mardi 14 juin 2016

« Je suis Lumière, je suis Amour, je suis Paix, je suis Joie » & lien "Partage Vibral" avec Magali





Je suis très émotive ce matin et c’est après avoir vu une vidéo de la spa au sujet des abandons au moment des vacances, que les larmes ont coulé. Je parle quelque fois de ce phénomène rare chez moi, parce que le fait de pleurer est un signe d’ouverture de cœur, c’est une forme de lâcher prise naturel, un déversement de tendresse, de détente de tous les corps et surtout du mental/émotionnel. 
Lorsqu’on ne cherche pas à retenir les larmes ni à en faire une occasion de se plaindre, c’est l’amour pur de la source qui s’écoule à l’intérieur, notre moi profond qui s'exprime ! Et j'ai longtemps cru qu'il fallait les retenir tant pour ne pas montrer sa vulnérabilité que lorsque j'ai commencé à comprendre qu'il me fallait lâcher le rôle de la victime. 
C'est encore une interprétation faussée du mental conditionné qui croit qu'en contrôlant une part de soi, une expression spontanée, on élimine le masque ou le problème...

Le fait d’avoir soignée/accueillie la crise de colique néphrétique d’hier en offrant à la source les pensées émotions de peur que ça suscitait puis en suivant l’intuition, m’a ouvert encore plus le cœur et la conscience au sujet de la création délibérée.
Au passage, "soin" et "attention" sont synonymes. Là encore ça n'est pas un hasard, la focalisation de la conscience, l'amour lumière porté sur l'ombre ou la douleur, les transforment, les guérissent. 

Le processus de création délibérée, bien que complexe, est tout à fait réalisable mais ça demande du temps, de l'apprentissage et avant tout une déconstruction de nos croyances anciennes. Ce qui explique la lenteur du processus étant donné les nombreux conditionnements humains.

On ne se rend pas compte à quel point la métamorphose d’un individu qui s’identifie à juste titre à la victime, relativement à ce qu’il a vécu enfant, à l’être véritable et autonome, représente une extraordinaire révolution interne qui affecte tous nos corps. 
Ça n’a rien à voir avec de la magie/illusion agissant en surface, c’est une véritable alchimie interne qui va se vivre à tous les étages, dans tous les chakras, dans tous les corps. 


Il s’agit de devenir conscient de sa propre réalité de l’instant, simultanément; autant celle concernant la personnalité que celle de l’être, de l’âme, de l'être tout entier. 

C’est là que ça se corse pour plusieurs raisons ; les mécanismes de défense de l’ego, de survie, et les interprétations du divin par le mental qui tente, pour se rassurer, d'essayer de faire entrer dans ses cases référentielles ou de conceptualiser, le divin. 
Changer une croyance en soi ou s'en libérer touche toutes les dimensions de l'être jusqu'au corps physique qui pourra tout autant exprimer un malaise, un symptôme qu'on prendra pour une maladie alors qu'il s'agit du processus d'ajustement de fréquences.

La première étape qui peut durer toute une vie, est celle du déconditionnement. 
Bon, le jardin m’appelle on verra le blabla plus tard...




Je dis blabla mais cet exercice d’écriture est encore important pour moi parce qu’il permet de me connecter à l’âme puisque c’est une écriture spontanée. C’est aussi le moyen de reconditionner le mental en répétant ces vérités, ces principes universels et le fait que nous soyons issus de l’amour, que nous soyons vibratoirement l’amour. 
C'est une façon d’aligner les corps aux fréquences de la source et d’affirmer, de réitérer mon désir de vivre dans la paix, l’unité et l’harmonie. 

Plutôt que de diviser et mettre en avant les qualités, prétendre être tout amour, j’utilise les mécanismes du mental pour prendre conscience de ce que je suis en vérité et surtout pour l'intégrer en le manifestant dans mon quotidien. 

C’est une gymnastique cérébrale qui comporte bien des avantages lorsqu’on regarde l’ego et le mental avec les yeux du cœur, de la foi en la perfection de la constitution de l'humain multidimensionnel. 
Comment peut-on prétendre croire en une intelligence créatrice amoureuse d’elle-même, de sa création et renier un seul aspect de l’être. On croit en la perfection de Dieu mais on doute de soi, de ce que nous sommes et on rejette violemment nos corps jugés inférieurs ! 

Ces quelques mots remplis de sagesse, dont je viens de trouver le lien sur le site jardinsoleil.com, viennent confirmer ce que je pense. Lire les messages des êtres de lumière que canalise Monique Mathieu, lorsque je tombe dessus de façon synchrone, est toujours réconfortant et significatif. Tant par la synchronicité que par le contenu. 

"La meilleure façon de travailler vos points faibles, c’est surtout de ne pas les combattre, de les accepter, et surtout de ne jamais vous sous-estimer. 
Vous êtes tous des êtres plus qu’estimables, vous êtes tous des porteurs de Lumière et c’est une insulte au Créateur que de vous sous-estimer. 
Ne vous surestimez pas non plus par rapport aux autres, restez dans votre droite ligne, gardez toujours votre pureté et votre Amour.
Mais surtout, cela est très important pour la transformation totale de vos êtres, acceptez-vous tels que vous êtes, n’essayez pas de devenir ce qu’est l’autre et que vous trouvez tellement bien, restez ce que vous êtes en transformant en vous tout ce qui n’est pas à sa place.
Les hommes ont toujours pour habitude de voir les autres beaucoup mieux qu’ils ne se voient eux-mêmes. 
Apprenez à vous voir Lumière, Amour, répétez-vous mille fois dans la journée : "Je suis Lumière, je suis Amour, je suis enfant Divin, je suis Paix, je suis Joie". 
À force, vous imprimerez cela profondément en vous et vous deviendrez des enfants de Lumière à part entière. 
Il n’y aura plus de coins d’ombres en vous car vous aurez laissé pénétrer à flots cette Lumière en laquelle vous croyez. Surtout ne vous mésestimez jamais, c’est une grave erreur qu’il ne faut plus commettre.
Vous êtes tous égaux dans l’Amour, vous êtes tous égaux dans la Lumière Divine, seul le chemin que vous devez parcourir pour intégrer totalement cette transformation et cet Amour est différent, car il est fonction de votre choix de vie".


 

Ce que j’ai vécu ces derniers temps me le confirme une fois de plus; s’autoriser à vivre pleinement l’élan de l’instant, sans juger, sans commenter, en étant conscient d’être l’amour permet à la lumière que nous sommes, d’éclairer nos ombres. 
Éclairer dans le sens de montrer sous un nouveau jour, d'un point de vue plus élevé, plus large.

J’ai pu offrir à la source la culpabilité qui est venue quand j’ai pris conscience que le fait d’avoir fumé de l’herbe pendant une semaine avait eu des conséquences douloureuses.
J’étais contente d’avoir pu libérer la culpabilité, l’idée de régresser en cédant à cette envie de fumer bien que je sache que ça me déconnecte du moment présent et donc de mon âme/conscience, mais je n’ai pas mesuré l’impact que cela avait en réalité. 
Les coliques néphrétiques m’ont révélé qu’en perdant ce contact à mon corps physique, je perdais l’écoute nécessaire de ses signes et messages importants. 

La déception est venue aussi puisque je sais de quoi je suis capable et face au laisser aller dû à la consommation d’herbe qui au passage coupe de la joie véritable, du désir, j’ai eu la sensation de gâcher mon temps et mon potentiel. 
Mais j’ai fait confiance à l’amour à qui j’ai offert ces pensées et je lui ai demandé de me guider dans l’élaboration d’un l’emploi du temps qui soit épanouissant. Enfin de m'aider à être plus à l'écoute des messages de l'âme à travers les différents corps subtils, plus présente à ce qui se manifeste à  l'intérieur.
Plutôt que de m’en vouloir, j’ai simplement reconnues toutes ces pensées de critiques, de dévalorisation, de déception qui même si elles ont une sens, une raison d’être, ne font que saper l’estime de soi si on les nourrit, si on les croit. 

Reconnaitre nos carences, nos défauts ou nos limites et laisser l’amour lumière, le cœur, harmoniser leur énergie restaure l’ordre et le potentiel. 
Il ne s’agit pas de se rabaisser mais d’être lucide et de laisser l’amour agir. 
L’amour véritable de soi ne consiste pas à vouloir se montrer brillant mais à oser être entier. Et c’est en le faisant que l’amour lumière que nous sommes, se manifeste de lui-même, que l’être se révèle dans sa splendeur tel le diamant. Avant de devenir diamant, la pierre a dû être taillée et chaque coup de burin est une forme de déconstruction de l’orgueil, des illusions. 

On se heurte souvent au modèle imaginaire du mental selon ses critères très sélectifs de ce que sont la beauté, l’amour et la lumière. J'ai retranscris un passage d'une des méditations de Deepak Chopra qui a fortement résonné en moi:
 





…« Quand nous disons que l’amour a différentes intensités, nous entendons qu’en réalité, notre connexion au chakra du cœur peut se révéler forte ou faible. 
L’infatuation où l’amour à première vue semble très fort comme quand on entre dans une réalité différente de la vie de chaque jour tandis que la tendre affection que vous sentez pour un ami du passé suggère une connexion moins forte. 

Parce que la conscience est à l’intérieur, à l’extérieur et qu’elle est partagée parmi les gens, l’amour courre en toutes directions tout comme le fait la conscience. 
En un mot, l’amour est holistique. 

La seule raison pour la quelle nous ne ressentons pas l’amour partout, c’est parce que nous ne sommes pas habitués à vivre à partir du niveau du vrai soi qui est l’esprit silencieux. Une fois que vous vous rendez compte de ceci, vous commencerez à vivre l’amour au lieu de le rechercher. 
C’est ce qui reflète une belle citation du poète Rumi : « votre but n'est pas d'aller à la recherche de l'amour, mais plutôt de chercher et de trouver tous les obstacles à l'intérieur que vous avez érigés contre l'amour »

Tout comme la chaleur fond la glace, l’énergie focalisée dans le cœur peut éliminer les obstacles sans effort. Il n’y  aucun besoin de se sentir miné. 
En mettant l’attention sur votre cœur, vous encouragez le flot de l’énergie vitale qui sait guérir les sentiments de la solitude, de l’isolement et de l’inquiétude. Les symptômes du manque d’amour. 
Un chakra du cœur équilibré dispense amour et compassion comme une coupe toujours pleine qui déborde. Toujours pleine d’amour et dispensant l’amour sans cesse. »… 
« En nous préparant à la méditation focalisons notre attention sur la pensée du jour : « mon énergie vitale est amour »…

Pour garder activé le flot de l’amour tout au long de la journée, prenez du temps pour focaliser votre attention, à chaque fois que vous en avez l’opportunité, sur les différents parfums de l’amour dans votre cœur. 
Quand vous les aurez remarqués, le simple fait de concentrer votre attention sur l’amour, vous aidera à en faire une partie intime de vous-même. 
Les parfums de l’amour incluent l’appréciation, la gratitude, la jouissance, l’affection, le charme romantique et l’attraction personnelle.

Si vous appréciez combien le matin est beau, prenez un moment pour le sentir et pour vous dire : ça, c’est l’amour. Si vous appréciez un coup de téléphone d’un ami, ou la saveur d’un repas délicieux, dites vous : ça, c’est l’amour. 
Ces petites choses ne sont pas insignifiantes. 
L’amour est gentil par nature et beaucoup d’expériences sont imprégnées d’amour.

Même si nous avons pris l’habitude d’associer l’amour a une émotion intense et grande, il peut être également ça mais sentir de la gratitude pour un mot gentil, c’est aussi tendre qu’une idylle. 
Quand vous commencerez  percevoir ces parfums subtils de l’amour, votre conscience s’élargira naturellement. Il sera alors plus facile de faire ces gestes affectueux de gentillesse et de compassion qui sont des expressions de votre vrai soi. Tout commence dans la conscience, surtout l'amour universel qui imprègne toute la création »...Deepak Chopra, son site: www.deepakchoprameditation.fr





Bien que la traduction laisse à désirer parfois, enfin à mon sens, l’idée qui retient mon attention, c’est que nous passons à coté de l’amour en ayant des attentes à son sujet. Ces attentes qui correspondent aux définitions limitées que nous avons de l’amour qu’on associe exclusivement aux relations entre humains. 
C’est encore une vision du mental qui divise, compartimente et qui associe l’intensité des émotions à la passion amoureuse. De son point de vue, plus c'est sensationnel et plus l'amour est véritable.
Il est clair qu’aimer quelqu’un éveille beaucoup d’émotions en nous et l’énergie du désir en même temps vient amplifier le ressenti. Nos peurs, nos attentes, les blocages, les blessures, ont tendance à donner de l’intensité aux sensations mais est-ce vraiment de l’amour ?...


Au-delà de nos défauts, de nos faiblesses, il y a des besoins niés, des croyances obsolètes et surtout un appel à reconnaitre l’être véritable, multidimensionnel, intègre, dans l’offrande à l’amour, au cœur, à la source. 
La déception que j’ai sentie à propos de mon comportement nourrit le désir de manifester mon plein potentiel mais je ne laisse pas l’ego ou les programmes de survie, gérer cela. 
Je ne vais pas me définir selon le mode comparatif et agir selon l’esprit de compétition mais accéder à une profonde connaissance de qui je suis en vérité et en totalité puis laisser le cœur harmoniser défauts et qualités afin que le meilleur en sorte.

Le meilleur non selon les critères du mental mais selon ma propre vision et vibration; la synthèse de mon vécu, de ma vraie personnalité et de la source, de la vie qui s’écoule à travers moi.

Pour info, Magali qui canalise le groupe Miriadan donne une conférence enfin un "partage vibral", sur le site du grand changement, ce soir, à 20 heures. C'est toujours une joie de l'entendre parce que la connexion au niveau de l'être est puissante. C'est une reconnaissance réciproque très familière. "Partage Vibral avec Magali"

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité (liens compris), l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.