mercredi 27 janvier 2016

« On a tout à gagner à faire confiance à son coeur, son intuition » & « Vibraconférence : co-création de 13 vibra-capsules »






En ce moment, je suis invitée à me tourner vers les autres et bien évidemment c’est aussi l’occasion de lâcher des peurs, des croyances. 
Il est évident qu’on est complet et autonome mais la vie se nourrit d’échange, de partage, et l’être n’échappe pas à cette règle. 
Pourtant, on va souvent vers l’extérieur pour se valoriser, être reconnu, pour recevoir alors que c’est en donnant qu’on se place en mode réceptif et que tout vient naturellement en réponse à notre vibration. 
Même celui qui s’isole a besoin de rencontres et d’échanges, mais la vie, les circonstances et cette période spéciale où on reçoit en pleine figure le reflet de ce qu’on s’est caché si longtemps, peuvent freiner cet élan.

Quand on sait que la vie est un jeu de miroir et qu’on fait la paix en soi, on peut voir ce que l’autre nous reflète sans pour autant se sentir coupable, se dévaloriser et on peut choisir ce qu’on garde ou pas.

Dans la dualité, où les choses sont perçues dans leurs facettes polarisées, en venant au centre de soi, on pourra voir ce qui est, avec plus de clarté, d’acuité et on va constater que les retours sont autant positifs que négatifs, que parfois même ce qui nous semble positif au premier abord révèle son caractère négatif quand on examine en détail ou depuis le cœur. Ce constat amène à relativiser la notion de bien et de mal puis à chercher l’équilibre en toutes choses.

Ainsi, la méfiance que j’ai vis-à-vis des autres vient de ma façon de rejeter certains aspects internes et ce serait un frein ou un handicap si je restais sur ce constat, le considérant comme un échec. 
En amenant toutes les pensées qui émergent dans cette vision négative des choses, je vais voir que cette méfiance me permet d’être centrée, focalisée, de me fier à mon ressenti, de me tourner vers le divin intérieur qui est alors ma seule référence. 
Même si je ne sais pas encore précisément ce que je veux apporter au monde, je sais au moins ce que je ne veux pas et surtout que c’est d’abord en moi que je dois agir.

J’ai fait l’expérience en direct de la co-création d’une vibra capsule. 
Ce sont des moments où on se relie en même temps, au vide intérieur. 
Enfin on est présent à soi et "le but", c’est d’amener sa vibration en cette réunion. 
J’ai fait les quatre premières méditations vibrations en différé simplement parce que mon attention s’est portée dessus en cours de projet. Je dis méditation parce que c'est un temps de silence, d'attention à ce qui se passe en soi.
Voici la conférence qui explique bien l'idée de co-crétion vibrale où chacun peut participer en différé ou en direct. Il y en a une par mois et on est donc rendu à la cinquième. 
En cliquant sur les liens suivants vous pourrez accéder aux vibracapsules. 
Il est important de voir, d'entendre cette vidéo avant de se lancer. Et de s'écouter pour décider d'y participer ou pas.

« Les 13 VibraCapsules » : Participez à une co-Création Vibrale (et vibrante !)




Comme il n’y a pas d’intention à poser, comme le mental n’est pas sollicité, c’est une façon d’être en communion au niveau subtil et l’idée m’a bien plu parce que justement le mental est un simple observateur. 
Puis l’idée de faire confiance à l’amour lumière en soi, aux autres, qui est la même énergie vibration, me parle parce qu’on est à égalité, au-delà des apparences, de la forme, de la volonté même puisqu’il s’agit juste d’être présent au moment voulu.  

Comme je sais que l’effet de la lumière, c’est de révéler ce qui est, sans tricher, afin qu’on puisse la laisser transmuter en soi tout ce qui nous empêche de vibrer l’amour en conscience et en vérité, je ne me suis pas affolée de sentir des blocages. 
Les peurs et croyances relatives à la relation aux autres ont révélé une stratégie particulière en moi qui consiste à afficher mes connaissances comme pour dire « attention, on ne me dupe pas aussi facilement, ou encore je vois clair ». 

J’avais déjà constaté cela mais je le voyais comme un problème. Une forme d’affirmation de soi un peu trop excessive et surtout une stratégie de l’ego, donc une version faussée de mon être.

En observant cela depuis l’espace neutre du cœur, je me dis que se cache derrière la critique ou l’idée que je ne suis pas moi-même quand j’utilise une stratégie de l’ego, est encore une forme de rejet. La même que celle que j’aie vis-à-vis de la prise de cachets qui modifient mon état d’être.

L’erreur de jugement c’est que ça ne modifie pas l’être puisque cette part de soi est inaltérable, ça joue seulement sur la chimie interne, les humeurs, les émotions.
Et ces aspects de l’être sont périphériques, ce qui détermine mon état intérieur, c’est le positionnement et donc la vision
La vision qui engendre, par phénomène de focalisation, le type de rencontres, de situations que je vais vivre et surtout la façon dont je vais les vivre
Ma vision dépend directement de mon positionnement, soit au centre, dans l’unité, soit depuis un aspect périphérique et donc dans la division et la partialité.

Depuis l’espace du cœur, je vois que la stratégie employée me révèle des qualités comme des défauts mais que c’est surtout le jugement qui fausse ma vision.

Ce que je nomme défauts sont aussi des qualités dans le sens où tout est polarisé, révèle son contraire, juste pour être amené au centre et ainsi être dans le juste milieu.

Le besoin de reconnaissance repéré et équilibré devient alors l’audace d’être soi et l’envie de partager, d'échanger sur un pied d'égalité. 
Pour s’affirmer vis-à-vis de l’extérieur sans être dans l’excès, c’est toujours la même clef : l’acceptation de soi, l’acceptation du déséquilibre, la reconnaissance de la lumière dans la stratégie. 
Le seul fait de reconnaitre et d’accepter, restaure l’équilibre et la vision, la tendresse vis-à-vis de soi, de ces aspects qui ne demandent qu’à être embrassés pour être au service de l’ensemble, de façon harmonieuse et plus dans la contrainte, en force et dans la peur.

Ça n’est plus l’ego qui cherche instinctivement un équilibre dans l’interaction avec l’extérieur, c’est le cœur qui harmonise l’ensemble, fait le juste dosage des énergies.

La méfiance devient capacité de discerner ce qui m’appartient et ce qui est en l’autre. 
Comme je vois que nous portons la même vibration et qu’en étant dans le centre, en focalisant l’attention à l’intérieur, les énergies ne se heurtent plus en moi, ni avec celles de l’autre, il n'y a plus de raison de se protéger. Puisqu’au final ce sont les mêmes vibrations qui sont modulables, il n’y a plus de mouvement de recul, de peur d’être envahit.
Je ne sais pas si c’est clair mais je sens que le fait de ne plus chercher à distinguer ce qui est à l’autre et ce qui est en moi, me libère de bon nombre de peurs. 




Et c’est le même principe avec les entités. 
Si je suis au centre, dans l’équilibre ombre/lumière, enfin dans la neutralité vis-à-vis de ces deux pôles, il n’y a plus de mouvement de rejet. Je peux être moi-même sans attentes, sans complexe et sans jugement.
Revenir en soi et accepter tout ce que l’autre me renvoie, me le réapproprier et laisser le cœur harmoniser revient à ne plus entre en réaction avec l’extérieur et maintient la paix en soi.

Le besoin de reconnaissance devient légitime parce qu’il est désir de partage, de rencontre, envie de participer. Il s’équilibre de lui-même dans l’accueil et la pacification. 
Le fait de ne plus se remettre en question, littéralement, mais d’être dans l’acceptation de soi, permet d’être tout simplement soi-même sans plus aucune peur de se perdre en l'autre. 
La focalisation en mon centre définit mon propre cercle sans que j'ai à lutter, ni même à y penser.
J’ai senti que je portai encore la peur de mal faire, de vibrer des énergies négatives envers les autres comme une réaction à ce que j’ai vécu enfant mais cette peur accueillie, équilibrée, me montre que c’est un désir de respect mutuel qui s’exprime.

Dans l’espace du cœur, je peux sentir l’amour et la lumière de la source, la tendresse dans l’élan de contribuer qui nourrit mon besoin d’aimer et d’être aimée. 
Ces mouvements vers l’extérieur qui me ramènent à l’intérieur me montrent une fois de plus que ce que je cherche est en moi. 
Puis lorsque je reconnais et accueille le sentiment d’infériorité, d’illégitimité, la peur de mal faire, je saisi que ça n’est de toute façon pas mon mental à lui seul qui me représente. 

Il est une interface, une forme par laquelle la vibration de la source s’exprime quelle que soit ma volonté de bien faire ou de mal faire. 
Même si ça peut donner l’impression de ne pas avoir de choix, c’est plutôt rassurant de se dire que puisque c’est la source qui agit, je ne peux pas être dans l’erreur.   

Puis se tromper, signifie qu’on a des attentes, une vision de ce qui devrait être et on juge qu’on se trahit quand le résultat n’est pas à la hauteur de nos attentes. 
Mais quand on sait que tout est parfait puisque dirigé d’en haut, on comprend que la seule chose à faire c’est de se placer au centre afin d’avoir une vision juste des choses. 
Une vision dépourvue de jugement, d’attentes et donc de déceptions et d’illusions.

Continuer de se confier à la source intérieure, d’être présent à soi-même, en observateur neutre, c’est la seule chose que je puisse faire pour amplifier la confiance, favoriser le bien-être et aller vers l’autre à partir de cet espace serein.

Une phase d’entrainement qui consiste à intégrer le mouvement de retour au cœur et ainsi à déplacer sa conscience qui prend référence non dans la connaissance mais dans la vibration harmonieuse qui en découle. 
Et la confiance qui s’installe absorbe la méfiance vis-à-vis de l’extérieur, elle devient juste le sens de son individualité et en même temps, la notion de reliance aux autres. 

Cette relation avec les autres et à l’image la relation à soi et quand on cesse d’invalider un ou plusieurs aspects de soi, le sentiment de sécurité, d’intégrité et la libre circulation de l’énergie à l’intérieur se manifeste de la même façon à l’extérieur. 
Toute la gravité que j’y mettais se dilue dans la tendresse du cœur et la joie qui émerge de cette intime relation à soi.

Ce texte de Nicky Hamid est en parfaite résonance avec mes pensées du jour. La première chose et la seul à ‘faire’, c’est de trouver la paix en soi, de la ressentir. Le reste s’installe, se reconfigure sur cette vibration.  




« A chaque fois que vous y pensez, allez dans votre espace de 'Paix'.
Même si c'est juste pour un instant, une seconde, c'est suffisant.
Souvent, Faites-le Souvent.
Et ensuite, cet espace sera toujours là, toujours disponible, toujours votre premier choix.
Il suffit juste de continuer à vous aimer, à aimer qui vous êtes et celui que vous êtes en train de devenir.
Soyez patient, bienveillant, ayez de la douceur.
Demandez à votre Être et à la Source de Tout Ce Qui Est de vous montrer encore plus ce qu'est votre Amour, ce qu'est votre Essence.
Détendez-vous à l'intérieur de vous-même.
Sentez-vous bien avec tout ce qui se présente.
Aimez-le et ayez tellement de reconnaissance.
Riez et pleurez de ce savoir. Tout le reste suivra, toute la Compréhension, la Vision, la Joie et l'Accomplissement viendront – quoi qu'il se passe au cours de votre journée.
Soyez juste bien, content, et confortable avec Vous-même.
PS
Et pour ceux qui doutent et qui n'ont pas encore trouvé leur espace de 'Paix', soyez patients et continuez à choisir de poser 'la Main sur votre Cœur' à chaque fois que vous y pensez et où que vous soyez.
Vous êtes un Don. Et alors que vous accédez à votre espace de paix, vous allez apprendre à bien le connaître.
Rien de ce qui vous a été dit et qui était malveillant n'est ou n'a jamais été vrai. 
Lorsque vous cessez d'écouter ces voix de votre 'petit mental', vous allez vous apercevoir que tout ce que vous êtes est l'Orbe Rayonnant d'un Amour Immense. 
Telle est la Promesse de ce qu'apporte votre espace de Paix.
Je Crois Tellement en Vous. 
Mais ce qui est de loin le plus important, c'est de croire en VOUS.
Arrivez à VOUS connaître de tout votre Cœur.»






(Cliquer sur le lien ci-dessus pour voir quelque chose de relaxant et tendre, un exemple à suivre...)
La vie offre des surprises lorsqu’on effectue cette reconnaissance et pacification intérieures ! Quand on laisse la source nous enseigner à propos de sujets sur lesquels on s’interroge, en jetant en l’air une question avec foi, avec la confiance que les réponses viendront, c’est ce qui se passe effectivement.

Un des nombreux thèmes que je revisite est celui de l’abondance et sachant que tout est énergétique et donc inter-relié, il est clair que ça touche tous les domaines de la vie. 

L’abondance est déjà en nous et on peut le constater en s’observant. Les mécanismes internes sont la preuve vivante de cette abondance. La quantité de cellules, de neurones, d’atomes, de particules de lumière, les flux qui nourrissent le vivant, tout cela est l’abondance même et pour qu’elle se manifeste à l’extérieur de façon harmonieuse, il est nécessaire de retourner sa conscience afin de voir avec clarté, au-delà des croyances. 

On se rend compte alors que la réalité est inversée, que nos croyances sont liées au paraitre et non à l’être, à l’identification à un seul aspect de soi qu’on croit être notre personnalité.
Quand on reconnait que tout commence en soi et qu’on revient au centre lorsque l’extérieur nous renvoie quelque chose qui nous dérange, on permet à l’amour lumière d’agir en nous. 
Ou plutôt on peut contempler sa puissance, la manifestation de son œuvre alchimique interne qui se manifeste sous nos yeux, dans la matière.

J’ai vu qu’il y avait un frigo dans le couloir hier et j’ai senti que la vie me l’offrait mais je me suis dit que je me faisais un film ou que j’étais égocentrique. Comme le voisin qui m’a prêté le sien sait que j’en cherche un, je me suis dit qu’il m’aurait dit qu’il me le donnait si c'était le cas et je suis passée à autre chose.
Le soir comme le frigo était toujours là, j’ai supposé que ça n’était pas pour moi, que mon intuition n’était pas la bonne. 
Ce matin en sortant la chienne, ma voisine de palier était dehors alors j’en ai profité pour lui demander si elle savait à qui était ce frigo. Elle m’a expliqué que son fils en avait acheté un nouveau et lui avait refilé son vieux puis que celui du couloir devait être jeté dans l’après midi. 
Je n’ai pas hésité à lui demander de me le donner plutôt que de le jeter puisqu’il est en état de marche. En plus, c’est une bonne marque et il est grand, avec une partie congélateur spacieuse. 
Ces derniers jours, je me disais que les dons n’affluaient plus trop et que l’abondance semblait freinée. Mais j’ai juste constaté les faits sans me plaindre et j’ai continué sur ma lancée, dans l’ouverture aux autres et le travail sur soi, enfin le retour au centre. 

Ça peut sembler peu de choses mais le fait de s’ouvrir aux autres, d’être dans la gratitude, la reconnaissance pour tout ce qui est bon dans ma vie, le bien-être, le confort intérieur et extérieur, de prendre la responsabilité de mes pensées émotions plutôt que d’accuser les autres, est précisément ce qui permet à la source de s’écouler librement en soi. 

Le jugement, l’auto-critique, le doute, empêchent de constater cette abondance qui ne se limite pas à la sphère financière. De plus dans le contexte vu mon budget, ça représente quelque chose de considérable, d'appréciable. 
Mais le top, c'est qu'en cette expérience, ça vient en cadeau, en réponse à ma vibration, c'est une preuve. Une de ces preuves qui encouragent à persévérer, à faire totalement confiance, pour tout ce qui concerne cette vie.

Une fois de plus, je vois que le plus important c’est ce qu’on vit en soi, comment on le vit, que tout en découle et que c’est la seule chose à faire. Faire ce retour au cœur pour que l’amour lumière amplifie, pour que la vie renvoie des signes qu’on est dans le flux de l'abondance, de la Vie.

Au lieu d’économiser de l’argent pour acheter un frigo neuf ou d’occasion, je vais pouvoir acheter un écran pour le deuxième ordinateur dédié aux photos, un bureau plus personnel. Ce cadeau de la vie que d’autres verraient comme un coup de chance ou même refuseraient puisqu’il n’est pas neuf, vient nourrir la confiance en soi, la foi, la confiance en mon intuition, en mes choix, ma vision. C’est exactement ce qui est nécessaire pour persévérer sur le chemin qui mène à la souveraineté. 
Puis j'ai osé demander sans me sentir gênée, spontanément et c'est aussi le signe que ce que je libère, les peurs relatives à la relation aux autres, sont effectivement transmutées.

Il est clair que le mental ne peut pas prévoir ou savoir comment ce retour à la souveraineté se fera mais si la confiance est grandissante, tout devient possible. 
Cette clef vient aussi me confirmer ce que je pense, et ressent, plus on est dans la confiance, dans l'humilité, parce que la puissance de l'amour en soi laisse bien souvent sans voix, et plus tout devient facile, fluide, évident!

Clef 462

« La vie est beaucoup plus simple que vous l’imaginez, mais les êtres humains aiment tout ce qui est compliqué. Ils ont l’impression que plus c’est compliqué plus ils sont intelligents, et ce n’est vraiment pas comme cela que çà se passe ! »

  
Avant de pouvoir changer sa vie, la créer selon sa vision, il faut faire le ménage. 
Nous savons maintenant comment nous sommes constitués, quelles forces permettent de cocréer et comment effectuer ce nettoyage intérieur.
L’effet miroir nous aide à prendre la responsabilité de notre monde intérieur et l’extérieur s’y conforme naturellement.
La vie devient simple une fois que le cerveau est remis à l’endroit, à sa juste place et lorsqu’on comprend que notre force c’est l’amour lumière, que c’est notre essence originelle et qu’il suffit de le reconnaitre, de s’y confier pour que tout s'ajuste naturellement. Les remous que ça créent peuvent faire douter mais si on persiste à suivre son cœur, la foi grandit et ça devient de plus en plus facile de lâcher prise. 
Les résultats sont proportionnels et on avance avec détermination en sachant que tout est orchestré, que nous sommes guidés, soutenus, jamais seuls et profondément aimés, compris dans les moindres soucis comme dans les plus importants. Ou ceux qui nous semblent importants...

Puis quand on voit comment tourne le monde, on n'a vraiment rien à perdre à faire confiance à son cœur, son intuition, au contraire, on a tout à gagner!

Clef de sagesse trouvée sur le site de Monique Mathieu : http://ducielalaterre.org

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.