lundi 11 septembre 2017

« Ne plus honorer la croyance que tout doit être compliqué et qu’il faut se hâter » St Germain via Agnès Bos-Masseron





Comprenez-le, nous le redisons encore et toujours, retrouver l'art de l'incarnation et retrouver l'art de la simplicité.
Comprenez-le, même s'il est vrai que l'être, chaque être, est créateur de sa réalité jusque dans les moindres détails, il est vrai simultanément, de la rigidité, est née une apparence d'égrégore, une sorte d'énergie collective à l'image du collectif et s'est forgé un cercle de soi-disant causes et soi-disant effets – et on ne sait plus où est la cause et où est l'effet - un égrégore qui semble être une volonté de maintenir l'humanité dans des croyances que compliquée, dure, laborieuse, éreintante même, est l'incarnation où tout n'est que limites. 

Et beaucoup de systèmes de croyances, beaucoup même de systèmes qui soi-disant aident l'humanité, ne sont en fait que les voix de cet égrégore.

Nous le redisons, l'art de l'incarnation est l'art de la simplicité. 
L'art de l'incarnation implique le rythme juste et le choix délibéré de ne plus honorer la croyance que tout doit être compliqué et qu'il faut se hâter. 
Se hâter est le rythme erroné.

Écouter la voix de la terre, honorer la voix de la terre, écouter le rythme de la terre.
Il est vrai, la création implique un sens du rythme ou un sens du temps. 
L'infini se reflète à travers ce sens du temps. L'éternel se reflète à travers ce sens du temps. Ce reflet de l'éternel se reflète dans le rythme posé où dans chaque moment de maintenant, dans chaque pas, dans chaque courbe de la création, est honoré l'éternel et honorée la simplicité d'être loin des complexités.
 
Nous parlons là du plus concret. Les croyances font croire que tout est compliqué, qu'il faut se hâter et qu'il y a danger. La clarté ramène à la simplicité, au rythme posé, à cette plénitude qui sait que seul au cœur de maintenant est le transparent miroir d'ananda (félicité).
Nous aimons concrètement vous accompagner pleinement à retrouver cet art de l'incarnation, de la simplicité. L'expression de la grandeur de la simplicité est l'évidence que tout est possible…
 



La guidance m’a amenée sur ce message qui date un peu mais qui pour moi est en parfaite synchronicité alors que je confie à la source mes interrogations face au manque de motivation. Je n’ai rien fait ce matin ou plutôt si, j’ai passé la matinée à dessiner et à colorier un mandala, le chakra du cœur. 
Alors évidemment selon les croyances communes, c’est tout à fait improductif mais selon l’être, selon les énergies, c’est tout à fait approprié. 
C’est une façon de se poser dans la vibration du cœur, d’activer les fréquences de la créativité, de la sérénité et de la joie qui nait de toute création. 

Derrière ces interrogations se cache toujours une croyance mais comme toute notre vie est construite selon des croyances, comme celles-ci ont un puissant impact sur notre comportement, sur la matière, se dépouiller de celles qui ne sont plus utiles est nécessaire. 

Évidemment, ça laisse un sentiment de perte, de vide, de confusion mais c’est vraiment libérateur ! Je pensais à cela hier en contemplant mes croyances passées à propos du divin et c’est clair que le changement est immense. En plus, c’est de plus en plus profond, nous libérons les chaines portées pendant des siècles passés à souffrir dans l’enferment de toutes sortes de conditionnements qui n’ont aucun sens.

Je continue d’appeler la force du rayon blanc pour purifier l’espace énergétique autour de moi, le corps émotionnel et le mental qui ont bien besoin de soutien dans ce désir de lâcher les croyances. Cela évite d'être influencé par les égrégores.
Et finalement ça n’est pas compliqué mais cela demande d’être attentif, présent, conscient des pensées que nous nourrissons. Il suffit de repérer quelle croyance nous fait agir et de ne plus lui donner foi. Alors bien sûr, des peurs vont surgir mais c’est justement la substance qui a besoin d’être extériorisée, harmonisée, afin de libérer la mémoire en profondeur.

Présence, patience et persévérance sont les forces nécessaires à ce dépouillement. Présence parce que nous sommes attentifs à nos pensées, nos émotions. 
Patience parce que c'est un des attributs de l'amour, c'est la puissance libératrice. Persévérance parce que les pensées relatives aux anciennes croyances élaborées selon la peur, l'instinct de survie, sont récurrentes et pour les dissoudre il faut s'en détacher chaque fois qu'elles nous prennent la tête, l'attention.


Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.