mercredi 16 septembre 2015

« L’Âge de la Transparence » Dana Mrkich





Il y a TANT de choses qui se passent énergétiquement que je ne sais pas par où commencer.
Tout d’abord, il y a BEAUCOUP de guérisons qui se font actuellement en nous et entre nous. Vraiment, la guérison semble même ne pas être le mot juste. C’est plus comme si nous recevions des ‘ajustements et des corrections de perspective’. Ce qui nous permet de dire ‘Ohhhhh’ et ‘Aaaahhh’, ‘Maintenant, Je Vois! Maintenant, Je Comprends!’. 

Et on le ressent comme une guérison parce que soudain le cœur ne se sent plus aussi fermé. Nos tensions s’adoucissent en se connectant à quelque chose ou à quelqu’un. 
Nous ressentons l’Amour, la Compassion, le Pardon ou même ‘un vivre et laisser vivre’ neutre pour des situations qui ont pu nous faire souffrir depuis des années ou des éons. 
Et c’est ressenti comme … libérateur. Vous pouvez également vous sentir très émotionnel et peut être avoir envie de pleurer. Alors, pleurez.

Nous pouvons même ne pas comprendre consciemment ou mentalement pourquoi nous nous sentons tout à coup ‘plus doux’ ou ‘différents’. C’est juste ainsi. 
Pour beaucoup d’entre vous, vous pouvez peut-être avoir des interactions de guérison dans vos rêves ou dans la réalité de la vraie vie avec des personnes de votre passé / présent, ce qui permet un arrêt définitif ou une nouvelle ouverture, ou bien à l’ancienne énergie dense de partir en faisant plus d’espace à une énergie du cœur plus légère. 
En faisant plus d’espace pour plus d’amour. 
En faisant plus d’espace pour qui vous êtes vraiment – en étant plus celui que vous avez toujours été.


Vous pouvez ne pas être conscient de ce qui se passe dans vos voyages pendant la nuit, mais lorsque vous vous réveillez, vous vous sentez différent. Vous ressentez une chaleur ou vous vous sentez comme si quelque chose était arrivé, vous ne pouvez tout simplement pas vous en rappeler. 
Votre corps se souvient, vos cellules se souviennent, votre énergie se souvient. Votre soi conscient se souvient de tout ce dont il a besoin, lorsqu’il en a besoin. Vous pourriez même aimer vous en servir comme une petite affirmation :
‘Je me souviens de ce dont j’ai besoin, lorsque j’en ai besoin’

Les anciens voiles qui recouvraient nos yeux et notre cœur depuis des années, ou plutôt depuis des milliers d’années*, sont éliminés plus vite que lorsque vous prononcez le mot ‘voile’. 
Aujourd’hui, je me réfère à ces moments comme ceux de ‘l’Âge de la Transparence’. 
Une combinaison d’évolution énergétique et technologique signifie que nous pouvons maintenant voir toute chose et tout le monde – y compris nous-même – plus clairement (le bon, le mauvais et le laid). 
Les Vagues d’énergie révèlent encore plus notre lumière et notre ombre de façon quotidienne. Les hackers et les informateurs révèlent des secrets, les chercheurs de vérité recherchent et révèlent la vérité.

En parlant de révélations, le mot ‘Apocalypse’ est souvent associé à cette période de Révélations. Ce mot vient des mots Grecs et Latins signifiant ‘levée des voiles’, ‘ce qui était caché est révélé’. Donc pour ceux qui attendent l’Apocalypse, et bien nous y sommes en ce moment – Dieu merci, merci Gaia! Et (à ce jour), ce n’est pas un grand événement, c’est plutôt une série de vagues. D’énormes, énormes vagues. En non pas comme ce film dérisoire ‘2012’ – ce ne sont pas des vagues d’eau, ce sont des vagues énergétiques.

Parfois, elles sont vraiment bienveillantes et gentilles. Elles sont comme la douce chaleur d’un Baume qui apaise la fatigue de notre cœur et de notre âme. D’autres fois, elles sont comme un bulldozer qui fonce sur nous; elles éveillent les derniers restes de nous-même qui ont trop souvent éteint le bouton d’alarme. Certaines vagues déclenchent la mémoire, d’autres vagues pressent sur le bouton ‘GO’ de votre créativité / passion / but.
Et un peu comme pour un accouchement, certaines vagues sont plus intenses que d’autres. 
Parfois, elles arrivent toutes les unes après les autres, et nous faisons un saut quantique dans une certaine direction / destination / prise de conscience. 
D’autres fois, il nous est donné un peu de répit / repos / sursis – un temps pour intégrer et incarner nos changements les plus récents parmi les multiples changements que nous vivons tous.
Intégrer est un mot clé ici :
Qu’êtes-vous appelé à faire plus – ou moins?
Vers quoi êtes-vous appelé – ou avec quoi prenez-vous de la distance?
Qu’est-ce que (ou qui) voulez-vous avoir autour de vous – et qu’est-ce que (ou qui) vous ne voulez plus avoir autour de vous?
Quels aliments votre corps vous demande-t-il de manger? Qu’est-ce qui vous est demandé de lâcher.

Ces vagues ne sont pas juste là pour que nous puissions demander ‘Quand est-ce que ces vagues vont se terminer?’ Ce sont ces vagues dont nous avons parlé, que nous avons souhaitées et demandées, depuis très looooongtemps! 

Elles sont ici pour nous aider, alors laissez-les vous aider. Utilisez-les pour avancer vers la version la plus élevée possible de vous-même, la version qui est ici pour jouer un rôle dans la création de la version la plus élevée possible de réalité pour l’humanité et notre planète.
Que ressentez-vous? Ressentez-vous un changement dans votre cœur lié à vous-même et aux autres? Avez-vous eu des moments de profonde guérison ou de re-connexions ( dans vos rêves ou dans la vraie vie ) ces derniers temps?
Dana

Traduction Marinette Lépine
Transmis par TransLight :
https://translightml.wordpress.com/




C’est vrai que ça brasse mais avec du recul, on peut constater que les deux dernières années nous ont préparé à cela. Plus on lâche prise et plus on s’élève vibratoirement, ce qui veut dire qu’étant à même d’intégrer plus de lumière, on se voit de plus en plus lucidement. 
La transparence dont elle parle peut effrayer si on reste enfermé dans le jugement. 
Lâcher la notion de bien et de mal ne peut pas se faire du jour au lendemain mais en acceptant ces mouvements internes, on s’habitue à ses remontées énergétiques et c’est de cette façon qu’on apprend la maitrise et le lâcher prise. 
J’ai encore accusé mon âme de me laisser seule à me dépatouiller mais ça me renvoie à mes propres peurs alors je lui offre. Déjà, je ne culpabilise plus d’avoir des comportements infantiles à son égard même si je suis consciente de ma mauvaise foi dans ces cas là. 

Mauvaise foi parce que je suis cette âme, cette présence, nous ne sommes pas séparées. Et c’est justement ce qui me fait souffrir, de croire qu’il y a la personnalité d’un côté et puis très haut, la présence divine et l’âme. 
Pour cette raison, envisager ce que je suis en termes de multidimensionnalité, de corps multiples qui forment ce que je suis et agir à partit du cœur, du centre de l’être, me permet de lâcher l’idée de séparation et de hiérarchisation.


Bon, je retourne ranger le bois, cinq stères, ça fait du volume et le plus difficile, c’est de trouver la place pour le ranger ! J’ai dû ré-agencer le salon pour en mettre près du poêle. J’espère que tout ce sport me permettra de bien dormir parce qu’avec les bouffées de chaleur, je me réveille quatre ou cinq fois par nuits, c’est épuisant ! Entre le sommeil perturbé et les épandages aériens qui chamboulent le ciel, il y a de quoi déprimer ! Je vais m’accorder un peu de détente.

La roue de la brouette a carrément explosé je vais devoir finir avec des sacs ! 
Je sentais monter la colère, des pensées négatives, de la paranoïa et cet incident m’a calmée. J’ai demandé une fois de plus à mes corps de s’unir et à la source d’équilibrer les énergies en moi.

J’ai enfin fini ! C’était un casse tête de pouvoir tout ranger et les trois quarts du bois ne sont pas à l’abri mais avec une bâche, ça devrait limiter les dégâts. 
Pas évident quand on est seule de gérer le quotidien mais c’est possible et dans des situations comme celle d’aujourd’hui, c’est très agréable de se dire qu’on est capable de faire autant des travaux de force que des tâches plus minutieuses. Ou dit autrement, des travaux d’homme et de femme. Quand on n’a pas trop de muscles, on compense avec la tête mais parfois c’est bien agréable de se faire aider. 
Il faut pouvoir demander et j’avoue que j’ai encore bien du mal. Je préfère compter sur moi, sur la cohérence des corps et la connexion à la source, à la terre. Là encore, il serait bon de trouver le juste milieu.

À propos des messages canalisés, c’est un peu la même chose. Je suis convaincue que l’univers peut nous aider, que des énergies bienveillantes sont prêtes à nous soutenir si on leur demande mais il est nécessaire d’apprendre à être autonome. En fait c'est juste une question de focalisation et d'identification. 
Soit on croit être une personnalité humaine soumise au pouvoir extérieur, soit on est conscient que ce sont nos choix, nos pensées qui créent notre vision et que notre pouvoir se situe dans le fait d'accepter ce qui est puis de s'en remettre au divin en soi. 
La clef c'est de ne pas s'identifier à ce qui est superficiel. Et comme les énergies sont invisibles, on a vite fait de croire que la réalité c'est ce que nous pouvons voir, toucher, posséder...

Bon, il va falloir que je m’organise mieux que ça pour gérer le quotidien, je suis encore dans l’excès et la course ! En être conscient, c’est déjà bien. Une bonne douche est bienvenue, je vais l’apprécier et l’agrémenter de rayon doré. 

Le vent s’est levé et c’est le vrai carnage au jardin ! J’ai libéré la colère envers les manipulateurs de ce monde et en y réfléchissant, je me dis que je ne ferais pas long feu ici.
Autant j’aime la planète mais ces circonstances de vie sont si pénibles parfois que je me dis que c’est aussi ce qui me permet de ne pas m’attacher à cette incarnation. 
C'est le moment de me tourner vers l'intérieur pour trouver le juste milieu.

Merci de laisser les références, les liens, ainsi que celui qui mène au site de l’éditeur, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin de respecter le travail, l'investissement de chacun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.