jeudi 12 novembre 2015

« Faire taire nos dialogues internes » Agnieszka Rouyer





Les dialogues internes, souvent indésirables, deviennent facilement une source de stress et de manque de motivation. 
Il existe des exercices qui nous permettent de changer notre état émotionnel en quelques secondes.
La voix qui ne nous lâche pas, cette fripouille interne, est quelque chose dont tu peux te libérer aisément. 
Nous avons le pouvoir de transformer ce critique grincheux en serviteur réconfortant et rempli de force 

Je vais explorer quelques pistes simples et efficaces afin de changer les larmes en rires, la tristesse en joie et « j’ai envie de rien » en un état de motivation sauvage !

Chez ceux qui n’ont aucune maitrise de leurs dialogues internes, cette voix est devenue un commentateur infatigable de tout ce qui se passe autour d’eux. 
Il commente littéralement tout : les gens qu’ils rencontrent (leur apparence, leur comportement, les mots qu’ils prononcent), les situations dans lesquelles ils se trouvent. Il commente aussi leurs idées (ou leur absence d’idée), toutes leurs actions (ou leur inaction) et exprime également des opinions à leur sujet.

Et toi, as-tu une petite voix qui te parle en permanence et commente toutes tes démarches ? T’arrive-t-il de t’identifier à cette voix ? Penses-tu que cette petite voix est toi ?


En réalité nous ne sommes pas nos dialogues internes
Ils sont le fruit de notre imagination, formés dans le processus d'évolution et accompagnent l’homme depuis le moment où il a appris à utiliser le langage.

Quel est le contenu de tes dialogues internes ? 
Certains matins, te dis-tu avec une voix décourageante : « Zut… au boulot… » ? Ou bien, te dis-tu : « Wouw ! Une nouvelle, merveilleuse journée m'attend ! » ? 

Tout irait bien si ce n’était le fait que la plupart des gens ne réalisent même pas qu’ils se parlent à eux-mêmes tout le temps ! Le résultat est qu'ils n’ont aucune maîtrise de leur critique intérieur. Et il a un impact clé sur notre état d’être
Le contenu de ce qu'il « nous raconte », ainsi que l'intonation de cette voix intérieure, est capable, en quelques instants, de modifier notre état émotionnel.

Lorsque tu relèves un nouveau défi, entends-tu : « de toute façon, je ne réussirai jamais, ça n’a pas de sens, etc… » ? Ou bien : « ça va être du gâteau, je suis impatient ! » ?

Ce sont nos dialogues internes qui définissent la qualité de vie que nous menons.  

Ce ruminement définit si nous vivons dans la joie ou si nous sommes en colère ou tristes. Nous avons l’immense pouvoir de changer la façon dont nous vivons rien qu’en changeant ce que nous nous racontons et la façon dont nous nous le racontons.

Avant de changer nos dialogues internes, il est préférable d’écouter ce qui se passe dans notre tête.
Être conscient des processus mentaux de la pensée est la première étape à travailler sur soi. 
Pour le faire, je t’invite à fermer les yeux et à t’imaginer dans différentes situations de la vie. Choisis-en quelques-unes, les plus importantes pour toi, par exemple : un premier entretien pour un job, un premier rencard, le premier jour du travail, un nouveau défi, penser aux projets de vie, étudier pour un examen, etc. 
Imagine-toi très précisément dans ces situations et écoute de ce que tu te racontes à ces moments-là. 
Quels mots exactement tu utilises en pensant à ce que tu fais dans ces contextes ? 
De quelle manière ta voix intérieure te parle ? 
Quelle intonation elle emploie ? 
Quelles émotions tu ressens pendant ce « dialogue » ?

Une fois que tu connais la façon dont communique avec toi ton critique intérieur, tu peux commencer à jouer en changeant sa façon de te parler. 
A chaque fois que tu modifies quelque chose, observe comment cela affecte ton état émotionnel.  
Même un changement insignifiant dans le dialogue interne peut affecter fortement ton état d’être. Les effets sont très surprenants.

Ci-dessous tu trouveras 7 pistes à explorer afin de maîtriser les dialogues internes et le ruminement indésirable. 
Pour chaque piste, choisis un contexte différent dans lequel tu te racontes des histoires. 
Je t’invite à traiter le maximum de tes dialogues internes de cette manière, et tu remarqueras très vite que tes émotions changent radicalement.

1. Pour commencer, réfléchis aux raisons de l’existence de cette voix intérieure. 
Autrement dit, découvre son intention. Je t’invite à lui demander « que veux-tu atteindre en ruminant et en critiquant tout ? » 
Tu recevras rapidement la réponse, et souvent tu te rendras compte que l’intention de ton dialogue intérieur est effectivement positive
Parfois ce sera une sorte d’assurance de sécurité, parfois de chercher à éviter un échec, ou bien te procurer de la motivation à agir, etc. 
Une fois que tu sais quel était son but, tu peux la remercier, et elle va lâcher prise.  

Le fait d’avoir conscience que ces dialogues internes ont une intention positive, te permettra d’obtenir la même chose mais d’une autre manière que par le ruminement.

2. Quand tu identifies une phrase bien spécifique, répétée en boucle, par ton critique intérieur, qui te noie dans des émotions négatives, par exemple : « tu n’arriveras jamais à rien », « je ne mérite pas le bonheur » ; je t’invite à faire la chose suivante –  
Dire dans ta tête la même phrase, sauf, qu'entre les mots fais une pause de 2 secondes. 
Prononce chaque  mot de la phrase normalement, mais entre chaque mot, mets 2 secondes de silence. 
Observe comment cela change les émotions associées à ce dialogue. 
Cette manière de dire les choses brise la référence ce qui entraine la perte de la charge émotionnelle. 
Puis, je t’invite à aller un peu plus loin et prononçant la même phrase, mais avec une pause de 4 secondes entre chaque mot. Comment te sens-tu?

3. Je t’invite à changer l'intonation de la voix, le débit, la sonorité, ou d’autres paramètres de ton dialogue interne. 
Vérifie comment fonctionne sur toi un murmure, un fredonnement, un rythme accéléré des mots ou une intonation « fatiguée ». 
Si tu désires te libérer des émotions négatives, vérifie ce qui se passe lorsque tu réduis l'intensité du dialogue. 
Si ton objectif est de renforcer les émotions positives, je t’invite de faire le contraire. 
Teste différentes variantes et, en gardant les yeux fermés, observe tes émotions. 
Tu as la possibilité de changer complètement le dialogue en lui attribuant, par exemple, la voix de Mickey Mouse ou d’Arnold Schwarzenegger.  
Joue avec le processus et quand tu trouveras la combinaison la plus efficace des variantes qui fonctionnent pour toi, garde-les en mémoire. Tu peux les utiliser aussi souvent que possible.

4. Ce point 4 peut paraitre un peu vulgaire, mais crois-moi, ça fonctionne à merveille. 
Que ne ferait-on pas pour connaître la sérénité et le bien-être, n’est-ce pas ? 
Richard Bandler, le créateur de la PNL, a dit un jour qu’il a un mantra spécial qu’il utilise chaque fois que les dialogues internes commencent à l’embêter. 
Ce mantra donne quelque chose comme ça : « la ferme, punaise ! » et il doit être répété plusieurs fois dans notre esprit, jusqu'à parvenir à un sentiment de profond soulagement, jusqu’au silence total dans la tête.

5. Lorsque nous pensons à nos buts, nous pouvons mettre une musique qui nous motive. Ça peut être une chanson pleine d’énergie, qui animera immédiatement en nous un sentiment de motivation illimitée. Nous pouvons trouver ce genre de musique dans les films de guerre, par exemple. En planifiant nos objectifs en écoutant ce genre de musique, nos dialogues internes changent définitivement.

6. Dans les embêtants ruminements négatifs mets l’accent sur la dernière partie de la phrase afin qu’elle sonne comme une question.  
Cette intonation définit l’expression comme discutable, remplie de doutes, et elle perd sa transmission émotionnelle négative. 
Par contre, dans les dialogues positifs, je t’invite baisser l’intonation de la voix à la fin de la phrase afin qu’elle sonne comme un ordre. A ce moment la transmission émotionnelle est plus forte et tu te sens encore mieux:)

7. Pratiquer l’externalisation des dialogues internes. 
Autrement dit, commence à dire à voix haute tout ce que tu penses, tout ce qui te passe par la tête. 
Il s’agit, tout simplement, de penser à haute voix. 
Cet exercice permet de prendre conscience de nos dialogues internes. Et nous pouvons être très surpris par le contenu de ce que nous entendrons ;-). 
En soi, cela sera une belle expérience, parce que nous nous rendrons compte du chaos qui gouverne notre esprit. 
Nous pouvons le faire dans tout contexte, même dans la rue ou en voiture, dans un supermarché, ou le faire seulement en absence des autres personnes. 
Une autre variante de cet exercice : tout écrire sur une feuille de papier au lieu de parler à haute voix.
Je t’invite à expérimenter et vérifier ce qui marche le mieux pour toi.  
Découvre comment, et avec quelle facilité tu as le pouvoir de changer tes émotions. 
Laisse-toi te découvrir en te donnant plus de liberté, de légèreté, et de joie à chaque instant de ta vie !
Bon amusement avec tes dialogues internes 
Agnieszka Rouyer
http://www.potentiel-infini.be
 




J’ai commencé à écrire ce que cet article m’inspirait et il s’est passé quelque chose qui m’a ouvert le cœur et l’esprit. Du coup, vue la longueur du texte, j’en ai fait un nouvel article que vous pouvez lire ici. Parce que bien que le fait de devenir conscient des processus du mental est important, ça n’est pas suffisant, ça n'est pas lui qui "agit", guérit

Le risque de croire qu’on gagne en amour de soi par des raisonnements, par la compréhension qui crée des prises de conscience mais n’est pas ce qui amène l’amour en soi à s’épanouir, peut nous induire en erreur et surtout bloquer le flux d'amour. 
C’est le fait d’accepter ce qui nous traverse, de l’offrir à la source en soi, à l’amour divin qui change la vibration et pas nos "actions" ou raisonnements. 

Le fait de calmer le mental est juste un premier pas qui nous permet de comprendre que nous ne sommes pas nos pensées bien que nous puissions trouver une forme de confort dans le processus mental de compréhension ça peut aussi nous éloigner de notre cœur, de la véritable source de la paix qui vient du lâcher prise

L’ego peut nous faire croire que le pouvoir est entre ses mains, dans la capacité à comprendre les choses mais c’est faux ! 
Seule l’énergie de la source, du cœur a le pouvoir de guérir, dans le fait d’accepter de lui faire confiance mentalement et de le laisser circuler en soi.
 

Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacune.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.