lundi 7 mars 2016

« Tout s’accélère et va vers "le meilleur" qui commence déjà dans l’instant » & message de Judith Kusel





En ce moment ça travaille à l’intérieur dans l’équilibre du masculin et du féminin ! 
Et la position dans le cœur offre un espace de paix d’où on peut observer ce remue ménage sans crainte, presque en s’amusant, en se réjouissant, de voir tout s’ajuster.

Tout s’accélère et va vers le meilleur qui commence déjà dans l’instant par cette paix ancrée alors que tout est en pleine révolution.

Faire comme on le sent à partir de ce qu’on ressent, voilà qui facilite grandement la vie. Un des nombreux avantages de contacter l’enfant en soi, de libérer les conflits, les croyances invalidantes, limitantes, pour accéder à la spontanéité sans tomber dans la rigidité, sans porter le masque du chercheur de vérité, ou celui du sacrifice, de la lutte et de l’illusion.
Les enfants ont pour habitude de dire « c’est celui qui le dit qui y’est » ce qui est l’expression simplifiée de l’effet miroir, une grande loi universelle qui témoigne de l’interconnexion entre humain, entre toute vie. 
Le désir de paix libère des conflits intérieurs, des divisions entre l’ombre et la lumière, alors, le masculin et le féminin s’ajustent à la source, s’équilibrent et s’associent dans l’abandon du jugement arbitraire.


Je suis totalement convaincue que pour vibrer sur la fréquence de la source, de l’amour inconditionnel, il faut embrasser son ombre. 
Et encore, quand je dis ‘ombre’, je parle juste de ce qui est caché en soi, polarisé, excessif parce que contenu, refoulé. 
Dès qu’on accepte cela, dès qu’on reconnait l’illusion de la dualité, on commence à voir avec d’autres yeux mais il faut un certain temps pour que le mental ajuste sa vision à celle de l’amour sans conditions.

Cet équilibre masculin féminin est précisément le sujet actuel, enfin pour moi. Je ne peux parler que de ce que je connais, vis, mais il semble que ce soit la suite du parcours de libération et de retour à la source.
Ça n’est pas non plus linéaire et vue l’ampleur du chantier, l’intégration de nouvelles données et l’harmonisation se fait par prises de conscience, ponctuellement, chaque fois que nous sommes face au choix de lutter, de résister ou de lâcher prise. 

Et ce qui est magique, c’est de contacter l’enfant en soi, de retrouver son énergie de vie, la passion d’être, la simplicité et l’authenticité qui permettent d’aborder des vérités spirituelles existentielles sans s’y croire, sans se la jouer grand prêtre ou grand gourou.

Quand on sait que l’autre nous reflète un aspect de soi, on apprend à reconnaitre lorsqu’on projette, puis on se dit que la résonance, cette sensation d’être face à un autre soi, n’est pas si angoissante puisque lorsqu’on est vraiment soi, lorsqu’on lâche les illusions des croyances, lorsqu’on a embrassé les aspects sombres en soi, l’effet miroir vous renvoie la lumière qui est au-delà du la dualité. 

L’équilibre s’installe et un des enseignements du Christ se vérifie : « ce que vous faites à votre prochain, c’est à vous-même que vous le faites » 
Cette vérité fonctionne dans les deux sens, et autant vis-à-vis des pensées bienveillantes que l’inverse. 
On sait l’impact des pensées mais si on aborde cela par le biais du mental, si on commence à vouloir trier nos pensées en tentant de contrôler, on va s’enfoncer dans la culpabilité, la colère envers soi. 
D’ailleurs, à ce propos, Monique Mathieu à reçu des infos que je n’ai pas encore partagées parce que si on le lit en ayant encore tendance à se juger, à se critiquer, on va forcément culpabiliser. 




Tant qu’on n’accepte pas d’avoir des pensées ‘négatives’ de haine, de colère, de mépris, on ne pourra pas trouver la paix et l’équilibre. 
C’est tout à fait humain de réagir, d’avoir des pensées sombres et elles ont leur utilité. 
Le problème c’est que si on les tient éloignées de notre lumière, elles vont se retourner contre nous. 
On aura alors une image très négative de soi et pour cause puisque ces énergies coincées refoulées nous grignotent de l’intérieur. 
Mais si on les reconnait comme étant des pensées issues de la peur, de l’ignorance de notre nature essentielle, des réactions primaires inscrites dans nos gènes, des stratégies de défense, de contrôle, un moyen de s’individualiser, d’être conscient de soi, alors, l’amour intérieur par sa capacité d’harmoniser tout ce qui est, d’unifier, va remettre de l’ordre et tout ce matériel énergétique va servir l’ensemble de l’être.

La conscience individuelle sera équilibré par la connaissance d’être aussi partie intégrante de la conscience Une ; l’unicité dans l’unité. 
La connaissance de l’effet miroir gérée par l’énergie du cœur va nous permettre de délimiter notre espace par nos choix de focalisation de l’énergie, de l’attention et du positionnement intérieur.

L’intelligence du cœur qui prend le relais dans la gestion des mondes intérieurs, en conscience, par choix, c’est l’ego qui s’associe volontairement à l’amour, à la source.

L’équilibre masculin féminin se fait naturellement dans l’abandon du jugement, de réaction, le retour au cœur qui permet de calmer tout conflit en soi ou avec l’extérieur.

Le désir d’unité renouvelé à chaque fois qu’on sent qu’il y a une vague émotionnelle, une pensée injuste, qui sonne faux, va inscrire le retour au cœur de façon automatique. 
On lâche toutes références passées par choix, parce qu’on est conscient que si on veut réellement changer, manifester qui nous sommes en vérité, il nous faut abandonner les croyances qui nourrissent le conflit, la division.

Quand on est conscient de qui on est, de cette origine divine et qu’on goûte à la paix du cœur, comme la confiance en la source grandit, on ose s’abandonner à cette vibration en sachant qu’elle est juste, intelligente, bien au-delà de notre entendement

On ne remet pas en question la pertinence du plan divin non seulement parce qu’on en a un aperçu beaucoup trop limité mais parce que la foi devient inébranlable dans cet abandon à l’amour lumière.

Oui nous sommes puissants mais notre personnalité, notre ego, ne sont que des extensions de cette puissance divine créatrice qui nous traverse, nous forme nous instruit. Et l’ego le sait, il participe activement au plan dans le sens où tant que nous agissons inconsciemment, tant que nous ne validons pas la sagesse innée, tant que nous ne comprenons pas la valeur de la paix et de l’amour, et donc que nous ne faisons pas ce choix, nous ne sommes pas sur une fréquence vibratoire suffisamment proche de celle de la source. 
Ça n’est pas une question de privilège mais de conscience et d’ouverture, de choix, de positionnement. 
Soit on fait confiance à nos croyances qui sont celles du collectif soit on fait confiance à notre cœur. 

Choisir de suivre la voix du cœur demande du courage, de la détermination et c’est précisément ce qui permet d’intégrer la puissance de la source, la juste estime de soi, de l'autre et la confiance en tout ce que nous sommes et bien évidemment en l'autre. 


Le ciel ce matin...j'ai ajouté du contraste pour reproduire au plus juste ce que j'ai vu


En tous cas, en ce moment, ça déménage encore et la compagnie du chat pendant ces dernières 24h en témoigne ! Quand il se couche sur le lit, à mes pieds, je peux être sure qu’il participe à cet équilibre masculin féminin. 
Son attitude est très protectrice et en général, il procède de la même façon, en pianotant le lit comme pour nettoyer les énergies et en regardant en l’air comme s’il voyait des présences puis en se couchant à mes pieds comme s’il protégeait mon corps physique, mes racines. 
Je ne suis pas communicatrice animale bien que je parle à la chienne et au chat comme si c’était des humains enfin en sachant qu’ils ont une conscience, une âme et je les considère comme ma famille. 
Je me fie à mes observations et au fait que je les connais intimement pour reconnaitre leur soutien énergétique indéniable. 

L’effet miroir fonctionne avec toute vie même avec les objets ! 
J’en ai encore fait l’expérience avec le radiateur de salle de bain qui m’a claqué dans les mains. 
Et ça s’explique scientifiquement par les atomes, les électrons, la force de friction…par les énergies électromagnétiques, le masculin et le féminin en soi, ses forces du ciel et de la terre qui traversent chacun. 
C’est d’ailleurs cet incident, entre autres, qui m’a fait penser que cet équilibre était en cours. 
Quand l’ordinateur déconne il me suffit de revenir au centre, de respirer calmement en recherchant la paix et l’équilibre pour que tout fonctionne à nouveau normalement, je le vérifie à chaque fois. 

C’est un des avantages de la confiance en la source, en l’amour, l’abandon du jugement au profit de l’unité, de l’association cœur ego qui fait qu’il n’y a plus besoin de maintenir son attention intensément et longuement sur le cœur pour que tout s’équilibre. 

Ceci dit, en ce moment, le sommeil perturbé, les méditations, accueil des énergies polarisées, de deux à trois heures sont fréquentes. 
Mais ça n’est pas une prise de tête, ne lutte. 
Je m’adapte à ce qui est tant à  l’intérieur qu’à l’extérieur. 
En ce sens la culture d’un jardin est un formidable enseignement quotidien parce qu’il faut tenir compte de la température, du temps, des cycles de la nature, des saisons, c’est un excellent moyen d’associer le masculin et le féminin, les forces complémentaires. 
Une façon naturelle de lâcher le contrôle, les attentes, de s’adapter au flux de la source, à la vie, à ce qu’elle offre d’expérimenter, puis d’être à l’écoute de son intuition et de la suivre. 




C’est marrant de voir que les hommes dans cet exercice, sont beaucoup dans le contrôle, le besoin de faire table rase, d’y aller avec des engins qui mettent tout à nu, nivellent la terre après l’avoir brassée. La permaculture ne me correspond pas à cause de ça, c’est une façon trop brutale d’envisager la relation à la terre, à mon sens. S’il faut louer un godet pour défoncer le sol, ça n’est plus du tout de l’adaptation. 
Enfin chacun fait comme il le sent. 

Ce petit message de Judith Kusel résonne bien avec ce que je vis. Je précise que les canalisations s’adressent toujours en premier lieu à, ceux qui les reçoivent directement. C’est toujours un message intime à quelque rares exceptions près même si ça peut résonner en d’autres personnes par le caractère universel du contenu du message. 
Ça reste une vision personnelle, une interprétation subjective de ce qui est perçu. 

En ce sens, je n’adhère pas à l’idée que certains soient élus pour guider les autres. 
Selon ma vision, le témoignage reste une façon équilibrée et juste de présenter les choses. Le ton impératif par moment me gave un peu parce que ça sent le rôle du sauveur et ça nourrit encore l’idée de privilège, d’êtres supérieurs, de nécessité de chercher en dehors de soi des réponses à ses questions existentielles. 
En ce moment, j’écoute des conférences d’une personne qui explique de façon très compartimentée les hiérarchies célestes, les âmes…et je trouve que lorsqu’on définit les choses de cette façon, ça créé des distorsions, des jeux de rôle qui appartiennent au monde de l’ego, à sa vision. On ne peut pas enfermer l'amour et la lumière dans des cases...
Les interprétations, les déviances qui peuvent en découler, sont autant d’impasses qui éloignent de la vérité de chacun, de celle qui se trouve au centre, dans le cœur. 

Alors oui, ça fait culcul, bisounours, de parler d’amour mais c’est parce qu’on a une conception de l’amour complètement erronée, limitée, falsifiée. 
On associe l’attachement, la dépendance, la jalousie même, à de l’amour mais ça n’est qu’une version étriquée, conditionnée par les dessins animés de Walt Disney, les contes de fées qui à la base sont des allégories de l’alchimie, de l’initiation. 
L’amour c’est une énergie immense, atomique, fusionnelle…Voici le message de Judith Kusel qui résonnent en l'idée de révolution et que chacun est immensément aimé de la source, soutenu, guidé...

 


« Les énergies qui circulent actuellement apportent encore plus de changements.
Alors que cette année avance, les changements vont devenir de plus en plus importants et se produire dans tous les domaines de notre vie / au niveau planétaire.
Lâchez les 'hiers' – ils sont venus et repartis et ne seront plus là.
Laissez partir ce qui vous a servi hier. Laissez se dissoudre ce qui ne vous sert plus aujourd'hui. Hier a disparu à jamais.
Embrassez ce qu'aujourd'hui vous apporte, car aujourd'hui vous prépare pour demain.
Alors que les portails du cœur / connexions d'âmes s'ouvrent de plus en plus, vous serez de plus en plus activé – et à plusieurs niveaux.
Nous sommes conduits vers un état de conscience beaucoup plus vaste, donc l'expansion doit se faire au-delà de la norme et de la connaissance. Elle doit aller vers une octave très élevée de Pouvoir et d'Expression de l'Âme.
Permettez que cela se produise à travers vous / en vous, et reposez-vous en sachant que vous êtes en tout temps protégé et guidé à travers toutes ces transformations.
Nous sommes tous réactivés, mais également accompagnés à travers ces changements.
Vous êtes aimé plus que vous ne le saurez jamais, plus que vous ne pouvez le comprendre ».
Judith Kusel
http://www.judithkusel.com/
Transmis / traduis par TransLight https://www.facebook.com/TransLight




Ce qui m’interpellent aussi ici et qui me parait très sensé c’est le fait de lâcher le passé, de se focaliser dans l’instant. 
Et donc de lâcher la notion de réincarnation, de karma du moins de les actualiser. 
C’est d’ailleurs aussi pour cette raison que je suis parfaitement en résonance avec le texte de Magali & cie
Depuis quelques temps je ressentais que cette notion de réincarnation avait quelque chose de mégalo, une forme de déni de soi mêlée à la peur de la mort, un besoin de s’identifier à une personnalité plus valeureuse, héroïque, de se sentir être tout court. 
Il y a quelque chose d’égotique dans le sens où on cherche à s’approprier des identités supplémentaires mais d’un autre côté, c’est une forme de conscience de qui nous sommes originellement qui filtrée par l’ego qui se croit isolé des autres, l’interprète en terme de vies antérieures. 

La source Une s’exprime en toute vie de façon simultanée et l’amour qui relie tout ce qui est au niveau atomique, peut donner cette sensation d’être aussi d’autres personnalités puisque par effet de résonance, nous sommes connectés à certains êtres. 
Les vibrations, les fréquences que nous émanons attirent ou nous mettent en contact avec d’autres êtres semblables. 
On le voit sur terre par le phénomène d’attraction et ça se réalise aussi au niveau énergétique, dans chaque dimension et niveaux de conscience. 

De par notre constitution et génétiquement, nous sommes reliés à tous les règnes, animaux, végétaux, minéraux et sommes naturellement en résonance selon notre fréquence. 
Nous sommes aussi, par nos mémoires internes, celles des ancêtres, reliés à toutes les époques « passées » et par la conscience Une, à celles du « futur ». 
Puis si on va encore "plus loin", aux dinosaures, aux reptiliens, aux êtres d’autres galaxies, la source n’a aucune limite mais il faut distinguer le « moi » du « Je » et du « nous ».   
Les distinguer pour lieux les réunir, les imbriquer. 
Ainsi la conscience s’est éclatée depuis la source Une et revient à elle-même en passant par chaque portail cœur, de ses étincelles. Que la personnalité, l’entité à travers laquelle elle vibre en soit consciente ou non. 
Et quand ce retour est vécu en conscience, par choix, dans la reconnaissance, la gratitude, c’est alors une explosion magnifique, on reconnecte et fusionne avec chaque dimension de l'être, dans toutes les directions, c'est magique!
Bon, là je m’embarque dans mes visions, lol ! 

Et concernant la notion de karma, c'est la juste loi de cause à effet, enfin encore selon ma vision. On peut en faire l'expérience de plus en plus directement lorsqu'on est conscient de l'effet miroir, de la résonance vibratoire. 

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.