lundi 2 mai 2016

« Le Nouvel Humain complet, intègre, authentique »





Le nouvel humain renaitra dans la rencontre, l’écoute et le dialogue avec l’enfant intérieur, avec son cœur, son être véritable. Notre monde arrive au bout de siècles de lutte de toute part. Toutes les projections de ses frustrations, de ses fantasmes qui s’expriment au travers de pensées émotions refoulées et ne peuvent s’extérioriser autrement que dans l’explosion, l’excès, l’extrême.
Et nous sommes tous agis de la même façon par nos peurs, nos croyances, nos rêves inassouvis simplement parce que nous luttons conte nous-même. 

Pourtant si on porte un  regard bienveillant, lucide, sur ce que nous sommes et portons, on va reconnaitre autant les besoins, les talents, les dons que les stratégies qui visent à les nourrir. 
De plus en plus de gens se tournent vers leur cœur, écoutent la voix de l’amour, suivent l’élan spontané, vivant, qui les anime et c’est magnifique.

J’ai publié un nouvel article sur le blog dédié à l’humanité en éveil, consciente et fraternelle; c'est un témoignage d'éveil qui résonne fortement et montre que tout le monde est touché par les vagues d'Amour Lumière déversées sur le monde. 
Ces énergies qui appellent à éveiller le féminin sacré en soi, à se tourner vers son cœur
J’avais un peu lâchée l’affaire pour me tourner vers mes propres mondes
Intérieurs, ces mondes merveilleux qui révèlent leur beauté, leur magie et leur immense potentiel, quand on cesse de les craindre, de les considérer comme des ennemis. Tout commence toujours en soi, le changement est individuel et ça se répercute à l'extérieur.

Le mental émotionnel que l’enfant intérieur exprime parfois violemment quand la personne se ferme, quand elle agit par automatisme, selon les conventions, selon son éducation/formatage, est notre richesse à bien des égards.

Mais pour le constater, il faut lâcher les à priori, les jugements, les accusations et les aborder avec les yeux de l’âme du cœur. 
L’énergie Christique ou Bouddhique peut nous accompagner dans cette exploration. 
Plus précisément l’énergie du Christ qui est celle des miracles et comme nous sommes nés dans ce monde occidental, comme l’âme sait ce qu’elle fait, comme il n’y a pas de hasard mais des résonances vibratoires, solliciter cette vibration christique peut nous aider à la révéler.

Le Christ, le symbole, sa vie, qu’elle soit une légende ou une réalité, portent exactement les énergies qui permettent de cheminer vers la résurrection de l’être.   
Évidemment, ça demande de lâcher les croyances, doctrines, le dogme religieux et toutes les étiquettes, les faux concepts attribués aux enseignements christiques. 

L’énergie christique est celle de l’Or, l’énergie de l’alchimie intérieure. 
C’est l’énergie capable de changer le plomb en Or non pas que nous portions de mauvaises choses en nous mais plutôt que nous ayons un regard négatif, jugeant et condamnant sur nous-mêmes, sur les choses de la chair, les pensées dites négatives, les émotions qui leur sont associées.

Le christ, Bouddha, ont emprunté la voie du juste milieu, celle de l’abandon du jugement, de l’introspection, de l’amour pur, de la non dualité et c’est uniquement en choisissant de suivre ce chemin, qu’on va découvrir qui nous sommes en vérité, l’être unique et parfait que nous sommes. 

On parle de vibration christique en la figurant comme une énergie masculine simplement parce que notre monde est perçu par le mental/ego, la raison "logique" seulement, et dirigé par un système patriarcal et pyramidal mais cette vibration est celle de l’unité, du couple divin, incarné par Christ/Marie madeleine et bien d’autres.

La renaissance commence par l’écoute et la rencontre avec l’enfant intérieur, androgyne, parce que c’est l’innocence, la pureté, la transparence, l’authenticité, la neutralité, qui seront les énergies révélatrices, nécessaires à l’exploration des mondes subtils, à l’expression et la reconnaissance des pensées émotions énergies, en tant que messagères de l’âme, potentiel créatif. 
Elles nous révèlent nos frustrations, nos attentes, nos fantasmes qui ne sont que l’expression de nos besoins essentiels non considérés, non nourris.

Rencontrer l’enfant en soi, l’écouter, laisser la puissance christique/mariale, alchimique, harmoniser, équilibrer ces énergies polarisées, va révéler nos besoins véritables et nos talents, c'est-à-dire les moyens de les nourrir dans le respect de soi et des autres. 
Et non plus par des stratégies guerrières, des stratégies basées sur la peur, la peur de l’autre, reflet de l’ignorance de qui nous sommes en vérité.




Je suis en  train d’écouter une playlist de chanteurs des années 70, à fond les manettes, et j’y entends des morceaux de vérités, des expressions de l’âme, des messages du coeur, de l’être qui, passés au travers d’un corps humain qui ne sait pas ce qu’il est, s’exprime par des chansons d’amour difficile, tragiques…

L’enfant en soi guidé par l’énergie de l’âme, de la source, la vibration christique/mariale, celle de l’unité des forces complémentaires, révèle le masculin, le féminin sacré et leur danse spécifique, selon l'ordre et le rythme divin, celle qui les mènent au 7ème ciel.
C’est avant tout un chemin intérieur et qui se parcours seul, enfin en compagnie de l’enfant, de l’âme de la source Père Mère.

Ce monde exprime tout ce qui se vit en nous et les guerres, les inégalités, les injustices et manipulations, sont la manifestation de la façon dont chacun aborde et gère ses mondes intérieurs. La façon dont les femmes et les enfants sont traités, dont on considère le vivant, la nature, les règnes, est la pure expression de ces conflits internes et du rejet du féminin, de l’animal en soi. 
Et dans « animal », il y a « anima », en espagnol, l’âme. 
L’aspect vivant, celui qui expérimente, goûte, est en mouvement, manifeste, ose aller de l’avant. En quelque sorte l’expression masculine de l’âme de la terre, de l’énergie de Vie, l’énergie sexuelle qui pousse à l’action, qui impulse et propulse vers l’autre. 

Cette énergie puissante qui fait s’élever la graine hors de terre, qui active la pression sanguine en l’homme et en la femme, qui éveille le désir ne doit pas être contenue mais comprise. 
Elle tend vers la lumière comme toute plante parce qu’elle sait que son épanouissement en dépend. Elle sait qu’il lui faut monter vers le ciel, par la force de la lumière, du soleil afin de s’épanouir dans la rencontre avec l’esprit, le féminin, ou l'essence, sous l’impulsion de l’énergie christique/mariale. Elle utilise aussi l’énergie de la lune qui régit les rythmes et cycles du vivant. 
La plante utilise son environnement pour produire des fruits, des gaines, et manifeste ainsi le cycle éternel du vivant.
Le développement des fleurs est la pure expression de l’élévation de l’être, de son intégration des forces complémentaires, élémentaires, qu’elle utilise pour se nourrir, croitre, s’élever et ressusciter. Elle est mue par le désir, l’énergie de vie, l’énergie sexuelle.
Malheureusement nous la méconnaissons parce que nous la jugeons et l’avons qualifiée de mauvaise, dangereuse.

Nous la contraignons, nous tentons de la contrôler, de la cadrer, de l’enfermer par des conventions, des rituels, des cadres sociétaux sensés la structurer. Mais on voit l’état du monde, on constate que la prostitution ne s’arrête pas malgré la libération sexuelle des années 70. Aller à l’extrême, assouvir son désir sans complexes a permis de lâcher pas mal de croyances religieuses sclérosantes mais ça n’a pas abouti à la paix, à l’élévation ni à la liberté. 
Cette phase était nécessaire et l’usage massif de drogues a ouvert les consciences aux mondes subtils, aux mondes des égrégores soumis à la dualité. 
L’humain a pu voir que ces chemins ne menaient pas à l’exaltation mais à la dépendance toxique et au rejet de soi, à l’enfermement. 

Jusqu’à maintenant on espère que la chimie, la technologie, la chirurgie, les progrès de la science, répondront aux peurs existentielles et résoudront les conflits internes. 
La manque d’amour véritable de soi, le rejet de parts jugés inadéquates, inappropriés, sales, moches, indésirables, ce manque d’acceptation sans conditions, nous pousse constamment à rechercher la validation, la reconnaissance, à l’extérieur et fausse totalement les relations humaines. 
Le manque d’amour de soi, l’ignorance de qui nous sommes en vérité et le besoin d’amour, nous divisent intérieurement créant la sensation de manque, d’incomplétude pourtant nous sommes complets, divinement et parfaitement intègres, potentiellement autonomes et souverains. 
Tout nos confits et incompréhensions internes s’expriment, se manifestent à l’extérieur. 




Ainsi le couple se vit dans la peur, le conflit, le mensonge, la manipulation. Les hommes cherchent une femme/mère et vont chercher ailleurs ce dont ils se privent de reconnaitre en eux, chez eux. Le manque de dialogue sincère, de connaissance de soi et de l’autre, font que le couple est une association de compétences, de rôles, de fonctions.

Ce clip que je viens de découvrir m’a beaucoup touchée parce qu’on y sent autant le potentiel amoureux par la complémentarité des voix exprimant l’amour qui les réunit, que le manque d’écoute, de compréhension qui les éloignent l’un de l’autre. On vit auprès d'un être, on partage son intimité avec quelqu'un qu'on croit connaitre mais en fait on y est juste habitué...
Gotye "Somebody That I Used To Know", featuring Kimbra from the album Making Mirrors.



Les hommes trouvent avant tout chez leurs maitresses ou les prostitués, des femmes qui ne les jugent pas, qui ne les rejettent pas pour leurs désirs et même si elles en font commerce, elles font souvent office de confidentes. Leur fonction permet aux hommes de vider la charge émotionnelle/énergétique et lorsque c’est fait, ils peuvent alors se confier comme un enfant. Ceci dit, c’est ce que j’en ai entendu en parlant avec ces femmes qui ont un rôle social important bien que ça n’empêche pas les perversions et abus. Avec les réseaux sociaux, la technologie qui permet d’être en contact visuel, auditif, virtuel tout autant qu’avec des personnes accessibles dans son environnement proche, la prostitution se développe chaque jour de plus en plus et ça illustre bien le mal-être, l’ignorance générale.

Cette énergie est pur élan de vie, force d’attraction, de réalisation, d’épanouissement, de jouissance, de création et d’élévation mais il faut pouvoir la laisser monter en chacun de nos chakras, l’observer sans la juger, la contraindre ou la consommer, pour la connaitre, pour reconnaitre son pouvoir créatif et l’utiliser afin de nous réaliser, de vivre selon notre vision, nos aspirations, nos besoins essentiels.  

Notre cœur sait toutes choses, les personnages énergies intérieurs, ont des messages importants à nous délivrer et quand on observe ces mondes internes, on commence à vraiment se connaitre, se reconnaitre.

Dès lors par l’accueil des pensées émotions de l’enfant en soi, les masques vont tomber en même temps que les stratégies visant à nourrir les besoins vitaux, seront dissoutes par l’alchimie intérieure. 
Les besoins essentiels de l’âme, ou plutôt sa nature, c’est la communion, le désir de fusion, d’être en mouvement, vivante, dans cette expérience de l’incarnation. 
Elle cherche donc à toucher la personnalité afin qu’elle s’éveille à sa nature véritable et cherche la fusion avec elle. 

Cette communion naturelle se trouve et se réalise dans le cœur. 
Cet organe sacré capable de dissoudre les illusions, d’harmoniser les pensées émotions énergies, de révéler l’essence de l’être, l’amour et la lumière, est en nous-même, la porte du divin, de l’unité, de la complétude, il est juste là, attendant qu’on se tourne vers lui. N’est-ce pas formidable de savoir que tout notre potentiel, les clefs de notre libération, de notre exaltation, de notre réunification, sont juste à portée de main, de cœur et que tout le monde peut y accéder librement sans aide extérieure ? Et seule l'intention, (le désir de vérité, d'amour, d'unité...), suffit à enclencher le dépouillement, la révélation, la guérison, la libération et le retour à la Source. On va expérimenter le pouvoir de l'amour et de la lumière que nous sommes en essence, mais aussi celui de l'intention, du verbe, des lois universelles...




Alors évidemment comme nous revenons de très loin, comme nous portons des programmes limitatifs, sclérosants et automatiques, on ne passe pas de l’état de victime inconsciente à la conscience Une, la souveraineté de l’être, du jour au lendemain. 

Nous avons encore besoin de figurer à l’extérieur ce qui est en nous même, de suivre des maitres, de se référer à ceux qui sont « arrivés » pour oser regarder autant nos ombres (énergies polarisées juste parce que niées, refoulées) que notre lumière, notre puissance, celle de l’amour lumière qui nous anime et nous traverse.

On a peur de ces énergies, de cette vibration d’amour tout autant que de la vérité. On a peur d'aimer, on a peur de l'amour parce que l'instinct de survie, les mémoires, s'activent dès qu'on sent cette vibration qu'on ne connait pas.

On préfère croire que nous sommes des victimes impuissantes plutôt que d’avoir à regarder nos peurs, nos zones d’ombre, et ainsi découvrir leur potentiel, leur message. Parce qu'au fond, on sait ce qui est juste et vrai.

On a peur de notre propre lumière parce qu’elle nous montre les choses telles qu’elles sont dans l‘instant et comme ça ne correspond pas au modèle, à l’idée que nous nous faisons de la divinité ou du personnage auquel on est identifié, habitué, on préfère nourrir nos illusions, nos croyances.

Demander de l’aide au christ, à la source Père Mère, aux anges, aux guides nous permet de passer de l’état d’enfant à celui d’adulte responsable, en douceur. De nous émanciper en étant tenu par la main afin d'explorer nos mondes intérieurs en confiance.

Nous sommes un enfant aux yeux de notre être "divin", nous le sommes mentalement, émotionnellement, par ignorance et parce que les parts blessées sont restées bloquées à l’âge du trauma, au moment de ces incompréhensions vécues dans l’isolement.

Nous méconnaissons notre sagesse innée parce qu’on se coupe du féminin en soi afin d’être performant, de pouvoir survivre dans un monde en guerre où la loi du plus fort règne encore. 
On se coupe de son cœur, de son intelligence, par le refoulement de nos pensées émotions relatives à nos blessures. Mais cette énergie féminine sacrée est l’esprit sain dans la trinité religieuse, elle est l’aspect spirituel de l’être, l’inspiration, la capacité de prendre soin de l’enfant en soi, de panser ses blessures et de guérir notre cœur humain. 

Notre cœur sacré, porte la vibration de la trinité, de la tri-unité, de l’Un, l’union des flammes, du christ madeleine intérieur révélant, donnant naissance à l’être unifié, dans la fusion de la personnalité humaine et de la source. La réunification de l’enfant, de la mère et du père.
Ce cœur où nos corps subtils se rejoignent, le carrefour de l’être, des dimensions, par l’alchimie qui restaure l’intégrité des corps mental, émotionnel, les relie, les réuni avec les corps reliés aux chakras supérieurs. 
Il en résulte par la guérison des chakras/corps du bas, la libération de nos dons en tant qu’être divin. Les visions, les capacités extrasensorielles ; l’extra-lucidité, la capacité de voir au-delà des masques, de ressentir en profondeur, de percevoir les énergies, de capter les fréquences élevées, de développer ses sens, son ressenti, de capter les infos des mondes subtils, de sentir les vibrations, les énergies…de communiquer avec l’invisible, tout ceci de cultive et se révèle dans la relation amoureuse à soi. 




La reconnaissance du divin en nous, en tous nos corps, l’acceptation et la reconnaissance que nous sommes parfaitement constitués, complets et déjà réalisés, permet d’élever la vibration et par le fait de voir avec les yeux du cœur, de l’âme, de découvrir cela.

Voici la playlist dont je parle plus haut, qui montre aussi combien les relations amoureuses et souvent douloureuses inspirent les artistes. Combien de fois l'âme s'est exprimée au travers des artistes, des arts.
Et il n’y a pas à craindre de ne plus rien ressentir lorsqu’on laisse le cœur harmoniser les énergies en soi, les émotions excessives ou polarisées, parce qu’alors, elles sont magnifiées, on devient réellement Vivant. 
C’est une nouvelle vie qui commence, qui se cocréé en conscience et en connaissance de cause mais elle se découvre en cheminant. 
Plus besoin de se projeter, d’imaginer, il n’y a qu’à écouter, à s’écouter et à suivre l’élan de vie qui émane du cœur, de la paix et de l’unité intérieure.

Je ne peux pas insérer la liste entière par la vidéo mais vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous pour y accéder. Pour ceux de ma génération, nés entre 60 et 70 attachez vos ceintures pour ce voyage dans le temps qui peut être l'occasion de lâcher les peurs et conditionnements ;-) et de trouver vos aspirations profondes, celle qu'on connait parfaitement à l'adolescence mais qu'on n'ose pas suivre faute de compréhension et de soutien.



Je ne résiste pas à l'envie de partager ce titre qui me portait lorsque j’étais enfant et qui me réjouit toujours autant. C’est d’ailleurs très significatif qu’il ait été utilisé lors des problèmes techniques télévisuels en guide d’interlude…la vibration de l’unité est là mais pour le moment seuls les insectes sont capables de vivre en étant connectés entre eux par la Conscience Une….Mais on y vient…
Roger Glover And Guests – « Love Is All » 

 



Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.