mardi 14 juillet 2015

« Pensées et émotions sont l’expression d’une part infime de ce que je suis ».





13 juillet  
Ce matin, je suis un peu troublée par la journée d’hier passée avec ma sœur. Les croyances de l’enfant intérieur, de l’adolescente, remontent à la surface et j’ai bien du mal à ne pas m’y identifier. J’ai été bouleversée par une seule petite chose, une omission de la part de ma sœur, à propos du voyage futur, de son insistance à vouloir amener la chienne alors qu’il n’y a pas d’aération à l’arrière de sa voiture. 800 km dans ces conditions, ça me semble risqué.
Puis le coup de fil avec ma mère où j’ai reçu tout son stress, m’a ramené quarante ans en arrière. La question de l’affirmation de soi est à revoir mais cette fois-ci au travers de l’effet miroir, de la loi d’attraction et de l‘amour lumière. 
Et pour le moment, ça n’est pas clair du tout ! 

La différence avec le passé, c’est que ça ne m’angoisse pas même si je sens que les pensées émotions énergies de peur, de doute de soi, de réflexe de défense, refont surface.
J’ai dormi après le départ de ma sœur et le coup de fil avec ma mère et me suis réveillée au milieu de la nuit, trop tard pour arroser le jardin. Mais je n'ai pas culpabilisé!
La semaine dernière, un rêve plutôt dramatique où il y avait ma mère et une enfant abusée qui me confiait son problème, m'a montré la projection des croyances inconscientes ou cachées. 
Je décidais de la sauver, de l’aider et ma mère voyant cela m’a reprochée de retourner dans le passé et s’est cassé les deux chevilles en escaladant un mur comme pour marquer sa désapprobation et s’échapper de la scène.

Un rêve bien farfelu qui cependant contient plusieurs messages. J’avoue que tout n’est pas très clair encore mais je peux déjà y voir que le fait de vouloir sauver l’enfant est l’image du travail que je fais avec mon enfant intérieur mais c’est un rôle, un système de défense, donc une tactique de l’ego qui donne corps au passé.
Je peux me dire qu’en portant attention sur mon enfant intérieur, je continue de nourrir le drame, les rôles puis que tant que je ne changerais pas mon regard sur cela, j’en serais prisonnière, reproduisant les mêmes comportements inconscient de victime, de défense, d’agressivité. 

Puis je peux agir d’une façon nouvelle, ne pas intellectualiser les choses, faire confiance à mon inconscient qui libère toutes ces pensées émotions croyances enfouies, les offrir à la source « en vrac », telles qu’elles se présentent sachant qu’il s’agit d’énergies liées au passé qui n’ont plus de sens au présent. 
Ne pas m’attarder dessus, ne pas en chercher le sens du point de vue de l’enfant intérieur mais focaliser mon attention sur ce que je veux vivre maintenant, au présent. 

Je vois le lien entre ses croyances passées et les comportements qu’elles ont induit par la suite mais tant que je reste sur cette histoire même si je me place en tant qu’adulte, vis-à-vis de l’enfant que j’étais, je reste bloquée dans le passé même si je me positionne en sauveur vis-à-vis de l’enfant, essayant de résoudre les choses de façon intellectuelle..

Je vais donc tenter de me contenter d’offrir à la source les sentiments du passé, toutes les pensées de doute de soi, celles qui sont l’expression d’un rôle et revenir au présent, à ce que je veux vivre ici et maintenant, sans me soucier non plus pour l’avenir, la façon dont se déroulera ce séjour.

J’ai eu la bonne idée de demander à une âmie de venir habiter chez moi pour s’occuper des animaux et des plantes. Elle a accepté et c’est déjà une chose qui me libère l’esprit de pas mal de soucis. L’idée de laisser les chats aux voisins sans qu’ils puissent entrer dans la maison enfin en fermant les volets, m’était insupportable; comme si je les abandonnais.
En été, on se croise deux ou trois fois dans la journée et ils ne dorment pas à la maison mais ces courtes rencontres maintiennent le lien, la connexion. 

J’ai aussi décidé d’emmener mon ordi pour pouvoir écrire, j’ai encore besoin de ce mode de centrage. Je peux me passer de connexion Internet mais pas de l'écriture qui agit au niveau du mental et au niveau énergétique en même temps.

Bon, je vais me connecter à la terre, au soleil, la rivière et l’arbre pour commencer la journée dans ma puissance, celle de ce que je suis en vérité, au-delà des drames, des peurs, de l’expérience humaine. 

Même si ce sont ces expériences qui m’ont amenées à retrouver mon essence, elles ne sont pas ce que je suis, elles sont juste des moyens d’avoir le cœur ouvert, de la compassion pour ceux qui souffrent, sont perdus. 
Avoir de la compassion sans s’identifier à ses propres blessures ni à celles des autres. 

Par effet miroir, tant que la souffrance de l’autre me touche, c’est que la mienne n’est pas guérie mais si je m’identifie à la guérison elle-même, à l’amour, si je fais en sorte de laisser cette énergie couler librement en moi, je change ma propre vision, ne suis plus enfermée dans le passé et la résonance avec l’autre ne se situe plus au niveau des souffrances mais de l’essence divine que nous sommes tous

Je viens de me connecter à la terre mère, à ma présence divine, mon âme en exprimant sincèrement mes doutes et les larmes qui coulent sont comme une libération de la tension. L’enfant intérieur qui libère cela sans que je m’y identifie, là est le processus de guérison, la seule chose dont il faille prendre conscience.
Les larmes coulent mais c’est comme si elles ne m’appartenaient pas. Non pas que je les renie ou tente de les occulter mais juste qu’elles sont l’expression d’une part infime de ce que je suis, et pas la totalité.

L’effet de résonance est encore démontré par la visite de la voisine à qui je prête des livres sur les rayons sacrés. Le personnage de la victime, l’addiction aux médicaments, la quête de sens, la vision troublée par les blessures, tout y est ! 
Mais la différence, c’est que maintenant, je suis consciente des processus internes et de ce que je suis véritablement. On frappe à la porte...





J’ai reçu la visite de l’âmie qui va habiter chez moi quand j’irais voir ma mère. 
Là encore, tant les synchronicités que l’idée de lui demander de s’occuper des animaux, montrent que l’âme, l’amour amènent le changement en douceur, le divin téléguide la guérison d'en haut et son soutien est permanent. Par la résonance, je peux voir ce que les autres me renvoient et ce tant par l'ombre que la lumière qui sont montré dans cet effet miroir.

On a mangé ensemble et parlé à cœur ouvert comme à chaque fois que nous nous voyions et ça m’a fait le plus grand bien de sentir son soutien, les fruits de l’acceptation des pensées émotions de l’enfant intérieur, deux heures avant. 

Ressentir les peines de l’enfant intérieur et lui permettre d‘exprimer les émotions énergies bloquées, a changé la situation et la vie m’a montré son soutien dans la visite de mon âmie. Je suis vraiment plus tranquille de partir en n’ayant pas l’impression d’abandonner les chats ni l’appart, les plantes et le jardin au moment des récoltes. 

La vie devient très facile lorsqu’on regarde ses blessures avec bienveillance, en acteur conscient d’être aussi le spectateur et à un niveau divin, le réalisateur. 

Savoir que tout est orchestré pour nous amener à devenir souverain, que le soutien est présent à tous les niveaux, humain, subtil, les guides, les énergies de la Source, permet de se sentir capable d’avance et d’agir à partir du cœur

En focalisant mon attention sur ce que je veux vraiment, je maintien ma fréquence sur l’amour lumière et le reflet dans les yeux, le comportement des autres à mon égard,  m’aide à sentir où j’en suis vibratoirement. 

Les moments difficiles à vivre puisque des pensées émotions remontent, ne durent pas et sont libérés. On est délivré de ces énergies qui se stabilisent au fur et à mesure.

J’ai eu aussi quelques symptômes physiques durant ces trois jours où je me rapproche des autres et suis amenée à revisiter le passé en étant en contact avec ma famille. Il est clair que mon séjour futur soulève des vielles questions mais en les abordant avec acceptation en étant bienveillante à l’égard des parts intérieures en souffrance, c’est justement une occasion de laisser le passé derrière définitivement

Reconstruire les relations en sachant qui on est véritablement et en ayant compris l’importance de l’amour, de cette énergie à cultiver en soi permet de recommencer sa vie sur des bases nouvelles choisies, en étant consciente et présente.

J’ai raccompagné mon âmie chez elle et en arrivant, la voisine de ce matin est venue m’apporter le moule à charlotte. Je lui avais demandé ce matin si elle en avait un mais on y a plus repensé quand elle est partie de chez moi après une demi-heure de conversation sur les énergies et l’enfant intérieur.

C’est une journée solidaire bien agréable. Mon âmie qui est cuisinière m’a donné quelques trucs en pâtisserie, pour la cuisson. De mon côté, je lui ai parlé de la foi, de l’amour de soi, de l’importance de prendre soin de soi…
Depuis le temps qu’on se connait et comme on est franche et sincères l’une comme l’autre, on se soutien mutuellement, chacune à sa façon. 
En plus elle fait le stage que je devais faire et pour lequel je pense m’inscrire à la prochaine session. Elle m’a parlé de l’ambiance, des conditions de travail, du hangar à 40°. 
C’est une info que j’avais eu lors de l’entretien qui m’avait paniquée. Je ne supporte plus les fortes chaleurs à cause de l’état de mes artères et de la pose de stains. 

Travailler en hiver sera possible même si le stage dure six mois. 
Je peux voir que les choses se placent d’elles même et c’est aussi parce que je confie mon stress, toutes les énergies de basses vibrations, à la Source. Ça me retire un sérieux poids des épaules !

Je vais aller me reposer parce que la nuit a été courte et la journée intense. Je dois faire deux charlottes et arroser où c’est sec parce que je l’ai fais ce matin mais c’est beaucoup plus profitable aux plantes d’arroser le soir alors il me faut reprendre le rythme.

Je savais que le fait d’aller voir ma mère, de remontrer dans cette maison où des choses difficiles ont été vécues ne serait pas évident et que ça serait même éprouvant mais je n’avais pas pensé que ce serait si fluide. La magie du lâcher prise est encore prouvée!
C’est tant mieux, merci la vie ! La pensée de Neale Donald Walsch:




En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que les meilleures choses dans la vie sont gratuites.
C’est le plus vieux, le plus banal, le plus rebattu des dictons
que vous pouvez entendre aujourd’hui. Mais c’est tellement vrai.
Et c’est important de ne jamais le perdre de vue. Alors regardez
autour de vous. Partout où vous voyez de l’amitié, de la loyauté,
du rire, de l’amour, … il y a votre trésor.
Maintenant, aujourd’hui, à qui allez-vous choisir de donner
de tels trésors dans de plus grandes quantités encore ?
Quelqu’un va vous le demander aujourd’hui. Et quand
il le fera, je vous en prie, soyez prêt, d’accord ?
Ainsi, vous connaîtrez le paradis dans lequel vous vous trouvez.
Et devant vous se trouvera un ange spécial …
Avec tout mon amour, votre ami …
Neale

14 Juillet:
J’ai fait les deux charlottes, il ne reste plus qu’à faire les mousses au chocolat ! Le jardin est arrosé et je me sens toute légère. Aucun stress pour la fête à midi, c’est là où je vois l’efficacité de tout le travail de prise de conscience, de libération émotionnelle.Mais pour le moment, la balade dans la nature, le jardin et on verra la cuisine après. Commencer la journée par se connecter au soleil, à la Terre, offrir à la rivière les résidus énergétiques de pensées lourdes, se centrer dans le cœur, permet de revenir à la conscience de l'être complet, intègre, à l'union des corps, l'harmonisation des énergies...



Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d'orthographe), de citer l’auteur : Lydia Féliz, ainsi que la source : http://lydiouze.blogspot.fr  et ces trois lignes. Merci 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.