lundi 4 juillet 2016

« Libération émotionnelle via les rêves semi conscients »





Ce qui est formidable lorsqu’on s’appuie sur la paix intérieure et l’unité, c’est qu’on découvre la fonction originelle des outils d’expérience que sont le mental et l’émotionnel. Se percevoir comme un tout cohérent et savoir que nous sommes la conscience Une manifestée dans un corps de chair nous permet de prendre conscience que nous sommes parfaitement outillés pour vivre de façon créative et donc épanouissante. 

Lorsqu’on se laisse guidé par la vie en confiance, sachant que l’âme et le soi sont comme des enseignants, des parents ‘parfaits’, on s’émerveille de découvrir la puissance créative du mental/émotionnel associé à l'intuition. 
Le fait de pouvoir choisir ses pensées, de laisser le cœur harmoniser les énergies, restaure le potentiel du mental qui au lieu de se comparer aux autres, va utiliser cette capacité d’observation pour valider l’intuition. La passé et l’avenir deviennent des outils de comparaison et de projection par l’association de la pensée logique avec l’intuition.

On apprend à reconnaitre la voix de l’amour en soi et à s’orienter en fonction de l’élan joyeux, du désir d’agir. On comprend que pour manifester une qualité ou attribut de la source, il faut tout d’abord l’intégrer en soi, et cela se réalise par l’intention, l’attention et la focalisation sur cette vibration spécifique. 
Pour manifester la paix il faut la vivre en soi, entre tous les corps, les aspects de l’être et elle rayonnera vers l’extérieur naturellement. 

C’est quelque chose que chacun peut vérifier mais souvent on bloque ou on a du mal à y croire parce que le mental continue de considérer les choses selon la notion de bien et de mal. C’est un système d’évaluation qui est utile tout comme le fait de comparer mais si on en fait une vérité absolue, si c’est notre seule référence, non seulement ça nous limite grandement mais en plus, ça nourrit la lutte, la division intérieure. Et tant qu’on est dans cet état vibratoire, on ne pourra pas savoir que nous sommes fondamentalement la paix.


En choisissant la paix et l’unité, puis en offrant à la source en soi tout ce qui empêche de le vivre, elle va se révéler et devenir le point de référence. 
La neutralité permet de voir au-delà des apparences, de sonder les profondeurs et par l’observation, de comprendre l’énergie, de constater que lorsqu’on adopte ce point de vue, on comprend que les tensions, douleurs, pensées émotions difficiles sont l’expression de la rupture du flux énergétique. 
Considérer les pensées et les émotions comme des énergies neutres permet de libérer la notion de jugement, de bien et de mal, qui nous limite aux références et fonctionnement du mental/inconscient.

De même, considérer son corps physique comme le véhicule sophistiqué de l’âme, de l’être, qui capte et rayonne les énergies, permet de ne plus y être identifié tout en ayant de la gratitude pour les potentiels qu’il offre. 
L’attachement créé de la souffrance et lorsqu’on peut prendre du recul sur soi comme la vision change, la légèreté s’installe.

En étant attentif aux signes, aux symptômes et en considérant que les blocages énergétiques créent des dysfonctionnements physiques, on pourra savoir quels besoins ne sont pas nourris dans l’instant et surtout ramener l’harmonie intérieure en prenant ce recul depuis le cœur, le point de neutralité. 
On pourra comprendre le message qui est toujours de se tourner dans le cœur afin d’être à même de percevoir le sens du blocage ou de la rupture du flot de l’énergie.

Cette façon de considérer ses corps, comme des partenaires de vie qui communiquent entre eux et avec notre conscience, sans arrêt, on va développer une saine relation à soi et une confiance à toutes épreuves. 

J’ai eu de la difficulté à uriner alors je me suis centrée pour demander à la source de m’aider à comprendre le message même si je sais que ça témoigne d'un maque de fluidité énergétique et la première idée qui est venue, c’est que l’enfant en moi réclame de l’attention, de l'affection, qui se traduit par une envie de chocolat. Enfin que le corps émotionnel et l'inconscient demandent de l'attention.




Depuis quelques jours, l’envie se manifeste mais je n’en tiens pas compte. Les arguments contre cette envie sont tous issus de la peur; peur de grossir, peur de consommer trop de sucre, de mal faire, puis l’idée que ça comble un manque affectif vient aussi s’en mêler parce que le mental voudrait combler ce supposé manque avec une autre stratégie qu’il juge plus adulte ou responsable.

On a établit des règles de conduite, des devoirs, des obligations selon des critères sélectifs dont on n’a aucune certitude quand à leur réelle valeur et surtout dans le but d’être conforme à la norme, de bien faire. 

Si je considère que la santé résulte de l’harmonie et de la paix intérieure, la première chose à faire, c’est de revenir au cœur, à la paix et l’observation, l’écoute, la réceptivité afin de pouvoir capter l’info et de laisser le corps harmoniser les énergies. 
Je vais donc de ce pas me faire cette fameuse mousse au chocolat. 

Ça n’est pas vraiment l’action qui importe mais la vibration qu’elle me permet de rayonner. L’âme par nature est paix, harmonie, liberté et joie de vivre et c’est en exprimant ces énergies que je suis sur sa fréquence ou que c’est mon être véritable qui se manifeste. 

Lorsque la conscience humaine chérit ses énergies, lorsqu’on les porte, on vibre l’unité, on est aligné à la vibration de la source. Pour le mental, c’est n’importe quoi mais si on se place au niveau du cœur ça devient évident. 
Il est souvent heurté dans ces croyances mais c’est en repérant ses réactions qu’on va pouvoir libérer ses croyances obsolètes.

J’ai pris cet exemple de mousse au chocolat mais c’est valable pour tout geste qu’on réprime par peur ou parce que les croyances anciennes, les conditionnements, nous empêchent d’agir en toute liberté. 
En observant les réactions du mental, les pensées, on peut voir que ce sont des jugements, des critiques mais ça n’est pas par une autre croyance qu’on va pouvoir s’en libérer, c’est toujours en se posant afin de trouver la paix. 
Les réponses ou images symboliques viennent alors. 
Ça peut se manifester par l’enfant en soi qui apparait avec une triste mine ou une phrase comme "la vie est joie" ou encore, je nourris l’injustice et la peur

Puis derrière cette création de mousse au chocolat, il y a le besoin de plaisir lié au désir, à l’énergie du désir qui a besoin de s’exprimer. 
Le désir a été confiné à la sexualité parce qu’il en est l’expression la plus complète motivée aussi instinctivement par la survie, le besoin de continuité, de laisser une trace de son passage sur terre au travers d’une descendance, une façon de répondre à la peur de la mort. 
Tous ces besoins non reconnus ou frustrés, créent des blocages et ils sont autant de moteur d’action qui demande l’équilibre dans l’expression. 

L’énergie de vie qui nous traverse est contrariée à tous les étages si on peut dire et en même temps, c’est qui nous donne l’envie d’aller vers l’autre, de communier, de fusionner, d’agir, de s’extérioriser. mais comme ça manque d'équilibre, ça fausse les relations.

Toutes motivations, idées, envie, désirs, viennent de cette danse entre la vie et la mort, entre le manifesté et le non manifesté, entre l’idée et la création. 
C’est toujours le même principe de l’idée au geste et derrière cela, il y a le flux de l’énergie de vie.   




Si on demande à un artiste pourquoi il appris à jouer de la musique, il répondra que c’est pour pouvoir plaire aux filles, et au-delà de pouvoir se sentir aimé, admiré, reconnu. 
Idem pour les acteurs, le désir profond est toujours celui d’être aimé. 

L’énergie du désir motive chaque geste et selon sa capacité de circuler librement dans les chakras ou corps subtils, elle s’exprimera de différentes manière avec plus ou moins d’intensité.
Il n’est pas étonnant que ce thème revienne à la surface puisque le fait de prendre des médicaments contrarie justement la libre circulation de cette énergie du désir. 
Elle n’a plus "de raison" de circuler et de se manifester puisque le plaisir est créé de façon artificielle. 
Lorsqu’un désir nait, lorsque cette énergie monte en soi, elle va s’exprimer de façon basique depuis le chakra racine, dans la copulation puis en montant jusqu’au deuxième, la notion de plaisir va s’ajouter. En allant jusqu’au plexus solaire elle va donner l’envie de plaire, de séduire. Dans le cœur, l’envie de communier accompagnera le désir sexuel et celui de fusionner aussi. 

Dans chacun des corps elle peut s’exprimer dans l’excès ou l’équilibre selon les blessures non guéris, les croyances limitantes. Dans l’alignement des corps elle peut monter jusqu’à la couronne, amener à l’extase, dans une communion fusion de tous les chakras et corps subtils des partenaires. 
Les corps éthériques peuvent aussi fusionner à distance si le mental et le cœur sont en phase.

Tout ce que nous expérimentons vient de cette pulsion de vie, de désir qui nous traverse. Lorsqu’on prend des médicaments à base d’endorphine, de dopamine, le geste de prendre un médicament élimine tout le processus qui va de l‘émergence du désir à son assouvissement. 
Il n’y a alors plus vraiment de désir et on ne sent plus l’énergie de vie nous traverser. 
C’est en un sens quelque chose qui peut rendre satisfait mais il n’y a pas de vécu. 
C’est un  peu comme le fait de gagner une grosse somme au loto, ça vous tombe dessus sans qu’il y ait de désir ou d’envie à nourrir et la plupart des gens une fois qu’ils se sont acheté ce qui leur faisaient envie peuvent vite tomber en dépression parce que l’énergie n’a pas offert la joie de l’expérience. 

L’expérience qui permet à ce désir de croitre, de s’orienter, de monter en chaque chakra, de les nourrir et de cultiver l’imagination, la détermination, la joie que procure chaque petite réalisation dans l’élaboration d’un projet, dans un jeu de séduction. 

Chaque corps a des besoins essentiels qui se trouvent nourris dans l’équilibre et l’alignement qui permet la libre circulation de l’énergie et sa montée jusqu’au chakra couronne. 
Comme le summum d’une réalisation ou d’un chef d’œuvre artistique qui nourrit les sens, ouvre l’esprit, magnifie la matière par cette communion avec elle où l’artiste fait corps avec le matériau, lui donne une forme en apprenant à suivre ses lignes, sa texture. 
Il réalise une œuvre parce qu’il maitrise le matériau et se laisse guider par l’intuition. 
Il y a une symbiose, une harmonie, qui va toucher le spectateur et il recevra en prime la reconnaissance qui nourrit l’esprit créateur.

L’humain est un créateur et c’est lorsqu’il peut créer qu’il s’épanouit puisqu’il a sublimé et mis en forme son désir en  laissant l’énergie de la source le guider. 
Il communie avec son environnement, interagit avec les formes, porté par le désir de créer, de manifester sa singularité à travers la création, la manifestation dans la matière. 




Ce n’est pas étonnant de trouver autant de dépressifs dans les métiers où on exécute les plans, les ordres des autres. Ce genre de métier qu’on n’a pas choisi véritablement, qu’on fait par instinct de survie, pour se sentir valeureux. Pas surprenant non plus de devoir compenser en fuyant dans des activités qui boostent l’adrénaline ou poussent les émotions à l’extrême et les drogues, l’alcool.

Tout ça parce que le désir, l’énergie de vie est contrarié, ne peut pas s’exprimer librement. Bon mon raisonnement est un peu basique mais c’est surtout l’idée qu’il y a toujours ce même principe d’humain créateur qui s’épanouit lorsque ses corps sont nourris par un désir commun, unis, alignés à la source, portés par l’amour et nourri par l’énergie de vie. Une façon de manifester l’énergie de la source, l’harmonie, la liberté d’être et la joie qui est un droit inné et le pouvoir de tout humain.

Ma mousse au chocolat est faite et je me suis éclatée à la voir se transformer à chaque ajout d’ingrédient. Ça me fascine toujours autant et là encore, le but c’est de se faire plaisir autant en le faisant qu’en le mangeant. 
J’ai pu constater que tous les sens se réjouissent, la vue, l’odorat, le goût, l’idée de perfection et d’efficacité dans le geste, qui nourrit le mental et l’esprit tout autant que l’âme de pouvoir créer, jouer avec la matière. 

Maintenant, l’envie de dormir émerge alors je m’exécute. Il doit y avoir des fréquences à télécharger…

...ou une mise à jour à effectuer !
J’ai fait un rêve semi conscient où je vivais plusieurs évènements marquants de ma vie qui se mélangeaient dans une forme de scénario assez cohérent de scénettes représentatives des blessures d’enfance et d’adolescence. 
Je finissais pas fuir une relation de couple difficile et arrivais de nuit au centre d’une grande ville, devant une scène où un orchestre symphonique interprétait un morceau de Vivaldi assez synchrone avec la situation dramatique. 
Puis je me retrouvais dans un lieu où j’étais prise en charge par une femme qui me soignait alors que je n’arrêtais pas de pleurer. 

Et je suis revenue dans la réalité présente encore secouée de larmes ! 
J’ai laissé mon corps s’exprimer un peu abasourdie par ce rêve tellement vivant. 
Comme j’ai déjà vécu ce genre de situation, avec le recul et en sachant que certains rêves sont comme des projections de l’inconscient qui libère ainsi la charge émotionnel, le mental ne s’est pas affolé. J’étais tout de même contente de pouvoir déguster un peu de la mousse au chocolat tout juste prête !  

En général, quand une subite envie de dormir se manifeste, c’est qu’il y a quelque chose à vivre au niveau de l’inconscient ou du subconscient, enfin quelque chose qui se passe dans les profondeurs de l’être qui dépasse le mental et qui se déroule lors des rêves de façon  à ce que la conscience humaine n’interfère pas.

C’est maintenant que je comprends aussi pourquoi j’ai mis de côté un papier au sujet de la signification des rêves qui confirmait ma vision à ce sujet. Tout ce sur quoi on porte une attention particulière est une forme de guidance, une inspiration de l'âme. Ça peut être un texte, une image, une phrase, un film...une vision...
C’est sûr que si j’avais dû vivre ça de façon consciente, le mental aurait bloqué les émotions parce que c’était intense et la libération n’aurai pas pu se faire ou seulement partiellement. 

Je ne me fais pas d’illusion, il reste encore des énergies à évacuer puisque j’ai toujours contenu les émotions du passé et même en ne craignant plus de les affronter maintenant, le seul fait que j’aie encore besoin des cachets démontre que les stratégies inconscientes ne se démontent pas en une seule prise de conscience. 




Même si le fait de savoir gérer les pensées et d’accueillir l’émotion qui monte dans l’instant libère la charge, l’énergie, me permet de ne plus être totalement en mode automatique, ce qui est enfoui dans l’inconscient a besoin de sortir. 
Ceci dit c’est aussi bien que ça se passe en rêves semi conscients parce que la vidange se réalise sans que le mental ne soit submergé ou pris de panique, de confusion. 

En tous cas, je me sens plus légère parce que le fait de garder le souvenir du rêve et d’en avoir le sens par images symboles et en observant mon vécu sur un plan plus large, sur quelques jours, me confirme deux choses. 

Le fait d’être toujours guidée en chemin, et l’importance de s’écouter, de suivre cette guidance, l’élan de l’instant, d’agir de cette façon, spontanément, même si sur le moment ça n’a pas de raison logique d’être. 
Le fait d’observer aussi ce qui se passe dans la journée comme les nombreux signes que j’ai reçu récemment, les chiffres 14h44, c’était le dernier mais avant et depuis hier, ces chiffres doubles ou miroir comme 12h12, me sont apparus à chaque fois que je regardais l'heure. 
Puis d’autres symboles qui n’ont de sens que pour la personne qui les perçoit parce que ça se touche le visuel, la sensation et la pensée en même temps. 

Autant de signes qui témoignent que l’âme est là, que des énergies de soutien sont présentes et donc qu’il va se passer quelque chose de significatif. 
Jusqu’à ce texte écris ce matin de façon spontanée, sans trop réfléchir, et tous les autres qui aident le mental à recevoir des idées inspirées et à lâcher la dualité, à changer son point de vue, sa perspective.

Et comme je demande à la source de m’aider à lâcher la dépendance aux cachets, elle fait sa part en prenant en charge la libération émotionnelle et en préparant le mental. 
C’est assez complexe à expliquer cette façon dont l’âme nous guide parce que c’est très intime et intérieur. 
Même si elle passe par des signes et synchronicités extérieures pour manifester sa présence, si on n'est pas attentif et si on n’a pas la résonance interne qui permet de capter cela, on passe à côté.

C’est un apprentissage qui se fait par l’attention à ce qui se passe en soi et on finit par se rendre compte qu’on est toujours guidé, que chaque élan qui émerge de façon spontané a toujours sa raison d’être. 
Ce rêve m’a donné la sensation de recoller les pièces du puzzle parce que certains souvenirs datent de plus de trente ans et je les avais oubliés. 

Malgré tout, l’inconscient lui n’oublie pas, le corps émotionnel se souvient et tant que tout ce matériel n’est pas évacué au niveau énergétique, il sera difficile de ne pas reproduire les mêmes schémas, même si on peut agir au présent en conscience en faisant des choix. 
En choisissant ses pensées et en accueillant l’émotion de l’instant.

J’ai été étonnée aussi de dormir cette nuit; sans me relever une seule fois ce qui est plutôt rare. J’ai dû recevoir des enseignements ou des fréquences pendant le sommeil…

Chaque scène de ce rêve a un sens symbolique au-delà de l’effet libération de l’émotion et c’est certainement l’ensemble de ces symboles qui a permis à l’émotion de surgir et de se vivre jusque dans le corps physique. 
L’orchestre symphonique et l’aide de cette femme, c’est la représentation de l’âme et des énergies des guides, de la source. Enfin c’est intime et a n’a de sens que pour moi-même. Du coup, je vais rechercher et publier ce texte au sujet des rêves qui est assez complet.



Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr
 

1 commentaire:

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.