samedi 27 août 2016

« S’engager Véritablement, Intégralement »





26 08 Il est clair que l’affirmation de soi est essentielle et ça demande de la confiance en soi, en tout ce qu’on est. Mais cette confiance doit s’orienter avant tout en direction du cœur, de la présence intérieure paisible et douce.
Dans la connexion consciente à son âme, son cœur, à la source peu importe comment on l’appelle, et par le dialogue bienveillant mais déterminé avec le mental
Ensuite, des ajustements s’effectuent dans tous les sens, tant dans la relation à soi que dans la relation aux autres.

Le fait que je me sente proche de la nouvelle vague de jeunes connectés à leur essence, me montre aussi qu’il devient urgent de lâcher toute forme de conditionnement. La nécessité de lâcher les références passées devient de plus en plus forte. Comme si le choix de suivre son cœur devenait ‘obligatoire’.

Ce matin je sens que mon taux vibratoire est plus élevé si on peut dire mais j’ai encore besoin d’ancrer l’énergie alors je vais au jardin.
La chaleur déjà plombante à 9h illustre bien ces vagues d’énergie solaire et le réflex d’accuser l’extérieur quand on est troublé demande vraiment à être abandonné au profit de l’amour, à chaque instant. 
La première réaction de défense est absorbée dans l’amour lumière et me conforte dans l’idée que l’affirmation de soi consiste à faire comme on le sent
Parce que le réflexe de survie qui nous pousse à chercher l’ombre lorsque le soleil est au zénith témoigne de la pertinence de certains comportements naturels. 
Au-delà de ça, il y a la recherche de tempérance, d’équilibre et une connaissance instinctive qui s’exprime.

Le corps réagit à ces vagues d’énergies solaires de plus en plus puissantes et le mental projette son mal-être vers l’extérieur afin de répondre à l’appel de s’intérioriser. D’observer ses ombres avec neutralité et de constater la paix qui vient dans ce retour à Soi.
Ce petit message trouvé sur facebook est encore en parfaite résonance, aligné à ma pensée.




 « L'Amour est Notre Essence Primordiale » Emmanuel Dagher
Le mental peut essayer de faire tout ce qu'il peut afin de nous convaincre du contraire simplement parce que c'est la façon dont il a appris à se protéger.
Envoyons beaucoup d'amour et de compassion au mental qui choisit de s'identifier aux schémas de survie pour se protéger. 
Puis, faisons en sorte qu'il se rappelle qu'au lieu de nous protéger par la peur, il nous enveloppe dans l'étreinte éternellement nourrissante de l'amour. 
Ce qui va permettre au mental de vraiment savoir ce que l'on ressent lorsque nous sommes en sécurité et protégé de la manière la plus sacrée et épanouissante.
Emmanuel Dagher
http://www.emmanueldagher.com/
Transmis / Traduit par TransLight
https://www.facebook.com/TransLight☼


Tout comme ces deux conseils piochés à l’instant dans la boîte à idées de Lulumineuse :
« Fiez-vous à votre connaissance intérieure »
-- Lulumineuse
« Pas de culpabilité mais plus d'amour à soi :) »
-- Lulumineuse

En ce moment, c’est vraiment cela qu’il m’est demandé de lâcher, d’offrir à l’amour lumière intérieure afin d’acquérir une confiance inébranlable en la source.
Il n’est pas facile de s’affirmer, d’oser être pleinement soi parce que la peur inconsciente d’être rejeté ou critiqué va se manifester mais ce qui est magique c’est qu’en devenant conscient de ce processus interne, la confiance revient.

Une douce assurance émerge à nouveau et en vivant régulièrement cela, en étant témoin de ce processus à chaque fois qu’on offre à l’amour lumière intérieur toutes les pensées émotions de doute, la force s’installe, la détermination amplifie, l’audace ne créé plus de sentiment de doute ou de culpabilité. 
L’équilibre s’installe entre l’ego et le cœur et les ajustements qui peuvent donner l’impression de faire des erreurs sont dissous dans le lâcher prise. 




Il y a une sacrée accélération dans le processus d’intégration des nouvelles énergies qui est assez impressionnante. Il s’est passé plus de choses en 24h qu’en un mois et c’est toujours en lâchant prise que le taux vibratoire s’élève, que les croyances lâchées font place à de nouvelles idées et visions. La conscience humaine utilise de plus en plus le néocortex et capte les inspirations, l’intuition avec plus d’aisance.

Pour le cas où je n’aurais pas compris le message, voilà la pensée du jour de Neale Donald Walsh qui vient après que j’aie demandé à mon âme son soutien dans cette juste affirmation de soi. 
Je me sens souvent dépassée par le quotidien, par manque d’intérêt déjà et aussi parce que la quête de sensation forte, de quelque chose d’exceptionnelle, de plus grand, a toujours guidé mes pas. Mais il y a aussi la peur d’être submergée, la peur d’être consumée dans le feu de l’amour divin. Là encore le besoin d’équilibre est mis en évidence. 


« En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que vous êtes innocent. Vous êtes irréprochable.
Vous êtes sans faille et sans défaut.
Je sais que vous ne croyez pas cela de vous, mais le pensez-vous
d’un magnifique enfant de 3 ans ? Et qu’est-ce qui vous fait dire
que vous êtes moins que ça aux yeux de Dieu ?
Avec tout mon amour, votre ami … »
Neale


A propos des enfants et de leur énergie spécifique, dans le défilé d’images d’écran de veille, une d’entre elle a attirée mon attention. C’est très significatif et ça correspond à cette sensation de renaitre véritablement à soi-même.
« Lorsque les organes d’une femme enceinte sont endommagés, son fœtus envoie des cellules qui réparent les dommages ».

Lorsqu’on libère le passé, les nouvelles énergies qui prennent place en soi, activent la régénération cellulaire par ce contact de plus en plus conscient et fréquent à la source intérieure, les énergies de l’enfant intérieur qui est libéré du poids du passé, émergent, élevant la fréquence dans la joie d’être. L’activation du néo cortex c’est l’émergence de l’énergie de l’enfant qui renait à sa vraie nature.

Clef 942
« Préparez vous à l’ascension en vous-même afin de  pouvoir accéder à des dimensions supérieures de vous qui deviendront accessibles. Cette ascension aura lieu si le travail à été accompli comme il devait être accompli, si vous avez suffisamment lâché prise et si vous ne revenez pas en permanence sur certaines souffrances, sur certains échecs ».  
Ça me donne envie de refaire l’expérience d’hier mais cette fois-ci en étant plus focalisée à l’intérieur et en fermant les yeux.







27 08
Finalement j’ai préféré privilégier le dialogue intérieur et je ne le regrette pas parce que je me sens déterminée à suivre l’appel à s’ancrer davantage dans le cœur, la foi et la communion au divin intérieur. 
Plutôt que d’être manipulé par l’inconscient, je choisi d’être guidé par l’amour lumière, l’âme, les guides de l’unité. 
Je précise les guides de l’unité parce que ce sont des énergies neutres qui cependant soutiennent le désir de libération, de basculement total dans la confidence et la confiance envers la source. 

Après avoir reconnu la peur de la puissance de l’amour lumière intérieur, la détermination à accélérer le processus de libération s’est manifesté. C’est sûr que jusqu’à maintenant, je n’osais pas croire que je pouvais être plus active dans le processus de sevrage parce qu’il demeurait des peurs, des zones d’ombres et la culpabilité, le sentiment d’indignité était encore actifs.
J’avais besoin d’amplifier ma foi en la puissance supérieure de l’amour et de lâcher les peurs liées au rôle de victime et ces derniers jours m’en ont donné l’occasion. 
Il a fallu suivre l’élan de l’instant sans douter pour augmenter la foi au point de maintenant pouvoir prendre la décision de ne pas prendre un bout de cachet pour éviter le trouble interne. 
J’avais fixé une dose quotidienne en accord avec mes corps, qui me permettait d’acquérir plus de confiance en ce processus alchimique sans que ce soit trop brutal et le dosage permettait aussi de n’avoir à affronter mes peurs et émotions difficiles qu’en fin de journée. 

Il est clair que lorsqu’on a pris l’habitude d’occulter, de refouler les émotions, de laisser l’inconscient gérer l’équilibre interne, il est nécessaire de comprendre comment on fonctionne et surtout de gagner en confiance en sa capacité d’aborder ses émotions. 
C’est tout un travail de conscientisation et de lâcher prise au niveau mental déjà puis d’accueil des émotions qui va permettre d’acquérir suffisamment de foi en soi, en tout ses corps et en la puissance de la source intérieure. Non seulement sa puissance mais aussi croire qu’on ‘mérite’ cette libération, cette guérison qui pour la personnalité semble miraculeuse.

Maintenant, je ne m’attache pas non plus à diminuer les doses, ce qui compte pour le moment c’est que je prenne l’habitude de communiquer avec la source et avec tous mes corps, avant de décider et d’agir. 
J’ai donc demandé à mes corps hier s’ils étaient d’accord pour diminuer la quantité du jour, s’ils se sentaient prêts à faire confiance à la source et comme je n’ai pas senti de résistance, d’opposition ou de pensées de peur, je l’ai fait. 
J’ai fait cette demande sur un ton ludique et pas comme une obligation ou un challenge à mener mais plutôt comme une occasion d’être plus uni intérieurement et en me fiant au ressenti.

Je continue d’être attentive aux pensées de culpabilité, de peur de la puissance solaire, ou encore de peur d’être manipulée.
Puis quand ces pensées amènent le réflexe de vouloir prendre un bout de cachet, c’est précisément là que le dialogue interne est nécessaire. 
C’est là où j’ai dû affirmer mon désir de libération des conditionnements, de la manipulation intérieure, enfin de ne plus laisser l’inconscient gérer cette addiction mais de le faire en conscience. 




Il a fallu peu de temps pour que le calme revienne et ça, c’est un atout considérable parce que très souvent l’impatience vient saboter la détermination à se prendre en main.

J’ai senti que mon âme me poussait à m’engager encore plus dans ce processus de libération et de foi. Comme si elle me disait maintenant que tu sais, tu peux; alors ose. 
Bon c’est plus complexe que ça et pas exprimé en mots mais tout ce que j’ai vécu m’a guidé en ce sens. 

Prendre conscience de la puissance de la foi, de l’amour, admettre à nouveau les miracles, enfin la guérison à portée de cœur, reconnaitre le soutien de la source mais aussi des guides, de ceux avec qui je suis en résonance, que ce soient des êtres incarnés ou non. 
Et tout ça par la spontanéité, la légèreté et l’authenticité de l’enfant intérieur qui ne supporte plus le poids du passé.

Par rapport aux addictions, il s’agit de prendre conscience de la façon dont on est manipulé de l’intérieur enfin de la façon dont les mécanismes s’enclenchent. 
De voir comment la frustration amène le geste addictif. Puis de se laisser guider en confiance pour nourrir le besoin exprimé par la frustration. Par exemple pour limiter la consommation de clopes, je recommence à tricoter. La frustration vient de se sentiment d'être manipulée de l'intérieur et en recherchant le paix et l'unité intérieure, la stratégie en s'enclenche pas. 
Parce que c’est toujours une peur, une contrariété, un déséquilibre qui enclenche la stratégie visant à occulter cela, à retrouver une forme d'harmonie. 

Être attentif à cela, juste l’observer avec neutralité et choisir de ne pas utiliser la stratégie d’évitement ou de refoulement permet de passer de l'inconscience, du geste conditionné, à la présence attentive et bienveillante. Bienveillante mais aussi déterminée.

J’ai un peu hésité à en parler parce que c’est sûr que les réactions des lecteurs peuvent influencer ce choix puisque nous sommes interconnectés et comme je ressens les vibrations qui résonnent avec ce que je porte encore comme la culpabilité ou le doute de soi, le risque de me sentir submergé par cela demeurait. 
Mais comme j’ai pu constater qu’en demandant le soutien à mon âme et aux guides ou aux énergies christiques de préserver l’intégrité de mes corps subtils et de purifier l’astral, ce soutien était réel, je me sens plus à même de partager cette expérience au jour le jour de façon instantanée.
Cette demande de purification de l'astral est exprimée depuis l'espace du cœur, la conscience que seul l'amour, l’accueil, peuvent agir avec justesse. 
Il ne s'agit pas de vouloir lutter contre les égrégores mais de demander à la source de gérer ce qui est extérieur afin que ça ne vienne pas amplifier ce que je porte et veut libérer.

J’ai pu constater aussi que les critiques extérieures ne m’affectaient plus autant qu’avant et cela m’a aussi donné confiance puisqu’en offrant à la source ce que ça éveillait en moi, l’indifférence remplaçait la culpabilité ou le doute.

Finalement cette sensation que tout s’accélère que j’ai pris pour une forme d’urgence témoigne du fait que je suis prête à franchir le seuil, que j’ai toutes les clefs en mains pour passer à autre chose, à une attitude plus engagée dans ce processus de libération intérieure.

Le fait que ma sœur ait arrêté de fumer en se faisant aider par l’hypnose à dû titiller mon ego et finalement en reconnaissant cela, en reconnaissant les pensées de ‘jalousie’ ou plutôt d’envie, des pensées telles que "si elle y arrive, je peux aussi", en les offrant à la source, peu à peu j’ai pu voir les choses d’un point de vue plus large et redéfinir mes objectifs. 
Il y a toujours une forme de rivalité entre sœur mais en offrant toutes les pensées que cela génère, à la source intérieure, celle-ci devient un moteur qui par l'unification des corps va permettre d'utiliser son potentiel non pas dans la compétition mais par cette force d'union des corps, d'harmonisation des énergies. 




Je ne veux pas me faire aider dans le sevrage par des méthodes classiques ou même des techniques telles que l’hypnose parce que je fais confiance en la puissance de l’amour lumière intérieure et à mon ressenti. En l’occurrence, l'hypnose ne fait que déplacer le problème, en associant la cigarette à un sentiment de dégoût. C'est une nouvelle stratégie par association d'idées qui remplace l'évitement or ça n'est qu'en devenant conscient qu'on se libère véritablement. Même si une addiction est remplacée par une autre moins dangereuse, le processus interne inconscient de refoulement est toujours à l’œuvre. 
Le fait de savoir que ma sœur ne fume plus de cette façon a mis en évidence le potentiel qui est le mien justement en étant consciente des processus interne et surtout de la puissance de l'amour. La puissance de cette vibration capable de tout.
 
Je sais que cette vibration en moi a tous les pouvoirs et qu’en devenant plus consciente, en choisissant de tout confier à mon cœur, je m’ouvre à ce potentiel de guérison, de libération, d’élévation et de réalisation. 
Mon objectif majeur c’est l’autonomie, la souveraineté, mais pas à la façon stratégique de l’ego en luttant, en forçant, juste en étant plus présente et consciente de mes choix à chaque instant. Soit de laisser les mécanismes inconscients gérer ma vie, soit de reprendre les rênes peu à peu.   
C’est un choix de faire confiance à la source et à tout ce que je suis mais aussi aux énergies de soutien intérieur/extérieur.  

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.