vendredi 13 novembre 2015

« Les sauts quantiques » Miriadan via Magali & « Le Petit Prince » livre audio (Antoine de Saint-Exupéry)





Pendant votre évolution, vous entendez parler des sauts quantiques sans véritablement saisir l'essence de cet événement intérieur, personnel.
 
Le terme " saut quantique " vous paraît scientifique, très éloigné de votre vie quotidienne. Pourtant, vous explorez les possibilités de votre conscience chaque jour selon ce système d'évolution que vous connaissez sous d'autres noms.
 
Si je vous dis : " Eurêka ! ". Si je vous ramène à un moment de votre vie où vous avez soudain ressenti une illumination, une compréhension explosive, vous comprendrez alors le " saut quantique ". 
Car il s'agit tout simplement de l'éclosion en vous d'une vérité qui est d'une évidence criante, d'une justesse incomparable.


Lorsque vous vivez cet instant, le temps s'arrête. 
Seul demeure votre conscience et cette Vérité qui prend place dans tout votre corps. 
Et la Joie, la Paix qui accompagnent cette ouverture. Vous venez de passer une porte. 
Sans retour. Sans regret. Avec plénitude.
 
Le saut quantique est vécu au niveau cellulaire comme une explosion supra-atomique, un mouvement intra-nucléaire. 
Vous libérez une quantité d'énergie qui redéfinit instantanément votre vie, votre positionnement. Vous accueillez en vous à chaque fois l'Esprit Saint. A votre niveau. 

Progressivement. Car si l'Esprit Saint venait à vous entier, vous vous désintégreriez sous les vibrations éternelles de l'Amour.
 
C'est pourquoi le saut quantique est un cadeau d'Amour de l'Un pour Vous. 
Pour que vous approchiez de votre Essence avec douceur, avec tendresse, graduellement. Et surement

Et c'est ce à quoi vous vous préparez depuis votre incarnation. Vous avez choisi de plonger dans l'océan quantique de votre Essence, de caresser votre multi-dimensionnalité. De vous retourner vers Vous.





Ce message élargit la compréhension mais tant qu’on ne le vit pas en soi, on ne l’aura pas intégré et il se peut qu’on le rejette en s’attachant à la lettre, en buttant sur des phrases qui choquent nos croyances.

Le saut quantique, comme l’explique ce texte, c’est une vibration ressentie dans tous les corps à l’unisson et pas simplement une compréhension mentale.

C’est une sensation qui ne laisse aucun doute, comme si le mental était scotché, incapable de réagir, de commenter. Après, il va essayer de comprendre et trouver un sens, savoir d’où vient cette révélation et c’est là que ça se corse parce qu’il n’a pas la clef.

L’intuition, la capacité à savoir sans avoir raisonné est un attribut du cœur et le mental va tenter de donner un sens à cela. Parfois, il y arrive mais si on regarde de plus près, en profondeur, on va se rendre compte qu’il s’est juste rassuré.
Il se sent en sécurité quand il donne un sens à ce qui est.

La vie par elle-même est si vaste, notre être si complexe que vouloir comprendre certaines choses est un casse tête, une souffrance même parce que l’énergie sous-tendue derrière la volonté de comprendre, c’est la peur.

C’est une bonne chose dans le sens où ça nous motive à chercher mais ça peut aussi devenir une souffrance quand on ne peut pas comprendre, quand on se sent dépassé.

Cultiver la connexion à soi, la confiance en notre être intérieur, en ce que nous sommes en vérité et se placer en mode réceptif permet de mieux connaitre la façon dont l’âme et la conscience communiquent avec nous

Puis surtout de s’ouvrir à une compréhension plus profonde
On va se rendre compte que chaque chose nous parle, que la vie et les autres peuvent nous enseigner, par effet miroir, ou en étant juste eux-même, en poursuivant leur rêve, en écoutant leur cœur, comme le dit Deepak Chopra dans la méditation d’aujourd’hui, dont le thème est « embrasser le sage intérieur ».

Nous avons beaucoup  d’à priori concernant la sagesse, les enseignants et les modes d’apprentissage, mais plus on s’ouvre, plus on élargit son cœur et sa conscience, mieux on connait les lois d’attraction, le pouvoir de projection, le fait que nous sommes tous des êtres rayonnant issus de la source et porteurs de lumière et plus nous comprenons que tout est un jeu de miroir où chacun enseigne l’autre.

C’est difficile pour quelqu’un qui a étudié pendant de années, dans les plus grandes écoles d'admettre qu’un "simple d’esprit" puisse lui enseigner quelque chose mais c’est pourtant la vérité. 
Ça me fait penser au vieil homme qui plantait des arbres
Voilà un homme connecté au vivant, à son rêve, agissant silencieusement en ce sens, qui donne une belle leçon de vie à un érudit. 
Le vieux sage n’a pas prononcé de discours éloquent, ni même expliqué la raison de son geste, il s’est contenté d’être et de poursuivre son rêve avec foi et patience

L’auteur aurait pu passer à côté de l’enseignement si sa curiosité n’avait pas été piquée par le silence et l’assurance du vieil homme et s’il l’avait regard de haut. Il aurait pu se dire qu’il était fou, tourmenté par la solitude mais il a su capter l’essence de l’être du vieil homme qui a quant à lui éveillé la sagesse en l’auteur.

Parfois, nous pensons en savoir tellement, qu’on regard les autres avec un peu de mépris en se disant qu’ils n’ont rien compris, qu’ils sont simplets, ignorants, sous prétexte qu’ils ne s’intéressent pas à ce qui se passe dans le monde, n’ont pas d’accès Internet, de page face de bouc…
C’était déjà le cas dans mon enfance et ça l’a toujours été, on considérait les paysans comme des ploucs, les gens des campagnes, les provinciaux, comme se plaisent à les appeler les parisiens qui se considèrent comme l’élite, ou encore plus loin, on a les gens d’église qui voyaient les femmes comme des bigotes stupides qu’on pouvait manipuler facilement. 
De tout temps on a confondu sagesse avec érudition.

Je me souviens de la fois où j’ai failli mourir d’une crise hépatique aiguë. C’est le fait de voir ma chienne, qui était comme une mère pour moi à l’époque, jouer avec mon frère, qui m’a redonné le goût de vivre. 
Elle m’a rappelé le sens de la vie, la joie d’être tout simplement
Cette image a eu un fort impact sur moi au point que j’ai pu me nourrir à nouveau et retrouve le désir d’être, d’avoir de la joie. 
Et pourtant elle n’a pas prononcé un mot mais l’énergie de vie m’a traversée et m’a ramenée sur la fréquence du désir, de la joie ! 
Puis, même si c’est un peu la jalousie de voir mon frère jouer avec « ma » chienne, qui a déclenché l'étincelle, c’est ce qui m’a permis de me reconnecter à la vie en moi. 
Si j’avais culpabilisé pour ça, je serais retombée dans des vibrations basses et ne serait pas ici pour ne parler.

Très souvent les à priori viennent du jugement et si on regarde quelqu’un en le cataloguant, on passera à côté de ce qu’il peut nous enseigner, simplement en étant lui-même, en révélant un aspect de nous même que nous ignorions.  

Nous avons tous à lâcher l’orgueil pour entrer en contact avec notre propre sagesse parce que nos sociétés dites modernes ont favorisé l’intellect, la ruse, la tromperie. On a même crée un test qui mesure le quotient intellectuel !

L’humilité tout comme la gratitude ont la faculté de nous rapprocher de notre être intérieur, de modifier notre vision des autres et de la vie, de nous apprendre à écouter vraiment et à voir l’essentiel qui dépasse notre entendement mais qui est perceptible par le ressenti du cœur.  
Nous avons aussi beaucoup de préjugés concernant cet organe que la science moderne découvre peu à peu. 
Elle vérifié ce que les poètes, les gens hypersensibles savent depuis toujours, « le cœur a ses raisons que la raison ignore » ou encore, « l’essentiel est invisible à nos yeux ». 

J’écoutais le petit prince de Saint Exupéry dit par Gérard Philippe, il y a quelques jours et je me suis laissée bercée par la sagesse du petit prince. En voici le livre audio. 
"Le Petit Prince" livre audio (Antoine de Saint-Exupéry) - Gérard Philippe





On dit souvent que "la vérité sort de la bouche des enfants" et c’est à mon avis, parce qu’ils ont le cœur pur, parce que leur spontanéité, leur innocence, leur capacité à vivre pleinement dans le présent, leur donne accès aux vérités profondes de l'être. 
Ils ne cherchent pas du tout à enseigner mais sont si authentiques et sincères, qu’ils touchent les adultes dans leur for intérieur. 
Ils savent éveiller l’enfant qui vit en chacun et pour cette raison ceux qui sont parents sont bénis par leur présence pour peu qu’ils se libèrent du rôle, du personnage qui plie sous le poids de la responsabilité, la peur de mal faire, la peur de ne pas avoir suffisamment d’autorité…

Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.