vendredi 28 août 2015

« Résilier les contrats et commencer sa vie à partir d’aujourd’hui »





Cette expédition vers mon passé m’a permis de résilier les contrats de l’enfance, de l’adolescence et de pouvoir observer de façon objective, les acteurs de ce vécu. 
Rien de tel que de se trouver en situation pour vivre la résilience, guérir l’enfant intérieur, par l’application des principes universels que je vis au quotidien et dont je témoigne sur ce blog depuis plus de deux ans. 
L’heure est au bilan et l’offrande à la source de tout ce passé qui remontait selon les circonstances lorsque les jeux de rôles s’enclenchaient automatiquement, m’a permis de lâcher les masques et de tourner définitivement la page. 
Pouvoir s’observer sans réagir et écouter l’enfant en soi, sans s’identifier à lui et sans le rejeter, c’est exactement ce qui permet de se prendre en charge, de manifester l’amour vrai de soi et l‘unité intérieure.
Enfin, je sais pour quelles raisons je pouvais accepter la situation de victime lorsque j’étais enfant. Outre le fait qu’un enfant n’a pas d’autre choix que d’obéir à ses parents, je savais sans aucun doute que la résistance et l’esprit de vengeance n’étaient absolument pas une solution. J’acceptais la situation dramatique et trouvais des moyens de m’évader de ce quotidien douloureux, par la focalisation de la pensée et la sortie du corps physique. 
Je ne sais pas où j’allais mais j’étais absente et ne garde que très peu de souvenirs de mon enfance. Seules quelques photos dessinent ce parcours où la peur était omniprésente. Déjà, je pouvais constater la puissance de la pensée et de l’attention.

Je savais que personne ne pouvait s’immiscer dans mes pensées et que ma liberté se situait là.
Maintenant, je sais sans aucun doute, que mon pouvoir réside dans la gestion des pensées et des émotions, de mon monde intérieur. 
Sans mes repères habituels, à part l’ordinateur que j’ai amené, j’ai dû aller à l’essentiel et simplifier au maximum ma façon de gérer mon monde intérieur. 
L’ancrage à la Terre, au présent, le fait de revenir au cœur et la connexion consciente au divin intérieur, à tous mes corps, tous les aspects de l’être avec pour seul demande, l‘harmonie interne, ont été les repères essentiels et suffisants.
La paix ne m’a pas quittée malgré tout. Le voyage, les retrouvailles avec la famille, les tantes, les oncles, les cousins, mon père et ma mère, ont été émotionnellement assez intenses mais pas déstabilisants. 
Je ne me suis pas identifiée à un quelconque rôle malgré que je sois totalement sortie de ma zone de confort. J’ai été ravie de voir comment évoluaient les plus jeunes et un peu attristée par les ainés diminués par l’âge.

J’ai focalisé mon attention sur le maintien de la paix et de l’amour en moi afin de rayonner ces énergies et ainsi de pouvoir mettre les compteurs à zéro
Je me sens toute neuve, comme si je pouvais enfin recommencer ma vie selon ma foi actuelle sans que le passé n’intervienne. 
Je ne cherche même pas à garder les bons souvenirs puisque je créé ma vie selon mon état d’être présent et en plus, ce passé ne définit pas ce que je suis. 
Le passé n’a d’utilité que pour les leçons qu’on en tire et en l’occurrence, voir l’aspect positif des situations, en dégager la substance, le principe, est la seule chose qui vaille la peine.
J’ai pu me connecter à mon âme, à ma conscience divine malgré le bavardage incessant de ma sœur et ne pas juger ce que je vivais, voyais ou entendais. Ni les autres ni moi-même. Ce regard neutre m’a aidé à mesurer mes propres qualités et à nourrir l’amour vrai de soi par l’écoute et l’acceptation des voix internes. 
Ce léger détachement qui permet d’observer ce qui est, de façon objective, m’a permis de voir enfin, avec les yeux du cœur mais aussi avec beaucoup de lucidité, chacun des acteurs du drame. 
J’ai pu voir mon père sans aucun filtre et constater que mon point de vue était encore déterminé par l’enfant et l’ado intérieurs. Le manque affectif paternel et maternel, l’attachement inconscient au modèle du père qui pousse à rechercher un compagnon qui lui ressemble, les croyances basées sur la peur et le manque d’amour de soi, ont été révélés sans que ça ne créé de dissensions internes. 
Au contraire, tout ceci m’a amené à une grande intimité avec les aspects intérieurs de l’être et à amplifier l’amour envers chacun d’eux. 
La famille extérieure a révélée la famille intérieure qui est dorénavant plus soudée que jamais.  
Ce désir d’unité interne, d’harmonie et d’autonomie ont augmenté la confiance en soi et je me sens maintenant capable de réaliser mon plein potentiel. C’est un bilan des plus positifs qui me laisse la sensation de pouvoir réaliser tous mes objectifs.

J’ai offert à la source les critiques ou remarques de l’enfant intérieur, au fur et à mesure et c’est précisément ce qui m’a permis de rester centrée, connectée et ancrée dans le moment présent. J’ai pu en constater la puissance et cette capacité à être ancrée dans l’instant présent m’a permis de lâcher définitivement le passé. Je constate une fois de plus que nous ne sommes pas obligé de subir et que tout vient de soi, de la façon dont on interprète les choses et de l'identification à un seul aspect de l'être.
Le retour a été laborieux mais encore une fois, en revenant au cœur, le mental émotionnel n’a pas été affolé. L’arrivée dans une maison infestée de puces, une cuisine remplie de puanteur due au dégel du frigo,  n’ont pas non plus affecté mon humeur et en m’attachant à l’essentiel, en focalisant mon attention sur l’aspect positif des choses, j’ai pu maintenir la paix et l’enthousiasme nécessaire à la résolution de toute difficulté. Ce fût un apprentissage en directe, une application en temps réel des lois universelles ; de l’amour inconditionnel de soi.
La chienne a eu un comportement exemplaire et sa présence a constitué un soutien indéniable. Sa capacité à se sentir à l’aise partout, à être calme, m’a guidée et soutenue.
J’ai l’impression d’être enfin libérée du poids du passé et de pouvoir commencer une nouvelle histoire écrite en conscience et en connaissance de causes. 
Une renaissance soutenue par la foi, par l’âme et la conscience divine, dans l’alignement de tous mes corps qui ont fait preuve d’une solidarité exemplaire.

Le prochain challenge, c’est de devenir autonome financièrement. La confiance en soi étant maintenant intégrée, je ne crains plus l’auto-sabotage. Comme je ne rejette plus rien de ce qui se manifeste à l’intérieur mais l’offre à la source, la paix demeure et tout est alors possible. 
Le fait de ne plus dramatiser permet de résoudre tout conflit, toute situation, sans souffrance ni dommages
Accepter ce qui est recèle un immense pouvoir. Je le savais et j’ai pu en constater l’efficacité. 




J’ai aussi pu simplifier considérablement les choses au niveau spirituel en cessant de lire des messages sans souffrir de manque et en suivant au jour le jour, la guidance interne. 
La confiance en tous mes corps et le désir d’unité, d’harmonie, m’ont portée et guidée.
Je suis satisfaite de constater que je n’ai plus besoin d’écrire comme avant, de lire et de chercher à amplifier la foi de cette façon, en m’entourant de repères visuels, de témoignages, de guidance extérieure. 
Rien de tel que l’application de sa foi, au quotidien, le plongeon dans le passé en conscience, pour vivre pleinement depuis son cœur, en connexion constante avec le divin en soi.
Ma foi est devenue vivante et permanente, l’amour et la lumière du christ intérieur sont maintenant mes repères internes naturels. Je n’ai plus besoin de ritualiser les choses, ni même de les comprendre pour "être". Plus besoin de justification, de raison d’être, de mission à accomplir, de voie à suivre, de compréhension théorique, de croyances. 
Il me suffit d’ÊTRE. 
Il n’y na plus de décalage entre celle que je suis aujourd’hui, celle que je fus et celle que je pourrais être. L’enfant intérieur délesté de ses pensées douloureuses peut maintenant manifester sa joie, rêver et me confier ses aspirations. 
Mes corps se sont alignés à la volonté de l’amour et de la lumière divins. 
Je suis Un ensemble de corps unifiés qui se servent mutuellement et se complètent à merveille.
Je n’ai aucune idée de ce que je vais faire tout à l’heure mais je sais que tout est parfait. L’essentiel, c’est de rester uni et intègre intérieurement et tout le reste se conforme à ces vibrations harmonieuses. 
J’ai dit « Oui » à tout ce qui se manifestait, et chaque soir, je contemplais les étoiles tout en offrant à la source les pensées émotions de jugement, de la journée. Quelques unes d’entre elles me révélaient une qualité, une vérité, une fois que l’amour interne les équilibraient.

Tout commence au niveau subtil, dans la pensée et en accueillant ce qui se présente, en laissant le cœur harmoniser les énergies, chaque corps trouve son équilibre et ensembles ils forment un tout cohérent. Chacun d’eux peut alors développer son potentiel et se mettre au service de la vie, de l’ensemble.
Je suis heureuse d’avoir fait confiance à mon cœur, d’avoir suivi la voix de l’âme, de l’amour et de la lumière.
Maintenant que l’appart est débarrassé des puces, le frigo en état, rempli de bonnes choses et que la majorité des tissus a été lavé, tout est prêt pour vivre un nouveau départ. 
Une nouvelle vie basée sur l’amour vrai de soi, la confiance en soi, en l’unité des corps et le respect de tous les aspects de l’être, des énergies harmonisées.
Le sentiment de sécurité, d’intégrité et l’envie d’aller vers la souveraineté de l’être, sont mes repères et mes objectifs essentiels.

J’ai la sensation d’avoir vécu toute ma vie pour arriver à ce stade de compréhension et de conscience. Comme si tout avait été écrit pour que je prenne conscience de ma vraie nature et que je puisse suivre la voix du cœur, de l’âme. Pour cette raison, je n’ai pas de haine ou de rancœur vis-à-vis du passé.

Mes origines humaines sont une part de ce que je suis et en rayonnant l’amour et la lumière de la source sur mes parents, mes ancêtres, je garde uniquement ce qui sert mon chemin ; les qualités et défauts des uns et des autres ne me définissent pas. 
Même si mes gènes me relient à ma famille biologique, ils sont une part infime de ma vraie nature, un contexte particulier qui a permis de révéler le divin intérieur. En cela, je les remercie. 
Je ne cherche plus à construire ma personnalité selon mes ancêtres, mon vécu, je suis ce que je suis, aujourd’hui, maintenant, forgée par les années desquelles je retire la substance. Je ne suis plus de modèle prédéfini soit par les gènes soit par la société, je suis un être multidimensionnel complet, unique et intègre.  

Après avoir vu mon père et laissé remonter les pensées émotions du passé afin de les relâcher, je me suis dit que la seule chose à retenir de tout cela était et demeure, la recherche du juste milieu, la fusion des contraires et l’équilibre qui en résulte.

L’unité intérieure a été révélée tout au long de ce séjour et ce constat me rempli de joie et d’une grande force. Ce passé qui a constitué un lourd handicap est maintenant perçu comme le terreau de ce que je suis aujourd’hui, le contexte idéal pour trouver l’autonomie à tous les niveaux. Il a remplit son contrat et je peux maintenant le libérer sans remords.

Il n’est même plus question de pardon puisque ce serait encore une forme d’identification au drame. C’est un constat objectif de la situation qui m’amène à penser que tout a été téléguidé, créé dans ce seul et ultime but, acquérir la connaissance intime de l’être divin multidimensionnel, créateur conscient de son monde. Je pense que les parts internes qui avaient de la rancœur vis-à-vis de l’âme pour ce choix de vie, ont lâché cela par l’écoute bienveillante.
Je ne cherche plus la reconnaissance ni la compréhension de ma mère. Elle est ce qu’elle est et je suis ce que je suis. Je ne la changerais pas mais en cessant d’attendre quoi que ce soit de sa part, je défais les liens toxiques entre nous. 
Il reste beaucoup d’amour et de compassion pour ce qu’elle a vécu et pour ce qu’elle souffre encore mais je ne cherche plus à la convertir à ma foi ou à lui prouver ma valeur. J’ai laissé l’amour en moi rayonner sur chaque pensée la concernant et c’est de la gratitude qui en résulte. 
Il me fallait voir avec les yeux de l’adulte, du cœur mais aussi de la conscience éclairée, toute ma famille, afin de faire la part des choses à l’intérieur. Afin de pouvoir déterminer ce qui m’appartient, ce qui est originel et ce qui relève de la réaction. 
J’étais restée sur une vision infantile et tronquée de mes parents que ce séjour m’a permis de réactualiser.

Une Vie nouvelle s’offre maintenant à moi. 
Une vie basée sur la foi en l’amour divin, en la lumière, la sagesse interne et la guidance instantanée de l’être unifié. 
Le fait de ne pas juger offre une vision réaliste et neutre de ce qui est. 
Chaque pensée émotion qui ne correspond plus à ce que je suis, est offerte à la source.

L’idée de changer n’a plus de raison d’être, il s’agit plutôt de maintenir la paix et l’unité intérieure et de faire confiance à la vie. Ce qui est, a sa raison d’être et ça n’est pas parce que ça ne fait pas de sens dans l’instant que c’est mauvais ou invalide. 
En ayant la patience et la foi en la puissance de l’acceptation, tout se révèle tout à fait pertinent. 
Vouloir comprendre ou interpréter à tout prix n’apporte rien d’autre que le chaos interne. Je sais que la vie apporte toujours les réponses aux questions et je ne cherche même plus à interpréter ce qui est. Les puces, ce sont toutes les pensées parasites relatives au passé que le lâcher prise a libérées. 
La façon dont je m’en suis débarrassée avec facilité est le reflet de l'efficacité de ce travail interne. Le nettoyage obligatoire, de l’appart, du linge qui a été en contact avec l’insecticide, du frigo-congélo dont les aliments ont pourri à cause d’une coupure de courant, j’aurais pu l’interpréter de façon négative et m’appesantir sur la situation mais je m’en suis servie. 
Symboliquement et concrètement, en me situant au présent, c’est un nouveau départ que m’offre la vie. Un regard bienveillant et lucide, une association harmonieuse des énergies, l'unité de tous mes corps, offrent une palette infinie de potentiel. Le truc maintenant, c'est d'écouter chacun d'eux et d'agir pour le bien-être de l'ensemble. 
Déjà, j'ai pu remercier mon corps mental d'être moins personnel, de ne pas se mettre systématiquement en avant et de se soucier du bien-être du corps physique. 
L'unité intérieure favorise l'équilibre et l'intégrité qui en résulte revêt une grande force de réalisation et le sentiment de sécurité accroit considérablement.
J'ai pu mesurer mon potentiel de façon objective et je sais maintenant quelles sont mes forces, mes capacités. Pour ce qui est des faiblesses, il suffit de les offrir à la source pour qu'elle en fasse une force de cohésion et d'harmonie. 
Ma foi est devenue plus simple, pragmatique et la confiance en la source est telle que rien ne me semble impossible ou insurmontable.


Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.