lundi 28 septembre 2015

« Trouver le divin dans le rien » Christian Bobin





Christian Bobin : Tout est une question d’air et de respiration. 
C’est l’encombrement qui nous rend malhabile, et qui nous fait parfois, suffoquer.
On a besoin de connaître des choses telles que l’ennui, le manque, l’absence, pour connaître la présence, la joie et l’attention pure.
On a besoin d’une chose pour aller vers une autre.

Par exemple, j’aime beaucoup les livres, mais j’ai remarqué que je trouvais les plus intéressants dans les toutes petites librairies perdues, qui n’en vendent que très peu ; comme si c’était là que certains livres m’attendaient depuis très longtemps.
Alors que je ne les aurais pas vus dans un grand étalage, parmi mille autres choses. 
Cette pensée va dans le sens exactement inverse de celui qui a créé Internet.

À la racine d’Internet, il y a le désir qu’on ait tout, tout de suite. Que surtout nul ne souffre plus d’un manque. Or, je pense que c’est une souffrance que d’avoir tout à sa disposition, sans intervalles. On devient soi-même comme une chose au milieu des choses. Alors qu’on a besoin que certaines vitres de la maison soient cassées. Et que le vent entre ! Besoin de certains défauts, de certains manques, de certaines brisures, pour pouvoir respirer.


N.C. : Qu’est-ce qui vous conduit vers la toute petite librairie où, justement, vous allez trouver le livre rare et important ? Le hasard ? La grâce ?

C.B. : Comment préciser sans trahir ? (parce qu’il faut que je reste dans ma langue, que je parle avec mes mots). 
Vous avez plusieurs façons de voir le soleil. 
La voie scientifique vous met entre les mains des documents extrêmement nombreux, de plus en plus précis, qu’il vous faudra plus qu’une vie pour lire.
Et puis, vous avez l’autre voie.
Vous regardez autour de vous, vous voyez un pissenlit, et là, vous savez ce qu’il en est du soleil. Parce que la structure est la même. Le pissenlit, à mon sens, est comme un petit frère égaré du soleil. Il aime tellement son grand frère, qu’il s’est mis à lui ressembler.
Dans l’infime, vous avez l’immense.
La contemplation vous donne ce que l’information ne vous donnera jamais.
La contemplation a besoin de s’appuyer sur du très peu, du très simple.
Elle est semblable à ce royaume dont parle le Christ, qui est tout entier contenu dans un grain de sénevé.

N.C. : Autre cohabitation des contraires, vous dites qu’il faut « écrire, pour réparer l’irréparable »…

C.B. : Oui, d’abord l’accepter l’irréparable. Le regarder. Le contempler en tant que tel. 
Ne pas chercher de consolations illusoires. Ne pas se précipiter pour venir en aide. 
Mais, d’abord, regarder, et si l’on est devant un mur, le voir
S’il est aussi haut que le ciel, le reconnaître. 
C’est quelque chose qui amène un profond changement intérieur.

Cette « acceptation » n’est pas une résignation, mais une vue.
C’est la vue qui guérit, la vision vraie. 
Pas l’illusion, même si parfois la vérité est que nous n’avons pas de solution. 
Mais le reconnaître, le formuler, change tout.

Comme si savoir que la porte est fermée, et l’accepter, vous la faisait traverser !
Or, la racine de la vue, c’est la contemplation.
Et la racine de la contemplation, c’est l’attention.

L’écriture évidemment a à voir avec ça. Les livres, je les aime depuis toujours.
Ce qui est beau, c’est que les livres sont bâtis à la hauteur des mains.
Un livre, c’est comme une porte qui ne serait pas plus grande qu’une main.
Et, de l’autre côté de cette porte, il y a les anges.
Voilà ce que sont les livres, en gros, je m’en suis aperçu très tôt.
Mais ce n’est pas le cas de tous les livres, loin de là !
Certains livres, qualifions-les de « vrais », viennent en secours au lecteur. 
Ils viennent vers lui et ont la vertu de l’écouter.
Pourquoi ? Il y a quelque chose dans une page qui est en train de me déchiffrer.
Je crois la lire, et c’est elle qui me lit !
Les « vrais » livres sont toujours des livres de médecine, au fond.
Ils sont guérisseurs. Parce que ce qui nous rend malade, ce sont souvent les mots. 
Soit que ces mots nous aient manqué. Soit qu’ils aient été d’une dureté insupportable. Mais ce que des mots ont fait, d’autres mots peuvent le défaire.
C’est le langage qui souffre en nous, et qui nous fait souffrir. 
Et la matière des livres est un langage qui est, ou devrait toujours être profondément réparateur.

N.C. : Quels livres jalonnent votre parcours ?

C.B. : Je peux citer quelques plus jamais. Ce sont des « livres expériences ». Apparemment, ce sont des récits qui captent le charme même de la vie, ce que la vie a d’imprévisible et de malicieux par rapport à nos projets, nos volontés.
Je crois que c’est Giacometti qui disait : « Le malheur, quand on cherche, c’est qu’on ne trouve que ce qu’on cherche. »

Dans les livres de Dhôtel, comme dans la vie, les gens cherchent quelque chose, et puis oublient à un moment ce qu’ils cherchent, et c’est là qu’ils trouvent des merveilles
Ce sont des livres de vagabonds, qui ont la consistance des nuages.
Leur forme change, au fur et à mesure des relectures
C’est ça, les livres vagabonds. Dhôtel dit : « Je n’aime pas rêver. J’aime que les rêves viennent vers moi ».

Grojean, c’est tout à fait autre chose. Mais finalement, il arrive au même point source.
Grojean, son grand amour, ce sont les Évangiles. L’un de ces maîtres-livres, c’est L’ironie christique, paru chez Gallimard, qui est un commentaire, pas à pas, de chaque verset de l’évangile de Saint-Jean, qu’il a traduit lui-même.
C’est époustouflant de vie, de vivacité, de malice, de songes.

Comme son camarade André Dhôtel, ses phrases bougent alors que le livre est fermé. 
Et, quand vous revenez, elles ne sont plus à la même place.
Peut-être que c’est ça, les vrais livres.
Ils poursuivent leur vie, indépendamment de vous. 
Et donc, quand vous les retrouvez, vous aussi, vous êtes neufs.

Parce qu’on est toujours en miroir, dans cette vie. 
On est, au fond, comme l’autre est, en face de nous

Ce sont des livres où la pensée a la fluidité des rivières, ou plus rare, de la lumière sur la rivière. C’est cette chose presque indicible, et toujours mouvante, que ces deux écrivains ont su capter dans leurs mots, dans leur intuition de la vie.

Il y a une veine taoïste dans les Évangiles, qui a été très bien saisie par Grojean.
Son Christ est comme désencrassé de toutes les Églises, de toutes les institutions.
Il est comme rendu à lui-même. Propre, comme un caillou, comme un sou neuf, un brin d’herbe. Et, il est à proprement parlé « inouï ». 
Quand on voit ce Christ-là, on comprend que l’on n’a pas encore commencé à vraiment réfléchir à la merveille de toute cette histoire. Si simple, et pourtant si mystérieuse.

Extrait de l’interview par Patrice van Eersel paru au magazine CLE

3 commentaires:

  1. Un livre , c'est le pouvoir de voyager et de se laisser transporter au grés des mots ,celà reflète l'âme de l'auteur ,parfois une intuition ,une révélation qui peut venir de l'envie que la curiosité a suscité .
    J'ai délaissé tous les romans ,les best-sellers, pour me focaliser inexorablement sur les connaissances de la toile dés ses débuts.
    Un appétit féroce de savoir quantique et spirituel et puis j'ai rêvé de cette personne inconnue qui m'est apparue le lendemain à l'écran comme si cette source de recherche dans cette quête du soi m'était permise,c'était un 6 janvier 2015 et il y avait quelque chose d'attirant ,d'imprévisible mais j'ai su qu'en faisant le premier pas avec cet auteur qu'il y avait une source de vérité caché ,alors j'ai attendu patiemment son roman de 300 pages et une fois reçu, le matin du 31 janvier , je l'ai dévoré en quelques heures à peine jusqu'à obtention de la vérité que je recherchai ,elle était bien là ! Noyée dans ce roman et je me suis dis que ce jour-là ,il existait des personnes extra ordinaires dans ce monde, et de la conviction , je passai à la certitude de mon intuition,la beauté de l'âme se perçoit réellement ...
    "Un corps de femme"...Les mots ont bien une vibration !
    Alors oui ,je pense qu'il est nécessaire de vivre tous les aléas de la Vie pour n'en apprécier que sa juste valeur ,sa juste puissance ,un rayon doré d'Amour et de Lumière qui ne peut s'acquérir que dans la volonté de faire et d'agir ,bien que la contemplation soit un chemin de perfection ,la vérité du cœur ne trompe jamais d'où le besoin de s'en nourrir ...

    Belle journée de pluie et d'éveil afin que germe les consciences de Vie !
    Fidèle Âmitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci "anonyme" de partager votre belle expression, vos sensations.
      Vous avez éveillé ma curiosité et donné envie de lire le témoignage de cette femme "Maïa" dont le nom signifie illusion...ça promet.
      C'est aussi sous la pluie que je vous souhaite de faire briller votre soleil intérieur tout comme je m'emploie à le faire à l'instant.
      Lydia

      Supprimer
    2. Petite précision au sujet du livre "Un corps de femme", bien que ce soit un roman, il est selon ma vision, un témoignage; une vision individuelle qui est aussi universelle, intemporelle. Un auteur fait naitre un personnage qui s'autorise à "être" et par le fait devient aussi "réel" que peut l'être une vie. Tout est projection de conscience et l'impact que peut avoir un livre, un personnage, sur le lecteur, vaut une rencontre dans la "réalité" lorsque l'auteur y met ses tripes, son vécu.

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.