dimanche 26 juin 2016

« Le Pouvoir de l'Accueil » vidéo de Nassrine Reza





Ce matin, le ciel est couvert alors je peux me laisser aller librement à écrire. C'est d'autant plus appréciable quand ça n'est pas une routine. J'aime vivre mes journées en m'adaptant à la météo parce que je me sens connectée à ce qui est vrai (même si l'humain intervient avec les chemtrails), à la vraie vie, à la nature et mon propre rythme biologique est à son "meilleur" lorsque je m'aligne au rythme du soleil, au cycle naturel du vivant. 
De la même façon que lorsque je m'aligne à la fréquence du soleil intérieur, la paix, l'harmonie et la joie se manifestent.

Chaque fois que je me tourne à l’intérieur lorsque l’extérieur stimule des pensées émotions, des réactions en surface, le même processus se déroule. 
La première chose qui revient en mémoire, c’est que la solution est à l’intérieur, dans ce retour à soi et déjà ça, c’est une façon de calmer le mental et d'être conscient. 

Derrière ce rappel, il y a la conscience que l’extérieur me renvoie ce que je porte et surtout la connaissance que le mental est un allié, un ami, un outil de perception, d’expression, qui bien qu’il ne me définisse pas totalement, est une part importante de l’être, respectable et nécessaire dans cette incarnation. 
Tant que je pense le contraire et c’est très souvent ce qui arrive quand on s’engage sur une voir dite spirituelle, je vais lutter contre moi-même et souffrir de cette division interne en entretenant le conflit et l’illusion.


Je resterais accrochée à mes croyances, en la certitude que ce monde est un  terrain hostile où je dois choisir mon camp. Et comme je me considère comme un être spirituel, je vais chercher à amplifier la lumière en refoulant ce que j’appelle l’obscurité. 
Tant que je ne vais pas en profondeur et que je m’identifie à la surface et à ses mouvements, je vais souffrir de manque, être submergée par les émotions de plus en plus extrêmes et excessives. Jusqu’à ce que mon corps physique exprime avec violence ce que je vis à l’intérieur au travers d’un symptôme, d’une maladie.

La peur de la peur, la croyance en la nécessité de lutter, de devoir mériter l’amour et la paix, de devoir gagner pour avoir de la valeur, de devoir me défendre pour faire ma place, pour être respecté, vont continuer de maintenir cette identification à la surface. 
Les croyances basées sur la notion de bien et de mal vont me pousser à chercher à me positionner dans le monde pour m’affirmer. 
Et c’est encore la projection de ce que je vis en moi-même qui m’est montrée de façon claire et même insupportable afin que je puisse me tourner à l’intérieur.

Et lorsque je le fais, je peux voir et surtout ressentir que je suis la paix, que je suis l’amour mais pour le constater sans douter, il me faut le manifester. Non pas en disant « peace & love » à ceux qui sont autour de moi, en affirmant cela haut et fort, mais en le vivant à l’intérieur, en faisant l’expérience de la tendresse qui se déverse lorsque je cesse de nourrir la lutte et la division.

L’amour qu’on exprime à l’extérieur est toujours à l’image de ce que nous vivons en dedans et il est toujours limité, conditionné lorsqu'on s'identifie à la personnalité et même quand on sait qui on est parce que notre mode habituel est celui de l'inconscience, de l'absence d'écoute et de présence à soi. 
Il n’est jamais offert gratuitement, il y a toujours des attentes et même quand on sent que nous sommes une âme incarnée dans un corps de chair, tant qu’on n’a pas embrassé ce qu’on appelle l’ego, on agit de façon calculée, préméditée. 
Il n’y a pas à s’en vouloir pour autant parce que c’est inconscient, automatique, mais ça n’est pas non plus une fatalité.

Le seul fait de reconnaitre cela, de voir qu’on agit par conditionnement, c’est déjà s’ouvrir à une réalité plus vaste de l’être et si on a conscience de la puissance de l’amour inconditionnel, on va pouvoir se l’offrir en cessant de se faire la guerre.
Et en s’offrant cet amour on va commencer à vraiment savoir ce qu’il est dans sa pureté, en dehors de toute projection, de tout calcul et de toute définition. 
Le sens de cette vibration vient par l’expérience, le ressenti et sa valeur, sa consistance, son goût seront perçus comme la paix, la joie subtile, la force. 
Plus on va le sentir et moins on aura besoin de le définir et d’en parler. Ces supports référentielles ne seront plus nécessaires à mesure qu’on en goûtera l’immensité. 
Immensité dans le sens où il est partout, derrière chaque peur, intention, manifestation...




Si j’en parle ici à longueur de temps, c’est au départ par intuition et par expérience, celle du pardon, de l’acceptation vis-à-vis de mon passé qui m’a libérée de la haine et de l’esprit de vengeance. Puis il y a eu cette illumination du cœur et de l’esprit qui m’a amené à savoir que j’existe au-delà de la souffrance, de mon histoire, de ma personnalité limitée et victime des autres et de la vie. C’est le mental en quête de reconnaissance extérieure tout autant que l’impulsion de l’âme qui m'ont poussée à témoigner de ce chemin de connaissance, de reconnaissance de soi. Une façon d’affirmer ma vision tout en restaurant l’estime de soi. La personnalité en quête de vérité et le désir de partager mon point de vue au sujet de la foi m’ont guidée en ce sens et le désir de revivre l’expérience puissante d’éveil m’a donné l’élan de chercher. L'attente m'a poussée à vouloir aller plus loin, à comprendre ce que j'avais vécu et à vouloir le ressentir à nouveau mais c'est en lâchant cette attente et en plongeant à l'intérieur que la vérité se révèle.
La victime intérieure en quête de guérison a aussi participé à cet élan à témoigner en toute authenticité mais ça n’est qu’en acceptant de regarder mes peurs en face, d’accueillir l’émotion de la victime que je suis peu à peu sortie de cet état.

Je dis peu à peu parce qu’il demeure encore les réflexes conditionnés qui se manifestent par le sentiment de déception, de ne pas oser me montrer, de craindre encore le rejet ou l’incompréhension. Et c’est quand je vois que d’autres osent affirmer avec assurance et sans complexe, ce dont je témoigne ici,  que ces sentiments douloureux de la victime se manifestent.
Il est clair que le fait d’avoir anesthésié mes émotions avec des drogues puis avec des médicaments, n’a rien résolu à mon hypersensibilité puisque le bagage émotionnel que je trimballe depuis l’enfance n’a pas pu être libéré totalement.

Mais c’est encore une vision faussée des choses parce que toutes les prises de conscience m’ont permis d’agir au niveau mental/énergie, de me désidentifier des pensées de peurs, de doutes et de me préparer à aborder les émotions sous un angle nouveau.

Le fait de ne plus les craindre et de pouvoir les accueillir, les laisser s’exprimer librement et de retrouver ainsi la paix intérieure m’a déjà libéré de l’identification à ces mouvements internes naturels. L’amour qui circule maintenant plus librement à l’intérieur, entre mes corps subtils, me libère des attentes extérieures, peu à peu.

En ne croyant plus ni mes pensées de dévalorisation, ni leurs émotions associées, je suis libérée du conflit interne et ma vie est beaucoup plus paisible depuis que je ne définis plus en termes de bien et mal ce qui émerge.

Maintenant que la confiance vis-à-vis de tout ce que je suis est solide, c’est une question de patience, de persévérance, de conscience et de présence.
En découvrant Nassrine Reza, j’ai senti cette tristesse interne qui s’exprimait avant par de l’auto critique, de la colère envers l’addiction aux médocs. C'était très violent mais ça n'est plus perçu avec autant d'attachement, de passion, d'identification. 
Je me suis contentée de le voir, de ne pas chercher à le nier, à me justifier ou à essayer de changer cela. 
Je constate que c’est seulement lorsque j’ai accueilli ce qui émerge dans l’instant et que malgré l’émotion, la paix demeure en moi, même si parfois c’est à peine perceptible, que des idées nouvelles apparaissent naturellement. Je vois alors les choses autrement, plus clairement et surtout sans violence, avec neutralité et bienveillance.
La plupart du temps, c’est le sentiment d’être sur la bonne voie, celle de l’unité intérieure, de l’amour inconditionnel et de la paix, qui se manifeste. Cette confiance en soi qui vient de l’accueil est précisément ce qui me manquait et me faisait douter.

C’est une confiance qui grandit, qui est de plus en plus solide. Confiance en la bienveillance de la vie, en la capacité de mes corps subtils à agir en se laissant guider par la source. Et en ma personnalité humaine, en son potentiel.




Tant que cette confiance n’est pas acquise par le vécu, par l’accueil en soi-même ou l’offrande à l’amour lumière en soi de tout ce qui nous perturbe, on va s’accrocher à des croyances et se laisser agir par nos comportements inconscients.
J’ai constaté aussi que j’avais attiré une expérience qui me renvoyait à la victime mais aussi au sauveur intérieur, à ces rôles inconscients et par nature imperceptibles à moins de savoir que ce sont des stratégies et que l’autre nous renvoie cela.

J’ai commencé par voir et accueillir tout ce qui émergeait quand j’ai pris conscience du jeu qui s’était joué. Les pensées de colère envers moi-même de m’être fait avoir, de ne pas avoir vu le schéma ou d’avoir ignoré les quelques signes intuitifs qui auraient pu m’alerter. Puis j’ai reconnu que j’avais nourris ce jeu, que je l’avais provoqué par certains aspects et que derrière cela, c’était encore la peur qui se dissimulait. 
Une fois que j’ai fait la paix avec moi-même, que j’ai laissé s’exprimer librement toutes ses pensées en les observant sans juger, j’ai pu affirmer ma position vis-à-vis de l’extérieur sans agresser, sans me justifier en étant relativement neutre. 
Je dis relativement parce que je ne peux pas savoir comment l’autre peut percevoir ce que j’exprime mais comme je n’ai pas la main à ce sujet, comme la réaction de l’autre lui appartient, je n’ai pas nourrit de culpabilité. 
Il m’a fallu tout de même un  certain temps pour éclaircir les choses et je ne l’ai pas fait intellectuellement, en cherchant à argumenter, j’ai attendu d’être en paix pour m’exprimer. 

Si j’avais nourri la critique ou accusé l’autre de me manipuler, j’aurais nourri le jeu de rôle et la division intérieure. Et donc entretenu l’état de victime impuissante, la souffrance et l’identification à la personnalité, à l’histoire et au passé.

On peut s’aider en écrivant tout ce qui nous passe par la tête en pareille situation, de façon spontanée, sans rien bloquer, censurer. Puis en se relisant on va détecter la voix de la victime et surtout pouvoir laisser les émotions s’exprimer librement en gardant à l’esprit le fait que ce sont uniquement des énergies qui ont besoin d’être vécues à l’intérieur pour être pacifiées, harmonisées.

J’ai découvert les vidéos de Nassrine Reza depuis une semaine au moins mais il m’a fallu prendre conscience de tout ce que ça suscitait en moi pour pouvoir enfin les partager ici sans avoir l’impression de perdre quoi que ce soit. 
Le désir d’accompagner les gens sur ce chemin de libération est sincère et je ne doute pas que ce soit la raison d’être de mon âme mais tant que c’est la victime ou le sauveur, qui sont aux commandes, ou qui mènent la danse, il est inutile de proposer quoi que ce soit. 

Il est essentiel que je commence par définir ce qui me porte vraiment à agir, si c’est une façon de vouloir combler des carences affectives, auquel cas, je nourris le déni et le rejet de soi. Et sans une confiance totale et véritable en soi, si je ne suis pas dans l’amour inconditionnel pour tout ce que je suis et en paix à l’intérieur, si je continue à m’identifier à la personnalité, je ne ferais que reproduire les mêmes schémas inconscients et les jeux de rôles.
Je reviens donc à l’essentiel, qu’est-ce que je veux partager, transmettre, quelles sont mes valeurs, dans quel état je veux me sentir chaque jour. Puis à partir de là, j'agis en conséquence et je fais confiance à la vie qui me guide et me montre par effet miroir lorsque je m’identifie à mes pensées émotions. 
Elle m’apprend à ne plus rejeter ce qui émerge, à aborder l’émotion comme un message, un appel à se centrer et juste à observer. 




Puis dans ce processus je nourri ce qui est essentiel pour moi à savoir la paix, la liberté d’être et l’amour  vrai, sans conditions. 
Une fois que je sais revenir en mon centre, nourrir ce que suis, de la vibration de la source, la paix et la confiance deviennent constantes.
Et c’est sur cette vibration que la personnalité s’accorde naturellement.

Je ne cherche plus du tout à savoir comment je vais m’y prendre pour mettre en place ce qui me tient à cœur, je fais confiance à la vie, à mon âme qui sait ce dont j’ai besoin pour agir dans la justesse et l’équilibre. 
Dans ce processus j’apprends aussi à reconnaitre le langage de l’âme, du corps physique, le sens des pensées émotions, à focaliser mon attention sur le cœur et ainsi à rassembler mes énergies. 
De cette façon l’hypersensibilité n’est plus en problème mais elle est utilisée dans cette écoute, observation intérieure profonde. Et c’est précisément cela qui me donne la force et la confiance nécessaire, la faculté de faire des choix déterminés et clairs vis-à-vis de l’extérieur. 
J’apprends à laisser l’énergie de vie circuler librement et à servir les gestes qui nourrissent mon besoin de créativité et d’épanouissement. A suivre l’intuition qui s’exprime dans la spontanéité en sachant que ça me révèle toujours ce que je porte, tant ce que je suis fondamentalement qu’à la surface et en profondeur. 

Quel que soit l’élan ou la motivation qui me portent, tant que je sais que c’est seulement une projection de mon état d’être, d’un désir je ne m’identifie pas à cela. Et je vais pouvoir mieux me connaitre, mieux aimer parce qu’en laissant cet amour intérieur agir, il se déploie naturellement, s’exprime librement sans attente ni calcul. 
Lorsqu’il circule librement en soi, il rayonne naturellement vers l’extérieur de la même façon. Il n’y a donc plus un seul objet qui l’attire, il devient impersonnel ou plutôt il rayonne sur tout ce qui est, peu importe la forme. 

La peur de la dépendance affective se dissout en cela et elle révèle aussi l’interdépendance au travers des jeux de miroir, l’inter-reliance au niveau de l’âme, de l’être. En ce sens il n’y a donc aucune raison de s’approprier qui que ce soit, et donc d’éprouver un sentiment de perte si la personne s’éloigne. 
Ce qui ne veut pas dire non plus qu’on devient insensible et froid mais on ne s’attache pas outre mesure aux autres ou à quelqu’un en particulier. 
Et déjà quand l’amour peut circuler librement en soi, il nourrit l’être, on se sent comblé, satisfait d’être ce qu’on est. 

Je vais aller contempler les fleurs éphémères du jardin et remercier les nuages d’être là parce que ça m’a donné le temps d’écrire. Il est bon de redéfinir ses priorités et plus j’accueille tout ce que je suis, plus je peux faire des choix qui correspondent à mes vrais besoins. 
Mais là encore, ça n’est pas le mental qui dirige, ce sont les gestes qui s’accordent à la vibration à ce désir de nourrir l’amour en soi. Le geste compulsif de prendre un cachet s’est reporté sur la bouteille d’eau et c’est parce qu’il nourrit tous les corps qu’il devient naturel. 




La conscience humaine sait pourquoi elle le fait, connait les répercussions sur le corps émotionnel qui fonctionne avec le mental et le corps physique montre des signes d’approbation. Mon âme m'a guidée sur cette info essentielle et c'est parce qu'elle émane de quelqu'un qui est conscient de ce qu'elle est, qui tient compte de tous les aspects de l'être, que j'ai été pleinement réceptive à son message. 

Le fait que j’ai pu admettre l’importance de cet élément, même si je le savais avant, est le témoignage direct du fait d’aborder les émotions en conscience et en connaissance de cause. 
Tout mes corps sont d’accord pour manifester ce geste, ils sont alignés sur l’amour de soi, sur la fréquence du cœur et c’est ce qui rend le geste facile. 
Il n’y absolument pas à forcer mais juste à nourrir la confiance en l’amour lumière que nous sommes et se laisser guider par le cœur. 
Je pressentais que la délivrance de la dépendance aux cachets devait être un processus facile, simple et naturel. Enfin simple d'un point de vue mental parce qu'à l'intérieur, c'est infiniment complexe. Même si le geste est encore là, il n'a plus du tout le même sens ni le même impact et la diminution en est facilitée.

Quand j’ai constaté que mon ventre était de plus en plus gras, plutôt que de me critiquer, de me dire que je négligeais ce corps, j’ai eu de la compassion pour l’enfant intérieur et le besoin de protection qui se manifeste de cette façon. Ça c’est l’aspect psychologique et il n’engage que moi mais ce qui est certain c’est que je n’ai pas cédé à la peur de déplaire ou cherché des moyens de la faire disparaitre. J'ai demandé à mes corps de me dire ce qui créait cela et je suis tombée sur l'article de Nassrine Reza qui a fortement résonné. 
Je vous encourage vivement à visiter son site:


« Le Pouvoir de l'Accueil » Nassrine Reza; http://www.nassrinereza.com



Je suis tombée aussi  sur une vidéo d’exercices physiques visant justement à perdre cette graisse abdominale et c’est "normal" puisque l’heure des vacances approche. 
Là c'était une occasion de faire un choix: soit de vouloir agir sur l'extérieur comme le font la majorité des gens, soit de faire confiance à tout ce que je suis. 
En voyant que ces gestes/exercices n’ont rien de naturel, ça m’a conforté dans mon choix de nourrir l’amour intérieur, de m'ouvrir au messages du corps, de l'âme, plutôt que de vouloir contrôler les choses et de nourrir la peur, la violence et l'inconscience.

Le manque affectif supposé créé des réactions en chaine qui nous poussent à agir sur ce qui est l’ultime manifestation de l’être, la dernière couche si on peut dire ou celle qui est la plus dense, le corps physique, alors que lui-même réagit à ce qui est intérieur. 
Il s’adapte sans arrêt à ce qui se manifeste en soi au niveau mental émotionnel et c’est à travers le système endocrinien, entre autres, qu’il régule la physiologie, maintient l’harmonie intérieure. 
En ce sens, savoir accueillir ce qui se manifeste en soi lui permet de moins travailler/s'épuiser à rétablir l’équilibre interne. Comme le dit Nassrine Reza, on l’accompagne lorsqu’on cesse de lui imposer quoi que ce soit. 
Il sait parfaitement exister et maintenir la vie sans que notre mental n’intervienne et c’est encore la preuve qu’une intelligence supérieure l’habite. Et son amour pour la personnalité, pour la Vie, est immense, chaque battement de cœur en témoigne.

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je suis contente que vous ayiez decouvert Nassrine Réza!!,
    Toutes ses vidéos sont riches d'enseignement sur nous même, mais le meilleur est dans son livre "La nutri-emotion" , je ne vous en dit pas plus mais ceci completera grandement votre recherche de vous même et surtout decouvrir une equipe formidable qui se trouve en vous!!
    Avec tout mon amour ,
    Merci à vous pour votre partage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anonyme,
      Merci pour l'invitation mais je suis déjà en paix avec mes corps, la réconciliation a commencé depuis un certain temps déjà et j'en suis à la phase où je consolide l'unité intérieure, la confiance totale en soi, en suivant l'élan de l'instant...
      J'ai été ravie d'entendre exactement ce dont je témoigne sur ce blog (avec toute la maladresse de l'humain en chemin), dans la bouche de cette personne qui est au bout du processus de libération.
      Ce que j'exprime ici, c'est le processus en "directe live".
      Au jour le jour, j'exprime de façon authentique ce qui se vit en soi et comment faire la paix.
      Ce processus est progressif pour la majorité des gens et c'est ce qui me pousse à en témoigner en toute transparence.
      Ceux qui parlent de "réalisation spirituelle" s'expriment une fois qu'ils sont libérés mais j'ai choisi de témoigner du processus en cours. Et depuis le depuis le début, depuis la foi en un dieu extérieur, le changement de croyances, l'attachement aux messages canalisés, les prises de conscience, le face à face avec soi, le détachement...jusqu'à la délivrance, la paix intérieure et la reconnaissance de la source en toutes choses...
      Les "cas" d'éveil spontané ne concernent qu'une infime part de l'humanité et suscitent souvent de l'envie, du rejet de soi, de la personnalité humaine...et même ceux dont la conscience s'ouvre d'un coup, ne sont pas forcément délivrés de l'illusion.
      Ce parcours autodidacte se nourrit aussi des découvertes d'autres humains dont Nassrine Reza qui m'aide à comprendre mon corps physique, à savoir comment en prendre vraiment soin.

      Ce qui m'anime par dessus tout, c'est de découvrir par moi-même, tant de l'intérieur, par l'écoute, qu'en utilisant la guidance qui me conduit vers des infos utiles et de témoigner que la guérison/libération/réalisation est possible.

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.