", par la foi en nos aspects divins invisibles, il n'y a que l'expérimentation qui puisse la rendre réelle. L'amour inconditionnel, l'acceptation totale de soi, est le chemin de l'éveil, de la réalisation et la libération de l'être. 






L'envie d'être parfait
 
Par le Collectif Ashtar
Reçu le 22 janvier 2012 par Simon Leclerc

Salutations à vous, chers enfants de la Terre,

Il nous fait plaisir de revenir vers vous en ce jour et de poursuivre notre enseignement sur la reconnaissance inconditionnelle de soi (voir autre texte http://www.psychologiedelame.com/message-16-12-11.html). Bien qu’en apparence secondaire, cette quête de reconnaissance extérieure anime les humains tout au long de leur parcours de vie. Si un Être n’arrive pas à l’obtenir de façon inconditionnelle, ce qui stimulerait alors son plein potentiel, il cherchera à être reconnu en tentant de découvrir ce qu’il doit faire pour y parvenir, ce qu’on attend de lui. C’est à partir de là que l’Être s’éloignera de sa vérité profonde en cherchant continuellement à s’adapter à son monde extérieur pour être aimé.

Il faut comprendre que fondamentalement, un Être humain cherche à reproduire à son échelle une sensation plus profonde ressentie par son Âme. Il cherche à être aimé pour la force de vie qui l’anime et qui le relie à l’Univers. Il cherche à être aimé parce qu’il est unique, qu’il respire et qu’à travers son souffle, c’est l’Univers tout entier qui s’exprime. Il cherche à s’unir à l’Univers en expérimentant l’amour inconditionnel que son Âme ressent de façon naturelle. Celle-ci existe en tant que parcelle de vie universelle, unie consciemment à l’Univers dans son ensemble.

Le choix de s’incarner
En choisissant de s’incarner, tous les Êtres traversent d’abord une étape fondamentale d’oubli de qui ils sont, processus essentiel leur permettant de redécouvrir leur nature véritable par la suite. Une fois le processus d’oubli amorcé, les souvenirs subtils de l’Univers que les Êtres conservent leur suggèrent inconsciemment que s’ils ne sont plus unis à cet Univers d’amour, c’est parce que quelque chose en eux n’était pas apprécié. Sans s’en rendre compte, les humains ont interprété que la dimension unique de leur Être n’était pas appréciée de l’Univers. Ils se sont imaginés qu’ils ont été punis pour quelque chose dont ils n’ont plus aucun souvenir.

À partir de ce principe présenté simplement, il faut comprendre que les Êtres humains ont voulu être acceptés, tout en portant en eux la peur fondamentale de ne pas l’être. Et donc naturellement, lorsqu’ils se retrouvent devant les autres, ils reproduisent cette thématique, c'est-à-dire qu’ils chercheront à plaire pour être reconnus et aimés, tout en craignant de ne pas l’être. Et leur peur de ne pas être reconnu sera telle que s’ils n’y sont pas attentifs, ils chercheront à connaître ce que l’on attend d’eux et à y répondre, afin de s’assurer d’obtenir l’amour qu’ils recherchent si vivement dans l’incarnation. Et lorsque celui-ci n’est pas inconditionnel, l’Être se contentera d’un amour conditionnel, car l’envie d’être aimé est plus forte que tout.

Comprenez chers amis que s’il y a eu cette inversion, c’est-à-dire que si les Êtres ont priorisé l’envie d’être aimé et reconnu extérieurement avant de s’offrir la reconnaissance intérieure inconditionnelle, c’est parce qu’ils ont eu l’impression que quelque chose en eux ne méritait pas d’être aimé.

L’état de séparation

Vous êtes des Êtres universels uniques, voguant dans un Univers d’amour. C’est ce que vous étiez consciemment avant d’entreprendre le parcours humain, et c’est ce que vous redeviendrez lorsque vous aurez de nouveau rejoint les niveaux de conscience élargie. En vérité, la majeure partie de votre Être n’a jamais quitté cet état. Cependant, lorsque vous avez entrepris le parcours de l’incarnation, vous avez continué à ressentir que vous étiez unique, mais l’expérience vous a amenés aussi à ressentir l’état de séparation, comme si vous ne faisiez plus partie de cet Univers d’amour. Vous avez alors interprété que c’est la dimension unique de votre Être qui n’était plus la bienvenue dans cet Univers d’amour, comme si vous aviez été chassé parce que vous portiez en vous quelque chose d’inapproprié.

En vérité, les Êtres humains ont voulu expérimenter la vie en dehors de l’amour, pour mieux comprendre l’amour à partir d’une perspective extérieure. Tout comme un poisson retiré de la mer souhaitera y fusionner de nouveau, les Êtres ont choisi de se séparer de l’amour pour mieux y revenir par la suite. Donc en vérité, lorsqu’un Être s’éloigne de l’amour, ce n’est pas pour demeurer séparé, mais pour mieux y retourner.

Donc si vous avez quitté l’Univers d’amour - cette sensation permanente d’union ressentie - pour vous retrouver dans un corps physique séparé de l’amour, et que par la suite vous avez interprété que c’est la dimension unique de votre Être qui n’était plus la bienvenue, vous aurez compris que vos efforts vont alors être orientés vers l’atteinte de cet état de perfection. L’envie de redevenir parfait est interprétée sur Terre comme le moyen de regagner sa place dans l’Univers.

Se débarrasser des imperfections
Les Êtres ont alors imaginé qu’ils devaient se débarrasser de tout ce qui était imparfait en eux pour accélérer leur retour. Et c’est à partir de là que les distorsions ont été amplifiées sur Terre, partagées par tout un ensemble d’Êtres voulant retrouver leur état de perfection, tout en repoussant ce qui ne semblait pas être à la hauteur en eux.

Cette envie d’être parfait est partagée par l’ensemble des humains de votre planète, et celle-ci est expérimentée encore plus intensément dans vos sociétés occidentales. Les soifs de performances, la comparaison et la concurrence qui y sont valorisées sont les symptômes visibles de ce que nous vous décrivons.

Comprenez que cette envie d’être parfait camoufle une impression d’être imparfait. Celle-ci amène les humains à occulter la dimension de leur Être qui cherche à absorber l’amour pour devenir plus équilibré. Car pour absorber l’amour, il faut se reconnaître. Et pour se reconnaître vraiment, il faut sortir de l’équation « je me reconnais parce que je suis un Être qui performe ». Cette équation n’est pas salutaire, car elle amène les Êtres à vivre des tensions énergétiques. Dès qu’ils font un faux pas, ceux-ci ont l’impression de s’éloigner de leur but et de perdre leur statut universel. Et alors, la pression est telle qu’ils n’osent plus avancer, parce qu’ils ont peur de se tromper.

Beaucoup d’Êtres humains attendent d’avoir atteint un état de perfection avant de se mettre en mouvement. Ils imaginent que l’état de maîtrise s’atteint en devenant parfait. Ils se disent que lorsqu’ils auront raffiné leurs talents au point qu’ils seront parfaitement déployés et exprimés, alors là ils seront reconnus par l’Univers. Et ce besoin d’être parfait avant même d’avancer est paralysant pour tout Être qui entreprend le parcours de maîtrise.

Inertie ressentie
Voilà chères Âmes pourquoi tant d’humains ressentent une paralysie. L’inertie devient alors réconfortante, car elle maintient les Êtres dans un état illusoire de perfection. La perfection, si elle existe, se présente par l’expérience, et non à travers la contemplation. Votre Âme ne cherche pas la perfection, elle cherche à évoluer. Et chaque étape de son parcours la stimule. Elle sait qu’elle se dirige vers un état de perfection, mais son but n’est pas de l’atteindre, c’est d’avancer vers celui-ci.

La perfection humaine n’existe pas. Dans la dimension incarnée, la perfection côtoie l’imperfection. Lorsqu’un Être est parfait, le lendemain il est imparfait et cela est parfait ainsi. Il n’est demandé à personne d’atteindre la perfection dans la matière. Cela ne correspond pas à l’expérience qui a été choisie par les Êtres dans la 3 e et 4 e dimension. Il faudra atteindre les portails de 5 e dimension pour que vraiment, l’état que vous considérez « perfection pure » prenne forme. Et vous aurez compris que la véritable perfection n’est pas de devenir parfait, mais d’aimer son Être en totalité.

Vous ne serez jamais « rendus », car l’évolution est éternelle. Même les Maîtres continuent d’évoluer. L’invitation ici est de prendre plaisir à chaque étape du parcours, plutôt que de chercher à atteindre la finalité avant même d’avancer. Viser un idéal est magnifique. Mais être paralysé par l’écart qui existe entre cet idéal et votre réalité courante est très limitant pour l’Âme.

Devenir Maître
Le Maître ne devient pas maître en devenant parfait, il est Maître parce qu’il développe ses qualités d’amour inconditionnel et total envers lui, peu importe les étapes qu’il traverse. C’est cet état d’être et le respect qu’il entretient envers son Être profond qui l’amène à vivre en permanence son état de conscience élargie.

Bénissez les impasses créées dans votre vie et qui vous forcent au mouvement, car sans elles, beaucoup n’oseraient pas avancer. Les limites ressenties sont toujours des invitations à être dépassées, et non des impasses réelles visant à vous arrêter. Ce sont les messagers que la vie vous envoie pour vous faire avancer. Nous ne vous proposons pas de vous acharner lorsqu’une porte se ferme, mais de comprendre que lorsque cela se produit, une autre s’ouvre nécessairement.

Souvenez-vous que l’Âme évolue à travers l’expérience, et non par la réflexion. Cette dernière est intéressante, car elle permet aux Êtres de poser un regard lumineux sur la vie. Mais elle ne vous fait pas évoluer si elle vous emprisonne dans une immobilité intellectuelle. « Avancez et vous verrez » caractérise bien l’énergie du Nouveau Monde. D’ailleurs, votre système éducationnel crée beaucoup de déséquilibre chez vos enfants, car il est trop axé vers la connaissance, et trop peu vers l’expérimentation. Mais cela aussi changera.

La cohabitation
Les Êtres humains doivent apprendre à cohabiter avec des portions plus lourdes de leur Être qui, en même temps, sont unies aux portions plus lumineuses. Vous êtes tous invités à réapprivoiser votre relation avec la vie, à partir de l’acceptation que vous puissiez vous tromper, faire des faux pas, et que la reconnaissance de votre Être ne soit pas remise en question dès qu’il y a ces faux pas.

Plusieurs aimeraient être déjà rendus, alors qu’en vérité, vous avez à franchir un escalier. Vous ne pouvez tout d’un coup être à l’autre étage. Vous avez des marches à gravir, et il faut être cohérent avec ceci. La douceur envers son Être en évolution est une qualité essentielle à intégrer dans l’incarnation. Être trop exigeant ou trop brusque envers soi ne fait qu’alourdir le parcours. Les fleurs ne poussent pas plus rapidement en tirant sur leur tige.

Votre foi inconditionnelle en la vie est beaucoup plus grande que le reste. Malgré tout ce que la vie peut avoir créé d’obstacle pour vous, vous continuez d’avancer, et cela est magnifique. Nous reconnaissons qui vous êtes. Nous reconnaissons l’Être d’amour que vous êtes. Chacun d’entre vous a beaucoup à offrir, et nous vous invitons à le reconnaître maintenant.

Nous vous remercions de votre présence amoureuse. Nous allons maintenant compléter ce message et vous saluer.

Salutations à vous

Le Collectif Ashtar et la Grande Fraternité Universelle
--------------------------------------
Reçu le 22 janvier 2012, par Simon Leclerc (www.psychologiedelame.com)

Vous pouvez partager librement ce message à la condition d'en conserver l'intégralité, sans rien modifier ni enlever, y compris sa provenance et ces quelques lignes. Merci

2 commentaires:

  1. Bonjour Lydia,
    Avant de lire le texte, j'avais compris, à la lecture de votre deuxième réponse, la véritable nature du message : apprendre à vivre dans un état total d'abandon et affronter tous les défis de la vie sans retenue, quel que puisse en être le résultat. Vivre vraiment. Si je dis que je ne sais pas aimer,je pose déjà un interdit. Et de plus, j'attends que l'on me présente une méthode.
    C'est vrai, cette raideur, ces à-prioris sur quasiment tout freinent beaucoup l'évolution de mon être. C'est le perfectionnisme comme il est révélé dans ce texte, ce besoin de reconnaissance qui gâche la relation authentique avec moi. Je ne parviens pas réellement à l'exprimer mais je ressens le sens du message. Ca manque d'huile dans le moteur comme qui dirait.
    L'inertie dûe à l'intellectualisation permanente, la paralysie par peur d'être jugé, rejeté, moqué, oui, c'est vraiment cela qui épuise, ce besoin d'être parfait; ce texte est très juste.
    Luc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Luc,
      Pas faux cette réflexion; "Si je dis que je ne sais pas aimer, je pose déjà un interdit" je n'avais pas réalisé que j'emploie souvent ce genre d'expression alors que je suis convaincue de la puissance du "Je Suis" et que tout ce que nous mettons derrière ces deux mots, se réalise effectivement! Convaincue en plus que nous plus grand pouvoir est justement celui d'aimer, c'est en nous, c'est notre essence!
      Je serais plus positive dorénavant, merci pour cet éclairage, ce partage!
      Comme quoi, l'intellect est parfois bien utile ;)
      Bonne soirée, Lydia

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.