lundi 18 avril 2016

« L’Océan d’Amour que Nous Sommes »





Plus que de la gratitude, ce matin, je flotte dans un océan d’amour, de paix, d’extase, tellement cette période de l’humanité est extraordinaire. Tout ce que je pressens depuis l’enfance est en train de se réaliser et ça touche toutes les sphères de l’être !

Ces derniers jours ont été très intenses émotionnellement, je passais du rire aux larmes en quelques secondes et bien évidemment, la foi, la certitude que c’était un ajustement de fréquence, de vibration, tout à fait naturel, m’a aidé à laisser faire cette harmonisation.

Nous n’imaginons pas à quel point nous sommes puissants mais cette puissance n’a rien à voir avec le pouvoir dominateur, c’est la puissance, le pouvoir de l’amour divin, l’amour inconditionnel qui nous anime et que nous sommes éternellement. 
C'est une puissance de tendresse, de douceur, une force sereine mais indestructible.

Cela demande du courage de sonder ses profondeurs mais lorsqu’on le fait déjà on y est préparé puis, si on fait confiance, si on offre à la Source les pensées émotions issues et générées par les programmes ancestraux et instinctifs de prédation, de domination, c’est l’être divin que nous sommes qui s’éveille et se déploie.


L’amour pur est une force, c’est la vibration qui maintient le vivant en place, en forme, et qui l’anime. Cet amour s’exprime énergétiquement en l’énergie sexuelle qui matérialise la forme par les deux forces complémentaires que sont le masculin et le féminin. 
Les énergies de la source père mère qui sur le plan terrestre, celui de la dualité, de la densité, se sont affrontées depuis des éons. 
Il fallait passer par là pour reconnaitre leurs valeurs intrinsèques et avoir le puissant désir de les pacifier, de les unifier, de les associer.  

Cette vidéo illustre parfaitement ce que nous vivons en ce moment, enfin ce que nous pouvons réaliser si nous souhaitons du plus profond de notre être, pacifier, harmoniser et unifier tout ce que nous sommes :
« Artistes de rue et impro magique ! »



On pourrait déplorer que les "véritables artistes" ne soient pas reconnus ou qu’ils exercent leur art dans l’ombre; le métro, la rue, mais je ne vois pas les choses de cette façon parce que j’ai goûté la joie immense de l’offrande, du don et de la réception, lorsqu’on partage ce que l’on aime, lorsqu’on vit selon sa vision, ses valeurs, en étant d’égal à égal face aux humains. 
Ce qui motive l’artiste de rue, ça n’est pas tant la reconnaissance médiatique mais bien plus l’échange de cœur à cœur, la reconnaissance de ce qu’il émane et le respect que lui montre les gens d'oser vivre de son art, selon sa propre vision du monde, la joie qui est partagée. Et je peux vous dire que lorsque vous touchez le cœur des gens de cette façon, au détour d’une rue où tout le monde courre, c’est son âme que vous pénétrez. 
Son âme d’enfant qui s’éveille l'espace d'une fraction de seconde et s’exprime tout autant dans un sourire, des yeux pétillants, que dans les quelques pièces qu’il vous tend. 

L’amour et la passion de vivre, la joie d’être, sont les plus beaux cadeaux qu’on puisse faire à l’humanité parce que lorsqu’on vibre sur cette fréquence c’est qu’on est dans la paix du cœur, la communion avec l’âme, l’unité et l’harmonie intérieures.
 
Ce que j’ai longtemps pris pour une malédiction (l’enfance traumatique) justement parce que je refoulais/redoutais mes émotions, s’avère être le contexte révélateur de l’être, des conditionnements de l’humain et c’est ce qui a suscité, éveillé en moi, la certitude que l’amour pouvait tout révolutionner, restaurer l’ordre "divin" et permettre la réalisation de l’être. Et que si je pouvais le vivre en moi, ce serait mon offrande au monde. 

Bien sûr comme ça demande de parcourir le chemin vers l’enfant intérieur afin de retrouver la pureté originelle, la raison d’être de l’âme, ça n’est pas toujours facile puisque le monde va dans l’autre sens. On se retrouve parfois seul, incompris mais lorsqu’on se confie à son âme, la consolation qui vient révèle non seulement la présence du divin en soi mais aussi l’assurance de sa constante présence, de son soutien indéfectible et de sa guidance permanente. Et cette vision, c'est celle de l'enfant intérieur.
 
Il est clair que toutes les croyances et conditionnements nous voilent la face mais nous ne sommes pas seuls pour réaliser ce retour aux sources, nous sommes accompagnés par notre âme qui nous aide à retrouver la mémoire, à devenir conscient, à utiliser notre capacité de discerner. Puis nous sommes soutenus par les énergies, les êtres, qui portent les vibrations de paix, d'harmonie et d'unité. La nature en ce sens est aussi un guide. 

Nous avons tout pour y arriver mais c’est dans nos profondeurs qu’il nous faut plonger afin de libérer tous ces programmes de prédation, de conflit, de séduction/manipulation et de défense. 




Ce sont des stratégies guerrières qui nous viennent de nos ancêtres qui eux-même déconnectés de leur cœur, agissaient de façon impulsive, instinctive. 
Le côté animal primaire était activé et régissait l’humain selon la loi du plus fort. 
La sensation d’isolement, de séparation d’avec la source a permis de développer des stratégies pour pouvoir survivre mais en même temps la dualité/division a été vécue de façon conflictuelle. Alimentée et présentée comme une vérité immuable, une condition inhérente à l’humain, cet esprit de lutte et de division a nourrit les pouvoirs occultes des églises, des gens qui se croyaient plus forts et surtout plus intelligents que la masse. 
Et le monde continue de fonctionne de cette façon mais comme il va vers son autodestruction, des êtres s’éveillent, prennent conscience des valeurs du cœur, de l’unité, de la force qui réside dans la paix, l'union, la fraternité.

Nous savons tous que l’amour est la plus belle chose, la plus puissante que puisse sentir un humain mais nous sommes tellement aveuglés par la peur, ignorants de qui nous sommes en vérité et conditionnés par les comportements inconscients, impressionnés par l’énergie de vie, l’énergie sexuelle, que nous n’arrivons pas à vivre de la façon dont notre cœur voit les choses. 
Chacun emploie des stratégies afin de se nourrir d’amour mais comme c’est le mental qui dirige et tente de contrôler les choses, il n’y a jamais d’épanouissement véritable.

Le nombre croissant de divorces, l’éclatement des familles peuvent sembler être une forme de régression sociétale mais en fait, tout comme la mondialisation, c’est une chance et le signe incontestable du changement qui s’opère en chacun et au niveau collectif.

Et même le fait que les humains soient de plus en plus individualistes, du moins le fait qu’il y ait eu ce passage nécessaire à l'isolement qui permet le retour à soi, a préparé la guérison et l’émergence de l’être nouveau, pacifié, entier, comblé et complet. 

Nous n’en sommes pas encore là mais on y vient et en cela nous sommes soutenus par l’âme, la source, par les vibrations de paix, d’unité, qui augment de jour en jour et nourrissent le collectif, la conscience une ou l’âme de l’humanité.

Les égrégores de l’ombre et de la lumière participent aussi à cela mais lorsqu’on cherche la paix et l’unité intérieures, on est soutenu par la source Une, les énergies « positives » et « négatives » ne sont plus perçues de cette façon mais plutôt comme de simples énergies qui se complètent à merveille. 
Les égrégores sont nos créations, l’émanation des pensées des humains en quête de sens et qui projettent leur vision du monde et d’eux même depuis leur mental divisé et il suffit de voir les films hollywoodiens pour savoir à quoi ils ressemblent. 
C’est la projection de la dualité, des bons et des méchants jugés ainsi en fonction de critères inconscients, primaires. 

L’énergie de vie, la pulsion sexuelle fait peur aux hommes tout comme aux femmes, et chacun pour diverses raisons, mais l’un comme l’autre considèrent la sexualité sous l’angle de la culpabilité, du pouvoir et de la domination. 
L’homme veut la contrôler parce qu’elle le dépasse, il sait qu’il ne la commande pas et ça l’effraie. 
La femme quand à elle en joue parce qu’elle a été reléguée aux rôles de mère ou de prostituée. 
L’humain s’inspire de la nature pour comprendre la sexualité mais s’il apprenait à contacter ses émotions, à les pacifier, à ne plus diaboliser l’énergie sexuelle, il se rendrait compte qu’elle est le pouvoir créateur, qu’elle est le désir et la mise en mouvement de ce désir, la manifestation concrète de celui-ci.

Tout ce que nous faisons est mu par le désir et les tragédies viennent lorsque ce désir est contraint, réfréné, interdit ou fantasmé. 
Quand on apprend à le ressentir de l’intérieur, à juste l’observer, on en perçoit l’ampleur, la beauté, la pureté.

Mon enfance et ma famille m’ont offerts un contexte qui m’a permis de voir que les choses étaient complexes mais cependant compréhensibles, que l’homme et la femme sont constitués autant d’énergie masculine que féminine et que la voie du milieu était la solution.
Ma mère a développé son énergie masculine et mon père l’énergie féminine et c’est ce qui m’a permis de savoir que nous étions complets, puis de voir les dangers de l’excès et la nécessité d’unir ses forces plutôt que de les opposer. 




En lisant un post sur facebook, j’ai été frappée de voir que les mots « archanges » et « archontes » ont la même racine, ils sont effectivement issus de la source père mère, ce sont les énergies complémentaires que le mental humain voit comme des opposés, des ennemis. Ce sont des représentations mentales, conscientes et inconscientes de la source Une qui est composée de forces complémentaires.
Et c’est exactement la façon dont il se perçoit à l’intérieur, c’est l’exacte réplique du combat qu’il se livre en lui-même quand il refoule ses émotions, ses sentiments, ses sensations, quand il hiérarchise ses corps et tente de gérer sa vie de façon intellectuelle seulement, par le contrôle et la force.  

Les rapports homme/femme ont été vécus dans l’ignorance et les jeux de pouvoir. L’homme a agit dans la domination physique et la femme dans la domination psychique, psychologique. 
Chacun d’eux a développé des stratégies selon la nature faussée de son genre et selon des croyances basées sur la peur, l’ignorance et la séparation. 
L’homme a dirigé le monde en se proclamant patriarche et en excluant la femme parce qu’elle lui fait peur. Il a peur de ses capacités psychiques, de sa capacité à voir au-delà de la forme, simplement à ressentir les choses. 

Mais ça change, les hommes et les femmes apprennent à se voir autrement, à se respecter mutuellement, à vouloir vivre en paix et à fraterniser, à vouloir être des amis. 
Maintenant, les hommes comme les femmes ne sont plus divisés en deux catégories définies par leur sexe mais selon leur choix de privilégier une énergie plutôt qu’une autre ou de rechercher la force dans l’unité.

L’énergie qui nous permet d’avoir accès au divin en nous, c’est le féminin, la capacité à accueillir les émotions, puis à ressentir et exprimer les sentiments. 
La femme est plus naturellement connecté à son âme simplement parce que la société lui autorise à vivre ses émotions et comme elle peut donner la vie, comme son ventre est vivant et comme elle le ressent, elle est plus intuitive. 
L’homme a toujours été manipulé par une autorité simplement parce qu’il se coupe de son cœur, parce qu’il se coupe de ses sentiments et de ses émotions qui lui font peur. La femme s'est laissée dominer parce qu'elle est trop identifiée à son ressenti, ses émotions et sentiments, elle se lisse immergée et se noie.

C’est compréhensible que l'homme ait peur de la femme et des sentiments puisque l’émotion par nature est une vague qui submerge l’individu, et comme il ne peut pas la contrôler, il la redoute, la refoule tout comme l’énergie sexuelle dont il ne sait que faire. 
Il voit en plus à quel point la femme est fragilisée par sa sensibilité et il sait aussi qu'elle le domine dans l'intimité, qu'au niveau sexuel, il est comme un enfant parce qu'il pénètre un monde que la femme connait mieux que lui.

Cette énergie sexuelle participe à l’alchimie interne dans le désir d’unité et de paix. 
Il est essentiel de commencer par faire la paix en soi pour percevoir l’énergie sexuelle dans toute sa beauté. Cette énergie qui stimule le désir qui fait monter la sève dans les arbres qui a le pouvoir de donner la vie, de matérialiser, a besoin de la force du masculin et du féminin mais comme les hommes et les femmes entretiennent des relations basés sur la dominance, les jeux de pouvoir, ce pouvoir créé des enfants en souffrance et en déséquilibre. 

 


Ces enfant sensés souder le couple vont être les réceptacles des rêves, des fantasmes et frustrations de leurs parents qui vont tenter de les formater. Ils vont éduquer leurs enfants selon leur propre vécu, leurs frustrations, leurs traumas, leurs incompréhensions et leur révolte. Reproduire inlassablement le cycle de la vengeance par personnes interposées. 
Au lieu de regarder en eux-même, leurs propres blessures, leur enfant intérieur, ils vont tenter de réparer les choses à travers leurs enfants. 
C’est instinctif et c’est ce qui fait que les humains sont malheureux, incomplets et ne se réalisent pas.

Lorsqu’on se tourne vers l’enfant en soi, lorsqu’on le laisse extérioriser les pensées émotions formant les croyances elles-mêmes générées par l’incompréhension, lorsqu’on offre à la source père mère, tout ce matériel énergétique, la guérison survient. 

Les conditionnements sont perçus, offerts au divin, au feu de l’amour intérieur, de l'esprit, à l’intelligence du cœur, au féminin et au masculin sacrés, simplement par le fait de ne pas y résister, de ne pas lutter, d’en être conscient et de ne pas s’y identifier, ils sont peu à peu désactivés. 
Et c’est ainsi que l’ordre et restauré à l’intérieur ; le masculin et le féminin sont pacifiés, libérés de l’excès, des croyances, la source père mère les sacralise, leur redonne leur pureté originelle.

L’enfant qui peu à peu se libère du poids de la souffrance, des blessures, exprime l’énergie, la vibration de l’âme, la pureté, l’innocence, la simplicité, l’authenticité et la spontanéité. Cette spontanéité qui permet de libérer les pensées émotions bloquées, refoulées et qui révèle sous ses couches innombrables, la source de vie, l’énergie de Vie qui peut alors s’exprimer dans sa forme originelle et pure ; la joie d’être, tout simplement.

Lorsqu’on est enfant, on vit pleinement le moment présent et quand on guérit l’enfant en soi, on retrouve cet état d’innocence dans le sens où étant dépouillé des croyances, on voit les choses telles qu’elles sont en vérité, avec les yeux du cœur, sans y coller une étiquette bien ou mal, mais en jouissant pleinement de ce qui se manifeste dans l’instant.   

Ce qui nous fait souffrir, ce sont les croyances et les conditionnements, les idées qu’on se fait à propos de soi-même et du monde. Lorsqu’on se dépouille de tout cela, lorsqu’on regarde en son cœur, lorsqu’on se laisse porter par l’amour, la vie devient exquise. 
L’enfant et l’adulte s’associent, le masculin et le féminin aussi, tout en soi se réunit pour donner le meilleur. 
Et ça n’est pas calculé, ça s’exprime naturellement parce que nous sommes l’amour et la conscience Une. 
On retrouve les dons et les talents de tout humain, ceux qui nous reviennent lorsqu’on aime tout ce que nous sommes, lorsqu’on fait confiance à son intuition, lorsqu’on se positionne en son cœur, délibérément, lorsqu’on choisit l’amour plutôt que la guerre ou la peur. 
Ces émotions sont de l’énergie qui nous apparaissent comme négatives simplement parce qu’on les appréhende de façon intellectuelle, selon nos croyances mais si on les laisse nous traverser on va pouvoir sentir comment elles s’harmonisent et ce qu’elles ont à nous offrir. 




Je suis émerveillée par les rencontres que je fais en ce moment, par la qualité des relations et parce que ce sont des personnes vraies, sincères et dont le cœur déborde. Et aussi par le fait qu’elles me reflètent enfin l’enfant intérieur guérit.
Je remercie la vie et mon âme chaque jour, à chaque instant même, de pouvoir vivre cette renaissance, ces guérisons multiples et de vivre dans la paix, l’amour, la liberté.

Il est clair que l’âme est aux manettes, que ce qui se passe est au-delà de ma compréhension mais je ressens à quel point tout est parfait et que ça ne fait que commencer.

Nous sommes en train de vivre une guérison et un dépouillement extrêmement puissant et magnifique. Des siècles de domination, de contrôle, de manipulations sont dissous dans l’amour et la lumière ou la conscience aimante, et chacun peut le vivre, le sentir en lui-même. 
C’est une révolution sans précédents enfin selon les connaissances limitées de l’histoire de l’humanité. Un temps de révélations, de miracles, de guérison, dont chacun peut faire l’expérience en s’abandonnant en confiance à l’amour lumière intérieurs, en recontactant l’enfant en soi. 
Il est l’expression de l’âme, du vivant, le fruit délicieux de la source père mère que nous pouvons embrasser de tout notre être, de tout notre amour et ainsi renaitre en conscience, entier, unifiés, divinement guidés. 
Là est notre pouvoir, notre joie et notre potentiel.

Je nous encourage à persévérer en ce sens, à reconnaitre cet enfant que nous étions et que nous sommes, à l’entourer de toute notre affection afin qu’il puisse s’épanouir en toute sécurité afin qu’il puisse exprimer les rêves et aspirations de l’âme pour notre bien-être présent et notre réalisation. 
Il est ce que nous avons de plus précieux et ça va bien au-delà de notre entendement parce qu’il est la reliance entre le masculin et le féminin intérieur, la raison d’être, l’inspiration et la manifestation dans la matière de ce que nous sommes en vérité.

Bien sûr il ne s’agit plus de projeter à l’extérieur nos blessures et nos fantasmes mais de vivre à l’intérieur, dans l’intimité, l’union de cette famille, la réunification des forces, des personnages, des corps subtils guidés et soutenus par l’amour de la source. 
Je n’ai pas les mots pour décrire ce que je vis à l’intérieur et d’une certaine façon c’est très bien comme ça puisque c’est un processus, une renaissance intime et interne qui est à vivre. 
Nous sommes ici pour cela, pour aimer en conscience et inconditionnellement tout ce que nous sommes et c’est en le faisant qu’on découvre avec émerveillement ce que nous sommes véritablement. Nous sommes l'amour conscient, Vivant, infini et éternel

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

2 commentaires:

  1. Merci pour ce texte bouleversant qui est une belle synchronicité dans ma journée car je vis aussi une période de renaissance, ça donne le vertige, mais c'est bon :D

    RépondreSupprimer
  2. Oh les synchronicités ... elles sont toujours là. Ils suffit de les regarder :) La photo de ton jardin (en haut) donne envie de plonger au milieu des fleurs et de ce ressourcer.

    RépondreSupprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.