mercredi 30 septembre 2015

« L’âme fragmentée face à l’alimentation » Samuel et Xaltar





Enseignement reçu de Xaltar, esprit cristallin ancré dans un crâne de cristal en quartz fumé. Dans ses propriétés métaphysiques, le quartz fumé offre un bouclier psychique contre les vibrations négatives, nettoie l’aura et les corps subtils tout en étant un minéral d’ancrage qui aide à relier le corps physique avec son Soi Supérieur.

Xaltar : On a fait un bon bout de chemin ensemble depuis nos débuts. Ce chemin s’est fait majoritairement dans le silence, celui de nos cœurs et de nos âmes. Et oui ! Les êtres de cristal ont aussi une âme. Elle est un peu différente de la vôtre car elle n’est pas fragmentée mais décomposée.
Quelle est la différence entre âme décomposée et âme fragmentée ?

Xaltar : Je vais te l’expliquer.
Une âme fragmentée est une âme séparée de certains de ses corps vibratoires, notamment pour vous, de son corps d’incarnation. Cela explique les dysfonctionnements qui peuvent affubler un corps d’incarnation. Les cellules se répliquent de moins en moins bien car vous le savez, elles sont des copies de copies avec des erreurs à chaque renouvellement. Elles n’ont plus le modèle idéal et parfait, celui que l’âme a prévu au début de l’incarnation pour venir éprouver une expérience. Cela explique donc que les vrais êtres ascensionnés vont rajeunir lorsque l’alignement de l’âme avec TOUS ses corps vibratoires sera réalisé. Il peut y avoir reconnexion entre l’âme et la conscience d’un être incarné, comme pour toi, mais il n’y a pas encore alignement des corps. Tu continues donc de vieillir et de souffrir de maux physiques divers.
Quand il y a alignement des corps, nous nous trouvons dans la situation d’une âme décomposée.

L’âme se déploie en une infinité de corps subtils. Chaque corps reste en résonance parfaite avec le plan directeur de son âme.
Si un être nait sur Terre dans un corps avec une infirmité, c’était dans le plan de l’âme pour une leçon de vie à apprendre. Mais voir ce corps se dégrader au fil du temps terrestre et se scléroser toujours plus n’est pas dans le plan divin, simplement une conséquence de la séparation entre l’âme et le corps d’incarnation.

Certes, vos choix de vie, alimentation, hygiène, entretien physique du corps, influencent la rapidité de la dégradation du corps. 
Mais retrouver le chemin vers l’alignement entre le corps physique et l’âme est la seule voie vers la régénération cellulaire. Cette voie ne se décrète pas mais se vit. 
Votre corps est fait de cellules vivantes et de sous-corps subtils, et donc à ce titre, ont une délégation de conscience, de votre conscience donc un autre fractionnement de la fragmentation de votre âme.

Plutôt que de regarder vers le haut, vers votre âme pour réaligner votre corps physique avec les corps subtils entre lui et votre âme, commencez par réaligner votre fragment de conscience/corps avec les sous-fragments de celui-ci ainsi que les sous-corps subtils qui le composent.
C’est là l’un de nos rôles en tant qu’être cristallin. Nous rassemblons tout ce que vous êtes en ce « bas monde » pour reprendre l’une de vos expressions. Les dragons vont aider à rattacher d’autres corps subtils à votre être, d’autres vous mais qui sont « ailleurs ».

Qu’est-ce qu’un être cristallin attend de nous ?
Xaltar : Tout simplement que vous compreniez votre rôle de conscience directrice de toutes les décompositions de votre conscience incarnée. 
Votre conscience incarnée est une fraction de votre âme. Vu de votre âme, vous êtes un élément dans la pyramide de votre être qu’elle domine. Mais votre conscience incarnée est au somment de la pyramide de toutes vos autres sous-fractions incarnées.
En d’autres termes, ne voyez pas votre corps comme un corps vibratoire monobloc. 

Votre corps d’incarnation est l’assemblage d’une multitude de corps, physiques (par chacune de vos cellules), énergétiques (par les méridiens qui les parcourent), magnétique (par la polarisation de votre corps physique), électrique (par la transmission d’informations dans et à la surface de votre corps).
À l’énoncé de tous ces corps à l’intérieur de votre corps, vous comprenez un peu plus notre champ d’action auprès de vous. Les êtres de cristal agissent en profondeur pour corriger, réaligner, recalibrer vos corps afin de vous préparer à retrouver l’alignement de ces corps avec le plan directeur de votre âme et les nouvelles énergies qui déferlent dans votre système solaire.
Mais nous ne pouvons le faire sans votre consentement et sans votre aide. S’il n’y a pas de respect de votre corps, vous défaites ce que nous faisons.

Le respect n’est pas le dogmatisme
Xaltar : S’il te plait, Samuel, raconte ton expérience avec la vibration de l’aliment viande.

« Lors d’un de mes voyages de l’esprit, je suis remonté sur un plan de conscience me faisant ressentir le sacrilège de manger des animaux. Cette perception était viscérale et me prenait au plus profond de moi. Je me jurais d’avoir enfin compris et que je ne pourrais plus jamais manger de la viande de ma vie. Ensuite, je suis « redescendu », palier par palier. Je remarquais que ma conviction s’effritait, que ma détermination s’essoufflait. Plus je redescendais vers ma vibration de tous les jours, plus l’idée de quand même en manger un peu me prenait. Pourtant le souvenir de l’expérience restait d’une grande clarté. »

Xaltar : Pourquoi te l’avoir fait ressentir pour ensuite te ramener dans ton plan de conscience terrestre qui ne résonne pas avec cette révélation ? 
Au départ, tu pensais que je voulais te montrer ton objectif, celui à atteindre. Oui et non. La leçon réelle était de te tester sur le piège de l’atteinte du RESPECT par DOGMATISME.
Atteindre le RESPECT ne se fait que par le RESPECT de ce que l’on est. 
Si après cette expérience, tu avais décrété que tu ne mangerais plus de viande mais qu’au fond de toi, tu en avais encore envie, cela aurait été du DOGMATISME et de l’IRRESPECT.
Vous n’avez pas à être celui que vous n’êtes pas encore.

Ce serait le jeu de l’apparence, donc le jeu de l’égo. Tous ceux qui aspirent à être spirituel se plient à la convention sociale des spiritualistes d’être végétarien. Mais quelle ineptie ! En faisant cela, vous créez des distorsions en vous qui nous empêchent, nous les esprits cristallins, d’effectuer notre travail au travers de tous vos sous-corps d’incarnation. Nous nous accommodons très bien, et vos corps aussi, que vous ingériez des nutriments de basses fréquences. 
Comprenez que ce que je dis n’est pas un laissez-passer aux excès ou une invitation à la déresponsabilisation. 
Vous devez tendre vers les nutriments vivants à forte teneur vibratoire. Mais À VOTRE RYTHME, pas à celui de votre égo ou de la pression de l’égo des autres.
Tu as lu cet article* de Blandine sur l’alimentation Vous mangez de la viande ? Pardonnez-vous ! Il est riche de sagesse.

Ceux qui se détournent de l’alimentation carnée à cause de la souffrance animale ou à cause de symptômes physiques, se trompent de défi. 
Si vous ne supportez pas un animal qui souffre, vous oubliez qu’il reflète une blessure intérieure. Si vous avez une allergie alimentaire, ce n’est pas l’aliment qui est en cause, même le plus mauvais vibratoirement, mais c’est la blessure qu’il vous titille. L’allergie alimentaire ne vous apprend pas ce qui est bon pour votre corps, il vous indique que quelque chose ne va pas.
Votre corps est capable de faire face à tout ce que vous lui donnez. Il prendra ce qui est bon et rejettera ce qui l’est moins sans en être affecté.
Le fait de simplement avoir de moins en moins envie de manger de la viande et d’être attiré par d’autres aliments est un bon indicateur que vous cheminez en paix dans la bonne direction.

La transition alimentaire est une CONSÉQUENCE de votre transition vibratoire et non pas un MOYEN égotique par une volonté forcenée.

Samuel, tu manges encore de la viande occasionnellement, et cela ne t’empêche pas de développer tes facultés de reliance, de réveiller tes mémoires et de t’éveiller à d’autres plans d’existence. Plus ces facultés s’accroissent, moins tu as envie de manger de la viande. Cela se fait naturellement
Il n’est plus question d’écouter les « tu abîmes ton corps si tu manges de la viande ». 

Il est question d’agir en cohérence avec son être profond, plus de mensonge avec soi. La transition alimentaire est progressive, elle peut faire des pauses ou des reculades. Quand tu as envie de manger de la viande, tu en manges POINT.
Votre régime alimentaire donne un indicateur de là où vous êtes rendus. 
Ne le biaisez pas, soyez honnête.

Le régime paléo déferle en ce moment et il peut être promu avec force par d’anciens végétariens. Pourquoi ce revirement ? Y aurait-il une étape manquée qui doit être expérimentée ?
Le simple fait de se définir comme végétarien, végétalien, paléo ou autre est simplement un renforcement de l’illusion de séparation. Tout groupe qui revendique des traits communs amène une dogmatisation et un état de séparation qui se renforce souvent par le rejet et la critique des autres alternatives. Les plus fervents adeptes du régime paléo sont souvent d’anciens végétariens convaincus. Ils prêcheront avec tout autant de force que leur nouveau choix est le bon. Chaque groupe porte des jugements sur les autres. La culpabilité règne en maître. Ceux qui se définissent comme végétariens pleurent sur la souffrance animale et les paléo revendiquent un retour aux sources dont la mémoire humaine a d’ailleurs tout oublié.
L’alimentation doit témoigner du respect de soi en cohérence avec soi, libre de toute projection d’un idéal à atteindre.

L’honnêteté et la cohérence sont ce que les êtres de cristal attendent de ceux qui font appels à nous. Nous nous cachons partout dans votre quotidien. Il n’est pas nécessaire d’être en mesure de pouvoir s’entendre et de se parler. Si vous avez une roche cristalline, un crâne de cristal, nous nous y logeons et travaillons avec vous sur vous.
Nous sommes là même si vous n’introduisez aucun support cristallin dans votre environnement
Samuel.




Je ne sais pas si c’est le fait que je regarde Kamelott pour la deuxième fois, en ce moment, mais je reviens sur ce site "le retour des dragons" dont je reçois les articles à mesure qu'ils sont publiés. Ce message est paru en milieu de mois mais je n’ai pas senti l’élan de le partager à ce moment là. Celui du jour sera relayé plus tard parce que ce qui m'intéresse ici, c'est la relation à soi-même, au travers de l'alimentation qui sera encore développée dans un autre article qui est mentionné plus haut*...
Comme vous l’aurez compris, j’apprends à m’ancrer et surtout à écouter ce qui me vient de l’intérieur. Puis à suivre l'élan de l'instant dans tous les domaines y compris l'alimentation. 
Je ne lis plus les messages canalisés qui sont sensés venir de personnages appartenant au folklore catholique, qui portent un nom comme un étendard…

Je préfère ce qui est vécu, vivant, perçu depuis le plan physique ; Les messages qui parlent d’unité, d’harmonie, ceux qui donnent une vision de l’humain au niveau subtil, sans oublier que c’est depuis leur corps de chair qu’ils reçoivent ces infos. Sans renier le quotidien, l’aspect pratique ni les difficultés que rencontre un être conscient de sa multidimensionnalité. C’est aussi pour cela que la psychologie m’intéresse. 

Ceci dit, je ne suis pas en parfaite résonance avec ce qui est écrit dans ce message et c’est tout l’intérêt de faire l’expérience d’être un individu puis de pouvoir croiser les regards, partager les points de vue afin d’élargir sa vision, sa conscience et son cœur...
Tout est reflet, projection de conscience et chacun utilise le support qui lui convient pour sonder ses profondeurs et ses "hauteurs".
Ce qui compte, à mon sens, c'est l'essence, l'énergie du message, la résonance et ce qu'on en fait concrètement.

Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacun.

3 commentaires:

  1. Bonjour Lydia,
    depuis la fin 2014 ,j'éprouve de grandes difficultés à poursuivre mon alimentation mondialiste à outrance ,hormis quelques gènes qui ont persisté de nombreux mois au niveau de la déglutition et de la gorge (long périple médical sans jamais rien trouver)je savais qu'au fond de moi je n'étais plus aligné ,une sensation de gène presque psychosomatique qui entrainait tout cela ,la seule maladie qui reprenait mes symptômes était la béance tubaire sans pour autant l'être .Le déclencheur pour moi a été le cannabis ,assèchement ,étouffement, malaise, peurs sans origine,....puis ce fût la nourriture en commençant par le porc ,le bœuf ,le canard, disons que cela concerne la nourriture malsaine (vous comprendrez !)...En mon sens ,nous percevons au niveau de notre corps depuis peu, toute l'énergie négative des produits ingérés ,alors pourquoi le cannabis ? hormis le fait de déstabiliser notre mental dans un état psychotrope qui nous permet d'exprimer notre état de veille ,j'ai l'intime conviction que l'on ressent l'énergie du cultivateur ,en l'occurrence une personne en mal de vivre .Comment le savoir ? tout simplement en ayant fait l'expérience passée de ma propre culture , alors même si les plantes n'ont pas de conscience ,elle absorbe notre énergie ,il suffit de voir les gens qui ont la main verte et le résultat ,y'a pas photo ! Le bio et la nature sont l'excellence de vie et chacun peut profiter de cette expérience dans le goût ,l'envie et le désir tout en rendant le besoin utile à notre propre appréciation ,alors je partage mon expérience profonde du fait que plus je m'aligne et plus mon corps demande à se nourrir de pureté ...nous sommes loin de pouvoir le vivre en totalité ,surtout les citadins ,mais chacun est libre d'aimer son corps et de lui répondre à sa manière ,mais quel plaisir des sens à portée de main..L'Art de Vivre mieux !
    Merci Lydia
    JC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour JC
      N'oubliez pas qu'on attire ce que l'on pense, tout commence en nous-même. La culpabilité, l'idée d'être désaligné, la peur d'être parasité par les énergies extérieures...tout ça "part" de nous-même, nous sommes créateurs. Lorsqu'une pensée de culpabilité est en nous elle agit comme un poison.

      Concernant le cannabis, le fait même de fumer, de chercher à fuir la réalité créé un conflit interne et quand on fait pousser son herbe en étant conscient que c'est une fuite, un soulagement, le seul moyen dans l'instant qui nous aide à être bien, on le vivra bien.
      Puis si on commence à noter que ça nous perturbe, que ça nous éloigne de la réalité, on va amplifier le phénomène et on deviendra parano, on sera mal parce que le fait même de vouloir fuir est une stratégie de survie, c'est une façon de ne pas voir ce qui en nous a besoin d'être aimé. Les plantes réagissent effectivement à nos vibrations et vont se charger de ce que l'on émet. L'herbe est un amplificateur de fréquence en plus...

      Quand on sait cela, on voit les choses autrement. Et changer son regard, change la vibration puis le comportement.

      Se pardonner, accepter ce qui est dans l'instant, permet de guérir l'aspect en nous qui a besoin d'amour, je l'appelle l'enfant intérieur parce que les blessures viennent souvent de l'enfance (de vies antérieures ou simultanées aussi mais ne compliquons pas les choses)

      Une fois qu'on accepte de prendre en charge nos pensées émotions refoulées, petit à petit on va vouloir devenir conscient, (la conscience pure trouve place en nous, l'amour de la source aussi) on va aimer la vie telle qu'elle est parce qu'on est convaincu qu'elle nous aime, nous apprend la maitrise de notre monde intérieur, nous offre la guérison des blessures, la liberté d'être qui s'en suit et du coup l'herbe ne sera plus aussi attrayante. L'envie disparait naturellement, sans aucune frustration.

      Mais si on tente d'arrêter en force; en se disant qu'on ne devrait plus en avoir besoin, que puisque on veut s'en libérer, on devrait arrêter, bref, si on se juge et culpabilise, on se retrouve encore enfermé dans le mental, coupé de l'amour.

      Les dépendances nous montrent qu'il y a en nous des souffrances, des ombres à voir, à embrasser et ça n'est qu'en acceptant nos aspect fragiles qu'on permet à l'amour de circuler à nouveau en soi et de modifier le comportement naturellement et avec aisance.

      la suite plus loin...

      Supprimer
    2. ...Pour la nourriture, c'est la même chose tant qu'on se juge, qu'on se critique ou qu'on a peur, on active en nos cellules, l'instinct de survie au lieu d'activer la régénération cellulaire.
      La peur est un poison, l'adrénaline qui est sécrétée endommage les cellules qui ne se renouvelle plus aussi bien. La culpabilité aussi, tout ce qui n'est pas de l'amour enclenche le processus de survie...

      Faire l'expérience de l'acceptation totale, c'est magique! Non seulement l'envie de fuir disparait d'elle-même mais on retrouve la joie de l'enfant, le pouvoir de créer, l'enthousiasme qui porte chaque geste. En cessant de se juger, la lumière en nous éclaire les ombres recréé l'équilibre et nous oriente dans l'élan de l'instant, pour avancer sans plus avoir à choisir avec le mental mais en se laissant porter par la grâce. Ensuite, on comprend pourquoi on a fait telle ou telle chose.

      Choisir sa nourriture parce que ce qui est naturel est meilleur au goût, c'est changer de vibration, de fréquence et le mieux être est au rendez-vous, c'est sûr. Comme vous dites, c'est l'art de vivre mieux.
      Et là, on peut éclairer (sans le vouloir, juste par l'exemple) celui qui se cherche dans ce domaine parce qu'il n'y aura aucune frustration, aucune critique envers ceux qui mangent des produits industriels.

      Pour l'addiction à la beu, (ou toute forme de dépendance) une bonne façon de savoir si on est dans le lâcher prise, l'acceptation; donc la guérison, c'est la réaction qu'on a vis à vis de ceux qui fument de l'herbe. Si on a du mépris, de la colère, si on les critique, on les juge, c'est que la chose n'est pas réglée en nous-même. La critique peut être subtile comme " les pauvres, ils ne savent pas ce qu'ils font ou encore, ils sont inconscients, souffrants"...

      C'est l'énergie qui porte le geste qui en détermine la portée, le résultat.
      Nous sommes ici pour avoir de la joie dans la reconnaissance, l'amour de Tout ce que nous sommes, et manifester l'harmonie comme la source divine, originelle.

      Enfin c'est ce que je pense vis et la raison pour laquelle je témoigne de ce parcours, c'est que je suis passée de la survie à la Vie, de la peur à l'amour et la joie, de la culpabilité, à l'acceptation, de la victime à l'être cocréateur de sa vie...et c'est un processus en constante évolution...

      Belle journée.
      Lydia

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.