mercredi 6 janvier 2016

« Cocréer sa vie selon la vibration qu’on émane »






On a beaucoup parlé de la "loi d’attraction" mais en fait on aurait dû l’appeler "loi de vibration et de résonance" ou "loi d'amour inconditionnel" parce que selon les anciennes croyances, le terme "attraction" pouvait supposer qu’il nous fallait simplement prier pour recevoir. 
Ce qui n’est pas non plus totalement faux mais dans un esprit qui voit Dieu à la façon dont il est enseigné dans les églises et croit aux notions de mérite, de récompense, ça peut prêter à confusion. 

Il s’agit d’être pleinement actif pour atteindre la fréquence qui permet d’être en résonance avec ce qui favorise notre bonheur et ça ne vient pas des choses, de l’extérieur. 
Le bonheur ne dépend pas de l’avoir mais de l’Être.

Il nous faut apprendre à cultiver l’amour inconditionnel, la paix et l’harmonie pour créer cet état d’être ou pour s’aligner aux fréquences de la source en soi.

Les notions de mérite, de récompense, d’effort, sont comprises en général de façon erronée. Toujours selon les croyances communes, supportées et nourries par la majorité des humains, ont croit qu’il faut changer notre comportement, faire beaucoup d’effort pour obtenir des choses matérielles et être ainsi heureux.

La vibration de la source se "situe" au-delà de la dualité, du jugement, et en ce sens il n’y a pas de mérite, de punition ou de récompense mais simplement la volonté, l'intention d'aimer sans conditions, d'aimer comme aime la source, la vie.
  
La sagesse, la capacité d’aimer ne s’achètent pas, ce sont des qualités innées que chacun porte en lui-même et qu’il faut reconnaitre pour pouvoir les développer.



Tant qu’on juge, tant qu’on rejette, on se coupe non seulement de l’amour mais d’une vision juste. 
On ne peut comprendre une loi, un principe, une notion spirituelle si on est dans le jugement qui est toujours arbitraire. 
Seule la vision neutre du cœur permet de comprendre ce qui à trait au divin et à ses attributs.

La sagesse ne vient pas de l’étude théorique, des livres, des messages spirituels, ce sont uniquement des hypothèses que chacun devra vérifier, valider dans sa chair, son quotidien, dans la matière, par l’observation conjointe de son monde intérieur et des situations extérieures. 

Nous sommes toujours guidés et soutenus en ce sens et en commençant par formuler une intention, la vie nous donnera l’occasion de vérifier si nous sommes en accord avec ce que nous voulons. 
L’intention est un premier pas qui enclenche tout un processus qui se situe à l’intérieur de soi, et qui va susciter des pensées émotions, éveiller les croyances inconscientes qui sont contraire à notre affirmation. 

C’est souvent là qu’on cesse de croire en notre pouvoir de cocréer qui est plutôt le pouvoir de s’aligner aux fréquences de l’amour lumière de la source. 

La vibration, c’est l’ensemble cohérent de la pensée, de l’intention, associée à l’émotion correspondante, qui dépend de nos croyances intimes et très souvent inconscientes. 

Notre psyché se divise, si on peut dire, en plusieurs secteurs; la conscience, l’inconscient et le subconscient. Ce qui correspond à la personnalité, l'âme et la présence divine. Mais cette "division" est une vue de l'esprit, une façon de reconnaitre que nous sommes régis par trois forces complémentaires. 

Tant que nous sommes en mode dualitaire, tant que nous croyons au bien et au mal, tant que nous nous appuyons sur ces critères pour définir notre réalité, ces trois parties sont en opposition ou perçues comme tel. 
Il faudra donc apprendre à venir en son cœur, au centre de soi, dans l’intimité de l’être pour faire la lumière sur nos croyances invalidantes, dévalorisantes et restrictives. 

On va commencer par vérifier que notre vie est conforme à nos pensées émotions, à nos croyances et en ayant l’intention de vivre dans l’amour, la lumière, on connaitra peu à peu ce qui est caché dans notre inconscient et agit à notre insu.

L’inconscient n’est pas si difficile à sonder puisque la vie, les rencontres, les situations nous révèlent ce que nous portons et comme les croyances se forment ou s’adoptent dans l’enfance, il nous faudra entrer en contact avec l’enfant intérieur. Il est porteur de vie, capable d'exprimer la vérité de ce que nous sommes dans l'instant et éternellement.

Si nous avons eu une enfance relativement calme et des croyances positives à propos de nous-même et de la vie, celle-ci sera conforme à ce que nous portons et on ne cherchera pas spécialement à savoir qui nous sommes en vérité. Par contre, plus notre vie sera difficile, plus notre enfance aura été dure et plus le besoin de comprendre se fera sentir. Dans la dualité, la souffrance est proportionnelle au besoin d'aimer, elle pousse à rechercher l'amour mais quand on l'a trouvé en soi, elle n'est plus nécessaire.

Si je parle de ça, c’est que la majorité des gens qui ont eu un parcours relativement « normal » ne pensent pas qu’ils portent des croyances qui les empêchent de se réaliser pleinement. Si dans leur vie tout est relativement équilibré, ils ne chercheront pas à l’améliorer. 
Être conforme aux normes sociétales n’est pas du tout une garantie de bonheur. 
On est dans une routine qui cachera la vérité de l’être divin que nous sommes tous. 

Malgré tout, la vie, la source qui bouillonne en nous, par une crise, une rupture, un évènement qui viendra briser nos certitudes, on aura alors l’opportunité de sonder ses profondeurs, de remettre sa vie et surtout ses croyances en question.

D’un autre côté, ceux qui ont souffert de manque, manque d’amour, de reconnaissance, bien que leur recherche existentielle les pousse à chercher la vérité de l’être, arrivé au moment de cocréer leur vie en conscience, ils se heurteront aux croyances adoptées dans l’enfance selon les évènements d’alors.

Les uns comme les autres devront se connaitre intimement pour rétablir l’ordre intérieur. La vie est juste en ce sens, qu’on soit nés riches ou pauvres, instruit ou non, ouvert ou fermé, il n’y a qu’un seul chemin qui permette de trouver sa vérité, celle de l’être et celle de la personnalité. 
Ce chemin, c’est celui du cœur qui permet d’avoir une vision neutre, élargie des faits, de soi-même et du monde.

Et c’est l’amour inconditionnel qu’on cultivera à l’intérieur de soi qui permettra de libérer les croyances invalidantes et de connaitre le divin intérieur, de lui faire confiance. 

Plus on abandonnera le jugement, plus on amplifiera la confiance en soi, en la source, en la vie et plus le chemin deviendra clair, facile et joyeux.

Beaucoup de gens ne croient pas au divin parce qu’il regarde l’état du monde et ne peuvent concevoir qu’un dieu juste puisse laisser les humains agir librement. 

Généralement, on confond la croyance et la foi. 
La croyance est mentale, superficielle, elle vient des conclusions que le mental établi à partir de ce que la personne a vécu ou vit. 
Le mental qui se base sur la notion de bien et de mal, se limite lui-même à un système de pensée qui l’empêche de voir la vérité de ce qui est. 




La foi se fonde sur le ressenti, sur l’intuition, sur l’observation et parfois sur des expériences dites mystiques. 
Elle vient des profondeurs de l’être et touche tous ses aspects simultanément. 
Elle vient de la vibration du cœur alignant les corps sur l’amour sans conditions et la lumière. 
La prise de conscience qui montre ce qui est de façon évidente et la sensation de paix profonde, de bien-être, qui l’accompagne, laisse le mental sans voix, sans doute, même s’il ne saisit pas totalement ce qui lui arrive.

En cultivant l’amour en soi, en cessant de se juger, de se critiquer, on va amplifier la foi en la source, en l’amour, par le contact direct avec la vibration de notre être véritable. 
Peu à peu les croyances qui s’opposent à l’amour ne vont plus faire sens. 

On verra ce qui nous empêche d’être en paix, dans la joie, ce qui nous coupe de l’amour. Le fait de ne plus se juger et de ne plus rejeter nos pensées émotions douloureuses, nous ouvrira les yeux, le cœur et la conscience.

Plus on sera dans l’abandon à l’amour en soi, l’abandon du jugement envers soi-même et envers les autres et plus l’amour grandira. 
Plus on sera dans l’acceptation, l’accueil de ce qu’on vit à l’intérieur, l’offrande à la source de ces croyances inconscientes qui se révèlent justement dans le désir de transparence, et plus l’être véritable, multidimensionnel se manifestera. 
  
Nous ne sommes pas séparés de la source, c’est impossible puisque c’est notre essence originelle, primordiale, la vibration qui nous anime et soutien la vie. 
Seules nos croyances de petitesse, d’indignité, d’illégitimité nous empêchent de le constater.

Plus on va se confier à son cœur, faire confiance au divin en soi, plus on va s’aimer véritablement et plus la vibration de la source va nettoyer les filtres du mental émotionnel, guérir nos blessures profondes et harmoniser tout ce que nous sommes.

La source est harmonie, tout comme la nature, et pour accéder à cette vibration, il nous faut lâcher la dualité, cesse de diviser, de séparer.

La réunion des énergies de l’enfant et de l’adulte, réalisée au cœur de l’être va favoriser l’harmonie, équilibrer les énergies masculine et féminine. 
Chaque aspect de l’être est sollicité dans cet accueil, cette écoute de l’enfant intérieur qui est capable de révéler, d’exprimer les pensées émotions relatives à nos blessures et nos croyances non alignées à l’amour sans conditions.

Pour que le divin se manifeste en soi, il faut vivre selon les lois universelles de l’amour, de la paix et de l’harmonie
C’est en ce sens qu’on peut dire que nous sommes cocréateurs parce que ça demande de vouloir s’aligner aux fréquences de la source. 
Il y a une intention à vivre, à mettre en application en nous-même. 

Puis lorsqu’on observe les choses depuis l’espace du cœur on comprend que ça n’est pas notre mental qui agit mais que c’est notre conscience divine qui nous guide à chaque pas et l’amour qui a le pouvoir de guérir. 

Ça demande de croire en l’amour lumière en soi plutôt qu’en nos pensées émotions de peurs, de doute, de culpabilité, de honte, de rejet, de déni, de jugement arbitraire, d’exclusions…

La volonté de la personnalité est importante, elle se situe dans le désir d’aimer, de connaitre, de se connaitre, de se reconnaitre tant au niveau humain que divin. 
Elle se situe dans le désir de transparence et d’abandon à l’amour lumière intérieurs. 

Ça se traduit par la volonté d’amener au cœur, tout ce qui nous bouscule, tous les jugements, les peurs, les croyances limitatives. 
Quand on a pris l’habitude de se confier à l’amour en soi, la confiance en la vie, en la source et en tout ce que nous sommes, celle là même qui nous a permis d’être sûr de faire le bon choix en ce retour au centre, va grandir au point qu’il n’y aura plus aucun doute.  

Une fois qu’on fait confiance à l’amour, au divin et à la vie, elle devient merveilleuse. 
Le fait d’accueillir l’enfant en soi, acte qui sollicite le masculin et le féminin sacrés associés, va guérir les blessures, restaurer l'ordre, l’harmonie. 
Les énergies vont s’équilibrer et l’enfant pourra participer activement à la réalisation de l’être. 
Ses énergies de joie, d’enthousiasme, de curiosité, de capacité d’aimer sans conditions, de voir la vie avec légèreté, de jouer, de jouir du moment présent, d'être pleinement incarné, de développer la créativité, d’aborder la vie en toute innocence, en toute liberté, vont littéralement changer le quotidien, en faire un conte de fée. C'est marrant parce que phonétiquement, "fée" et "fé" qui en espagnol veut dire foi, se ressemblent parfaitement!

L’enfant ne doute pas qu’il est aimé de la source lorsque la personnalité l’a écouté, l’a amené en son cœur où il est régénéré par l’amour lumière divin. 
Son intégrité et son innocence restaurées vont favoriser la capacité d’aimer et de créer. 

La connaissance de l’adulte acquise par l’expérience, la sagesse innée, l’audace du masculin sacré, la tendresse et l’intuition du féminin, l’instinct équilibré, libéré de la dualité viendront participer à la réalisation, la concrétisation des rêves de l’enfant.




Je n’ai pas besoin de lire des prédictions pour savoir que cette année sera pour moi, celle des miracles, de la réalisation, puisque ma vie se conforme à ma foi d’une façon extraordinaire. 
Les synchronicités me guident continuellement et me soutiennent sur le chemin qui devient merveilleux. Le but des synchronicités est de nous aider à faire confiance, à savoir que nous sommes guidé par notre être divin, l'aspect qui est omniscient, omnipotent et omniprésent. 
Cette confiance est nécessaire dans le processus de cocréation consciente puisque c'est lorsqu'on abandonne les attentes qu'on reçoit ce qu'on a demandé. On sait sans aucun doute que le fait de s'aimer véritablement rayonne la vibration qui attire en conséquences.

Sachant cela, tout devient possible tant que c'est en accord avec la loi de l'Amour. 
Je sais sans aucun doute que tout est parfait que je n’ai qu’à faire confiance au divin intérieur, à l’amour lumière que je suis, pour voir ce qui est avec les yeux de l’amour.

Les quelques croyances limitantes que je porte encore en moi sont reconnues et je n’ai plus qu’à les amener au cœur chaque fois qu’elles se manifestent, pour qu’elles soient équilibrées, désactivées, ne viennent plus saboter mes intentions.

La peur et la culpabilité, toutes les énergies dites négatives ne sont pas mauvaises ou inutiles, elles ont juste besoin d’être harmonisées à l’amour lumière pour révéler leurs dons, leurs potentiels. 
Ce sont des énergies qui lorsqu’elles s’équilibrent viennent nourrir l’être, l’harmonie, l’unité intérieure et la créativité. 

C’est notre façon de les juger, de séparer, de diviser, de vouloir les rejeter qui leur donnent une couleur, un aspect monstrueux.

La seule chose que je demande au divin en moi, c’est de ramener l’harmonie intérieure parce qu’il est clair que le mental ne peut pas le faire s’il fonctionne en mode duel. 
Et ce système de comparaison qui est absorbé dans l’amour lumière, équilibré, libéré du jugement arbitraire, devient un partenaire, une faculté de discerner ce qui est juste pour soi-même. 
Même le système de survie, une fois qu’il est accepté, absorbé dans l’amour, retrouve sa fonction initiale et devient une forme d’intelligence innée. 

Enfin disons plutôt qu’il se révèle sous ses aspects lumineux, serviteur du vivant, de la vie en soi, source d'intuition et d'élan spontané. 
On comprend qu’il est au service de l’amour, de la croissance, qu’il maintient la vie en nous par la respiration, tous les systèmes intérieurs vitaux. 

On comprend et on accepte que notre compréhension a été faussée, que nous pouvons en toute confiance nous laisser guider par notre être qui va nous réapprendre à vivre depuis l'espace serein du cœur.

C’est toujours le jugement, le regard négatif qu’on porte sur soi-même qui nous empêche de voir la perfection de ce que nous sommes.
C’est pour cette raison que lorsqu’on se regarde avec les yeux du cœur, notre conscience s’élargit, on comprend la valeur de l’amour qui devient alors universel, inconditionnel et surtout pleinement Vivant en soi, rayonnant! 


Si vous souhaitez partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteure et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » ou http://lydiouze.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.