vendredi 13 mai 2016

« Du triangle de Karpman au triangle guérisseur cœurs/mains »





Le temps en ce moment est en folie ! Le matin il fait 10° et dans l’après midi, jusqu’à 30°. Puis en regardant la page d’accueil de face de book, en voyant tous les posts qui se focalisent sur les actes policiers, le comportement du gouvernement, les abus de pouvoir, je me dis que c’est normal !

Tant qu’on accuse les autres, l’extérieur de notre mal-être, on n’a aucun pouvoir, pire, on l’offre inconsciemment à ceux qu’on accuse !

Pourtant, nous sommes extrêmement puissants, par nature, en essence, mais comme la peur de la peur nous paralyse, comme on préfère accuser plutôt que de se prendre en main, on subit sa vie, les autres, et on ne peut pas constater que tout est en nous-même.

C’est pourtant très simple mais le chemin qui mène au cœur demande de l’humilité, de la lucidité et beaucoup d’amour, de patience. Il nous faut apprendre à apprivoiser nos pensées émotions, nos aspects en souffrance. On ne peut pas créer selon nos aspirations profondes tant qu’on vibre dans la dualité, la colère, la peur et le désir de vengeance. 

C’est la vibration que nous émettons qui forme la matière, notre état d’être et notre quotidien. 
Tout le monde peut constater comment notre état d’esprit impact notre journée et pourtant, on continue de focaliser son attention sur le décor plutôt que sur l’essence créatrice qui est en nous. 
La conscience qui porte son attention et son intention sur l’amour, la joie, la paix va le vivre effectivement. Ce qui nous freine dans cet élan, c’est que nous pensons que nous créons mentalement.


Pour se créer une vie de joie, de bien-être, d’amour, il nous faut vibrer cela.
La vibration ne triche pas, si la tête dit je veux ça et que le cœur, les tripes ne sont pas en accord, le résultat dépendra de la fréquence la plus intense que nous émanons.

Si je veux vivre dans la joie et si mon cœur est triste, si l’enfant en moi porte des blessures non guéries, c’est la tristesse refoulée qui va attirer des énergies, des rencontres, des faits de même fréquence. 
Et c’est juste pour que nous puissions prendre conscience du pouvoir du cœur, de la vibration de l’amour et de la paix

Notre nature véritable ou notre essence, c’est l’amour et la lumière ou dit autrement, la conscience expansive reliée à la source ou encore, le champ de la conscience Une, de tous les possibles, qui attend d’être connecté pour se révéler.

Notre attention et notre intention son nos outils de création mais comme le mental émotionnel est chargé d’énergie refoulée, ça créé des interférences dans notre vibration. 

On va sentir avant tout les peurs, le mal-être, simplement parce qu’on les nourrit en les repoussant, en les craignant. 
Ce sont seulement des énergies qui ne demandent qu’à être vues et libérées. 
On le fait en cessant d’y accorder de l’importance, soit en ne les rejetant pas, soit en ne les croyant et ainsi on ne les nourrit plus. 

Quand une émotion dite désagréable arrive, il suffit de la laisser être, de l’amener en notre cœur et elle v se transformer, se dissoudre, s’harmoniser.

Le cœur est l’alchimiste, l’amour, le moteur de nos plus belles créations.

Quand on libère les pensées émotions qui nourrissent les croyances d’impuissance et le rôle de victime, la vibration d’amour est perceptible en notre cœur

C’est une sensation comme une onde qui se déploie et on peut sentir changer notre corps physique.




L’intérêt de porter l’attention sur son cœur est multiple. 
On va pouvoir offrir à la source, à la conscience bienveillante, ce qui nous perturbe et amener ainsi les énergies au point zéro. 
Ça n’est pas rien parce que c’est en ce point que nous entrons en connexion avec le champ de tous les possibles. 

C’est comme si nous annulions l’effet de la dualité et passion à la conscience unifiée. 
C’est un saut quantique qui élève notre taux vibratoire et nous ouvre ce champ de tous les possibles. 
Tant qu’on lutte, résiste, s’oppose, on crée une réaction physique électromagnétique en nous où les polarités se repoussent. On créé par friction, dans la douleur, selon l’instinct de survie, l’élan de l’urgence, on est sous pression.

Lorsqu’on se tourne vers le cœur en faisant consciemment cette mise à zéro des conflits internes, c’est alors la vibration d’amour qui attire tel un aimant, les fréquences de création, de joie, d’épanouissement, d’extase même
C’est la grâce qui nous porte.

Je n’en reviens pas de pouvoir parler à mon cœur, lui demander de vibrer l’amour et de le sentir effectivement ! 
C’est plus une intention qu’une demande et encore moins un commandement. 

Ce pouvoir créateur là ne s’exerce pas dans la violence, la contrainte. 
Il nous faut d’abord apprendre à trouver la paix intérieure. 
Et ça n’est pas compliqué du tout, il suffit de respirer calmement, en profondeur et de lâcher tout jugement.

Pour se connecter à l’amour, à la lumière, la conscience Une, il faut élever sa vibration en lâchant le mode de pensée binaire du mental. La période où les énergies s’harmonisent naturellement dans cet abandon à l’amour, à ce qui est, peut sembler troublante parce qu’on en ressent pas encore l’amour mais il y a la paix. 
Et cette paix profonde nous donne le courage, l’élan de persévérer dans l’abandon de toute forme de dualité.

Le mental, tant que nous ignorons qui nous sommes en vérité, obéit au cerveau, selon les programmes systémiques internes et pour pouvoir ouvrir sa conscience, il nous faut aller vers l’unité, nourrir ce désir, cette intention.

Le fait de nourrir la dualité, de juger, nous maintient dans ce système de pensée où les lobes du cerveau sont commandés par le tronc cérébral, et nos comportements sont ceux des rôles du triangle de Karpman.

Pour accéder à la conscience élargie, il faut lâcher le mental, et se tourner vers le cœur, le ressenti. 
Il ne s’agit pas non plus de l’incriminer mais de savoir ce qu’il est en vérité. 
Un outil de la conscience, une extension dont les fonctions sont limitées s’il n’est pas associé au cœur, accordé à la vibration d’amour.




Alors oui, ce vocabulaire ; "l’amour", "la lumière", "le cœur", ramène la majorité des gens à des croyances limitantes, à leurs propres souffrances et à leurs blessures ou encore à la mode "New-age" mais je ne parle pas ici de l’amour sentimental bien qu’il en soit aussi une expression.
Je parle de l’essence de la source, de la vibration créatrice, expansive, de cette force qui créé et maintient les mondes en place, qui relie, qui est l'essence de la création, la structure de toute vie, qui créé la cohérence, l’harmonie.

Nos définitions de l’amour, les croyances qu’on lui a associées, les attentes et projections, ont perverti la connaissance, la vérité de l’amour, de cette énergie puissante, capable de réaliser des miracles. 
Le christ l'a dit et montré, "Le père et moi sommes Un, je ne suis rien sans le Père" ou encore que ta volonté se fasse et non ma mienne". Il agissait dans la reliance à la source et guérissait par cette vibration d'amour pur. 

Je me relie à son énergie pour avoir de l'aide de temps en temps parce qu'il a tracé la voie et son énergie m'est si familière que ça me booste. 
Ce chemin est facile mais tellement loin des croyances de ce monde qu'une aide de l'invisible, enfin des vibrations christiques internes, est toujours bienvenue. 

Mais pour ça, il faut encore lâcher la peur, peur d'être manipulé, peur de tomber sur des êtres que certains appellent du "bas astral". C'est le même principe qu'avec nos émotions, soit on nourrit l'ombre, soit on choisit la voie du juste milieu en se centrant en son cœur.
On est de toute façon connecté aux énergies, aux égrégores, alors autant focaliser son attention et choisir celles qui nous élèvent vibratoirement.

Lorsqu’on est soumis à la dualité, lorsqu’on est divisé intérieurement, le masculin et le féminin luttent, les égrégores nous ballotent au gré de nos pensées émotions refoulées, duelles, conflictuelles, nous nous privons de notre plus haut potentiel.

En prenant l’habitude de revenir systématiquement au cœur dès que nous sentons des vagues émotionnelles, le mental lâche prise, la confiance en l’amour s’installe, la paix se révèle et demeure. 
Cet espace détecté, on peut alors venir en soi et calmer le jeu du mental émotionnel avec plus de confiance et donc de force.

Cette paix est le terrain de notre potentiel créatif.
Le fait de focaliser son attention et son intention sur le cœur, sur l’amour lumière en soi les révèle et on rassemble ses énergies, on apprend à ne plus s’éparpiller et on se sent comblé de l’intérieur. 
La sensation d’unité entre les corps, les énergies, les aspects de la personnalité, donne une force, une assurance et une confiance inconnues jusque là.

On entre dans la magie de la vie, la vibration de la grâce divine. 
Oui, là encore ce sont des mots qui sont connotés mais c’est la réalité, tout s’écoule de façon fluide, facile.

La confiance qui s’installe donne la sensation de pouvoir tout réaliser, mais comme on apprend à reconnaitre le processus de création, comme on sait que c’est la vibration amour/joie qui créé le meilleur, on apprend à la rayonner. 
Enfin, on laisse le cœur libre de le faire en cessant tout jugement, toute résistance.

La volonté s’offre à la conscience Une et à l’amour. Le meilleur advient alors naturellement sans que le mental n’intervienne. 




Notre cœur sait ce qui est juste, ce qui est bon pour nous, il connait les aspirations de l’âme, nos plus beaux rêves et quand on lui fait confiance, c'est-à-dire quand on lui confie tout ce qui nous trouble il réalise nos plus beaux souhaits.

En offrant à la source intérieure, les pensées émotions qui nourrissent les programmes inconscients liés aux blessures du passé, l’amour les dissout littéralement.

Nos mains qui sont en lien directe avec le cœur, deviennent guérisseuses, créatrices. On apprend à se soigner, à se donner l'amour.

La reliance entre les mains et le cœur nous redonne le pouvoir de bénir, de guérir par le toucher. Ceci dit, pour le moment je m’essaie et agis par intuition mais je sens un immense potentiel en ce triangle formé par les mains et le cœur.
Les mains symbolisent l’action et quand elles sont reliées au cœur en conscience, les miracles surviennent.  Poser les mains sur son cœur en appelant la paix et l'harmonie à se manifester ou simplement en respirant calmement, est très puissant.

Créer en conscience demande de s’ouvrir, de s’ancrer dans le cœur et de lâcher toute attente. Les projections mentales, les attentes interfèrent dans le processus créatif, elle coupe la circulation de l’énergie, abaissent la vibration par le doute et la peur. 
Le doute est un sous produit de la peur et la peur bloque le flux d’amour, rabaisse la fréquence vibratoire. 
Ceci dit, ça n’est pas en luttant contre elle qu’on s’en libère, c’est au contraire en la regardant en face, en la regardant avec les yeux d l’âme, de l’amour, qu’elle va s’harmoniser et se transformer en audace, en courage…La culpabilité, la peur et le doute sont à offrir à la source en soi, c'est essentiel si on veut vibrer le meilleur.

Nous sommes des êtres vibratoires, énergétiques et la science le démontre lorsqu’elle observe la danse des atomes. 
Tout réagit à la vibration qu’on émet et la focalisation, l’observation colore ce qui est, lui donne une consistance, une forme spécifique correspondant à notre fréquence. 




Quand on rayonne la paix, on entre dans une dimension subtile où on attire la paix. Lorsque je sens ou voit quelque chose qui est en conflit, j’appelle mon cœur à réaliser l’équilibre et l’harmonie et tout se stabilise. J’ai pu le vérifier plus d’une fois concrètement avec l’ordinateur par exemple.

Ce pouvoir qui se révèle fait un peu peur parce qu’on comprend que tout vient de l’intérieur et on peut s’égarer soit par culpabilité, par peur de mal faire, soit par orgueil, en croyant qu’on a tous les pouvoirs. 
On est effectivement très puissants mais ça n’est pas notre personnalité qui agit, c’est l’attention portée sur le cœur, sa vibration d’unité, d’harmonie, qui créé, attire le meilleur.  
Et ce meilleur n’est pas forcément comment le mental peut l’imaginer. 
En ce sens, lâcher les projections est essentiel, c’est ce qu’on appelle aussi devenir humble. 
Être humble,  c’est avoir conscience que la volonté humaine se place seulement dans l’intention et l’attention et que l’action est orchestrée par la conscience Une, le cœur, le champ de tous les potentiels.

Il nous faut d’abord prendre conscience des systèmes internes qui régissent notre vie de façon inconsciente et dans le lâcher prise, révéler la puissance de l’amour. 
Daniel Miron nous parle dans ces vidéos de ces rôles. 

Lorsqu’on décide de lâcher ces rôles, le nouveau triangle qui va nous permettre de créer en conscience, c’est celui de notre cœur et de nos mains, c’est magique !

Premier dessin à la main, aux feutres/stylos et avec un logiciel...manque de patience...

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.