dimanche 4 octobre 2015

« Agir à partir de soi-même, loyalement, en toute sincérité »





1 octobre ; Ce matin, ça n’est pas la super forme. J’ai eu du mal à m’endormir et me suis réveillée tard enfin à 8 heures passées. Le chat a dormi avec moi mais il m’a agacé à me réveiller en plein sommeil. J’ai encore du mal avec ça mais je ne culpabilise plus d’avoir des réactions un peu agressives. Dans mon rêve, je revenais sur des événements, pensées, de la veille, que j’échangeais avec je ne sais qui. 
Je suppose que c’est un ajustement des croyances passées, une réécriture, un alignement à mes valeurs actuelles. 
Elles varient au fil du temps, des expériences et prises de conscience mais le fond reste toujours le même, la nécessité de trouver le juste milieu, la paix et l’harmonie

Je lâche les croyances, l’attachement à l’ego pour me rapprocher de ma vraie nature, de l’être multidimensionnel, conscient de n’être pas seulement un corps physique. 
Et en même temps consciente de la valeur de ce dernier
Le soleil est enfin de retour mais comme le ciel est déjà bariolé ça risque d’amener soit du vent violent, soit des nuages plombés de produits chimiques. 
J’ai fait mon tour dans la nature et l’air est déjà vicié, amer. La température a brusquement chuté et l’humidité qui s’installe dans la maison a cause de la pluie m’a plombé le moral. 
Alors j’aère, profite des doux rayons du soleil d’automne pour qu’ils absorbent l’humidité. Je vais commencer à m’occuper sérieusement du poêle que je n’ai pas voulu allumer hier. Il fait encore doux et si la pluie avait continué, j’aurais allumé.


Ce que je viens d'écrire est très banal, ça parle du quotidien mais ça relate aussi ma façon de gérer ce que je suis, les énergies, la liberté que je m'accorde, le confort que je m'autorise à ressentir, en bref, comment je gère mes corps. Il y a encore de la privation qui témoigne des croyances comme la nécessité de souffrir pour progresser, chose totalement folle mais relativement logique vu que c'est le credo de ce monde. Alors pour m'en détacher, il me faut revenir au centre de mon être, à mes propres valeurs, à ce que Je Veux.

Bon, je vais au jardin photographier les cosmos qui sont enfin sortis ! Cette année, ils sont montés en tige pendant trois mois, sans donner une seule fleur ! Je dois aussi aller en course mais je ne suis pas motivée…
Sans nier la réalité de l’écocide, génocide des épandages aériens, je choisi de focaliser mon attention sur ce que je veux vivre. Je ne vais pas me laisser envahir par l’ambiance morbide et pour ce faire, j’offre à la source, les pensées émotions ‘négatives’ afin qu’elle les équilibre.

Un petit café pour atterrir et direction jardin ! Je me suis pourtant connectée à la terre mais je n’arrive pas bien à m’ancrer. Les activités au jardin comme arracher des carottes pour ce midi, mettre les mains dans la terre, et contempler, photographier les fleurs devraient m’aider à être plus présente. 
La rivière a grossi et elle gronde. Le bruit témoigne de la force du courant. C'est le reflet des énergies de la nature qui se manifestent dans leur toute puissance et en même temps comme je suis constituée de ces mêmes éléments, ça me montre le parallèle entre ce que je vis et ce qu'elle vit.
Il faut que je ramène du thym du jardin aussi parce que la consommation excessive de thé hier soir a certainement joué dans ma difficulté à trouver le sommeil. Jusque là,  je n’avais pas fait le rapprochement puisque je m’endormais facilement. 
Je ne me fie pas à ce que disent les autres en matière d’alimentation même de médecine puisque tout est faussé et chacun est unique mais il y a des généralités concernant les vertus des plantes qui même si elle n’impacte pas de la même façon les individus, sont indéniables. Tout comme l’anatomie du corps humain peut varier dans la forme, la taille selon la personne mais pas dans les fonctions, les systèmes. 

Et c’est la même chose à tous les niveaux, les croyances spécifiques d’une personne sont communes à l’ensemble. Les sentiments, préférences et choix sont différents mais bien qu’il y ait autant de chemins que d’être qui mènent au "bonheur", la voie d’excellence qui satisfasse tout le monde, tient compte de l’individu et de l’ensemble, l’amour, le respect.

Vu l’heure, je vais devoir revoir mes priorités. Soit je vais en ville auquel cas je dois aller mettre de l’essence puisque j’ai rendez vous demain dans le bled d’à côté, soit je reporte à samedi jour de marché et vais sur la réserve au rencard. Rien que la phrase me fait marrer ! Bon, il serait bon de se faire le rituel quotidien à nouveau !

« Je me connecte au cœur de la terre mère pour sentir l’énergie de vie, du désir, de l’action, et au soleil, au ciel, pour qu’il favorise la montée de l’énergie de la terre et l’harmonise à la sienne ».
« J’appelle mes corps à s’unir, à être solidaire afin de canaliser les énergies cosmo-telluriques et les rayonner dans l’équilibre et l’harmonie ».
« Je me centre en mon cœur et j’appelle mon âme à me guider en tout temps sur la voie du juste milieu ».   

Les mots donnent la direction au mental, porte l’énergie de l’intention et le lâcher prise est "proclamé" dans l’appel au divin, à la source père mère, au ciel et à la terre. C’est simpliste mais plus c’est spontané, ressenti et plus c’est efficace.
Maintenant, il s’agit d’agir dans l’élan, sans le briser par des questionnements et d’être attentif aux mouvements intérieurs afin de maintenir la paix. Puis de faire le premier pas pour que tout se mette en mouvement dans la direction voulue.

J’ai commencé le dessin mais je n’ai pas encore ajouté les couleurs. Pour le moment ce ne sont que des cercles qui s’emboitent et s’étendent. Plus symbolique qu’esthétique, ça m’aide à poser l’intention, à l’amener dans ma matière.
Quand j’étais enfant, je m’ennuyais en classe et je gribouillais souvent. Les mêmes sujets revenaient, un œil, un profil de femme, des lèvres mais je ne faisais jamais un corps entier, de la tête au pied. C’était la projection de ce qui m’importait tout comme celle du déséquilibre intérieur, de la focalisation soutenue sur le mental, la conscience, la parole, la vision, celle du troisième œil qui perçoit au-delà des apparences.
Bon, j’arrête de papoter, j’y vais, enfin déjà au jardin on verra pour le reste…

La priorité retrouver l’énergie, l’envie, le soleil, les courses attendront. J’ai de quoi me nourrir au jardin, le truc, c’est de retrouver l’appétit en berne depuis hier soir.

Et bien ça m’a remis les idées en place et la faim se manifeste enfin. J’ai toujours du mal à accepter de voir les fleurs dépérirent, s’étioler, l’été qui fait place à l’autonome. D’autant plus que cette année le passage a été brutal et le fait que tout soit dénaturé rajoute de la colère à la mélancolie. Ça me renvoie au fait de vieillir, de changer, à l’impermanence des choses et au caractère contradictoire de l’humain jamais satisfait de ce qu’il a. 
Mais c’est aussi cette insatisfaction qui impulse le désir et le mouvement. La raison principale de ce mal être, c’est aussi la lumière qui perd en intensité et me renvoie à la nécessité de puiser les ressources en moi. D’un côté, la peur de ne pas assumer et de l’autre l’envie d’être autonome.
Et c’est reparti à cogiter…et alors ?...

Ce qui est difficile en ce moment, c’est la transition entre deux mondes. Le processus est naturel et il suffit de s’y abandonner, de lâcher la tendance à intellectualiser ce qui est à vivre tout simplement. 

Cosmos


Ça y est, le ciel est à nouveau plombé ! Finalement je reviens toujours à me dire que ce qui est à intégrer sur cette terre c’est la persévérance qui permet de continuer de rester motivé, de s’habituer à lâcher prise sur tout ce qui dérange. Les bruits extérieurs qui avant me faisaient sursauter ne me dérangent plus, je ne les entends plus. 
Ils n’ont pas disparu mais je me suis habituée à ne plus réagir. 
C’est la même chose pour tout ; arriver à se construire sa vie en focalisant sur ses besoins en apprenant à les reconnaitre dans le contraste, par tâtonnement.

J’ai jeté un œil sur les infos et la première chose qui m’est apparue nettement c’est que le journalisme est devenu un colportage de ragots où on dénonce les fautes et faiblesses des autres, des gens de pouvoir, des célébrités. 
Mais dans tout cela il y a quelque chose de positif ; les révélations des scandales montrent que la lumière touche tout le monde. Les stars qui confient leur intimité cassent de vieux mythes comme celui de l’humain parfait, des modèles à envier et à poursuivre. 

On voit que nous sommes tous égaux dans notre intimité, que nous avons les mêmes choses à transcender, à comprendre, les mêmes faiblesses à accepter, les mêmes difficultés à dire ce que l’on pense. 
La période de transition en est à la phase de révélation qui entraine la déconstruction des anciens comportements. Pour faire place à quelque chose de nouveau il faut commencer par réviser ses croyances puis le comportement change en conséquence. 
Nous avons tout à réinventer ! Agir à partir de soi-même, loyalement, en toute sincérité

On ne peut fonder un monde juste tant qu’il reste des inégalités et le mensonge est la première chose à « abattre ». Ça demande de dire la vérité à propos de tout ce qui a été falsifié mais c’est surtout en commençant au niveau individuel, en changeant soi-même qu’on changera les choses.   

Nous préparons notre personnalité à être capable de "pardonner les erreurs des autres" quelles qu’elles soient parce qu’en accueillant notre propre ombre qui révèle la lumière de l’être, on sera plus à même de sortir du cycle de l’accusation, du désir de vengeance que demande souvent la justice des hommes. 
On ne peut pas vraiment parler de justice quand on perpétue la violence, ni obtenir réparation en devenant soi-même meurtrier. 

Le système basé sur l’argent roi, la ruse et la tromperie doit s’écrouler parce qu’il nourrit toutes les illusions; Le pouvoir associé à la domination, le système patriarcal qui définit l’homme comme chef suprême en méprisant la femme, les plus faibles désignés selon leur inaptitude à être compétitif. 

Choisir l’amour ne veut pas dire d’imposer sa vision à l’autre, c’est accepter que l’autre soit différent et chercher à s’entendre à partir de nos points communs, nos ressemblances. 
Nous nous rejoignons soit dans nos peurs soit dans notre pouvoir d’aimer. 
Je me félicite de ne pas avoir d’enfant quand je vois l’état du monde. 
Mais d’un autre côté, les enfants viennent avec l’acquis des générations précédentes et surtout leur propre conscience qui se développant dans le contexte actuel et selon la loi d’évolution est en mesure de mieux faire.
Bon je vais faire une séance de relaxation et ensuite, je me colle au nettoyage du poêle.



J’ai écris cela il y a trois jours mais je ne l’ai pas publié un peu par autocensure parce qu’une fois de plus ça me gonflait de répéter les mêmes choses, d’enfoncer des portes ouvertes mais surtout parce que j’ai de plus en plus envie d’être dans la réalité, enfin présente aux choses du quotidien. Je passe encore beaucoup trop de temps sur l’ordi, l’écran est hypnotique et j’ai besoin d’être ancré par l’action pour trouver le juste milieu.
Au sujet du poêle, je l’ai enfin nettoyé, euh, juste la vitre ! 
Si je précise ça, c’est que ça montre qu’il y a encore rupture entre la pensée et l’action. Mais plutôt que de me le reprocher ce qui ne ferait qu’amplifier le « problème », je lâche prise et finalement en continuant d’accepter ce qui est, l’impulsion du désir finit par venir. 

Je ne peux plus faire les choses dans la lutte, la contrainte mais c’est aussi de cette façon que j’amplifie l’amour en moi, gagne en confiance, vis-à-vis de la guidance intérieure. 
Je suis sur cette terre pour manifester l’amour, la lumière et l’harmonie alors la compétition, la lutte envers soi, le rejet, le déni, l’action en force, ne sont pas du tout compatible avec ce que je veux vivre... 


Si vous trouvez un intérêt à partager ce texte, merci d’en respecter l’intégralité, l’auteur et la source ; Lydia, du blog : « Journal de bord d’un humain divin comme tout le monde » http://lydiouze.blogspot.fr  

2 commentaires:

  1. Vos fleurs sont magnifiques ,vivantes et très belles ,parfois je les envie et je les pleure quand elle s'endorme pour de longs mois ,mais en dépérissant ,elle absorbe cette énergie de beauté pour que l'année suivante soit encore plus extraordinaire et aussi plus forte .Les fleurs ne chantent pas mais nous communions notre Amour ,de l'énergie positive à outrance ,le mental s'extasie et s'apaise ,les plantes aiment notre musique quelle soit inaudible ou pas ,elles vibrent .Qu'en est-il des abeilles si ce n'est d'être en parfaite symbiose ,l'intelligence est pure énergie ,qui peut dire qu'une abeille ne rêve pas de fleurs et d'espaces printaniers ,qui peut dire ce qui sonne plus juste pour soi sinon soi.
    Vous êtes étincelante de vie et je vous en remercie car cela me donne un sourire apaisant et sincère comme toujours .Depuis quelques jours ,je regarde avec mon regard d'enfant les fourmis s'afférentes ,l'explosion de reines en quête de vie, suite aux dernières pluies et j'imagine quel sera leurs Joies et l'abstinence de tout mental existentiel dans leurs tâches immuables et si nécessaire.
    Bien à vous Cosmos Lydillique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette énergie douce et tendre.
      Je partage vos pensées concernant le vivant, le monde des merveilleux, inspirant des fleurs, des insectes fascinants, la conscience qui habite, s'exprime à travers toute vie, tout ce qui est...s'ouvrir à cela, s'est élargir sa propre conscience, son cœur...communier avec le "divin".
      Bizzzzzzzz,
      Lydia

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.