dimanche 14 juillet 2013

Ressentir les émotions




Mon cher corps mental, maintenant que nous comprenons mieux ce qu’est le mouvement tumultueux ressenti certaines fois, je t’invite à t’abandonner à cette expérience, en direct, à laisser la vie nous pénétrer et diffuser son énergie d’amour. Nous ne serons pas submergés puisque tu veilles à cela. Je te considérais comme un empêcheur de tourner en rond tout en sachant que tu participais activement à l’éveil, la connaissance de soi mais je t’accusais encore trop souvent. Maintenant que je suis convaincue de ta bienveillance, du fait que tu accomplisses parfaitement ton rôle et que je connais plus ou moins en quoi il consiste, je suis reconnaissante pour ce que tu es. 
Ensemble, nous allons découvrir ce que nous avons refusé de voir, de sentir. Même si tu devras te mettre un peu en retrait par moments, tu participeras activement à ces expériences que je te propose de vivre chaque jour. Tu seras le rapporteur, celui qui localisera et tentera plus tard, de mettre en mots ce qui sera senti. Lourde tâche !  
C’est comme si le fait d’avoir accepté de ressentir m’avait encore ouvert le cœur et la conscience. 
Chaque jour, cette vie devient une aventure de plus en plus palpitante et je remercie la source de nous avoir créé avec autant de potentiel de joie, d’émerveillement, d’exploration, de compréhension, de ressenti, de possibilité d’expérimenter autant de choses, à travers les 6 sens. Tous ces corps si parfaits qui rendent la vie belle quand ils s’unissent harmonieusement !
Merci à vous, tous mes corps ! Fidèles compagnons de route que je me plais à unifier, à aimer de plus en plus sincèrement ! 
Je retourne au jardin.



J’ai vraiment la sensation de grandir à chaque ouverture de conscience et de cœur.
Quand je pense que ce que j’ai cherché toute ma vie est là, en moi et que c’est juste ma peur de cette puissance, de cette immense sensation d’amour infini qui m’en voilait l’existence. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de le percevoir mais la peur a toujours bloqué le processus. Je suis certaine qu’il est possible d’y accéder « à la demande ». Puisque cette énergie est toujours en nous et que c’est ma résistance qui l’empêche de s’exprimer. Je vais tenter l’expérience quand une émotion arrivera. J'ai passé beaucoup de temps à focaliser mon attention sur le positif afin de retrouver la joie de vivre, à susciter la joie mais j'ai enfin envie de voir, de sentir, tout ce qui circule en moi. 
Le premier truc, c’est de ne pas bloquer ou rejeter une émotion dite négative. Pour ça, il faut être convaincu que le bien/mal est une notion inventée par les humains qui veulent diviser pour mieux régner. C’est un peu raccourci mais le principe est là. Ensuite, il faut avoir confiance que cette énergie est bienveillante malgré ce qu’on peut croire. Puis en la laissant s’exprimer sans se crisper, elle peut se transformer en quelque chose de beau, de bon, d’agréable. Cher mental, essaie d’enregistrer ce processus simple. 
Une bonne douche « caresse » et je serais toute neuve ! J’ai testé cette expérience de caresser ma peau pendant la douche plutôt que de frotter avec le gant et en parlant à mon corps et mes cellules, j’ai pu sentir un genre d’interaction. Bien que ça puisse paraître débile, pour moi, c’est énorme. Je suis passée de la haine pour mon corps physique, le privant de nourriture pendant 20 ans et le remplissant de drogues pour contrôler et choisir les émotions que je vivais, me faisant des bleus sans arrêts par mes gestes brusques ; à l’amour, au respect, à l’admiration pour tout ce qu’il est, tout ce qu’il me permet de vivre, de ressentir, d’expérimenter.
Cette renaissance que la présence de mon âme, de mon étincelle divine a suscitée, est un formidable cadeau que je me suis offert, un hommage à la vie elle-même. 


Je devais aller à la boucherie hier, et j’ai décidé de tenter de me passer de viande pendant tout le week-end, juste pour voir si ça fait une différence. Il semble logique que le fait de manger du cadavre puisse avoir une influence sur soi. En effet, c’est une façon de nourrir ce qui est violent et morbide en soi, même si j’achète de la viande qui vient de petits producteurs. Il n’y a pas de hasard, la boucherie où j’allais est fermée et le restera un certain temps puisqu’il y a eu un incendie dans le même bâtiment. C’est l’occasion de revoir ma façon de me nourrir, de solliciter mon imagination pour trouver d’autres menus. Comme je commence à pouvoir manger ce que je produis, c’est une invitation à revoir mon mode d’alimentation. Je ne me colle pas de pression, je test. Il est vrai que j’ai été élevée avec l’idée que la viande était indispensable à l’organisme, des idées préconçues alimentées par l’industrie agro-alimentaire. C’était aussi un signe de « richesse » ou de non pauvreté, associé à l’abondance, à la santé !
Je ne force rien et m’adapte à la situation en y voyant aussi l’occasion d’être encore plus à l’écoute de mon corps physique, des envies qui me viendront en tête instinctivement.

Je suis en train d’observer un comportement intérieur assez marrant. Je regarde quelques vidéos d’animation et l’anti-virus qui se met à jour, ralentit le chargement ce qui crée des coupures dans la vidéo. Je commence par râler parce que je viens de passer plus de cinq heures ailleurs et il attend que je sois devant l’ordi pour faire sa mise à jour : 
la victime qui se réveille ;-" pourquoi maintenant, c’est fait exprès pour m’empêcher de me distraire" ? 
L’enfant intérieur : oui mais moi j’ai besoin de jouer, de m’amuser, de me distraire. 
Une autre voix qui ressemble à celle de ma mère: "mais c'est de la gaminerie, une perte de temps!"
J’écoute tout ce remue ménage puis une idée me vient, ne serait-ce pas une tac-tic du mental pour éviter de sentir la colère ? Puisque je continue à vouloir regarder les vidéos et ainsi effacer toute émotion dérangeante. Trop tard pour contacter l’énergie de la colère. La prochaine fois, j’essaierais de ne pas me faire avoir.  


En fait le principe utilisé par Darpan est le même que celui qu’Inelia Benz enseigne. Peut-être que celle de Darpan me correspond mieux maintenant, parce qu’il inclut la notion d’amour, la dimension du cœur dans ces enseignements. le fait d'avoir vu la vidéo comment il procédait à un peu plus humanisé le processus. Lire c'est une chose mais il manque le mouvement, l'expérience. Comme c’est cette sensation de chaleur, de bien-être total intérieur qui m’a convaincue de l’existence du Christ, le personnage biblique puis du Christ intérieur et qu’en plus par expérience je vois bien que c’est l’énergie qui unifie, englobe, c’est la voie d’excellence en toutes circonstances, je me fie à mon cœur.
Je pense à ça parce que je viens de mettre en ligne la suite du message d’Abraham qui me laisse toujours une drôle de sensation. Je ne nie pas la véracité de la loi d’attraction mais ça me semble trop mécanique. En même temps, expliquer un principe universel en y mêlant des sentiments serait risquer de se situer d’un côté ou de l’autre. Pour le moment je me contente d’essayer de comprendre de façon objective. Pas simple!

Le temps est encore à l’orage et le manque de luminosité affecte un peu l’ambiance. C’est assez spécial, je me sens en dehors du temps un peu déboussolée par ce manque de lumière qui m’oblige à appuyer sur l’interrupteur. Il règne un silence un peu étrange dehors mais je ne m’en plains pas, ça fait du bien !


La colère est revenue ! Certainement l’appréhension à l’idée de téléphoner à ma mère. Comme la dernière fois, ça ne s’est pas très bien passé...
Cette fois-ci, je me suis posée, j’ai laissé cette énergie prendre de l’ampleur et me suis contentée de la localiser dans le corps physique. Elle s’est promenée puis cristallisée, crispée par endroits. Au bout de quelques minutes, j’ai commencé à sentir une douce chaleur monter en moi mais ça n’a pas duré. Le mental est intervenu en commençant à vouloir « noter » l’expérience. Je n’ai pas insisté, je me suis dit que c’était déjà bien d’avoir pu aller jusque là, de ne pas avoir bloqué la première montée. Je ne veux plus me coller de pression, d’obligation. Je veux pouvoir accueillir ce qui vient sans jugement, sans déni, sans blocages, on verra bien au fur et à mesure.
Pour la suite du message d’Abraham, je fais aussi au feeling parce que ça n’est pas encore très clair pour moi.

Depuis plus d’une semaine, le chant des oiseaux a remplacé la musique. Il faut dire que j’écoute des vieux titres qui ne me correspondent plus trop. Ils sont souvent marqués par des intentions de révolte, de sentiment d’injustice, de rejet du monde...
Quelques vidéos d’animations me permettront de diriger le mental en dehors des interrogations, de l’introspection. Une pause, réclamée par l’enfant intérieur est nécessaire !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.