dimanche 1 mai 2016

« La peur : une simple hypothèse qui demande à être contemplée pour révéler son "pote en ciel" » & vidéo de Xavier Lagarrigue





Comme le pendule va frénétiquement de gauche à droite avant de se stabiliser, il en va de même pour les émotions que nous avons refoulées et qui émergent lorsqu’on prend la décision de laisser la source les harmoniser dans l’amour et la lumière originels. 

On craint de faire face à la peur, la tristesse, la colère et pourtant les émotions sont notre richesse, notre humanité, notre GPS, les messagères de notre âme et notre potentiel créatif. 
Quand on les a longtemps refoulées, elles semblent dangereuses, incontrôlables, on a peur qu’elles explosent et nous laissent ko alors on les contient. 
Mais c’est simplement parce qu’on n’a pas le mode d’emploi, on ne sait pas comment les aborder et on fait les choses à l’envers. 
On les rejette, on les refoule et de cette façon on leur donne de l’énergie et on manifeste le contraire de notre volonté, c’est mathématique et tout à fait logique selon la loi d’attraction et celle de la résonance. On les nourrit par notre déni, on leur donne notre énergie en les refoulant parce qu'elles vont amplifier l'inconscience, les mémoires douloureuses.
Quand on repousse quelque chose, cette chose, cette énergie enfermée prend de l’intensité en tournant sur elle-même, un peu comme l’eau qui en tournant dans une bassine va créer à la fois un trou noir engloutissant et un mouvement enivrant. Selon la force de la contrainte l’eau peut aller jusqu’à déborder de la bassine et éclabousser celui qui la porte.

Lorsqu’une énergie est polarisée, elle nous tire vers le bas ou nous élève vers le haut mais là encore, la chute sera proportionnelle au mouvement ascendant. 
Les forces complémentaires en nous, les pôles, ont besoin d’être harmonisés et c’est notre cœur qui peut s’en charger. 
Lui seul connait le secret de l’alchimiste intérieur, mais pour ce faire, il nous faut le connecter à la source, le remplir d’amour et de lumière afin que ses cicatrices deviennent des portes qui permettent à notre essence de rayonner et plus des marques de souffrance qui nous maintiennent dans l'obscurité.

En allant sur face de book, je suis tombée sur ce texte posté par Catherine Delander et la résonance ajoutée à la synchronicité, m’ont portées à le copier coller.
Le monde des émotions est encore un mystère pour les scientifiques mais les femmes le connaissent et en apprenant à y installer la paix et l’harmonie, simplement en accueillant ces énergies pour ce qu’elles sont en vérité, nous pouvons développer notre créativité, trouver le juste équilibre et notre état d’être va nettement s’améliorer, notre taux vibratoire va s’élever tout naturellement.

C’est la résistance qui créé la tension et attire des énergies semblables qui vont nourrir ce que l’on contient, qu’on réprime ou qu’on tient à l’écart.
En confiant tout mouvement électrique ou magnétique à la paix du cœur, tout s’harmonise parce que notre vraie nature est l’unité et la paix. 

Confier à la source de toute vie, les tensions, les crispations et dans la confiance aveugle en son pouvoir d’aimer, contempler la libre circulation de l’énergie en soi, la stabilité s’installer en profondeur. 
Voilà ce qui permet d’autoriser l’alchimiste intérieur à réaliser le grand œuvre, le grand changement, la transmutation du plomb en Or. 
L’or du christ, l’énergie rubis dorée, se révèle et déploie les couleurs de l’arc en ciel dans l’ordre divin, l'harmonie, la beauté. Ce phénomène météorologique illustre ce travail alchimique de l'émotion qui rencontre la lumière solaire. 
Notre potentiel créatif est alors illimité. 

J’ai ajouté en mauve quelques pensées à propos de ces émotions qu’on juge faute de les observer depuis l’espace serein du cœur. 




« Chérissez vos doutes. Ils sont les germes du mystère. Et les révélateurs/amplificateurs de notre foi, de nos aspirations les plus nobles, les plus merveilleuses!
Embrassez votre tristesse. Une grande joie repose en elle. Selon le principe des pôles complémentaires, toute énergie est polarisée et c’est dans le cœur que le juste milieu se trouve. Ce positionnement au centre, donne de la profondeur à la joie lorsque la tristesse est accueillie sans jugement, sans qualificatif.
Faites face à vos peurs. En leur cœur repose une paix au-delà des mots.  
Là encore, seule la « pratique » peut le révéler
Célébrez votre ennui. Il est radicalement vivant.  
L’ennui révèle nos passions, ce qui nous porte, nous caractérise en tant qu’individu unique.
Ouvrez-vous à votre chagrin. Laissez-le briser votre cœur et l'ouvrir largement.  
Accueillir son chagrin, c’est s’offrir la tendresse, c’est trouver ainsi l’autonomie affective et donc la souveraineté
Soyez amis avec votre colère. Connaissez-là intimement comme le pouvoir de vie qui brûle comme des soleils. La colère détient l’élan de nos actions justes, celles qui viennent de l’âme, elle devient détermination, audace, lorsqu’elle s’harmonise à la paix du cœur.
Reconnaissez votre douleur. C'est votre corps qui vous demande que vous lui portiez gentiment attention. Là aussi, un enseignement, une occasion de connaitre les mondes subtils et le mode de communication de l’âme tout comme la certitude qu’elle nous accompagne constamment.
Tous les sentiments sont profondément intelligents. Ils sont l’expression unique de l’âme, l’amour manifesté dans la chair, la matière, le pôle d’attraction qui permet les rencontres de cœur à cœur, d’âme à âme.
Sortez de leur chemin. Je dirais plutôt : « laissez l’âme les ramener à la maison et observer leur mouvement, leur transformation avec délectation.
Laissez faire leur travail sacré et universel ». Laisser les vous montrer Qui vous Êtes en Vérité
Source inconnue.

Ces émotions, énergies, c’est du pur potentiel, elles sont la palette des couleurs, les matériaux/énergies/substances, qui permettent de créer sa vie, selon ses visions, valeurs et aspirations. 
Mais la création délibérée fait appel à l’artiste intérieur, celui qui est inspiré par l’âme, qui écoute son intuition. L’enfant en soi accueilli pour ce qu’il est ; le joyau de l’être, connait le croquis du chef d’œuvre que l’âme lui communique et il sait l’écouter et suivre précisément, à la lettre, toutes ses indications.

Alors comme c’est très simple, on se dit que ça n’est pas possible. Ça n'est pas un mécanisme intellectuel donc pour le mental, c'est difficile à concevoir mais si on ne le jette pas comme un malpropre quand on a foi en l'âme, il se laisse guider par l'intuition.




Les révélations au sujet de la loi d’attraction ont été appréhendées par le mental, la raison logique mais comme tout ceci est à l’opposé de sa façon d’être, de voir, de concevoir et d’agir, il n’a pas les clefs, ne peut pas comprendre ou savoir comment faire pour créer en conscience.
Il lui manque tellement de données et son mode de perception, son fonctionnement n’étant pas du tout adaptés il nous faut augmenter la foi, la confiance en notre être, notre âme et en la vie, afin que l’énergie trouve sa place sous la guidance de la source divine.   

Et plutôt que de jouer les apprenti-sorcier en essayant mentalement de visualiser, en ayant confiance en l’énergie de la source, la vibration de l’amour et la lumière, en focalisant son attention sur le cœur, dans le présent, on va pouvoir se laisser guider, porter par la vie, cocréer avec l’âme et contempler son aptitude à rendre la vie belle, sa capacité à projeter le meilleur de nous-même, naturellement et facilement.

Nous agissons à l’envers quand nous essayons de projeter mentalement, de visualiser ce que nous voulons manifester dans la matière. Non pas que nous ne puissions pas connaitre la raison d’être de note âme mais parce que le mental ne peut pas le gérer. 

Mais il peut apprendre à reconnaitre la vibration, en puisant en son centre l’amour vital et en laissant la lumière révélatrice/créatrice, lui montrer la voie, le chemin, par l’intuition, l’élan qui vient du cœur, de la paix. 
Et quand on se rend compte que la seule chose à faire, c’est de porter sa conscience sur l’amour lumière du cœur, d’établir le contact avec l’âme, les aspects internes, dans le désir d’unité et de paix, on se laisse porter et la vie devient fluide, facile.

Tout se met en place comme par magie et quand on prend conscience de ce potentiel créatif, du maitre qui nous guide et qu’on apprend à entrer en communion avec l’âme, on se laisse inspirer et on apprend à utiliser ce potentiel en conscience. 
On se fabrique des outils énergétiques sous la guidance de l’âme, l’intuition, l’élan de la vie qui veut se manifester à travers nous. On ne calcule rien, on se laisse être et guider sans complexe, en toute liberté et dans le respect de toute vie. 

Cette vidéo est en parfaite résonance et c'est encore une synchronicité qui me guide, témoigne de la présence constance de l'âme, de sa guidance...
« Apprivoiser la peur » Xavier Lagarrigue



J’ai pris quelques notes comme je le fais toujours quand j’écoute une conférence, un livre audio. Écouter sans contraction, dans la relaxation, sans focaliser sur les mots mais en laissant l’intuition révéler ce qui est le plus important, instructif, ce qui résonne et apparait en gros caractère, comme une vérité, une évidence. 
Se connecter au cœur et utiliser ses oreillettes pour capter l’info. 

En général pour favoriser l’écoute attentive et non tendue, je fais des réussites ou du tricot, du crochet, quelque chose qui demande d’utiliser le mental mais pas de réfléchir. Alors là, l’info est perçue via l’intuition, dans la détente et la relaxation. Ce doit être le néo cortex qui capte enfin peu importe, ce qui compte c’est que le meilleur de l’info, ce que j'ai besoin d'entendre en cet instant précis, soit mis en relief sans effort.

En 1, il voit, nomme, exprime sa peur. Ce faisant, il suscite l’attention puisque tout le monde est concerné. Il créé une forme d’intimité, de confiance avec son auditoire qui va être à l'écoute, entendre avec le cœur; c’est l’application même de la communication non violente: dire ce qu’on ressent. 

En exprimant les choses, le mental est soulagé, vidé, il ne cogite plus. 
L’énergie coule de façon fluide, sans blocages et donc sans amplifier. 
Quand on regarde sa peur en face, sans la craindre et bien évidemment sans la minimiser ou la juger mais avec la plus grande neutralité, objectivité, on la voit pour ce qu’elle est, une simple hypothèse qui demande d’être contemplée pour révéler son pouvoir.

Parce qu’effectivement elle possède un pouvoir lorsqu’on la regarde en face, lorsqu’on accueille l’émotion libérant ainsi la charge énergétique qui permet de réfléchir sereinement et donc intelligemment. 
Plus la peur est intense et plus l'amour qui la sous-tend est à même de se révéler avec la même intensité, plus le projet qui la suscite est proche de notre raison d’être, nous tient à cœur.

Ensuite, il déshabille la peur, palier par palier, répond aux questions qui nourrissaient la peur, de façon totalement claire, objective. Et chaque réponse vient nourrir le désir d’agir, elle devient le moteur de l’action.
Parce qu’il est évident que dans la dualité, dans cette dynamique, tout est fait pour nous ramener à notre pouvoir véritable, celui de l’acceptation, de l’amour, du coeur/conscience. 
Quand on agit selon son cœur, la vie nous guide et nous porte pour que nous puissions nous réaliser. Elle déploie nos talents, les mets en évidence.
Les supers pouvoirs de la peur sont proportionnels à notre désir, notre passion et quand il se trouve dans une position de confort, ses pouvoirs le quittent parce que l'effet moteur de la peur est absent.

Ça me fait penser au début de ma découverte de la loi d’attraction et de manifestation puis quand j’ai révisé mes croyances au sujet de l’argent de l’abondance. Je me disais que pour accepter de recevoir ce qui "m’était dû", puisque je suis enfant de la source, de la vie, reliée et connectée au vide, à ce réservoir cosmique de tous les possibles, j’allais acheter des tickets à gratter. Évidemment je ne gagnais jamais et quand je m’imaginais comment serait ma vie si je touchais le pactole, je sentais quelque chose comme l’ennui, la déception. 
Non pas un sentiment d’illégitimité mais l’impression de passer à côté de mon réel pouvoir, celui d’être créatif, de connaitre mes talents, mon être véritable, de manifester ce que je suis en Vérité et de les utiliser pour mon accomplissement.




Et c’est justement en contactant l’enfant en moi, en accueillant les émotions refoulées, que j’ai repris conscience de mon rêve, de mes aspirations, en connectant mon cœur, en m’interrogeant au sujet de ce que j’aime être et faire,  que j’ai reconnue ma passion, celle d’écrire et de transmettre mes découvertes.
En faisant de la connexion aux aspects de l’être et à mon âme, à mon cœur, dans ce vœu de réunification, que j’ai retrouvé mes talents et mes dons. 
Celui de percevoir au-delà de la forme, de sentir et de pressentir le potentiel, de repérer en l’autre les blessures qui l’empêche d’être libre et heureux, autonome et accompli. 

Mais avant toutes choses de faire de la foi, du retour au cœur, quelque chose de vivant, de constant, de présent, de concret, de savoir trouver la paix et de pouvoir écouter puis suivre mon intuition, les élans du cœur, et gagner ainsi en confiance. 
Cette assurance en ce que je suis, me permet d’oser être ce que je suis en vérité, en totalité et d’agir selon ma propre vision.

Alors même si c’est un  processus lent, retrouver la paix, la joie et la liberté d’être, cultiver l’amour en soi et devenir peu à peu autonome affectivement, c’est un chemin magnifique de retour à la source que je souhaite à tous.
 
L’autonomie affective est indispensable et quand on sait que tout ce qu’on cherchait est en soi, on entre dans le monde où on est souverain, maitre de ses propres choix. 
La dépendance aux cachets qui me paraissait être un obstacle insurmontable est perçue comme un outil de libération progressive en contactant les peurs, les croyances, par le retour au cœur et la certitude d’être l’amour lumière de la source, d’être la vie, et en contemplant l’harmonie qui s’installe chaque fois que je dis « Oui » à ce qui est.

Même si je diminue très doucement, c’est une façon de me connaitre, de me reconnaitre en douceur et ça se réalise sans effort, simplement en suivant l’élan de l’instant puis en apprenant peu à peu à faire une pause avant d’agir.

Si le geste posé ne correspond pas à mes attentes il est toujours l’occasion de libérer des pensées émotions qui nourrissent les croyances du personnage, des pensées comme la culpabilité, le besoin de contrôle, les attentes. 
C’est une succession de prise de conscience, d’ajustements, une façon de cultiver l’amour en moi et d’affiner mes sens, mes perceptions, de retrouver mes talents et de pouvoir les mettre en pratique. D’apprendre à connaitre mon potentiel et à l’utiliser pour me réaliser. L’occasion d’équilibrer, de libérer les croyances invalidantes, de voir et de lâcher les illusions, d’affirmer ma vision, d’apprendre à peindre le tableau de ma vie, à réécrire le passé, enfin à le percevoir avec les yeux de l'âme, à utiliser le pouvoir du moment présent tout comme celui du temps linéaire.

Depuis une semaine, la pluie m’empêche d’aller au jardin mais au lieu de me plaindre je me pose et vois tout ce que la situation m’apporte de bénéfique, tout ce qu’elle me permet de vivre et de réaliser, de prendre conscience et de travailler. 
Et en me laissant être, guidée par l'élan du désir, j'ai pu tout de même avancer dans la préparation du terrain au jardin en passant entre les gouttes et en m'adaptant aux circonstances. C'est exactement comme pour ma terre intérieure!

Cette libération émotionnelle m’ouvre aux mondes subtils et à ce potentiel créatif que j’apprends à utiliser pour augmenter mon taux vibratoire. 
Non pas en cultivant la pensée positive puisque c’est une façon de nier, de refouler, de vouloir contrôler ce qui a besoin d’être équilibré, conscientisé. 
C'est donner de l'énergie au personnage illusoire en niant la complétude de l'être, son unicité. Je suis l’élan qui vient et j'apprends à faire confiance à tout ce que je suis, à vivre dans l’unité intérieure, à m’autoriser à être libre.

C’est une chance de pouvoir disposer de son temps mais pour beaucoup comme ça met face à soi-même, ça devient vite un calvaire, le silence est insupportable alors on allume la télé et on perd son pouvoir en se laissant parasiter par les infos et vibrations de l’ancien monde, celui où l’humain est considéré comme une chose, un productif consommateur, une marionnette, un robot lobotomisé. 




Reprendre son pouvoir demande de s’intérioriser et si on craint d’être face à ses mondes tumultueux du mental émotionnel, on peut commencer par faire le vide autour de soi, arrêter de se nourrir de pensées extérieures et focaliser son attention sur ce qu’on aime faire. 
De cette façon on élève sa vibration puis on peut mieux entendre la voix de l’âme parce que lorsqu’on est présent à soi, porté par la joie, le désir, l’enthousiasme, c’est l’étincelle divine en nous qui scintille et amplifie.

Je reviens sur la peur parce qu’on en fait tout un plat et surtout, on la nie constamment et pourtant, comme il le dit, on sait qu’elle exagère, qu’elle ne dure pas sauf si on tente de l’éloigner. 

Commencer par la reconnaitre, la voir, c’est déjà parcourir la moitié du chemin parce qu’en l’acceptant, en acceptant de la prendre en considération, déjà, elle se transforme, délivre une info décisive et en plus au niveau énergétique, elle booste, donne des « supers pouvoirs » comme il le dit si bien. 
Elle cache nos blessures et en l’accueillant, en reconnaissant le besoin non assouvi caché derrière elle, c’est l’amour pur qu’on trouve. 
L’unité et l’harmonie intérieures qui se créent et qui donne la force, le courage et la détermination d’agir selon sa propre vision. 

Et c'est la même chose pour la colère, l'accueillir et laisser le cœur l'harmoniser, l'équilibrer va donner l'élan d'agir avec puissance, douceur et détermination. J'ai accueillie la colère hier, que la tramontane mettait en relief et j'ai pu rassembler mes énergies en me focalisant sur ce que je veux vivre, dans quel état je veux être. J'en suis d'autant plus déterminée à suivre mon propre chemin sans me laisser influencer par l'extérieur. les éléments sont l'expression des forces qui sont en nous. 
Connaitre la météo de ses mondes intérieurs, savoir comment réguler la température, laisser le souffle de l'amour disperser naturellement les nuages, le feu de l'esprit dissoudre les pensées parasites, se nourrir de l'énergie solaire et laisser le fleuve de la vie nous traverser librement, dans l'accueil des émotions, restaure l'harmonie, la complétude, la paix et le Bien-Être.

C’est énorme parce que lorsqu’on suit sa passion, on est libre, affranchit et heureux. Plus de frustrations, plus d’attentes, juste des occasions de grandir en sagesse et en capacité d’aimer, de s'ouvrir toujours plus afin d’offrir et de recevoir librement. 

C’est la libre circulation de l’énergie de la source de Vie, de la Source en soi, qui s’exprime sans contrainte, se manifeste dans la chair, dans la réalité physique, c’est la grâce et l'abondance qui nous portent, c'est magique !


Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.