jeudi 28 janvier 2016

« La voix du cœur dit toujours "aime", aime et tu sauras »





Un nouveau cap est passé, celui de la confiance en soi étroitement et inextricablement reliée à l’acceptation de Tout ce que nous sommes, portons, exprimons.  
En la conscience que tout commence à l'intérieur et que l'extérieur est juste un miroir.

C’est le chemin qui mène directement à l’être multidimensionnel, conscient et qui permet de se défaire des conditionnements sans avoir à souffrir. 
A chaque fois que nous accueillons une pensée émotion, que nous l’offrons à la source, elle est absorbée dans l’amour lumière et se transforme. 
Il en est de même pour chacun des corps, des aspects de l'être, parce que l’unité intérieure, l’unité tout court, c’est notre nature véritable, l’essence de notre être.

En faisant cela, on amplifie la vibration de l’amour en soi, en même temps on apprend à reconnaitre ce qu’est l’amour, à re-connaitre, c’est un juste retour aux sources, à ce que nous n’avons jamais cessé d’être.


Notre âme ou notre conscience divine, le soi ou le christ intérieur, peu importe le nom qu’on donne à cette essence, vibration, ne nous pousse pas à lutter, à agir dans l’urgence mais au contraire à apprendre le respect de soi, le silence, l'écoute intérieure, le juste rythme, celui qui nous est propre. 

Tout le monde parle du respect de soi en insistant sur la nourriture, le fait de ne pas fumer, de ne pas manger de la viande, de manger bio, de faire du sport, d’entretenir son corps…
C’est voir les choses à l’envers puisque nous sommes avant toutes choses, un esprit, une combinaison d’énergie, une vibration et la matière en est l’extension. 
Agir d’abord sur la matière, croire qu'il faut faire, c’est encore nourrir la peur, les croyances et accorder plus d’importance à la périphérie qu’au centre, à l'image qu'à l'être, à l'essence.

On est attaché à tout un tas de croyances et si on les regarde de plus près, avec sincérité ou par les yeux du cœur, on va voir qu’elles se fondent sur les apparences, l’illusion, l’éphémère, l’opinion publique, l’inconscient collectif et les désirs de ceux qui gouvernent. 

Se fier à son propre cœur alors que tout nous pousse à nous tourner vers l’extérieur, à douter de nous, à croire aux pouvoirs de ceux qui ont juste plus de confiance en eux-mêmes, de culot, de capacité à manipuler, à subjuguer, à mentir, à tricher, à ‘briller’…ça demande autant de force, de courage que d’humilité. 

Pour trouver son propre pouvoir, il faut prendre la responsabilité de son monde, cesser de donner du poids, de la valeur à ce qu’on entend des autres. 
Le pouvoir des puissants de ce monde c’est juste la capacité de jouer sur l’émotionnel, le doute de soi, le sentiment d’impuissance et d’indignité.

Il y a deux façons d’être puissant, soit en vampirisant les autres, en les dominant, soit en revenant au centre de soi et en laissant la source intérieure nous guider pas à pas.

Au niveau interne, le pouvoir par la force, en rejetant l’ego, les pensées émotions ‘négatives’, en se contrôlant, en se forgeant une image idéale qu’on va tenter d’atteindre, c’est ni plus ni moins de la domination, de la prédation, de la violence. 
Ça engendre frustrations, colères, tristesse, perversion et on reste enfermé dans nos peurs, nos croyances, coupé de l’amour divin intérieur. 
On n’est coupé simplement parce qu’on croit l’être et qu’on nourrit cette croyance par la division intérieure.

La première étape, c’est de réaliser la paix en soi, de faire la paix avec tout ce que nous sommes et tout ce qui nous traverse. D’arrêter de se juger, de s’incriminer, de se diviser intérieurement. On le fait simplement en cassant ce réflexe de rejet. 
Même si c’est simple, ça demande de la persévérance parce que les conditionnements sont profondément ancrés. 
Mais à chaque fois qu’on agit de cette façon, qu’on accepte ce qui est dans l’instant, la chimie interne change, l’ordre divin s’installe peu à peu. 

On ressent la paix et par la persévérance en ce lâcher prise, cet abandon, on devient plus sûr de soi, de cette puissance en notre centre. 
On parle de cœur parce que c’est l’organe régulateur, celui qui harmonise et permet de voir avec lucidité et bienveillance à la fois.  
L’amour tel qu’il est vécu entre humains n’est qu’un échantillon travesti de ce qu’est véritablement cette combinaison d’énergies.




Comme je concluais le texte d’hier, ici, dans ce monde, dans la société, Tout est inversé. Les choses apparaissent dans la dualité de façons contraires à la réalité divine. 
On croit que la mort est la fin de la vie alors qu’elle est un cycle de recommencement, de renouveau, de transformation. 
On se fie à nos cinq sens pour déterminer ce qui est réel mais tout est d’abord énergétique, vibratoire. 
Nos cinq sens, notre vision est un phénomène qui inverse la réalité. L’image est reflétée par la rétine qui montre l’objet de notre attention à l’envers. 
 
Ce système est avant tout un outil de révélation parce que lorsqu’on prend conscience du phénomène, du fait que l’extérieur, l’autre nous renvoie l’image de nos profondeurs, ombre et lumière, on comprend que tout nous ramène en notre centre afin de clarifier notre vision. 
L’extérieur devient alors un moyen de reconnaissance de soi, de connexion au divin intérieur et à ce titre est reconnu comme un associé, un partenaire plutôt que comme un ennemi. 
C’est valable pour les pensées émotions tout comme pour les individus, les situations, les infos qu’on perçoit des médias...

La vie, les autres nous traitent exactement comme nous nous traitons nous-mêmes.
Devenir son meilleur ami, se placer en observateur, révèle le créateur intérieur et on voit que tout en nous participe à notre réalisation, par ses prises de conscience qui nous redonne la vue, la compréhension de qui nous sommes en vérité et en totalité.

Tous les moyens de révélations de l’ancien monde, les sciences occultes, les cartes, les écrits religieux, l’astrologie, tout ce qui est considéré comme mystérieux a été créé à partir d’une vision divisé de l’être, d’un sentiment d’impuissance, de l’idée de séparation d’avec la source, sur l'association du pouvoir et de la dominance.  Il fallait nourrir le mystère, la peur, la notion de secret pour subjuguer les ignorants...ça continue de fonctionner comme ça en général mais tout change...

Les notions de karma, de réincarnation ont aussi été perçus comme des lois, des principes à appliquer sous peine d’être banni, exclu de la source, de la vie. 
Or nous sommes la vie, la source elle-même.

Ce qui est nouveau maintenant, c’est que nous savons et pouvons en faire l’expérience directe, que nous n’avons jamais été séparé de la source, que nous sommes l’unité, la puissance de vie, d’amour.

Ces outils d’avant sont aussi efficace sinon moins que la technique du miroir. 
Ils nous projettent en dehors de nous même et nous donnons notre pouvoir, celui de savoir, de l’intérieur, de connaitre, de reconnaitre.
Écouter le point de vue de quelqu’un pour savoir et s’y fier, adopter ses croyances c’est perdre sa capacité de penser, d’être, de se reconnaitre. 




Dans l’acceptation de ce qui nous traverse, on apprend à se faire confiance, à mieux distinguer la voix du cœur qui dit toujours "aime". "Aime sans douter, aime tout ce que tu es, cesse de te juger, de te dénigrer, de t’invalider"."Aime et tu verras, tu sauras"

Bien sûr ce que nous sommes en surface exprime comment nous vivons à l’intérieur et naturellement si nous sommes en conflit avec nous même, nous aurons une vision déformée de qui nous sommes. Une vision ternie par le manque d’acceptation de soi.

Si on pense que quelque chose en soi est inadéquate, on se verra de cette façon parce que la lumière ne triche pas elle montre les choses telles que nous les pensons, telles que nous croyons qu’elles sont. 
La conscience créée la forme et selon nos croyances, on portera l’attention sur ce qui leur donnera raison. C’est un cercle vicieux dont on peut sortir en admettant l’idée que nous avons peut-être tort de croire en ce que nous croyons.

Ça peut sembler contradictoire mais c’est une réalité que chacun peut expérimenter. Quand on vibre dans la joie, la gratitude, on verra tout ce qui reflète cela, on se souviendra des bonnes choses de notre vie, on verra la beauté qui nous entoure, on aura un sourire sur les lèvres et les gens qu’on croisera nous souriront aussi. 
Ça peut sembler peu de choses mais ce qui compte ça ne sont pas les faits, l’extérieur, mais ce que ça montre, le processus de la pensée, le pouvoir de la focalisation.  

On peut voir aussi que si on est dans la peur, tout ce qui nous effraie va nous sauter à la figure. En ce moment même, le feu dans le poêle s’emballe alors j’offre la peur de la puissance de l’être divin intérieur, à mon cœur et la sent se dissiper puis s'envoler.
Du coup la flamme diminue et je constate que c’est en continuant d’offrir cette peur à l’amour lumière en moi, que je comprends où se situe la puissance de cocréation. 

Je sais sans douter que tout ce que j’amène et offre à la puissance de l’amour lumière intérieur est transmuté naturellement. Je comprends que ça n’est pas ma pensée qui créé mais la vibration que j'émane dans l’instant qui me reflète ce que je suis en train de croire. 

Je saisi que la puissance est en moi et que la seule chose à faire, c’est de la laisser faire. 
Le fait de vivre ce retour au cœur amplifie la confiance et je sais alors que j’ai juste à être attentive à ce qui se manifeste en moi, à l’offrir, à ne pas m’y attacher pour que l’ordre divin s’installe.

Je sais que je suis la puissance mais ça n’est pas moi qui l’active, je la laisse agir. 
Le pouvoir du verbe est un moyen de relier les mondes, de manifester de l’amour pour les aspects de l’être, de reconnaitre cette unité intérieure, de vouloir la voir, la vivre, la ressentir. 
On ne commande pas la matière, on l’apprivoise, on apprend à voir ce qui est avec les yeux de l’amour et on peut constater que notre vibration la modèle.

Notre volonté dépourvue d’amour nous renverra une image, une situation équivalente. Lorsque la volonté c’est d’aimer, d’être soi, d’agir à partir du cœur, de confier au cœur tout ce qui semble être un obstacle, la manifestation est relative à ce désir. 

Ce qui est troublant, c’est de voir que lorsqu’on appelle la lumière à se manifester, elle nous montre nos ombres en premier, simplement parce qu’elle montre ce qui est en vérité, dans l’instant. 
Parce qu’en général, on demande cela quand quelque chose ne va pas, quand on est mal, dans la peur, la colère, la tristesse, la division intérieure.
C’est encore la conséquence de la confusion interne, l’effet de la dualité qui est un outil de connaissance et pas la vérité.

Quand on se place en son cœur, simplement comme le ferait un enfant, sans juger, sans espérer voir quelque chose de sublime mais en étant convaincu de l’amour du divin pour ce que nous sommes et qu’on demande à la source de se manifester, on va sentir cet amour.  Il sera perçu de façon subtile par des sensations de paix, de douceur puis va augmenter en intensité à mesure que nous effectuons ce retour cette reconnaissance que nous agissons depuis cet espace serein.

Quand on est au début du voyage, de ce retour au centre, à l’être véritable, les choses ne sont pas très nettes, elles sont à l’image du trouble interne, du fait que nous pensons être séparé de la source, que nous sommes encore identifié aux croyances, aux peurs, à l’image. 
C’est là que l’amour, la tendresse envers ces ‘défauts’, ces aspects internes refoulés, jugés indésirables, le désir d’unité, le fait de demander à la source d’harmoniser tout ce que nous sommes, va peu à peu changer notre vision des choses. 
Et comme notre vision change, notre vibration change, notre monde intérieur et extérieur changent.




Une fois que la confiance est là, tout s’accélère et on entre dans le monde magique de l’être unifié où plus rien n’est perçu comme mauvais. Comme on ne rejette plus rien de ce que nous sommes la paix se manifeste continuellement.
Dès qu’il y a un signe de disharmonie, on revient juste au centre en ayant la foi que tout est parfait, que nous ne percevons qu’une infime part de la vérité et que nous saurons en temps voulu le pourquoi du comment. 
Puis petit à petit, on se fout du pourquoi, on a juste confiance.
Là, ça devient fantastique parce qu’on sait qu’il n’y a rien à faire mais juste à être et laisser faire.
Le mental et l’ego ont besoin de preuves et c’est bien légitime mais si on ne les rejette pas, si on les considère comme des aspects viables et important dans cette existence, on va voir leur pertinence, l’amour inconditionnel qui les motive à vouloir nous surprotéger. 
On va comprendre qu’il donne toujours le meilleur d’eux-mêmes et ce constat amplifie le rayonnement d’amour et de lumière.

On les percevra alors comme des compagnons de voyage, des partenaires, des outils magnifiques de cocréation, de réalisation et d’interaction, au même titre que le corps physique. Ce corps qui nous permet de sentir, de ressentir, de goûter, de faire des expériences et de pénétrer différents mondes subtils, sa conscience éclairée, sa capacité de régénération, sont intelligence et son autonomie nous sont révélés amplifiant encore plus l’amour en soi, entre tout ce que nous sommes.

Le dialogue avec soi, avec ses corps est un formidable outil de reconnaissance et l’écriture un outil de révélation, de guidance qui lorsqu’elle est spontanée est perçue comme l’expression du divin intérieure, des guides, de l’âme. Elle nous révèle à nous-même de façon intime et profonde, sans fard ni faux semblants.

Quand on ne juge plus rien en soi, on voit la perfection de tous ces outils à notre disposition, ces outils de révélations, de cocréation, de manifestation de la source, du vivant, de connexion à tout ce que nous sommes et aux autres.

Ils sont avant tout des moyens de se reconnaitre et de recréer du lien, de manifester notre essence par cet accueil et ce dialogue intime. Quand ils sont unis par cet amour inconditionnel, la puissance et la tendresse marchent main dans la main.

On se demande comment unifier le masculin et le féminin intérieurs, et comme chaque aspects de l’être est plus ou moins polarisé, le désir d’unité suffit à restaurer l’équilibre. L’enfant en nous a la faculté de les réconcilier parce qu’il représente l’énergie de la renaissance, de la croissance, de l’évolution naturelle, du désir, du plaisir, du jeu, de l’émerveillement, en toute authenticité, en toute transparence et en toute innocence. 
Ces trois sortes d’énergies se complètent à merveille lorsqu’on laisse la source absorber nos croyances à leur sujet. 
Quand l’envie de jouer se manifeste, c’est parce qu’il y a en nous de la rigidité, une contraction, un blocage, nous sommes pris dans la gravité, le drame, le jugement. 
Suivre l’élan du moment sans juger, sans douter et sans attendre un résultat spécifique, en se positionnant depuis le cœur, juste pour voir, pour savoir, restaure l’ordre, l’équilibre, l’harmonie et la confiance. 
Il y a deux jours, je n’avais envie de rien, je n’arrivais à rien alors j’ai accepté cela, j’ai lâché prise sur les attentes, lâché la volonté qui bien souvent est une forme de résistance, un besoin de contrôle. 
Je me suis laissée vivre, être et bien que j’aie sentie des émotions de basses vibrations, j’ai laissé faire en me contentant de ramener tout dans l’amour lumière intérieurs. Comme je n'ai pas opposé de résistance et que j'ai suivi la guidance, j'ai senti que des libérations s'effectuaient par le fait d'être en paix malgré tout.
 
Savoir que tout en soi est régit par la source, le divin et s’abandonner à ce qui est, en toute confiance suffit à être en paix, en joie et à élever la vibration. 
Il en résulte un sentiment de liberté, de puissance, et des élans de créativité qui épanouissent, réjouissent l'être tout entier.

Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.