mardi 1 septembre 2015

« Se donner le droit d’être ce que l’on est en dépit du regard extérieur, voilà la vraie liberté »





Ça y est, les vacances sont enfin terminées. Ce mois d'août a été intense et je suis soulagée de retrouver le calme! Pour la majorité des gens, c’est une période de liberté de faire, d’être et de ne rien faire. Comme si la liberté faisait peur au point de ne s’en accorder que quelques jours dans l’année. 
La vie m’a appris que cette liberté tant recherchée et crainte à la fois, se trouve en soi comme toutes choses. Ce n’est pas vraiment le contexte ou la marche de manœuvre qui rendent libre mais bien plus la façon d’être avec soi-même et avec les autres. 

Se donner le droit d’être ce que l’on est en dépit du regard extérieur, voilà la vraie liberté. Chacun est libre de penser, de croire ce qu’il veut et comme toute création commence dans le monde subtil de la pensée, les seules barrières qui existent sont celles qu’on érige soi-même; La peur de déplaire, d’être rejeté, incompris, la culpabilité, la peur de faire des erreurs...sont autant de chaines dont il est nécessaire de se libérer pour aller vers l’autonomie, la liberté d’être. Alors beaucoup jouent les fanfarons pour se donner l'illusion d'être libre, d'oser être soi. Mais ça reste un personnage qui ne fait que masquer les souffrances. Et plutôt que d'être à l'écoute des voix internes, on tente de les contrôler.

Les blessures de l’enfance ont poussé l’ego à créer des protections qui enserrent le cœur et nous coupe de notre vraie nature. En accueillant les pensées émotions qui nourrissent les rôles de victime, de bourreau et de sauveur, l’être véritable se révèle. La personnalité et l’âme associées à la conscience forment un trio au potentiel infini.
Je constate que tout est projection, que nous manifestons nos désirs et nos peurs sur le monde alors que c’est en soi que se trouvent les trésors recherchés.


La famille est la manifestation des principes divins, la projection des énergies qui nous animent. Elle représente les aspects internes de l’être, les énergies masculines, féminines et enfantines qui constituent tout être humain.
Sachant que nous créons notre vie selon notre monde intérieur, selon ce que porte notre inconscient comme croyances, il apparait évident que la première chose à faire, c’est de devenir conscient de soi, de se connaitre, de créer en soi, tout ce que nous voulons voir se manifester à l’extérieur.

La sensation de manque n’est que le reflet de l’ignorance de ce monde fantastique que nous sommes en dedans. La seule force de l’imagination et la capacité d’aimer suffisent à se créer un monde idéal. Mais c'est avant tout en soi qu'il faut le vivre.
Tout sur cette belle planète nous invite à vivre en harmonie, la nature nous montre l’exemple et les animaux nous soutiennent par leur authenticité, leur spontanéité.

« Rechercher premièrement le royaume des cieux et tout vous sera donné de surcroit » est une phrase que nous pouvons appliquer en connaissance de causes. 
Le royaume des cieux est en nous même et sa porte, c’est celle du cœur.
Le cœur n’est pas fermé il est recouvert de voiles qui le protègent des blessures intérieures. En offrant à la source, à l’amour lumière en soi, les pensées émotions qui nourrissent la souffrance et l’impuissance, le cœur s’épanouit et la force qui nait de la confiance en la Vie, donne la sensation de pouvoir tout réaliser.
Le pouvoir de création s’exerce en soi, dans le choix des pensées énergies que nous voulons porter et rayonner. Tant que nous refusons de nous voir en face, en toute transparence, nous ne pouvons pas accéder à notre vraie nature. 

Ce ne sont pas les connaissances théoriques ou les messages délivrés par les êtres de lumière qui peuvent agir à notre place, qui peuvent nous donner la foi ou la vision de ce que nous sommes en vérité mais un cœur bienveillant et ouvert face à tout ce qui nous constitue. 
Lorsqu’on entreprend ce voyage intérieur, on se rend compte que nous vivons selon des croyances totalement illusoires qui nous enferment dans la peur et l’ignorance.
Malgré tout ce qui peut me déranger, les chemtrails, la chaleur et les bouffées dues à la ménopause, le fait d’être assistée et la dépendance aux cachets, je suis remplie d’espoir et d’enthousiasme à l’idée de créer mon monde intérieur selon mes plus hautes aspirations. J’ai une totale confiance en la source bien que je n’aie aucune idée de sa « forme » et en l’amour sans conditions qui est l’énergie de guérison et de communion, nécessaire au bien-être, à l’épanouissement du cœur et de la conscience.

Le voyage vers mon passé m’a redonné confiance en ce que je suis et me permet de voir le potentiel dont je dispose. Il est clair que la première chose à faire pour le libérer, c’est de commencer par cesser de me dévaloriser, de ne voir que mes failles. 
Très souvent on s’attarde sur nos défauts et on bloque à ce niveau là, on tourne en rond, on se critique, on se sous estime et on ne peut pas voir tout ce dont nous sommes capables. 
Pourtant, avec du recul,  si je considère mon vécu, je peux en tirer satisfaction parce que j’ai toujours suivi mon cœur, ma propre vision et ma volonté. 
Je vais m’amuser à refaire la liste des qualités développées tout au long de ma vie en actualisant mon curriculum vitae. Il ne s’agit pas de se sur estimer mais d’avoir une vision juste de soi-même, en étant authentique. 
On se cache très souvent des choses mais quand on abandonne le jugement et qu’on se regarde objectivement, en confiant à la source tout ce qui nous pose problème, la clarté qui se manifeste rend plus lucide. On découvre des facettes ignorées de soi qui en s’harmonisant dans l’espace du cœur, offrent toute une palette de potentiel. 




Revisiter ses croyances et utiliser le mental, son mode de gestion des pensées qu’il range en catégorie bien/mal, s’avère très utile pour le coup. C’est encore la démonstration de la pertinence de chacun des corps qui aimé et respecté donne le meilleur de lui-même. 
Plutôt que de diviser en bien et mal, je trie mes pensées en offrant à la source toutes celles qui nourrissent la petitesse, le manque et la peur. J’ai constaté que certaines d’entre elles étaient très utiles et comme le cœur recycle plutôt que de détruire, le laisser gérer cela restitue tout le potentiel énergétique dont je dispose.

« Nous sommes le tout », « tout est en soi », sont des vérités que chacun peut expérimenter. Bien que ce soit une notion abstraite à priori, en utilisant la capacité d’imaginer, l'écoute, le dialogue, et en développant le ressenti, les sens, on apprend à connaitre ce monde intérieur qui se reflète à l’extérieur. 
Apprendre à écouter ses corps, les voix intérieures, permet de se connaitre en profondeur et de constater la capacité innée de ceux-ci à vivre en harmonie. Seules nos croyances limitantes et nos peurs nous empêchent de le voir.
Loin d’être égocentrique, la connaissance intime de soi permet d’aller vers les autres sans attentes et sans même la volonté de donner. 
Je sais que je rayonne naturellement les énergies que je porte et qui sont en perpétuel mouvement. Le fait de ne pas s’attacher aux pensées émotions libère du besoin de contrôle, du besoin tout court.
La paix qui demeure en moi depuis que j’ai décidé de cesser de juger, est un soutien qui nourrit l’espérance, la foi et favorise la guérison. C’est une véritable révolution interne qui se réalise. 
Les énergies, le contexte chaotique de ce monde, nous obligent à nous remettre en question et comme nous avons placé notre confiance en l’ego, ça n’est pas facile de se tourner vers le cœur mais lorsqu’on le fait, la renaissance se passe sans douleurs. 
Il n’est pas évident de lâcher les comportements induits par les blessures émotionnelles parce que ce sont elles qui ont formé la personnalité à laquelle on s’est identifié. 
Pas facile non plus de s’identifier à quelque chose d’invisible mais en développant l’écoute intérieure et l’attention portée sur les pensées émotions, les perceptions qui s’affinent permettent de sentir l’énergie divine. 
Voici quelques clefs de sagesse piochées au hasard sur le site de Monique Mathieu. Il y a près d'un mois que je n'ai pas visité ce site. C'est le signe que le besoin de soutien extérieur est moins fort, que la confiance en l’Être divin multidimensionnel amplifie.

Clef 82
« Apprenez à voir briller le corps de Lumière, l’être merveilleux, l’Être Divin qui est en vous ! Au lieu de le voir dans votre temple sacré à l’intérieur de vous-mêmes, visualisez-le de la taille de votre corps, comme si votre corps était un vêtement que vous pouviez enlever afin de percevoir votre vraie réalité, c’est à dire un être merveilleux de Lumière et d’Amour, un être de grande sagesse, un être à la Connaissance infinie. »

Cette invitation peut éloigner de l’objectif et maintenir dans le monde des pensées. 
La visualisation est une projection de la pensée et l’imagination peut jouer des tours, créer un modèle selon les croyances conscientes ou inconscientes. Je préfère développer le ressenti, les énergies de l’amour et de la lumière, la bienveillance et la présence consciente à soi-même. Utiliser le contraste de la dualité pour apprendre à reconnaitre la voix de la sagesse, du cœur, les signes et la présence de la source en moi, par l’alchimie émotionnelle et l’attention bienveillante. Puis apprendre à faire confiance à mes corps quels qu’ils soient sachant que chacun d’eux est nécessaire à cette incarnation et qu’ensemble, ils forment l’être complet, intègre et multidimensionnel.

Clef 407
« Aimez-vous le plus possible, acceptez-vous tels que vous êtes, sans jugement, soyez clairs et limpides les uns avec les autres dans vos relations, dans votre travail. Rien ne doit plus être caché car plus vous apprendrez à vivre dans la clarté, dans la limpidité, moins vous aurez de difficultés pour développer les facultés de l’esprit, notamment la télépathie. N’oubliez pas que pour pratiquer la télépathie, il faut que vous soyez purs et clairs et que vous ayez maitrisé toutes pensées parasites, tous jugements. »

L'amour véritable de soi est capital, c'est une vérité qui se vérifie au quotidien! Pour ce qui est de la télépathie on la voit comme le don d'entendre les pensées d'autrui mais en fait, plus on affine ses perceptions, plus on est honnête, transparent avec soi et les autres et plus on développe cette capacité naturelle. Voir au-delà des apparences est une qualité inhérente à celui qui cherche la vérité. L’introspection permet de développer les sens, l’intuition et l’amour qu’on s’offre en cessant de se critiquer restaure nos capacités et notre potentiel créatif. Quand on apprend à se connaitre, on voit nos propres blessures et on perçoit plus facilement celles des autres, les émotions qu'ils vivent et donc les pensées qui leurs sont associées. De cette façon on développe l'empathie, la compassion, autant pour soi-même que pour autrui.

Clef 54
« Tout ce que vous avez pu vivre depuis que vous avez décidé d’expérimenter la matière est inscrit dans votre mémoire, dans votre merveilleux ordinateur de bord qui est cent mille fois supérieur à tout ce que pourraient inventer l’humanité terrestres ou d’autres humanités. Dans toute expérience vécue rien ne se perd, tout est inscrit, de la plus petite expérience à la plus grande ! »

On retient souvent les mauvais souvenirs ou on cherche à occulter le passé alors qu’ils sont riches d’enseignements. C’est automatique, tout ce que la conscience est incapable de gérer, de comprendre, est stocké dans l’inconscient, gardé en réserve afin d’être traité au moment opportun. L’inconscient n’est pas verrouillé, il s’exprime dans les rêves et surtout par effet miroir, lorsqu’une personne ou une situation éveille la mémoire, ravive une blessure. 
Ce qui est dommage, c’est d’avoir peur d’affronter cela, de visiter nos profondeurs parce que nous pouvons apprendre beaucoup sur nous-même et surtout confier à la source le soin de rayonner la lumière et l’amour sur ces souvenirs. La vision est alors actualisée et la guérison s’en suit. Ce processus révèle notre essence divine, le pouvoir guérissant de ces énergies essentielles qui sont la base de tout humain divin.




Clef 903
« Plus vous envoyez de l’Amour, plus vous créez un monde de beauté, plus ce monde se crée ! Il se crée indépendamment de vous, car la pensée se reliant aux forces de l’univers donne la possibilité aux hommes de changer leur destin. Si les hommes génèrent des pensées inférieures, ces pensées s’associent et peuvent générer de grandes catastrophes sur votre monde. » 

Souvent, je me dis que les enfants créent une masse énergétique sans laquelle ce monde serait invivable. Ils apportent l’espoir, la fraicheur, la légèreté, l’innocence et l’évolution, par leur seule présence et leurs qualités intrinsèques. 
C’est magnifique de savoir que l’enfant que nous étions continue d’exister en soi. 
Lorsque nous osons l’écouter, devenons son confident et laissons les énergies père mère en nous, prendre soin de lui, c’est une véritable renaissance qui se réalise.
L’enfant est en communion constante avec l’âme sans qu’il en ait conscience. 
Le merveilleux de l’époque actuelle, c’est de savoir que nous sommes tout autant divin qu’humain, que notre âme est ce que nous sommes véritablement et qu’en libérant l’enfant intérieur des traumas passés, nous retrouvons ses belles énergies ! 
Sans elles, la vie serait lourde et figée. 
Honorer l’enfant en soi, c’est se donner le droit de renaitre, dans la joie, l’enthousiasme de l’apprenti sage, en perpétuelle évolution. 

Clefs de sagesse trouvées sur le site de Monique Mathieu : http://ducielalaterre.org
 

Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

2 commentaires:

  1. Bonjour Lydia
    Magnifiquement écrit !!
    Quel chemin que tu fais là !!
    En accord total avec ce que tu partages dans ce texte
    Bien à toi
    Françoise

    RépondreSupprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.