vendredi 4 mars 2016

« L’effet miroir révèle l’unité, l’interconnexion entre tous, dans la paix du cœur-conscience »





Depuis plus de six mois, enfin je n’ai pas vraiment compté, je me réveille le matin avec enthousiasme, avec l’excitation de l’enfant qui ne doute pas que la vie lui réserve de belles surprises. 
Hier matin, j’ai ouvert la fenêtre malgré la fraicheur extérieure, pour profiter d’un dialogue entre deux oiseaux dont l’un d’entre eux avait un chant si mélodieux que j’avais la sensation d’être en présence d’anges.

On se fait beaucoup d’idées à propos des mondes invisibles et en général, ça correspond à la façon dont on se voit. On s'imagine que le divin, les anges, les archanges sont des êtres lointains alors que nous portons ces vibrations en nous même. Les multiples corps subtils dont les portes multidimensionnelles sont les chakras, nous connectent aux mondes correspondants selon notre vibration et quand on cherche l'unité, qu'on vient en son cœur, toutes ces portes nous relient aux mondes  invisibles, de lumière et d'amour. 
Et la vie, les êtres sont perçus dans leur aspect lumineux et amoureux.

Plus on devient conscient de notre nature « divine », multidimensionnelle, énergétique, vibratoire, et plus notre vision du monde, des autres, de ce qui nous entoure, change, s’adapte à notre vision intérieure, notre ressenti. 


Plus on va sentir la paix, l’amour en nous-même et plus on va vivre des relations pacifiques, agréables, bienveillantes, sincères, authentiques avec notre entourage, notre famille. On va rencontrer de nouvelles personnes plus éclairées, connectées, conscientes de leur nature véritable, tant humaine que divine, à mesure qu’on fait la paix avec les différents aspects de la personnalité.

Par nature, nous sommes interconnectés et vibratoires et quand notre personnalité se pose des questions, elle reçoit des réponses aux travers des autres. Et si vous atterrissez ici, ça n’est pas le fruit du hasard, la résonance vous y a conduit…
 
Plus on fait la paix avec soi-même, plus ces "autres" humains sont bienveillants, lumineux puisque nous sommes des miroirs les uns pour les autres. 
Cette résonance, l’effet miroir qui veut que nous attirions à nous les personnes qui nous révèlent à nous-même, existe en tout temps mais quand nous ignorons cela, quand nous sommes dans le rejet, le déni de soi, la vie mettra sur notre route, des personnes excessives et très polarisées pour que nous puissions comprendre que ce sont nos vibrations, nos blessures non guéris, nos besoins non assouvis qui les attirent. 

Ça se traduit par des relations difficiles avec les autres, la famille, le couple, le voisinage, une admiration pour ceux que nous estimons supérieurs à nous, une détestation pour ceux que nous jugeons inférieurs, des relations conflictuelles en lien directe avec nos blessures et des situations récurrentes où nous vivons les même schémas douloureux. 

Et comme la vie nous aime, elle fera tout pour nous éveiller à qui nous sommes en vérité. Les rencontres étant le reflet de ce que nous portons, émanons, comme nous sommes autant lumineux que sombres, on trouvera une forme d’équilibre dans ce jeu de miroir. Les personnes qui reflètent nos parts lumineuses nous donnerons des infos à propos de qui nous sommes, de l’aspect divin, ça peut être des prêtres, des gens dits spirituels, des messages, des livres, des rencontres qui nous laissent de drôles de sensation par la sagesse qui en découle, des films même qui ouvriront notre esprit sur d’autres réalités. 

D’un côté, notre esprit s’ouvre sur une autre façon de voir le monde, les nouvelles infos résonnent en nous, on se dit qu’on le savait et de l’autre ceux qui nous reflètent ponctuellement notre ombre viennent un  peu gâcher notre bien-être nouvellement acquis par ces idées révolutionnaires qui peignent l’humain comme un être lumineux, divin. 

Comme on devient de plus en plus ouvert au niveau de l’esprit, notre cœur s’ouvre aussi et on commence à croire qu’on peut être heureux à mesure qu’on lit ces messages qui parlent d’amour et de lumière.

Ceux qui nous gonflent continuent de nous titiller mais comme on comprend peu à peu que la pensée est puissante, comme  notre vision de nous même change, on ne prête pas trop attention à cela, on s'intériorise de plus en plus. 
Le désir de paix s’accroît à mesure qu’on s’ouvre à la spiritualité, qu’on se connecte à notre cœur et peu à peu, on comprend que si nous voulons vivre en paix il nous faut l’établir à l’intérieur. 

En parallèle, très souvent la connaissance de la loi d’attraction va nous donner envie de savoir comment l’utiliser, on sera attiré par le développement personnel, les techniques de guérison énergétiques. Les révélations, les nouvelles infos, seront aussi relatives à l’aspect sombre de l’humain et plus on cherchera à comprendre, plus on tombera sur des accusations, des infos qui montrent comment fonctionne ce monde en coulisse.

On commencera à se regarder à l’intérieur pour trouver notre lumière et on se heurtera à nos ombres en pensant que des entités nous agressent. Ce qui n'est pas faux non plus puisqu'on attire ce qu'on vibre et plus on refoule, plus c'est puissant.

Tant qu’on sera dans l’accusation, le jugement, on sera attiré par les messages qui disent combien l’humain est bon, on s’identifiera à nos parts lumineuses et on pensera être éveillé, du côté des bons, des gentils, des guerriers de lumière. 
On amplifiera la lumière à l’intérieur mais tant que le désir de paix n’est pas suffisamment puissant, tant qu’on pense qu’il faut lutter contre l’ombre pour être dans notre lumière, le mal-être se fera sentir. 
On passera par des moments très enthousiastes, des prises de conscience très agréables, à des moments où on aura la sensation que tout s’écroule, que tout est sombre, confus et chaotique. On en voudra à ceux qui nous parlent de l’amour et de la lumière, on enviera ceux qui canalisent, on s’en voudra de ne pas y arriver, et plus on se tapera dessus plus on sera mal à l’intérieur. 




On aura parfois besoin de "revenir sur terre", de s’éloigner de toutes ces lectures, de voir un psy, de demander de l’aide aux humains ou de faire du développement personnel pour retrouver la paix, l'ancrage. 
Jusqu’à ce qu’on comprenne que nous créons notre réalité selon nos propres vibrations, que les autres nous renvoient précisément ce que nous émanons. 
On commencera alors à se regarder de près, de l’intérieur, à écouter nos pensées et à faire le lien entre elles et notre état d’être de l’instant. 

En général, c’est à ce moment qu’on tombera sur des lectures qui nous parlent des émotions, de leur importance, de la nécessité de les accueillir, afin de faire la paix en soi et de changer notre vie. 
Ce cheminement est personnel et il se peut tout à fait que ces prises de conscience se déroulent autrement mais dans la dynamique des contraires, c’est à peu près ce qui se passe, on élargit sa conscience et son cœur simultanément et comme nous sommes interconnectés aux autres, nous recevons des infos par vague, par retour de manivelle. 

Certains les visualisent comme des portails, des énergies spécifiques et sachant que la pensée et l’émotion humaine créent, rayonne et attire des énergies semblables, que l’univers est inter-relié, tout ce que nous projetons dans l’éther nous revient sous une forme en relation avec notre vibration. 
Plus on va être dans le cœur, l’amour et plus on va accéder à des infos en conséquences. 
Je ne parle pas ici de notre façon de concevoir l’amour, je parle de la vibration du cœur, de l’amour inconditionnel et de son effet sur notre être.

Plus on va vouloir vivre en paix et plus on va devoir accueillir en notre cœur tout ce qui s’y oppose. On va alors comprendre que l’amour véritable ne juge pas et que si nous voulons être en paix durablement, lâcher le passé, on va devoir lâcher prise, accepter ce qui est, ne plus lutter, ne plus s’identifier à nos pensées émotions douloureuses.

Pour accueillir de nouvelles énergies, de nouvelles données et changer sa vibration, il est nécessaire de les intégrer, de les vibrer et de lâcher le passé. Si on veut intégrer notre lumière, il nous faut voir et lâcher nos peurs, accueillir nos ombres, les offrir à la source intérieure. 
Si on veut ressentir notre essence "divine", il nous faut nettoyer le mental émotionnel des croyances limitantes,  difficiles, restrictives. Si on veut rayonner, vibrer une énergie spécifique, il nous faut la vibrer de l’intérieur.

Si vous lisez des textes que j’ai écrit en 2013, vous verrez que l’idée, la foi était là, les mêmes mots sont employés pour décrire l’amour et la lumière, pour témoigner de leur puissance et du fait que c’est l’essence originelle de tout humain. 
Mais il m’a fallu intégrer cela, le rayonner de l’intérieur, aligner la volonté de la personnalité à celle de l’âme. Vivre cette paix en moi, lâcher l’accusation, reconnaitre l’effet miroir et revenir au cœur pour accueillir ce que les autres avaient éveillé en moi. 

Reconnaitre la loi de résonance, tant dans les rencontres lumineuses, que dans celles qui me dérangeaient, reconnaitre la relation entre mes pensées émotions et mon état d’être et voir que ça créé les situations du quotidien. 

Tant qu’on ne prend pas la responsabilité de son monde intérieur, les croyances seront changeantes, la foi fragile, le doute persistera et on sera encore plus plongé dans la dualité, identifié à la personnalité parce que nos souffrances seront de plus en plus apparentes, ressenties. 
La lumière divine nous montre les choses telles qu’elles sont et pas telles que nous voudrions qu’elles soient. 
Il s’agit de révéler l’être véritable, dans toutes les dimensions qui le composent. 
Tant au niveau humain que divin. 
Et lorsque nous acceptons de reconnaitre que nous créons notre vie selon notre état d’être et que nous choisissons de nous abandonner à l’amour lumière intérieur en laissant de côté nos croyances, en admettant que celles-ci sont faussées par les filtres mental émotionnel, nous percevons mieux comment la vie, l’âme nous guident continuellement. 

En abandonnant la notion de bien et de mal, la source va rétablir la justice, l’ordre en nous, elle va nous montrer que le jugement nous enferme, qu’il fausse notre vision et donc notre compréhension. 
En acceptant de se tourner à l’intérieur et de rechercher la paix lorsque l’extérieur nous stimule, nous fait réagir, on va intégrer cette paix véritablement et elle va s’installer. 
Elle s’installera un peu plus chaque fois que nous lâchons prise, que nous acceptons de ne pas réagir. 
A partir de là, notre vision va s’élargir, notre cœur va commencer à guérir véritablement et nous allons percevoir combien la vie nous aime, à quel point la source nous a toujours guidé vers cet éveil, cette reconnaissance de qui nous sommes en vérité. 

L’amour sans conditions commencera à vibrer de plus en plus en nous et notre vision du monde va changer complètement, les croyances vont s'effriter, montrer leur caractère illusoire. 

Nous pourrons voir que dans nos ombres, il y a un immense potentiel, que la dualité est juste un contexte d’apprentissage, une dynamique visant à nous révéler, à nous affranchir, à devenir plus sage et à être dans la compassion. 




La compassion avant tout envers nous-même puisque tout commence en soi et se répercute sur l’extérieur. On va saisir la puissance de l’amour divin dans l’accueil, l’offrande à la source de tout ce qui en nous est chaotique, divisé, rejeté, enfouit. 

On va apprendre à regarder l’enfant en soi avec compassion, à relier tout ce que nous sommes, dans l’amour sans conditions et à voir avec les yeux du cœur, chaque aspect de notre humanité. 
On va constater que nous sommes divins jusque dans nos cellules, notre corps physique et que chacun de nos corps subtil est un outil de perception, de connexion et de réunification et qu’en ce sens, nous sommes complets, parfaits. 

Que nous avons toujours été entier qu’il ne nous manque rien, que le sauveur que nous attendions, que nous cherchions à l’extérieur, est en nous-même, en cet amour infini, cet espace de paix où nous sommes en sécurité.
 
Plus nous devenons conscients de qui nous sommes en vérité et plus nous voyons les synchronicités, plus nous communiquons directement avec nos guides. 
Parce qu’on prend conscience que la vie nous guide, que notre entourage quel qu’il soit nous renvoie notre vibration, que les guides sont en nous. 
Nos pensées sombres nos émotions douloureuses sont des guides qui nous ramènent au centre, dans cet espace lumineux où nous voyons les choses avec le recul qui permet de prendre de la hauteur, de voir les choses globalement, dans leur aspect polarisé et au-delà, dans leur perfection lorsque l’unité sous-jacente est perçue. 

La vie, les situations, l’état d’être et les rencontres qui se conforment à ce que nous émanons témoignent de notre ouverture de cœur, de conscience, de notre guérison et de notre libération.
 Nous voyons que le fait de changer de comportement, de passer de la réaction à l’acceptation, change totalement qui nous sommes et ce que nous vivons. 
Nous prenons confiance en la vie, en nous-même et goûtons la joie d’être qui nous sommes lorsque l’unité, l’harmonie et la paix rayonnent à l’intérieur.

Nous nous affranchissons de la servitude par l’abandon à notre propre source, nous sommes dans la compassion pour tous les aspects de l’être et par extension pour tout ceux qui avant nous montraient nos ombres. 
Ils ne jouent d’ailleurs plus ce rôle mais se révèlent aussi dans leur lumière. J’ai pu faire l’expérience de cela hier, quand le voisin à passé un engin pour mélanger le fumier à la terre du jardin. Avant de sortir, je me suis centrée parce que des pensées injustes émanaient ; la peur qu’il fasse les choses à l’envers, violemment, que l’outil abime plus la terre qu’autre chose d’autant plus que je venais de voir le film de Coline Serreau
J’ai accueilli le doute, la peur, les critiques envers la gente masculine, pris conscience que ça venait de croyances passées, de programmes internes dus à mon vécu, mais aussi à l’inconscient et la conscience collective vis-à-vis du féminin.  
Et oui, plus on s'ouvre à sa lumière et plus on prend conscience de l'interconnexion entre toute vie, avec l’inconscient et la conscience collective, avec les blessures de nos ancêtres et donc les différentes lignes temporelles. Plus on cultive l'amour en soi, plus nous sommes traversés par les énergies que les blessures manifestées par l'enfant intérieur, attirent et donc de la nécessité de lâcher les conditionnements, les pensées émotions qui les nourrissent. 
Ouvrir son cœur et sa conscience élargit notre champs vibratoire parce que notre conscience humaine s'ouvre à cela et l'amour lumière n'ayant pas de limite, on va rencontrer et pouvoir embrasser toutes les souffrances de l'humanité. 
Mais comme cela est perçu depuis le cœur, dans l'équilibre qu'offre l'harmonie et l'unité intérieures par l'acceptation de notre ombre, cette conscience d'être interconnecté n'effraie pas même si on peut sentir la souffrance humaine de façon plus large. 
On n'a pas non plus l'impression de sauver le monde mais juste d'offrir une nouvelle réponse aux angoisses existentielles de l'humain. 
C'est une sensation qui vient au moment où on lâche prise, où on offre à la source les énergies polarisées en soi, en totale confiance en ce processus d'accueil et en la puissance de l'amour divin. Puis une connaissance délivrée par l'âme quand on sait écouter sa voix.

Une fois la paix et l’ordre revenus à l’intérieur, je suis sortie à la rencontre du voisin et j’ai vu que l’appareil ne saccagerait pas la terre puisqu’il ne va pas en profondeur, c’est un genre de fraise, le même engin que j’ai vu un agriculteur bio utiliser dans le film. 
J’étais apaisée et reconnaissante de voir que le voisin était dans une énergie de respect, de paix et je suis restée au jardin pour le soutenir par ma présence et pas pour le fliquer! D’habitude, quand il utilisait un engin, je fuyais à cause du bruit mais j’ai été surprise que l’appareil soit relativement silencieux et je sais que le voisin me connait et que son choix a été inspiré par le respect. 
Il faut dire que je lui ai parlé de ma façon de cultiver la terre, du fait que j’utilisais l’amour comme ingrédient puisque je considère la terre comme la mère des corps physiques, qu’elle est une conscience bienveillante, généreuse et que je la traite en conséquence. 
Le discours associé au comportement, au résultat, aux récoltes généreuses malgré que je n’utilise pas d’engrais, de pesticides et d’engin a changé son regard et sa façon de cultiver aussi. Il utilise maintenant des graines bio et quand il ‘ma proposé de répandre du fumier de mouton, j’ai accepté parce que l’année dernière, la récolte avait été très maigre. 
Il faut dire que les épandages aériens toujours plus nombreux et ma façon de réagir en les voyant, n’a pas arrangé les choses parce qu’alors quand j’allais au jardin, j’étais plus dans la colère que dans l’amour.

Ceci m’a servi d’expérience et cette année, je vais m’y prendre autrement déjà en me centrant, en m’ancrant, en me connectant à la terre, au ciel, en recherchant la paix avant de sortir. Et d’ailleurs, c’est ce que je fais maintenant avant d’aller vers les autres. 
Bon ça n’est pas encore un réflexe, je fonctionne encore dans l’urgence mais comme j’en suis consciente et que je ne me critique pas pour cela, peu à peu ma nouvelle façon de faire se met en place.
Quand on sait que l’amour lumière de la source en soi agissent comme révélateur afin que nous puissions voir nos comportements générés par les croyances involutives et les offrir à la source, la confiance remplace le doute, les croyances deviennent une foi indestructible.

On se laisse alors porté par la vie, guidé de l’intérieur avec pour repère, la paix du cœur, la confiance, le fait que tout est parfait, que nous sommes au bon endroit, au bon moment, que nous saurons pourquoi nous vivons ce que nous vivons, simplement en revenant dans notre cœur. 
On ne lutte plus, on ne résiste plus et on réalise que nous sommes constamment guidés, aimé, sans conditions. On ne cherche plus à changer, à s’améliorer, on laisse la source le faire, on lui confie nos peines et elle en révèle la lumière, le sens, la magie dans l’harmonie intérieure.
Plus on est vrai et spontané et plus on se libère des masques en lâchant la peur, la culpabilité, le sentiment d’indignité. Chaque fois qu’on se tourne en son cœur pour que l’amour embrasse et console l’enfant intérieur, on grandit en sagesse, en capacité d’aimer et l’être nouveau émerge. Je dis nouveau parce que nous sommes unifiés intérieurement, tous les aspects de l’être sont englobés dans l’amour de la source. 
Plus nous sommes libérés des masques, sentiment d'indignité, plus nous nous aimons en totalité et plus nous communiquons en conscience avec notre âme...

J’ai ajouté sur la page d’accueil à droite, une suggestion visant à vous faire prendre conscience de la guidance par synchronicité. Le seul fait que vous arriviez sur ce blog n’est pas le fruit du hasard, tout est synchronicité.
C'est l'occasion de tester cette résonance, cette guidance en observant ce que vous ressentez en lisant et en offrant cela à l'amour. Une occasion de sentir la puissance de la paix, de l'acceptation, de l'harmonie et de l'unité intérieures.





Et bien, l’effet est immédiat ! En sortant la chienne j’ai vu cinq avions larguer des trainées blanches sur un beau ciel bleu alors évidemment, je n’ai pas pu m’empêcher de pester puis je suis revenue à la maison et à la raison et j’ai accueillies dans l’amour lumière, toutes les pensées qui émergeaient dont je vais faire la liste pour le fun ! 
« Merci à l’amour lumière d’accueillir les pensées qui nourrissent l’idée d’impuissance, d’injustice, de jugement, d’accusation, merci d’embrasser les parts en moi qui veulent guérir en force, qui jugent le fait de prendre des médicaments, qui traitent de toxicomane les parts internes fragiles, qui accusent l’ego de vouloir contrôler…ou en plus simple, mais en conscience, merci d’harmoniser, d’équilibrer les énergies en moi et tout ce que je suis, tous mes corps, tous les aspects de l’être, de la personnalité et du divin intérieur. »

En jetant un coup d’œil par la fenêtre, je vois que les traces des avions ne persistent pas. 
Si je suis encore dans le doute et l’accusation, je vais me dire qu’ils ont poussé le vice jusqu’à trouver une formule chimique qui rend invisible leur méfaits et si je pense comme ça, je me place encore dans la position de victime, la division bons et méchants, niant qu’en moi il y a aussi un aspect autodestructeur. 
Et quand on nie son ombre, on nourrit la division, la peur, le conflit…

Alors je choisi l’innocence, la joie de l’enfant qui aime la vie, voit le monde dans sa beauté, sa naïveté et donc dans toute sa splendeur. 
Puisque mon pouvoir réside dans la façon dont je vois ce qui est, je choisi de célébrer la paix, l’unité, la reliance au divin, à la conscience Une, à l’âme, à la nature, à la terre et au ciel, en les considérant comme des parents bienveillants. 

J’accepte de ne voir qu’une infime part de la vérité et je reconnais que la seule connaissance qui importe, c’est celle de la puissance de l’amour lumière que je suis éternellement, que nous sommes tous. 
Oui la pensée est puissante mais la qualité de ce qu’elle crée dépend de notre point de focalisation, de l’association de notre volonté humaine associée à celle de l’amour lumière.
Cette petite expérience vient me ramener à une certaine forme d’humilité qui consiste à aligner la pensée, le verbe, aux actes, à appliquer à soi-même ce qu’on proclame. Et c’est ce qui rend le verbe vivant, la foi vivante, l’amour et la lumière du divin intérieur rayonnants, vibrants. 

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

2 commentaires:

  1. Un grand merci !
    j'avance d'avec ce que vous avancez, et avec votre avancée!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que vous avanciez, c'est le sens du partage de ce témoignage alors quand ça peut aider quelqu'un, ça fait toujours plaisir.

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.