lundi 21 décembre 2015

« 5 clés pour apaiser le corps et l'esprit en ouvrant son cœur » Jonathan Rigottier





Vivre avec le cœur ouvert augmente sa vitalité, son équilibre émotionnel et sa capacité à vivre avec fluidité. 
Quand notre cœur est ouvert, nous sommes au contact de nos besoins et de nos désirs en étant en plus de meilleurs communicants.

Le cœur est fermé quand certaines blessures sont encore bloquées dans notre corps et dans notre tête. Que cette idée résonne avec vous ou non, je suis sûr que de façon très simple, vous pouvez ressentir les effets négatifs de l’inquiétude et des pensées qui vous hantent tout au long de la journée. 

Ces pensées sont comme des barrières émotionnelles épuisantes à vivre et revivre encore et encore. Bien sûr, nous n’expérimentons pas en permanence de grosses difficultés et nous pouvons apprendre à vivre avec. Mais aussi longtemps que le cœur et l’esprit ne peuvent s’en détacher totalement, nous restons bloqués et il est difficile d’ouvrir pleinement son cœur.
La question est donc : comment commencer à apaiser ses blessures passées ?


Voici 5 façons par lesquelles chacun peut commencer pour ouvrir et apaiser son cœur et ainsi alimenter un corps et un esprit sain. Cela commence par :

1. Respirez consciencieusement dans votre cœur
Passez quelques instants une fois par jour pour respirer en ressentant chaque inspiration et chaque expiration. Ne vous focalisez pas seulement sur le mouvement de l’air, mais dirigez votre attention directement sur votre cœur comme si toute votre énergie se reposait là-bas puis écoutez. C’est une chose formidable pour démarrer votre journée et créer un espace d’ouverture pour tout ce qui se présentera.

2. Ressentez plus de compassion que ce que vous êtes habitués
Je ne parle pas seulement de compassion pour toutes les personnes autour de vous mais aussi envers vous-même. 
Beaucoup d’entre nous ne le réalisent pas, mais la compassion est aussi l’acceptation inconditionnelle de soi et la création d’un espace bienveillant pour accueillir vos émotions et toutes vos pensées.
Avec cette habitude, nous voyons plus facilement les histoires qui se déroulent dans notre tête et combien elles sont basées sur des peurs et des blessures passées. 
A partir de là, nous pouvons nous autoriser à les vivre d’une façon différente et avec un cœur plus ouvert.

3. Rappelez-vous que la gratitude n’est pas un cliché
En devenant plus présent et plus engagé à lâcher-prise avec les blessures du passé, vous commencez à ressentir de la gratitude d’une façon plus profonde. 
La gratitude a le pouvoir de transformer notre énergie.
Parfois, il se peut que cela soit une corvée de ressentir de la gratitude. 
Mais en faisant le simple effort conscient de voir notre vie sous l’angle de ce qui fonctionne, nous allons être à la fois plus heureux et la gratitude viendra plus naturellement.

4. Soyez plus souvent détachés de vous-même
Quand nous sommes détachés de notre mental et de notre ego, il y a quelque chose de nouveau que l’on peut faire : donner. Que ce soit votre temps, un sourire, ou juste donner quelque chose, c’est une excellente façon de connecter son cœur avec celui des autres.

5. Connectez-vous plus profondément aux autres
Créez l’intention d’approfondir votre relation avec les gens que vous aimez. 
C’est extrêmement simple et en même temps très puissant pour oublier et mettre de côté les histoires du passé qui peuvent encore ressurgir dans votre tête.

Vivre en ouvrant son cœur crée plus d’énergie, plus de vitalité et plus d’inspiration dans notre vie au quotidien. 
Cela vous permet d’être authentiquement vous-même et par la même occasion à expérimenter plus de joie, d’amour et de paix.

« Le cœur est toujours ouvert. C’est la tête qui l’ouvre et le ferme selon les circonstances. »
Merci Karine pour ce partage ;-) 
 



C'est encore une belle synchronicité qui me redonne envie d'inviter une voisine avec qui j'ai pas mal d'affinités malgré la différence d'âge, à boire le thé par exemple. 
Je ressens de plus en plus le besoin de sortir mais c'est vrai que les occasions de rencontrer des gens sont plutôt limitées quand on est célibataire et les cafés ne m'attirent pas des masses. Remarque c'est encore des croyances basées sur la peur et le manque de confiance en soi qu'il va falloir regarder de plus près.
En me laissant guider par le désir ou tout simplement en allant en forêt, ou même à la plage, c'est déjà un premier pas pour aller vers l'autre. 

Le célibat est une bonne chose pour la guérison des blessures mais le risque de s'enfermer est aussi présent. C'est vrai que l'échange est important et pas seulement sur le Net.
Mon enfant intérieur m'y pousse et des pensées émotions de tristesse émergent en cette période de fêtes où ma sœur est en compagnie de ma mère. 
Mais déjà, je ne m'en cache pas, je n'essaie pas de me raisonner, j'écoute les pensées de l'enfant, laisse sortir les émotions et confie tout cela à la source. C'est mieux qu'avant où j'avais tendance à nier ou à rejeter ce genre de pensées.
J'ai d’ailleurs parlé à cet enfant tout à l'heure quand des pensées émotions surgissaient, en lui disant qu'il m'était précieux, que sa présence était indispensable à ma complétude, mon bien-être, ma joie et ma créativité.  

La gratitude est effectivement une bonne façon d'élever son taux vibratoire, de changer de point de vue et quand on est en son cœur, on voit l'aspect positif des choses et on s'étonne d'en trouver plein. 
Reconnaitre les qualités de l'enfant en soi, est une forme de gratitude, une façon d'éveiller les énergies de l'enthousiasme, de l'émerveillement...
En attendant, je vais m'accorder un moment de détente, de rêverie, devant un dessin animé qui réjouit l'enfant intérieur et l'adulte, lol.  


Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.