mercredi 20 janvier 2016

« Tout est Un-terre-reliée, Un-terre-connectée » & vibraconférence Jérôme Matanaël





19 01 2016 C’est toujours un plaisir de lire les messages de Jeshua ou de Marie Madeleine, reçus par Pamela Kribbe parce qu’ils résonnent intensément et viennent confirmer ce que je ressens, pense, et surtout ce que je vis, expérimente, découvre de l’intérieur, dans les situations les plus banales du quotidien.

Pas besoin d’aller dans des salles de cinéma pour voir des images fantastiques, ni dans les musées pour contempler des chefs d’œuvre, pour constater la beauté de la création, notre corps est si magnifique et complexe qu’on n’aura pas assez d’une vie pour en révéler les trésors.
Même si les images internes ne sont pas « aussi nettes » que celles qui apparaissent sur un écran, ça n’a aucune importance parce que l’association des corps et l’unité entre tout, révèle les choses dans leur globalité, leur ensemble et leur beauté dans l’harmonie constatée. Puis ce monde des profondeurs de l'être est celui des dimensions subtiles.

Une idée, une intuition, une image symbolique, émerge et par synchronicités, par l’attention à ce qui est, à ce que l’on voit, vit et ressent, les pièces du puzzle se rejoignent donnant une vision élargie et approfondie des choses. 
On devient ainsi de plus en plus conscient de la relation intime, la guidance constante avec "l’autre soi", je devrais dire "les autres sois" parce qu’il semble que chaque corps soit le porte parole de la source. 


Le message de Marie Madeleine reçu par Pamela Kribbe, a suscité tout un tas de ces images symboles comme ce fut le cas pour le message de Miriadan d’hier, et c’est la continuité du questionnement à propos des perceptions du monde, de ces dimensions et la notion d’unité, le fait que tout contienne le tout. Puis c'est aussi ce qui m'a poussée à vouloir sonder le profondeurs, sentir le ventre, ce lieu qui a besoin d'être éclairé par le divin et perçu avec les yeux de l'amour qui a enclenché ces questions, réponses, visions.

L’apothéose, c'est la vidéo qui illustre ce phénomène de l’unité en l’unicité, en l’être multiple et infini, tout comme l’univers, que j’ai trouvée sur ma page d’accueil face de book. (cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à ce chef d’œuvre...)

Ce genre d’expérience confirme l’importance de s’écouter, de se faire confiance, l’effet de l’alchimisation des pensées émotions liées aux vieilles croyances, qui laisse place à une nouvelle façon d’être, de voir et de concevoir le vivant. 
Nous sommes effectivement divins, infinis et l’univers est inscrit en notre corps physique, comme le témoignage vivant de la reliance à la source. 

Cette sensation de grandeur, de vertige intérieur est redoublée par le contraste, dans le regard que je portais avant, sur tout ce qui touche l’aspect matériel des choses, cette enveloppe charnelle que je méprisais, par mimétisme. 
Là encore un conditionnement est perçu mais je vois aussi que c’est ce qui m’a permis de relativiser cette vie, de ne pas m’attacher excessivement à la matière, de chercher la vérité ailleurs, dans les plus hautes sphères ou les mondes plus éthérés. 

Preuve incontestable que Tout a sa raison d’être, le "bon" comme le "mauvais", le "beau" comme le "laid", preuve aussi qu’une conscience "supérieure" planifie, organise et guide la personnalité dans les moindres détails, à chaque instant. 

Ce qui veut dire aussi qu’il n’y a aucune raison de stresser, de craindre de se planter, ou d’être sur le mauvais chemin. Là encore tout dépend de la façon d’observer les choses et on revient encore et toujours à la nécessité de se placer au centre de l’être pour avoir une vision juste de soi, des évènements de notre vie et de notre environnement. Plus encore de chaque pensée, chaque geste, chaque situation du quotidien.  

Le fait que la science permette de voir les cellules, les atomes, les neurones, tout ce monde intérieur au microscope est la révélation majeure de notre époque qui vient mettre en forme, en image, les enseignements des sages.

Une révolution immense quant à notre façon de concevoir dieu, le corps humain et le fait qu’il n’y a aucune séparation, bouleverse toutes nos croyances.

L’amour de soi n’a plus rien de narcissique, ça devient l’amour pour la création, le créateur et la merveille que nous sommes tous. 
La combinaison des corps subtils, l’harmonie que le cœur réalise à chaque instant et révèle la valeur de chaque cellule, chaque élément, chaque système, la conscience qui habite chacun d’eux, nous amène à considérer le monde et les autres de la même façon.

Quand on comprend que la notion de dualité conflictuelle, que le jugement qui est toujours une forme d’accusation, donc de déni de soi, nous empêche de voir la réalité de ce qui est, on ouvre complètement son horizon.
On ne perd pas le sens de la mesure puisqu’on confie au cœur, à son intelligence, la gérance de notre royaume intérieur. 
Enfin je devrais plutôt dire puisqu’on sait que quelque chose d’infiniment plus intelligent que notre personnalité humaine dirige tout d’en haut. D’en haut et d’en bas, de partout, en tout ce que nous sommes.

Le désir d’unité intérieure, d’harmonie révèle précisément que tout a toujours été dans cet état de cohérence et que seul le point de vue depuis l’ego qui se croit séparé, isolé du reste du monde et surtout de l’amour lumière divins, donnait l’illusion de la séparation et d’une imperfection. Ça donne le vertige !

Je ne me considère plus comme un « Je » mais comme un « Nous » à mesure que je prends conscience de tout ce qui me constitue. C’est ça qui est grandiose, hallucinant même ! Cette connaissance me fait basculer dans une autre dimension où l’amour apparait comme la substance qui maintient la reliance entre tout ce qui est, et la conscience, le mouvement qui permet de créer cette illusion de séparation. 
Selon son point de vue, elle expérimente différents états d’être, de voir de connaitre jusqu’à donner la vision au mental de cette horloge interne et cosmique parfaite. 





Comme la vision change, le système de pensée, le verbe, le vocabulaire suivent. 
L’attention portée à son monde intérieur et l’apprentissage des lois universelles directement sur le terrain, amènent à être beaucoup plus conscient de ce que l’on est, de ce que l’on vit.
Déjà pour ma part, je n’ai plus envie de fuir mon corps ce qui constitue un immense progrès. Là encore, la vision de soi détermine l’état d’être…

Il est vrai que durant des siècles, l’humain a cru, selon sa façon de percevoir les choses comme étant séparées, qu’il fallait se couper de quelque chose pour obtenir ce qu’on voulait. Qu’il fallait sacrifier une chose pour une autre. Au niveau spirituel et religieux, ça voulait dire de mépriser la chair pour toucher le ciel, de mépriser l’incarnation pour obtenir le salut dans l’au-delà. Alors que c'est le contraire qui permet de savoir, de connaitre en vérité qui nous sommes sur les plans divins.

L’univers, la vie, se présentent tels que notre conscience l’envisage et c’est là notre pouvoir en même temps que la justice divine. Notre pouvoir de penser, de voir les choses selon nos croyances. 
C’est aussi ce qui démontre que tout vient de nous, commence en nous, en notre être profond. 
Les lois de résonance et d’attraction se vérifient dans ce processus où la conscience projette et attire l’objet de sa vibration, de ses attentes inconscientes.

Ce qui est magnifique c’est de découvrir les lois universelles d’une façon légère et plus par des scénarii catastrophes. La peur, qui est perçue comme une énergie de révélation dans ce système de comparaison de dualité, de contraste, perd son pouvoir négatif quand on la considère de façon neutre.

En ce moment même en parlant de cette énergie je la sens et l’offre à la source en disant : « j’accueille en l’amour lumière de la source, ces énergies troublantes afin qu’elles se sentent aimées et reconnues. Même si je ne les comprends pas, je sais qu’elles ont une raison d’être ».
En l’occurrence la peur de mettre le feu qui se manifeste chaque fois que la flamme est haute, j’apprends à dédramatiser, à lâcher les à priori à son sujet. Là aussi, l’image est fort symbolique, parlante !
Alors je ferme les yeux, je respire en profondeur en scannant les tensions jusqu’à me sentir totalement relaxée tant physiquement que mentalement.

J’essaie d’être précise dans mon ressenti pour mieux utiliser ce mode de perception et les papillons que je sens dans le ventre, la chaleur dans le cœur ne sont pas désagréables.
J’ai encore vues de belles couleurs, roses, orangées et violettes, qui semblent témoigner du changement de vibration.
Je remarque que ces couleurs apparaissent quand je suis dans un état de paix intérieure et il semble que ce soit simplement une vision de ce qui est continuellement. Que ce soit juste le fait d’être dans une vibration de paix au niveau physique, émotionnel et mental, qui ouvre la vision au monde ou plan des énergies. 
Ce qui est sûr c’est qu’en prenant l’habitude de sentir ce qui se passe en moi régulièrement juste pour ressentir, connaitre, je lâche la peur des mouvements intérieurs ; le peur de la peur.

Bon, je n’ai plus envie d’écrire, je passe à autre chose. Puis je constate aussi qu’une tension me pousse à me centrer et de cette façon j’apprends à maintenir mon taux vibratoire sur des fréquences élevées.
Maintenant comme le ciel s’obscurcit, je vais offrir à la source les pensées émotions à propos des chemtrails puisque pour le moment je fais mine d’ignorer le truc comme j’ai encore le temps de préparer le jardin avant de semer mais il va falloir que je m’y colle aussi !
Plus ça va et plus je me dis que cette vie est une expérience transitoire, une étape qui permet de passer d’un monde, donc d’une vision à une autre.
Une ouverture de cœur en conscience et une ouverture de conscience en le cœur. 
Une occasion d’être au point zéro à chaque instant.
C’est ce qui permet de faire la jonction entre ces deux paradigmes qui au départ semblent très éloignés mais qui finissent par s’imbriquer, se superposer. 
Ça me ramène à la façon d’être du cœur et de la nature aussi puisque rien n’est perdu ou éliminé, tout est perpétuellement recyclé, renouvelé, transformé.

Cette autre vidéo est aussi fascinante puisqu’elle révèle, ce phénomène cyclique de la nature. Même si notre monde est régi selon des lois d’attraction et de répulsion selon l’espace temps linéaire, passé, présent, futur, ça illustre aussi la notion d’éternité. 

Ce qu’on retrouve dans la division cellulaire, la respiration, le battement de cœur, ces mouvements qui sont les mêmes au niveau du cosmos comme on peut le voir dans la première vidéo de cet article. 
On retrouve toujours la notion de mouvement, de vide et plein, de matière et de non matière, de vie et de mort qui sont un cycle éternel, et tout ça danse en parfaite harmonie, synchronicité. 
D’ailleurs, c’est marrant parce que sur ma page d’accueil face de book, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de vidéos de danse…




J’ai écris ça hier matin, dans la foulée, mais comme j’ai eu envie et même besoin de bouger, je n’ai pas pris le temps de le publier. Il y a encore de la résistance à répéter toujours les mêmes choses et comme j’ai repéré ce manège intérieur, ces critiques, je les ai aussi reconnues et acceptées, offertes à l'amour lumière.

Je me laisse complètement portée par l’élan, la vie, et ce lâcher prise m’amène exactement où je dois être pour avancer sur ce chemin de reconnaissance de soi, de sois. 
Du coup, en fin de soirée j’ai atterri sur les vibraconférences de Jérôme Matanaël dont les métaclefs me parlent intensément. 
Il est clair que tant son discours que sa vibration ont un effet puissant sur tout mon être et bien que je suive ses publications sur google+, je bloquais encore sur quelques notions qui maintenant sont beaucoup plus claires et même évidentes.

Je constate que c’est cette acceptation totale de soi, même s’il reste des petits détails ou ajustements à réaliser, des prises de conscience à faire, qui m’ouvre la conscience et le cœur permettant d’intégrer ou de retrouver de nouvelles infos. 
Précisément celles que ma vision négative du masculin me voilaient. Et les soucis avec le poêle qui exprime ma peur de la puissance divine, de cet aspect affirmé de soi, me montrent justement parce qu’il n’y a plus de problème à ce niveau là, que l’équilibre se créé.

Ce qui résout le problème de réglage de la flamme tant extérieure, qu’intérieure, c’est l’accueil des émotions, le lâcher prise sur la peur et la culpabilité parce que ça aussi, c’est un poison. Enfin un poison dans le sens où ça pourrit la vie, ça maintient l’illusion de petitesse. 
Mais c’est aussi le signe qu’il reste des ajustements à faire relativement à l’amour de soi. Jusqu’à maintenant, je rejetais tellement d’aspects de ma personnalité que cet amour de soi était encore trop fragile. Je sentais que l’orgueil pouvait être un frein ou une mauvaise direction. Disons que je craignais d’avoir à prendre des grosses claques pour arriver enfin à m’accepter en totalité.  

Je suis allée me coucher à 22h après avoir piqué du nez deux ou trois fois sur la vibra, la deuxième parce qu’une fois que j’ai eu fini d’écouter la première, je n’ai pas pu m’empêcher de voir la deuxième. 

Quand je m’endors sur quelque chose, c’est qu’au niveau vibratoire, il y a comme une saturation. Saturation dans le sens où la vibration ajuste les énergies, les corps subtils, enfin un travail s’effectue en profondeur pouvant donner l’impression que quelque chose en soi ne va pas bien, créer des symptômes physiques, en l’occurrence, des douleurs au crâne.
Je n’ai aucun doute à ce sujet parce que je n’ai normalement jamais mal à la tête et ça correspond toujours à une ouverture de conscience, la compréhension qui s’affine, se précise…
Un autre signe du travail interne qui se réalise à l’écoute des conférences comme celles de Jérôme, c’est le fait que je me sente irrésistiblement attirée et ne puisse pas lâcher l’écoute. Je suis tout de même allée me coucher puisque l'intégration se réalise avec plus d'aisance la nuit et surtout parce que j'apprends à respecter les besoins de mon corps physique. 

Ça m’a carrément réveillée à 4h du matin et après avoir ravivé la flamme du poêle, m'être connecté à la terre, au feu, à la source ou le divin intérieur, de façon très spontanée et naturelle, mes pensées sont revenues sur ce qui a été dit dans la vibra. 
D’ailleurs, c’est dès le réveil que j’y étais plongée comme s’il n’y avait pas eu de rupture entre l’écoute du soir, de la nuit et les pensées du réveil. 

Des signes qui ne trompent pas, c’est l’heure de passer à quelque chose de nouveau, d’intégrer une nouvelle réalité et de la manifester dans la matière. 

Vibraconférence avec Jérôme Matanael ( http://www.guidancelumiere.com )et Sylvie de la télé du grand changement ( http://legrandchangement.tv/1/ )(16 juillet 2015) 




Je ne sais pas quoi exactement ni comment mais je suis certaine que ça touche l’affirmation de soi, la raison d'être ici, la mise en place de ce service que je veux proposer sans trop savoir quelle forme lui donner. 
Depuis toujours, je sais que c’est ma voie mais le manque de confiance en soi faisait tellement défaut que je ne voyais que les carences, blocages…
Là aussi la vibra a éclairci quelques points essentiels, Merci Jérôme. 
C'est marrant aussi le fait que les Jérôme aient eu des rôles initiateurs dans ma vie. 
Par le passé, dans la douleur, révélant le manque d'amour de soi, les fausses croyances et maintenant dans la lumière...
Pour autant, bien que je sache depuis toujours ce que mon âme me pousse à faire, ce qui me porte, je ne vais pas élaborer un plan puisque je sais pertinemment que c’est la source ou le soi qui guide et dirige tout. La création de ce blog a été inspirée et j'ai un peu lutté avant de m'y mettre puis finalement quand j'ai accepté le truc, ça s'est fait tout seul.

La source qui guide en tout temps, c’est beaucoup plus complexe que ça enfin il n’y a pas uniquement le soi, l'âme et la personnalité qui entre en jeu. 
A l’image de ce que nous sommes sur ce plan, les multiples personnalités qui nous habitent, les guides, les anges, archanges, sont aussi en présence, en activité, interviennent dans l’élaboration de toutes choses. Les rayons sont en nous en potentiel plus ou moins activé, tout comme l'énergie ou logos christique, bouddhique...

C’est aussi pour ça que j’apprécie les enseignements de Jérôme parce que ça confirme mon ressenti aussi au niveau de l’équipe au sol en relation avec celle des sphères invisibles.
Je repense aussi à une idée qui m’est venue hier alors que je venais de charrier des buches en sac après les avoir fendues à la hache, que cet équilibre masculin féminin à l’intérieur, n’est pas si précaire que ça. En effet, j’ai été épatée de constater que je pouvais passer aisément d’une activité manuelle plutôt physique à une activité plus intellectuelle ou créative. Ou dit autrement d’une tâche attribuée généralement aux hommes à d’autres habituellement attribuées aux femmes.

Bon, je retourne à l’écoute de la deuxième vibraconférence. Elles ont été réalisées et mises en ligne cet été et je suis complètement passée à côté alors que je reçois les mails qui préviennent des dates et heures de ces rencontres. 
Remarque il y en a quotidiennement et comme cet été, j’étais à lâcher les conditionnements liés à l’enfance, c’est  normal que je n’y ai pas prêté attention. 
De toute façon, je me laisse guider.

En plus, j’ai toujours préféré savoir de l’intérieur plutôt que de gober bêtement ce que d’autres ont digéré. En cela je peux voir une forme d’orgueil ou de détermination, selon l’endroit où j’observe les choses. 
Depuis le cœur, tout s'équilibre, l'orgueil devient audace, affirmation de soi et comme l'amour de soi repose sur l'acceptation sans conditions de tout ce que je suis, la reconnaissance de la lumière et de "l'ombre", cet orgueil équilibré me préserve de l'arrogance qui nait de la comparaison, d'un amour de soi "déplacé".

Pareil pour la notion de karma, c’est un sujet très délicat qu’il vaut mieux éviter d’aborder tant qu’on est dans la dualité conflictuelle, le rejet de soi. 
Ce sujet tel que véhiculé depuis des siècles est un outil de manipulation des masses ! Toutes ces pensées que je n'osais m'avouer ont été dites par Jérôme avec une telle confiance que ça m'aide à accepter ce que je pressentais, à faire confiance à ce que je perçois, ressent et comprend.
Il y aurait beaucoup de choses à dire au sujet du karma mais pour le moment, je me contente de lâcher la notion de punition et de récompense, je laisse à la source, où l’amour lumière, le soin de me montrer la réalité.


Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.